Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 About to explode ▲ ONE SHOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Gray J. Wolfgang

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 01/11/2015
❖ Messages : 5112
❖ Avatar : Brett Dalton
❖ Crédits : TF (vava) - Swanou (spoiler signa) - Alas (code signa)
❖ Multicomptes : Envy D. Carter & J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Bras droit des Sans Faction, membre actif de la résistance - Ex Barman au Harvest et rat de laboratoire pour le compte de Moira Rosenbach.
❖ Faction : Divergent, Factionless - Anciennement Amity - Origines Erudites
❖ Forces & Faiblesses : Tolérance face à la douleur - Techniques de combats à mains nues - Manipule plutôt bien les lames, il les préfère aux armes à feu - Sa plus grande faiblesse réside maintenant dans le fait que le Conseil connait sa Divergence - A des cauchemars récurrents sur son enfance - Garde un oeil constant sur ses aînés et les O'Malley.
❖ Philosophie : Season two l I'm gonna shoot you down. - Season one l Count only on yourself, otherwise you'll just die, victim of treason
❖ Playlist : HELLO ▲ Adele - HURRICANE ▲ 30 Seconds to mars - MONSTER ▲ Imagine Dragons - PARALYZED ▲ NF - THE SCIENTIST ▲ Coldplay - FADED ▲ Alan Walker - TRAIN WRECK ▲ James Arthur



MessageSujet: About to explode ▲ ONE SHOT Jeu 5 Mai - 17:01



About to explode

GRAY J. WOLFGANG






Quelques temps après : Skulls and bones



« Joe ! »

Sonnent les cloches de l’horreur.

« Non, non Joe ! »

Résonnent les morbides tambours dans leurs plus tristes alentours.

« JOE ! »

Claque la porte du néant sur cette silhouette ayant pris tout son élan.

Il frappe sa colère qui n’est rien de plus qu’éphémère. Il frappe le pan de sa destinée qui vient de partir en fumée. Ses jointures se heurtent et se meurent contre la surface plane de ce qui est aujourd’hui son antre et qui le sera encore demain. Jeu malsain. Elle hurle cette famine qui l’assassine, embrase sa chair et son être en entier, ce corps qui lentement pourri de l’intérieur à force de se trouver entre ces mains qui le bassinent. Elle a voulu jouer, elle l’a prévenu, et aujourd’hui il ne fait que les frais de ces affres distordus de cette déchirante entrevue. La manipulation, tout un art, une dévotion. Il leur a tout appris mais sans doute a-t-Il raison, Gray en a perdu la passion. Affaibli et abruti ici qu’il est, le jeu de dupe l’a heurté de plein fouet. Elle le déteste et elle le lui a hurlé, il n’a aujourd’hui plus de quoi s’obstiner. Pourtant encore il l’appelle, usant de coups durs, l’interpelle, mais sa silhouette a déjà disparu, elle ne reviendra plus. La damnation pèse sur ces épaules qui ont perdu de leur masse, il n’y a plus de dés, plus de coup à jouer. Echec et mat, sans doute a-t-il réellement perdu, et que dire de ce cœur qui définitivement se meurt ? Fendu en deux il ne l’est plus, brisé en mille morceaux sa sœur en a fait l’ultime fardeau. Il frappe sa colère qui n’est rien de plus qu’éphémère. Il frappe le pan de sa destinée qui vient de partir en fumée. Ses jointures se heurtent et se meurent contre la surface plane de ce qui est aujourd’hui son antre et qui le sera encore demain. Jeu malsain. Il le ronge de l’intérieur, détruit tout, le noie dans le malheur. Mais ses jointures s’éclatent et au même rythme que son cœur, s’effritent contre la vitre de cette bulle de douleur. Il frappe et frappe encore, jusqu’à ce que toute force le vide, que son esprit manipulé ne se mettre à accepter la fausse vérité. Elle ne l’aime pas, elle ne l’aime plus, il n’est qu’un monstre, rien de plus. Du haut de son bureau, P’ observe les images vidéos, dupé par la seconde après son aîné, tout comme son dernier. Joe sait jouer le jeu, ne reculera jamais devant rien pour les protéger, eux, la chair de sa chair, contre ce bourreau d’en haut se prenant pour un dieu.

Sonnent les cloches de l’horreur.
Résonnent les morbides tambours dans leurs plus tristes alentours.
Claque la porte du néant sur cette silhouette ayant pris tout son élan.

Alors la douleur illusoire en silence fait son œuvre, réveille ce qui depuis des jours en silence se meurt. Le coup de foudre est électrique autant que l’est cette peur panique. Sa silhouette il veut la revoir dans ce très sombre couloir, mais consciemment il le sait, elle ne reviendra jamais. Il cogne, et frappe sa colère, laisse des traces rouges sang, amères. Mais la douleur sournoisement s’immisce, psychologique. Et tout se réveille là où tout n’était que de couleur vermeille. Les plaies anciennement guéries se réveillent quand d’autres dans son dos nullement n’acceptent de se mettre en sommeil. Tel un coup d’éclair, le voilà contraint d’interrompre sa colère. D’un sursaut il la plaque, cette main en dessous de son cœur qui n’est plus. Le fantôme de ces balles, tel un traître s’est éveillé à son insu. Maintenant il le sait, il est perdu. C’est comme un coup de poignard en plein cœur. C’est comme une balle qui transperce et qui blesse. Pourtant elle n’a usé que de mots, mais ce sont là les pires de tous ses maux. En silence à présent le divergent s’insurge, il n’a plus aucune carte en main et plus la volonté de rien. A quoi bon résister quand il comprend enfin qu’ils ont gagné ?

Les larmes voudraient couler, il voudrait céder, mais il ne le fait pas. Echouer. Il s’avoue vaincu, quand de sa main toujours plaquée pour faire taire ce fantôme, en douceur son front il le pose. Contre cette baie vitrée il n’y a rien à faire, il ne parvient pas à percer ses mystères. A force de jouer avec le feu, plus aucun d’entre eux ne daigne pénétrer en ces lieux. Lorsqu’ils le font c’est avec la garnison. Il n’y a plus ni vis ni draps à tordre, quand bien même il voudrait commettre ce geste malencontreux il ne le pourrait pas. Ces fous vont l’emporter dans une tombe avec eux. Gray, lentement, enfin se détache, jointures en sang il se sent reculer jusqu’à l’autre côté de cette baie vitrée. De sa main libre et non plaquée, ce lit de fortune il vient effleurer. Ses jambes chancellent et vrillent dangereusement sous son poids, y a-t-il seulement encore quelqu’un qui pense à lui ici-bas ?

Alors la douleur illusoire en silence fait son œuvre, réveille ce qui depuis des jours en silence se meurt.

Sonnent les cloches de l’horreur.
Résonnent les morbides tambours dans leurs plus tristes alentours.
Claque la porte du néant sur cette silhouette ayant pris tout son élan.



SUJET TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

About to explode ▲ ONE SHOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mégaton Shot
» Samedi 4 décembre : One shot ? / ?
» Help Screen Shot !
» I Ain't Been Shot, Mum! V3
» Vitamine [Manga/One shot]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › Downtown :: Willis Tower-