Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 « all that personal identity crap can take centuries to expire. » - SALEM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Salem L. O'Malley

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 06/04/2015
❖ Messages : 8248
❖ Avatar : Charlie Hunnam.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gifs) & disturbed (css).
❖ Multicomptes : Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Bonne question.
❖ Faction : Rebooté Fraternel après le projet Equilibrium (Audacieux qui s'ignore, né Érudit.)
❖ Forces & Faiblesses : Infecté par un mystérieux virus & mémoire défaillante.
❖ Philosophie : So fucked-up.
❖ Playlist : THE WRIGHT BROTHERS - blood on my name. JAYMES YOUNG - i'll be good. BARNS COURTNEY - glitter and gold. IMAGINE DRAGONS - not today. LO-FANG - #88.



MessageSujet: « all that personal identity crap can take centuries to expire. » - SALEM Mar 2 Juin - 2:20

Salem Lincoln O'Malley
MY SPIRIT GETS SO DOWNHEARTED SOMETIMES

Un certain vingt-trois novembre 2094, je suis arrivé ici-bas, dans ce bled pourri que l’on reconnait comme étant les contrées des Érudits. Que cela soit calculé en printemps, en bougies, en années, je peux vous certifier que j’ai trente et un balais. Puisqu’on ne choisit pas sa famille, je viens d’une classe sociale riche. Issu et déchu de cette trempe, c’est ce qui m’a doucement ouvert les yeux sur le futur qui m’attendait sournoisement et qui m’a tranquillement aspiré à devenir la caricature de "badacieux" que vous connaissez aujourd’hui. Tristement (ou heureusement) pour vous, je suis célibataire et dans la même veine Hétérosexuel. Pardon, vous dites ? Me décrire en quelques mots ? Bon, d'accord : Mystérieux, solitaire, impulsif, loyal, misanthrope, direct, hagard, diligent, zélé, incohérent, méticuleux, laborieux, espiègle et insomniaque. De ce fait, il faut dire que je suis assez révolté avec notre si belle société qui se retrouve morcelée en cinq factions et qui par conséquent nous emmène à se comporter comme de véritables moutons lobotomisés. Outre tout ça, d’un aspect purement superficiel, trop souvent, vous avez cette fâcheuse manie de me confondre avec Charlie Hunnam. Mais ne faut-il jamais se fier à la couverture d'un livre ?


Sérieusement, pour vouloir te coller à moi, il faut vraiment que tu sois désespéré et ou en danger de mort. Tu souffres de solitude, tu as ce besoin intarissable de vouloir anéantir ce vide caverneux qui te transperce l’âme ? Je t’avertis tout de suite, pars, tourne immédiatement les talons et regrette déjà d’avoir songé, ne serait-ce qu’une seule seconde, que j’aurais magiquement pu être la convoitise que tu recherches désespérément. Tu seras déçus sans même que je prenne la peine d’ouvrir la bouche. Allons, préserve ta salive, malheureuse brebis égarée, et va trouver ton bonheur autre part… tu sais déjà que c’est une cause perdue avec moi. Dans ma jolie petite liste de priorités, "se faire des amis", ça ne sera jamais une ambition ajoutée. Tu le sais. Je le sais. Nous le savons. Vous le savez. Ils le savent. J’aime la solitude. J’aime mon petit cocon de sérénité indispensable. De toute façon, personne ne me connait, je suis comme qui dirait passablement clôturé dans l’insondable absolu. D’accord, je dispose d’un magnétisme absurde qui me pousse à ne très point passer inaperçue dans le cœur versatile d’une foule horripilante. Néanmoins, je chemine dans le cœur versatile de cette foule horripilante avec les yeux complètement fermés. Tu me regarde et je t’ignore. Un approche inapprochable qui te poussera à croire que je me fous complètement du monde entier… c’est vrai… peut-être… ou pas. J’essaie simplement de faire ce que j’ai à faire et c’est-à-dire pas grand-chose. J’ai pas le sens du dialogue, je trébuche incessamment si j’ai à formuler de trop grosses lignes et j’ai cette fâcheuse habitude d’écouter seulement qu’à moitié ce que tu me dis. Nonobstant que je dispose d’une froideur d’esprit passablement déstabilisante, il va te falloir l’éternité pour ne serait-ce indemnisé un quelconque intérêt dans le tréfonds de mon petit cœur de pierre. Arme-toi d’un pic, d’un marteau et prépare-toi cogner pour la vie si tu souhaites si obstinément te sculpter un petit nid.

AS I WALK ON THROUGH THIS WICKED WORLD



Losing Hope Was Freedom

- WEST SIDE, CHICAGO, VERS L'AN 2125 -

Tuer. Mourir. Couper le fil immensément frêle d’une vie, contrecarrer sa voie et inhaler sa destinée. C’est si facile, si éphémère et instantané. Un geste, l’ultime, voir le dernier souffle d’humanité caresser les lèvres pourpres et assisté à l’inexpressivité d’un regard contristé qui vous fixe avec miséricorde et incompréhension. La tendre expression se dilue dans la rigidité de l’Éternel, les deux yeux étincelants tels des diamants immaculés deviennent vides, ternes, abyssaux, comme deux billes de verres. Le feu cesse d’instinct de crépiter dans la profondeur des pupilles dilatées et la flamme ondulante telle une vicieuse succube se flétrie pour de bon. Oui, si triste cela peut être, contempler la Mort dans son plus bas-fond méandre funéraire, c’est si facile. Trop facile. Usé à la cruauté de l’Homme, bercé par l’idiotie de ses fanfaronnades enivrantes, pour moi, voir un être s’abandonner doucement vers le Repos Éternel, c’est devenu un moment de féerie et de délivrance mêlée. Mourir. C’est facile. Ici-bas, englouti dans la déchéance d’une Terre qui se meure… y vivre… ça ne devient non seulement difficile mais cruel. Fourbe est donc celui qui ose venir prétendre le contraire. Au crépuscule mélancolique, en parfaite harmonie avec le malfaiteur, l’Ébène enlace la nuit, comme un dense voile d’hérésie et de torpeur amalgamée. L’Ombre engloutie non seulement la lumière du jour mais anéantie également toute lueur d’espoir. Vision tragique, dramatique, je le concède, mais voguer dans ce délire euphorique, traverser ce cauchemar sempiternel avec les yeux grands ouverts, malheureusement, cela assombri l’ébauche chaotique de ce tableau déjanté. J’ai perdu foi en l’être-humain et j’ai perdu goût en la beauté simpliste de la Vie. La dictature du Conseil, les citoyens ayant rendu son principe si violent et dévastateur, que désormais, la Vie elle-même me devient harassante, insipide, ordinaire et abrutie. Moi, flic, garant de la paix, suis-je donc engagé à me rappeler ma déchéance et à me rappeler combien est-ce que je suis le servile tortionnaire de mon propre cœur éprouvé et souffrant !

Refusant de croire, refusant de voir, soumis, comme toujours, j’ai obéis et exécuté les ordres. Bon soldat, va ! Qui sait, peut-être qu’on osera m’offrir une promotion à mon retour ?! Parce que, ouais, drastiquement, j’anticipe une vie relativement meilleure dans les entrailles de ce bled pourri. Les citoyens imbus de leurs propres personnes désirent se faire entendre cette année ? Soit. Envoyé en bon toutou que je suis, je donne ce que l’on me demande, écoute gentiment ces raclures égoïstes et oublis le calvaire que je risque de charrier par la suite.

Englué dans ce panorama idyllique mais à la fois inquiétant, je sais que je ne dois laisser aucune fêlure s’immiscer à la surface de cette insondable carapace que j’ai mis des années de malheurs à façonner. Plus tard, beaucoup plus tard, je les laisserai se réveiller. Ces douleurs vibrantes, dans mon cœur plein d’effrois, de tourments, je les laisserai se réveiller. Déjà si crûment labouré dans le vaste noir, je laisserai la douloureuse complainte de mes mœurs néfastes s’implanter dans le creux de mon nid thoracique, comme une cible. Pour l’instant, je dois me laisser bercer par le flot d’adrénaline qui m’enivre de la tête aux pieds...

- Cesse de te remuer comme ça, Lenny. Tu coules partout sur mon carrelage !

Carrelage fraîchement lavé et aménagé, d’ailleurs. Bordel, j’aurais dû installer une bâche en-dessous de cette foutue chaise. Outre enterrer ce macchabée, me voilà coincé à devoir éponger tout ce sang avec… Ugh ! Avec quoi ? Je n’ai même pas l’ombre d’une serpillière chez-moi ! Quant aux lingettes ? Vaut mieux ne pas y penser…

- Espèce de poulet ! Je savais que je ne pouvais pas te faire confiance ! Vous êtes tous pareils ! Timbrés, vous l’êtes, et jusqu’à la mouette…

Correction : Moelle.
Info supplémentaire : c’est ma grosse paluche bien creuse encastrée dans son gros bedon dodu qui lui a momentanément coupé le souffle et ainsi fait dire mouette.
Affirmation affirmé : Vous vous en contrefoutez…
Approbation acquiescé : D’accord. Passons.

- Salem…

Ça, c’est moi.

- Lenny…

Ça, c’est Bedon Dodu.

Une sérénité bizarre s’élève soudainement dans la torpeur de l’air malsaine et accablante. Le temps s’arrête alors que les miroirs de nos âmes fêlées s’entrecroisent pour venir contempler le tréfonds de cette vérité sulfureuse que nous deux avons cherché à éviter depuis très longtemps… trop longtemps, d’ailleurs. Lenny et moi échangeons un regard misérable et amer. Dans mon crâne, tout se désagrège, je sens ma cervelle se ramollir dangereusement. Elle se décompose comme de la gibelotte et veut ressortir par tous les orifices de ma figure. J’assimile que trop mal les informations données. Lenny, visiblement assiégé par ces tortures tonitruantes que je lui inflige depuis des heures, doit battre plusieurs fois des paupières pour ne pas sombrer dans l’inconscience et donner raison à son calvaire. Il lutte pour soutenir mon regard. Il lutte pour me voir échouer. Il lutte pour me voir m’écraser à la merci de mon désarroi. Les gros yeux boursouflés d’ecchymoses ensanglantées vrillent au travers de moi, transpercent mon âme et raidissent instantanément mon échine. Je suis comme foudroyé par la foudre, victime d’une prise de conscience que j’aurais tant souhaité ne jamais caresser de nouveau. Mes doigts se crispent désespérément sur le tissu gluant de sueur et de sang. Ma main braquée sans aucun ménagement sur le ventre de cet homme forme désormais un poing. Un poing qui se resserre que davantage. Un poing contracté si fort, que j’entends mes phalanges se disloquer d’un craquement sonore et remarque mes jointures littéralement blêmir par la crispation acharnée.  J’entends distinctement le cœur de mon martyr battre à tout rompre dans le creux de son nid thoracique. Je vois, par-delà le sang, par-delà les larmes, par-delà ce cynisme mal assuré, toute la fragilité et l’insignifiance qui  regorge le cœur de cet homme rondelet et dévasté. Par-delà la chair, par-delà ce visage amoché, je vois l’invisible, j’aperçois la vie… j’aperçois la vie que je suis sur le point de briser.          

- Dimension standard, cela conviendrait-il ? Que je m’entends murmurer, ma voix claire et distante semblant resurgir des abysses les plus profonds, pour venir lentement se perdre dans l’air et disparaître au loin. L’azur de mon regard désormais clairvoyant et serein sonde avec austérité les traits bellicistes de ce visage abîmé et grassouillet qui a pour longtemps hanté mes songes les plus lourds et sombres. Ce face-à-face n’est que funèbres augures, immobile, impassible malgré l’étrangeté de la situation, je reste là, transi, glacé comme une sculpture de marbre.

De son côté, Lenny sourcille d’incrédulité face à ma question. Il ne comprend pas. Il ne capte pas ce que je lui demande.

- Quoi ?!

- Je parle de ton cercueil…

- Salem… tu… ma fille ? Tu as pensé à ma petite fille ? Elle est malade… elle avait besoin de ce sérum. Tu le sais. Tu avais promis de m’aider. Tu--

- TU es allé trop loin, Lenny ! Tu as volé ce sérum dans les labos clandestins des Érudits. Bordel ! À quoi est-ce que tu as pensé ?

- Mais c’est toi qui m’as donné la voie libre ! C’est toi qui m’as montré ces voies souterraines. Tu m’as conduis jusqu’ici. TU M’AS CONDUIS VERS CETTE MORT QUE TU SAVAIS CERTAINE DÈS LE DÉPART !  

Le temps s’arrête alors que les miroirs de nos âmes fêlées s’entrecroisent pour venir contempler le tréfonds de cette vérité sulfureuse que nous deux avons cherché à éviter depuis très longtemps… trop longtemps, d’ailleurs. Je les sens se réveiller. Les douleurs vibrantes… elles se réveillent… ce gars, c’est grand un ami. J’ai assisté à la venue au monde d’Annabelle, sa petite fille… J’ai pris soin de cette dernière comme si elle serait ma propre chair et mon sang. Je l’aie regardé sombrer. Je l’aie regardé se faner et se ternir comme une fleur… une pauvre fleur flétrit qui lutte pour prendre racine dans cette terre pourrie et desséchée qui ne fait que la tuer que davantage. Annabelle… voilà la seule excuse qui m’empêche de parachever mon boulot… voilà la seule excuse qui m’empêche de planter une balle entre les deux yeux de Lenny. Ce gars trop gras et trop fou qui a pour habitude de défier la dictature du Conseil et de se foutre dans la merde parce qu’il veut se faire entendre et comprendre. Désireux de sauver sa fille… en dépit de se faire tuer et de littéralement bouleverser cette paix fragile que nous avons vainement instauré dans les rues de Chicago. Annabelle est souffrante. Annabelle est mourante. Un miracle saurait épargner l’aube de son existence. Mais Annabelle se meurt et plus rien ne peut la sauver… C’est triste, mais c’est comme ça. Maintenant, je comprends. Maintenant, je vois. Ce monde est vain. Ce monde est fou. Lenny n’est qu’une seule et insignifiante parcelle de tous ces maux que cette Terre ne puisse charrier dans ses entrailles néfastes. Il va toujours y avoir quelqu’un quelque part que l’on doit sauver… que l’on aimerait voir renaître de ses cendres… mais putain… nous ne pouvons pas sauver tout le monde. Je ne peux pas sauver tout le monde. J’aurais jamais dû aider ce type… j’aurais jamais dû lui accorder cette foutue carte blanche et oser croire que la Désespérance n’était pas une bête si vorace et passible d’inhaler absolument tout sur son passage.

Si j’épargne une fois de plus Lenny, ce soir… c’est ma tête qui sera mise à prix… et je ne veux pas mourir… pas lorsque je sais que la vie d’innombrables innocents risque de suivre le même sort que moi.  

- Salem… ton cœur est pur et bon. Infliger un supplice aussi abominable à ma pauvre Annabelle, c’est une tourmente que tu ne sauras jamais supporter…

Il a raison…

- Malheureusement pour nous tous.

Doucement, le canon de mon neuf millimètre vient prendre appuie sur le front de mon Martyr. Il tremble. Il pleure. Il me supplie. Je l’écoute. Je le regarde. Je ne cille pas. Je ne respire presque plus. Mon index, avec crainte, avec horreur,  se dépose sur la détente alors que ma paume humide se compresse avec aversion contre la crosse de mon flingue. La tête de Lenny se renverse brusquement sur l’arrière alors que j’intensifie la pression de mon arme sur son front. Les sanglots deviennent des râles gutturaux et inaudibles. Il pleure comme un veau agonisant. Il me supplie comme un enfant. Sa voix me brise le cœur. Sa voix me fend littéralement l’âme…

Tuer. Mourir. Couper le fil immensément frêle d’une vie, contrecarrer sa voie et inhaler sa destinée. C’est si facile, si éphémère et instantané.

BAM !

Un geste, l’ultime, voir le dernier souffle d’humanité caresser les lèvres pourpres et assisté à l’inexpressivité d’un regard contristé qui vous fixe avec miséricorde et incompréhension. La tendre expression se dilue dans la rigidité de l’Éternel, les deux yeux étincelants tels des diamants immaculés deviennent vides, ternes, abyssaux, comme deux billes de verres. Le feu cesse d’instinct de crépiter dans la profondeur des pupilles dilatées et la flamme ondulante telle une vicieuse succube se flétrie pour de bon…  

Je m’appelle Salem Lincoln O’Malley…
Et je ne suis pas censé me retrouver en arrière de cette gâchette…

test d'aptitude


Dans les yeux de votre famille et vos amis, vous brillez comme étant quelqu’un de ?

A) Enclin à tout sacrifier pour aider son prochain.
B) Naturellement apprécié et aimé de tous.
C) Digne de confiance et d’une inébranlable loyauté.
D) Protecteur, irrépressible, peu importe la situation.
E) Sage, qui a toujours le bon mot à tout.

Quand une impasse vous fracasse le nez, votre réaction est ?

A) D’agir et faire ce qui est le mieux pour le plus de monde possible.
B) Être l’auteur d’une œuvre qui met en lumière mes sentiments.
C) Improviser une salle de conseil et discuter du problème avec mes proches.
D) Foncer dans le tas. Tête bien haute. C’est la seule solution !
E) Faire une liste de pour et de contre pour voir les meilleures options.

La profession parfaite, pour vous, c’est quoi ?

A) Tant que c’est Humanitaire, pour moi, c’est le comble de la perfection.
B) Tant que c’est sur l’entretient du Terroir, pour moi, c’est le comble de la perfection.
C) Tant que c’est pour l’évolution de la Science, pour moi, c’est le comble de la perfection.
D) Tant que c’est pour assurer la Sécurité, pour moi, c’est le comble de la perfection.
E) Tant que c’est Politique, pour moi, c’est le comble de la perfection.

Votre priorité capitale et fondamentale en ce moment ?

A) Servir et aider mon prochain.
B) Trouver le bonheur et la joie en mon for intérieur.
C) Atteindre et surpasser l’apogée de mon Savoir.
D) Forger mon caractère déjà bien trempé.
E) Chercher et trouver la vérité en absolument tout.  

FACTION SOUHAITÉE : audacieux.



SEE YOU ON THE OTHER SIDE

Pseudo : Disturbed. Où as-tu donc connu le forum ? En gobant des bonbons psychotropes  Huu  Serait-il indiscret d'en savoir un peu plus sur toi ? Je suis un chilopode unijambiste et éclopé  Hammer  Le forum, tu en penses quoi ? Euh... c'est une question piège, ça, là ?! Je ne me prononcerais jamais. Pas sans mon avocat, en tout cas  Diah   As-tu des demandes spéciales ? Je veux des liens avec vous tous !!!!!!!! ♥️ Le règlement du fofo, tu l'as consulté ? Oui ?! Alors révèle nous donc son code top-secret ! code validé par le nounours magique.

_________________

A room without a view
- It's all I ever needed, my love for life is gone -

moodboard... MADE BY MON BÉBÉ SOEUR ET MERCI BEAUCOUP Sasa:
 


Dernière édition par Salem L. O'Malley le Ven 13 Nov - 4:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Exekiel K. Hunter

❖ Date de naissance : 21/09/1992
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 4317
❖ Avatar : Gaspard Ulliel
❖ Crédits : Fuckedup Masterpiece (avatar + profil) ; tumblr (sign) & Disturbed (css)
❖ Multicomptes : Lee G. Flores
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente ans
❖ Profession : Berger sans mouton + Drugdealer sans le savoir + coursier aux sérums
❖ Faction : Amity.
❖ Forces & Faiblesses : Sa loyauté qui s'envase dans ses élans de stupidité.
❖ Philosophie : Innocence before guilt.
❖ Playlist : JASON WALKER - echo. VANCE JOY - riptide. ANGUS AND JULIA STONE - old friend.



MessageSujet: Re: « all that personal identity crap can take centuries to expire. » - SALEM Sam 6 Juin - 1:32

BIENVENUUUUUE SUR OMAAAAAM!!! Bing Bing
Ici, fait comme chez toi, puisque c'est chez toi! What a Face
Et surtout, si tu as des questions, n'hésite surtout pas à te les poser!! Chaudron

MAIS CETTE FICHE QUOIIIII!!!!! Bavee Bavee
À chaque lecture, j'ai le frisson!!! Priceless Priceless

Vivement qu'on se parte un de ces sujets à la con digne du Exekiem! Lovee Lovee Lovee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Moira A. Rosenbach

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 470
❖ Avatar : Julianne Moore.
❖ Crédits : shiya (avatar), tumblr (gif) + disturbed (gifs & css).
❖ Multicomptes : Aucun.
❖ image :
❖ Âge personnage : Cinquante-quatre ans.
❖ Profession : À la tête du Conseil et fière héritière du projet OBLIVION.
❖ Faction : Érudite.
❖ Forces & Faiblesses : Mon calme olympien, mais facilement aveuglée par le flambeau du Pouvoir.
❖ Philosophie : Knowledge is power.
❖ Playlist : LORDE - everybody wants to rule the world. GIN WIGMORE - kill of the night. FLORENCE + THE MACHINE - what the water gave me.



MessageSujet: Re: « all that personal identity crap can take centuries to expire. » - SALEM Sam 6 Juin - 15:54

Un traître et corrompu dans la brigade de ceux qui sont supposés nous protéger ? Hélas, après avoir lu tout ça, ce n'est plus à se demander comment est-ce que notre cité tourne si mal...

Nous allons tous mourir et ça sera de votre faute ! Kill

_________________

Heads will roll on the floor
- Off with your head, dance 'til you're dead -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://of-monsters-and-men.forumactif.org

avatar

one choice can transform you
Novalee R. Slater

❖ Date de naissance : 06/06/1990
❖ Barge depuis : 03/06/2014
❖ Messages : 4883
❖ Avatar : emma watson
❖ Crédits : shiya (avatar) & disturbed + meg myers (sign) & blackrose (css)
❖ Multicomptes : Hendrix O. Skenandore
❖ image :
❖ Âge personnage : vingt-cinq ans
❖ Profession : secrétaire juridique au business insider.
❖ Faction : sincère, née érudite (divergente)
❖ Forces & Faiblesses : ceux que j'aime représentent ma force, mais aussi ma plus grande faiblesse.
❖ Playlist : THE NEIGHBOURHOOD - wires. NICO VEGA - beast. DAUGHTER - youth. BANKS - brain.



MessageSujet: Re: « all that personal identity crap can take centuries to expire. » - SALEM Dim 7 Juin - 16:28

J'ai rarement vu autant de sexyness et de badassery dans un même fiche!! Bed  I love you

test succeeded



Majorité de C pour


Audacieux. Vous êtes possédé, grisé par une bonne poussée d'adrénaline et que personne ne vienne vous faire la leçon. Prompt, courageux, vous faites ce que vous croyez qui est juste, sans trop évaluer la dangerosité de la situation. Le monde serait un endroit bien meilleur si la population cesserait de s’endoctriner dans la peur de voir les choses se chambarder et se secouer. Dans le regard de l’autre, vous êtes vu comme quelqu’un de brave, mais d’incroyablement téméraire.    

Maintenant que tu es validé, très cher membre de la communauté, nous t’invitons à venir consulter le répertoire des BOTTINS pour t’enregistré dans nos petits papiers. Dans un autre ordre d’idée, pour faciliter ton intégration, nous te conseillons de t’ouvrir une fichette de LIENS et de SUJETS. Pas de gêne à avoir avec nous, hésites pas à prendre les devants pour venir proposer tes IDÉES & DEMANDES si tu en as. Si tu as envie de te détendre et de partager un petit brin de ton joli toi-même, c’est ICI, et ENCORE ICI que les feux des projecteurs sont dressés. Parlant d’IRL, si tu veux en savoir plus sur le STAFF, c’est ICI que les masques retombent. Finalement, si tu veux être au courant de l'acutalité du forum, c'est que tu dois te rendre.

Une dernière petite chose : nous te souhaitons un agréable séjour parmi nous  Heart on a plate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Keira C. Vander

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 3531
❖ Avatar : Candice Accola.
❖ Crédits : Avatar (lunatic café) + Gifs (Tumblr) + CSS signature (disturbed ♥) + Chanson ( Tove Lo - Scream my name )
❖ Multicomptes : Nathaniel L. Jenkins & Lexis H. Gillian
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Ancienne infirmière, reconvertie dans le labourage de la terre... et à présent résidente d'un asile psychiatrique.
❖ Faction : Ancienne Altruiste. Aujourd'hui elle se retrouve chez les Hippies!
❖ Forces & Faiblesses : Elle s'adapte a toute situation. Parle peu mais observe beaucoup. Ment pour se protéger. Sa faiblesse demeure ses proches. Si elle fait souvent preuve d'égoïsme, pour ses proches, elle fait des efforts.
❖ Philosophie : Si tu traverse l'enfer, continue d'avancer.
❖ Playlist : Become the beast - Karilene



MessageSujet: Re: « all that personal identity crap can take centuries to expire. » - SALEM Dim 7 Juin - 20:31

Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome

SALEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEM!!!! AAAAAAAAAAAAAAAh!!! Il m'avait manqué cette barbichette de l'enfer!!!

Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome Crazy Love Amour Awesome

_________________

SCREAM MY NAME.

Breathe in balance and love, I was born on the scene. Now it runs in my blood, yeah you know what I mean. When I'm dead and gone, will they sing about me ? Dead and gone, will they scream my name ? Scream my name.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/myworks/49128984-lily-rose-point-conne


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « all that personal identity crap can take centuries to expire. » - SALEM

Revenir en haut Aller en bas
 

« all that personal identity crap can take centuries to expire. » - SALEM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Football Identity
» Personal Color ~ The young girl and the little girl of Hakurei
» Football Identity
» A personal relation with student ?! No, impossible...
» New Adventure Game "Identity"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: damned if you do :: › Présentation :: Fiches validées-