Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 Stranger Danger! (ft. Salem)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Bill Watson

❖ Date de naissance : 22/04/1989
❖ Barge depuis : 21/12/2016
❖ Messages : 194
❖ Avatar : Tuppence Middleton
❖ Crédits : Swan & Salami <3
❖ Multicomptes : Thursday la dingue
❖ image :
❖ Âge personnage : 30 yo



MessageSujet: Stranger Danger! (ft. Salem) Mer 29 Mar - 21:54



Stranger Danger!

- feat Salem -


J’ai toujours les idées plus claires après une bonne douche. Enfin, je dois bien admettre que ces derniers temps, ma tête est mise à rude épreuve. J’attrape la serviette posée sur le lavabo et je me sèche avec avant de l’enrouler autour de moi, la coinçant au-dessus de la poitrine. Mes yeux captent mon reflet dans le miroir, et comme à chaque fois j’en ai presque un sursaut. Je n’arrive toujours pas à m’habituer à mes cheveux blancs. Peut-être que je pourrais trouver un moyen de les teindre ? Non pas que ce soit une priorité… Mais le pire, c’est sans aucun doute mon teint. J’étais déjà pâle avant, mais j’ai à présent l’air d’un cadavre. A faire peur. En jetant un oeil sur l’étagère, j’aperçois une bouteille de fond de teint qui doit appartenir à Lexis. Peut-être que… sans réfléchir, je l’ouvre et en retire quelques gouttes que j’étale sur mes joues. C’est encore pire qu’avant, on dirait du plâtre. Je referme le flacon et le repose avant de me rincer le visage à grandes eaux, jusqu’à ce qu’il reprenne sa couleur normale.

Le silence qui règne ici a quelque chose de particulièrement pesant. Je ne sais pas vraiment où est Lexis, sans doute sortie quelque part. Je me réjouissais de rester seule, mais je ne suis plus si sûre que ce soit une bonne chose. Le bruit de la rousse est peut-être parfois épuisant, mais au moins ça me distrait et m’empêche de penser à autre chose. Pourtant, il le faut bien. Je ne peux pas rester ainsi, à ignorer ma situation. J’ai encore beaucoup de mal à y croire, à vrai dire. Comment croire à une histoire pareille ? Je me suis retrouvée soudainement plongée dans une histoire de science fiction qui ne semble pas avoir de fin, aussi absurde que la chute d’Alice dans le Terrier du Lapin.

Il faut que je me calme. Je m’assois dans un coin et tente de prendre de profondes inspirations. Si jamais je commence à paniquer, je ne vais pas arranger ma situation. Mais tout ça est tellement fou, tellement impossible. Je me retrouve à une époque qui n’est pas la mienne, dans un monde qui a des airs d’apocalypse. Et surtout, je suis seule. Aussitôt l’image de Jesse commence à apparaître. Je la repousse. Je ne peux pas penser à lui, ni à tous ceux que j’ai laissés derrière moi, sous peine de m’effondrer. Si je pense à eux, je devrai admettre qu’ils sont bel et bien morts, prendre la pleine mesure de tout ce que cela signifie. Je n’arrive pas à faire ce deuil, tout comme je n’arrive pas à faire celui de mon époque, d’un retour à la maison. Aussi imparfaite soit-elle, ce n’est rien en comparaison de celle-ci. Je ne comprends pas grand chose, si ce n’est que tout cela ressemble à un cauchemar. D’après ce que j’ai compris, il n’y a plus rien en dehors de Chicago, ce qui me semble tellement absurde, mais aussi particulièrement effrayant. J’ai essayé de parler à Lexis, de lui dire la vérité, mais je vois bien qu’elle ne me croit pas vraiment. Elle doit sans doute penser que je suis particulièrement perturbée. Sans elle, je serais peut-être morte, mais je dois trouver par moi-même un moyen de survivre, en attendant.

En attendant quoi ? Je ne sais pas vraiment.

Faire profil bas me semble être une bonne option. Et puis…

BAM.

Un coup contre la porte qui me fait sursauter. Je n’ai pas le temps de me poser la moindre question, je l’entends s’ouvrir à la volée. Je me relève prudemment, glacée. J’entends encore un bruit, comme quelqu’un qui heurte quelque chose, et un grognement qui n’appartient certainement pas à Lexis. Je sens ma respiration s’accélérer et je m’en veux de ne pas avoir eu la présence d’esprit de m’habiller. Je vérifie que la serviette tient bien en place avant de sortir silencieusement. La lumière n’était pas allumée, ce qui est un avantage pour moi. Je sors le plus silencieusement possible et me glisse vers la cuisine. Il me faut quelque chose, une arme. Calme toi Bill, ce n’est pas le moment de paniquer.

Je ne repère qu’une poêle qui gît dans l’évier, dans l’attente d’être nettoyée. J’aurais préféré un couteau, mais tant pis. Je m’avance vers le salon et me glisse contre le mur. Je l’entends s’approcher d’un pas lourd, et j’arrive à percevoir sa silhouette massive. Je dois rassembler tout ce qu’il me reste de force pour ne pas m’enfuir en hurlant. Tremblante, je brandis la poêle au-dessus de ma tête. Il est presque là. Encore un peu…

Je ne réfléchis même pas. Je pousse un cri avant d’abattre l’ustensile sur la tête de l’intrus avec toute la force dont je suis capable. Une fois, puis deux, par réflexe. En plein dans le mille.


- © FICHE  BY DISTURBED -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Salem L. O'Malley

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 06/04/2015
❖ Messages : 8248
❖ Avatar : Charlie Hunnam.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gifs) & disturbed (css).
❖ Multicomptes : Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Bonne question.
❖ Faction : Rebooté Fraternel après le projet Equilibrium (Audacieux qui s'ignore, né Érudit.)
❖ Forces & Faiblesses : Infecté par un mystérieux virus & mémoire défaillante.
❖ Philosophie : So fucked-up.
❖ Playlist : THE WRIGHT BROTHERS - blood on my name. JAYMES YOUNG - i'll be good. BARNS COURTNEY - glitter and gold. IMAGINE DRAGONS - not today. LO-FANG - #88.



MessageSujet: Re: Stranger Danger! (ft. Salem) Mer 19 Avr - 21:54

« NICE TO FUCKING MEET YOU ! »
Which one, which one of you is into me? Which one, which one of me is into you? We're both schizophrenic I fear. Say how many voices you hear? Which one, which one of you is into me? Which one, which one of me is into you? We are schizophrenic, don't stop. No, not till I fuck this all up.


Entrer chez-elle, cagoulé, me cacher sous son lit, attendre qu’elle arrive, attendre qu’elle vienne se coucher, au moment où elle s’installe pour dormir, je lui empoigne les chevilles et reproduis le cauchemar parfait du redoutable croque-mitaine ! Non. Mauvaise idée. Je ne suis pas assez patient pour me prêter à une mission aussi laborieuse. Enter chez-elle, cagoulé, me cacher dans son garde-robe, au moment où elle entre dans sa chambre, je m’extirpe de ma cachette en beuglant le plus horrifiant « Baba Yaga ». Non. Mauvaise idée, je ne suis même pas certain que cette dirigeante de la faction des Hippies possède dans son sang des origines slaves et du coup ma référence avec le conte Russe risque de tomber dans l’oubli. Entrer chez-elle par infraction, me tapir dans l’ombre, l’assommer, la séquestrer et la terrifier en lui promettant une nuit de cauchemar si elle n’accepte pas de me foutre dehors de cet arrondissement merdique ! Idée plus ou moins potable, mais je dois encore la travailler. L’épaule appuyée contre l’écorce de ce vieil et grand arbre qui siège en plein centre du jardin de la demeure de cette dénommée Lexis Gillian, un clair de lune glacial me congelant littéralement la cervelle, clope au bec, mes sournoises diaphanes observent paisiblement la lucarne de la salle de bain, d’où s’y échappe la seule source de lumière dans toute la demeure plongée dans les ténèbres et me disant que ce soupçon de vie est tout ce qu’il me faut pour me confirmer que la propriétaire est bien chez-elle. Mon plan est casse-gueule, depuis que l’on m’a lobotomisé, en matière de faire peur aux gens, je dois admettre que j’en aie perdu… trop perdu. J’suis peut-être à moitié barge, à moitié dingo, n’empêche qu’il y a cette part d’humanité imposée qui m’empêche de me comporter comme le tueur en série psychopathe que j’étais avant… avant ce foutu projet Equilibrium ! Putain de bordel de merde ! Comment on effraie les gens ? J’en sais que trop rien, je suis conditionné pour les torturer et les tuer… pas pour faire semblant de vouloir les torturer et les tuer. C’est peut-être ça la clé pour le dessein suicidaire que j’ai cette nuit ? Accomplir ce que j’ai toujours accompli… sans véritablement l’accomplir. Ouais, ça peut faire l’affaire.

Peu convaincu de moi-même, j’écrase ma cigarette contre le tronc d’arbre, prends soin de conserver mon mégot dans mon paquet de clopes, sait-on jamais si les choses tournent mal et que ce jardin devienne l’objet d’une véritable scène de crime… À grandes enjambées de géant, je traverse le jardin, enfonce la porte arrière d’un coup de pied, 9mm dans une paluche et annonçant mon intrusion en laissant s’échapper dans le silence du lieu l’un de mes légendaires grognements de bison mal luné. Certes, cette entrée en matière est amateur, mais cela fait des lunes que je n’ai embusqué personne et il faut bien se dérouiller avec les moyens que l’on peut !

J’suis dans la cuisine. À peine cette prise de conscience faite, que j’entends resurgir de l’ombre un cri de guerre inespéré et la silhouette de la propriétaire qui vient avec. Je mire une serviette de bain, une tignasse argentée et la figure de poupée de porcelaine qui arbore l’élan de celle qui a véritablement peur pour ses miches toutes fraîches lavées. Hormis le fait que cette nana ne ressemble en rien à la rouquine à taches de rousseur que j’espérais retrouver ici, il y a le détail de la poêle à frire, mais ce qui me choque le plus c’est l’air plutôt familier de la demoiselle…

- BORDEL, PRIMA, MAIS CEYYYYY--- AIE-EUH---UGH !!!

J’ai à peine eu le temps de m’exclamer, de la désigner avec la gueule de mon arme de poing, que je me suis pris en pleine gueule le dos de son arme de prédilection et qu’au moment où les douze coups de minuits résonnent contre mes tempes, c’est trente-six chandelles qui tournent autour de ma caboche parce que ses foudres s’abattent pour une deuxième fois sur moi. J’suis pas le Man of Steel de cette abracadabrante histoire et c’est pourquoi est-ce que mes opalines roulent instantanément dans leurs orbites et que cul par-dessus tête j’embrasse à pleine bouche le parquet de cette putain de cuisine.

Vulnérable, mon monde devient littéralement abîme et j’ignore tout simplement ce que cette vieille connaissance va faire de ma carcasse de petit inconscient.

Finalement, me cacher sous le lit ou dans la garde-robe… s’était peut-être pas une mauvaise idée…

- ZzzzZZZZzzzzzzzZZZzzzzz…

Bon appétit et bonne nuit =)

_________________

A room without a view
- It's all I ever needed, my love for life is gone -

moodboard... MADE BY MON BÉBÉ SOEUR ET MERCI BEAUCOUP Sasa:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Bill Watson

❖ Date de naissance : 22/04/1989
❖ Barge depuis : 21/12/2016
❖ Messages : 194
❖ Avatar : Tuppence Middleton
❖ Crédits : Swan & Salami <3
❖ Multicomptes : Thursday la dingue
❖ image :
❖ Âge personnage : 30 yo



MessageSujet: Re: Stranger Danger! (ft. Salem) Sam 13 Mai - 23:14



Stranger Danger!

- feat Salem -


Je crois que j’ai rarement eu aussi peur de toute ma vie. Dans l’obscurité je ne peux voir que sa silhouette, mais elle me paraît suffisamment massive et menaçante pour me coller la trouille. Je sens que mon imagination se met à galoper. Vu la chance que j’ai en ce moment, je suis probablement tombée sur un tueur en série. Ou un violeur. Un bon psychopathe en tout cas. Qui entrerait comme ça en catimini chez quelqu’un ? Personne de normal en tout cas, et Lexis m’aurait prévenue si quelqu’un devait venir. Il va falloir que je résolve ce problème. Mais je n’ai rien d’une héroïne ou d’une guerrière. Je n’allais même pas manifester dans la rue, avant. Je serais bien incapable de me débrouiller seule dans cette ville et à cette époque, j’ai largement eu l’occasion de m’en rendre compte. Mais là je suis seule. Personne pour venir à mon aide et je n’ose pas crier au risque que l’intrus décide de m’attaquer. Je n'ai pas eu beaucoup de temps, juste celui de prendre mon courage à deux mains, prier pour que ma dernière heure ne soit pas venue, et frapper. Encore et encore. Je crie et je ne comprends même pas ce qu’il essaie de dire, qui n’a probablement aucun sens. Il ne devait pas s’attendre à ça. Et moi non plus d’ailleurs. Il finit par s’effondrer lourdement sur le sol, face contre terre. Je me tiens là, bêtement, ma poêle toujours entre les mains. Sur le coup, je me sens puissante, emplie d’une formidable énergie: je viens à moi seule de mettre ce type bien plus imposant que moi hors d’état de nuire. J’ai la brusque impression d’être Xéna la Guerrière, ou Wonderwoman. Je suis capable de me défendre, capable de survivre!

Puis l'adrénaline retombe et soudain je réalise la situation dans laquelle je me trouve. D’accord, il est inconscient pour le moment, mais ça ne durera probablement pas. Je m’approche tout de même pour vérifier qu’il est bien inconscient. Il a beau être sans doute un agresseur potentiel, je ne suis pas certaine que j’aurais assumé le fait de l’avoir tué. La situation est déjà assez dingue comme ça. Mais il faut que je trouve un moyen de le neutraliser. J’allume la lumière et je pars dans la cuisine, à la recherche de quelque chose qui puisse m’aider. Je parviens à dénicher dans la corde dans un placard qui ressemble plutôt à un débarras. Ca fera l’affaire. Je retourne vers le type et l’attrape par les bras. Tant bien que mal j’arrive à le déplacer jusqu’à ce qui semble être un radiateur. Il pèse son poids et je mets bien quelques minutes à le bougé. Puis je l’attache aussi solidement que possible à l’aide de la corde.

Bon ça c’est fait. Je ne suis pas tranquille à l’idée de le laisser là sans surveillance, mais je n’aime pas non plus me trouver en serviette de bain face à quelqu’un de mal intentionné. Je fonce dans la salle de bain et je me rhabille à la vitesse de l’éclair avant de revenir. Il n’a évidemment pas bouger. Bon. Réfléchis Bill. Je m’avance et j’avise l’arme tombée sur le sol. Je frissonne à l’idée de ce qui aurait pu se produire. Aussi efficace qu’ait été la poêle, ce flingue m’a l’air de constituer une arme plus efficace. Avec précaution je me baisse pour le prendre dans ma main. C’est la première fois de ma vie que j’en tiens un, peut-être la première que j’en vois un en vrai. C’est froid, et plus lourd que je l’aurais pensé. Je n’aime pas ça. Je sens tout mon être se raidir, mais je sais que je ne peux pas faire autrement. Je le tiens et en me relevant je me rends compte que ma main tremble. Ca n’a rien à voir avec un film. Je ne suis pas certaine que je saurais m’en servir. D’ailleurs, je ne sais même pas s’il est chargé, ou s’il y a le cran de sécurité. Je n’en ai aucune idée, mais il va bien falloir faire illusion.

Je m’assois sur le canapé, juste face à lui. Je finis par poser l’arme devant moi, sur la table basse. Ce n’est peut-être pas prudent, mais je préfère ça plutôt que la tenir en main. Si on était dans le monde réel, mon monde, j’aurais appelé la police. Mais il n’y a pas de téléphone et je ne suis pas certaine qu’il y ait même une police. Alors j’attends qu’il se réveille.


- © FICHE  BY DISTURBED -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Salem L. O'Malley

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 06/04/2015
❖ Messages : 8248
❖ Avatar : Charlie Hunnam.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gifs) & disturbed (css).
❖ Multicomptes : Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Bonne question.
❖ Faction : Rebooté Fraternel après le projet Equilibrium (Audacieux qui s'ignore, né Érudit.)
❖ Forces & Faiblesses : Infecté par un mystérieux virus & mémoire défaillante.
❖ Philosophie : So fucked-up.
❖ Playlist : THE WRIGHT BROTHERS - blood on my name. JAYMES YOUNG - i'll be good. BARNS COURTNEY - glitter and gold. IMAGINE DRAGONS - not today. LO-FANG - #88.



MessageSujet: Re: Stranger Danger! (ft. Salem) Sam 10 Juin - 12:08

« NICE TO FUCKING MEET YOU ! »
Which one, which one of you is into me? Which one, which one of me is into you? We're both schizophrenic I fear. Say how many voices you hear? Which one, which one of you is into me? Which one, which one of me is into you? We are schizophrenic, don't stop. No, not till I fuck this all up.


Situation périlleuse. Situation dangereuse. Doué pour toujours me mettre les pattes dans les plats, il y a ces moments où je me demande parfois comment et pourquoi est-ce que je suis toujours vivant. Ce qui devait ressembler à une embuscade par infraction, ça c’est finalement transformé en un très mauvais remake du film Home Alone. Coup de poêle sur la tête, un ennemi pas plus haut que trois pommes qui vous évince d’un revers de main et vous ligote à un radiateur. Ouais, j’ai minablement et lamentablement échoué pour ce coup là. J’ai sous-estimé les conjonctures et probabilités. Dans cet asile à ciel ouvert qui nous sert de ville, à quoi d’autre est-ce que je pouvais m’attendre en entrant par ici ? À ce que la situation soit fastoche comme un jeu d’enfant et que j’en ressorte victorieux tel Balboa hurlant son illustre Adrienne !?  J’ai peut-être la tronche de déterré du grand boxeur, mais absolument rien qui peut motiver les midinettes groupies à me lancer et soutif et petite culotte pour cette lamentable prestation.

Le voile de l’inconscience se déchire, les sombres rideaux tombent devant mes yeux, j’immerge, mon âme s’écrasant lourdement dans mon enveloppe de chair. C’est l’achèvement de mon errance et de cette petite excursion en équilibre sur la lisière de la vie. La sérénité qui drape, l’oubli qui frappe, la béatitude face au néant, ivresse de sortir du noir, tomber dans le puits sans moires et finalement remonter à la surface. Douleur. Flash. Douleur. Sons assourdissants. Flash. Flash. Douleur. Égarement. Les pulsations cardiaques qui martèlent les tempes. Nausée. Remonter à la surface, après s’être mangé un coup de poêle sur la trogne, ça ressemble à la gueule de bois et c’est fort désagréable !

- Ugh…

Foule en délire. Le spectre de Céline Dion qui doit verser une larme à quelque part. Tout le monde est ému, transcendé de sensibilité, face à une prestation aussi émouvante ! Je dodeline de la tête, elle est lourde, pesante, sur mes cervicales nouées et tendues comme un string, je crois même entendre ma nuque craquer à cet instant. Redresser le visage, mes yeux anesthésiés captant des ombres, des formes, des périphéries qui bougent et tremblotes. J’ai l’impression de voir le monde comme par le biais du reflet sur une cuillère et je me serai volontiers arraché de ce décor digne de Tim Burton, à ce stade. Bouger. Je veux bouger. Impossible. Froncer les sourcils. Me demander ce qui se passe.

Attaché. Je suis attaché.
Ligoté à un radiateur. Les liens sont serrés. Trop serrés. Ou du moins ils me le paressent, puisque le cerveau nageant dans le pouding présentement. Relever le visage devant l’horizon, repérer la table basse, y voir le métal chromé de mon arme qui erre dessus et découvrir la silhouette de nymphe qui siège sur son trône. Le reluquer. La jauger. La dévisager. L’étudier et l’analyser.

- Détaches-moi, la voix brisée, éraillée et aérienne.

Secouer la tête. Tirer sur les sangles. Sans succès. Se tortiller comme un poisson hors de l’eau, pour bouger, pour changer de posture et me retrouver face à c’putain de radiateur. Asséner un coup de pied dessus. Un autre. Encore un autre. Et puis un autre. Comprendre que ça ne marche pas et juste plaquer la semelle de ma boot de cuir sur le mur érigé juste sur le côté et tenter de forcer les liens en tirant comme un forcené. Autre que de me péter les poignets, suer comme un porc, rien ne se débloque. Se tortiller à nouveau. Se retrouver face à l’ennemi, puisque sortant depuis peau du brouillard, je ne parviens pas à bien définir ses traits et tout ce que je vois c’est cette satanée table basse qui supporte mon flingue. Tenter l’impossible et dégainer un coup de pied sur le meuble. J’ai des foutues longues jambes et il s’avère que ça rend service une fois de temps en temps. Comme pour cette fois-ci : la pointe du pied heure la table basse, elle sursaute violemment, les objets juchés dessus virevoltent et mon arme heurte le parquet et glisse sous le canapé où se trouve mon ennemi flouté.

FAIT CHIER !

-  DÉTACHES-MOI !

_________________

A room without a view
- It's all I ever needed, my love for life is gone -

moodboard... MADE BY MON BÉBÉ SOEUR ET MERCI BEAUCOUP Sasa:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stranger Danger! (ft. Salem)

Revenir en haut Aller en bas
 

Stranger Danger! (ft. Salem)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [CXL] Saint Gapour: Ville en danger?
» [Romans] Desert of Danger
» [Jeu Xav'] Salem
» [Blog] Bionicle bakugan le monde en danger
» [CDG] Le site Generation MP3 en danger de mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › South Side :: Habitations-