Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Samuel A. Díaz

❖ Date de naissance : 14/11/1991
❖ Barge depuis : 07/04/2017
❖ Messages : 41
❖ Avatar : Miguel Angel Silvestre
❖ Crédits : Avat : Elegiah || Sign : Elegiah & Disturbed || Profil : Disturbed
❖ Multicomptes : Arizona J. O'Malley
❖ image :
❖ Âge personnage : 30 Piges si c'est pas beau ça
❖ Profession : Profiler
❖ Faction : Candor
❖ Forces & Faiblesses : T'as déjà demandé à la perfection si elle était imperfection? Non. Bah là c'est pareil.
❖ Philosophie : Baby I'm On A Roll
❖ Playlist : KID INK ♦ Body Language || MOSSY ♦ Warpaint || UNLIKE PLUTO ♦ Everything Black || MIKKY EKKO ♦ We must be killers || PHANTOGRAM ♦ Black Out Days || SPICE GIRLS ♦ Wanna Be || MADONNA ♦ La Isla Bonita (révises tes classiques le viking!) ||



MessageSujet: Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world Ven 7 Avr - 21:14

Samuel Apollo Díaz
MY SPIRIT GETS SO DOWNHEARTED SOMETIMES

Un certain 14 Février 2095, je suis arrivé ici-bas, dans ce bled pourri que l’on reconnait comme étant les contrées des Altruiste. Que cela soit calculé en printemps, en bougies, en années, je peux vous certifier que j’ai 30 balais. Puisqu’on ne choisit pas sa famille, je viens d’une classe sociale Pauvre. Issu et déchu de cette trempe, c’est ce qui m’a doucement ouvert les yeux sur le futur qui m’attendait sournoisement et qui m’a tranquillement aspiré à devenir Profiler pour le chicago police department que vous connaissez aujourd’hui. Tristement (ou heureusement) pour vous, je suis célibataire et libre comme l'air et dans la même veine Uh, je vous avoue que c'est une question qui m'embête parce que, vous voyez, la vie est si courte que je trouve qu'on devrait pas s'emmerder avec de pareil… Ouais bon, okey j'abrège, même si on me croit homo' je pense bien être hétérosexuel. Pardon, vous dites ? Me décrire en quelques mots ? Bon, d'accord : Si je vous disais que j'étais un dieu vivant sur terre, ça vous suffirait? Non hein. Je suis profiler mais également expert en détection des mensonges grâce au body language et l'analyse des micro-expressions. Mes méthodes sont loin d'être très orthodoxes mais sont réputées pour être foutrement efficace. J'ai une luck du tonnerre qui ne lâche pas mon illustre derrière. Lunaire, sale gosse, fun as hell et chaud comme la braise (ouais, j'ai une vision assez juste de moi-même), mes sautes d'humeur font que, j'ai l'air parfois, un peu névrosé. Ouais bon okey, beaucoup, mais je vous jure, c'est bien pour ça que vous m'adorez, puis je suis pas encore bipolaire. Et ça, c'est un bon point! Fin', pour vous s'entend. Parce qu'en toute honnêteté, personnellement, je m'en fou comme de l'an quarante.. De ce fait, il faut dire que je suis assez asservi avec notre si belle société qui se retrouve morcelée en cinq factions et qui par conséquent m'a permis de me sortir de cette vie de misère que la vie a failli me refourguer. Outre tout ça, d’un aspect purement superficiel, trop souvent, vous avez cette fâcheuse manie de me confondre avec Miguel Angel Silvestre. Mais ne faut-il jamais se fier à la couverture d'un livre ?


Je prends place dans l'amphi', m'assois à côté de Liz qui a déjà repiqué son année avant de voir un stylo atterrir sur un grand colosse blond à la bouche de mérou. Stupéfaite, j'observe d'un air médusé la scène qui est brusquement en train de se dessiner devant moi.

- Hey !! Toi là ! Ouais, toi, l'espèce de grand macaque qui vient de s'échouer telle une larve informe sur le bureau situé à très exactement 3m70 de moi. Si ce que je suis en train de raconter t'émoustille autant qu'une dissert' sur l'herpès génitale de sœur, tu peux toujours prendre tes cliques et claques pour te tirer de là au lieu de m'imposer la vision affligeante de ta gueule en train de se décomposer en temps réel juste sous mon nez.

- Baaaah non c'est-à-dire m'sieur que…


C'est qui ce malade? Notre prof, sérieusement? Mais qu'est-ce qu'il fout? Je continue à analyser les gestes de l'intervenant qui se met à lever son index gauche en l'air avant de regarder en la direction opposé du côté de la porte de sortie, pour ensuite mouliner des doigts un va-t'en des plus explicites. Seigneur… C'est quoi cette drama queen sortie d'un mauvais remake de Queer as Folk?

- Bzzzzzzzzzzzzzb!! Tu sais quoi? Dégage. Sors de là, tu m'exaspères. Puis, t'es accessoirement aussi recalé pour ce semestre. Va voir en sociologie si j'y suis.

- Hahaha ouais c'est ça, très drôle m'sieur.


Oh oh, t'aurais pas dû dire ça toi… Je détaille un instant le type qui s'écarte de son bureau tout en décroisant les bras.

- M'sieur? Hun hun… Je crois, que t'as pas très bien compris…

Me demandez pas pourquoi mais, instinctivement, j'effectue un léger mouvement de recul qui me scotche à ma chaise tandis que notre pseudo prof' s'approche de l'étudiant pour, d'un mouvement de bras, fait voler ses effets personnels au travers de la salle tout en empoignant son sujet de cours.

- J'ai dis OUT !!!! Hors de ma vue !!! Du vent, de l'air !!! Va polluer une autre classe que la mienne !! Tu piges ou pas ?!!!!

C'est qu'en plus de lui aboyer dessus, il lui balance les restant de sujet chiffonnés à la tronche tandis que l'autre abruti sort de la classe en courant. Super… Ça promet.

- D'autres volontaires? Non, personnes? Bien.

Alors que l'autre bipolaire retourne s'appuyer contre le bureau qui fait face à l'amphithéâtre et ajuste son oreillette, je me retourne vers ma voisine pour lui chuchoter :

- Mais c'est qui ce taré? C'est lui le prof super cool dont tu m'avais parlé? Tu déconnes là.

- Mais non! Fin' si, c'est lui mais, je t'assure, il est un peu freak vu comme ça mais, il a une approche vachement intéressante de la matière. Faut juste… Éviter de le foutre en rogne. Puis c'est des grands airs qu'il se donne c'est tout. Ah attends regarde, il va rajouter un truc.

Liz me désigne le type du menton avant que ce dernier ne reprenne la parole :


- Bon, maintenant que j'ai enfin toute votre attention, on va peut-être enfin pouvoir passer aux présentations. Je m'appelle Samuel Apollo Díaz et je serais votre professeur en analyse comportementale pour ce semestre, car, pour une raison que j'ignore, la nation semble placer ses espoirs en vous en tant que futurs psycho-criminologues. Après ce qui vient de se passer, vous devez sans doute me prendre pour un dingue. Tant mieux, vous faites bien. Parce que je le deviens lorsque je vois des petits cons se toucher le nombril pendant que d'autres essayent d'avancer et d'évoluer. D'apporter quelque chose à notre société. Parce que, dans le fond, c'est bien pour cette raison que vous êtes ici non? Alors si vous avez subitement changé d'avis et que vous souhaitez vous réorienter, faites-le maintenant, mais ne me faites surtout pas perdre mon temps ni celui de vos camarades qui veulent apprendre. Si vous décidez de rester, alors accrochez-vous parce que je serais la pire crasse qui soit pour vous blinder face à tout ce que vos mirettes vont devoir ingurgiter pour affronter la réalité de notre métier.

Okey, ça, au moins, c'est clair… Et c'est quoi ce truc qu'il se met à écrire au tableau ?

- Voici, votre kit de survie pour ce cours. Il est très simple et repose en trois commandements :  Numéro 1 j'ai raison, numéro 2 j'ai toujours raison et numéro 3 même quand j'ai tort, j'ai raison. Pourquoi? Parce que je me fous ouvertement de votre gueule. Je vais vous envoyer sur de fausses pistes juste pour avoir le plaisir de vous voir vous dépatouiller comme de pauvres empotés avec les cartes que je vous aurais distribué. Commandement bonus : N'essayez jamais de me déchiffrer, je saurais ce que vous voudrez faire avant même que l'idée ne vienne vous effleurer l'esprit. Encore une fois, pourquoi?  Parce que votre corps aura parlé pour vous et que, les esprits, mes chers et braves apprentis, c'est moi qui les décortique, vu? Exemple :

Monsieur Díaz désigne un étudiant au pif le plus absolu :

- Toi là, la roukmout hirsute, tu me prends pour un gros con prétentieux. Et t'as en partie raison. Un, tu vas lever les yeux au ciel pour faire l'étonné, deux, là tu t'agrippes à ta table comme un abruti parce que je viens de te déstabiliser, trois, tu regardes ta voisine dans l'espoir de trouver en son regard un quelconque soutien, histoire de croire que t'es pas le seul dans cette merde, parce que, oui, tu commences un peu à flipper et que, quatre tu te mets à avoir des idées encore plus merdiques car, non, je suis pas télépathe, même si ça aurait été le kiff de ma vie.

Terminator le fusille du regard en haussant les épaules et en ouvrant les bras :

- Mais tu crois quoi toi ? Allez bon sang atterris! Je suis juste en train de te prendre pour mon cobaye en temps réel. Bon, fin de la démo, tu peux te remettre à respirer maintenant, l'effet de surprise est passé depuis au moins dix minutes puis, vu comme t'es en train de transpirer, ta copine à côté risque de ne pas apprécier… Bah ouais quoi, je vois tes gouttes de sueur perler d'ici. Puis essuie-toi ça commence à devenir franchement écœurant.

Pause. Je suis où? Je vais vraiment devoir endurer ça durant tout un semestre? Il est tellement bizarre ce type que je sais même pas quoi en penser. Puis regardez-moi ça, il est là, à se pavaner avant de tranquillement se remettre à gribouiller une autre de ses règles à la con au tableau. Bordel, sérieusement, mais qu'est-ce que je fous là ? Elle est où la sortie? Pourquoi malgré tout je bouge pas?

- Je pense maintenant que vous avez tous compris le principe. Mes méthodes d'apprentissage ne correspondront pas forcément à tout le monde, mais tant pis, c'est comme ça, vous allez devoir apprendre à dealer avec. Mes collègues le font, alors vous le ferez aussi. Croyez pas que je serais le genre de prof à me soucier de vous en dehors de ces murs. J'ai ma vie, vous avez la vôtre. En deux mots : oubliez-moi. Que vos parents détiennent la moitié de la ville ou qu'ils ramassent la chiure de pigeon restée coincé sur le cloché de l'église, pour moi c'est du pareil au même. J'ose espérer pour les premiers qu'un jour, vous brillerez autrement que par le nom qu'on vous a refourgué à la naissance et pour les deuxièmes, que vous aurez assez de niaque pour vous sortir du tas de merde en lequel on vous a collé le nez à votre arrivée au monde. Parce que oui, je crois en l'équité. Ah et, si un petit con fait la moindre réflexion sur mon deuxième prénom, il sera tout bonnement exclus du programme. Non c'est pas la peine de chouiner et oui j'ai le droit de faire ça. Hum… Bon, puisqu'on a fait le tour… On peut passer aux questions réponses. Vous avez cinq minutes pour me questionner sur n'importe quel sujet.

Une main maladroite se lève dans l'assemblée :

- Uh… Hum… Est-ce. Est-ce que… Est-ce que ce métier vous a changé ?

- Oui. Car, à présent, je vois la vérité, sous toutes ses formes. Pure, absolue, je la vois partout, alors qu'avant, il me suffisait de fermer les yeux pour l'oublier ou la déguiser. Non, car malgré tout ce qu'on peut voir, toutes ces choses que l'on peut emmagasiner, je suis resté le même, quoi que… Parfois en pire. On revient donc finalement sur notre oui.  

- Vous faites quoi durant votre temps libre?

- Ça, Rapunzel, ça te regarde pas. Next !

Ma voisine de droite se penche vers moi afin de me murmurer, un sourire étrange aux lèvres et une lueur de groupie ravagée dans le regard :

- O.M.G j'adore déjà ce type ! Puis il est sexy !

Je la dévisage d'un air semi-écœuré semi-décontenancé, avec une seule et unique pensée ne cessant de me traverser : celle que j'allais inévitablement crever et que ce guignol allait tous nous achever d'ici la fin de l'année. J'aurais dû me barrer quand je le pouvais.

 

AS I WALK ON THROUGH THIS WICKED WORLD


Séance de Psychanalyse n°81,
Extrait 5 - Mars 2120

Je suis un homme du passé, qui vit dans le présent mais qui demeure inéluctablement enchaîné au passé, je saute à pieds joints en un futur insoupçonné, m'enivre d'une vie à la mesure de mes envies démesurées, me goinfre de tout ce qu'une situation peut m'apporter et en extrait la quintessence de cette réussite à laquelle chacun est un droit de rêver. Tout ce qu'un homme peut désirer, moi, je le désire plus. Mais je suis, de cette façon aussi illogique, déchirante et foutrement agaçante, un homme du passé. Pourquoi? Parce qu'il y aura toujours cette pièce manquante à ma vie issue de ce chien galeux nommé passé qui m'obligera à le regarder et à le décomposer pour mieux le ranimer. Alors, je m'en empreigne, le tatoue sur tous les visages que je croise jusqu'à ce m'en écœurer moi-même. Je le revis, à chaque dossier qui tombe entre mes mains de bohème qui deviennent parfois à chaque page que je tourne un peu plus blêmes. Ternis par toutes ces pensées qui m'assaillent et parfois m'aliènent. Mais je n'en reste pas moins une lumière, une lumière braquée droit sur ce putain de passé qui un jour ou l'autre, trouvera cette vérité qu'on a jamais su m'apporter et que je suis en droit de réclamer. Parce que c'est aussi ce que je suis, la vérité. J'aime la vérité, vous savez, pas celle qu'on sert pour tout arranger, la petite garce qu'on maquille et qu'on farde jusqu'à ne plus rien discerner de ses véritables traits de catin empourprée, non, je parle de l'absolue, la véritable, la pure, celle qu'on n'oserait jamais toucher de peur de la voir entre nos doigts se fissurer. Bordel que je l'aime cette vérité là, elle m'a toujours écorchée la langue, brûlée les mains et crevée les yeux. Tant et si bien, que depuis qu'elle m'a bercé dans mon berceau de bambin mal aimé, je lui ai juré fidélité jusqu'à ne jamais plus pouvoir m'en séparer. Vous comprenez rien à ce que je radote? C'est normal, j'ai pas forcément envie que vous compreniez quoi que ce soit, parce que, vous voyez, me forcer, c'est pas vraiment mon truc à moi. Je suis un putain de paradoxe, je le sais, et j'adore ça. J'aime faire tourner le monde en bourrique et le prendre pour un con comme lui peut le faire avec vous, avec moi. J'ai toujours pas compris pourquoi on leur avait fait ça, mais un jour, je trouverais la réponse. Je le sais, oui, je sais que la clef se trouve là, juste entre mes mains, dissimulée entre ces cold case que plus personne ne voit.  


Séance de Psychanalyse n°17,
Extrait 21 - Février 2118

Andrews : Ce type est un guignol mais un guignol qui fait bien son boulot.

Pamela Nicholson : C'est un véritable ange tombé du ciel, sans lui, on aurait jamais retrouvé notre Jessica. Puis, il est si gentil.

Inspecteur Gillian : Très pro, profil assez atypique, mais, j'ai pas grand-chose à en redire, on s'entend plutôt bien.

Dr Flores : Je veux rien savoir de cette sous merde.

Maitre McCarthy : Bon élément, un peu trop électron libre mais, impressionnant en action !

Agent Sullivan : Zéro tact, il a même traité ma femme de vieux bulldog bouffi.

Inspecteur Williams : Asshole est le mot parfait pour résumer ce petit trou du cul.

Angel : Sam? C'est une crème, une gueule d'ange avec un déhanché diabolique, mon party rocker à moi quoi. Han ouais… Si vous voulez faire la fiesta et tout oublier de votre vie de merde, c'est bien avec lui qu'il faut traîner. Captez son attention et il vous fera perdre la tête, comme il l'a fait avec moi. D'ailleurs quand vous le croiserez, vous lui direz que je l'attends toujours, on s'ennuie de lui au Red.

- Voici les extraits de témoignage de différente personne gravitant au sein de votre entourage aussi bien professionnel que personnel. Qu'est-ce que cela évoque chez vous?

- Que tous les goûts sont dans la nature?

- Je vois. Et si nous analysions plus précisément ce que vous ressentez envers les gens. Pourquoi ressentez-vous ce besoin d'être aussi extrême?

- Je ne ressens rien. Je suis juste ce que je suis, c'est tout. On me demande un avis, je le donne point. C'est pas mon problème si la personne l'interprète d'une façon x ou y. Après tout, ils ont le droit d'avoir l'opinion qu'ils veulent à propos de moi, ça me dérange pas. Puis, pour l'histoire du bulldog, j'ai fait que dire la vérité, j'étais pas censé savoir que c'était sa femme, puis, merde, que je le sache ou pas, ça aurait rien changé à la réalité. Il va passer le restant de sa vie enchaîné à un laideron, j'y peux rien s'il a tiré le mauvais numéro.

-  Vous dérivez encore.

- Je vois pas en quoi.

- Vous refusez de vous lier véritablement aux êtres qui vous entourent. Vous entretenez des relations superficielles quand vous n'essayez tout bonnement pas de vous faire haïr.

- Ah… Je vois. Et, je suis sûre que dans votre grande bonté vous allez me dire la raison du pourquoi dans, trois, deux…

- Vous avez peur Samuel.




Séance de Psychanalyse n°233,
Extrait 18 - Aout 2123

- Je savais !! Je savais que si on le coinçait pas maintenant, cet enfoiré allait de nouveau nous échapper !

- Comment ça?

- Il a disparu! Volatilisé ! Il n'y a tout bonnement plus aucune trace de lui, ou du moins, jusqu'à ce qu'il pète à nouveau les plombs et qu'il recommence !

- Et si vous vous trompiez?

- Pardon?

- Oui, et s'il était innocent?

- Il n'est pas innocent ! Il les a tué je vous dis! Il les a tous gratifié d'une balle entre les deux yeux, et l'enfant avec !  Il veut vous faire croire qu'il n'est rien, qu'un pantin paumé qui applique les ordres qu'on lui donne mais, croyez-moi, il sait parfaitement ce qu'il fait. Il est méthodique et entraîné pour tuer. C'est sans doute la seule chose qu'il ait jamais su véritablement bien faire de toute sa vie. Et je me retrouve-là, à attendre que cet enfoiré repasse à l'action. Tandis que quelqu'un, quelque part dissimules ses traces.

- Vous êtes en colère?

- Bien sûr que je suis en colère !! Je suis fou de rage même !

- Est-ce que cette affaire vous fait penser à eux… à elle ?

- Quoi? Mais bien sûr que non ! Je sais faire la part des choses bordel de merde ! J'ai beau faire le fanfaron je suis pas le dernier des cons !




Séance de Psychanalyse n°67,
Extrait 26 - Novembre 2119

Les gens ne comprennent pas, que l'instant présent est tout ce qu'on a, une fois qu'il passe, il meurt puis s'efface. Alors on recommence, à l'infini, jusqu'à ce que nos sens soient engourdis par tout ce trop plein d'émotion que l'on effleure à peine et qu'on emmure en un recoin de notre esprit. Comme si tout se répétait encore et encore pris au piège en cette boucle qui nous laisse aussi vivant qu'à moitié mort et démunit. La vie est un rêve effrayant professeur, mais un rêve en lequel je ne peux m'empêcher de m'abandonner complètement, parce que derrière tout ça, il y a l'espoir. Je sors ce soir, je vais encore rentrer à moitié ivre, me coucher trop tard, mais j'irais chercher de quoi me ranimer et brûler avec intensité en cette vie qui nous baise autant qu'on peut la baiser. Qui sait, je croiserais peut-être au détour d'une ruelle ce je-ne-sais-quoi que je recherche sans jamais le trouver parce que je suis pas foutu de l'identifier. C'est peut-être pour ça que mes relations ne durent jamais ni n'existent vraiment, vous savez, je me demande parfois ce qu'on attend pour être heureux. On a tout pour soi et pourtant, il y a ce truc qui fait que subitement, on se rend compte que rien ne va. Il y a cette espèce de dissonance agressive et dérangeante qui nous rappelle que tout ça, n'est pas véritablement réel. Mais alors dans ce cas là, qu'est-ce qui l'est?



Séance de Psychanalyse n°305,
Extrait 6 - Septembre 2124

J'aime la vie, profiter du moindre moment qu'elle a à nous offrir, de la simple tasse de café encore fumante et posée négligemment sur mon bureau de verre, à cette vue imprenable sur Chicago et ses quartiers ramenés d'entre les ruines du temps que je peux voir depuis mon appartement, au soleil qui se lève et qui vient réchauffer ma peau qui arbore fièrement ses couleurs dorées. J'aime vraiment la vie, les gens que je peux croiser, les rencontre qu'elle peut m'apporter. J'adore me promener dans les rues du centre et des autres arrondissement, me laisser noyer dans la masse, observer toutes ces vies qui s'entrechoquent, se passent au travers, parfois sans même se voir et d'autres sans même jamais plus pouvoir se séparer. Les bruits qui rythment toute cette cacophonie orchestrée avec cette extrême minutie qui fait que, oui, je ne peux que me prosterner et aimer la vie, pour toutes ces chances qu'à chaque seconde elle ne fait que nous donner, pour toutes ces merveilles qu'elle nous abandonne sans compter ni rien nous réclamer. Hier, je suis retourné dans les quartiers de l'arrondissement du nord, j'y ai revu ma mère, elle m'a avoué être sa fierté. Home sweet home hein, Dieu qu'elle m'avait manqué. Ça m'a fait du bien de la retrouver. Vous savez le plus con dans tout ça ? C'est que j'en ai jamais douté.



Séance de Psychanalyse n°280,
Extrait 43 - Janvier 2123

- La transposition, c'est comme ça que je l'appelle. Pour comprendre l'être que j'ai en face de moi, je ne fais pas qu'imaginer ce qu'il pourrait dire, vivre ou ressentir, non, je me projette complètement en son présent qui demeure être la brèche la plus directe pour pénétrer son psyché. Ses mimiques, sa gestuelle, ses habitudes, ses goûts, ses pensées, j'arrive par observation à en saisir l'essence. Je m'en empare, me l'approprie pour ensuite tenter de décrypter quelle en est la nature profonde. Il en va de même avec les émotions, je me positionne de sorte à ressentir et saisir la moindre nuance que je vais percevoir chez mon sujet pour ensuite mieux l'apprivoiser et comprendre jusqu'où elles veulent le mener. Lorsque je suis sur les lieux d'un crime, j'essaye de recomposer action par action la scène qui a pu se jouer en cet endroit, je me plonge en l'esprit du tueur.

- Ne trouvez-vous pas cette méthode extrême voire dangereuse dû à son côté trop immersif ?

- C'est instinctif, je sais ce qui lui traverse l'esprit et je rejoue l'instant pour déceler au travers de ses gestes devenus mes gestes, la vérité. Je ne pense pas que ce soit pire ou mieux qu'une autre façon de faire, c'est la mienne, puis c'est tout. Vous savez, certains profilers vont visualiser tout le scénario et s'emmurer en plein cœur de l'histoire, d'autres vont aller jusqu'à le recomposer, que ce soit physiquement ou via des supports comme des photos. Moi, je le revis. Alors oui, le risque zéro n'existe pas, mais je suis suffisamment alerte pour savoir faire la part des choses entre eux et moi.

- Vous souvenez-vous des personnalités caméléon monsieur Díaz?

- Je vous arrête tout de suite, je n'en suis pas une, je ne me perds pas en l'image de l'autre jusqu'à total assimilation afin de devenir cet autre. Je sais l'importance qu'à l'image en notre société, qu'elle conditionne l'appréciation que les autres ont de nous, mais, je ne suis pas dans ce processus d'identification par la dissolution au travers de sa transformation.

- Pensez-vous détenir la faculté d'assumer n'importe quelle identité Samuel ?

- Hum, ça, c'est une bonne question professeur! Aurais-je cette prétention? Hun. À vous de me le dire, après tout ici, c'est vous le psy'. Et puis, entre nous, ce que je peux bien penser n'effacera pas l'opinion que vous vous êtes déjà forgée. Non?  




Séance de Psychanalyse n°117,
Extrait 1 - Octobre 2120

- Il faut aller plus loin en la régression. Revenez au moment où votre mère vous a appris la vérité concernant vos parents biologiques. Revenez à vos huit ans. Qu'avez-vous ressenti en cet instant précis?

- Je ne sais plus.

- Bien sûr que vous le savez !

- Ça fait dix fois que je vous dis que non !!! Bordel! Faut que je vous gerbe ça en quelle langue ?!

- C'est faux et vous le savez! Alors répondez Samuel! Répondez car vous connaissez la réponse, vous savez très exactement ce que vous avez ressenti à cet instant précis, seulement vous avez peur !

- Ah bon? Bien sûr, je côtoie la mort tous les jours mais j'ai peur d'un souvenir.

- C'est très précisément ça le problème, Monsieur Díaz. Car ce n'est pas la mort mais la vie qui vous effraie. Et oui, vous avez peur! Peur de vous retrouver aussi démuni qu'à cet instant, celui où tout ce qui était rassurant et familier à vos yeux a foutu le camp d'un simple claquement de doigt ! Vous vivez dans le passé, vous éreintant en cette course effrénée pour trouver la vérité ! Seulement vous avez peur de véritablement pousser la porte qui vous donnera les réponses que vous recherchez depuis toutes ces années !

- …

- Répondez Samuel! Répondez!!!

- De la colère!!! De la haine! Ça vous va comme réponse? C'est ça que vous voulez entendre? Parce que oui, je les ai haï pour ce que ce taré leur a fait !! J'ai détesté ma mère de m'avoir dit la vérité ! J'ai maudit le monde tout entier de m'avoir forcé à véritablement le regarder !! Il les a massacré, vous comprenez? Mon père, ma mère et ma sœur. Il les a séquestré, transformé en parfait petits cobayes, avant de les forcer à s'entretuer pour ensuite envoyer à ma tante, qui est la femme qui m'a recueilli et que j'ai toujours appelé Mama, les yeux de sa sœur, la langue de sa nièce et la main de son beau-frère. Alors oui, j'éprouvais et éprouve sans doute encore actuellement, un certain degré de haine et d'aversion pour cet enfoiré qu'on a jamais su retrouver ! Tout ce que la police a su faire, c'est classer l'affaire sans suite faute de preuve. Et vous savez combien de famille ont été décimée comme ça sur la même année? Sept. Avec le même modus operandi et ce rituel macabre consistant à envoyer aux proches les plus directs les restes appartenant à ses victimes.




Séance de Psychanalyse n°4,
Extrait 12 - Décembre 2117

- La cérémonie du choix a été l'étape la plus simple et à la fois la plus difficile de toute ma vie, je dois bien l'avouer. Je savais que j'étais fait pour être chez les sincères. J'ai toujours eu cette capacité étrange à savoir quand quelqu'un se foutait de ma gueule, à déceler les intentions cachées derrières les sourires contre fait, les actes de bonté de certains culs serrés et surtout, je ne voulais pas de cette vie de misère chez les altruistes. Qu'on s'entende bien, j'aime les gens, vraiment, aussi dégueulasse soit-il, j'ai étrangement foi en l'humain. Sauf que je vois pas pourquoi est-ce qu'on devrait crever la dalle et avoir constamment le nez dans la merde pour faire le bien. Je voulais plus. Faire et donner plus. Aussi bien aux autres qu'à ma mère. Elle a été à la fois les chaînes qui me retenaient près d'elle et le moteur nécessaire à ma réussite éclaire. Seulement, j'avais peur de la blesser en l'abandonnant. Je voulais pas la laisser seule, surtout que mon père était mort cinq ans auparavant, je me disais que ça allait être trop lourd pour elle. Et même si je savais que c'était pas ma mère biologique, je m'en foutais parce que pour moi, j'avais qu'une seule et unique mère et c'était elle. Je voulais lui offrir cette vie de rêve qu'elle méritait et c'est ce que j'ai réussi à faire. Et ça, je le dois à la cérémonie du choix. Beaucoup de gens chialent sur nos factions, notre société mais, sans ça, je serais né avec des fers aux pieds et c'est avec ces mêmes fers qu'un jour, j'en serais venu à crever. Alors non, je suis plutôt reconnaissant de tout ce que le système m'a apporté, c'est sûr que tout n'est pas parfait mais, en même temps, qu'est-ce qui l'est ?

- Vous aimez beaucoup votre mère.

- Je lui dois tout.




Séance de Psychanalyse n°33,
Extrait 2 - Mai 2118

- Aimez-vous les arts scéniques ?

- Ça dépend desquels. J'adore la musique par exemple, faut dire que j'ai une bonne oreille et surtout, un bon déhanché, du coup, je me retrouve souvent à danser quand l'occasion se présente, quand je suis content ou simplement lorsque le feeling me vient, puis, je chante, même si c'est parfois comme une casserole, je m'en fous. En fait, je peux même dire que j'adore chanter comme une merde, je trouve ça bien plus drôle que chanter juste. Bizarre hun? Puis, je sais pas si ça peut rentrer en ligne de compte mais, il y a un truc que j'adore, c'est l'improvisation. Partir dans ce grand n'importe quoi qui va finalement me mener droit vers cette destination que moi-même je ne soupçonnais pas. J'aime voir les surprises que la vie me réserve. Ce qui me mène parfois droit dans des situations de merde ou complètement improbable mais, je dois dire que je suis un sacré chanceux de façon générale, alors je peux prendre le risque de m'en remettre à elle.

- Intéressant.



Séance de Psychanalyse n°11,
Extrait 10 - >Decembre 2117

- Hum, j'ai un parcours universitaire assez étrange je dois bien vous avouer. Au départ, je voulais être avocat, mais, très vite, ça m'a lassé, le côté gratte papiers tout ça, à la longue je trouvais ça gonflant. En parallèle je suivais des études en psychologie, domaine qui m'a toujours intéressé. J'adore comprendre comment l'esprit humain fonctionne, ce qui nous motive à agir de tel ou tel façon, j'aime comprendre non pas seulement l'homme mais, le monde dans son ensemble, voir comment toutes ces multitudes de vies qui se croisent et s'entrecroisent interagissent ensemble et finissent par inéluctablement s'influencer, pour le meilleur comme pour le pire. Mais à côté de ça, il y avait ce truc, cette espèce de litanie incessante qui me venait en tête, tous les jours elle me demandait : pourquoi ? Pourquoi est-ce que nous, humains, êtres dotés d'une soi-disant intelligence exceptionnelle, parvenons à nous gâcher de la sorte? Je voyais le bien et à la fois tout le mal qu'on pouvait faire, aussi bien à nous-mêmes qu'aux autres. Et plus j'étudiais de cas différents au travers de mes cours, plus je ressentais ce besoin d'en savoir plus. Comme si la vérité se trouvait là, en un recoin de nos esprits malades et détraqués, alors j'ai ajouté des cours de criminologie jusqu'à me spécialiser et devenir profiler. Grâce à ça, j'ai pu toucher à tout, jusqu'à avoir quelques notions de médecines légales, passage obligatoire pour bosser avec des légistes et dans la police.

- Quand a commencé votre intérêt pour les affaires classées?

- Vous le savez.

- Je veux que ce soit vous qui m'apportiez la vérité. Après tout, c'est ce que vous faites non? Apporter la vérité.

- Ça a commencé trois années avant la cérémonie du choix. Vous n'êtes pas sans savoir que, nous braves petits altruistes, on est souvent envoyé en mission sauvetage aux quatre coins du monde dès que monsieur tout le monde à un petit bobo. Ado, je faisais toujours en sorte d'atterrir dans les endroits les plus risqués pour soi-disant apporter mon soutien aux infirmiers, de là, je pouvais pas m'empêcher de lorgner du côté des forces de l'ordre. Je me disais qu'un jour peut-être, j'allais découvrir ce qui était arrivé à ma famille biologique. Je posais des questions, beaucoup de questions, à pas mal de monde, je constituais graduellement mon propre puzzle, jusqu'à ce que je me rende compte que ce dernier était voué à être éternellement morcelé. Mais loin d'accepter cette idée, j'ai trouvé la voie qui me permettrait de les retrouver, ces êtres que je n'ai jamais connus mais qui n'ont de cesse de me hanter. Alors dès que j'ai pu obtenir les galons nécessaires, j'ai mis la main sur ces fameuses cold case. Et puis, par principe, je ne supporte pas qu'une affaire soit laissée sans suite comme ça. Je veux pouvoir donner à d'autres ce que la justice n'a jamais pu m'apporter. Parce que, vous voyez professeur, je suis de ceux qui aime les oubliés.



test d'aptitude

(Ce joli questionnaire est ici pour déterminer et choisir votre groupe. Pour répondre à ce petit quizz, vous pouvez souligner ou mettre en gras la réponse qui correspond au mieux à votre personnage. Allant avec la majorité de lettre accumulée, le Staff vous ajoutera au groupe de circonstance... soit la faction que votre protagoniste décide d’appartenir et de servir. Une fois cette parenthèse consultée, vous pouvez l’effacer et simplement conserver le questionnaire. Pour les personnages de moins de dix-huit, vous n'avez pas à le remplir.)


Dans les yeux de votre famille et vos amis, vous brillez comme étant quelqu’un de ?

A) Enclin à tout sacrifier pour aider son prochain.
B) Naturellement apprécié et aimé de tous.
C) Digne de confiance et d’une inébranlable loyauté.
D) Protecteur, irrépressible, peu importe la situation.

E) Sage, qui a toujours le bon mot à tout.

Quand une impasse vous fracasse le nez, votre réaction est ?

A) D’agir et faire ce qui est le mieux pour le plus de monde possible.
B) Être l’auteur d’une œuvre qui met en lumière mes sentiments.
C) Improviser une salle de conseil et discuter du problème avec mes proches.
D) Foncer dans le tas. Tête bien haute. C’est la seule solution !

E) Faire une liste de pour et de contre pour voir les meilleures options.

La profession parfaite, pour vous, c’est quoi ?

A) Tant que c’est Humanitaire, pour moi, c’est le comble de la perfection.
B) Tant que c’est sur l’entretient du Terroir, pour moi, c’est le comble de la perfection.
C) Tant que c’est pour l’évolution de la Science, pour moi, c’est le comble de la perfection.

D) Tant que c’est pour assurer la Sécurité, pour moi, c’est le comble de la perfection.
E) Tant que c’est Politique, pour moi, c’est le comble de la perfection.

Votre priorité capitale et fondamentale en ce moment ?

A) Servir et aider mon prochain.
B) Trouver le bonheur et la joie en mon for intérieur.
C) Atteindre et surpasser l’apogée de mon Savoir.
D) Forger mon caractère déjà bien trempé.

E) Chercher et trouver la vérité en absolument tout.  

FACTION SOUHAITÉE : écrire ici.



SEE YOU ON THE OTHER SIDE

Pseudo : Genre on a encore besoin de ça entre nous?Où as-tu donc connu le forum ? Dans une tanière sombre et underground où on deal des pages de littérature m'voyez le genre? Serait-il indiscret d'en savoir un peu plus sur toi ? Je vous épargne la redondance, je sais que vous aimez que je vous raconte ma vie merveilleuse mais là... Le forum, tu en penses quoi ? Tellement horrible que j'en fais un DC, sérieux, j'ai qu'une envie,
me barrer, ça fait plus d'un an que vous me voyez essayer... Si vous avez déjà des idées de liens ou whatever, hésitez pas les beybey!!! Le règlement du fofo, tu l'as consulté ? Oui ?! One... Hey attends, si je te l'écris, avec tous les yeux qui regardent, y sera plus secret °-°
Puisque t'insistes...:
 



Dernière édition par Samuel A. Díaz le Sam 8 Avr - 6:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Salem L. O'Malley

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 06/04/2015
❖ Messages : 8234
❖ Avatar : Charlie Hunnam.
❖ Crédits : babine (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Bonne question.
❖ Faction : Rebooté Fraternel après le projet Equilibrium (Audacieux qui s'ignore, né Érudit.)
❖ Forces & Faiblesses : Infecté par un mystérieux virus & mémoire défaillante.
❖ Philosophie : So fucked-up.
❖ Playlist : THE WRIGHT BROTHERS - blood on my name. JAYMES YOUNG - i'll be good. BARNS COURTNEY - glitter and gold. IMAGINE DRAGONS - not today. LO-FANG - #88.



MessageSujet: Re: Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world Ven 7 Avr - 21:43

NON, JE RÉSISTE, JE NE SUIS MÊME PAS FAN.... zezette
Et même pas bienvenue à nouveau...

test succeeded



Majorité de E pour


Sincère. Honnête, direct, parfois sans aucun tact, vous ne passerez par quatre chemins pour dire ce qui se trame dans votre tête. Les secrets, selon-vous, c’est une faiblesse et une grande honte au genre Humain. Pour vous, le monde serait un bien meilleur endroit si les gens arrêtaient de se terrer dans le mensonge et les désillusions. Aux yeux des autres, vous êtes une âme que l’on lit comme dans un livre ouvert. Vous ne possédez aucune nuance et prônez la sincérité en absolument toutes choses.

Maintenant que tu es validé, très cher membre de la communauté, nous t’invitons à venir consulter le répertoire des BOTTINS pour t’enregistré dans nos petits papiers. Dans un autre ordre d’idée, pour faciliter ton intégration, nous te conseillons de t’ouvrir une fichette de LIENS et de SUJETS. Pas de gêne à avoir avec nous, hésites pas à prendre les devants pour venir proposer tes IDÉES & DEMANDES si tu en as. Si tu as envie de te détendre et de partager un petit brin de ton joli toi-même, c’est ICI, et ENCORE ICI que les feux des projecteurs sont dressés. Parlant d’IRL, si tu veux en savoir plus sur le STAFF, c’est ICI que les masques retombent. Finalement, si tu veux être au courant de l'acutalité du forum, c'est que tu dois te rendre.

Une dernière petite chose : nous te souhaitons un agréable séjour parmi nous Heart on a plate

_________________

A room without a view
- It's all I ever needed, my love for life is gone -

moodboard... MADE BY MON BÉBÉ SOEUR ET MERCI BEAUCOUP Sasa:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Ezra S. Ravenscar

❖ Date de naissance : 28/12/1998
❖ Barge depuis : 20/08/2015
❖ Messages : 1972
❖ Avatar : jared leto.
❖ Crédits : alaska (vava) + tumblr (gifs) + disturbed (signa)
❖ Multicomptes : silena m. eastwood + maven k. morgenstern.
❖ image :
❖ Âge personnage : 35 yo.
❖ Profession : gérant de flesh & blood, extravagant maître d'un trafic obscur & illégal.
❖ Faction : dauntless.
❖ Forces & Faiblesses : les audaces capricieuses qui dérivent en inconsciences.
❖ Philosophie : take the best, fuck the rest.
❖ Playlist : DIGITAL DAGGERS, the devil within + GET SCARED, sarcasm + MUSE, madness + MELANIE MARTINEZ, mad hatter + THE WEEKND, reminder + ELLE KING, where the devil don't go + CAGE THE ELEPHANT, ain't no rest for the wicked + HALSEY, control + TWENTY-ONE PILOTS, heathens + ROYAL DELUXE, i'm a wanted man + THE WHITE STRIPES, seven nation army.



MessageSujet: Re: Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world Sam 8 Avr - 0:54

OH PUTA
CE ??? MEC ??? Gniah CETTE ??? GUEULE ??? Gniah CE ??? SWAAAG ??? Gniah *respire respire respire* Gniah SAMY LA TORTUE GOD C TROP MIGNON J'AIME CE NOM DE LA MIGNONITUDE VIRILE !!! boobs Laughing ET APOLLO ??? QUAND C'EST QUE TU VAS DANS L'ESPACE ?? (...)(oué je sais MAIS JE DEVAIS LA FAIRE EUKAY ???! Fire )
ptn ptn il me reste que 6% de batterie comment étancher ma joie ??? en ??? si peu de temps ??? Gniah

JE. L'A. DOOOOORE. JPP DE LUI DEJA HELP ME CETTE FICHE???!!!!
*bip bip biiiiiiiiip*
rip

_________________


le pouvoir de l'éclipse lelele :
 

ZHE BIG BAD IN DA PLACE:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Samuel A. Díaz

❖ Date de naissance : 14/11/1991
❖ Barge depuis : 07/04/2017
❖ Messages : 41
❖ Avatar : Miguel Angel Silvestre
❖ Crédits : Avat : Elegiah || Sign : Elegiah & Disturbed || Profil : Disturbed
❖ Multicomptes : Arizona J. O'Malley
❖ image :
❖ Âge personnage : 30 Piges si c'est pas beau ça
❖ Profession : Profiler
❖ Faction : Candor
❖ Forces & Faiblesses : T'as déjà demandé à la perfection si elle était imperfection? Non. Bah là c'est pareil.
❖ Philosophie : Baby I'm On A Roll
❖ Playlist : KID INK ♦ Body Language || MOSSY ♦ Warpaint || UNLIKE PLUTO ♦ Everything Black || MIKKY EKKO ♦ We must be killers || PHANTOGRAM ♦ Black Out Days || SPICE GIRLS ♦ Wanna Be || MADONNA ♦ La Isla Bonita (révises tes classiques le viking!) ||



MessageSujet: Re: Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world Sam 8 Avr - 11:43

Oh mes petits loukoums cosmique !! Vous êtes trop chou ! Dans mes bras mes greluches, venez là que je vous aime comme il se doit ! Crazy Love

Merci ! Je suis contente que le perso' vous plaise ! Priceless On pourra faire pleiiiiiiiiiiiiiiiiiins de bétises en rp mouahahaha Diah

Ma Iago de moi, Samy, ça sera ton petit surnom rien que pour toi, puis pour ce qui est de l'espace, j'attendais ton signal tu vois, tsai histoire d'atteindre le sept ciel tout ça, parce qu'on m'a dit qu'il n'y avait que ta grâce de Poulpelina qui pouvait faire ça Maracasse

*fait des tresses à la crinière d'Ezra et à la barbiche de Salamèche* Spin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Hazel Stevenson

❖ Date de naissance : 12/07/1989
❖ Barge depuis : 08/07/2015
❖ Messages : 356
❖ Avatar : Emilie de Ravin
❖ Crédits : Lolita & Wise
❖ Multicomptes : Calypso Reed & Scarlett Trueblood & Alice M. Lavaud
❖ image :
❖ Âge personnage : Vingt-huit ans
❖ Profession : Serveuse nocturne dans un night club de la Dead End. Le Wrigley se retrouve sans chef, sans toi, l'infimière dévouée.
❖ Faction : Lie de l'humanité, premier choix de ton existence : plutôt qu'une vie de surveillance, tu as choisi les Sans-Factions. Née Altruiste, déchue de ton statut de Dirigeante.
❖ Forces & Faiblesses : Tu es la force du choix & la faiblesse de leur avoir fait défaut.
❖ Philosophie : Quem patronum rogaturus, cum vix justus sit securus ? Dies iræ
❖ Playlist : Devils dont fly (Natalia Kills) ¤ Knockin' on heaven's door (Raign) ¤ Eyes on fire (Blue Fondation)



MessageSujet: Re: Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world Sam 8 Avr - 12:43

OH ARIRI MON AMOUR MON SANG MA BEAUTEY ! QU'EST CE DONC QUE CETTE MERVEILLE QUE TU NOUS SORS LA ? Bavee Bavee Bavee Bavee Bavee Bavee

Je réclame un lien trash-chelou-grrrrrh d'urgence avec Calynette ! What :graychon:

_________________


Even angels could fall in deepest evils things.


2 fab 4 u:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Samuel A. Díaz

❖ Date de naissance : 14/11/1991
❖ Barge depuis : 07/04/2017
❖ Messages : 41
❖ Avatar : Miguel Angel Silvestre
❖ Crédits : Avat : Elegiah || Sign : Elegiah & Disturbed || Profil : Disturbed
❖ Multicomptes : Arizona J. O'Malley
❖ image :
❖ Âge personnage : 30 Piges si c'est pas beau ça
❖ Profession : Profiler
❖ Faction : Candor
❖ Forces & Faiblesses : T'as déjà demandé à la perfection si elle était imperfection? Non. Bah là c'est pareil.
❖ Philosophie : Baby I'm On A Roll
❖ Playlist : KID INK ♦ Body Language || MOSSY ♦ Warpaint || UNLIKE PLUTO ♦ Everything Black || MIKKY EKKO ♦ We must be killers || PHANTOGRAM ♦ Black Out Days || SPICE GIRLS ♦ Wanna Be || MADONNA ♦ La Isla Bonita (révises tes classiques le viking!) ||



MessageSujet: Re: Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world Sam 8 Avr - 12:48

Oh Ma Zezelle ! Mon petit Bretzel ! Mon loukoum et mon miel !! T'es juste trop cute mon dieu merci merci merci merci ça me touche comme tu velours sur mon petit coeur de bambi ça ! Priceless Viens faire un câlinou à ta pépita ! Sasa

Pour Calynette mais avec plaisir ! T'as déjà une idée dans ton sac magique ou tu veux que nos deux cerveaux maléfiques fusionnent pour enfanter un monstre glamourifique ? xD Fire Feu Crazy Love What Fiouf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Hazel Stevenson

❖ Date de naissance : 12/07/1989
❖ Barge depuis : 08/07/2015
❖ Messages : 356
❖ Avatar : Emilie de Ravin
❖ Crédits : Lolita & Wise
❖ Multicomptes : Calypso Reed & Scarlett Trueblood & Alice M. Lavaud
❖ image :
❖ Âge personnage : Vingt-huit ans
❖ Profession : Serveuse nocturne dans un night club de la Dead End. Le Wrigley se retrouve sans chef, sans toi, l'infimière dévouée.
❖ Faction : Lie de l'humanité, premier choix de ton existence : plutôt qu'une vie de surveillance, tu as choisi les Sans-Factions. Née Altruiste, déchue de ton statut de Dirigeante.
❖ Forces & Faiblesses : Tu es la force du choix & la faiblesse de leur avoir fait défaut.
❖ Philosophie : Quem patronum rogaturus, cum vix justus sit securus ? Dies iræ
❖ Playlist : Devils dont fly (Natalia Kills) ¤ Knockin' on heaven's door (Raign) ¤ Eyes on fire (Blue Fondation)



MessageSujet: Re: Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world Sam 8 Avr - 13:08

Je ne suis que coquille vide sans toi, ô mon aimée ! hum Si tu as une petite idée, je t'attends avec impatience dans ma boite à mp pour que nous échangions sur le maléfisme d'un futur plan hysteria Coeur Huu

_________________


Even angels could fall in deepest evils things.


2 fab 4 u:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Samuel A. Díaz

❖ Date de naissance : 14/11/1991
❖ Barge depuis : 07/04/2017
❖ Messages : 41
❖ Avatar : Miguel Angel Silvestre
❖ Crédits : Avat : Elegiah || Sign : Elegiah & Disturbed || Profil : Disturbed
❖ Multicomptes : Arizona J. O'Malley
❖ image :
❖ Âge personnage : 30 Piges si c'est pas beau ça
❖ Profession : Profiler
❖ Faction : Candor
❖ Forces & Faiblesses : T'as déjà demandé à la perfection si elle était imperfection? Non. Bah là c'est pareil.
❖ Philosophie : Baby I'm On A Roll
❖ Playlist : KID INK ♦ Body Language || MOSSY ♦ Warpaint || UNLIKE PLUTO ♦ Everything Black || MIKKY EKKO ♦ We must be killers || PHANTOGRAM ♦ Black Out Days || SPICE GIRLS ♦ Wanna Be || MADONNA ♦ La Isla Bonita (révises tes classiques le viking!) ||



MessageSujet: Re: Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world Sam 8 Avr - 13:30

Mon aimée? Carrément ?

*déchire sa chemise*

Mais je suis à toi adorée de ma vie !!! Prends mouééééééééééé chui làààà Fire

Pour un plan maléfique pour notre avenir mirifique, sois sûre que je vais te mpoter mon petit chat potté, je te reviens là-dessus au plus vite Priceless Puis si entre temps toi t'as des envies particulières, des idées ou des directions en laquelle tu veux qu'on parte, n'hésites pas à me le dire Superman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Silena M. Eastwood

❖ Date de naissance : 28/12/1998
❖ Barge depuis : 10/06/2015
❖ Messages : 3357
❖ Avatar : nina dobrev.
❖ Crédits : lolitaes (avatar) + tumblr (gifs) + disturbed (css)
❖ Multicomptes : ezra s. ravenscar + maven k. morgenstern.
❖ image :
❖ Âge personnage : 24 yo.
❖ Profession : membre du conseil
❖ Faction : erudite.
❖ Forces & Faiblesses : ces ficelles qui manipulent vos âmes dans l'ombre, diablesse manipulatrice au coeur fébrile.
❖ Philosophie : on ne fait pas d'omelette sans casser quelques oeufs.
❖ Playlist : SET IT OFF, wolf in sheep's clothing + FLORENCE & THE MACHINE, seven devils + SIA, elastic heart + HALSEY, hurricane + BEYONCE ft THE WEEKND, 6 inch + ZELLA DAY, hypnotic + ARIANA GRANDE, dangerous woman + PANIC! AT THE DISCO, miss jackson + DUA LIPA, hotter than hell + JOJO, high heels.



MessageSujet: Re: Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world Sam 8 Avr - 14:38

alors, ça fait quoi d'atteindre le septième ciel ? What a Face

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gabriel A. Blackwood

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/01/2017
❖ Messages : 1292
❖ Avatar : Matthew (cutiepie) Daddario
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gifs signature) - Astra (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & G.H. Nolan Wheeler
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Avocat
❖ Faction : Candor (Sincères)
❖ Forces & Faiblesses : Son côté un peu trop direct est une force et il s'en sert constamment, ça peut aussi avoir des mauvais côtés pour peu qu'il fait face à un susceptible mais il est comme ça et ne se rend pas compte que ses propos trop francs peuvent parfois blesser - Sa sensibilité est en soi une faiblesse, bien qu'elle n'apparaisse pas avec n'importe qui, uniquement avec les personnes qui lui sont proches et qui comptent pour lui. - Avec le milieu dans lequel il évolue, son homosexualité pourrait bien lui jouer de mauvais tours.
❖ Philosophie : The law has lost its purpose.
❖ Playlist : Take me home ☾ JESS GLYNNE - Monsters ☾ KATIE SKY - I found ☾ AMBER RUN - I get to love you ☾ RUELLE - Stand by you ☾ MARLISA - Million eyes ☾ LOIC NOTTET



MessageSujet: Re: Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world Sam 8 Avr - 20:51

CA CAY CE QU'ON APPELLE DE LA FICHE FUSEE Inlove Inlove
JE VAIS PRENDRE LE TEMPS DE LIRE TOUT CA
MAIS JUSTE PARCE QUE TOUA TU T'APPELLES SAMOUEL ET MOUA GABRIELLA ON VA AVOIR UN LIEN SUPER SYMPA zezette

ATTENDS JE FAIS UN EFFORT JE SORS LES PONEYS MOUTONS VOLANTS POUR L'OCCASION :
Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh
Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh
Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh
Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh
Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh
Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh
Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh Diaaahhh

ET DES QUE J'AI LU JE REVIENS AVEC MON SWAG D'ANGELOT PUR ET COINCE zezette

REBIENVENUUUUUUUUUUUUUUUE EN TOUT CAS MA POUPETTE boobs boobs
TU DEFONCES TOUT COMME A CHAQUE FOIS boobs boobs
Et en plus, là, t'as même pas de boobs Hola Hola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world

Revenir en haut Aller en bas
 

Samuel A. Díaz ♦ It's a very, very Mad world

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Avatars 200x320 Xavier Samuel
» Avatar 200*320 Bryce dallas howard et Xavier Samuel ♥
» Le choc des civilisation (Samuel P. Huntington)
» Le lapin ventriloque
» Décapage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: damned if you do :: › Présentation :: Fiches validées-