Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 to bring the worst in you out [NOLYN] • HOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
G.H. Nolan Wheeler

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 18/11/2016
❖ Messages : 248
❖ Avatar : Luke (nounours) Mitchell
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gif profil) - Astra (codes signatures) - TF (gifs)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 35 ans
❖ Profession : Avant amnésie > Bénévole au sein d'une association caritative et hacker. Après amnésie > Conseiller en négociation de conflits auprès des Erudits les plus haut gradés.
❖ Faction : Erudites (normalement Divergent Altruiste)
❖ Forces & Faiblesses : Sa divergence est une force dont il avait pleinement conscience avant son amnésie. A l'heure actuelle, elle lui est toujours d'utilité mais c'est une "tare" qu'on lui cache. Il y a beaucoup de choses qu'on lui cache, lui qui a été formaté sur de profonds mensonges. La vie qu'il mène n'est pas la sienne. Signes distinctifs : il a des tatouages sur l'ensemble de son corps et une cicatrice qui descend de son arcade à sa joue.
❖ Philosophie : I don't fucking care.
❖ Playlist : BOYCE AVENUE > Dream on - SIA > Freeze you out - LANDON AUSTIN > Armor



MessageSujet: Re: to bring the worst in you out [NOLYN] • HOT Sam 7 Jan - 22:16



Let this world burning into flames

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Il ne sait pas d’où vient cette indélicatesse de sa part. Il ignore les origines de cette espèce de violence qui régit en son sein et dont il n’a que très peu le contrôle. Tout ce qu’il sait, c’est que son for intérieur ne cesse de lui répéter que ce qu’il se passe est mal et ne devrait pas arriver. Il le sent dans ses tripes mais il est tout bonnement incapable de s’arrêter et de mettre un terme à ces caresses qu’il inflige à l’audacieuse. Il ignore tout de ce corps que ses mains explorent avec une dextérité certaine, provoquant des sons les plus agréables les uns que les autres. L’érudit s’amuse avec les glaçons quand il sait que ce vers quoi ils tendent n’annoncent absolument rien de rafraîchissant. C’est belle et bien la chaleur qui les prendra d’assaut et qui continue de consumer la jeune femme avec délectation. Il le lit dans ses yeux, pendant qu’une main effleure les marques noires de sa peau et qu’il brise le cube de glace entre ses dents. Il le sent dans ce gémissement qui meurt au creux de leur baiser lourd de fièvre. Cette même fièvre qui l’anime et ne cesse d’amplifier à mesure qu’il la touche. L’heure n’est plus à l’ère glaciaire, le blond se contente de faire grimper encore et encore la température, sentant son rythme cardiaque battre à ses tempes de façon raisonnable mais augmentée tout de même. En silence il cherche les différents points de tension qui l’amèneront sur le chemin de la perdition. Il cherche encore et encore, palpe et effleure les courbes, presque de manière analytique comme s’il ne s’agissait que d’une expérience. Pour autant, il se remet à la fixer de ses prunelles claires pour observer chaque signe de plaisir. Il note dans un coin de son esprit ce qui marche et ne marche pas, le plus efficace jusqu’à l’inefficace. Une fois qu’il sait et qu’il comprend, sa main glisse vers le point culminant de toutes les attentions et il se fait transgresseur de frontière.

Le dos de la jeune femme qui s’arque un peu plus contre lui est une évidence et bien qu’il ne la quitte pas des yeux, il sent sa langue passer lentement sur sa lèvre inférieure. La chaleur commence à l’atteindre à son tour sérieusement, et il y a quelque chose chez elle qu’il ne semble pas comprendre. Curieux, il entreprend de la faire dangereusement monter vers le ciel dont ils rêvent tous, mais la douceur de sa main contre la seule et unique marque de son visage l’oblige à ralentir, perturbé par un geste qui dénote fortement avec le traitement qu’il lui fait subir, lui qui est doux sans l’être. Imprévisible, et brut à l’état pur. Sans s’en rendre compte, l’érudit s’est arrêté dans son but premier et il se fait surprendre par la main féminine qui lui enserre la gorge après avoir entaillé la peau de son dos quelques secondes auparavant. L’air est coupée, ses sourcils se froncent un instant, il est pratiquement prêt à riposter, comme pour sauver sa vie mais il la sent bouger et inverser les positions alors il retient ses gestes et ses poings. Ses yeux ne cessent de la scruter mais il attend de voir, essayant de respirer. Ce n’est que lorsqu’elle le lâche enfin qu’il prend une grande bouffée d’oxygène, à son tour allongé contre le matelas humide de sueur, les draps chauds comme la braise.

Sans dire un mot, Grant la fixe toujours quand ses lèvres viennent une nouvelle fois trouver les siennes et qu’il la sent bientôt onduler contre lui au point de lui faire lentement perdre la tête. Sans perdre un instant, sa langue vient trouver la sienne et ses mains se positionnent dans le creux de son dos avant de passer sur ses hanches et de les serrer avec force. Son souffle se fait plus lourd, au rythme de ce nouveau baiser qu’ils partagent, de ses mains qui touchent son corps tout aussi chaud que l’ambiance elle-même. Il quitte ses lèvres en même temps qu’elle et rouvre les yeux sur un plafond qu’il n’aurait jamais pensé voir. Il ne sait pas pourquoi mais être dans cette position le dérange un peu, et cette langue qui court dans son cou et sur sa peau se fait vile tentatrice le poussant un peu plus dans les abysses du brin de noirceur qui l’habite. Elle s’applique à outrepasser les barrières de ses vêtements et il ne peut alors que sourire en constatant qu’elle descend lentement mais sûrement vers son propre point culminant dont le désir ne désemplit pas pour elle. Ce n’est qu’au moment où elle ne se trouve plus au-dessus de lui que le temps s’arrête. Immobile, il s’arrête de la toucher et se contente de fixer le plafond après avoir grogné deux ou trois fois sous les coups de dents qu’elle lui a offert. Il ne dit rien, irrémédiablement secret et mystérieux, seul son souffle et sa respiration qui se saccade trahi ce qu’il ressent en cet instant. Curieux de voir jusqu’où elle est capable d’aller, il demeure ainsi immobile jusqu’à ce que le propre souffle de Brooklyn ne se fasse trop grande expectative. Un frisson glacial parcourt tout son corps et il se sentirait presque avoir la chair de poule. Ses doigts l’effleurent et il se crispe instantanément, soupire puis se fige à nouveau. Il attend ainsi pendant de précieuses secondes et le désir grimpe tout seul sous le traitement qu’elle lui inflige. Mais les secondes s’enchainent et la sauvagerie le reprend au creux de la gorge, au fin fond de ses tripes. Il ne peut pas rester ainsi allongé.

D’un mouvement sec, il se redresse, assit sur le lit il se rapproche aux pieds pour venir rattraper la jeune femme. Deux coups de pieds et il se débarrasse de tout surplus de vêtement qui reste sur lui et c’est sans la moindre douceur qu’il revient l’allonger sur ce même matelas et prend possession de son corps sans y avoir réellement été invité. Parce qu’il n’en peut plus et qu’il n’est pas là pour faire durer. Ses coups de reins se font violence tamisée et ses lèvres meurtrières pour tous ces baisers échangés où leurs souffles et gémissements se confondent. Sa main passe dans la chevelure dorée, électrique et grisante avant que ses prunelles ne reviennent la scruter pendant qu’il intensifie la cadence. Il ne devrait pas faire ça, inconsciemment il y a cette voix qui hurle mais qu’il ne comprend pas. Il ne devrait pas mais il est là. Il le fait. Sa main libre vient attraper la tête de lit qu’il serre avec force, et ses mouvements se font toujours plus sauvages. Il se perd en elle, se perd dans l’instant jusqu’à se perdre complètement dans le temps qui s’effrite. Ce temps qui glisse entre ses doigts et dont il ne sait jamais en apprécier le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4809
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: to bring the worst in you out [NOLYN] • HOT Dim 15 Jan - 18:23

There's no running away from these things that hold you down
Brooklyn aurait pu se contenter de prendre le plaisir qu’il lui donnait, oui elle aurait pu mais c’était mal à la connaitre. Elle avait beau avoir appris à se soumettre, son véritable caractère était celui de la combattante qui tentait toujours de remporter l’affrontement. Et celui-ci était des plus délicieux. Alors usant de l’effet de surprise et d’une gestuelle qu’elle affectionnait et qui sur elle ouvrait d’autant plus les vannes du plaisir, la jeune femme s’arrangea pour inverser la position des corps et se retrouver sur le dessus. Instinctivement, elle commença à se frotter au blond pour faire grimper la température chez lui aussi. Pendant ce temps, elle relâcha sa gorge qu’elle avait opprimée et revint chercher ses lèvres parce que ces baisers avaient le bon goût du pêcher.

Puis pour accompagner sa main qui avait trouvé ce qui faisait l’homme chez lui, Lyn descendit ses lèvres dans son cou et le long de son corps. Doucement, elle avait glissé hors du lit pour se retrouver à genoux entre les cuisses du jeune homme et libéré son membre gonflé par le désir, par ce qui les étreignait tous les deux et les rendaient si vulnérables à la tentation. Pour le torturer, elle ne fit que l’effleurer du bout des doigts, profitant de ce léger temps mort pour retirer son pantalon qui la gênait désormais, et puis elle approcha sa bouche de sa virilité et lui fit comprendre sans trop de mystère ce qu’elle allait ensuite lui réserver comme traitement. L’Audacieuse ne le tortura pas longtemps avant de faire glisser ses lippes chaudes et humides le long de son colosse.

Une main appuyée sur le lit pour garder son équilibre et l’autre entourant l’outil des plaisirs de son amant pour aider les attentions de sa bouche, Brook s’appliqua à le mener lui aussi vers l’extase s’aidant des bruits qu’il pouvait faire et qui résonnaient dans cette chambre qui semblait n’avoir attendu qu’eux toute la soirée. Toute à ses traitements de tentation, la jeune femme se laissa surprendre à son tour par le mouvement du blond qui l’empêcha de continuer ce baiser pernicieux pour revenir l’allonger sur le lit. L’œil brillant et pantelante de leurs activités, elle le regarda finir de se débarrasser de ses vêtements avant d’en faire rapidement autant avec son débardeur et son soutien-gorge. Rapidement, il fut de nouveau sur elle et força l’ultime barrière de son corps, pénétrant son être de la façon la plus intime qui soit.

Un hoquet de surprise s’échappa des lèvres de la demoiselle pour être ensuite remplacé par des soupirs de plaisir alors qu’il violait sans vergogne son antre. Cette sauvagerie était tout ce que Lyn aimait, tout ce qu’elle désirait dans un partenaire et pendant une seconde, elle eut envie de hurler, de se défendre pour se dégager de cette étreinte qui n’avait rien de normal. Ce n’était pas avec lui qu’elle devait être, ce n’était pas lui qu’elle aimait. Pour autant c’était le blond qui était là avec elle et lui donnait ce dont elle avait besoin en ce moment pour chasser cette fièvre qui l’avait pris au sous-sol, sans qu’elle ne sache toujours comment. Et dans un énième combat de leurs langues en furie, elle oublia l’homme qui l’attendait, probablement immobile dans un tout autre lit.

Pourtant comme lui, il eut ce réflexe de s’agripper à sa longue chevelure de blé alors qu’il la dévisageait de nouveau. Le plaisir à l’état brut se reflétait sur ses traits alors que ses émeraudes étaient voilées par cette même émotion tandis qu’elle le regardait. Sa bouche libre et entrouverte laissait échapper des sons exprimant la jouissance. Cette dernière augmentant proportionnellement, à chaque coup de rein plus agressif que le précédent. Cela faisait tellement longtemps que Brook n’avait pas ressenti un désir aussi pur et sans le moindre enjeu. Seule comptait la fusion des corps et la ligne d’arrivée en une explosion de feu d’artifice. Une délivrance proche que la jeune femme reconnu et qu’une nouvelle fois elle repoussa parce que son idée à elle était de faire durer ce moment suffisamment pour assouvir cette tentation jusqu’au bout.

Jouant de ses talents d’entraineur, elle inversa une nouvelle fois leurs positions et revint chercher ses lèvres qu’elle malmena comme elle aimait qu’on s’attaque au sienne mais en veillant à ne pas arriver au sang pour sa part. Lyn se redressa ensuite, invitant le Sincère ou l’Érudit à la suivre afin de pouvoir enlacer son corps musclé et apte pendant qu’elle ondulait de nouveau des hanches sur lui. Elle aimait être active et en même temps pouvoir le caresser et l’embrasser sans être totalement à sa merci. La position était certes moins sauvage mais d’autant plus excitante. Relâchant les lippes du jeune homme, elle se pencha légèrement en arrière pour atteindre le seau, dans lequel les glaçons avaient fini de fondre, de sa main qu’elle plongea dans l’eau encore froide.

Elle revint ensuite la poser sur le torse de son partenaire comme elle l’aurait marqué au fer rouge, pour lui faire profiter de la fraicheur de sa peau qui restait brûlante de par leur action. Elle la remonta ensuite à son épaule et puis sa nuque où Brooklyn enfonça ses ongles pour s’accrocher à lui. Son autre main trouva les draps soyeux pour prendre un appui légèrement plus en arrière et augmenter ainsi l’angle de pénétration du jeune homme en son sein. Cela lui permit aussi de pouvoir revenir avec plus de force vers son bassin contre lequel le sien venait s’écraser à une cadence soutenue pour les guider tous les deux vers le septième ciel. Une cadence qu’elle augmenta d’ailleurs progressivement pour essayer d’égaler celle qu’il avait eue.

Plongeant son regard toujours emprunt du plaisir qu’elle prenait pour le cas où les gémissements dont elle continuait d’alimenter la pièce n’étaient pas assez clairs, dans celui du blond, Lyn chercha à y lire sa proximité avec la délivrance finale. Cette petite morte qu’elle voulait lui offrir. La jeune femme n’était pourtant pas pressée de l’atteindre ou alors seulement si elle pouvait recommencer, car pour sa part elle pourrait y passer la nuit. S’offrir ce moment où le monde extérieur n’existait plus et sa vie non plus. S’oublier encore et encore dans les bras de cet inconnu pour oublier la vie de tromperie qui l’attendait en dehors du Fantasmagoria. Car quitte à faire une erreur qui pourrait lui couter cher, autant la faire jusqu’au bout et en retirer autant de bénéfice que possible.

Brooklyn relâcha ses doigts qui se trouvaient dans la nuque du jeune homme pour venir griffer son torse avant de replonger sa main dans l’eau glacée et de venir en répandre les gouttes sur sa propre gorge. Elle reversa la tête et souffla de plaisir alors qu’elle faisait descendre ses doigts sur les pointes dressées de sa poitrine qui se mouvait au rythme de ses hanches qui allaient toujours plus vite et plus fort à la rencontre de celles de son amant qui malgré lui faisait ressortir une part des plus sombres qui habitait l’âme de la demoiselle.

code by lizzou × gifs by tumblr.

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
G.H. Nolan Wheeler

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 18/11/2016
❖ Messages : 248
❖ Avatar : Luke (nounours) Mitchell
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gif profil) - Astra (codes signatures) - TF (gifs)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 35 ans
❖ Profession : Avant amnésie > Bénévole au sein d'une association caritative et hacker. Après amnésie > Conseiller en négociation de conflits auprès des Erudits les plus haut gradés.
❖ Faction : Erudites (normalement Divergent Altruiste)
❖ Forces & Faiblesses : Sa divergence est une force dont il avait pleinement conscience avant son amnésie. A l'heure actuelle, elle lui est toujours d'utilité mais c'est une "tare" qu'on lui cache. Il y a beaucoup de choses qu'on lui cache, lui qui a été formaté sur de profonds mensonges. La vie qu'il mène n'est pas la sienne. Signes distinctifs : il a des tatouages sur l'ensemble de son corps et une cicatrice qui descend de son arcade à sa joue.
❖ Philosophie : I don't fucking care.
❖ Playlist : BOYCE AVENUE > Dream on - SIA > Freeze you out - LANDON AUSTIN > Armor



MessageSujet: Re: to bring the worst in you out [NOLYN] • HOT Dim 22 Jan - 18:44



Let this world burning into flames

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Il ne la laisse attiser le feu que pendant quelques minutes, rapides, car il y a dans cet acte quelque chose qui le contrarie. Quelque chose qui lui déplait. Comme s’il sait qu’il ne devrait pas être là. Comme s’il ne devait véritablement pas être là. Pourtant son souffle se fait d’ores et déjà lourd, lourd de sens et sans équivoque. Chacun de ses membres se crispent les uns après les autres et il ne parvient pas à lutter contre la violence de l’envie de la remettre allongée sur ce lit. Il ne lui en faut pas plus pour arrêter tout et inverser une seconde fois leurs positions, reprenant ses aises au-dessus de la blonde, plongeant son regard bleu dans celui qu’elle lui offre. Chaque souffle, chaque gémissement se perd dans le silence qui n’existe plus au sein de cette pièce. L’Erudit ne pense plus à rien si ce n’est à cet échange charnel qui l’a appelé sans qu’il ne sache y renoncer. Sans plus d’hésitation et après avoir pris la peine de se protéger, c’est sans y avoir été invité qu’il s’insinue avec la plus brute des sauvageries. L’échange charnel à l’état pur, l’indiscutable et dépourvu de tout sentiment. D’un souffle qui fait écho aux gémissements il va et vient, pousse la cadence au rythme qu’il désire, lui fait prendre la route qu’il désire lui faire prendre. Tout n’est pas calculé car le bleu s’abandonne totalement. Il se perd et dérive en un monde duquel il ne devrait pas faire partie mais sur lequel il vogue avec une horrible facilité.

Le rythme s’accélère, les étoiles lentement dansent devant leurs prunelles. Sa main glisse dans les cheveux dorés tandis que l’autre à la tête du lit vient s’accrocher. Jamais il ne la quitte des yeux, sonde l’arrivée de l’apogée de ce chemin délicieux. Cette dernière semble venir bien trop vite, et c’est d’un éclair qu’il se sent à nouveau basculer de côté, se retrouvant presque tête en arrière, de nouveau allongé sur ces draps de satin. Elle vient s’attaquer à ses lèvres et il grogne d’un contentement et mécontentement certain, il ne saurait dire lequel il préfère entre les deux. Ses dents pincent et il lui répond avec le même engouement tandis que leurs corps sont toujours scellés l’un à l’autre et qu’elle se met elle-même à mener la danse. Qu’elle l’invite ou non, il se serait redressé, mais son torse accompagne la peau chaude de Brooklyn et ne s’en détache pas. Le souffle rauque effleure la peau du visage de la balle à l’aura bien trop sombre pour faire partie de la même faction que lui. Une aura aussi sombre que l’accoutrement officiel qu’elle aurait dû revêtir. Elle n’est ni fraternelle, ni altruiste et encore moins érudite. Sincère est également retiré de l’équation, ne reste plus que la violence à l’état pure et cette hargne au combat que les audacieux ont tous. Il en mettrait sa main à couper mais il ne dit rien, trouve à nouveau ses lèvres et passe une main qu’il vient plaquer dans le creux de son dos, à la chute de ses reins. La danse reprend et Nolan ne peut que soupirer davantage, elle retarde l’inévitable il ne l’a que très bien compris et ne peut réellement lui en vouloir. Qu’elle savoure l’instant car l’érudit le sait, il n’y aura pas de deuxième round. Pas pour lui, pas alors que son for intérieur lui crie qu’une seule fois, ça suffit.

Sa seconde main vient trouver la chaire à la fois tendre et ferme de l’une de ses cuisses, au même moment où elle se penche en arrière pour venir récupérer de l’eau par gouttelette, laissée par les glaçons dans le seau. Elle vient poser sa main fraîche sur son torse et il frissonne. Le contraste chaud/froid est bien trop rapide pour qu’il ne puisse en être autrement. Elle la remonte sur son épaule, jusqu’à sa nuque où ses ongles s’enfoncent sans la moindre gêne. Elle se raccroche à lui et le rythme prend une autre tournure, un angle bien plus profond qui arrache maintes et maints soupirs de plus en plus lourds de sens. Il l’aide comme il le peut, dans la position qui lui a été donné et il ne la changera plus. Violent et sauvage, il ne la ralenti ni ne l’empêche de faire quoi que ce soit, laissant échapper plusieurs grognements qui se perdent dans la pièce. Son regard la fixe et s’embrume un peu plus à chaque seconde qui s’égrène. De sa main plaquée dans son dos, il cherche à rapprocher sa brûlante chaleur de lui mais c’est sans compter sur la cadence qui lui fait perdre dangereusement pied. Son regard disparait du sien, se perd sur les courbes féminines qui s’agitent en parfaite symbiose avec lui et il déconnecte complètement.

Celle qui était venue se poser sur la cuisse de la jeune femme remonte, passe sur l’une de ses hanches qu’il se met à presser au rythme de leur danse effrénée. De plus en plus il se crispe, soupire sans équivoque et la respiration saccadée. Il n’y aura pas de deuxième round, pas pour lui. Sa main remonte jusqu’à la nuque féminine qu’il enserre, tirant sans s’en rendre compte sur la racine de ses cheveux longs qui tombent en cascade dans son dos à cause du basculement de sa tête. Il y a en elle une part d’ombre qu’il ne déchiffre pas, quelque chose qui la rend étrange aussi bien que fascinante. En son for intérieur, il le sait, il ne devrait pas être là. Qu’elle profite de l’instant car elle n’aurait pas d’autre moment. Ralentir l’inévitable est toujours possible. Il n’y aura pas de deuxième round.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4809
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: to bring the worst in you out [NOLYN] • HOT Jeu 2 Fév - 21:05

There's no running away from these things that hold you down
Comment elle en est arrivée là échappait encore à Brooklyn alors même qu’elle continuait sans relâche de faire venir cogner ses hanches contre celles du parfait inconnu qu’elle chevauchait sans la moindre gêne. Le travail avait pourtant guidé ses pas jusqu’au Fantasmagoria, un homme irréprochable en apparence qui avait causé malgré lui sa chute dans cet Enfer charnel. Les probabilités qu’elle découvre un jour ce qu’elle avait ingéré ou ce qui lui avait donné autant de fièvre étaient des plus faibles mais finalement la blonde ne pouvait pas véritablement s’en plaindre. Elle restait dans le pétrin. Ce qu’elle était en train de faire, avec qui elle était en train de le faire, était un boomerang qu’elle se reprendrait un jour en pleine tête, elle en était consciente, mais elle ne parvenait pas à en être désolée malgré ses instincts qui lui hurlaient de cesser cette folie.

C’était peut-être pour cela que l’Audacieuse avait usé de ses dons pour reprendre le contrôle de la situation, pour savourer l’instant et le faire durer. Parce qu’il fallait savoir profiter de ce genre de moment, surtout quand on savait que la vie nous le ferait amèrement regretter. Entrainée par la chaleur qui ne la quittait pas et les effluves sexuels qui emplissaient désormais la chambre, en plus de leurs cris de plaisir, la jeune femme avait repris le dessus et ondulait sauvagement des hanches contre le blond qui semblait subir sa violence avec délectation. Il y avait d’ailleurs quelque chose dans ces gestes qui l’excitait particulièrement. Cette brusquerie qu’il possédait lui aussi et qui l’avait surprise dans un premier temps, mais qui correspondait si bien aux goûts de Lyn que cela en était troublant. Trop.

Coups de dents, coup de griffes, il ne semblait s’offusquer de rien, bien au contraire et cette liberté qu’elle avait avec lui de pouvoir faire comme elle le voulait. Brook se sentait affreuse de penser cela, mais avec cet homme il n’y avait pas de pression, pas de faux pas, pas d’enjeux. Au fond il n’y avait pas de sentiment et c’était bien la première fois depuis longtemps que la jeune femme s’abandonnait ainsi au plaisir sans la moindre arrière-pensée, sans contrepartie et sans état d’esprit. Auparavant ces hommes-là ne servaient qu’à lui faire oublier Salem pendant quelques minutes, éphémère secondes et surtout inutiles. Jamais il ne quittait ses pensées et ne parvenait à véritablement se concentrer sur ce qu’il se passait avec son corps. Quant à Ryder, il y avait sans cesse un affrontement entre eux.

Des sentiments aussi, toujours plus forts et suffocants. Brook l’aimait, véritablement mais cette relation n’avait rien de reposant et elle devait sans cesse réfléchir à ne pas le vexer à ne pas le froisser, à le soutenir sans le faire se sentir diminué. Ils n’étaient même pas tout à fait un couple mais ils n’avaient déjà plus rien de spontané. Même le sexe était devenu compliqué et trop lourd d’un sens qu’il n’aurait jamais dû posséder. C’était pour cela que l’Audacieuse faisait durer le plaisir, faisait tout pour laisser le monde extérieur le plus loin possible pour autant de temps que possible. Elle irait jusqu’au bout de sa folie qui n’avait que pour seule témoin cette chambre au pragmatisme aberrant malgré ses faux airs de romantisme érotique. Les draps se souviendraient du passage de ses deux inconnus qui s’abandonnait à la plus totale des luxures alors qu’elle continuait de danser sur lui et de caresser son corps en émoi.

De la pointe de ses seins pointant fièrement vers son amant d’une nuit, jusqu’à son bouton de rose gonflé de plaisir, elle ne parvenait à stopper sa main gourmande qui retrouva ensuite le torse du blond pour y laisser un peu plus sa marque. Rapprochant ainsi leurs une nouvelle fois, Lyn se savait aux portes du paradis. Elle collait et décollait toujours frénétiquement son bassin de celui de son partenaire pour forcer l’entrée de cet Eden qu’elle n’avait pas visité depuis bien longtemps sous cette forme éthéré. Enlaçant le jeune homme de manière à coincer son visage contre ses volutes qui rebondissaient encore de ses mouvements de reins, Brooklyn rejeta la tête en arrière lorsqu’elle vit enfin la lumière divine se présenter à ses yeux. Un dernier cri de plaisir passa ses lèvres alors que son corps entier se contractait pendant des secondes qui lui parurent une éternité. Elle avait rejoint les cieux.

Brooklyn mit un bon moment à retrouver ses esprits et à desserrer ses doigts qu’elle avait agrippé avec violence dans la chevelure de blé pour finalement faire sensiblement retomber le poids de son corps sur le jeune homme. Elle ignorait toujours son nom et aurait pu être surprise que celui de James n’ait pas glissé sur sa langue lors de cette extase mais il était bien trop loin de son esprit à cet instant pour qu’il vienne effleurer son esprit encore embué par le désir, la fièvre et le plaisir. Pour autant, elle resta accrochée à lui le temps de retrouver son souffle et de calmer son cœur qui menaçant toujours de s’extraire de sa cage thoracique. Ses oreilles sifflaient et pour peu, la tête aurait presque pu lui tourner de nouveau mais elle se tenait fermement à cette ancre qui l’accompagnait dans ce lit qui venait pour sa part de passer la plus banale des nuits.

Durant ce temps de récupération, elle était venu faire reposer sa joue sur les cheveux qu’elle venait de maltraiter, alors que ses mains étaient descendues dans le dos tatoué avec une douceur involontaire mais semblable à celle avec laquelle, elle lui avait caressé la joue auparavant. Il n’y avait toujours pas d’enjeux, simplement l’envie de récupérer après cette danse endiablée, juste un palier de décompression avant de revenir à la réalité. Car même si Lyn aurait souhaité que cette parenthèse dure encore un peu, elle savait que le charme était retombé. Elle n’avait plus chaud, elle avait récupérer ses facultés cognitive et intellectuelle mais elle regrettait de devoir déjà retrouver la vraie vie. Cela faisait-il d’elle un monstre ?!

code by lizzou × gifs by tumblr.

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
G.H. Nolan Wheeler

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 18/11/2016
❖ Messages : 248
❖ Avatar : Luke (nounours) Mitchell
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gif profil) - Astra (codes signatures) - TF (gifs)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 35 ans
❖ Profession : Avant amnésie > Bénévole au sein d'une association caritative et hacker. Après amnésie > Conseiller en négociation de conflits auprès des Erudits les plus haut gradés.
❖ Faction : Erudites (normalement Divergent Altruiste)
❖ Forces & Faiblesses : Sa divergence est une force dont il avait pleinement conscience avant son amnésie. A l'heure actuelle, elle lui est toujours d'utilité mais c'est une "tare" qu'on lui cache. Il y a beaucoup de choses qu'on lui cache, lui qui a été formaté sur de profonds mensonges. La vie qu'il mène n'est pas la sienne. Signes distinctifs : il a des tatouages sur l'ensemble de son corps et une cicatrice qui descend de son arcade à sa joue.
❖ Philosophie : I don't fucking care.
❖ Playlist : BOYCE AVENUE > Dream on - SIA > Freeze you out - LANDON AUSTIN > Armor



MessageSujet: Re: to bring the worst in you out [NOLYN] • HOT Dim 19 Fév - 18:26



Let this world burning into flames

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Il ne comprend pas ce qui a bien pu le pousser à se retrouver là, dans une telle situation. A la base, il n’avait pourtant pas prévu de donner libre cours aux mots de cet autre érudit qui ne cessait de mettre un point d’honneur à essayer de régenter sa vie. Boire, profiter du bon temps, en passer un ou plusieurs avec de jolies femmes. Tout autant de choses que Grant ne fait pas, et ne voulait pas faire d’ordinaire. Pourtant, il est bel et bien là aujourd’hui, coincé entre les courbes d’une parfaite inconnue, son for intérieur essayant de lui faire comprendre l’immense erreur qu’il vient de commettre. Mais il se délecte de la situation, le faux érudit, profite malgré tout de chaque seconde en sentant qu’il se perd dans ces mers agitées où plus d’un homme a déjà dû se noyer. Il s’y perd un peu plus, à chaque seconde, chaque coup de rein qui les rapprochent indéniablement l’un de l’autre. Il y a cette violence dans les gestes de la blonde qu’il ne saurait expliquer. Il y a cette voracité et dextérité qu’il ne pourrait rejeter. Si le moment partagé est plus qu’agréable, son visage ainsi sensuellement lové, il sait pertinemment qu’il n’y aura pas de second tour. Pour peu, il partirait presque sans détour, mais il reste, se perd, lentement emmené vers un ciel étoilé. Ses mains caressent, serrent et pressent, mais ce rythme effréné jamais plus ne baisse. Alors il grimpe et grimpe encore, ce plaisir qu’ils ressentent, il aurait beau ne pas l’avoir voulu, c’est à l’instant même où l’audacieuse se crispe définitivement qu’il l’accompagne sans faux semblant. Le souffle erratique et les pupilles dilatées, c’est contre son corps qu’il se presse tout entier, serre un peu plus les épaules que ses mains étaient venues trouver. Dans l’évidence, il n’a pu se retenir de grogner en sentant les doigts féminins, sur sa chevelure, se resserrer.

Immobile il le demeure, pendant un certain laps de temps, perdu entre deux eaux, toujours collé à celle dont il ignore absolument tout et qu’il ne connait ni d’Eve ni d’Adam. Ce sont finalement les mains qui descendent dans son dos qui le ramènent doucement jusqu’à la réalité, lui qui sent son souffle chaud venir effleurer la peau de la jeune femme, visage toujours plus ou moins coincé entre ses courbes. Il reprend contenance, récupère un rythme cardiaque qui se veut normal. La peau de son dos frissonne et il n’ose perturber le moment, bien qu’il ne comprenne pas toute cette tendresse si soudaine. Ils ne sont en rien des amants.

En silence, son souffle continue de se perdre, de moins en moins rapide. Le retour à la réalité se fait en douceur, comme convenu, et c’est avec tout autant de lenteur qu’il se sépare de son corps et s’assure qu’elle retrouve délicatement le satin des draps qui ont sans doute vu pire que cela. C’est toujours en silence que, les cheveux ébouriffés, il vient se mettre assis au bord du lit, sent le froid du sol contre ses pieds et frissonne un peu plus. Rien ne presse et il prend son temps, se rhabille lentement. Une fois son pantalon de costume et sa ceinture remis, il s’arrête un instant et vient poser ses prunelles froides sur elle. Qu’il le veuille ou non, il planera toujours autour de lui ce mystère qu’il emmène partout, fléau de sa condition, d’amnésique. Il a beau penser s’être trouvé, il n’en demeure pas moins perdu, toujours un peu. Et tout ce qu’il a en sa possession, c’est un prénom. Ce qui serait son véritable prénom. Nolan. Observant la silhouette féminine de bas en haut il esquisse un très léger sourire en coin.

« Vous avez l’air d’aller mieux. »

Comme quoi, avec les bons maux les bons remèdes.

Sans doute voudrait-elle remettre ça, pour ne pas retourner trop vite à la réalité, mais s’il ignore tout de ses sombres pensées, elle ignore tout des siennes et de leurs vies cachées. Ils ne se connaissent pas, n’ont pas de compte à se rendre. Ils étaient simplement… Là. A cet instant. A cet instant où leurs corps respectifs ont décidé de faire pencher la balance au détriment de leur raison et de leur tête.

« Je suppose que je ne vous serai plus d’une grande aide à présent que les choses sont redevenues à la normale. ».

Il ramasse sa chemise, constate qu’elle est inutilisable et l’envoie voler dans une poubelle qui se trouve dans un coin. Il se contentera d’enfiler sa veste, en espérant ne pas avoir trop froid sur le chemin du retour. Une chance sans doute qu’il n’habite pas loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4809
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: to bring the worst in you out [NOLYN] • HOT Mar 14 Mar - 20:45

There's no running away from these things that hold you down
Il n’y avait plus rien dans son esprit, juste le vide laissé par la satisfaction sexuelle que Brooklyn venait d’apporter à son être. C’était la première fois, la réelle première fois qu’elle avait une relation sans le moindre enjeu et avec les passages à vides que la blonde avait visités l’année passée, un peu de détente ne pouvait pas lui faire de mal. Même si au final, elle venait de mettre en péril sa mission pour Moira et sa relation avec Ryder. Elle pouvait tout perdre de la même manière qu’elle avait perdu la raison après son petit tour au sous-sol pourtant elle ne parvenait pas à regretter ce qu’il venait de se produire dans cette chambre, elle n’était pas désolée de ce tenir dans les bras de cet homme alors que doucement sa respiration et son cœur reprenaient un rythme normal.

Elle put sentir que son partenaire également, se remettait de ses émotions et Lyn ne broncha pas lorsque doucement il la fit glisser de sa position d’amazone à la douceur des draps redevenus froids. Elle s’allongea lascivement et essuya sommairement son front du revers de la main en le regardant s’asseoir au bord du lit. Ils étaient revenus à la case départ mais malheureusement le jeu était terminé. L’Audacieuse observa l’inconnu pendant qu’il se rhabillait, toujours aussi fascinée par toute cette peau noircie par l’encre et l’aiguille. Sans oublié le corps sur lequel reposaient tous ces dessins intrigants. Plongée dans ce détail, elle sursauta presque en recroisant ce regard indifférent qu’il posa sur elle avant de lui signifier qu’elle avait l’air d’aller mieux. Elle esquissa un léger sourire. Il n’avait pas idée d’à quel point elle allait mieux.

Toutefois, Brook avait su lire qu’il ne s’agissait pas là d’une invitation à une plus ample conversation. Elle se redressa à son tour, en hochant sensiblement la tête pour lui répondre que oui, ne prenant pas la peine de couvrir son corps dans une pudeur qui aurait paru plus déplacée que son aisance. Elle chercha ses vêtements du regard, prête à suivre dans les pas du blond pour se vêtir mais il la surprit de nouveau en complétant son observation précédente. Se levant lentement, sans ressentir le moindre vertige, elle lui répondit cette fois concrètement. « En effet, mais je te remercie pour…cette médecine atypique…et à jamais je suppose. » Ajouta-t-elle quand il passa la porte de la chambre pour retrouver la vie qui l’attendait à l’extérieur. Désormais seule, la pièce lui parue glauque et inhospitalière.

Lyn mit en conséquence moins de temps que l’inconnu au costume pour se rhabiller, ne passant par la salle de bain que pour vérifier son aspect général et se faire une queue de cheval décente. Elle quitta ensuite rapidement le club, ne pouvant s’empêcher de chercher sa cible première du regard mais sans le moindre résultat. L’air glacé de la nuit lui fouetta le visage et compléta de la ramener à la réalité. Brook avait libérer quelque chose en elle ce soir. Une part de son âme qui suffoquait sous le poids de ses pensées et de ses sentiments malmenés mais elle venait aussi de se rajouter un boulet supplémentaire à la cheville. Cette nuit d’égarement valait-elle véritablement le prix futur que l’entraineur savait venir ? Se mordant la lèvre inférieure, elle constata qu’elle ne connaissait pas la réponse.

Elle ne regrettait toujours pas son geste. Serrant sa veste un peu plus contre son corps pour se protéger du froid, Shadow adressa une pensée à l’ange noir qui semblait toujours veiller sur elle et lui demanda pourquoi il continuait de faire ressortir encore et encore le montre qui l’habitait, le monstre qu’elle était véritablement.

code by lizzou × gifs by tumblr.

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4809
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: to bring the worst in you out [NOLYN] • HOT Mar 14 Mar - 20:45

rp terminé

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: to bring the worst in you out [NOLYN] • HOT

Revenir en haut Aller en bas
 

to bring the worst in you out [NOLYN] • HOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Programme : Bring a friend
» Vidéos poilantes
» The Witcher
» compil débile...on peut aussi appeler ca un Worst of ..
» BRING DOWN THE SKY ! Valkenhayn combos sur CP.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › Downtown :: Fantasmagoria-