Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 DEEPEST SYMPATHY + Graymond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Desmond M. Doyle

❖ Date de naissance : 18/12/1991
❖ Barge depuis : 15/03/2017
❖ Messages : 333
❖ Avatar : Matthew McConaughey
❖ Crédits : SWAN ( avatar ) + KAT ( code signa ) + Tumblr ( Gifs ) Kat
❖ Multicomptes : Klausette cacahuète boulette.
❖ image : I think the honorable thing for our species to do is deny our programming; stop reproducing; walk hand-in-hand into extinction. One last midnight, brothers and sisters opting out of a raw deal.
❖ Âge personnage : 40 ans.
❖ Profession : Membre du conseil, scientifique assidue et chasseur de divergents.
❖ Faction : Erudits.
❖ Forces & Faiblesses : Capacité d'observation hors du commun + Maladie génétique ( ne ressent pas la douleur, dossier médical lourd, traitements journaliers ) + Sociopathe et un tantinet psychopathe ( Incapable de ressentir des émotions comme tout un chacun. )



MessageSujet: DEEPEST SYMPATHY + Graymond Jeu 13 Avr - 16:13


When I die and they lay me to rest
Gonna go to the place that's the best
When I lay me down to die. Goin' up to the spirit in the sky. Goin' up to the spirit in the sky. That's where I'm gonna go when I die. When I die and they lay me to rest. Gonna go to the place that's the best.


Rp perdu -.-"

 


Dernière édition par Desmond M. Doyle le Jeu 13 Avr - 20:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gray J. Wolfgang

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 01/11/2015
❖ Messages : 5113
❖ Avatar : Brett Dalton
❖ Crédits : TF (vava) - Swanou (spoiler signa) - Alas (code signa)
❖ Multicomptes : Envy D. Carter & J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Bras droit des Sans Faction, membre actif de la résistance - Ex Barman au Harvest et rat de laboratoire pour le compte de Moira Rosenbach.
❖ Faction : Divergent, Factionless - Anciennement Amity - Origines Erudites
❖ Forces & Faiblesses : Tolérance face à la douleur - Techniques de combats à mains nues - Manipule plutôt bien les lames, il les préfère aux armes à feu - Sa plus grande faiblesse réside maintenant dans le fait que le Conseil connait sa Divergence - A des cauchemars récurrents sur son enfance - Garde un oeil constant sur ses aînés et les O'Malley.
❖ Philosophie : Season two l I'm gonna shoot you down. - Season one l Count only on yourself, otherwise you'll just die, victim of treason
❖ Playlist : HELLO ▲ Adele - HURRICANE ▲ 30 Seconds to mars - MONSTER ▲ Imagine Dragons - PARALYZED ▲ NF - THE SCIENTIST ▲ Coldplay - FADED ▲ Alan Walker - TRAIN WRECK ▲ James Arthur



MessageSujet: Re: DEEPEST SYMPATHY + Graymond Jeu 13 Avr - 19:26



You can go fuck yourself

FT. DESMOND M. DOYLE


Misérable carcasse. Les fins rayons du soleil traversent enfin les épais nuages gris qui ont du mal à s’éclipser, l’hiver laissant enfin place au printemps. De l’hiver, il n’en a pas vu grand-chose, bien plus enfermé que réellement libre de ses mouvements. Gray ne devrait pas errer en ces champs, il le sait, il est recherché. Capuche sur la tête et mains bandées dans les poches de son hoodie, il a sans doute un peu trop l’allure d’un Salem décidé à faire un mauvais coup, mais il s’en fiche car il doit se protéger, maintenant, et camoufler ce tatouage horrible qui orne fièrement son cou. Grâce à eux. Et surtout grâce à Elle, à cause de Lui. L’ombre de lui-même, il n’est plus que l’ombre de lui-même, encore perdu dans les méandres d’un traumatisme psychologique, bien plus souvent dans les simulations rocambolesques que la dure réalité physique des expériences. Amoindri, il s’est laissé dépérir, refusant de manger, pourtant il s’est battu jusqu’au bout, la hargne au corps, prêt à se mutiler pour enfin avoir la chance de la faire bouger. Elle. Moira. Jour béni et jour maudit où elle a décidé de le laisser filer. S’en aller. Comme s’il serait encore capable de se déplacer en totale liberté ? Identifié comme un phénomène de foire, véritable Divergent, à peine s’est-il retrouvé dehors, pensant trouver refuge au sein d’une Eglise altruiste qu’on le prenait déjà pour de la chair à canon. Un peu plus mutilé, mains bousillées aux trous saillants qui se referment difficilement. Condamné à porter constamment des bandes serrées à essayer de rééduquer des doigts qui ont du mal à se plier. Bousillé. Mutilé. Dévasté.

Et il y avait Lui. P’. Il a insufflé ses anciens préceptes dans sa tête. Compte. Un. Deux. Trois. Sans fin. A jamais. Il ne compte plus le nombre de sérum spéciaux qu’on lui a administré. Tantôt pour décupler les symptômes neurologiques de la douleur, tantôt pour l’annihiler complètement. On l’a plongé, lui et Charlize dans une eau glaciale, au bord de la noyade. Il s’est senti étouffer, perdre pied. Un nombre incalculable de fois il a fini par hurler, cogner, cherchant un moyen de se raccrocher sans jamais parvenir à les faire céder. Brisé. On l’a brisé mais encore aujourd’hui il se relève, Graham. Salem retrouvé et réveillé, il faut à présent réapprendre à s’adapter. S’adapter à sa nouvelle condition, faire avec cette envie perpétuelle de sombrer dans les abysses pour ne plus jamais en revenir. Mais au-dessus de tout cela et des maux il y a la soif de vengeance. La rage, la hargne. Celle qui vous prend aux tripes et vous inonde. Celle qui vous pousse à combattre vents et marées pour obtenir ce que vous voulez. L’ancien fraternel n’aura de répit qu’à l’instant où il verra le cadavre de son père au sol et les yeux grands ouverts. Il n’aurait de répit que lorsque cet homme ne serait plus capable de lui faire vivre un calvaire. C’est ça, qui le tient en vie. Ca et les autres. Ses frères et sœur de cœur, Skylar, à qui il a enfin été capable d’avouer ses sentiments. Ce sont eux, ses bouées de sauvetage. Il ne les laissera pas tomber, quand bien même il ne soit encore que l’ombre de lui-même, bien plus noir et silencieux qu’avant. Bien plus torturé, également. Il ne compte plus les cauchemars…

Paupières closes, il laisse le soleil venir réchauffer sa peau pâle tandis que les cernes sont encore creusés sous ses yeux. Il a du mal à marcher et les bandages de ses mains ne sont pas les seuls qu’il arbore. Son dos a vu de nouvelles stries arriver et rejoindre celles d’origines, tandis que l’une des cicatrices de ses avant-bras a été sauvagement rouverte une énième fois par ce géniteur qu’il méprise plus que de raison. Lame plantée dans la chaire jusqu’à se coincer dans l’accoudoir de la chaise des laboratoires. Ces plaies ne sont pas encore totalement refermées, elles peuvent encore saigner, abondamment s’il ne fait pas attention. Sans parler de l’œil au beurre noir qui reste encore. En très mauvais état. Oui, ça c’est une évidence. Mais tu ignores simplement que tu n’es pas au bout de tes peines, Gray.

Immobile depuis plusieurs minutes, son corps ne bouge ni ne chancelle et il donnerait presque l’impression de ne faire plus qu’un avec la terre. Il a déjà été retrouvé Henrik, pour le prévenir qu’il est en vie, mais aussi pour lui dire que leur père périra bientôt. Dès lors qu’il en aura l’occasion. Il n’a pas trouvé Joe. Non. Il ne l’a pas encore trouvé, ce n’est pas faute d’avoir fouiné, d’avoir cherché. Mais son aînée âgée d’une année de plus qu’elle à peine a toujours su se montrer difficile à dénicher si elle en avait décidé ainsi. Aucun instinct ne lui dit qu’elle n’est en réalité plus de ce monde. Aucun. Mais toi tu erres comme un fantôme en ces terres dépourvues de sens et au goût devenu bien amer. Il ne le voit pas arriver, c’est à peine s’il l’entend avancer dans son dos jusqu’à venir se positionner à côté de lui. Il a bien entendu un léger bruit de pas mais il n’a pas bougé, n’ouvrant ses prunelles d’ébène qu’au moment où la voix résonne dans le silence de la nature qui reprend doucement vie. Comme lui. Il essaye sincèrement, de retrouver goût à cette vie.

Belle journée pour une promenade.

Il ne tourne pas la tête vers Desmond, mains toujours dans les poches, même s’il sent déjà ses doigts se plier douloureusement pour essayer de former un poing qu’il ne parvient pas à fermer. Silence. Gray ne lui offre que le silence et aucun mouvement en sa direction lorsqu’il lui propose une cigarette. Il n’est pas Salem, et il suffit de voir ses chaussures pour savoir qu’il n’a strictement rien à voir avec ce décor.

« Vous n’êtes pas un fraternel. ». Nouveau silence de quelques secondes puis il reprend. « Chaussures aux semelles qui n’apprécient pas la crasse ni la boue. Veste impeccablement repassée de couleur sombre et au tissu d’un toucher parfait. Vous n’êtes ni un Audacieux, ni un Altruiste. Ce qui ne laisse que deux options encore possibles : un Sincère ou un Erudit. Et à noter votre fière attitude, je penche pour la deuxième. Un Erudit. ». Son visage se tourne enfin vers le Doyle, l’éclat de ténèbres se posant sur lui par la même occasion et directement dans ses prunelles. « Vous n’êtes donc pas le bienvenue ici. »

Il s’est passé quelque chose, dans ces laboratoires clandestins.
Tu as perdu des âmes de toi,
Tu as gagné du silence en toi.
Il s’est passé quelque chose, dans ces laboratoires clandestins.
Tu deviens l’ombre dans leur dos,
Tu vis, tu erres, et tu sombres pour leurs plus grand maux.
Comme un chien, marqué. Mutilé. Brisé. Torturé.
Seigneur Dieu, que tu leur feras payer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Desmond M. Doyle

❖ Date de naissance : 18/12/1991
❖ Barge depuis : 15/03/2017
❖ Messages : 333
❖ Avatar : Matthew McConaughey
❖ Crédits : SWAN ( avatar ) + KAT ( code signa ) + Tumblr ( Gifs ) Kat
❖ Multicomptes : Klausette cacahuète boulette.
❖ image : I think the honorable thing for our species to do is deny our programming; stop reproducing; walk hand-in-hand into extinction. One last midnight, brothers and sisters opting out of a raw deal.
❖ Âge personnage : 40 ans.
❖ Profession : Membre du conseil, scientifique assidue et chasseur de divergents.
❖ Faction : Erudits.
❖ Forces & Faiblesses : Capacité d'observation hors du commun + Maladie génétique ( ne ressent pas la douleur, dossier médical lourd, traitements journaliers ) + Sociopathe et un tantinet psychopathe ( Incapable de ressentir des émotions comme tout un chacun. )



MessageSujet: Re: DEEPEST SYMPATHY + Graymond Jeu 13 Avr - 20:23


When I die and they lay me to rest
Gonna go to the place that's the best
When I lay me down to die. Goin' up to the spirit in the sky. Goin' up to the spirit in the sky. That's where I'm gonna go when I die. When I die and they lay me to rest. Gonna go to the place that's the best.

Deux semaines plus tôt, tour Willis.

« - Mademoiselle Wolfgang, vous m'entendez ?

Il avise son corps amaigri par le manque de nutrition. Sa peau translucide. Ses perles bleues lui rappelant parfaitement celles de son demi-frère ... Une découverte remarquable. Joe Wolfgang, à moitié fille O'Malley. Un mélange terrible certainement en cause de sa Divergence. Un … Cobaye parfait. Et elle ne le sait même pas.

- … C'toi enfoiré ? … marmonne la brune d'une voix faible et endormie.
-  Je n'ai pas eu votre frère comme promis, lui annonce la terrible enflure en s'asseyant à ses côtés, manches retroussées et gants de latex couvrant ses pattes.

Un sourire insolent se dessine sur ses babines rendues pâles par le manque d'hémoglobine et de glucides.

- Va t'faire foutre enculé, qu'elle crache d'un rire faible, mais percutant. T'auras jamais mon p'tit frère, sac à merde, tu piges ?

Lui n'en a cure.

- Sans intérêt, balaie-t-il d'une main en joignant ses doigts sur son ventre faible aux côtes creusées. Ses bras sont jonchés d'aiguilles qui drainent encore et encore son énergie et insuffle des drogues. Profitez de votre salive Mlle Wolfgang. La parole, vous n'avez plus que ça. Vous n'avez plus vos coups.

Elle fronce ses fins sourcils, la belle damnée. Dire qu'elle était une enfant terrible. Une enfant craint et détestée. Parfois pourtant admirée. Il lui a fallut seulement un mois pour l'anéantir. Un mois entier durant lequel tous ses proches la pensaient en simple cavale, sans la chercher. Sans vraiment penser à elle, sans doute. Une pauvre oubliée.

- Vous êtes seule, depuis toujours. Et on ne peut pas dire que je fasse office de bonne compagnie pour votre dernier souffle.

Il s'attend à voir de la crainte dans son regard, lorsqu'elle percute le message. Mais, à son grand étonnement, aussi marqué puisse-t-il être, c'est du soulagement qu'il lit. Un « enfin », silencieux. Puis, petit à petit, la crainte qu'il attendait envenime ses pupilles.

- Vous comprenez ? Je me fiche de vous. Ce n'est pas vous que je souhaite atteindre, bien entendu. J'ai puisé toutes vos forces, chercher l'introuvable. Vous n'êtes pas ma solution. Votre divergence est trop faible. Il n'y a rien à en tirer.

Ses pupilles dilatées le jaugent. Des larmes de sel perlent le long de ses joues creusées.

- Vous allez le payer, qu'elle crache avec une férocité surprenante. Les autres m'vengeront autant qu'ils le vengeront. Vous avez pas idée d'à quel point vous êtes dans la merde, Doyle. Ouais, je sais qui vous êtes, votre masque vous cache pas si bien, qu'elle crache, s'agitant, obstruée par les liens à ses chevilles et ses poignets.  Vous ... VOUS ALLEZ CREVER, JE VOUS JURE QUE SI VOUS TOUCHEZ A MON FRERE, SALEM VOUS BUTERA ! Y TE BUTERA ! TU VAS CREVER, CONNARD DE MERDE! TU VAS CREVER !  

Desmond lui, est déjà loin. La mine neutre. Une seule étincelle malsaine dans le regard. La toxine agit d'elle même à présent, se dilapidant lentement dans ses veinules. D'ici quelques heures, Joahanna Wolfgang sera une femme morte.


De nos jours, chez les Fraternels.

La clope au bec, la mine neutre, l'assassin inspire longuement avant de recracher une bouffée de nicotine. Il imagine que son corps a su s'habituer à la toxine dégueulasse. Honnêtement, c'est à la gestuelle qu'il est accro. Si on peut appeler cette dépendance pauvre ainsi. L'autre refuse la cigarette et le détail longuement avant de cracher son venin.

- Belle capacité d'observation, mais c'était assez facile à deviner, qu'il lance en haussant les épaules. Le brun termine sa cigarette, écrase le mégot sous sa semelle et range ce dernier dans un plastique remplit d'autres comparses rabougris, puis dans sa poche.

Malgré les individus qui s'hurlent des instruction pour vaincre la distance entre eux, ceux qui labourent ou ceux qui rient joyeusement au loin, l'endroit est d'un silence remarquable.

- Je ne suis pas ici par plaisir, mais par obligation. Ce sera court. J'ai une nouvelle a vous annoncer et vous devriez prendre un siège.

Il a observé des personnes en deuil. Beaucoup s'écroulent. Wolfgang, lui, réagira autrement. Il le sait. Tout est prêt. Il a ce qu'il faut en cas de nécessité. Le monstre au faciès d'une neutralité effarante se positionne  un peu plus face à lui, laissant une distance d'un bras entre eux et prenant un air contrit.

- Graham, votre sœur n'a pas mis les voiles. Il est arrivé quelques choses le mois dernier pendant que mes sauvages de comparses vous ont infligé ces tortures. J'en suis navré, vraiment, dit-il d'un ton qui semble sincère. Foutre de bon comédien qu'il est. On l'a hospitalisée en urgence après une attaque, elle a intercepté des terroristes avec brio. Un véritable exemple. Malheureusement, ses séquelles étaient …

Il marque une pose. Mimant l'inconfort, desserrant son col en fronçant les sourcils. Sa respiration se fait moins régulière alors qu'il passe une main dans sa crinière parfaite.

- Mr. Wolfgang, votre sœur n'a pas tenu le choc. Elle est décédée il y a deux semaines d'une crise cardiaque après une surdose de toxine. J'ai fait ce que j'ai pu pour la sauver, j'y étais presque. J'ai même réussi la première fois. Mais quelques heures plus tard, elle a fait une rechute. Johanna est décédée comme elle a vécu, en se battant. Elle m'a supplié de vous retrouver et de vous prévenir en premier, la première fois que c'est arrivé. Vous et personne d'autre. Votre frère est au courant par sa fonction à la tour, mais il l'a appris ce matin seulement.

Raclement de gorge.

- Toutes mes condoléances

Echec.
Une tour tombe.
L'engrenage est huilé.
Le mécanisme est lancé.
Impossible de faire marche arrière
.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gray J. Wolfgang

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 01/11/2015
❖ Messages : 5113
❖ Avatar : Brett Dalton
❖ Crédits : TF (vava) - Swanou (spoiler signa) - Alas (code signa)
❖ Multicomptes : Envy D. Carter & J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Bras droit des Sans Faction, membre actif de la résistance - Ex Barman au Harvest et rat de laboratoire pour le compte de Moira Rosenbach.
❖ Faction : Divergent, Factionless - Anciennement Amity - Origines Erudites
❖ Forces & Faiblesses : Tolérance face à la douleur - Techniques de combats à mains nues - Manipule plutôt bien les lames, il les préfère aux armes à feu - Sa plus grande faiblesse réside maintenant dans le fait que le Conseil connait sa Divergence - A des cauchemars récurrents sur son enfance - Garde un oeil constant sur ses aînés et les O'Malley.
❖ Philosophie : Season two l I'm gonna shoot you down. - Season one l Count only on yourself, otherwise you'll just die, victim of treason
❖ Playlist : HELLO ▲ Adele - HURRICANE ▲ 30 Seconds to mars - MONSTER ▲ Imagine Dragons - PARALYZED ▲ NF - THE SCIENTIST ▲ Coldplay - FADED ▲ Alan Walker - TRAIN WRECK ▲ James Arthur



MessageSujet: Re: DEEPEST SYMPATHY + Graymond Jeu 13 Avr - 21:55



You can go fuck yourself

FT. DESMOND M. DOYLE


La déduction évidente ne l’atteint pas et ça n’étonne pas le Divergent. Dans le fond, il en a strictement rien à faire de ce que pense cet homme, les Erudits, il les a en horreur à présent. Ces êtres de sa faction d’origines sont malsains, se cachent derrière des parures d’argent et de soie quand en réalité ils ne sont que des êtres abjectes. Les seules exceptions à la règle sont son frère aîné et Arizona. Le reste. Les autres. Tous les mêmes et ils ne comptent pas. Ne valent rien. Les ébènes fixent inlassablement les traits de l’autre qui fume sa cigarette sagement avec une désinvolture qui saute aux yeux. Au moins, cela dit, a-t-il la décence de ramasser son mégot une fois ce dernier consumé et écrasé. Mégot qui vient rejoindre ses comparses dans un sachet de plastique. Drôle de coutume. Drôle de manière. Mais Gray n’en dit rien, il se mure à nouveau dans le silence et finit même par reposer ses yeux sur l’horizon, le soleil aveuglant quelque peu ses ténébreuses. Toutefois il a connu pire, il n’ira pas s’en plaindre. Comme Eva l’a dit, il reprend des vitamines. L’horizon ne trouve plus spécialement grâce à ses yeux, mais c’est toujours mieux que les mus de verre qui le retenait prisonnier et enfermer, à mille lieux de la lumière du jour. Voilà pourquoi il est là, l’ancien fraternel, pour renouer avec un passé de liberté qui ne sera plus, mais aussi pour se ressourcer et profiter de l’air pur ainsi que des rayons printaniers du soleil. Rien de plus, rien de moins. Pourquoi diable faut-il alors que cet individu vienne tout gâcher ?

J’ai une nouvelle à vous annoncer, vous devriez prendre un siège.

Graham fronce les sourcils en observant à sa gauche puis reportant son attention à sa droite où se trouve Desmond. « Parce que vous voyez sérieusement un siège vous ? ». Ils sont au beau milieu d’un champ, il peut se le carrer où il pense son putain de siège. Et d’ailleurs, comment est-ce qu’il l’a trouvé ? Ca demeure un mystère temporaire, car il finira par demander, plus ou moins gentiment. Le Wolfgang n’avait déjà pas beaucoup de pitié, mais à présent il en a encore moins, surtout envers ces gens-là. Dorénavant, quand on le trouve, ce n’est jamais par l’opération du saint Esprit, et encore moins pour faire ami-ami. En silence, il laisse le bougre venir se positionner devant lui et cacher le soleil à sa vue malgré sa grande taille. La pâleur de son propre visage se fait sûrement violence, sans parler des cernes et de son œil au beurre noir toujours marqué. Dans l’une de ses poches, son poing pas entièrement serré tremble légèrement et de manière invisible à cause de l’épaisse couche de tissu que peut représenter ce hoodie. L’air contrit qu’il arbore plait nullement au Divergent qui se contente de le fixer d’un air mauvais et fermé sans que Desmond n’ait rien demandé. Toujours debout et immobile, Gray ne bouge pas d’un centimètre malgré la douleur de ses pieds et le fait qu’il ne soit pas redevenu un bon marcheur. En tout cas courir, il ne le peut pas c’est sûr. Graham. Instantanément, l’ancien fraternel grince et siffle entre ses dents. Ce prénom est révolu car ce prénom n’est pas lui. Lui, c’est Gray, et c’est là de la seule manière qu’il doit l’appeler s’il ne veut pas se faire buter sur le champ. Votre sœur n’a pas mis les voiles. A la mention de Joe, son cœur manque un battement, non il ne veut pas en parler. Pas avec un Erudit, et certainement pas avec lui. Joe se planque, c’est pour ça qu’il ne la trouve pas. Elle est planquée quelque part ou en mission et c’est tout. Même Henrik ne sait rien. Elle va bien, comme d’habitude. Même si elle est venue lui dire des choses hideuses dans ces laboratoires clandestins sous la tutelle de leur paternel. Même si elle a dit tout ça, elle ne le pensait pas. Ils s’aiment. Ils se sont toujours aimés et il ne cessera jamais de le faire. Alors non, ils ne vont pas parler de ça.

Pourtant Desmond continue de parler et Gray ne l’arrête pas, sourcils froncés, prunelles figées. J’en suis navré, vraiment. Comédien de bas étage. Il ment, c’est évident. En même temps, Gray ne croit plus personne si ce n’est justement Joe, Henrik, Salem, Skylar et Arizona, pour ne citer qu’eux. Malgré tout, il ne peut retirer que la condescendance y est. Pour peu, s’il n’était pas aussi méfiant avec tout le monde, le Wolfgang y croirait. Les mots qui suivent se font entrecoupés par intermittence, comme un écho résonnant au fin fond de ses tympans sans qu’il n’en comprenne le sens immédiat. Jamais il ne quitte l’érudit des yeux. Jamais. Pas même pour un battement de cils.

Décédée… Deux semaines… Crise cardiaque… Toxine.

Il ne le croit pas, quand bien même le vertige se fasse légèrement sentir devant sa vue floutée. C’est à cause de son cœur, il bat trop vite, à un rythme démesuré, réaction épidermique. Il ne veut pas parler de sa sœur. Ce type est un imposteur, une pourriture qui veut le ramener tout droit dans les filets des labos. Pour peu, ce serait bien un coup de P’, pour le récupérer, ou le faire venir plus tôt alors qu’il tente encore de récupérer. Compte. Gray crispe la mâchoire et c’est un regard noir qui se plonge dans les mirettes de Doyle à présent. Un. Deux. Trois.

Johanna est décédée comme elle a vécu, en se battant. Mais qui est-il pour prétendre connaître sa sœur ? Toutes mes condoléances. Qui est-il pour oser essayer de lui faire croire une chose pareille ? S’amenant ici. Le trouvant ici pour venir annoncer une information de cette ampleur ? Les Erudits n’ont strictement aucune raison de se préoccuper de ce qu’il ressent, lui, le Divergent refoulé des rues et même du quartier des altruistes. Enfant noir qui a tout fait pour se libérer des morbides couloirs que son père lui réservait ? Il veut vraiment oser lui faire croire ça ?

Le cœur bat fort. Le cœur bat vite. Trop vite. Il ne suffit que d’une légère inspiration pour que d’un coup sec sa main droite vienne saisir l’érudit à la gorge. Il ne peut pas serrer comme il voudrait, mais il serre assez pour couper la respiration, ou du moins la gêner fortement. Dans l’effort surhumain sa main tremble mais serre encore. La couleur carmine vient tâcher le blanc immaculé mais il n’en a cure, balayant la douleur d’une volonté de fer. Il a appris à le faire. Comme Elle.

« Comment osez-vous débarquer ici alors que vous n’avez aucun moyen de savoir où je suis pour balbutier pareilles insanités. ». Il souffle, dents serrées. « Vous ne connaissez pas ma sœur ! ». Il lève à peine le ton, Gray, mais la colère est palpable, cette rage folle qui l’anime. « Vous mentez. ». Il ne peut pas le croire, pas même avec ce petit numéro de comédien doué. On le croirait presque médecin, en quelque sorte, il le pense véritablement médecin, mais sa sœur n’est pas morte. Ca c’est juste un putain de mensonge. Les médecins et érudits de surcroit ne se déplacent pas pour annoncer ce genre de nouvelles. Ils ne traverseraient pas Chicago toute entière pour annoncer une mort à un citoyen lambda. Ils le feraient encore moins pour un sans-faction à moins d’être véritablement intéressés par quelque chose. Il sait que des extraits de sa vidéo surveillance ont été diffusés lors d’un incident au Wrigley, on l’en a informé. Il sait que tout le monde l’a vu, lui, et sa misère. Joe n’est pas morte, ce n’est qu’une duperie de plus de ce gouvernement pour le récupérer dans ses filets.

« Donnez-moi une seule raison de ne pas vous descendre, là, maintenant. »

Sa main gauche glisse dans son dos d’où il sort une arme à feu qu’il vient pointer discrètement contre l’estomac du Doyle. Et parce que Gray n’a plus de scrupules, il n’hésitera pas à le faire si nécessaire. Il est horriblement sérieux.
Joe n’est pas morte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Desmond M. Doyle

❖ Date de naissance : 18/12/1991
❖ Barge depuis : 15/03/2017
❖ Messages : 333
❖ Avatar : Matthew McConaughey
❖ Crédits : SWAN ( avatar ) + KAT ( code signa ) + Tumblr ( Gifs ) Kat
❖ Multicomptes : Klausette cacahuète boulette.
❖ image : I think the honorable thing for our species to do is deny our programming; stop reproducing; walk hand-in-hand into extinction. One last midnight, brothers and sisters opting out of a raw deal.
❖ Âge personnage : 40 ans.
❖ Profession : Membre du conseil, scientifique assidue et chasseur de divergents.
❖ Faction : Erudits.
❖ Forces & Faiblesses : Capacité d'observation hors du commun + Maladie génétique ( ne ressent pas la douleur, dossier médical lourd, traitements journaliers ) + Sociopathe et un tantinet psychopathe ( Incapable de ressentir des émotions comme tout un chacun. )



MessageSujet: Re: DEEPEST SYMPATHY + Graymond Dim 14 Mai - 17:18


When I die and they lay me to rest
Gonna go to the place that's the best
When I lay me down to die. Goin' up to the spirit in the sky. Goin' up to the spirit in the sky. That's where I'm gonna go when I die. When I die and they lay me to rest. Gonna go to the place that's the best.

Il avise la tension dans chacun de ses muscles jusqu'au creux de sa mâchoire. Ses cernes sont si noires qu'il donnerait presque l'illusion de se changer en raton laveur. Un véritable croque-mort aux allures d'audacieux défait. Défait de ses facultés premières. Protéger et servir. Oh oui, toi, Wolfgang junior, dernier véritable du nom. Wolfgang pur souche. Il l'ignore comme bien des informations cruciales. Il n'est plus qu'une carcasse vide, abandonné à son triste sort. Pauvre souvenirs désabusé. Pauvre déchet aux miasmes de regrets. L'ordure fixe celui qui jure et crache avec véhémence ses croyances naïves. «  Joe n'est pas morte. » « Vous mentez ». Pauvre être prisonnier de ses utopies. L'ordure retient un sourire mauvais. Cynique. Calculateur. Dit-il la vérité ? Doit-il lui faire confiance ?

« - Vous ne pouvez pas le savoir, vous voyiez à peine Johanna ces derniers temps. Encore moins depuis votre … Désastreuse mésaventure.

Aucune provocation ne tonne dans son timbre. Il n'y a qu'une vérité cruelle dans ces mots fatidiques. Un aveu terrible que personne ne voudrait s'entendre dire sur cette terre. Personne, sauf les insensibles comme Desmond. Sans connaissance du cœur. Ce qu'il avait prédit arrive et il a toujours ses mains dans les poches de son manteau bleu. Desmond sent le flingue collé contre son estomac et observe le brun au visage tordu, émacié et furibond.

- Vous me croyez suffisamment stupide pour venir sans protection ? Demande le brun en haussant les épaules alors la froideur du canon parvient à traverser les tissus de ses vêtements.

Ce dernier lâche un soupire, serrant ses armes empoisonnées dans ses mains.

- J'ai de quoi assommer un éléphant dans mes deux poches, mais je ne veux pas l'utiliser contre vous. Ca vous tuerai et je m'y refuse. Je ne suis pas assez fou pour me promener en dehors de Willis sans croire qu'un de vos semblables ou vous-même ne tenterait rien. Vous êtes un loup blessé dans une bergerie, Wolfgang.  Mais je vous ai dit la vérité, assure-t-il ensuite en sortant lentement ses mains de ses poches. Sa droite est vide, l'autre ne tient qu'une simple carte avec un numéro de cellulaire.

Pourtant, il ne fait pas un geste de plus.

- Vous êtes usé, vous oubliez que votre sœur était en phase de devenir un leader. Les audacieux travaillent en étroite collaboration avec nous et nous protègent. Votre sœur l'a fait durant des années, elle m'a déjà évité un destin funeste. Quand un soldat tombe, on se doit de prévenir la famille personnellement. Dans mon cas, c'est plus personnel encore. Je lui dois littéralement la vie. J'imagine que c'est une première pour vous, alors doutez autant que vous le voudrez, la logique sauterait aux yeux de n'importe quel idiot. Et vous n'en êtes effectivement pas un, admet-il d'un ton pincé.

Plus pour lui faire admettre sa vérité propre que de croire en la sienne.

Desmond laisse tomber la carte de carton. Cette dernière fait quelques pirouettes dans l'air tel un papillon blessé avant de retomber mollement sur tas d'herbes sèches. Numéros en avant. Une carte à doubles faces identiques. L'érudit recule de quelques pas, remettant ensuite ses mains dans ses poches.

- Je ne suis pas un expert, mais je pense que je serais incapable d'imaginer le corps de ma propre sœur isolé et oublié au fond d'une cave glaciale, plutôt qu'auprès des siens. Surtout si le corps se retrouve là où il ne le devrait pas. Je l'ai remise à la morgue de l'hôpital. Vous n'avez pas à entrer à Willis.

Silence.


- Je vous l'ai dit, Wolfgang. Je ne suis pas fou.
»

Et sans un mot de plus, avec l'un des plus longs discours qu'il ai pu faire depuis bien des jours, Desmond tourne les talons pour s'en aller.

Laissant sa proie rongé par les doutes et les remords.

 

HJ, j'pose ça là comme une fin. Tu peux répondre si tu veux. Mais je te propose de nous ouvrir la potentielle suite où Mister Wolfy irait découvrir le corps de sa frangine. Se cache
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Desmond M. Doyle

❖ Date de naissance : 18/12/1991
❖ Barge depuis : 15/03/2017
❖ Messages : 333
❖ Avatar : Matthew McConaughey
❖ Crédits : SWAN ( avatar ) + KAT ( code signa ) + Tumblr ( Gifs ) Kat
❖ Multicomptes : Klausette cacahuète boulette.
❖ image : I think the honorable thing for our species to do is deny our programming; stop reproducing; walk hand-in-hand into extinction. One last midnight, brothers and sisters opting out of a raw deal.
❖ Âge personnage : 40 ans.
❖ Profession : Membre du conseil, scientifique assidue et chasseur de divergents.
❖ Faction : Erudits.
❖ Forces & Faiblesses : Capacité d'observation hors du commun + Maladie génétique ( ne ressent pas la douleur, dossier médical lourd, traitements journaliers ) + Sociopathe et un tantinet psychopathe ( Incapable de ressentir des émotions comme tout un chacun. )



MessageSujet: Re: DEEPEST SYMPATHY + Graymond Dim 14 Mai - 18:52

A SUIVRE ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DEEPEST SYMPATHY + Graymond

Revenir en haut Aller en bas
 

DEEPEST SYMPATHY + Graymond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» heather ▬ sympathy for the devil
» Test import sur Full Metal Alchemist Dual Sympathy
» [Test flash] Full Metal Alchimist Dual Sympathy DS
» sympathy for the devil.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › South Side :: Oak Wood Field-