Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 Make me a promise : keeps our secret || feat Ruben et le voyeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Lexis H. Gillian

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 15/01/2017
❖ Messages : 238
❖ Avatar : Emma Stones
❖ Crédits : Avatars et gifs (Lunatic Café) + CSS (Disturbed ♥) + Chanson ( Hailee Steinfeld - Most Girls)
❖ Multicomptes : Keira C. Vander & Nathaniel L. Jenkins
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans.
❖ Profession : Boulangère - Dirigeantes des Fraternels.
❖ Faction : Fraternel.
❖ Forces & Faiblesses : Positive - Accorde trop facilement sa confiance - Pétillante.



MessageSujet: Make me a promise : keeps our secret || feat Ruben et le voyeur Mar 9 Mai - 11:43

Make me a promise : keeps our secret.

feat Ruben & le voyeur







L'amour est semblable à un jardin. Il s'entretient à coup de patience et de passion. Il se chérit et se bonifie avec le temps, pour peu qu'on prenne le temps. Le temps de s'aimer. Le temps de s'entraider. Le temps de se perdre pour mieux se retrouver. L'amour est ce sentiment qui crépitait constamment au fond de ma cage thoracique. Il me traversait et me transperçait. L'amour et son rythme enchanteur me berçait constamment. Et lui... lui, il m'électrisait. Il réchauffait les hier orageux. Lui, il colorait mes lendemains incertains. Lui, il me réanimait à chaque fois que mon cœur défaillait. Lui, il est mon autre. Une partie intégrante de moi, de mon âme.

Sous la lueur intimiste des bougies, nos corps s'offraient l'un à l'autre sans la moindre inhibition. Nos souffles se mélangeaient, se heurtaient et s'affrontaient dans une valse des plus tumultueuse. Les sens en émois. La peau irradiante de désir, mes lèvres affamées n'avaient de cesse de goûter cette chair à la saveur exquise. Et j'en voulais plus. Tellement plus. Mes doigts s'enfonçaient sans la moindre crainte dans son dos. Ce besoin de le ressentir au plus proche de moi. Toujours plus de peau. Toujours plus de contact. Mes jambes encore moulées dans cette paire de collant bon marché s'enroulaient autour de ses hanches.

Enfin seuls. Seuls pour s'aimer. Seuls pour se retrouver. Le monde autour de nous éclatait en mille morceaux pour ne rien laisser. Rien à part nous et nos deux corps en mouvement. Cette nuit était la nôtre. Sirène émergeant des eaux troubles de la passion, mes hanches ondulaient, toujours plus provocante, toujours plus impatiente. Cette nuit était notre et rien, non absolument rien ne devait gâcher ce moment. Tant d'heures passer à plonger l'appartement dans une ambiance intime et sensuel. Tant de jours à patienter pour enfin le revoir. Tant de semaines sans avoir la possibilité de se fondre l'un dans l'autre. Alors que les âmes les plus pieuses se laissaient bercer par Morphée, nous au contraire, on se laissait emporter par les affres d'un amour tumultueux mais fusionnel.





Made by Lunatic Café


_________________
Most girls are smart and strong and beautiful. Most girls, work hard, go far, we are unstoppable. Most girls, our fight to make every day. No two are the same. I wanna be like, I wanna be like, most girls. (c)Disturbed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Ruben C. Dashawn

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 15/01/2017
❖ Messages : 260
❖ Avatar : Chris Pratt.
❖ Crédits : northmvn (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ramsey A. Dallas.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente années de conneries.
❖ Profession : Bras-droit des Audacieux et Agent de la Paix au Chicago Police Department.
❖ Faction : Audacieux depuis les couches.
❖ Forces & Faiblesses : Un cœur d'artichaut pour une cervelle de piaf.
❖ Philosophie : Bitch... please !
❖ Playlist : AWOLNATION - guilty filthy soul. ROB ZOMBIE - acid trip. DEPECHE MODE - wrong. MILKY CHANCE - cocoon.



MessageSujet: Re: Make me a promise : keeps our secret || feat Ruben et le voyeur Mar 16 Mai - 23:07

« Yeah I got way too many feels »
And I got way too many feels, way too much emotion. I don't even know what's real, I just say fuck it, keep on going. And I get deeper, yeah I feel I'm rolling. I can see you, yeah I see you. I don't know I think I'm rolling. Yeah it's way too many feels, way too much emotion. I don't even know what's real, I just say fuck it, keep on going.


Lexis. Mon petit ange gardien. Je suis ivre et fou de toi. Dans le berceau de ce vieux cœur qui martèle, tels les lourds sabots d’un cheval de guerre, le treille recourbé de mes côtes, j’entends la dystonie de sa mélodie qui vient s’y reposer. Envoûtant chant de sirène qui se désagrège avec douceur dans l’écho haut perché en mon crâne, mon corps tout entier hurlant la soif. Soif de tes lèvres. Soif de tes divins baisers. Soif de tes caresses et tes ivresses. Mes chairs palpitantes de tes délices et tes fièvres, c’est sur ton corps aux humeurs de liesses que ma conscience s’allonge et mon armature humaine se prolonge. Je suis ivre et fou de toi. Ton regard de jade, du bout de tes doigts seulement, tu sais si bien apaiser mes mauvaises humeurs, me faisant accomplir l’inéluctable descente vers les abîmes, vertige, agréable vertige, grisé, tu fais de moi Encensoir où les cendres parfumées de la Dévotion et Passion fument, remontent, flamboient, allument tout mon être que tu transformes Flambeau, dansant sous la caresse de ta doucereuse haleine, pour achever ce qui brûle et consume tout au cœur de moi. Cette flamme que toi seule sais allumer, nourrir et priver du noir sibyllin. Viens, écris sur ma peau tous cet amour qui au regard du Monde on n’ose pas. Viens, dessine sur ma peau toutes ces choses que le regard du Monde nous interdit de nous dire. Redessine au travers de tes mains posées sur mon corps qui est tient ces beaux et merveilleux tatouages marquants tous les interdits que l’on fuit, une fois la porte de ta demeure ainsi fermée sur le reste du Monde. Oublions Eux et retrouvons-nous, ô mon petit ange gardien !

De l'aube à la nuit, je suis à toi et tu es à moi. Rien à craindre, nous n’avons plus rien à craindre. Le ballet de nos lèvres entrelacées en les élans langoureux, tu as aspire le souffle fiévreux de mes poumons gonflés de vie, parce qu’il n’y a qu’entre tes bras que je le ressens, ce goût de vivre qui lorsque je suis avec toi possède un parfum délectable et une saveur de miel. J’ai soif, soif tes lèvres, de tes baisers que nous savons jamais reposés, mais qu’intensifier et multiplier. Grosse boule tout en muscle qui roule et frissonne sous le passage de tes doigts, je me colle tout contre toi alors que la cambrure de mes reins se creuse que davantage lorsque mon dos se ploie languissamment sous le règne de tes doigts. Le cœur battant à se briser, je capture pour une dernière fois ta lèvres inférieure entre les miennes, avant de les laisser glisser sur l’arrête de ta mâchoire, ton cou, ta clavicule, ma main gauche qui vient saisir ta chevelure couleur feu que je garde prisonnière au creux de mon poing se moulant tout contre ta nuque que je masse impatiemment lorsque la fougue nait. Mes lippes qui dégringolent de ta clavicule à ton thorax, pour venir chercher ce que le décolleté me permet d’apercevoir avec pudeur, mes lèvres qui s’empressent de conquérir ces monts qu’avec plein de douceur je découvre, remontant en des lents mouvements et effleurement de lippes qui papillonnent comme des éphémères sur tes courbes si forts désirées alors que ma main gauche libère ta nuque, mes doigts effleurant ton cou et s’échouant sur ton épaule pour venir saisir la bretelle qui y repose. Entre deux baisers, tu peux me voir te sourire tendrement alors que tu vois les mêmes cierges de Paradis allumés dans les fonds abyssaux de mes pupilles luisantes tel le noir onyx. Je suis fou et ivre de toi, Lexis !

Mesquin, sournois, je veux que tu prennes ton mal en patience, mes doigts accrochés à la bretelle de ta robe dégringolent désormais sur ton bras, entraînant la descente du fin bout de tissu que je laisse rouler sur ta peau frémissante alors mon souffle heurte de nouveau ta chair et que mes baisers reviennent là où mes deux mains épousent tes courbes, s’évanouissant sur la naissance de la poitrine, harassé de lutter contre absolument toutes les barrières qu’il y a entre nos corps qui se supplient.

- Lexis, chérie, tu sais que je t’aime, mes ces collants et cette robe sont pour nous une véritable perdition ! empruntant le geste compensateur à la plainte, j’abrège les souffrances en laissant glisser mes mains sur tes côtes, épousant toujours tes formes et délicieuses courbes, mes paluches d’ours s’aplatissant avec gourmandise sur tes hanches, amorçant la désireuse descente, passant outre l’enceinte de ladite robe, pour empoigner le dessous de tes cuisses que je masse, caresse, frôle, me saisissant de tes fesses à pleines paumes, tandis que le bout de mes doigts viennent crocheter la bordure de tes collants qui commencent déjà à ne devenir qu’un souvenir sur ton corps de rêve. (PS pour vous les morveux pré-pubères qui pensent que lire cet RP est un moyen comme autre de pouvoir avoir un cour 101 sur la sexualité : il n’y a que dans les films que retirer les collants d’une femme, c’est fait avec sensualité et virilité. Dans la vraie vie, un homme n’est pas sexy à manipuler un textile aussi fin qu’une couche de peau ! Ça moule, ça reste, ça roule sous les doigts et pendant que vous tirez, miss doit faire du vélo imaginaire, battre des pattes, pour vous aider à embrayer…)

Une jambe de retirée, l’autre, je ne sais pas, elle reste coincée dans le traquenard, au niveau de la cheville et je tire à nouveau sur le bout de tissu… CRAK ! Oops… j’ai fendu le talon… pas le tien, ma chérie, mais celui de ton foutu collant… à moins que ça soit ton froc ?

_________________

I am tired of endless decay
- You're not a monster, I'm not a monster -

moodboard... MADE BY MA BFF ET MERCI BEAUCOUP Sasa:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gabriel A. Blackwood

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/01/2017
❖ Messages : 1309
❖ Avatar : Matthew (cutiepie) Daddario
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gifs signature) - Astra (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & G.H. Nolan Wheeler
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Avocat
❖ Faction : Candor (Sincères)
❖ Forces & Faiblesses : Son côté un peu trop direct est une force et il s'en sert constamment, ça peut aussi avoir des mauvais côtés pour peu qu'il fait face à un susceptible mais il est comme ça et ne se rend pas compte que ses propos trop francs peuvent parfois blesser - Sa sensibilité est en soi une faiblesse, bien qu'elle n'apparaisse pas avec n'importe qui, uniquement avec les personnes qui lui sont proches et qui comptent pour lui. - Avec le milieu dans lequel il évolue, son homosexualité pourrait bien lui jouer de mauvais tours.
❖ Philosophie : The law has lost its purpose.
❖ Playlist : Take me home ☾ JESS GLYNNE - I found ☾ AMBER RUN - I get to love you ☾ RUELLE - Stand by you ☾ MARLISA - Wide eyed ☾ BILLY LOCKETT



MessageSujet: Re: Make me a promise : keeps our secret || feat Ruben et le voyeur Mer 7 Juin - 13:32

Holy madness
Oh God, please take my eyes back. Let me be blinded by the light of wisdom instead of all this insane madness. I should have knocked. I know. I'm sorry. ft. LES TOURTEREAUX EN CHALEUR

Il fallait que tu partages la nouvelle avec elle. Tu n’étais pas bien sûr de réellement vouloir le faire, mais si, après tout, elle t’avait encouragé, depuis le début. Elle t’a toujours soutenu sans relâche et ça te parait évident qu’elle doive être la première informée que, de un, tu n’es plus vierge (enfin ça tu ne le diras sûrement pas), de deux, que ton statut de célibataire endurci vient de passer au stade en couple. De trois… Tu n’as pas de trois et en somme c’est très bien comme ça, enfin si, peut-être que lui dire merci serait une très bonne option. Tu balayes le pour et le contre au creux de ta caboche de Sincère surexcité en te rendant jusqu’aux contrées fraternelles. Comme lors de ton entrevue avec Phoebe, tu as troqué tes costumes hors de prix et parfois d’un blanc immaculé pour une tenue bien plus passe-partout et confortable. Si bien qu’avec ce jean sombre, ta tignasse toute aussi noire et le tatouage bien présent dans ton cou, l’on pourrait te prendre, à s’y méprendre, pour un parfait badassieux.  Jamais encore tu n’as réellement mis les pieds chez ton amie mais loin de t’en inquiéter tu fonces tête baissée après avoir demandé à un chauffeur de te déposer. Car oui, te taper tout le trajet à pieds cette fois-ci ça te fait déchanter.

Les effluves d’alcool de votre dernière soirée ne sont plus dans ton organisme depuis bien longtemps mais les quelques souvenirs restent et ça t’arracherait bien un sourire si tu n’étais pas concentré à garder ta face de Sincère constipé sur ton divin faciès. Bien trop droit et hautain pour être un fraternel, c’est une évidence, et si les regards ne t’interpellent pas, ce n’est pas parce que tu te considères meilleur qu’eux, non, bien sûr que non, c’est juste que tu n’en as rien à foutre. Tu ne fais que passer ton chemin, toi, le Blackwood et digne avocat. Même ton jean est encore propre, preuve flagrante que la boue ne semble pas t’atteindre. Grand Dieu, si l’on t’entendait penser ce genre de chose on serait bien capable de t’en mettre une en pleine poire, mais non, tout ce qui t’intéresse c’est cette oxygène qui s’infiltre dans ton corps tout entier, cette nature qui, même de nuit, te paraît soudainement rayonnante et chantante. Tu es perdu sur ton petit nuage de bonheur duquel tu ne veux pas redescendre, complètement amoureux et définitivement heureux. Ce sourire qui étire tes traits glisse avec une telle aisance que tu ne te rends même pas compte qu’il est là. Des milliers d’oiseaux chantent dans ton cœur et le temps d’un instant, si vraiment tu y accordais une quelconque importance, tu pourrais comprendre le sentiment qui anime tous membres de cette Faction. Mais tes grands pas te mènent tous droits jusqu’à la demeure de Lexis et tu frappes à la porte.

Pas de réponse. Laissant échapper une petite moue contrariée, tu fronces un sourcil et réitères mais non, toujours rien et au-delà de ça, la porte se pousse d’elle-même, visiblement non verrouillée. Profitant de ta veine, et loin d’imaginer ce qui peut bien se passer à l’intérieur, tu rentres sans te faire prier, entend du mouvement en direction de la chambre et t’empresses de t’y rendre. Vu l’heure, tu ne t’attends certainement pas à la trouver au lit.

« Lexis ! J’ai une merveilleuse nouvelle à t’annoncer tu vas… ! ».

Un pas de plus. Tu n’as fait qu’un pas de plus pour arriver à l’intérieure de la chambre et tu t’es littéralement figé. Décomposé.

« Nom d’un… ».

Fermer les yeux. C’est ton premier réflexe avant de venir les camoufler davantage à l’aide de tes mains. Ce n’était pas prévu dans tes comptes ça… Tes paumes cachent le rouge qui te monte subitement aux joues, toi, l’innocent de base. Le tout jeune récent « non-puceau ». L’image reste malheureusement gravé au milieu de ta caboche et tu te détournes afin de pouvoir rouvrir à nouveau les yeux. « C’est qui CELUI-LA ?! » que tu ne peux toutefois pas t’empêcher de beugler en filant en-dehors, tournant le dos à la porte et à la maudite scène de torture de collants. Ce rustre l’a décapité ! Que personne ne s’y méprenne, tu n’es pas un fan de collants féminins ou encore adepte de la lingerie fine, tu es un véritable bonhomme, juste un peu trop naïf à certains moments même si tu tentes de dire le contraire. Un grognement s’échappe de tes lèvres tandis que tu frissonnes rien qu’à l’idée de ce que tu viens d’interrompre. « Désolé… Désolé ! ». Oui, tu ne voulais pas gâcher ce moment intime, clairement pas, et tu te sens subitement mal. « J’ignorais que tu avais un petit ami, tu aurais pu avoir la décence de m’en parler avant que je ne déboule au beau milieu d’une séance de sport particulière. ». Et voilà que tu te mets à croiser les bras, toujours dos à la chambranle et aux deux tourtereaux qui roucoulaient. Oui, ils ne rêvent pas, tu t’apprêtes vraiment à bouder. Contrarié n’est qu’un faible mot. C’est la honte. Monumentale. La. Honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Make me a promise : keeps our secret || feat Ruben et le voyeur

Revenir en haut Aller en bas
 

Make me a promise : keeps our secret || feat Ruben et le voyeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Won't you make the same promise as me? || Meryl
» Make the Evolution V4
» Kingdom Hearts : The secret key
» [Vente] Secret Wars en blister.
» Oyez oyez, venez montrer comment votre père noël secret vous a gaté!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › South Side :: Habitations-