Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 My sweet cherry pie || pv ramsey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Keira C. Vander

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 3497
❖ Avatar : Candice Accola.
❖ Crédits : Avatar et gifs(lunatic café) + CSS signature (disturbed ♥) + Chanson ( Demon hunter - The last one alive )
❖ Multicomptes : Nathaniel L. Jenkins & Lexis H. Gillian
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Ancienne infirmière, reconvertie dans le labourage de la terre... et à présent résidente d'un asile psychiatrique.
❖ Faction : Ancienne Altruiste. Aujourd'hui elle se retrouve chez les Hippies!
❖ Forces & Faiblesses : Elle s'adapte a toute situation. Parle peu mais observe beaucoup. Ment pour se protéger. Sa faiblesse demeure ses proches. Si elle fait souvent preuve d'égoïsme, pour ses proches, elle fait des efforts.
❖ Philosophie : Si tu traverse l'enfer, continue d'avancer.
❖ Playlist : Become the beast - Karilene



MessageSujet: My sweet cherry pie || pv ramsey Lun 3 Avr - 13:04

My sweet cherry pie.

feat Ramsey




♫♪

Les ombres te suivent constamment. Informes, elles s’érigent autour de toi, de ton univers. Elles te protègent du monde extérieur pour mieux te plonger dans les abysses de ton inconscient. Ces ombres du passés te rappellent constamment tes erreurs, tes fautes et ta lâcheté. Elles te protègent car elles t’aident à ne plus être cette petite chose fragile d’autrefois. Elles sont semblables à un duvet plein d’épines : pour te tenir chaud, il est obligé de te saigner à blanc. Mais cette fois-ci, les ombres ne peuvent rien pour calmer la peur qui s’agrippe à toi. Terrorisée, tu redeviens cette poupée de chiffon, fragile et vulnérable. Tu ne connais pas l’issue du chapitre qui s’écrit… mais tu sais que la fin approche. Le dernier chapitre avant le début d’un nouveau tome. L’ultime acte se jouera demain… Et si demain doit être ton dernier jour, alors tu veux vivre cette ultime soirée en bonne compagnie.

Entre les joies artificielles du sérum de paix et la chaleur de ses bras, tu as choisi sans la moindre hésitation. Ton esprit volage flânait déjà bien loin quand tu te préparais avec enthousiasme dans la salle de bain. En dépit de la terreur logée en toi, tu prenais du plaisir à te pomponner… pour lui. Et c’est ainsi que la poupée de chiffon se transforma en poupée bien en chair.  Femme aux ambitions obscures, ce soir encore tu t’apprêtes à l’affliger d’une autre de tes facettes.

Aussi déterminée que fébrile, tu pénètres l’intérieur d’un immeuble. Ton cœur tambourine comme un fou contre ta cage thoracique. L’angoisse et l’appréhension jouent du tam tam avec ton organe. Si ce dandy bien trop sexy préfère les hommes? Et si il n’est pas du tout attirée par les échappées d’asile? Les questions t’assaillent alors que la cabine de l’ascenseur défie les lois de l’apesanteur pour te mener à l’étage désiré. Tu inspires. Les portes s’ouvrent. Tu expires. Tu t’extrais de la cabine. Tes paupières se ferment, le temps d’un instant. Lorsque ton regard s’ouvre à nouveau sur le monde, tu avances sans ciller jusqu’à la porte de Monsieur Dallas. Ton index manucuré appuie sur la sonnette et tu patientes.

Ton cœur bondit contre ta poitrine et malgré cette montée de stress, tu te démarques par cette assurance que tu dégages. Tes mains posées sur le nœud de ton imper beige, tu t’apprêtes à le retirer à tout moment. Tu redoutes plus que tout un rejet mais tu ne comptes pas reculer. Quand la porte s’ouvrira, tu tirera sur ce foutu nœud, dévoilant à Ramsey les atouts donnés par mère nature : des mollets mis en avant par ta magnifique paire d’escarpins rouge pétasse. Des jambes fines mais musclés moulées par une paire de bas noire à l’opacité très réduite. Une nuisette ne cachant rien de ce ventre dessiné et de ce soutien-gorge soutenant ta poitrine. Non. Quand Ramsey ouvrira la porte… Tu ne reculeras pas.




Made by Lunatic Café


_________________

THE LAST ONE ALIVE.

Did anyone survive? I swear I heard your voice beyond this side. Does anyone still try? Does anyone still hope to set their eyes beyond this place? Where angels fall and darkness reigns. Where time dissolves the brightest flame.



Dernière édition par Keira C. Vander le Mer 5 Avr - 19:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/myworks/49128984-lily-rose-point-conne

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 838
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: My sweet cherry pie || pv ramsey Ven 14 Avr - 12:33

« I gotta hold you somehow »
I never thought that I was so blind. I can finally see the truth. It's me for you. Tonight you can't imagine that I'm by your side. Cause it's never gonna be the truth. Too far for you. But can you hear me say? Don't throw me away. And there's no way out.


« Je suis désolé, monsieur Dallas… »

Le soleil s’est levé. Le soleil s’est couché. Lorsque le croissant de lune apparaît dans la coupole étoilée, sa lueur, cruelle, pâle, frappe à traits molletonnés sur le centre-ville, ses rues, ses toits et ses gratte-ciels, laissant à tous les hasards mes yeux lire les rimes de cette nocturne poésie de métal et de béton. La nuit s’introduit en reine au cœur de mon appartement, éveillant ce qui le jour dort et endormant ce qui la nuit s’éveille, drôle de paradoxe, alors que les soirées prolongées sont supposées faire s’évaporer les soucis vers le ciel, remplir nos cervelles de miel, lorsqu’enfin nos têtes trop lourdes retombent sur les oreillers de fiels et que le monde des rêves doucement nous émerveille. Minuit passé le quart, je veux embellir le poids de ces viles choses qui me bilent, continuant de trébucher sur l’écho des mots, comme la lune peut présentement tomber sur les pavés qui paisiblement se gorgent des humeurs badines des fantômes qui hantent la nuit.  

« Des semaines. Quelques jours. Je suis désolé, monsieur Dallas… »

Je vais mourir. Avant la nuit. Avant le jour. Avant de baisser volontairement les paupières, pour me condamner de toute lumière et de toute frontière. Je vais mourir avant la fin. Sacrebleu, mes bons, je ne l’avais pas vu venir, celle-là ! Un drôle de sens de l’humour, elle peut avoir, cette vie. À ce songe, un sourire et un faible soupire. Si faible, ce soupire. Mais je ne veux pas souffrir. Mais je peux bien partir. Mais je ne veux pas souffrir. Litanie mélancolique, elle vibre dans mon cœur qui se veut à la fois mortel et immortel. Au final, peut-être, que je suis comme ces humeurs qui s’éveillent et s’endorment entre le jour et la nuit…

J’ajuste sur mes larges épaules frissonnantes mon veston taillé sur mesure, achève de fixer mon bouton de manchette, mes brumeuses opalines quittant la fresque nocturne qui se déploie dans la baie vitrée, pour venir contempler avec déplaisir l’épouvantable reflet fantomatique qui se réfléchit dans la glace. J’ai toujours été soigné et indulgent avec ma personne. Dandy assumé, véritable caricature de petit monsieur trop chic et trop classe qui joue les paons dans les rues. Je me mire dans la glace, reflet parfait, mais reflet défait, un parfait mensonge, dur tête à tête avec ma conscience : épouvantablement beau, malgré les cernes, malgré le teint trop blême, malgré les soubresauts et cette affreuse bombonne que je traîne comme le prolongement de mon propre corps.

- Monsieur Dallas ? Mademoiselle Vander est sur le pas de votre porte. Puis-je l’inviter à venir vous rejoindre ?

Sans regarder la silhouette de mon aide-soignante qui erre là dans mon cadre de porte, j’opine légèrement du chef et souffle faiblement qu’après avoir fait entrer ce fantôme de la nuit qui s’est invité chez-moi, elle peut prendre congé.

Keira. Étrange personnage. Que me vaut une visite aussi tardive, cette fois-ci ?

Le soleil s’est levé. Le soleil s’est couché. Lorsque le croissant de lune apparaît dans la coupole étoilée, sa lueur, cruelle, pâle, frappe à traits molletonnés sur le centre-ville, ses rues, ses toits et ses gratte-ciels, laissant à tous les hasards mes yeux lire les rimes de cette nocturne poésie de métal et de béton. La nuit s’introduit en reine au cœur de mon appartement, éveillant ce qui le jour dort et endormant ce qui la nuit s’éveille, drôle de paradoxe…

Dis-moi, étrange personnage, quel est le paradoxe qui t’a conduit jusqu’ici ?

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Keira C. Vander

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 3497
❖ Avatar : Candice Accola.
❖ Crédits : Avatar et gifs(lunatic café) + CSS signature (disturbed ♥) + Chanson ( Demon hunter - The last one alive )
❖ Multicomptes : Nathaniel L. Jenkins & Lexis H. Gillian
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Ancienne infirmière, reconvertie dans le labourage de la terre... et à présent résidente d'un asile psychiatrique.
❖ Faction : Ancienne Altruiste. Aujourd'hui elle se retrouve chez les Hippies!
❖ Forces & Faiblesses : Elle s'adapte a toute situation. Parle peu mais observe beaucoup. Ment pour se protéger. Sa faiblesse demeure ses proches. Si elle fait souvent preuve d'égoïsme, pour ses proches, elle fait des efforts.
❖ Philosophie : Si tu traverse l'enfer, continue d'avancer.
❖ Playlist : Become the beast - Karilene



MessageSujet: Re: My sweet cherry pie || pv ramsey Ven 5 Mai - 9:04

My sweet cherry pie.

feat Ramsey





Banks - Brain ♫♪


La porte s’ouvre et ton coeur s’emballe. Un tambour se joue alors au creux de ta cage thoracique, résonnant dans tout ton être. Violente vibration réchauffant ta carcasse vide. Fébrile, tes doigts asticotent le noeud de ton impair, enfin prête à dévoiler ton corps mais bien vite, tu suspends toute initiative. La stupeur se peint aussitôt sur ton visage empourprée par la gêne. La personne face à toi n’est clairement pas ton sexy dandy. Sourcils froncés par l’incompréhension, ton esprit surchauffe sous les hypothèses possibles. Ce pouvait-il que cette femme soit Madame Dallas?

— Je vais notifier votre présence à Monsieur Dallas, tonna l’inconnue.

Feignant de n’avoir rien remarqué de ton manège, elle se détourne de toi, t’abandonnant sans la moindre considération sur le pas de cette porte.

— D’accord…

Plusieurs secondes s’écoulent, te laissant immanquablement le temps de réfléchir à ta venue ici. Si demain n’existe pas… souhaitera t-il passer cette dernière nuit en ta compagnie?Si Chicago se meurt demain, ne regrettera-t-il pas d’avoir passé ses quelques heures avec une illustre étrangère? Possèdes-tu ce droit? Celui de voler ses quelques instants? Néanmoins, au retour de l’employée, tu compris une chose essentielle : qu’importe l’issue de ton initiative, le choix final lui revenait à lui, uniquement à lui.  

— Monsieur Dallas vous attends dans le salon.

Opinant de la tête, tu te glisses à l’intérieur du lotissement, fermant soigneusement la porte derrière toi. Le trouble t’acable aussitôt de son épée tranchante, réduisant ta détermination à une peau de chagrin. T’adossant au mur, tu fermes un instant les yeux, inspirant et expirant avec une lenteur calculée.

Une seconde.

La nervosité accélère la cadence de ton rythme cardiaque.  Il résonne. Infernale percussion entre tes tempes.

Deux secondes.

Et le désir enfle. L’impatience te dévore. Poupée de glace, tu rêves de ses mains pour réveiller le volcan en toi et te sentir, l’espace d’une nuit seulement, enfin vivante.

Trois secondes.

Ton regard s’ouvre à nouveau sur cette réalité tangible et tu chemines calmement jusqu’au salon. Nullement besoin de guide, tu connais déjà les dédales de cet appartement. Une fois Ramsey à porté de vue, tu te stop à l’encadrement de la porte, hésitante. Pour autant, tu ne montres rien de tes doutes, tes craintes et tes appréhensions. Au contraire. Tu arbore un calme apparent ne dévoilant rien du trouble causé par sa simple vision. Seuls tes prunelles flamboyantes de désirs trahissent ton émotion. Et tu combles les quelques mètres te séparant de lui, de ta démarches souples et félines. Un brin aguicheuse. Mais au lieu de te jeter à son cou pour découvrir le goût de ses lèvres, tu prends sur toi et te plantes en face de la baie vitrée. C’est ainsi qu’apparaît le monde vu d’en haut. Tout paraît infiniment petit. Sans importance. A quoi ressemblera Chicago demain? Qui sera encore là pour regarder le monde du haut de son building? Ramsey? Toi? Aucun de vous deux?

Lâchant un soupir à cette idée, tu te détournes du monde et de vos deux reflets, préférant poser tes prunelles sur ton sexy dandy. Sans même t’en rendre compte, un doux sourire s’imprime sur ton visage à la seconde même où tes yeux se posent sur lui. Il t’inspire tant d’émotions contraires: la joie, la culpabilité, la paix, le désir, la crainte, la confiance, le respect.

Nerveuse, tu te mordilles inconscient la lèvre inférieur alors que ton regard dérive sur celles de Ramsey. Tu hésites, un cours instant seulement, avant de te rapprocher d’avantages. Centimètre par centimètre, tu combles l’espace entre vous et poses une main sur son épaule. Tes doigts remontent, pareil à une caresse, jusqu’à la base de son cou. Ton souffle chaud percute sa bouche que tu aspires à connaître plus intimement et pourtant, tu te refuses de franchir ses quelques millimètres scellant ce moment. Non. Ce choix, tu veux qu’il vienne de lui.

— Si demain n’existe pas… Passeras-tu cette dernière nuit en ma compagnie? que tu murmure enfin, relevant tes yeux vers les siens.





Made by Lunatic Café


_________________

THE LAST ONE ALIVE.

Did anyone survive? I swear I heard your voice beyond this side. Does anyone still try? Does anyone still hope to set their eyes beyond this place? Where angels fall and darkness reigns. Where time dissolves the brightest flame.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/myworks/49128984-lily-rose-point-conne

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 838
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: My sweet cherry pie || pv ramsey Mar 13 Juin - 2:03

« I gotta hold you somehow »
I never thought that I was so blind. I can finally see the truth. It's me for you. Tonight you can't imagine that I'm by your side. Cause it's never gonna be the truth. Too far for you. But can you hear me say? Don't throw me away. And there's no way out.


Ombre fuyante, ombre familière, en cette nuit glacée. Tu écris ton reflet d’encre, avec l’encre de tes veines, épousant le peigne de lumière de lune qui frise avec pudeur les houleuses et sinuosités sirupeuses de mon minuit. Les miroirs de mon âme plongent en les tiens, et soudain je me sens dégringoler dans la fenêtre de ton cœur. Le blanc de la lune dans le noir de la nuit, les contraires massacrés aux portes de l’oubli, le temps noie la mémoire, gorge les souvenirs, je vois tes éclats de ténèbres qui ondoient en les marécages des songes creux, et je me demande encore qu’est-ce que tu veux.

Si ce soir est le dernier soir… vaudrais-je encore de toi demain ?

Mes pensées se retrouvent entre chien et loup. L’impunément se veut loup-garou, déchirant, à coups de griffes et de crocs, nos deux âmes errantes et brillantes sous l’éclat parfaitement lisse de ce déshabillé de brume de clair de lune.

- Et si demain existait, passeras-tu cette nuit avec moi ?

Là-bas, loin là-bas, que fleurissent les mondes en sourdine. Reine de Beauté, merveilleuse poupée de chair, ne crains pas tes pièges. Je te veux. Toi. Toute entière. Je supplie de déverser sur moi tes langueurs et tourments. Tu as suivi la route des astres, entends mon cœur crier vers toi et permets-moi de te faire dériver le regard de contre ces sinistres et trop sombres canyons urbains. Laisses ses longues courses errantes se perdre en les rues malfamées de notre ville maudite, sens ma paume, chaude, extrêmement chaude, qui vient couvrir le dos de ta main, délicat suaire qui se laisse faire sur ta chair opaline, alors que s’allume le flambeau suprême en mon sein devenu lydien. Mes céruléennes qui se réjouissent de revoir l'éclat éblouissant de ton visage d’ange déchu. Ignorons l'Enfer comme le Purgatoire, mes doigts qui doucement remontent sur ton poignet, ma main qui se referme tout contre, tirant sur cette nouvelle prise pour t’attirer à moi, de manière à ce que nos nez s’effleurent en un jeu où le désir nous garde possédés, nous donne envie de se laisser mourir et aimer tout contre les rives des amours éphémères.

- Et si demain existait, Keira ?

Sans rougir de ma flamme, tu sens mon souffle chaud qui se heurte à tes lippes, tandis que ma main remonte de ton poignet à ton épaule pour venir doucement te faire reculer et t’adosser contre la façade de verre. Redoubles tes soupirs, laisses les périr au travers de ma respiration. Belle à tenter tous les dieux de la sainte voûte étoilée, tu sens ma lèvre inférieure qui vient chercher tes lippes, pour l’adoration et l’éclosion d’un baiser brûlant qui immolent absolument toutes barrières et interdits. Se laisser mourir et aimer tout contre les rives des amours éphémères.

Les miroirs de mon âme plongent en les tiens, et soudain je me sens dégringoler dans la fenêtre de ton cœur.
Et si demain existait toujours...

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: My sweet cherry pie || pv ramsey

Revenir en haut Aller en bas
 

My sweet cherry pie || pv ramsey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Horde sweet horde
» Sweet little baby - [Dehl' & Léa] - [ENG]
» JMK ♣ Sweet Jenna, sweet teacher... à votre service.
» Présentation de SwEet-LovE.x
» [Validée] Touhou 7 : Perfect Cherry Blossom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › Downtown :: Habitations-