Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 (-18) I'm not the type to call you back tomorrow ▲ BRYDER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 980
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : schizophrenic (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: (-18) I'm not the type to call you back tomorrow ▲ BRYDER Mer 8 Fév - 21:10



I'm not the type to call you back tomorrow

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Ils l’ont fait une fois, ou deux, ou trois. Et alors ? Cela ne veut strictement rien dire. Absolument rien. Elle n’est qu’une entrecuisse de plus, une chaleur à laquelle il est venu goûter, plus d’une fois, mais qui pourtant continue de manquer de cette saveur si particulière qu’il recherche. Ce goût pour le frisson, l’adrénaline et la supériorité. Pourtant elle a le saveur de la violence, Brooklyn, un doux parfum de brève innocence mêlé à celui de la force et de la volonté. Elle saurait courber l’échine, Brooklyn. Il le sait, il le sent et c’est pour cette raison que pour une fois, le risque il le prend.

Son esprit a hésité toute la journée durant, malgré les occupations et les entrainements. Du coin de l’œil il supervise, tape du pied, bras croisés. Il arpente les salles, entend presque la sueur couler à grosse goutte sur les tapis de sol. Ils doivent en vouloir, les jeunes, les gosses, futurs audacieux. Ils doivent en vouloir et se battre, pour réussir et mieux obtenir. Il est passé par là, a saigné, aurait pu pleurer mais ne l’a jamais fait.

« Anderson, debout. Tu vas vraiment te mettre à chialer ? »

Sec. Froid. Des azures dures comme l’acier. Presque sans pitié. Dans ces salles, non, il n’y en a aucune place, l’heure n’est pas à la fête, les sourires il sait quand et comment les adresser. L’heure n’est pas aux réjouissances mais belle et bien à la souffrance. Souffrance des corps, mal en peine, tous ceux qui ne tiennent pas le choc finiront hors de cette Fosse, hors de cette Faction, car telle est la règle et telle elle doit être respectée. Ryder n’en a strictement jamais douté, ne l’a jamais remise en cause. Pas une seule fois. Et de ces airs publics seulement derrière se cachent ses déboires et ses lourds travers. Ils n’en savent rien, aucun d’entre eux ni même ne le soupçonnent. Il n’y a de cela qu’Ezra qui connait une partie, et encore il est loin de tout savoir, si tant est qu’il n’a pas déjà tout deviné. Un bref sourire discret vient étirer ses lèvres en pensant à l’une des frasques de celui qui se rapproche le plus de son meilleur ami. Qui l’est, en réalité. Comment ils en sont venus à se rapprocher ? Il ne saurait même plus le dire, c’est venu tout naturellement, en fin de compte. Même si leur lien n’est pas toujours vu du bon œil par certains autres audacieux, notamment des plus hauts placés. James n’est pas du genre à se formaliser des on-dit, il est plutôt du genre à faire ce qu’il veut, ce qu’il entend, dans le respect des valeurs audacieuses et de sa Fosse. Car il n’y a là pas plus grande fierté pour lui que celle d’en être devenu le Responsable. Aussi jeune.

Son inspection continue ainsi pendant de longues minutes, jusqu’à la fin des entrainements pour ainsi dire. C’est une façon de surveiller les méthodes d’enseignements de ses entraineurs, de donner quelques leçons mais aussi de s’assurer que les résultats à la fin seront les bons, voir même encore meilleurs que les précédents. L’audacieux a un brin d’ambition en ce qui concerne les chiffres. Plusieurs fois de suite, il passe devant la silhouette féminine aux cheveux foncés. Plusieurs fois de suite, son regard se fait discrètement insistant, si bien qu’on le penserait presque sincèrement en train de juger ses capacités professionnelles quand en réalité ce n’est pas du tout cela qu’il imagine. Quand en réalité, ce n’est pas du tout à cela qu’il pense. Les minutes défilent et les heures aussi, jusqu’à la pause méridienne, puis les enseignements suivants. Ryder disparait dans son bureau et dans sa propre salle où il s’adonne à l’abri des regards à ses propres entrainements personnels, laisse la sueur dégouliner le long de son épiderme pour venir s’écraser sur le sol. Cela apaise son esprit mais pas ses envies profondes. Pas celle qui grogne de faim au creux de son for intérieur, au creux de son propre appétit de carnassier.

C’est pour ça qu’il n’a pas pu résister à glisser un mot dans son casier personnel. A peine quelques mots. Rejoins-moi.. Elle saurait où, ils s’y sont déjà retrouvé deux fois. Les deux fois suivant cet entrainement qu’il a eu avec elle et où tout a basculé pour la première fois. Evènement inattendu. Et si les fois qui ont suivi sont restées soft, il a su déceler en elle cette violence, cet attrait pour le mal, la souffrance. Aujourd’hui, il s’apprête à le lui révéler. Aujourd’hui, si elle le laisse faire il s’apprête à jouer. Et Dieu seul sait que le jeu ne fait que commencer.

Il attend la nuit tombée, James, capuche sur la tête pour s’éclipser jusqu’au point de rendez-vous parfaitement maitrisé. Il n’a pas besoin d’en dire plus, car déjà en secret l’enseignement a commencé. Il est d’un autre genre, destiné à tester, mais jusque-là Brooklyn s’est toujours pointée. Il ose croire que cette fois-ci ne sera pas différente. Le briquet craque entre ses doigts et la flamme apparaît, bientôt, une fumée bleuâtre s’envole dans les airs et l’obscurité revient, si ce n’est celle du tabac qui se consume et des cendres qui sur le sol s’échappent et glissent avant d’être balayées par la courte brise. Il s’est lancé dans une espèce de course folle, Ryder, mais il saura prendre son temps. Car pour un peu plus de chaleur et de noirceur entre ses cuisses, il a bien décidé de le prendre enfin, ce risque.



Dernière édition par J. Ryder Storm le Dim 12 Mar - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4836
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: (-18) I'm not the type to call you back tomorrow ▲ BRYDER Mer 22 Fév - 21:51

I am what I am I can't help myself And if you don't like it Get with somebody else


Brooklyn éclata de rire à la blague d’un de ses collègues sur la dernière promo de prospects tout en couvrant la porte de son casier d’où vola un bout de papier. Grâce à ses réflexes aiguisés par l’entrainement, elle rattrapa la feuille alors qu’elle tentait de se calmer mais que la rigolade continuait dans le vestiaire. Deux mois étaient négligemment inscrits. Rejoins-moi. Un ordre plus qu’une demande et elle n’avait pas besoin de réfléchir très loin pour savoir de qui venait ce message. Il n’y avait qu’une personne pour lui demander de venir, pour la commander de venir le retrouver de manière aussi directe et impersonnelle. Mais c’était aussi ce que la brunette appréciait qui son supérieur, il le restait peu importe les circonstances. Elle esquissa un sourire et fit une boule du papier qu’elle jeta ensuite au fond du caisson.

Elle commença ensuite à se déshabiller pour aller à la douche, écoutant d’une oreille plus distraire la conversation des autres entraineurs qui se moquaient un peu méchamment d’un élève plus qu’empoter. Le pauvre n’avait pas le physique pour être un audacieux mais avec suffisamment de volonté il pourrait pourtant en devenir un bon. Il avait une force musculaire impressionnante et il devrait sueur sang et eau pour atteindre le niveau, mais Lyn se chargerait de l’encourager à se dépasser, à se surpasser, parce qu’elle était passée par là. Et même c’était désormais la haine qui conduisait ses pensées sur son mentor, la jeune femme ne pouvait pas nier qu’elle était à son poste grâce à lui. Toutefois, plutôt que de penser à lui, elle préféra penser à la soirée qui s’annonçait pour elle.

Un enchainement d’évènement qu’elle avait provoqué d’un simple baiser, d’une simple impulsion. Brook avait eu assez peur du lendemain, de la faction dont Ryder allait la traiter après leur échange qui n’avait plus rien eu de professionnel sur le tatami. Mais il avait été égal à lui-même et cela l’avait grandement rassuré car elle ne courait pas après lui de cette façon. Un coup d’un soir, c’était ce que la demoiselle avait voulu et c’était tout ce qu’elle attendait mais finalement, sans trop savoir comment ni pourquoi, ils y étaient tous les deux revenus pour remettre le couvert. Pourtant, cela ne restait qu’une relation avec bénéfice. Il n’y avait pas d’attache, pas d’obligation. De toute manière la brune n’avait aucune envie d’une relation suivi et contraignante. Elle aimait déjà quelqu’un. Une personne qu’elle idolâtrait autant qu’elle l’a détestait et qui ne pourrait, croyait-elle à cette époque, jamais céder la place qu’il occupait dans son cœur à une autre personne.

Shadow connaissait l’amour de sa vie, il lui avait échappé et de toute manière il s’agissait de quelque chose d’impossible et elle avait accepté le fait qu’elle ne construirait jamais rien avec personne, et cela lui convenait parfaitement. Cela la laissait justement libre de papillonner et de n’en faire qu’à sa tête sur le plan romantique. Elle fila prendre sa douche pour laver la sueur de son labeur de la journée et oublia pendant quelques minutes l’eau chaude laver également son esprit pour ne plus penser à aucun homme, ni à rien tout court. Elle profita de ce moment pour se sortir de son rôle de dame de fer et pour se détendre. Les paumes contre le carrelage qui avait depuis longtemps perdu sa couleur d’origine, elle offrit son dos au jet salvateur pendant de longues minutes jusqu’à sentir une serviette fouetter son fessier dénudé.

« Merde Emmett t’es con ! » Déclara-t-elle sur le ton de la plaisanterie en se redressant de surprise. « Magnes-toi princesse on va prendre une bière. » Lui répondit simplement son collègue en renouant l’arme du crime autour de ses hanches. L’Audacieuse secoua la tête en repoussant au fond de son esprit la sensation autre que l’étonnement que lui avait provoqué ce geste et alors qu’elle se savonnait et se rinçait rapidement, elle laissa son esprit vagabonder à nouveau vers son responsable et sur la violence sous-jacente qui existait chez lui. Cela faisait partie de ce qui l’attirait chez lui. Une dangerosité certaine qu’elle avait du mal à trouver chez d’autres membres de la gente masculine. Aucun ne semblait capable de combler le vide qui résidait en elle et qu’elle ne savait de toute façon pas comment remplir.

Salem avait emporter une partie de son cœur et de son âme en disparaissant au bout de ce couloir et rien n’était plus pareil depuis son départ malgré les efforts que Lyn déployait pour vivre sans lui à ses côtés, pour l’oublier et faire comme s’il n’avait jamais exister. Brook retourna ensuite à son casier où elle enfila un jean et un tee-shirt large, tous deux de couloir noire, et par-dessous une veste militaire kaki, un peu trop grande pour elle. La jeune femme accompagna ensuite la troupe que formait ses collègues les plus proches, ceux qu’elle considérait comme ses amis, jusqu’au Hive. Ryder ne lui avait pas donné d’heure aussi estima-t-elle qu’elle avait le temps de boire un peu avant de le rejoindre, connaissant vaguement le déroulé de la journée du responsable.

Toutefois ce fut à peine quelques minutes après qu’il eut allumé sa cigarette que Brooklyn le retrouva au bout du couloir qui donnait sur le trou sans fin qui donnait son nom à leur lieu de vie. Elle fleurait le houblon lorsqu’elle s’adossa à côté de lui et lui signifia avec un sourire aux lèvres. « On dirait une luciole. » De son index elle désigna le bout luisant du bâton de mort et puis elle enfonça ses mains dans les poches de sa veste pour permettre au silence ambiant de reprendre ses droits.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 980
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : schizophrenic (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: (-18) I'm not the type to call you back tomorrow ▲ BRYDER Dim 12 Mar - 14:30



I'm not the type to call you back tomorrow

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Dans la fraîcheur de la nuit il avance, sans se presser il se rend à l’endroit où il lui a demandé de venir le retrouver. Ce soir est unique, à la hauteur du risque. Elle pourrait très bien prendre peur, il le sait, mais au fond il sent cet attrait pour la violence, cette intrigue pour la souffrance. Pas de celle qui fait véritablement mal et qui détruit, non, celle mélangée à un bonheur fugace, un plaisir évident. Elle restera, il le sent. Il le sait. Capuche vissée sur la tête, il vient tout juste d’allumer sa cigarette à la braise lumineuse lorsqu’elle s’adosse contre le mur non loin de lui. L’audacieux ne lui offre pas un regard, sait pertinemment de qui il s’agit et laisse prolonger le mystère du silence émanant de sa personne. Il n’est pas cet être jovial et enjoué ce soir, il est bien plus sombre et dangereux. Véritable prédateur enclin à se prêter à son jeu. La remarque lui arrache un sourire en coin et il vient souffler la fumée dans l’air ambiant, brise fraîche venant réveiller les quelques parcelles de sa peau mise à nue, notamment au niveau de ses poignets.

« C’est pourtant loin d’en être aussi innocent. » qu’il rétorque, tournant seulement la tête à cet instant, ses deux billes éclairées rencontrant celles de la jeune femme dans la presque pleine obscurité.

Il laisse planer le mystère Ryder, se joue de la nuit noire qui les entoure. Il tire sur sa cigarette, prend une grande bouffée qu’il vient souffler d’entre ses lèvres. Le gouffre en contrebas est aussi noir qu’un puit sans fond, ça l’a toujours attiré sans qu’il ne puisse dire pourquoi, probablement à cause de l’adrénaline qui se met à circuler dans ses veines chaque fois qu’il se dit qu’à tout moment, au détour d’un couloir n’importe qui pourrait tomber, glisser, et dans les ténèbres venir s’y écraser. C’est une pensée insensée, mais qui ne l’a jamais quitté. Le risque, strictement rien à voir avec les besognes Altruistes qu’il aurait dû subir s’il n’avait pas eu assez de caractère pour choisir la faction des Audacieux. De ceux qui n’ont peur de rien. La cigarette n’est pas terminée qu’il la jette dans ce fameux puit sans fond. Sans prévenir, sa main glisse sur le poignet de la jeune femme qu’il serre entre ses doigts et vient la plaquer contre le mur. Créer la surprise, c’est tout ce qu’il veut. Que l’adrénaline circule dans ses veines en se demandant ce qu’il pourrait bien lui arriver. Les prunelles se perdent dans les siennes, il la fixe, sourire étirant les traits de son visage à l’éclat sans doute un peu trop malsain.

« De quoi aurais-tu envie, Brooklyn ? ».

Ses doigts glissent dans les boucles féminines qu’il se met à contempler pendant quelques secondes, ses lèvres se rapprochent des siennes et il les frôle avec une particulière délectation. Le pouvoir il le détient entre ses mains, il en est certain. Laissant le silence reprendre ses droits, jamais il ne la quitte des yeux, gardant son visage bien trop proche du sien, vil prédateur qu’il est. Et il murmure, dans le silence de la nuit obscure. Il murmure pour tâter le terrain, et savoir de quoi sera fait leurs potentiels lendemains.

« Si je t’ai fait venir c’est parce que je voudrais te faire découvrir des choses. Mais pour ça faudrait-il encore que tu le veuilles… Et que tu en acceptes mes conditions. ». Il sourit encore, l’audacieux, responsable de cette Fosse et diablement malicieux. « Je pourrais te faire entrer dans mon monde, dans un monde après lequel tout ton corps semble crier sans même que tu ne t’en rendes compte. ». Véridique. Il lit dans son langage corporel qu’elle aimerait probablement plus, et il s’apprête à le lui donner, à lui montrer, mais comme il l’a si bien dit, il veut d’abord s’assurer qu’elle le veuille et connaisse les conditions. Personne en dehors d’eux deux ne doit savoir. S’il lui montre ce soir, personne ne doit en avoir connaissance, personne ne doit voir. Personne ne peut voir. Secret qu’il garde parfaitement protégé entre ses doigts, complètement insoupçonné, même si Brooklyn semble déjà en avoir plus ou moins percé le secret. Ils n’ont beau avoir partagé leurs corps que trois fois, il a pu le sentir à chaque fois, elle aimerait ça. Alors il prend le risque, James, de la faire entrer dans ses sombres secrets. Il prend le risque et appose ses conditions, c’est lui qui domine et lui seul, il n’y aurait pas de place pour un quelconque affront ou rébellion de sa part. A sa merci, elle ne serait qu’à sa merci. Elles sont là, les conditions, ses conditions. Discrétion et soumission.

Son corps vient se coller contre le sien, doigts glissant dans ses cheveux, tirant même un peu pour qu’elle ne le quitte pas des yeux. Ses lèvres viennent finalement trouver les siennes dans le silence environnant, baiser fougueusement échangé avant de venir tirer de ses dents sur cette lèvre inférieure qu’il adore malmener. Il lui laisse un très léger avant-goût. Un murmure s’échappe, à nouveau, et lourd. « Tu pourrais avoir plus… Bien plus. ». Tellement plus. Ryder la lâche subitement, gardant le mystère pour lui, et commençant à s’éloigner. « Si tu as envie de le découvrir, libre à toi de me suivre, mais la condition numéro une est la suivante : personne ne doit savoir. ». Et c’est ainsi qu’il commence sa première leçon, prenant la direction lente de ses appartements, son corps disparaissant dans la noirceur de la nuit à l’angle du couloir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4836
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: (-18) I'm not the type to call you back tomorrow ▲ BRYDER Jeu 13 Avr - 14:47

I am what I am I can't help myself And if you don't like it Get with somebody else


Brooklyn l’observa du coin de l’œil, impassible et mystérieux, Ryder ne laissait rien filtrer, comme à chaque fois qu’elle pouvait le voir en tête à tête. Il l’avait toujours impressionnée, dès qu’ils s’étaient rencontrés, quand elle n’était encore qu’une prospecte qui fuyait sa faction pour se prouver qu’ailleurs, elle avait sa place et une utilité. Et il avait déjà à l’époque cette majesté qui le rendait fascinant. Pourtant à mesure que le temps passait et qu’elle évoluait parmi les Audacieux, elle avait découvert un homme souriant, jovial et toujours prêt à rigoler avec les autres, en plus de la personne sérieuse et responsable qui faisait passer ses devoirs avant le reste, qui savait être le supérieur quand c’était été nécessaire. Bien sûr cela ne suffisait pas pour dire qu’elle le connaissait bien, elle en était même bien loin.

Mais finalement à se retrouver comme ça de temps en temps seule avec lui, elle découvrait ses autres facettes et cela lui plaisait. Comme un privilège qui la plaçait au-dessus de ses collègues. Et la partie charnelle de leur relation était aussi un bonus non négligeable, le jeune homme était un très bon amant. Elle regarda la fumée faire des volutes dans l’air frais de la Fosse avant de retourner son regard vers les prunelles océaniques qui se posèrent sur elle au même moment où il lui répondait que sa cigarette n’avait pas l’innocence d’une luciole. En effet mais elle ne releva pas, se contentant de le fixer, de soutenir son regard qui semblait voir plus loin jusque dans son âme. Une sensation aussi désagréable qu’excitante. Comme s’il pouvait voir les recoins les plus sombres de son esprit sans en avoir peur. Et si Lyn ne pouvait s’en rendre compte pour le moment, cela donnait à James un pouvoir sur elle.

Toute à ses pensées, elle ne vit que trop tard le geste de son supérieur pour emprisonner son poignet entre ses doigts fermes et la tirer pour la coincer entre lui et la paroi. La brunette retint une respiration en sentant que le jeu venait de commencer, et surtout cette sensation pernicieuse vers son entrejambe. Son rythme cardiaque s’accéléra sensiblement à l’idée qu’ils puissent faire quoi que ce soit, là, contre le mur, à la vue possible de n’importe quel autre membre de leur faction. Elle ne l’aurait pas imaginé exhibitionniste mais elle devait admettre que le risque était intéressant. Brook se lécha les lèvres en réfléchissant à ce qu’elle pourrait bien répondre, à ce dont elle pouvait avoir envie autre le fait de s’amuser un moment avec son supérieur, car si elle venu le retrouver, c’était bien pour cela.

Pour la même raison que lui lorsqu’il avait déposé ce mot dans son casier. « La même chose que toi… » Souffla-t-elle donc alors qu’il approchait déjà son visage du sien en même temps que sa main glissait dans sa chevelure. Malgré elle, Shadow tendit les lèvres pour venir effleurer celles de Ryder qui sembla avoir eu la même idée sans pour autant demander plus. Au lieu de cela, il continua la conversation sur ses véritables motivations pour avoir fait déplacer la demoiselle, toutefois le sens de ses paroles ne parvinrent pas totalement au cerveau de Lyn. Elle n’était pas certaine de comprendre ce qu’il lui proposait. De quel monde il pouvait bien parler, ni des conditions qui pouvaient bien accompagner ce dernier. Elle avait simplement envie de lui, là ce soir, comme les fois précédentes, elle n’avait pas l’esprit pour les questions.

Comme s’il avait senti son trouble, il vint la coincer d’avantage contre le mur, l’obligeant à garder les yeux dans les siens avant de venir l’embrasser, enfin pour de vrai. Brook glissa ses paumes contre le torse de son amant pour répondre à ce baiser qui ne fit rien pour ralentir les battements de son cœur. Elle le laissa mener la danse jusqu’à l’entendre de nouveau murmurer, toujours incertaine du véritable sens de ses paroles. Qu’entendais-il par plus, que pouvait-il lui offrir de plus ? Et surtout que pouvait-il lui offrir qui devait demeurer un tel secret ?! La brune resta plusieurs secondes à le regarder s’éloigner croyant qu’il voulait faire passer leur relation au stade supérieur. Et il était clair que jamais elle ne voudrait qu’on découvre qu’elle sortait avec son supérieur. Cela lui ferait perdre le respect durement acquis de ses pairs.

Et cela ne ressemblait pas à ce qu’elle avait compris la première fois de vouloir officialiser quoi que ce soit entre eux. Au contraire, les choses se passaient bien entre eux parce qu’il n’y avait rien de plus que deux adultes consentant pour passer de bon moment sans conséquences. Puis réalisant qu’il venait de disparaitre dans les ténèbres, Lyn lui courut après pour le rattraper et lui donner sa réponse qui elle le craignait ne lui plairait pas véritablement si elle avait bien compris ce qu’il lui demandait. Elle ne voulait rien de semblable à une relation stable et sérieuse. « Attends ! » Appela-t-elle en maitrisant le volume de sa voix pour le cas où il y aurait eu près d’eux des oreilles indiscrètes. Arrivant à sa hauteur elle ajouta. « Je suis désolée mais moi je veux juste un truc sans lendemain, et je croyais qu’on était d’accord que c’était juste pour un petit coup de temps en temps. »

Passant nerveusement la main dans ses boucles brunes, Brook ajouta. « J’ai pas besoin de plus. Du coup si ce que tu veux c’est…qu’on sorte vraiment ensemble ou un truc du style, je pense qu’il vaut mieux qu’on arrête là pour ce soir. » Lyn soupira un peu bruyamment déçue d’avoir écourté sa soirée avec ses collègues pour finalement dormir seule cette nuit mais il valait mieux mettre les points sur les I immédiatement plutôt que de laisser James s’illusionner. « Bon bah…bonne nuit. » Conclut-elle en faisant un pas en arrière. C’était vraiment dommage, elle aimait bien ce qu’il y avait entre eux pensa-t-elle un peu tristement en amorçant son demi-tour pour peut-être retourner au Hive et continuer de boire un peu.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 980
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : schizophrenic (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: (-18) I'm not the type to call you back tomorrow ▲ BRYDER Sam 20 Mai - 17:56



I'm not the type to call you back tomorrow

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Doigts qui glissent dans sa chevelure foncée avec une envie nullement cachée. Jeu de pouvoir qui s’échappe de tout son être tandis qu’ils pourraient tous deux être pris dans ce fameux couloir. Âmes qui déambulent et se cherchent, cigarette ayant terminée de se consumer et la fumée qui a arrêtée de s’exfiltrer de ses narines ou de ses lèvres. Il la sonde d’un sourire charmeur, de clins d’œil ravageurs et de questions avisées qui n’ont pour seul et unique but de connaître ses envies encore inavouées. Bien trop proche d’elle, bref sensation de tiraillement au niveau de son cuir chevelu à mesure que ses doigts osent tirer sur ces boucles brunes. Il n’y a pas de meilleur jeu que celui que Ryder est en train de mener avec avidité. L’amusement et l’enjeu est tel qu’il se pavane un peu plus dans ses mystères. Une brève image de sale gosse qui vient étirer ses traits en un énième fin sourire tandis que l’audacieuse se darde de ne vouloir que la même chose que lui. Bien. Mais sait-elle seulement ce qui l’attend ? Non, ça pas vraiment, du moins, il en doute. C’est pourquoi il joue un peu plus d’énigmes et de mystère, lui arrachant un baiser qui se fait aussi tendre que sauvage, ses dents venant tirer sur cette lèvre qu’il n’a de cesse dorénavant de blesser. Et tandis qu’il s’éloigne, coupant subitement leur échange pour se faire un peu plus impétueux, il ne voit pas le trouble dans le regard de la jeune femme, tout comme il ne s’arrête pas lorsqu’elle lui demande d’attendre au bout de quelques secondes, la silhouette ayant d’ores et déjà disparue dans l’obscurité de cette nuit fraîche.

Mains dans les poches de sa veste, le responsable de la Fosse se fait presque arrogant, arborant un sourire qui n’en finit plus d’être large sur les traits de son visage détendu. Il a toujours été confiant. Mais lorsque Brooklyn se met à évoquer le fait qu’elle ne désire qu’une relation sans lendemain, James sait alors qu’ils se sont mal compris. Stoppant son avancée temporairement, il la fixe de ses prunelles azures sans la quitter des yeux, ne pouvant décemment en placer une. Sur le moment, il ne sourit pas, mais à mesure qu’il entend les paroles, il détourne le regard et vient pincer les lèvres en une grimace, soudainement tout sourire, presque moqueur. L’audacieuse se fourvoie complètement, et ce n’est qu’au moment où, déçue, elle lui adresse un vulgaire bonne nuit qu’il sait qu’il va devoir être celui qui la rattrape. Car cette dernière tourne déjà les talons. Ryder n’a besoin de faire qu’un seul pas pour qu’elle soit à portée de bras, et ses doigts viennent d’ailleurs l’empêcher de filer en s’accrochant au tissu de son pantalon, juste au niveau de sa taille. Il la tire sans ménagement en arrière, sachant qu’elle risquait bien de potentiellement trébucher directement dans ses bras au passage, ou tout du moins, contre lui.

« Je crois qu’on ne s’est pas bien compris… ». Son sourire vient dorénavant découvrir ses dents blanches et l’une de ses mains vient se plaquer au creux de ses reins, directement sous son haut. « Je ne suis pas le genre à courir après les relations sérieuses, je pensais avoir été clair là-dessus moi aussi. ». Sournoisement, il se penche et vient glisser jusqu’à son oreille. « Ce n’est pas l’état de notre relation que je veux faire passer à un autre niveau, mais bel et bien… La relation purement charnelle qu’on entretient… ». Véritable murmure qui n’est destiné qu’à elle. Un ricanement s’échappe doucement de ses lèvres alors qu’il ajoute. « … Ce qu’on a déjà partagé précédemment n’est qu’un maigre aperçu de ce dont je suis capable, Brook. ». Et comme pour appuyer ses dires, son autre main vient délibérément glisser sur le tissu au niveau de l’entrejambe de l’audacieuse, tel un avant-goût fugace histoire de la faire défaillir un peu plus entre ses doigts. « Suis-moi ou ne me suis pas, c’est toi qui voit. ».  Puis sans la toucher davantage, il s’écarte et refait volte-face dans l’autre sens.

Une fois qu’il a deviné la présence de sa silhouette dans son dos, il esquisse un sourire au coin, satisfait, et les mains dans les poches de son jean, à présent, se met à la diriger jusqu’à son appartement où personne ne met les pieds hormis ses plus proches amis qui se comptent sur les doigts d’une main, et les rares jeunes femmes qui ont pu un jour rentrer dans sa vie et partager ce côté sombre de sa personnalité. Car James n’est définitivement pas comme tout le monde. Lentement, il l’invite à gravir les marches menant à son appartement, puis il ouvre la porte, lui faisant signe de pénétrer avant lui comme un parfait gentleman qu’il n’est pas une fois la barrière des draps franchie. A l’œil nu rien n’est visible, l’appartement est bien rangé et ordonné, perpétrant un peu plus l’image du Responsable qu’il est. En réalité, il a surtout veillé à ce que rien ne traîne, d’ordinaire, il n’est pas aussi bien rangé que cela, et particulièrement quand il vient tout juste de prendre de la fameuse poudre blanche. La porte est aussitôt refermée et verrouillée derrière Brooklyn, sa veste glisse d’ores et déjà de ses épaules dans un silence quasi religieux pendant qu’il la laisse observer le salon, mais à peine le tissu a-t-il touché le sol qu’il vient l’attraper par la taille, la retournant face à lui et venant la plaquer sans ménagement contre un mur adjacent. Ses lèvres retrouvent les siennes avec force, ses doigts se mêlant aux siens pour l’empêcher de le toucher, les plaquant également contre le mur de béton. Alors seulement il presse son corps contre le sien, cherchant à attiser l’envie en elle. Il sait qu’elle est là. Intérieurement. Tapie dans l’ombre à attendre le moment de pouvoir éclater et se briser en mille morceaux au creux de ses reins.  

« Première règle : tu ne mettras les pieds ici que si tu y es invitée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4836
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: (-18) I'm not the type to call you back tomorrow ▲ BRYDER Dim 23 Juil - 16:51

I am what I am I can't help myself And if you don't like it Get with somebody else


Brooklyn était pour le moins déçue d’avoir quitté ses collègues pour finalement rentrer chez elle sans s’être déchargée de la frustration sexuelle qui l’habitait depuis qu’elle avait vu le mot dans son casier. Et déçue aussi d’avoir si mal lu dans les intentions de son supérieur. Il ne donnait pas l’impression d’un homme voulant se caser, même amicalement, il semblait souvent être là à papillonner mais sans jamais laisser entrer complètement les gens dans son espace vital. Tous les bons Audacieux étaient comme ça. Il ne fallait avoir aucune réelle attache pour exercer correctement les trois quarts des métiers possible à la Fosse. Cela ne signifiait pas vivre en solitaire ou sans amour, bien au contraire mais aussi joyeux et sociable puisse-t-il être, James ne lui avait jamais donné l’idée qu’il puisse avoir envie d’une stabilité qui dénotait dans leur style de vie à tous.

Elle tournait donc les talons, les commissures de ses lèvres tournées vers le bas lors qu’elle sentit une force la tirer en arrière. Forte de son entrainement et de ses réflexes la brune se réceptionna avant de s’effondrer sur le torse de son supérieur dont les yeux vinrent se planter dans les siens interrogateur. Une de ses mains glissa sous son haut alors qu’il confirmait gaiement qu’en effet ils avaient dû mal se comprendre. Lyn allait répondre qu’elle était complètement perdu mais elle n’en eu pas le temps. Il ne voulait aucunement de relation sérieuse lui non plus et cela ne pouvait qu’être rassurant car de toute façon Shadow n’avait pas de place pour un autre homme dans son cœur mais elle se garda bien de dire quoi que ce fût sur le sujet préférant écouter ce que Ryder lui susurrait au creux de l’oreille.

Lyn ne comprit pas d’avantage ce qu’il essayait de lui faire comprendre. Comment pouvait-il y avoir un niveau supérieur à une relation purement charnelle ?! Soit on couchait ensemble, soit non, il n’y avait pas d’échelle de mesure mais ce fut peut-être ce qui éveilla la curiosité de la jeune femme. Une main pernicieuse ajouta à son trouble en venant glisser sur un point stratégique de son anatomie alors que le responsable lui laissait le choix de le suivre ou non. Il coupa ensuite tout contact et repartie dans la direction dans laquelle il se dirigeait quand elle l’avait rattrapé pour mettre un terme à la soirée. Abandonnée là avec le début des chatouillements dans son entrejambe et le souffle presque court, Brooke eu du mal à déglutir et regarda de manière coupable autour d’elle, d’eux, pour vérifier qu’ils étaient seuls, puis elle lui emboita le pas.

L’entraineur le suivait à bonne distance, ni trop proche ni trop loin de sorte que si une personne les croisait, on ne pouvait pas deviner qu’ils étaient ensemble ou allaient dans la même direction. Une certaine appréhension s’était emparée de son être comme elle ignorait totalement ce qui l’attendait au bout du chemin. Elle ne voyait toujours pas comment les choses pouvaient évoluer autrement qu’en changeant la relation existante mais elle lui faisait confiance, lui savait de quoi il parlait et savait ce qu’il voulait faire. Et si au final cela lui permettait de s’abîmer cette nuit plutôt que de se retrouver seule dans son lit à penser à ce qui la faisait souffrir, Lyn était preneuse. Elle pouvait cependant dire qu’ils se dirigeaient vers les quartiers des gradés et face à un escalier, elle comprit qu’il venait de la conduire chez lui. La brune nota que cela ressemblait tout de même beaucoup à un début de relation sérieuse mais lui laissa le bénéfice du doute alors qu’elle gravissait les marches et pénétrait dans l’appartement.

Bizarrement le fait que tout soit parfaitement rangé la dérangea. Elle savait Ryder, un homme strict et rigoureux dans son boulot mais elle l’aurait imaginé moins psychorigide dans son intimité. Elle-même était particulièrement droite dans sa salle de cours mais ses quartiers ne reflétaient aucunement cet aspect de sa personnalité. Toute à ses réflexions, la brunette ne sentit pas le jeune homme approcher. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, elle se retrouva coincée entre lui et un mur, ses lèvres emprisonnées dans un baiser sulfureux et ses mains hors de portée d’autre chose que des doigts qui les enserraient. Une seconde, c’était tout ce qu’il lui avait fallu pour allumer le feu au creux de ses reins et lui faire retrouver confiance dans le déroulement de la nuit. Brooklyn se lécha les lèvres quand son supérieur recula pour lui énoncer une règle à suivre, avec la précision que ce ne serait pas la seule.

Il s’agissait d’une évidence, mais elle hocha docilement la tête. « Facile, j’ai été bien éduquée par mes parents. » Souffla-t-elle encore sous l’émotion du baiser. C’était assez étrange pour elle qu’on se sente obligé de lui préciser qu’on ne se présentait pas sans invitation. Cela ne lui viendrait pas à l’idée, d’autant plus qu’encore une fois, ils n’étaient pas un couple et n’avaient pas vocation à le devenir. Mais bon si cela le rassurait de l’entendre dire qu’elle comprenait le B-A-BA du sexfriend alors elle pouvait bien acquiescer pour lui faire plaisir. Evidement elle n’avait pas la moindre idée de ce qui l’attendait réellement, ni d’à quel point cela allait lui plaire. Pour le moment elle n’avait que l’excitation du moment présent et le plaisir qui allait lui suivre. Alors un petit sourire, Brook tenta de se décoller du mur pour venir reprendre les lèvres du responsable.

Faisant un petit mouvement pour faire claque ses dents, comme si elle allait le mordre avant de dire avec amusement, puisqu’elle ne se rendait pas encore compte de la situation qu’elle venait d’accepter. « Et la règle numéro deux ? » Un petit rire lui échappa alors qu’elle essayait de récupérer l’usage de ses mains avec l’idée de le déshabiller, tout en le repoussant vers le canapé qui lui avait semblé très invitant lorsqu’elle avait mis les pieds dans le salon. Brooke ne voyait véritablement en quoi les choses pouvaient être différentes d’avant ce soir et bien que la curiosité ait pointé le bout de son nez, elle avait surtout envie d’avoir ce que le mot dans son casier lui avait promis, un instant d’oubli.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (-18) I'm not the type to call you back tomorrow ▲ BRYDER

Revenir en haut Aller en bas
 

(-18) I'm not the type to call you back tomorrow ▲ BRYDER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Besoin d'aide pour programmer ma propre appli avec Call URL...
» Quel type de joueur de JV etes vous?
» [Sell] Chihiro type 3 perfect + OutRun 2 + OutRun 2 SP + MJ3
» [Deck Type 2] - Spread'em
» Seisou Kouki Strania (Type-X2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › Flashback-