Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 Come on, dance with me! || Pv Gabriella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Lexis H. Gillian

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 15/01/2017
❖ Messages : 238
❖ Avatar : Emma Stones
❖ Crédits : Avatars et gifs (Lunatic Café) + CSS (Disturbed ♥) + Chanson ( Hailee Steinfeld - Most Girls)
❖ Multicomptes : Keira C. Vander & Nathaniel L. Jenkins
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans.
❖ Profession : Boulangère - Dirigeantes des Fraternels.
❖ Faction : Fraternel.
❖ Forces & Faiblesses : Positive - Accorde trop facilement sa confiance - Pétillante.



MessageSujet: Come on, dance with me! || Pv Gabriella Dim 29 Jan - 20:21





Come on, dance with me!

Gabriel & Lexis.



Aux aguets, mes deux billes translucides étudiaient la foule à la recherche d'un bel étalon. Mes deux mains sur ma paire de boobs, je m'assurais qu'ils étaient bien en place et bien en vu. Vérification terminée. Toujours pratique pour se faire offrir des verres. Néanmoins, je ne voulais pas voler la vedette à mon compagnon d'infortune. Jambes croisées, paille entre mes lèvres teintées de rouge, je me la jouais femme fatale et sirotait mon cocktail entre deux anecdotes. Puis je le vis, ce bel homme tout en testostérone. Interloquée par ce sourire ravageur, j'avalais ma boisson de travers. Pareil à une vieille mamie prête à cracher ses poumons, je toussais à en ressentir une merveilleuse envie de vomir. Quand tout revint à la normal, le bel étalon s'en était allé se frotter au cul d'une jument. Bon. Au moins c'était clair et net, cet homme était attiré par les femmes. Hum. Je vous vois venir. Je ne me cherchais pas un amant. Loin de là. Mon ours en peluche, Ruben, me suffisait. Non, j'étais là pour trouver un mâle à Gabriel. Un test simple et efficace : si exhiber ma paire de loloche n'émoustiller pas mon interlocuteur, alors sans soucis, je pouvais jeter mon ami sincère dans la fosse aux lionnes. Vous comprenez??!  

Malheureusement, depuis notre arrivée dans cette boîte de nuit, je n'avais trouvé personne de suffisamment intéressant ou attrayant pour lui. Les cocktails s'amoncelaient doucement et l'envie de bouger mon popotin sur la piste commençait à me tirailler. D'une traite, je vidais le fond de mon verre, lâcha un petit rototo et quitta mon siège. Mes deux bras tendus vers lui, j'agitais le bout de mes doigts. Message silencieux pour lui demander, bien gentiment, de venir se bouger le cul avec moi.

_________________
Most girls are smart and strong and beautiful. Most girls, work hard, go far, we are unstoppable. Most girls, our fight to make every day. No two are the same. I wanna be like, I wanna be like, most girls. (c)Disturbed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gabriel A. Blackwood

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/01/2017
❖ Messages : 1340
❖ Avatar : Matthew (cutiepie) Daddario
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gifs signature) - Astra (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & G.H. Nolan Wheeler
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Avocat
❖ Faction : Candor (Sincères)
❖ Forces & Faiblesses : Son côté un peu trop direct est une force et il s'en sert constamment, ça peut aussi avoir des mauvais côtés pour peu qu'il fait face à un susceptible mais il est comme ça et ne se rend pas compte que ses propos trop francs peuvent parfois blesser - Sa sensibilité est en soi une faiblesse, bien qu'elle n'apparaisse pas avec n'importe qui, uniquement avec les personnes qui lui sont proches et qui comptent pour lui. - Avec le milieu dans lequel il évolue, son homosexualité pourrait bien lui jouer de mauvais tours.
❖ Philosophie : The law has lost its purpose.
❖ Playlist : Take me home ☾ JESS GLYNNE - I found ☾ AMBER RUN - I get to love you ☾ RUELLE - Stand by you ☾ MARLISA - Wide eyed ☾ BILLY LOCKETT



MessageSujet: Re: Come on, dance with me! || Pv Gabriella Lun 30 Jan - 20:18



Why am I here. Seriously.

FT. LEXIS H. GILLIAN


Il roule des yeux, planté devant le Red Circle comme un idiot qu’il est persuadé d’être. Les filles vêtues de leur plus beaux atours le frôlent de chaque côté et ont largement le temps de lui passer devant qu’il n’est toujours pas décidé à entrer. Une moue perplexe sur son visage, Gabriel ne sait quoi penser de cette folle idée, lui qui espérait simplement boire un verre avec une amie de longue date, voilà qu’il se retrouve dans de beaux draps. Habillé comme un sous neuf dans un pantalon de costume bien trop moulant, contraint et forcé de devoir subir les regards insistants de la gente féminine. Comme s’il n’avait pas assez donné lorsque ses parents lui cherchaient une prétendante. Bouche entrouverte, regard de paumé, il se prend un coup de coude et c’est à ce moment-là qu’il se décide à bouger. A force de rester planter comme un crétin devant l’entrée, il va finir par être en retard. C’est un fardeau, un véritable fiasco. Monumental. Une énorme boulette. Il ne manquerait plus que son principal intéressé soit dans cette boîte de nuit à mater des culs pour que la soirée tourne au désastre. Et nul ne sait comment il pourrait réagir si jamais il faisait face à l’une de ces visions. Il sait qu’il ne se prive pas pour avoir des relations, il a toujours assumé, lui. Au fond, même s’il le nie, ça l’énerve. Vraiment. Ca le vexe un peu aussi. Enfin ça le vexait puisque techniquement… Il le fuit. Le Blackwood pousse un long soupir et vient ébouriffer un peu plus ses cheveux. Ce n’est pas le moment pour penser à une telle chose, surtout étant donné que cela fait maintenant dix minutes qu’il n’a pas fait un seul pas en direction de la boîte de nuit. Lexis, je te déteste. Sur le moment, le Sincère veut faire ce qu’il sait faire de mieux ces derniers temps, il bifurque, tourne les talons et tombe nez à nez avec trois jeunes femmes. Une blonde, une brune et une rousse. Histoire de faire bonne figure, il leur offre un sourire qui se veut… Amical, mais ce n’est pas vraiment ça. Mal doué qu’il est. Ni de une ni de deux, il bifurque dans l’autre sens, ravale son sourire de faux cul et fonce à l’intérieur.

C’est en tenue d’aguicheuse et les lèvres de rouge teintées qu’il la retrouve, ou plutôt qu’elle le chope par le bras et le tire déjà en direction d’une table en vue de prendre un verre. Ca, il peut faire. Séant sagement assis, les cocktails arrivent déjà à leur table quand il lâche un « Lexis, je ne suis pas sûr que ce soit une… ». La musique couvre une grande partie de ses mots, et il est obligé de se couper dans son élan lorsqu’il voit la jeune femme s’auto-ploter la poitrine pour s’assurer qu’elle est toujours là et que tout le monde est bien au balcon. Avec insistance, elle inspecte la foule, et Gabriel sait pertinemment ce qu’elle cherche, elle a été très clair dans son invitation… C’est bien là ce qui le dérange en soi. Quand bien même l’attention de son amie soit louable et pleine de bonne volonté, il ne parvient pas à se détendre et à se lâcher. Ni même à mater en fin de compte. Pour ça, faudrait-il encore avoir l’envie. Non, vraiment, il se demande ce qu’il fout là.

« Tu peux me rappeler pourquoi j’ai dit oui déjà ? ». Le fil de ses réflexions s’échappe à voix haute tandis qu’il sirote tranquillement son verre de cocktail. A n’en pas douter, ils savent les faire ici. Sur le coup, l’alcool est tellement trompeur et dilué dans les effluves de parfums différents qu’il boit bien trop vite et en oublie ses inquiétudes premières. Pour peu il pourrait croiser Maven qu’il lui roulerait un patin sur le champ et enverrait voler tous les pseudos gays qui voudraient s’en approcher un peu trop près. Il pourrait.

Sur le moment, Gabriel ne se rend pas vraiment compte de ce qu’il fait lorsqu’il vient attraper le verre de la fraternelle pour boire dedans. Ca n’arrête pas la demoiselle pour autant et aussitôt un verre disparu qu’un autre apparait. « Depuis quand les fraternels boivent autant ? Et surtout les bras droits de dirigeants ? ». On ne refera pas le Blackwood et sa manière de dire tout ce qu’il pense de la façon la plus claire et nette qui soit. Le jeune homme s’apprête à terminer son verre quand Lexis lâche un rot aussi puissant que si elle était un homme, rot qui est parvenu jusqu’à ses oreilles malgré la musique assourdissante. Le sincère ne s’y attendait tellement pas qu’il ne peut se retenir de rire, l’alcool aidant, mais c’est sans compter sur les bras tendus qu’elle lui offre alors et qui sous-entendent d’aller sur la piste de danse. Aussitôt, son sourire s’éclipse et il la regarde d’un air ahuri, comme si elle était folle. Il signe même d’ores et déjà à la négative.

« Je ne sais pas danser ! ». Il serait ridicule. Encore plus que lorsqu’il se trouvait devant la boîte de nuit à attendre l’apparition du Saint-Esprit pour savoir si oui ou non il devait rentrer dans ce lieu de perdition aux allures chic. « Lexis. ». Gabriel proteste, Gabriel râle à moitié et offre l’une de ses moues fidèles, détache son cul de la chaise et fait soudainement un bond en avant quand il sent la traitresse venir l’effleurer. D’un coup sec, il sursaute, se retourne comme si on l’avait menacé avec une arme et observe le beau gosse (car tout est relatif…) qui vient tout juste de lui mettre la main au cul. Lèvres entrouvertes, il se redresse sur ses deux jambes. « Je suis déjà pris. », sous-entendu vas-voir ailleurs si mon cul y est. Puis, il attrape les mains de la fraternelle et se précipite sur la piste avec elle, cette fois-ci c’est lui qui la tire. Rouge pivoine, plus de colère que de gêne, il se faufile au travers de la foule, trouve un coin de place et se plante là, bras croisés. C’est un fiasco.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Lexis H. Gillian

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 15/01/2017
❖ Messages : 238
❖ Avatar : Emma Stones
❖ Crédits : Avatars et gifs (Lunatic Café) + CSS (Disturbed ♥) + Chanson ( Hailee Steinfeld - Most Girls)
❖ Multicomptes : Keira C. Vander & Nathaniel L. Jenkins
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans.
❖ Profession : Boulangère - Dirigeantes des Fraternels.
❖ Faction : Fraternel.
❖ Forces & Faiblesses : Positive - Accorde trop facilement sa confiance - Pétillante.



MessageSujet: Re: Come on, dance with me! || Pv Gabriella Dim 5 Fév - 20:11





Come on, dance with me!

Gabriel & Lexis.



Entre l'épidémie contaminant les fraternels et les attentats, il n'était en rien évident de se détendre, de prendre le temps d'oublier les ravages causés pour uniquement se recentrer sur ce que la vie avait de bon à offrir. De la musique, de l'alcool mais surtout les amis. Si il y'a bien une chose que tous ces événements prouvaient, c'était bien l'importance de passer du temps avec les êtres aimés. En mon sens, il était important de continuer à vivre plutôt qu'à survivre. Il n'y avait pas de meilleure façon de lutter contre les terroristes. Une manière pacifiste de dire "Regarde, on va bien. Regarde, tu ne vaux rien. Regarde combien on est plus fort." Pour autant, bien malheureusement, ce n'était pas aussi simple. C'était même utopique de ma part de le penser. Je désirais malgré tout m'accrocher à cette idée. Je refusais de sombrer comme bon nombre de mes compères. Et je refusais de voir Gabriel sombrer. Le temps, nos choix... beaucoup de paramètres nous éloignaient sans pour autant altérer nos liens. On se voyait peu, bien moins souvent qu'à l'adolescence. Néanmoins, il restait mon ami précieux. Petit rayon de soleil s'atténuant au fil des années. Je voulais pouvoir lui rendre sa lumière d'antan... et accessoirement lui trouver un boyfriend. Peut-être que tremper régulièrement son petit biscuit le rendrait plus souriant.

—  Tu peux me rappeler pourquoi j’ai dit oui déjà ?

Un rire s'échappa et l'instant d'après je lui offrais gracieusement un jeu de sourcil douteux, digne d'un mexicain pervers. => Hola

— Parce que je suis irrésistible.

Accompagnant mes paroles, j'attrapais une mèche de cheveux que je plaçais entre mon nez et mes lèvres. Leximoustache à votre service!!! Mais quand je pensais ça... ça ne voulait pas nécessairement dire "okay, tu peux me piquer mon verre". L'alcool, c'était sacré, en fait... raison pour laquelle, trèèèès rapidement, j'en commandais un autre. Parce qu'il était hors de question qu'on manque d'alcool à cette table! Never. N-E-VER. Never, quoi. Donc, Gabychou, bien que je t'aime autant que mon champs de pâquerette, plus jamais tu ne me pique mon cocktail.

— Depuis quand les fraternels boivent autant ? Et surtout les bras droits de dirigeants ?

Depuis que je n'ai pas eu de coït avec mon ours en peluche pendant deux longues putain de semaine! Sourire innocent aux lèvres, je ne pouvais décemment répondre ceci. Je devais donc m'armer d'une autre réponse, ne m'amenant ni à un mensonge, ni à une absolue vérité.

— Depuis que la bras-droit vit un moment de frustration intense.

Et avant de me faire passer pour la nympho de service... le sexe ne me manquait pas. C'était le sexe avec Ruben qui me manquait! Vous saisissez la nuance de Grey (#blagueàbannir)? Même mon organisme semblait vouloir évacuer cette blague de merde en un rototo magistral. On ne changeait pas les bonnes vieilles habitudes... et en présence de Gabriel, je n'avais aucune petite gêne... okay... il se pourrait bien que de façon très générale, je n'avais aucune gêne avec personne. Et alors? J'étais une femme libérée et décomplexée! Et puis ça amusait grandement mon petit sincère! Riant de bon cœur avec lui, je quittais mon siège pour l'inviter à danser. Parce que bordel de nouilles, la chanson Barbie Girl résonnait dans la salle! Dément! On ne pouvait pas passer d'une telle occasion! Mon popotin réclamait son dû!

— Je ne sais pas danser !
— Je danse comme un boulet.
— Lexis.
— Gabriel.

Bras toujours tendus, j'agitais mes petits doigts comme si mes doigts eux-même avec des asticots dans le cul. Puis retournement de situation. Gabriel quitta son siège, sursauta comme un rat prit en fragrant délit, et après un face-face rapide avec la gent masculine, il m'attrapa la main et me guida sur la piste de danse! Yeah! Let's go! Oh... et... vous l'avez surement déjà entendu. Vous savez, ce bruit caractéristique d'un vieux disque qui se raye! On l'entendait souvent dans les vieux films de l'époque. Vous voyez? Et bien le même son éclata à l'intérieur de mon crâne quand je compris que tout ce chemin au travers la piste de danse ne servit qu'à une chance : se trouver un coin pour se planter comme un piquet de glace. Non. Non et non! Sérieusement, je n'étais pas mais alors pas d'accord du tout avec ça! Queneni! Je refusais de laisser une telle chose se produire! Secouant la tête de gauche à droite, les lèvres boudeuses, je lui signifiais clairement mon désaccord.

— Tu veux pas danser.... t'es sûr, que je demandais, faussement candide.

Vous savez... le genre de question où tu sais très bien que si la réponse est non, l'autre va forcément faire une connerie.

— Dans ce cas je vais danser pour deux, s'pas bien grave.

Sauf que je ne savais pas danser. Mais vraiment pas... et ce n'était un secret pour personne. Sauf peut-être pour Gabriel. Je commençais à agiter mes bras comme un poulet en panique. Mon dos courbé et le cul tendu vers l'arrière, j'essayais de twerquer avec mon popotin. Twerk! Twerk! Twerk! Et je pivotais pour Twerker face à Gabriel. Twerk.

Je sais pas danser. Je danse comme un boulet.

Mais comme frotter mon boule contre sa paire de bijoux n'était pas très agréable psychologiquement, je passais à autre chose. Me redressant, je tentais une vieille choré de teckto-truc. Mais dans mon élan, ma main s'éclata contre la face de quelqu'un. Oh et ce quelqu'un, c'était Gaby.

Et t'a mal au yeux même si je fais de mon mieux.



_________________
Most girls are smart and strong and beautiful. Most girls, work hard, go far, we are unstoppable. Most girls, our fight to make every day. No two are the same. I wanna be like, I wanna be like, most girls. (c)Disturbed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gabriel A. Blackwood

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/01/2017
❖ Messages : 1340
❖ Avatar : Matthew (cutiepie) Daddario
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gifs signature) - Astra (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & G.H. Nolan Wheeler
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Avocat
❖ Faction : Candor (Sincères)
❖ Forces & Faiblesses : Son côté un peu trop direct est une force et il s'en sert constamment, ça peut aussi avoir des mauvais côtés pour peu qu'il fait face à un susceptible mais il est comme ça et ne se rend pas compte que ses propos trop francs peuvent parfois blesser - Sa sensibilité est en soi une faiblesse, bien qu'elle n'apparaisse pas avec n'importe qui, uniquement avec les personnes qui lui sont proches et qui comptent pour lui. - Avec le milieu dans lequel il évolue, son homosexualité pourrait bien lui jouer de mauvais tours.
❖ Philosophie : The law has lost its purpose.
❖ Playlist : Take me home ☾ JESS GLYNNE - I found ☾ AMBER RUN - I get to love you ☾ RUELLE - Stand by you ☾ MARLISA - Wide eyed ☾ BILLY LOCKETT



MessageSujet: Re: Come on, dance with me! || Pv Gabriella Jeu 9 Fév - 20:04



Why am I here. Seriously.

FT. LEXIS H. GILLIAN


S’il n’était pas encore au stade de l’innocence presque pure, le Sincère aurait pu comprendre à quelle frustration la rouquine fait allusion. Au lieu de ça, il se contente de boire gentiment ses paroles, si Lexis le dit alors c’est forcément véridique. Il est juste loin de se douter qu’elle parle en réalité d’un moment chaud bouillant passé avec le bras droit des audacieux. A bien y réfléchir, il n’est même pas au courant qu’elle et lui ont une relation. Non pas qu’il ne s’y intéresse pas, bien au contraire, mais lui-même étant gêné sur la question de l’amour ne se voyait pas engager le sujet comme si de rien était. Et ce, même si la jeune femme s’évertue à essayer de lui trouver un boyfriend. Gabriel n’en a pas besoin, il sait déjà qui il veut. Celui qu’il semble fuir comme la peste alors qu’il est tout bonnement son centre du monde depuis… De très longues années. Encore plus que Lexis, pour tout dire. En y pensant le temps d’une microseconde, l’avocat a un voile de déprime qui lui passe devant les mirettes et s’il n’y avait pas eu le magnifique rot de la fraternelle pour le ramener sur terre et le faire rire, il aurait clairement dû se faire violence pour que son cerveau atterrisse de nouveau à l’instant présent. La musique semble soudainement être mise encore plus fort qu’elle ne l’était déjà, et il voit la silhouette féminine en petite tenue se mouvoir pour venir jusqu’à lui en lui tendant les mains, signe qu’elle compte bel et bien aller danser. Sauf que lui… Il ne sait pas. Enfin, si, encore une fois, avec une certaine personne il saurait probablement comment faire, Gaby y met juste un brin de mauvaise foi et de mauvaise volonté, maugréant un Lexis et la fixant droit dans les yeux comme si il venait de voir la sortie du labyrinthe s’ouvrir droit devant lui. Gabriel. Son nom siffle jusqu’à ses oreilles et il se sent froncer les sourcils comme un grognon qu’il peut être quand il veut. Se faire rabrouer par Lexis n’a jamais été une chose appréciée, pour la simple et bonne raison qu’elle est l’une des rares à lui tenir tête avec autant de force. Et ça, c’est rageant.

Les choses auraient pu en rester là : un Gabriel décidé à garder son cul sur sa chaise. Malheureusement, comme il est plutôt beau gosse, grand et bien habillé, il attire aussi bien la gente féminine que masculine et la main qui vient se poser sur son derrière sublimement moulé dans son pantalon sombre est la décharge électrique suffisante pour le faire décoller de son siège. En un éclair et raide comme un piquet, rouge tomate et directement piqué au vif, le Blackwood lâche un méprisable je suis déjà pris et fonce sur la piste de danse en embarquant la rouquine avec lui. Les réjouissances sont toutefois de courte durée, car si la jeune femme se met à rayonner, lui, il se met à… Bouder. Au beau milieu de la piste de danse. Bras croisés fermement contre son torse.

L’air furax, Gabriel laisse la musique résonner et les corps s’échauder tout autour d’eux deux, la fraternelle ayant un air tout aussi boudeur sur le visage, même si en règle générale, personne ne rivalise avec ses deux émeraudes qui se ternissent, ses sourcils broussailleux qui se froncent et ses mèches en bataille qui lui donnent l’air de s’apprêter à faire un meurtre. Le comble pour un avocat, en soi. La voix de Lexis retentit jusqu’à lui et il sent pertinemment l’entourloupe derrière sa question, c’est pourquoi il se contente de plisser les yeux sans répondre et demeurant totalement muet, jusqu’à ce que… Elle ne se mette à danser comme un boulet.

Vous avez déjà eu l’impression que soudainement le temps s’arrête ? Que vous voyez la scène comme au ralenti parce que votre cerveau est tellement sur le cul qu’il ne parvient plus à repasser à la vitesse normale ? Oui ? Et bien alors vous comprendrez sûrement la réaction du Sincère.

Elle se frotte, elle twerk comme jamais, se déhanche avec une grâce qui n’appartient qu’à elle. Ses bras croisés ont fini par se relâcher. A présent mains en l’air et air totalement défait, le Blackwood se contente de fixer de temps à autre droit devant lui mais personne ne les regarde. Absolument personne, si ce n’est ce brun bodybuildé qui a décidé de le prendre en chasse et le fixe avec un air pervers sur le coin de la gueule à l’autre bout de la piste. Ses paupières se ferment tandis que Lexis effleure royalement ses bijoux de famille, ce qui le met dans un état de tétanie puissance mille. Immobile et désemparé, il penche la tête en arrière et roule longuement des yeux, totalement perdu sur la démarche à suivre. Il n’a lu ça dans aucun bouquin de droit.

C’est probablement à cause de sa tétanie que la main de la jeune femme vient violemment trouver la peau de son visage en une gifle mémorable, elle qui avait pourtant fini de twerker contre sa paire de maracas. Il aurait dû s’en douter, mais il ne l’a pas vu venir, et au fond, cette baffe est bénéfique, car elle le sort instantanément de sa léthargie et lui rend la liberté et le contrôle de ses mouvements.

« Aow ! ». Il grimace, passe une main sur sa joue et la fusille presque du regard avant de finalement soupirer et détendre les traits de son visage. Faut rester zen, Gabriel, tu vas finir par avoir un ulcère.

« J’ai besoin d’un verre. »

En une seconde éclair, il s’éclipse, se rend au bar en évitant le bodybuildé et revient avec un grand verre de cocktail bourré d’alcool. Le problème… C’est qu’il n’a jamais consommé de dose importante d’alcool et… Sa joue prend une légère teinte rosée mais il ne s’en formalise pas et descend son verre d’une traite, ayant pris le temps d’en ramener un second à la jeune femme. Tout de même, il sait être galant. La musique bat son plein tout comme l’ambiance qui devient de plus en plus chaude à mesure que les corps s’échauffent sur la piste de danse. Gabriel ne sait toujours pas danser, mais se surprend à taper du pied en rythme, un brin de lâché prise, jusqu’à ce que tout ne se mette un peu plus à tanguer et qu’il se retrouve soudainement avec la main sur le décolleté de la rousse.

« Oh mon Dieu. Je suis désolé. ». D’un coup sec il recule et manque de tomber en arrière, ayant pris un élan trop rapide pour ses réflexes amoindris. Il bascule, chancelle et… Se retrouve dans les bras d’un blondinet. « Je… Euh… ». Il bégaye. Mon Dieu mais quel air idiot est-ce que tu peux avoir Blackwood quand tu t’y mets !. Il se gifle mentalement et se redresse tout aussi sec. « Gabriel. ». Pourquoi est-ce que tu te présentes… Déjà ? C’est une catastrophe. Une véritable… Catastrophe. En plus, tu aimes pas les blonds. Tu aimes un brun.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Lexis H. Gillian

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 15/01/2017
❖ Messages : 238
❖ Avatar : Emma Stones
❖ Crédits : Avatars et gifs (Lunatic Café) + CSS (Disturbed ♥) + Chanson ( Hailee Steinfeld - Most Girls)
❖ Multicomptes : Keira C. Vander & Nathaniel L. Jenkins
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans.
❖ Profession : Boulangère - Dirigeantes des Fraternels.
❖ Faction : Fraternel.
❖ Forces & Faiblesses : Positive - Accorde trop facilement sa confiance - Pétillante.



MessageSujet: Re: Come on, dance with me! || Pv Gabriella Jeu 16 Fév - 23:51





Come on, dance with me!

Gabriel & Lexis.



Vilaine main! Vilaine! Non... je déconnais! En réalité, j'aimais ma main pour toutes ces choses qu'elle était capable de faire. Même quand elle cognait la face de Gabriel, je l'aimais follement. A moitié désolée seulement, je me contentais d'hausser piteusement les épaules, un air coupable sur la trogne. Pas ma faute. Mon corps et ma tête n'étaient pas sur la bonne fréquence. Difficile de coordonner ses bras et ses fesses dans le même temps. Dans le fond... la véritable victime... c'était moi! Je peux vous assurer que sur le moment, j'en étais réellement persuadée. Et il me fuyait, le petit Gabriel. Il voulait un verre... certes... et moi, je voulais danser avec Gabriel. Plantée comme un piquet de bois, je me contentais de bouger ma tête d'avant en arrière, à l'horizontal, un peu comme le ferait une poule, ou si vous préférez, le mouvement que faisait le lit de Ruben quand on jouait à nos jeux d'adultes. Puis revint l'enfant prodige, celui qui, très certainement, possédait un QI plus élevé que le mien. Sans avoir eu à le lui demander, il me ramena un verre! Cet enfant était un ange descendu du ciel! Je le bénissais intérieurement et m'empara de ma consommation, mon précieux!

Tout à mon sirotage, j'observais la foule de danseurs. Ces corps se fondant les uns sur les autres pour une danse toujours plus survoltée. La chaleur grimpait en flèche et les corps se pressaient de plus en plus contre nous, m'obligeant à garder mes coudes contre contre mes cotés, car pas assez de place pour les déployer telle une dinde heureuse de vivre. Pour le coup... je ne demandais rien à personne mais visiblement, la mimine de Gabriel préférait s'offrir un petit tête à boobs... Okay. Dans le genre whaaaaat, ce passage en tenait une bonne couche. Si bien que j'en avalais de travers et me mit à tousser... tousser... et tousser pendant qu'il tombait littéralement dans les bras de ce beau blondinet! Il ne perdait pas de temps, le Gaby! Quand il décidait de se lâcher, il ne faisait pas semblant! Et cette perspective m'exaltait tellement! Mon petit vermisseau d'amour allait peut-être, potentiellement, très probablement, tremper son petit biscuit cette nuit! Franchement, il était temps que quelqu'un lui retire son balai coincé entre ses fesses pour lui en fourrer un autre, un peu plus agréable. Nah?

— Basile.

Voilà comment le brave gars se nommait. Sourire conquis sur la face, ses prunelles semblaient s'enflammer à simplement regarder Gabriel. Oh... Je pouvais le comprendre. Gabriel était du genre trop sexy pour être réel. Pourtant, si, si! Il était bien réel! Toute contente, je me glissais derrière Gabriel. Ma tête parvenant à peine à ses épaules, je me penchais un peu sur le côté, pour que le grand blondinet me voit.

— Bonsoir! Lui c'est Gabriel!

Mais ça, je crois qu'il le savait déjà. Aussi fière qu'une maman, j’époussetais le bras de l'avocat avec ma main n'étant pas occupée à maintenir mon cocktail.  

— Il est gémeaux.

Enfin... peut-être.

— Il fait un mètre quatre-vingt dix.

Enfin... je crois.

— Et il ne prend pas très chère.

Enfin... Sûrement. Il était jeune avocat... du coup... Du coup je pouvais supposer que ses prix n'étaient pas exorbitant. C'était important de le préciser, des fois que le blondinet ai besoin de ses services. Le blondinet, choqué, fronça des sourcils. Son regard navigua entre moi et mon ami... puis il se mit à rire, se penchant vers le sincère.

— Elle est pas un peu pompette, ton amie?
— Non! que je protestais. J'te dis qu'il fait des prix raisonnable! Pourquoi que tu m'crois pas? En plus c'est le plus performant dans son domaine! Je peux te le prêter pour la nuit si tu veux...

Un rictus nerveux sur le coin des lèvres, il s'éloigna aussi sec. Sérieusement? Battant des cils, n'y comprenant rien, je tournais mon visage vers l'avocat.

— Qu'est-ce que t'as encore fait? que je demandais.

_________________
Most girls are smart and strong and beautiful. Most girls, work hard, go far, we are unstoppable. Most girls, our fight to make every day. No two are the same. I wanna be like, I wanna be like, most girls. (c)Disturbed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gabriel A. Blackwood

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/01/2017
❖ Messages : 1340
❖ Avatar : Matthew (cutiepie) Daddario
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gifs signature) - Astra (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & G.H. Nolan Wheeler
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Avocat
❖ Faction : Candor (Sincères)
❖ Forces & Faiblesses : Son côté un peu trop direct est une force et il s'en sert constamment, ça peut aussi avoir des mauvais côtés pour peu qu'il fait face à un susceptible mais il est comme ça et ne se rend pas compte que ses propos trop francs peuvent parfois blesser - Sa sensibilité est en soi une faiblesse, bien qu'elle n'apparaisse pas avec n'importe qui, uniquement avec les personnes qui lui sont proches et qui comptent pour lui. - Avec le milieu dans lequel il évolue, son homosexualité pourrait bien lui jouer de mauvais tours.
❖ Philosophie : The law has lost its purpose.
❖ Playlist : Take me home ☾ JESS GLYNNE - I found ☾ AMBER RUN - I get to love you ☾ RUELLE - Stand by you ☾ MARLISA - Wide eyed ☾ BILLY LOCKETT



MessageSujet: Re: Come on, dance with me! || Pv Gabriella Ven 17 Fév - 12:58



Why am I here. Seriously.

FT. LEXIS H. GILLIAN


Il n’avait pas prévu de venir poser sa main à cet endroit-là, et pour le coup il aurait pu rougir de honte si son premier réflexe n’eut pas été de reculer d’un coup sec et de tomber en arrière pendant que Lexis toussait à en cracher ses poumons. Il s’attend à heurter violemment le sol, mais c’est dans les bras d’un blond que Gabriel se retrouve, complètement alcoolisé et ses deux billes d’émeraudes écarquillées. De nouveau il se redresse, mains plaquées sur le torse de l’autre pour prendre appui et bégayant comme un idiot. Du grand Gaby tout craché quand ça concerne le fameux sujet. Pourtant, chose surprenante, il se présente sans réfléchir, le regrette amèrement quelques secondes après dans sa caboche et vient se mordre la lèvre inférieure en reprenant contenance sur ses pieds tandis que l’autre ne perd pas de temps pour répondre à son tour. Par tous les saints, bien joué Blackwood. Incapable de dire quoi que ce soit, le sincère se contente de lui rendre un sourire bien plus franc qu’il ne l’aurait voulu, à cause de l’alcool qui circule dans ses veines, éventuellement prêt à répondre des mots qui ne viennent pas et constatant en silence ce regard insistant que le blond lui lance. Il lui est tombé dans les bras, et ce type a aimé ça. Misère. L’image d’un Maven le fusillant du regard lui passe subitement devant les yeux et il ne peut se retenir de passer nerveusement sa langue sur sa lèvre inférieure à présent, toujours silencieux, ouvrant finalement la bouche pour la refermer en entendant Lexis pointer le bout de son nez. Catastrophe.

Il est gémeaux.
« Poisson. » qu’il rectifie sans véritablement s’en rendre compte, la rouquine occupé à le présenter un peu plus dans les détails à cet illustre inconnu.
Il fait un mètre-quatre-ving-dix.
Gabriel se lance dans un énième sourire un peu plus mal à l’aise, ne sachant où poser ses prunelles vertes.
Et il ne prend pas très cher.
A cet instant, il se fige et se crispe. What ? Là aussi, vous pouvez entendre comme le bruit d’un disque rayé, la musique disparaissant dans un son tonitruant qui fait grincer des dents. Arrêt sur image.

Bien qu’il demeure parfaitement immobile, son monde tournant toujours un peu autour de lui à cause de l’alcool fort trop vite ingurgité, le sincère ne peut que rouler des yeux avant de plonger son regard sur le blond qui, choqué, fronce les sourcils. Ca va mal finir. Et qui finalement se met à rire avant de se pencher vers lui. Trop près, bien trop près. Il ne peut toutefois pas nier qu’il sait choisir ses parfums, Basile. A sa question, Gabriel se contente de hocher la tête et d’acquiescer discrètement, le regardant d’un air qui se veut désolé. Mais c’est sans compter sur le pragmatisme et la surexcitation de la jeune femme qui s’enflamme à nouveau et persiste dans son délire de le vendre comme un gigolo. Ainsi, Gabriel a tout juste le temps de lever sa main et d’ouvrir la bouche pour rattraper le coup que l’illustre inconnu se fait la malle sans demander son reste. A cet instant, le sincère oscille entre un bon débarras et un Damn au creux de sa caboche et vient se retourner vers Lexis en soupirant. Lorsque la dernière question fuse dans les airs, c’est littéralement bouche bée et sourcils froncés qu’il la fusille du regard. Qu’est-ce qu’il a encore fait ?! Rien justement ! Absolument rien ! Parce que… C’est ce qu’il fait de mieux sur ce terrain, rien. Rien du tout. Ramené face à sa propre lâcheté quand bien même il n’ait rien demandé, c’est furibond que Gabriel quitte la piste de danse après avoir attrapé la jeune femme par le poignet et la tirer hors de tous ces corps enflammés, et même carrément hors de cette boite de nuit de friqués s’il ne s’était pas arrêté dans un coin éloigné de tout ce remue-ménage.

« Je sais parfaitement ce que tout le monde pense Lexis ! ». Ce que son entourage proche pense, surtout. « Et je sais ce que tu essaies de faire ici, mais le fait est que je n’ai absolument rien demandé ! Je ne fais strictement rien pour ça. » Et il insiste sur le rien, les prunelles brillantes sous le joug de l’alcool et la langue qui se délie soudainement bien trop vite. « Je suis pas coincé. » Ou peut-être que si, mais… C’est compliqué. « J’ai… Je… ». Il prend une inspiration, ne sait pas comment le dire mais il faut qu’il le dise, ça a besoin de sortir et continuer à se ridiculiser comme ça devant les gens il ne peut pas, il ne veut pas. Surtout pas. Même lui dire à elle est compliqué, alors quand il voit un serveur passer avec des verres à cocktail, il ne réfléchit pas et en attrape un dernier dont il boit la moitié cul sec, prend quelques secondes pour assimiler le tout, fixe la rouquine, repense à la honte ressentie un peu plus tôt, et se met à rougir. De gêne, de colère, un peu tout, en fait, parce qu’il a chaud aussi. C’est d’ailleurs de lui-même qu’il vient ouvrir maladroitement le col de sa chemise pour se faire un peu d’air.

« Je… ». Il croise le regard du blond un peu plus loin qui le fixe avec un certains dédains maintenant, et reporte son attention sur Lexis. « J’ai déjà des vues sur quelqu’un Lex ! ». Il vient de le dire, puis lève sa main en l’air, inspire et précise même. « Non. En fait je… C’est plus que ça. ». Ses lèvres viennent trouver le verre et il termine de siroter son énième cocktail. Il va tomber raide, s’il continue. Un large sourire vient étirer les traits de son visage tandis qu’il est définitivement bourré. « J’crois bien que je l’aime, Lexis mais… ». Il passe son temps à le fuir, et là tout de suite il ne sent pas ses jambes le lâcher. C’est sur le cul qu’il tombe, parfaitement conscient mais ça tangue tellement que. Pouf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Lexis H. Gillian

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 15/01/2017
❖ Messages : 238
❖ Avatar : Emma Stones
❖ Crédits : Avatars et gifs (Lunatic Café) + CSS (Disturbed ♥) + Chanson ( Hailee Steinfeld - Most Girls)
❖ Multicomptes : Keira C. Vander & Nathaniel L. Jenkins
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans.
❖ Profession : Boulangère - Dirigeantes des Fraternels.
❖ Faction : Fraternel.
❖ Forces & Faiblesses : Positive - Accorde trop facilement sa confiance - Pétillante.



MessageSujet: Re: Come on, dance with me! || Pv Gabriella Lun 3 Avr - 9:41





Come on, dance with me!

Gabriel & Lexis.



La proie s’éloignait toujours plus loin, me laissant dans la plus totale des incompréhensions. L’incrédulité défigurant les traits de mon visage, je tournais mon minois vers Gabriel, l’accusant sans la moindre honte d’être la cause de ce désastre. Bien évidemment, en cet instant, je ne me sentais nullement responsable de cet échec. La goutte d’eau débordant la baudruche semblait être atteinte pour l’avocat qui me saisissait le poignet avec force. Une force dont on ne le soupçonnerait pas nécessairement aux premiers abords. Docile, je le laissais nous frayer un chemin parmi la foule pour nous en éloigner. Bien que je gardais le silence, je n’en demeurais pas moins dépitée. Tout ce mal pour l’emmener sur la piste de danse… autant d’efforts mis à mal. Pouf. Padaboom.

Une fois à l’arrêt, mes pieds tanguèrent un cours instant. Le sol bougeait. Putain, le sol bougeait! Merde! Mes prunelles dilatées par la peur se posèrent sur le brun ténébreux. Il le sentait, le sol qui tremblait? Non? Visiblement non. Hum hum. Surement trop alcoolisé pour capter que la fin du monde approchait. Hum hum. Il affirmait savoir lire dans les pensées. Hum hum. Fronçant les sourcils, j’hochais docilement la tête. Prétendre savoir ce que les gens pouvaient bien penser… Il tentait de me refaire un remake de Twilight? Avec son petit côté j’ai-un-balais-coincé-dans-le-popotin… il avait la gueule de l’emploi. Qu’on ne s’y méprenne pas. C’était MON petit coincé du cul. Je l’aimais comme il était. Même si il se prenait pour un vampire à la coiffure digne d’un balai à chiotte.

— Je suis pas coincé, affirmait-il.

Oh putain! Il lisait vraiment dans les pensées! Choquée, ma bouche s’entrouvrit. La bouche grande ouverte comme pour accueillir une… bref! La bouche grande ouverte de stupéfaction, j’écarquillais grand les yeux.

Il a… il est… suspendue à ses lèvres, j’attendais la suite. Avait-il des supers-pouvoirs? Etait-il un mutant? Une créature mystique? Il se rinçait le gosier, surement pour l’aider à faire passer la pilule. Et j’attendais. Et le sol tanguait. Instable sur mes pieds, j’étais bien incapable de rester sur place sans bouger. Mon corps se mouvait de gauche à droite. De droite à gauche. Pareil au mouvement d’un bateau.

— J’ai déjà des vues sur quelqu’un Lex !

Oh… OH OH!!!

— Non. En fait je… C’est plus que ça.

Son sourire communicatif réchauffait mon palpitant qui s’agitait contre ma cage thoracique. Ce bonheur s’étalant sur sa face d’ange se répandait en moi également. Plus que jamais, je voulais entendre la suite. Je voulais qu’il me le dise, qu’il se l’admette enfin. Mon petit Gaby en avait gros sur la patate et il était pour lui de vider son sac.

— J’crois bien que je l’aime, Lexis mais…
— Mais rien du tout!


L’euphorie me galvanisait. Si bien que, pareil à une pupuce (et non une pupute), je sautais au cou de l’avocat. Toutefois, deux choses se produisirent au même instant. La première, Gabriel tomba sur les fesses avant même que je ne l’atteigne. La seconde, en lien direct avec la première, je me retrouvais à enlacer le vide. Mon équilibre, déjà précaire, ne me permit pas de rester suspendu dans les airs et la chute fut inévitable. Mes jambes tentèrent une avancée maladroite. Le buste bien trop en avant, mes boobs me rappelaient combien la loi de la gravité était dur et sans concession. Shootant Gabriel au passage, je dégringolais… et bien au-dessus de lui. Un peu comme l’aurait fait un vélo en butant contre un banc. Face contre terre, mon égo plié sous le poids de la honte, je lâchais un pitoyable “aïe” avant de me retourner sur le dos. Bordel, pourquoi ça continuait de tourner autant? Prenant mes aises, je posais chacune de mes jambes sur ses épaules.

— C’est tellement génial, Gabriel, jubilais-je. Pas la chute, hein. Le fait que t’aime quelqu’un.

J’agitais un instant mes guibolles. Deux jambonneaux s’affolant autour de sa tête. Une fois lasse de cette position, je me redressais sur mon séant pour mieux lui sauter dessus. Cette fois, mes bras s’enroulèrent autour de son cou et je lui offrais une attaque de bisous collant sur la joue.

— La vie n'a de sens que si on a quelqu'un à aimer, murmurais-je en posant ma joue contre la sienne.Il s’appelle comment ce chanceux? Et si t’allais le voir pour lui déclarer ta flamme?






_________________
Most girls are smart and strong and beautiful. Most girls, work hard, go far, we are unstoppable. Most girls, our fight to make every day. No two are the same. I wanna be like, I wanna be like, most girls. (c)Disturbed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gabriel A. Blackwood

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/01/2017
❖ Messages : 1340
❖ Avatar : Matthew (cutiepie) Daddario
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gifs signature) - Astra (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & G.H. Nolan Wheeler
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Avocat
❖ Faction : Candor (Sincères)
❖ Forces & Faiblesses : Son côté un peu trop direct est une force et il s'en sert constamment, ça peut aussi avoir des mauvais côtés pour peu qu'il fait face à un susceptible mais il est comme ça et ne se rend pas compte que ses propos trop francs peuvent parfois blesser - Sa sensibilité est en soi une faiblesse, bien qu'elle n'apparaisse pas avec n'importe qui, uniquement avec les personnes qui lui sont proches et qui comptent pour lui. - Avec le milieu dans lequel il évolue, son homosexualité pourrait bien lui jouer de mauvais tours.
❖ Philosophie : The law has lost its purpose.
❖ Playlist : Take me home ☾ JESS GLYNNE - I found ☾ AMBER RUN - I get to love you ☾ RUELLE - Stand by you ☾ MARLISA - Wide eyed ☾ BILLY LOCKETT



MessageSujet: Re: Come on, dance with me! || Pv Gabriella Dim 16 Avr - 15:06



Why am I here. Seriously.

FT. LEXIS H. GILLIAN


Un désastre. Cette soirée et ces tentatives n’étaient que désastres après désastres et le Sincère assistait à la scène sans pouvoir faire grand-chose. Il l’a vu s’éloigner, le blondinet au torse musclé, détail qu’il ne peut nier pour avoir posé temporairement ses mains dessus. Mains qu’il a dû retirer à cause de la tornade Lexis qui est arrivée dans son dos pour le vendre comme le plus ouvert de tous les gigolos. Ainsi donc commença la lente chute de Gabriel dont le visage ne fit que se décomposer au fur et à mesure des secondes qui s’écoulent. Raison pour laquelle ce cher Basile a mis les voiles sans demander son reste. S’ils en étaient restés là, la pilule aurait sans doute pu passer, mais voilà que la fraternelle en chef se met à sous-entendre que s’il s’est fait la belle c’est bel et bien à cause de l’avocat ! Observant son amie comme deux ronds de flan, le jeune homme n’en croit pas ses oreilles, pique un fard et la tire littéralement vers la sortie, du moins, dans un coin non loin de la sortie mais qui n’est pas encore la sortie, vous avez compris ? S’il n’avait pas un gramme déjà bien trop élevé d’alcool dans le sang, Gabriel aurait pu voir les yeux ronds que lui offre la jeune femme vis-à-vis du sol qui tangue, mais non, lui, il ne le voit pas, focalisé sur la chaleur ambiante, la musique qui tambourine jusqu’à l’intérieur de son crâne à présent, ainsi que sur le plateau de cocktail qui passe tout juste à sa gauche et dont il en intercepte un énième verre. Il ne devrait pas, mais il boit quand même et à une vitesse non négligeable. Qu’on ne s’y méprenne, il sait tenir l’alcool et est loin d’être une chochotte, mais quand bien même, il en a bien trop bu et il se décoince. Il se décoince même si fort qu’il se met à balbutier tout seul la stricte vérité : il est déjà amoureux de quelqu’un. Mais c’est… Compliqué.

Pourtant, en énonçant cette vérité, il ne sent pas le large sourire venir étirer sa gueule d’ange. Il ne le voit pas être aussi communicatif, car autour de lui ça commence sérieusement à tanguer et il perd le nord. Mais il l’aime. Oh, ça c’est certain qu’il l’aime Maven, il le dit à Lexis. Il le dit à voix haute, voulant lui expliquer le côté compliqué de la chose mais elle ne lui en laisse pas le temps, elle, mais également son propre corps. Un pas en arrière a suffi pour que le monde tourne un peu plus autour de lui, et c’est sans s’en rendre compte que le sincère d’un mètre quatre-vingt-dix s’étale royalement sur les fesses dans une grimace faciale lancinante. Aoutch, pour sûr ça fait mal au cul. Il tombe, verre de cocktail toujours en main et au trois quart vide, au même moment où Lexis entreprend de venir lui sauter au cou. Autant dire qu’ils font la paire ce soir. Malheureusement… Dans l’élan, la rouquine chute contre son buste, lui donnant un coup de genoux dans l’arcade sourcilière au passage avant de s’étaler face contre terre juste derrière lui. Il a tenté de la rattraper, mais à cause de l’alcool les réflexes sont moindres et il n’en a pas eu le temps, les choses s’étant passée trop vite. Posant le verre de cocktail par terre, Gabriel se retourne de moitié pour vérifier qu’elle ne s’est pas fait mal, les doigts de sa main libre se massant déjà l’œil gauche. C’est qu’elle ne l’a pas raté. Décidément, elle veut vraiment le tuer. Continuant de se masser l’œil et le sourcil en pinçant les lèvres, le Sincère se retrouve soudainement avec deux poids sur ses épaules. Perplexe et sourcils froncés, il jette un coup d’œil à sa droite puis à sa gauche et constate avec attention qu’il s’agit en réalité des jambes de Lexis.

« Euh… » qu’il commence à balbutier à nouveau. « Je ne suis pas un tabouret merci. ». Il a beau être bourré, les habitudes ça ne se perd pas. D’ailleurs il explose littéralement de rire sans raison, et aurait presque envie de pleurer alors que la fraternelle s’exclame dans son dos. C’est tellement génial Gabriel ! Pas la chute hein, le fait que t’aimes quelqu’un. Oui, ça l’était, et il venait de l’avouer mais ça ne retirait pas le côté compliqué de la chose et sur le moment, il lâche un profond soupir, les yeux brillants d’alcool mais aussi au bord des larmes, un peu. Etre bourré ne lui correspond pas du tout, sans parler de la couleur rouge qui s’empare de son œil. Ne daignant bouger d’un millimètre, la jeune femme retire enfin ses jambes de ses épaules et vient lui sauter au cou, déposant des baisers sur sa joue qui lui font plisser le nez et fermer l’œil abîmé en question. La vie n’a de sens que si on a quelqu’un à aimer. Qu’elle murmure, un brin philosophe sur le moment. Gabriel en est même tout étonné et esquisse un sourire en coin avant de le perdre aussi vite qu’il est arrivé. Il s’appelle comment le chanceux ? Et si t’allais le voir pour lui déclarer ta flamme ?

Arrêt sur image. Bug de la boîte crânienne.

En un éclair, il se redresse sur ses jambes, Lexis toujours accrochée à son cou. Il a de la force malgré le fait qu’il chancelle et doive se retenir rapidement après le mur d’à côté. Car les habitudes ne s’envolent pas comme ça, il vient s’essuyer la joue d’un revers de manche en clignant des paupières. C’est que son genou l’a pas raté, il a vraiment mal, ça le gêne ! Se frottant donc l’œil comme un acharné, il souffle et signe à la négative en rabaissant la robe de son amie. C’est pas qu’on voyait son sous-vêtement mais presque… Le pire, c’est qu’il le fait le plus naturellement du monde avant de signer une nouvelle fois à la négative, ne filant plus droit sur ses jambes.

« Non non ! ». Il prend la direction de la sortie, que Lexis soit toujours accrochée ou pas. « C’est bien là tout le problème, je ne déclare pas de flamme, y a… Rien à déclarer. C’est trop compliqué c’est… Je… ». Il souffle. Ca l’agace d’être nul comme ça et aussi handicapé. « Et s’il ne m’aimait pas en retour hein ? » qu’il lâche tout de même subitement en sortant enfin de la boîte de nuit, respirant l’air frais de la nuit, la vision toujours troublé et la rue tanguant comme un bateau de pêche. Maven a beau être son meilleur ami et jouer avec ses airs enjôleurs à chaque minute qu’il leur est donné de passer ensemble, Gabriel arrive encore à douter d’une réciprocité quelconque. Il a peur d’être rejeté, peur de se fourvoyer. Fuir c’est rendre les choses plus simples à gérer.

Même si, pour l’heure, être bourré c’était plus compliqué à gérer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Lexis H. Gillian

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 15/01/2017
❖ Messages : 238
❖ Avatar : Emma Stones
❖ Crédits : Avatars et gifs (Lunatic Café) + CSS (Disturbed ♥) + Chanson ( Hailee Steinfeld - Most Girls)
❖ Multicomptes : Keira C. Vander & Nathaniel L. Jenkins
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans.
❖ Profession : Boulangère - Dirigeantes des Fraternels.
❖ Faction : Fraternel.
❖ Forces & Faiblesses : Positive - Accorde trop facilement sa confiance - Pétillante.



MessageSujet: Re: Come on, dance with me! || Pv Gabriella Lun 8 Mai - 17:05





Come on, dance with me!

Gabriel & Lexis.



Les bras accrochés au cou du sincère, ce dernier se releva. Pareil à une super attraction, la sensation de vertige était garantie alors qu'avec la seule force de lui-même, il parvint à me remettre sur mes deux jambes. Magique, je vous dis! Magique! Il chancela et j'éclatais de rire, relâchant enfin ma prise. L'hilarité se justifiait autant par le taux d'alcool circulant dans mes veines que par l'annonce de mon ami. Il était amoureux et j'avais follement envie de courir dans tous les sens pour le crier sur tous les toits. Mais je peinais déjà à rester debout, alors courir, n'y pensons même pas. Sourire enjoué sur la face, j'observais le grand ténébreux se frotter l’œil. Bon sang, qu'est-ce qu'il s'était fait? Il s'était prit une porte en pleine gueule? Le pas doué, je vous jure! Pas doué... peut-être, mais attentionné, ça c'était certain. Tout naturellement, il remit en place ma robe et tout naturellement, je le laissais faire. Car oui, c'était naturel, normal, sans ambiguïté. C'était Gaby et moi, j'étais Lexis. Donc c'était logique, vous comprenez?

Trottinant derrière l'avocat, je le suivais sans un mot. Bien que silencieuse, j’arborais néanmoins un sourire des plus malicieux. Il était amoureux. Il aimait quelqu'un et rien que pour ça, c'était génial. Finalement, Gabriel n'était pas un cas désespéré! Finalement, il avait quelqu'un dans sa vie! Oh oui! Il protestait. Je l'entendais bien. Et je me contentais d'acquiescer, toujours à ses arrières. Ce ne fut qu'une fois dehors, que je me plaçais face à lui. De façon maladroite, certes, mais que voulez-vous, le sol bougeait beaucoup trop. Celui qui vous dit un jour que Chicago ne connu aucune secousse sismique, traitez-le de menteur et sans la moindre once d'hésitation! Parole de Lexipupute!

Mon sourire envolé comme un ballon gonflé à l'hélium qu'on aurait lâché en pleine nature, je pinçais mes lèvres et posais mes mains sur les épaules de Gabriel, les bras aussi tendu que si j'étais somnambule. Les mains sur ses épaules, c'était surtout pour ne pas tomber mais chut, on ne dira rien n'est-ce pas? J'inspirais l'air frais, une fois, deux fois. Je cherchais mes mots. Peut-être un peu trop longtemps. Peut-être qu'au final, malgré mon taux d'alcoolémie, je ne voulais pas tout foirer. Il venait de se confier à moi. Je devais dire merci aux nombreux cocktails mais il s'était confié à moi. Je comprenais ses doutes. Ses peurs et ses craintes devenaient miennes. Je ne voulais pas être celle qui, d'une manière ou d'une autre allait le jeter au bord du précipice. Je ne voulais pas non plus être celle qui, d'une manière ou d'une autre, allait l'aider à stagner dans ses doutes et ses incertitudes.

— Je ne vais pas te dire quoi faire.

Comprenant par ailleurs que la distance instaurée entre nous était risible, je me rapprochais un peu plus de mon ami. Ma main glissa de son épaule jusqu'à son coude.

— Par contre, je vais te dire ce que je sais.

Ma petite paluche qui était restée sur son épaule alla se perdre dans ses cheveux. Pareil à une maman poule, je laissais mes doigts se jouer dans sa chevelure. Un regard tendre embrassa cette face que je côtoyais depuis déjà tellement longtemps.

— Tu es quelqu'un d'exceptionnel, Gabriel Blackwood. Tu es la pire tête de mule que je connaisse. Tu es également une personne passionnée et forte. Mais tu es également une personne sensible, attentive, loyale, drôle et adorable.

Cueillant son visage entre mes deux mains, je comblais un peu plus l'écart entre nous. Les mots me manquaient réellement pour lui dire combien il était exceptionnel. Pour lui dire combien cette personne était chanceuse d'être aimé par lui. Lui rappeler qu'il était Gabriel Blackwood! Forcément que cette personne voudrait de lui! Et si ce n'était pas le cas, alors elle ne méritait pas l'amour qu'il lui portait. Et je savais pertinemment que ce n'était pas aussi simple. Les choses ne pouvaient être simple, surtout en amour, n'est-ce pas?

— Je sais aussi que si tu ne lui dis rien... Alors tu seras constamment rongé par le doute et l'incertitude. Je pense que tu passes peut-être à côté de quelque chose d'exceptionnel car tu as peur sans jamais songer qu'il en était peut-être de même pour lui. Je pense que si tu l'aimes, tu devrais le lui dire.

Caressant sa joue, j'ajoutais avec une petite touche d'humeur.

— Et si jamais il ne veut pas de toi, j'envoie Ru...

Stop! Me mordant aussitôt la langue je me reculais vivement. Merde! Ne pas parler de Ruben! Nop! Personne ne devait savoir pour nous et si je parles de lui, ça pourrait éveiller les soupçons.

— Rudolphe, mon ours en peluche. J'envoie Rudolphe mon ours en peluche lui casser la gueule, mais genre sévère quoi!

Catastrophe frolée mais évitée! Retrouvant mon hilarité, je rajoutais.

— Et au pire, tu lui avoue ton amour et si il te rejette, tu lui fous du GHB dans son verre! Pas pour le violer hein? Mais à forte dose ça fait perdre la mémoire sur les dernières heures. Tu pourras toujours garder la tête haute....

Bien que je plaisantais je jugeais bon de le préciser.

— Je déconne, hein? Y'a des sérums de l'oubli pour ça.



_________________
Most girls are smart and strong and beautiful. Most girls, work hard, go far, we are unstoppable. Most girls, our fight to make every day. No two are the same. I wanna be like, I wanna be like, most girls. (c)Disturbed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gabriel A. Blackwood

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/01/2017
❖ Messages : 1340
❖ Avatar : Matthew (cutiepie) Daddario
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gifs signature) - Astra (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & G.H. Nolan Wheeler
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Avocat
❖ Faction : Candor (Sincères)
❖ Forces & Faiblesses : Son côté un peu trop direct est une force et il s'en sert constamment, ça peut aussi avoir des mauvais côtés pour peu qu'il fait face à un susceptible mais il est comme ça et ne se rend pas compte que ses propos trop francs peuvent parfois blesser - Sa sensibilité est en soi une faiblesse, bien qu'elle n'apparaisse pas avec n'importe qui, uniquement avec les personnes qui lui sont proches et qui comptent pour lui. - Avec le milieu dans lequel il évolue, son homosexualité pourrait bien lui jouer de mauvais tours.
❖ Philosophie : The law has lost its purpose.
❖ Playlist : Take me home ☾ JESS GLYNNE - I found ☾ AMBER RUN - I get to love you ☾ RUELLE - Stand by you ☾ MARLISA - Wide eyed ☾ BILLY LOCKETT



MessageSujet: Re: Come on, dance with me! || Pv Gabriella Mar 6 Juin - 21:58



Why am I here. Seriously.

FT. LEXIS H. GILLIAN


L’heure est à la fuite. Imminente et inégalable. C’est non sans mal que le Sincère réussit à se hisser au dehors de la boîte de nuit, Lexis sur ses talons. Il chancelle, voit trouble, a toujours mal à l’œil qu’il s’est bien trop frotté. Plus rien ne va et la panique qui s’insinue dans ses veines ne désemplit pas, bien au contraire. Avouer ses sentiments à Maven ? Mais elle était dingue ! Jamais il ne pourrait faire une chose pareille, et c’était exactement pour cette raison qu’il signe à la négative et lui rétorque deux superbes non. Pas de déclaration, il n’est pas prêt, clairement pas prêt et ça lui fait peur, à lui, cet avocat qui n’a pourtant peur de rien, ou pas grand-chose. Il n’assume simplement pas, Gabriel, ce côté-là de lui-même, cette tare considérée comme telle par bon nombre de personnes idiotes sur cette bonne vieille terre. Pourtant Maven est son meilleur ami avec Lexis, bien qu’avec la jeune femme les choses soient différentes, il ne peut réellement comparer ces deux amitiés hors-normes qu’il partage avec l’un et l’autre. Ces deux liens sont forts, extrêmement forts mais demeurent incomparables ensembles. Ainsi, il ne devrait pas avoir peur, mais les faits sont là, malgré tous les signes évidents qui s’effritent dans les airs entre lui et le Morgenstern, il n’y aurait aucune place pour le doute. Il ne devrait pas douter, mais face à lui Gabriel demeure celui qu’il est, en l’honnêteté et sincérité la plus totale. Fuir est plus facile qu’affronter son regard et le potentiel risible de son acte si jamais il faisait une déclaration.

Lorsque Lexis vient poser ses mains sur chacune de ses épaules, le Sincère la regarde faire, une main après l’autre en fronçant légèrement les sourcils. Elle est encore en train de le toucher. D’ordinaire, on ne le touche pas. Les habitudes de gosse de riche ont la vie dure, très dure… Pourtant, grâce à l’alcool, il ne dit rien Gabriel, se contentant d’être totalement désemparé à présent. Il est perdu, ça se lit sur ses traits, mais ce n’est finalement qu’au moment où la fraternelle rompt la distance entre eux qu’il pose ses émeraudes dans celles de la jeune femme, écoutant sagement ses paroles, un brin perplexe, et chancelant de temps à autre d’avant en arrière, comme s’il était sur un bateau. Autant dire que l’effet est bizarre étant donné sa grande taille. Ca tangue sévère. Je vais te dire ce que je sais. Il est alcoolisé, littéralement, complètement et ça n’étonnerait personne qu’il soit malade toute la sainte nuit dès que la migraine aura pointé le bout de son nez, mais en cet instant, Gabriel il se raccroche aux paroles de Lexis et il attend de savoir ce qu’elle compte lui dire. Ce qu’elle a l’air de si bien savoir. Ses mains glissent, l’une jusqu’à son coude tandis que l’autre vient glisser dans sa tignasse sombre. Parce que c’est Lexis, il ne dit trop rien, mais autant dire qu’avoir des doigts collants dans les cheveux, ça ne le ravie pas du tout. Cependant, il reste sage notre sincère adoré trop pur et encore vierge. Lorsqu’elle le traite de tête de mule, il ne peut retenir un franc sourire d’étirer ses traits, de ceux qu’il n’offre que très rarement à la population de Chicago. Les mots de la fraternelle le touchent énormément et il emmagasine tout dans son esprit malgré la présence formelle de grammes d’alcool dans le sang.

Ses mains viennent se plaquer contre son visage et Gabriel ne bouge toujours pas d’un pouce, sauf lorsqu’il tangue, mais lorsque c’est le cas, ils tanguent à deux et offrent ainsi un drôle de ballet à ceux qui sortent de la boîte. Il n’y en a toutefois pas un pour remarquer leur danse étrange et mal interprété. Dans le fond ce n’est pas plus mal. Parce que Lexis a raison sur toute la ligne et le sincère ne le sait que trop bien, c’est quelque chose qu’il ne peut pas nier, mais la peur est là. Le regret le sera aussi s’il ne tente rien. Il ignore encore qu’en réalité c’est Maven qui va le mettre devant le fait accompli en le coinçant chez lui pour s’assurer qu’il ne devient pas fou. Il ignore que c’est à ce moment précis, ce jour-là, qu’il lui fera la révélation, peut-être pas de ses sentiments prononcés à haute voix, mais par les gestes. Et si jamais il ne veut pas de toi, j’envoie Ru…. Comme il l’écoute, Gabriel la voit s’arrêter net. Ru… Quoi ? Haussant un sourcil interrogateur tout en fronçant l’autre, il lui fait signe comme quoi il attend la suite. Que veut-t-elle lui dire ? Il l’écoute c’est le moment ! Crache-le morceau Lexis ! A la mention de l’ours en peluche, il penche la tête sur le côté le sincère et acquiesce d’un signe de tête étrange mais en réalité il n’est pas convaincu et l’observe avec deux billes écarquillées comme des ronds de flans. Figé, il passe sa langue sur sa lèvre inférieure en signe de grande concentration puis revient se frotter machinalement l’œil, ça lui fait toujours mal. Si la rouquine récupère son hilarité, lui, il ne rit même pas, focalisé sur les paroles précédentes. Tout lui avouer ? Oui oui… Et oui mais… Agacé, la mine de Gabriel se renfrogne et il s’apprête à se mettre en route vers son appartement quand Lexis l’interpelle encore avec une idée qu’il considère. « Tu penses… ? ». Sur le coup, il le considère vraiment. Du GHB. Au mot viol, il fronce le nez et signe à la négative. Le violer, lui ? Alors qu’il est vierge ? Il ne sait que de théorie ce qu’on est censé faire mais la pratique il y a tout à voir… J’déconne hein, y a des sérums d’oubli pour ça. A nouveau, il plisse le nez et se met en marche en roulant des yeux. « J’ai trop bu. ». Voilà donc les mots de la fin de Gabriel Blackwood. « Mais… Merci Lex… Vraiment. ». Et il est Sincère, le Sincère. « On devrait aller dormir. ». Quand il dit on il ne sous-entend pas à la jeune femme qu’ils doivent dormir dans le même lit mais il signe simplement l’heure du départ. « Peut-être que prendre un taxi serait une meilleure idée ? » qu’il beugle presque en manquant de basculer en arrière. « Une catastrophe… ». Et il se met à rire. Là, comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Come on, dance with me! || Pv Gabriella

Revenir en haut Aller en bas
 

Come on, dance with me! || Pv Gabriella

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gabriella: The Iron nightmare, par Turbo_Egg_Salad
» rapport de patrouille dU SERGENT Gabriella.972
» présentation de gabriella.972
» La Sylvanie !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › Downtown :: The Red Circle-