Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 flashed junk mind ✤ HAZEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Charlize E. Flores

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 15/07/2015
❖ Messages : 1459
❖ Avatar : Odette Annable.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente balais.
❖ Profession : Dirigeante des Sans-Faction, stripteaseuse dans un nightclub crade chez les SDF et membre de la résistance.
❖ Faction : Sans-Faction, comme une grosse merde. (Ex Sincère, née Altruiste.)
❖ Forces & Faiblesses : Un glorieux mélange d’alcoolisme trop assumé et une poisse légendaire.
❖ Philosophie : Don't be a drag just be a queen.
❖ Playlist : LENKA - everything at once. FLORENCE + THE MACHINE - shake it out. THE KILLS - cheap and cheerful. SIA - alive. BISHOP BRIGGS - be your love.



MessageSujet: flashed junk mind ✤ HAZEL Lun 30 Jan - 19:41

« Dig down and find faith »
When hope and love has been lost. And you fall to the ground. You must find a way. When the darkness descends. And you're told it's the end. You must find a way. When God decides to look the other way. And a clown takes the throne. We must find a way. Face the firing squad. Against all the odds. You will find a way.



D’après ma source, un nabot sans envergure qui bosse sous le compte de la Willis, m’a certifié que le transfert de la dirigeante des Altruistes se faisait aujourd’hui et que cette dernière avait une halte à faire chez-elle avant son déclin tant attendu. J’ignore tout de cette affaire, seules les rumeurs parvenant jusqu’à mes oreilles m’ont permises de démêler ce sac de nœuds et de relier les fils conducteurs aux bons endroits. Rosenbach a bien joué son coup. Cette garce manipulatrice qui a poussé à bout notre petit angelot à la toison d’ébène ! J’espère pour elle que les rumeurs ne sont que des rumeurs et que l’incarcération d’Hazel n’a pas emprunté les allures du camp de Guantánamo…

- Le légume qui trône sur la chaise roulante, qui c’est ?

- Je n’en sais absolument rien, Estéban, que je murmure à l’attention du nabot sans envergure alors que mes nuits immortelles examinent la scène qui se déroule de l’autre côté de la rue.

Je sais qui est cet homme, Hendrix m’a déjà parlé de la sordide histoire de la famille Stevenson… le père œuvrant dans la carrière minière qui, lors d’un jour banal, a été victime d’un accident lui coûtant l’usage de ses deux jambes, en l’absence de la mère, depuis longtemps portée disparue, c’est Hazel qui a dû prendre soin de lui…

La Vie est une véritable garce !

- Où… où ils l’emmènent, comme ça ? Nom d’un chien, mais ce sont des audacieux, n’est-ce pas ?

- Je ne sais pas, Estéban.

Là-dessus, je dis vrai. Je ne sais pas ce que manigance Hazel, c’est pas pour ce pan de sa vie qu’elle a fait appel à moi et au nom de notre amitié je ne vais pas aller foutre mon nez là-dedans. Je vois, j’assiste malgré moi, mais demain matin je vais mystérieusement souffrir d’amnésie et tous les souvenirs concernant cette scène se seront énigmatiquement évaporés de ma petite cervelle de SDF. Nerveux, anxieux, Estéban tire plusieurs touches sur sa cigarette, je prie pour que ce petit con ne jette pas son mégot sur le sol et sabote ce qui dans un futur plutôt proche va devenir un lieu d’investigation.  

- Elle est là ! Tu vois, je disais vrai, Rosenbach l’a véritablement relâchée, que s’exclame l’enflure, en agitant l’index en direction de l’apparition quasi angélique qui se manifeste sur le porche du modeste domicile.

Exaspérée, je lève mes ténébreuses vers la voûte étoilée et décolle mollement le dos de contre le mur de brique en décroisant les bras. Un frisson me parcoure tout le corps, des étincelles venant illuminer mon vieil erratique en perdition de chaleur que je sens battre jusqu’à mes tempes, enivrée de vertige alors que le temps semble ralentir… je vois les Audacieux et le paternel paraplégique qui montent dans un transport adapté… la voiture qui longe l’allée principale et tourne le coin de la rue puis disparait. Ils sont loin… déjà loin, lorsque, surgissant de nulle part, un fourgon noir déboule d’une ruelle et s’arrête devant l’ancienne demeure des Stevenson. Deux homme cagoulés s’éjectent du bolide et se ruent sur la silhouette d’Hazel. Des bruits de lutte, des éclats de voix, le corps de la dirigeante des Altruistes, tenu entre les mains de ses ravisseurs qui la propulsent sur le siège arrière, les échos de portes qu’on referme et le fourgon qui décolle sur les chapeaux de roues et se perd dans la nuit.

Je dépose une main sur ma poitrine, ferme les yeux… Haut le cœur… calme-toi, je t’en prie, calme toi.

- PUTAIN MAIS C’EST QUOI CE BORDEL !? ILS… C’EST…

- Un kidnapping…

Ma voix est un murmure qui se perd dans l’écume de l’éther, bien que cette scène est montée sur mesure et que je sois le cerveau de cette opération, je ne peux m’empêcher d’avoir envie de gerber tant je me dégoute moi-même, hantée par la litanie qu’il est si facile de faire disparaître quelqu’un.

- On… on doit faire quelque chose.

- Exactement, Estéban. Rends-toi au poste de police, raconte ce que tu viens de voir. Dans ta déposition, n’épargne absolument aucun détail…

- Mais toi ? Tu---

- Je vais voir si je peux trouver des patrouilleurs en chemin…

✤  ✤  ✤

Comme prévu, le fourgon a roulé jusqu’à la frontière du Old Town et s’est arrêté dans un hagard désaffecté. Impassible, je remonte jusqu’à la hauteur des ravisseurs, dévisage les hommes un moment, pour finalement contourner le bolide, happer la poignée de la porte coulissante que j’ouvre à grande volée. Sur la banquette arrière, j’y retrouve Hazel… ligotée et la tête munie de l’une de ces saloperies de sac de patate.

- Sérieusement ? J’vous aie dis d’orchestrer un enlèvement, mais pas d’agir comme ces crétins d’amateurs !

- Ofelia, l’on craignait…

- ¡Cállate! Retirez-lui ces liens et ce sac !

Bourrus, mes deux boucs émissaires s’affairent à délivrer ma pauvre amie. Je fais signe aux deux hommes de nous laisser seules en balayant l’air de ma main. Les deux écervelés s’exécutent alors que je m’approche de la fourgonnette et m’abaisse au niveau des mirettes azurées de l’ancienne Altruiste.

- Ils ne t’ont pas blessé, j’espère ? Ces manants oublient parfois les belles manières avec les demoiselles.

Je m’écarte de la voiture, pour lui offrir la chance de s’en extirper et de venir se dégourdir les jambes avec moi.

- Le plan a été mis à exécution, Hazel. À partir de cette nuit, tu vas devoir me faire confiance… pleinement confiance. Ta disparition est fort probablement signalée, à l’heure qu’il est…

J’ai envie de la prendre dans mes bras et de pleurer sur son épaule. Mais je ne le fais pas, par crainte de la troubler que davantage…

_________________

The clock is ticking
- I've never been the best at letting go -

ship made by MA PETITE PUPUCE ET MERCI BEAUCOUP Sasa :
 


Dernière édition par Charlize E. Flores le Ven 16 Juin - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Hazel Stevenson

❖ Date de naissance : 12/07/1989
❖ Barge depuis : 08/07/2015
❖ Messages : 356
❖ Avatar : Emilie de Ravin
❖ Crédits : Lolita & Wise
❖ Multicomptes : Calypso Reed & Scarlett Trueblood & Alice M. Lavaud
❖ image :
❖ Âge personnage : Vingt-huit ans
❖ Profession : Serveuse nocturne dans un night club de la Dead End. Le Wrigley se retrouve sans chef, sans toi, l'infimière dévouée.
❖ Faction : Lie de l'humanité, premier choix de ton existence : plutôt qu'une vie de surveillance, tu as choisi les Sans-Factions. Née Altruiste, déchue de ton statut de Dirigeante.
❖ Forces & Faiblesses : Tu es la force du choix & la faiblesse de leur avoir fait défaut.
❖ Philosophie : Quem patronum rogaturus, cum vix justus sit securus ? Dies iræ
❖ Playlist : Devils dont fly (Natalia Kills) ¤ Knockin' on heaven's door (Raign) ¤ Eyes on fire (Blue Fondation)



MessageSujet: Re: flashed junk mind ✤ HAZEL Jeu 25 Mai - 15:27

Flashed junk mind
Charlize & Hazel

It had to be chosen. ✻✻✻ Demeure plongée dans le silence. Elle souffre déjà de son absence. Tous les murs sont imprimés, imprégnés, de l'essence de ton père. De ses fluides nauséabonds, de l'odeur entêtante des degrés qu'il expirait au mètre cube, jusqu'à l'écho de ses mugissements d'aliéné. Elle n'est plus rien sans lui. Plus qu'une bicoque sans vie et sans âme, papier peint et poutres suintant des larmes de sa perte. Et toi, Hazel, cela t'indiffère. Plantée au milieu du salon, tes prunelles embrassent le plafond où dansent les dernières ombres du jour. Comme j'aimerais te voir disparaître entre les flammes. penses-tu avec une certaine mélancolie, néanmoins consciente que l'idée n'est pas envisageable. Pas si tu veux découvrir la vérité.

La porte tremble sur ses gonds. S'ouvre à la volée. Tu fermes les yeux, le temps d'un battement de cils, celui de prendre une profonde inspiration. Tu ne fais aucune mine de résister tandis que tes deux assaillants aux visages masqués se ruent sur toi et entreprennent de t'entraver. Comme ton visage se voit plongé dans l'obscurité la plus totale, une bouffée de panique t'envahit, que tu t'empresses de réprimer. Tu sais qu'il le faut. Tu sais que tout doit être ainsi. On te pousse sans te molester. Tu sens que l'on te fait grimper à l'arrière d'un véhicule, lequel ne tarde pas à démarrer. Le trajet te paraît à la fois si long, avec toutes ces pensées qui te traversent l'esprit à t'en donner la nausée, tous ces diables qui murmurent à ton oreille ; et si court. Parce que tu aurais presque souhaité que la carlingue n'ait aucune destination. Des filets de sueur dévalent ton échine transie de froid. Tu trembles de ta décision irréparable. Tu t'effraies du mal que tu vas faire autour de toi.

En disparaissant.

La camionnette s'arrête. Des éclats de voix. Tu reconnais immédiatement l'une d'entre elles. Le soulagement remplace cette nausée de terreur. Le maestro de ta disparition est pile à l'heure. Elle est venue te réceptionner avec toute la loyauté et la douceur qui la caractérise. Tandis qu'on te retire tes liens et ta cagoule de fortune, tu adresses un sourire légèrement de travers à la jeune femme. Il se voulait rassurant, mais le guingois lui ôte toute prime bonne intention. " Tout va bien. " répliques-tu néanmoins aux azures inquiètes. Elle s'écarte afin de te laisser la place de descendre et bientôt, tu la rejoins sur la terre ferme. Tes jambes sont flageolantes, instables. Plus que la peur, c'est bien l'adrénaline qui pulsait jusqu'ici dans tes veines et qui se retire lentement qui fait défaut à tous tes membres. Elle reprend et tu acquiesces mollement. Puis, plus fermement. " J'ai remis ma vie entre tes mains, Charlize. Je ne reviendrai pas sur cette confiance. " Le ton de ton discours l'est tout autant. Tu te fais aveugle, parce que tu as foi en l'apparition divine qu'est la leader des Sans-Factions. " J'ai assuré mes arrières. Elle sait ce qu'elle fait. " Elle, la succube des antres de vos terres chicagoans. Tu jettes une oeillade contrite à la blonde. On ne fait jamais appel à Calypso Reed par plaisir. Ce qu'elle vous donne, vous devez le lui rendre au centuple. Et soudain, toute ta belle prestance semble dégonfler telle une baudruche privée de son air. " Oh Charlize ... " murmures-tu, des larmes perlant aux coins de tes paupières. " ... Dis-moi que je ne fais pas la plus terrible erreur de toute ma vaine existence. " Une complainte en trois notes graves. La culpabilité t'assaille tandis que tes doigts se pressent sur ton ventre plat. Pour l'instant. La demoiselle qui te fait face n'ignore rien de tout ce que tu as fomenté et encore moins de ce qui t'attend. Elle sait que cette décision, tu ne l'as pas uniquement prise pour toi.


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________


Even angels could fall in deepest evils things.


2 fab 4 u:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Charlize E. Flores

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 15/07/2015
❖ Messages : 1459
❖ Avatar : Odette Annable.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente balais.
❖ Profession : Dirigeante des Sans-Faction, stripteaseuse dans un nightclub crade chez les SDF et membre de la résistance.
❖ Faction : Sans-Faction, comme une grosse merde. (Ex Sincère, née Altruiste.)
❖ Forces & Faiblesses : Un glorieux mélange d’alcoolisme trop assumé et une poisse légendaire.
❖ Philosophie : Don't be a drag just be a queen.
❖ Playlist : LENKA - everything at once. FLORENCE + THE MACHINE - shake it out. THE KILLS - cheap and cheerful. SIA - alive. BISHOP BRIGGS - be your love.



MessageSujet: Re: flashed junk mind ✤ HAZEL Ven 16 Juin - 20:43

« Dig down and find faith »
When hope and love has been lost. And you fall to the ground. You must find a way. When the darkness descends. And you're told it's the end. You must find a way. When God decides to look the other way. And a clown takes the throne. We must find a way. Face the firing squad. Against all the odds. You will find a way.



Tu as remis ta vie entre mes mains.
Tes paroles sont telles des écussons de foudre qui s’agrafent à mon erratique et l’électrisent par milliers. Son tonitruant leitmotiv ensorceleur, engourdit ma trop froide torpeur, pour si près me faire fondre en pleur. Nous en sommes rendues là, dans cet espace d’airain, de granit et de marbre, perdues au cœur de nulle part, pour ne pas courber l’échine sous le poids d’un ciel qui ressemble ironiquement à une pierre funéraire. Tu as remis ta vie entre mes mains. Mais pour m’offrir ce si précieux privilège, ma tendre amie, sur quel cercle de l’Enfer t’es-tu arrêtée ? Qui est donc cette femme au bon savoir-faire qui t’a aidé ?

Voici venue la première nuit froide que nous passons ensemble. L'atmosphère est tendue et lourde, pour un climat soudain sans tendresse, mais qui se peuple de détresse et de mes maladresses. Je plonge mes ténébreuses soucieuses en tes ciels d'argents, où se miroitent les fantômes de nuées violâtres qui hantent ton crâne, arabesques d’épouvantes qui se claquent en un fleuve comme figé maintenant alors que tu me partages tes peurs et tes doutes. De ton beau visage, à la fois familier et étranger, sur lequel mon amour de cœur de louve s'abaisse, je sens que s’éveille l’instinct primitif de vouloir te protéger. Et le fleuve te ton regard sort de son statique frimas, les larmes perlent sur tes cils et mes yeux se baissent sur le berceau de tes paumes qui se pressent tout contre ton petit ventre.

- Oh, Hazel, ma chérie, que je souffle, la voix cassée en l’éclisse de ta fêlure intérieure, les larmes voilant à mon tour les yeux alors que je me rapproche de toi pour te prendre dans mes bras et enfouir ton visage à la porcelaine fissurée dans le creux de mon épaule.

- J’ignore de quoi sera fait demain. C’est en l’ignorant, que je peux te promettre que tu ne viens pas de faire l’erreur de toute ton existence... qui par ailleurs n’est pas vaine. Tu es mère, maintenant, Hazel. Dès qu’il y a vie, il y a danger. Vous préserver tous les deux, c’est le chemin que tu as choisie de prendre. Tu ne dois plus douter. Plus jamais.

Je resserre mon étreinte, te caresse les cheveux, ferme les yeux, pour refouler mes larmes et me faire plus forte. L’ombre de cette ville maudite nous semble être une ennemie en embuscade. Tu as remis ta vie entre mes mains alors viens : je te porterai, mais je ne supporterai pas le fardeau de ta culpabilité qui te rend à ces moments malade et plaintive comme une enfant. Je protégerai la femme et la future mère qui saura se guérir et s’insurger de cette ancienne chienne de vie. Mon amour de cœur de louve sait t’aimer, te veiller, mais tu vas devoir marcher en mes pas, pour voir que dans ce monde de cruauté il y a des éclats de ténèbres qui plongent les réverbères d’Enfer dans le noir. Tu verras, tu ressentiras, avec le temps, que les douleurs se feront plus exquises et lointaines.

- Ofelia. Hum. Nous devons y aller, que s’incruste timidement l’un de mes deux bras cassé, sac de sport qu’il me tend et que je m’empresse d’attraper en m’écartant de toi.

- Il a raison. Nous ne pouvons pas rester ici bien longtemps. Tiens, enfiles ces fringues, Hazel. Je t’aie aussi apporté de l’eau et une petite bouchée.  

Je ponctue l’inventaire des vivres en ouvrant le sac, pour te donner un ample hoodie, une paire de chaussure confortable et une gourde d’eau.

- Nous avons une longue route à faire. Vladimir, il va nous servir de guide et de garde du corps. Circuler à la surface est désormais trop risqué. Nous sommes présentement dans les ruines de l’une des vieilles stations de métro de Chicago. C’est en empruntant les voies souterraines, désaffectées, mais squattées par les clochards, que nous allons traverser l’arrondissement du Nord.

Comme pour faire écho à mon plan de match, notre molosse se blinde de joujoux et gadgets un rien risqués pour la vie d’un téméraire qui en voudrait à notre peau… ce qui ne risque pas d’arriver puisque j’ai planifié notre déplacement avec l’horaire des voyages humanitaires qu’accomplissent les Fraternels qui déboulent au Pumping Station avec des charrettes débordantes de vivres à offrir aux sans-abris qui s’empressent de sortir de leur trou paumé pour aller chercher de quoi bouffer. En gros notre petite excursion dans les boyaux de la ville est safe.

Vladimir s’éloigne de nous, pour ouvrir la marche et s’aventurer vers une trappe condamnée… qu’il enfonce facilement… pour disparaître avec l’effet inusité qu’aurait fort probablement provoqué Copperfield, s’il avait été encore en vie.

- All clear, ladies. Vous pouvez descendre.

En rabattant ta capuche sur le crâne, je te regarde dans le blanc des yeux et te fais cette promesse silencieuse qu’on va devoir me passer sur le corps avant de te faire du mal.

- J’espère que les rats ne t’effraient pas ?

Je plonge à mon tour dans le terrier du lapin blanc, ma main moulée à la tienne, pour t’aider à descendre les quelques marches au béton humide.

- J’ai vue, Hazel. J’ai vu ton père… ce qui est arrivé… ce qu’Elle a fait. Tu as envie d’en parler ?

Nous en sommes rendues là, dans cet espace d’airain, de granit et de marbre, perdues au cœur de nulle part, pour ne pas courber l’échine sous le poids d’un ciel qui ressemble ironiquement à une pierre funéraire.

Dès qu’il y a vie, il y a danger…

_________________

The clock is ticking
- I've never been the best at letting go -

ship made by MA PETITE PUPUCE ET MERCI BEAUCOUP Sasa :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: flashed junk mind ✤ HAZEL

Revenir en haut Aller en bas
 

flashed junk mind ✤ HAZEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Vente] Tarmo, Baneslayer & Jace mind sculptor x2 + fetch lands
» Empire State Of Mind
» Geek Mind
» HTLiveSight et Hattrick Mind
» [Inn] Junk Pod - post rot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › North Side :: Rues & ruelles-