Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 LOURYDER ▲ And yet you came back to us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 973
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: LOURYDER ▲ And yet you came back to us Mar 27 Déc - 19:25



You came back to us again

FT. LOU JACKSON


Il ne sort plus depuis des jours, car il s’est perdu en chemin, et surtout parce que Brooklyn a fait des pieds et des mains pour qu’il arrête la poudre. Aujourd’hui, c’est la première fois depuis son sevrage forcé qu’il est seul chez lui. Cela ne va pas pour lui déplaire puisqu’il est bien décidé à voir l’état de sa fosse. L’envie de se shooter est toujours présente mais les tremblements, la fièvre, tous ces symptômes sont passés à l’image de la fatigue qui s’en est également allée. Les fins rayons du soleil traversent la pièce tandis que Ryder se dirige vers la porte d’entrée. L’audacieux ne compte pas changer d’avis, bien conscient qu’il pourrait pertinemment y croiser Brooklyn, responsable temporaire de sa Fosse. Malgré le sort qui s’est acharné sur lui, le jeune homme n’a strictement aucune envie d’être oublié, il ignore simplement qu’il a choisi le mauvais jour pour s’attarder au dehors… Il y a clairement des personnes auxquelles il ne s’attend pas à faire face. Une en particulier. Pourtant, l’audacieux n’a strictement rien contre elle, bien au contraire, lors de son arrivée au sein de la Faction, le responsable et entraineur n’a fait que se montrer aussi rude avec elle qu’avec les autres. Un bon vivant, James, mais qui dans l’entrainement ne plaisante pas vraiment. Pour lui, il y a un temps à chaque chose, et les résultats ne doivent jamais en pâtir. Il est comme ça, et la majorité de ses entraineurs sont calqués sur ce même avis, après tout, c’est lui qui les recrute, sauf lorsque leur Dirigeant en a décidé autrement. Ce n’est pas arrivé souvent, mais tout de même… Malgré les différents qui ont pu les animer par le passé, jamais Ryder n’aurait empêché Lou de devenir entraineuse. Et cela n’avait d’ailleurs pas été le cas. Jusqu’à ce qu’elle déserte du jour au lendemain. Voilà pourquoi il ne s’attend pas à la croiser aujourd’hui. Voilà pourquoi il se rend lentement mais sûrement à la Fosse dans le moindre espoir de pouvoir surveiller en direct live ce qu’il s’y passe.

Se déplacer en fauteuil roulant n’est pas une mince affaire, mais avec le temps il a réussi à comprendre comment ça marche et il s’habitue surtout à gérer ce corps qui lui fait présentement défaut. Pour autant, il ne perd pas espoir et reste persuadé que tôt ou tard il remarchera. Ce n’est qu’une question de temps et de pouvoir. Au diable ceux qui n’y croient pas, dans ses tripes il le sent, un jour prochain il y arrivera. La route sera longue mais il se l’est promis, il en a la force de volonté, être au placard ne l’intéresse pas outre mesure. Réussir n’est donc pas une option. Habillé convenablement et de sa tenue noire d’audacieux, ce n’est qu’au bout de plusieurs minutes qu’il parvient jusqu’au bas de la Fosse, non loin des salles d’entrainements qui lui sont chères.

« Ryder ?! C’est vraiment toi vieux ? »

Reconnaissant cette voix entre milles, le responsable fait comme s’il ne s’était jamais rien passé et récupère ce masque de spontanéité qu’il sait si bien enfiler en public. Comme si aucun fauteuil ne venait entraver le moindre de ses mouvements.

« Bien sûr que c’est moi, Jacks. »

Un sourire étire ses traits tandis qu’il tourne son fauteuil sur lui-même pour lui faire face. Jacks aussi a été amoché par les attentats, mais il ne s’en sort qu’avec une cicatrice à l’arcade, peut-être plus, mais l’on ne peut pas dire qu’il soit en mesure de voir quoi que ce soit d’autre à cet instant.

« Ca alors ! Ca fait plaisir de te revoir dans le coin, on commençait sérieusement à s’inquiéter tu sais. »

James lâche un léger soupir.

« Je ne suis pas encore bon pour la casse Jacks, roues ou pas. Je compte bien de nouveau gueuler sur ces fillettes dès que j’en aurai l’occasion. »  

Ledit Jacks éclate d’un rire léger bien qu’un peu peiné puis lui tape amicalement l’épaule.

« Il me tarde de voir ça. D’entendre, même. Pour ainsi dire. »

Puis il s’éloigne comme il est venu, libérant le champ de vision de l’audacieux qui lève ses prunelles d’un bleu océanique sur une silhouette féminine postée un peu plus loin. Lorsqu’il réalise de qui il s’agit, ses yeux se fixent et il se fige tout entier. Lou.

Ce n’était qu’une adolescente à l’époque, une gamine aux cheveux ondulés et blonds qui tombaient en cascade derrière ses épaules. Une véritable fraternelle mal dans sa peau qui espérait mieux pour sa vie, tout comme lui. Leurs factions étaient à l’opposé et Ryder ne faisait pas partie de ceux qui avaient l’opportunité de traverser tout Chicago. Au fond, il ne sait même plus bien comment ils en sont venus à se rencontrer. Lui allait lentement sur ses 18 ans, et elle sur les 16. Deux années d’écart qui changeaient tout. Elle croyait en l’amour, Lou, mais lui ce n’est pas ce qu’il voulait lui offrir. Mettre un mot sur des sentiments, il n’en était pas capable à l’époque, et ne l’est toujours pas vraiment aujourd’hui. Il n’a pas connu l’amour de ses parents, ces derniers ne faisant que se déchirer, comment diable aurait-il pu donc être un véritable prince charmant pour elle ? Son vrai visage était déjà camouflé derrière de beaux sourires à l’époque, et Lou, pauvre et somptueuse Lou, en est tombée dans le panneau. Il n’avait pourtant pas prévu de la faire souffrir, mais elle s’est attachée, Lou. Elle s’est bien trop attachée, espérait plus, attendait plus quand lui ne pouvait le lui donner. Alors il a fui, James, à ses dix-huit ans. Dès la cérémonie du Choix. Il a fui, a rejoint les audacieux, et l’a balayé de sa vie. Quelques années plus tard, elle a rejoint la faction à son tour et il en est devenu son entraineur… Quelle ironie du sort. Mais si lui a oublié leurs mésaventures, si lui est passé à autre chose, elle… Non. Et à en juger par la silhouette sûre d’elle qui s’avance tout droit vers lui, quelque chose lui dit qu’elle n’a toujours pas oublié, Elle. Elle a disparu pendant cinq ans, Lou. Mais maintenant elle est de retour.

« Tiens. Une revenante. »

Fauteuil ou pas, il ne se laissera pas démonter. Parce qu’il reste un audacieux et encore le chef de ces lieux. Elle était une entraineuse, et elle a tout plaqué du jour au lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Lou Jackson

❖ Date de naissance : 06/04/1998
❖ Barge depuis : 13/12/2016
❖ Messages : 98
❖ Avatar : Caity Lotz
❖ Crédits : Tag (avatar), (tumblr pour la signature)
❖ Multicomptes : nope
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : entraîneuse dans la fosse et assassin dans l'ombre
❖ Faction : dauntless, bien que n'en faisait plus partie depuis 5 ans, ayant juste disparu dans la nuit
❖ Forces & Faiblesses : douée en combat rapproché, avec les armes à feu même si sa prédilection est de se battre au corps à corps - si sa rage de vaincre est sa force, elle est aussi sa faiblesse tout comme ses démons qui la hantent
❖ Philosophie : Si les anges volent, c'est parce qu'ils se prennent eux-mêmes à la légère.
❖ Playlist : heathens : twenty one pilots - judgement day : stealth - demons : imagine dragons - everybody wants to rule the world : lorde



MessageSujet: Re: LOURYDER ▲ And yet you came back to us Mer 28 Déc - 18:14

And yet you came back to us
Louryder

Tout changeait si vite. Les secondes passaient. Les jours passaient. Et chaque jour depuis que j'étais là était accompagné de son lot de surprise. Des rencontres qui ravivaient les souvenirs et pourtant je savais que quand je reviendrais ici que je ne pourrais qu'y replonger. Revoir Nathaniel après tout ce temps. Des souvenirs fugaces de mes combats au Hive, de nos nuits ensembles, de l'alcool. Une autre époque. Une époque qui paraissait si lointaine où je n'avais pas autant à me soucier du monde extérieur. Cet homme n'avait été que la première personne de mon passé que j'avais revu. Joie se mêlant à des émotions plus tourmentées. Cette même joie que j'avais ressenti alors que j'avais compris que Salem se souvenait de tout. Au moins j'avais pu éviter de revivre plus intensément des moments que j'avais préféré enfouir au fond de moi. La drogue. Ces moments de plénitude. L'effet du sérum de la paix. Même là, des années après je me rappelais de tout. Je me rappelais de la peur alors que l'aiguille s'enfonçait dans ma chair. Je me rappelais de la peur qui se saisissait de moi dès lors que j'en venais à être plongé dans cet état secondaire où tout était beau et rose. C'était un mensonge. Et seule la douleur pouvait me ramener à la réalité. Cette même douleur que je m'étais apprêter à infliger à Salem. Plus qu'un devoir alors que je ne pouvais pas me permettre qu'il devienne comme moi, qu'il reste dans cet état secondaire où l'on était enfin heureux. Un refus. Dans le fond ce n'était pas tant pour lui que je m'étais battu que pour moi, afin d'échapper à mes démons. Ces mêmes démons auquel je m'étais confrontée alors que j'en étais venue à plonger dans mon paysage de peurs. Cela faisait si longtemps. Et tout était revenu. Une nuit qui n'avait pu que se clore qu'avec une bouteille d'alcool. Me forçant à respirer alors que je pensais à ce souvenir. Ce souvenir qui n'avait tardé à s'effacer le lendemain alors que j'en étais venue à me préparer pour un entraînement que pour faire face avec certes une certaine surprise à Brooklyn. Une rencontre qui à mes yeux s'était plutôt bien passée alors qu'elle aurait pu être tellement pire après ce que je lui avais fait. Enfin fait. C'était un grand mot. Mais là n'était le temps aux remords. Des remords que je ne comptais permettre d'avoir.

Non, je n'étais pas tant ici que pour regarder le passé que pour me tourner vers l'avenir et obtenir ce que je souhaitais. Vengeance. D'une manière ou d'une autre j'étais déterminée à l'obtenir. Bel et bien déterminée à faire payer Ezra pour ce qu'il m'avait fait. Mais pas tant Ezra que Ryder. Ils seraient nombreux à me dire que le temps avait passé, que cela faisait plus de 5 ans maintenant, même plus. Ils seraient nombreux à me dire que la vengeance n'avait rien à faire ici, que je devais me tourner vers l'avenir mais il y avait des choses contre lesquelles je ne pouvais pas passer outre. Et si je n'avais rien fait avant, je n'avais pu que comprendre que la vie était trop courte pour passer au-delà de certaines choses. Alors tout en suivant ces passages connus de tous les audacieux, vêtue de noir complet, je ne pouvais que chercher du regard mes cibles. J'avais entendu des choses, laissant mes oreilles traînaient, posant mes questions. Et souvent il suffisait juste de poser les bonnes questions pour obtenir toutes les réponses que l'on souhaitait. D'autant que cela n'avait pas été trop difficile de délier certaines langues alors que je disposais encore un peu de cet aura qui m'avait entouré suite à mon retour parmi les audacieux. Je comptais bien en profiter. Mes mains jouant avec mes poignards alors que je n'hésitais pas moins à me diriger vers la salle d'entraînement quand je le vis. Je me figeais sur place.

Comment l'oublier. Ryder. Il était celui qui m'avait brisé le coeur et qui m'avait fait pourtant comprendre que ce que l'on me racontait était faux. Sans doute aurais-je du lui dire merci mais cela m'était impossible alors que cette rancoeur que j'avais à son égard s'était préservée dans le temps. Cette rancoeur que j'avais dissimulé alors que j'en venais à découvrir qu'il m'avait fui que pour se réfugier chez les audacieux, là où il serait mon entraîneur. Cette colère que je ressentais encore maintenant pas juste contre lui mais contre moi pour avoir été si naïve. Mais c'était surtout à lui que j'en voulais alors qu'au final il s'était joué de moi. Impardonnable. Ezra n'était pas mieux et je comptais bien le faire souffrir autant qu'il m'avait souffert mais pour l'instant, j'allais me contenter de Ryder. N'ayant aucun assentiment à l'idée que Brooklyn et lui soient proches. Cela ne comptait pas. Si je tenais à elle, il n'en restait pas moins que ceci était pour ainsi dire une affaire personnelle. L'observant lui et son fauteuil roulant. Plus bas que jamais. Regardant James s'éloigner pour m'approcher à mon tour. « Tiens. Une revenante. » J'esquissai une sourire sarcastique, qu'une des nombreuses remarques que l'on m'a faite. Sauf que je savais que venant de Nathaniel cela passait, mais lui, il était clair qu'il ne voulait pas de moi. Et le sentiment était sans doute devenu réciproque. « Au moins je suis en un morceau. Ce qu'on peut pas dire de toi. » Qu'un rappel de sa condition. A la base si je n'avais rien, il n'en restait pas qu'avec lui, c'était différent. « J'avais entendu dire que t'étais tombé bien bas alors tu peux comprendre que je voulais voir ça de mes propres yeux. Et la réalité est sans doute encore plus pathétique que je ne le pensais. » Il faisait pitié. Et je ne pouvais que le considérer avec un certain dégoût. Effacé l'homme qu'il était, il n'était rien sinon chair flétrit et regard brisé.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 973
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: LOURYDER ▲ And yet you came back to us Jeu 29 Déc - 15:19



You came back to us again

FT. LOU JACKSON


La voir ici n’est pas quelque chose qui lui fait foncièrement plaisir, mais cela ne le gêne pas plus que ça. En réalité, des deux, c’est Lou qui a toujours eu un problème et qui n’a jamais réussi à accepter qu’eux deux cela ne fonctionnerait jamais. Qu’elle puisse avoir mal pris les entrainements et ses attitudes bourrues à son arrivée, ce n’est pas son problème et ça ne le regarde pas. Tout comme sa disparition pendant cinq années consécutives. Ce qu’elle a fait, il s’en cogne comme de sa première dent, ce qui devient plus gênant pour lui c’est l’espérance de pouvoir se ramener ici comme une fleur en espérant récupérer sa place d’entraineuse comme si rien ne s’était passé. Il a beau être en fauteuil, c’est encore lui qui décide. Alors lorsqu’il reconnait sa silhouette un peu plus loin, James, plus communément appelé Ryder, ne peut que lâcher une remarque quant à son absence plus que remarquée. A peine rapprochée de lui de sa démarche fière et ombrageuse, car à n’en pas douter, si Lou est arrivée où elle est ce n’est pas simplement en trainant des pieds, mais bel et bien en travaillant, chose qu’il ne pourra jamais lui retirer, la remarque fuse et tombe. Sa délicatesse légendaire fait surface et pour le coup, ça arracherait presque un rire au responsable de la Fosse, à savoir son ex petit-ami, si un jour il a pu réellement se définir de la sorte.

« Les mots qui piquent sont si faciles à utiliser, mais en réalité ils ne sont que le reflet d’une frustration évidente vis-à-vis de ma personne. ». Il passe sa langue sur sa lèvre inférieure, mains sur ses roues. « On sait tous les deux que tu n’as jamais su te remettre de notre séparation. Je n’ai pourtant jamais dit que je t’aimais, j’en suis tout bonnement incapable. ». Et en soi, ce n’est pas totalement faux. Ryder est bel et bien capable d’aimer, mais à sa manière, simplement parce qu’il n’a jamais eu d’exemples concrets par rapport à la belle qui se trouve en face de lui. En venant des fraternels on apprend à aimer, à voir les oiseaux chanteurs et tout ce genre de trucs. Lui n’a évolué que dans un monde de misère où l’amour était totalement surfait et laissait plutôt place à la haine et la violence. Forcément… Tôt ou tard, leur histoire aurait touché à sa fin. « Tu n’as qu’à demander à toutes celles qui sont passés dans mes draps. ». Un sourire vient étirer un peu plus les traits de son visage. Elle a commencé, elle l’a cherché, elle le trouve. Assis dans un fauteuil ou non, ce n’était certainement pas Miss blondinette peroxydée à la mode badassieuse qui allait réussir à le bousiller. Sa réputation en ces lieux n’est plus à faire, et des deux, c’est elle qui a déserté, pas lui. Et les déserteurs, dans la Faction, on n’aime pas vraiment ça. Alors entre un responsable qui a formé une bonne partie des audacieux d’aujourd’hui, éclopé à cause d’un attentat, et une jolie blonde qui revient tout droit de Dieu seul sait où, la préférence serait malgré tout vite vue. Mais il n’est pas là pour faire une compétition, juste répondre à ses provocations qui ne l’atteignent pas. Quand bien même il puisse sentir la colère gronder en son for intérieur.

Toujours souriant, un véritable gentleman qui sait être dur lorsqu’il faut, c’est ce qu’est Ryder aux yeux des autres et c’est l’image qu’il tend encore à donner malgré le sevrage forcé. Encore aujourd’hui, personne ne sait pour Brooklyn et lui, on le pense célibataire, et au fond, il ne sait même pas s’il se considère comme étant en couple ou non. C’est une question qu’il n’a pas encore abordée avec la principale concernée, tout bonnement parce qu’ils ne sont pas doués pour ça, et que leur lien est… Particulier. Fixant la jeune femme droit dans les yeux malgré qu’elle se tienne debout en face de lui, l’audacieux n’en a pas fini avec les piques, il en a à revendre et il compte bien l’en faire profiter maintenant qu’elle a lancé les hostilités.

« J’ose espérer cela dit que tu as su profiter des multiples entrainements que j’ai pu te prodiguer. Et je ne fais pas référence à ceux qui concernent directement cette Fosse… ».

C’est vil, c’est bas, mais après tout elle a commencé, et lui il ne faut pas trop le chercher. Surtout pas par les temps qui courent. Il fait bien évidemment référence à cette première fois qu’il lui a offert, peu de temps avant la cérémonie du choix et son évasion chez les Audacieux. Peu de temps avant de lui avoir brisé le cœur en gros… A l’époque, il n’y prêtait pas attention, bien qu’il sache pertinemment qu’avec le potentiel émotionnel d’une princesse de conte, le contrecoup serait difficile à avaler. Les choses pourraient être différentes entre eux, si Lou ne mettait pas un point d’honneur à rendre leurs échanges compliqués et difficiles. S’aplatir en excuses ne fait pas partie de ce qu’il est, est-ce que ça le rend complètement con pour autant ? Pas forcément. Ryder a des défauts et il le sait, ne prétend pas être parfait. Jeune il a fait des conneries, comme tout le monde, mais peut-on réellement en vouloir à tous ces gosses qu’ils ont un jour été en connaissant l’environnement pourri dans lequel ils ont tous évolué ?

« Assez tourné autour du pot, Lou. ». Il hausse les épaules négligemment, regardant à gauche puis à droite. « Qu’est-ce qui t’amènes réellement dans ma Fosse ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Lou Jackson

❖ Date de naissance : 06/04/1998
❖ Barge depuis : 13/12/2016
❖ Messages : 98
❖ Avatar : Caity Lotz
❖ Crédits : Tag (avatar), (tumblr pour la signature)
❖ Multicomptes : nope
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : entraîneuse dans la fosse et assassin dans l'ombre
❖ Faction : dauntless, bien que n'en faisait plus partie depuis 5 ans, ayant juste disparu dans la nuit
❖ Forces & Faiblesses : douée en combat rapproché, avec les armes à feu même si sa prédilection est de se battre au corps à corps - si sa rage de vaincre est sa force, elle est aussi sa faiblesse tout comme ses démons qui la hantent
❖ Philosophie : Si les anges volent, c'est parce qu'ils se prennent eux-mêmes à la légère.
❖ Playlist : heathens : twenty one pilots - judgement day : stealth - demons : imagine dragons - everybody wants to rule the world : lorde



MessageSujet: Re: LOURYDER ▲ And yet you came back to us Jeu 29 Déc - 21:28

And yet you came back to us
Louryder

La colère elle était là, de nouveau. Elle avait surgit à l'instant que je l'avais vu. Si la douleur que j'avais eu à poser mon regard sur lui avait disparu au fil des jours pour se remplacer par de la rancoeur, il n'en restait pas moins que ce n'était pas une douleur soudaine que je ressentais à l'endroit où se trouvait mon coeur, cette même douleur qui m'avait assailli pendant un moment après qu'il m'ait brisé le coeur, si ce n'était que j'éprouvais de la pitié. Pitié et dégoût se lisait en effet dans mon regard. Il était tombé si bas. C'était malheureux et oui, à mes yeux Ryder n'avait plus rien de l'homme pour laquelle j'avais succombé il y a bien des années désormais. Il n'était qu'un fantôme de cet homme si sûr de lui et confiant qu'il avait été. Là il n'était rien. Il rendait juste une image brisée d'un homme qui n'était même plus capable de se tenir debout. Un homme qui n'était même plus capable de s'alimenter seul et qui avait fui se cacher dans les ombres plutôt que d'affronter bravement son sort. Et si certains auraient pu dire aussi que j'avais fui dans les ombre il n'en restait pas moins que je n'étais pas d'accord, alors que même si personne ne l'avait dit, je n'avais en soit rien à voir avec l'homme qui se trouvait en face de moi. Oh j'avais même cessé de vouloir lui ressembler il y a bien longtemps alors que j'avais compris qu'il n'était qu'un salop. Se faire briser le coeur faisait mal et rendait sans doute les gens que plus cruels mais à vrai dire je ne pourrai sans doute jamais dénier vouloir le faire souffrir. Si certains s'amusaient à arracher les ailes des papillons, il paraissait clair que je n'aurai même pas besoin de me donner cette peine alors qu'il n'y en avait clairement pas besoin, pas alors que plus rien ne semblait substituait sinon cette image désolante qu'il rendait de lui.

« Les mots qui piquent sont si faciles à utiliser, mais en réalité ils ne sont que le reflet d’une frustration évidente vis-à-vis de ma personne. » Je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire, nullement touchée par ses mots alors que tous les coups semblaient juste être permis. A vrai dire cela m'aurait sans doute qu'un peu plus déçue s'il ne s'était même pas pris la peine d'avoir un peu de mordant pour me répondre. Au moins, désormais il aurait une occasion de tomber plus bas. Car, c'était bien ce à quoi je voulais m'employer, voulant le briser jusqu'à ce qu'il soit plus bas que terre même s'il était déjà brisé en milles morceaux. Je savais que quoiqu'il pourrait dire que certains mots le toucheraient et lui feraient mal comme l'on pourrait se piquer avec les épines d'une rose. N'en venant qu'à prendre la parole au tac à tac d'un ton particulièrement sarcastique et moqueur. « C'est que monsieur serait prêt à parler de lui à la troisième personne pour un peu. » Si j'avais encore un tant soit peu de sympathie pour lui, sans doute aurais-je pu apprécier notre joute verbale et à vrai dire dans le fond je l'appréciais peut-être mais il n'y avait plus aucun sentiments qui ne persistaient si ce n'était le désir de me venger et de lui faire mal. Lui n'en venant qu'à reprendre la parole. « On sait tous les deux que tu n’as jamais su te remettre de notre séparation. Je n’ai pourtant jamais dit que je t’aimais, j’en suis tout bonnement incapable. » « Es-tu sûr de cela ? » Le regardant droit dans les yeux, sachant que souvent c'était ce genre de phrases qui déstabilisaient et pouvaient parfois faire mal. A vrai dire la plupart des personnes n'avaient sans doute pas tant peur d'être abandonner que d'apprendre à aimer. Ce même amour inconnu qui faisait peur et qui renversait tout. Ce même amour que j'avais pu ressentir pour lui et que dont j'avais pu effacé toutes traces dans mon existence à l'instant où il m'avait fait comprendre que tout n'était que mensonges. Et pourtant c'était ceci que me répétait mes parents, m'expliquant au tant que je devais avoir pitié de ceux qui vivaient sans amour. Un ramassis de bêtises.

Et alors que Ryder reprenait la parole, je ne pus m'empêcher de sourire un peu plus. « Tu n’as qu’à demander à toutes celles qui sont passés dans mes draps. » Si arrogant au point de croire que je pensais à lui de cette manière. Si arrogant qu'il puisse croire que je pouvais encore être blessée par ces mots, que je puisse être jalouse de toutes les femmes qui étaient passées dans son lit, parmi ces draps. Il faisait pitié. Il n'y avait pas d'autres mots et j'étais encore plus surprise qu'il ait pu croire que ces mots allaient me blesser. Comme s'il n'avait pas encore compris que je n'étais même plus cette petite fille aux cheveux blondes qui étaient tombées raide dingue de lui, qui n'avait pas hésité pour l'accompagner dans son aventure. N'en venant qu'à m'avancer vers lui un peu plus. « Est-ce que tu pensais vraiment que tu allais me toucher ? Parce que si c'est le cas, cela veut juste dire que tu es encore plus pitoyable que je ne le pensais. » Et s'il n'était pas prêt à renoncer, je ne l'étais pas non plus. « J’ose espérer cela dit que tu as su profiter des multiples entraînements que j’ai pu te prodiguer. Et je ne fais pas référence à ceux qui concernent directement cette Fosse… » Faisant un pas de plus en avant. « C'est amusant à quel point tu as de l'estime pour toi-même que tu puisses croire que ces entraînements que tu m'aurais donné m'aient profité. » Mes jambes qui frôlèrent les siennes alors que je me penchais vers lui. Ma voix n'étant plus qu'un murmure sensuel et autant redoutable à son oreille. « Tu veux savoir t'étais nul au pieu. » Cela faisait mal. Et sur ces mêmes mots je le poussais, forçant son fauteuil à reculer légèrement. Qu'un rappel de plus que maintenant il n'était que l'ombre de lui-même alors que si l'on le voulait, on pouvait le briser et le faire souffrir, et cela autant qu'il m'avait fait souffrir. « Et maintenant, j'ose même pas imaginer ce que cela pourrait donner. » Plus que mesquine alors que je ne mettais pas seulement en doute son efficacité à entraîner quelqu'un mais aussi au lit.

Quelques instants s'écoulant avant que Ryder n'en vienne finalement à poser la question qu'il souhaitait me poser depuis le début. « Assez tourné autour du pot, Lou. Qu’est-ce qui t’amènes réellement dans ma Fosse ? » Secouant la tête amusée. « Voyons je suis là pour te détrôner qu'est-ce que tu crois. » Jouant avec lui comme je jouais avec les autres, me substituant à des réponses par d'autre, continuant d'agencer les pions comme je le souhaitais.



Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 973
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: LOURYDER ▲ And yet you came back to us Dim 1 Jan - 21:03



You came back to us again

FT. LOU JACKSON


Les mots qu’elle prononce ne l’atteignent pas, il ne faut pas. Si jusqu’à lors il n’a rien contre elle, avec cette entrevue, l’audacieux a la nette impression que les choses pourraient bien changer et devenir bien plus compliquées qu’elles ne l’étaient déjà à cause de sa colère. A elle. Il la devine et il la voit qui suinte dès l’instant où leurs prunelles se croisent enfin, tandis qu’elle avance fièrement en essayant de le camoufler. On ne la lui fait pas à lui, cela fait bien trop longtemps qu’il entraine les jeunes recrues maintenant, un peu plus de dix ans, il sait donc pertinemment reconnaître des signes de contrariété ou de colère. Surtout de colère, cette grande amie que personne ne devine qu’il côtoie régulièrement. Oh, il n’y a que peu de personnes qui le savent, pour ainsi dire ils ne sont que deux, même Lou ici présente n’a jamais eu à en faire les frais. Elle ignore la violence qui sommeille en son sein et qui est capable de déchainer des tempêtes si jamais il décide de ne pas la retenir. Pour autant, si la jeune femme use de piques, lui ne fait qu’y répondre de la même manière, préférant la sérénité énervante aux coups et l’agacement. Il n’a rien contre elle et n’a jamais rien eu, elle n’est qu’un dommage collatéral dans l’échiquier de sa vie et de sa jeunesse bien particulière et bien étrange. Au fond, il n’a jamais voulu la faire souffrir, pas intentionnellement, mais à ce moment précis de sa vie, il a dû faire un choix et il a préféré se couper entièrement du monde et de son passé. Un passé qui a vite ressurgi lorsqu’elle a décidé de faire de même et d’atterrir tout droit dans la Fosse qui était déjà devenue la sienne à l’époque.

Le sourire qu’elle lui rend à sa première réplique ne le fait que sourire davantage, surtout lorsqu’elle lui adresse une seconde réponse qui, sur le ton de la moquerie, est une pure rigolade. Haussant un sourcil, sourire jusqu’aux oreilles comme il sait si bien le faire, Ryder ne la quitte pas des yeux.

« Oh crois-moi tu serais bien surprise. C’est que pendant que tu t’amusais à faire Dieu sait quoi pendant quoi… Cinq ans ? Moi, je me rendais utile au sein de la Faction. Demande à n’importe quel audacieux et tu verras que je suis bien plus apprécié que toi. Même en fauteuil. »

Il ne ment pas, ou à peine. Sa notoriété au sein des Audacieux n’est plus à faire, et si dernièrement, depuis l’attentat, certaines choses bougent dans l’ombre, il n’en demeure pas moins qu’il est et reste le responsable de la Fosse, un entraîneur que nombreux audacieux peuvent se darder d’avoir eu. Et rien que pour ça, sa réputation ne saurait être gâchée par sa réapparition. Mains sur les roues de son fauteuil, Ryder ne cesse de l’observer, elle a beau se tenir sur ses deux jambes et le surplomber en taille, elle ne parviendra pas à l’abîmer ou profondément le blesser. Il y met un point d’honneur car c’est une technique qu’il met aussi en pratique lorsque certains tentent quoi que ce soit à son encontre, et bien que cela n’arrive pas souvent, il a réussi à se forger ce caractère. Voilà sans doute pourquoi la question de la blonde ne le dérange pas outre mesure, l’obligeant juste à hausser les épaules avec une plate et profonde indifférence.

« Sûr ou pas, qu’est-ce que ça change ? ». A ce petit jeu-là, ils peuvent jouer longtemps.

Elle continue sur sa lancée, Lou, jolie Lou, audacieuse aux airs bien plus noirs qu’il ne faudrait. Si elle n’a plus rien à voir avec cette adolescente aux cheveux couleur d’or qui espérait tant et tant de choses de la vie, lui non plus n’était plus ce gamin déjà bien trop plongé dans les noirceurs obscures du monde d’adulte. Gardant son sourire aux lèvres, l’audacieux ne bouge pas et se contente de la scruter autant qu’elle le fixe, l’observant finalement se rapprocher pour mieux frôler ses jambes qu’il ne sent pas et venir murmurer à son oreille. Immobile, il la laisse faire, ses prunelles claires regardant droit devant lui à présent, le temps qu’elle perde ses lèvres à son oreille, bavant des mots qui se veulent lourds de venin mortel.

Tu veux savoir, t’étais nul au pieu

Un large sourire étire davantage les traits de son visage tandis qu’elle le pousse violemment, faisant reculer son fauteuil par la même occasion. Forcé d’arrêter les roues, la colère est là mais au lieu de ça il éclate tout simplement de rire et la fixe avec un air de supériorité qui n’appartient qu’à lui et qu’elles ont toutes adoré au moins une fois.

« Elles disent toutes ça lorsqu’elles sont vexées. Tu crois vraiment que ça va me faire ramper ? Tu te surestimes autant que moi alors. » qu’il réplique en riant, s’essuyant les yeux comme s’il pleurait de rire à chaudes larmes, ne daignant même pas rapprocher à nouveau son fauteuil d’elle.

Et maintenant, je n’ose même pas imaginer ce que cela pourrait donner.

Les rires se sont lentement tamisés jusqu’à s’arrêter et il ne se rapproche toujours pas, se contentant de la fixer. Ce serait mentir que de dire que ces mots-là n’avaient pas d’impact, mais aucun de visible. Il faut garder le masque.

« Ne t’en fais pas, même si tu voulais tester, ce n’est pas quelque chose que je t’offrirais. Je crois bien que ta tête a pris un peu trop de poids… Elle est devenue tellement énorme que… ». Il grimace. « Ugh… C’est pas trop compliqué pendant les entrainements ? Je veux dire… Ca va tu penches pas trop sur le côté ? Tout ce poids ça doit juste être horrible sur ses épaules. »

Puis il pose finalement la question qui l’intéresse principalement. La raison de son retour ici, et la réponse se veut dans le même état d’esprit que la précédente, mais si elle se veut drôle, cette fois-ci, lui se veut dur et froid. Son sourire disparait de son visage et la fixe d’un air qui veut absolument tout dire et qui demeure un brin menaçant. Comme le sien. « Parce que tu crois sincèrement qu’une audacieuse qui disparait sans donner de nouvelles pendant cinq ans va pouvoir récupérer sa place à la Fosse en claquant des doigts ? Tu te fourres le doigt dans l’œil ma grande. Tu oublies que je suis aux commandes ici. Tu as lâché ton poste du jour au lendemain, je t’ai remplacé depuis. Il est hors de question que tu remettes les pieds ici en tant qu’entraineuse, Lou. ». Il se rapproche enfin et articule de nouveau lentement. « Hors. De. Question. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Lou Jackson

❖ Date de naissance : 06/04/1998
❖ Barge depuis : 13/12/2016
❖ Messages : 98
❖ Avatar : Caity Lotz
❖ Crédits : Tag (avatar), (tumblr pour la signature)
❖ Multicomptes : nope
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : entraîneuse dans la fosse et assassin dans l'ombre
❖ Faction : dauntless, bien que n'en faisait plus partie depuis 5 ans, ayant juste disparu dans la nuit
❖ Forces & Faiblesses : douée en combat rapproché, avec les armes à feu même si sa prédilection est de se battre au corps à corps - si sa rage de vaincre est sa force, elle est aussi sa faiblesse tout comme ses démons qui la hantent
❖ Philosophie : Si les anges volent, c'est parce qu'ils se prennent eux-mêmes à la légère.
❖ Playlist : heathens : twenty one pilots - judgement day : stealth - demons : imagine dragons - everybody wants to rule the world : lorde



MessageSujet: Re: LOURYDER ▲ And yet you came back to us Ven 13 Jan - 18:25

And yet you came back to us
Louryder

« Oh crois-moi tu serais bien surprise. C’est que pendant que tu t’amusais à faire Dieu sait quoi pendant quoi… Cinq ans ? Moi, je me rendais utile au sein de la Faction. Demande à n’importe quel audacieux et tu verras que je suis bien plus apprécié que toi. Même en fauteuil. » Je ne pus m'empêcher de me raidir à cette mention. Peu importait qu'on tentait d'éloigner le passé, il revenait sans cesse à la charge. On ne pouvait y échapper autant qu'on ne pouvait pas échapper à la mort. Je savais pourtant que je ne pourrai jamais échapper à ces questions, pas après 5 ans/ Brooklyn me l'avait fait comprendre, et je savais encore plus que la partie était loin d'être gagnée. Si j'avais eu l'espoir que cela passerait, que je pouvais toujours l'avoir en alliée, il semblerait qu'avec sa soudaine montée en grade, cela s'avérerait disons compliqué. Pourtant je savais d'avance que la partie n'allait pas se gagner en un claquement de doigt. J'avais toujours aimé les challenges, je les aimais toujours mais maintenant c'était en soit différent. Chaque mot paraissait avoir une importance plus grande. Comme si chaque mot cachait une menace dissimulée. Rester c'était dangereux. Partir peut-être encore plus. Et pourtant il n'en restait pas moins que la menace était là alors qu'en effet, ils étaient nombreux à penser que ma place était dehors comme Ryder même s'il n'en n'avait fait la mention. Comme Brooklyn qui estimait assurément que ma place était parmi les sans factions. Là où elle n'était pas. Mais cela je ne pouvais pas leur dire. C'était si difficile de faire face, de tenter même de faire confiance. Tout n'était que mensonge dans ce monde. Et encore là, je me retrouvais à tenter de rester impassible à ces mots, tentant de ne pas réagir. Pourtant dieu lui-même savait que je souhaitais réagir, que tout me poussait à hurler. Mais de l'autre côté, il y avait cette part de moi qui l'emportait, qui me poussait à me taire. Manquant la dernière partie de son discours, hors et déjà perdue dans mes pensées.

Tentant pas moins de reprendre contact avec la réalité. Peut-être serait-il plus facile de leur avouer toute la vérité, mais je n'y arrivais pas et je savais encore plus que ce ne serait certainement pas à Ryder que je me confierai en premier. Alors je me tus, et au lieu de dire ce qu'il fallait, je n'en venais qu'à enfoncer le clou. Les piques étant envoyées. Les mots méchants aussi. Comme une guerre sans fin. N'en venant pas moins qu'à le remettre en doute pour lui demander s'il était vraiment sûr de lui. Ce que je doutais. Chaque personne avait un coeur. Il haussa les épaules alors que je continuais de le regarder, étudiant chaque détail de son attitude. « Sûr ou pas, qu’est-ce que ça change ? » Je tournai légèrement la tête, ne pouvant m'empêcher de penser qu'il y avait plus qu'il n'en disait, qu'il y avait même anguille sur roche. Tentant sans succès d'assembler les pièces du puzzle sans réussir à former quelque chose de cohérent. Alors comme toujours, j'en venais à tenter le coup, ne réussissant pas encore à me lasser de ce petit jeu auquel on était tous deux si bons. « Si j'étais ton amie, je te dirai que tu te mens à toi-même mais comme je ne le suis pas... » Ne terminant pas ma phrase, ne pouvant m'empêcher de le regarder, le regard en partie vague alors que oui dans un sens je ne pouvais m'empêcher de me demander s'il n'avait pas succombé. Parce que voyez-vous il était certain que Ryder avait changé, je ne savais juste pas à quel point tout comme lui n'avait pas idée à quel point je n'étais plus cette fille qui était tombée amoureuse de lui il y a des années.

N'en venant qu'à reprendre la parole quelques instants plus tard, sans doute en partie en colère alors que j'en venais qu'à lui envoyer ces petites piques méchantes que personne n'appréciait jamais. Poussant son fauteuil alors qu'il se retrouvait obligé de reculer sans en avoir le choix. Je le regardais bloquer les roues de son fauteuil, étudiant son visage alors que j'y voyais se peindre la colère avant qu'il ne vienne qu'à éclater de rire soudainement. Un air si supérieur. « Elles disent toutes ça lorsqu’elles sont vexées. Tu crois vraiment que ça va me faire ramper ? Tu te surestimes autant que moi alors. » Je le regardai essuyer ses larmes, me rendant compte que je n'étais pas tant en colère que surtout amusée. Amusée par la situation, amusée par cette conversation qui ne menait à rien en soit. Une conversation qui ne menait à rien, tout comme elle était vaine avec Brooklyn. Passant de la taquinerie à la franchise. « Peut-être oui, je n'ai jamais dit le contraire. » Tout virevoltait. Tout changeait d'une seconde à l'autre alors que je ne pouvais m'empêcher de passer d'une émotion à l'autre. A ce stade ce n'était même plus les hormones. C'était comme s'il y avait une part de moi qui était juste défaillante. Des morceaux recollaient à la va vite. Des morceaux qu'on espérait qu'ils tiendraient debout tout seul. Des mensonges. J'étais fracturée en pièces, je le savais. Rien ne pouvait y changer et pas même mon soudain retour à la fosse. « Ne t’en fais pas, même si tu voulais tester, ce n’est pas quelque chose que je t’offrirais. Je crois bien que ta tête a pris un peu trop de poids… Elle est devenue tellement énorme que… Ugh… C’est pas trop compliqué pendant les entrainements ? Je veux dire… Ca va tu penches pas trop sur le côté ? Tout ce poids ça doit juste être horrible sur ses épaules. » « Non en fait, ça va plutôt bien de ce côté. » Tenter de ne pas se laisser démonter. Tenter de ne pas céder du terrain. Tenter de faire taire les doutes encore et encore. Tout n'était qu'illusion. Ce masque n'était qu'illusion. L'arrogance ne valait pas mieux alors que c'était juste une arme dont je me servais pour cacher le dessous du tapis, et pour le moment, je pouvais voir que cela fonctionnait. Alors je continuais, en rajoutant des couches là il n'y en avait pas besoin. Continuant de brosser ce portrait qui n'était pas réellement le mien.

Ryder ne venant alors qu'à poser la question qu'il attendait visiblement de poser depuis ce temps. N'en venant qu'à lui répondre aussi franchement. Son visage qui se ferma alors qu'il paraissait vouloir faire plus menaçant. Amusant. La colère qui grondait visiblement dans la poitrine de l'homme alors qu'il ne pouvait pas juste accepter cette idée. « Parce que tu crois sincèrement qu’une audacieuse qui disparait sans donner de nouvelles pendant cinq ans va pouvoir récupérer sa place à la Fosse en claquant des doigts ? Tu te fourres le doigt dans l’œil ma grande. Tu oublies que je suis aux commandes ici. Tu as lâché ton poste du jour au lendemain, je t’ai remplacé depuis. Il est hors de question que tu remettes les pieds ici en tant qu’entraineuse, Lou. Hors. De. Question. » L'écho de ce que disait Brooklyn. Pendant un instant, je parus m'absorber dans mes pensées en repensant bien entendu à ces mots emplis de colère qu'elle avait prononcé. Si quelqu'un regardait la scène d'un point de vue extérieur, il y aurait vu un manque de respect alors qu'en effet, en me perdant moi-même je n'en venais qu'à l'ignorer superbement, le défiant indirectement par la même question. Restant peut-être pendant plusieurs minutes à le voir sans le voir alors qu'en effet, il n'était pas tant là que l'était Brook. Brook que j'avais blessée, Brook qui restait là avec cette colère qui l'enveloppait et dont je ne savais comment l'en débarrasser, n'y réussissant pas pour moi-même. Manquant de pousser un soupir alors que je me forçai pas moins à chasser l'image de la jeune femme que pour me rappeler de ce qui était en train de se passer. Clignant des yeux l'espace d'une seconde avant de reprendre la parole comme s'il ne s'était rien passé, comme si cela n'était pas devenu une habitude ces absences pendant lesquelles je replongeais dans mes souvenirs. « Non tu ne l'es pas. Envy l'est. » Qu'un argument que j'avais ressorti à Brook. Un argument qui ne correspondait pas à la réalité, alors qu'en effet il pouvait décider du sort des entraîneurs. « Toi tu as été mis aux oubliettes, et autant que je sache, maintenant c'est Brook qui a un minimum de poids, pas toi. Alors non seulement j'en ai rien à faire de ce que tu peux me dire mais en plus Brook m'a laissé revenir en tant qu'entraîneuse. Donc vraiment tu peux te foutre tes ordres là où je le pense. » Un sourire. Un mensonge. Un de plus.

Spoiler:
 


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 973
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: LOURYDER ▲ And yet you came back to us Mer 8 Fév - 20:31



You came back to us again

FT. LOU JACKSON


Jeu de dupe. Langues acérées. Voilà tous deux ce qu’ils sont aujourd’hui, à se regarder en chien de faïence, à mieux essayer d’écraser l’autre en premier, allant jusqu’à essayer de faire voler leurs fiertés en mille morceaux. Véritable combat de coq. Si l’audacieux ne souhaite pas baisser les armes, il en est de même pour la jeune femme qui continue de répliquer ou même de l’ignorer royalement, comme perdue dans ses pensées. D’ailleurs, entre deux blancs, il observe Ryder, il analyse, Ryder, essaye de percer à jour la moindre de ses pensées obscures. Il ne la connaissait pas si sombre, Lou, si ténébreuse à en devenir presque aussi pâle qu’un fantôme. Pourtant, en cinq années, elle aurait très clairement pu le devenir, combien de fois s’est-il surpris à se demander si elle n’était pas morte et si son corps n’était pas tout simplement en train de pourrir dans un caniveau, quelque part. Longtemps aussi, il s’est demandé si dans un excès de confiance elle ne s’était pas tout simplement lancée dans l’idée folle de se rendre au sein même du labyrinthe pour l’y en percer les secrets. Pour les y en arracher. Des hypothèses qui ont longtemps germées dans son esprit, jusqu’à ce qu’il ne finisse tout bonnement par oublier. Rattrapé par les idéaux quotidiens et les occupations usuelles. La Fosse, la boisson, la poudre et le bonheur d’être perdu entre deux cuisses chaudes. Il a fini par oublier. L’oublier. Jusqu’à aujourd’hui. Jusqu’à ce qu’elle ne revienne et ne lance ses piques comme s’il était le pire des connards.

Certes, James ne peut le nier, il peut être considéré comme tel, et il pourrait presque l’assumer car il est loin d’être tendre avec la gente féminine, mais… Tout de même, l’image qu’il donne en publique est tellement honorable que voir Lou tenter vainement de le démonter est quelque chose qu’il n’apprécie ni peut réellement supporter. D’où la colère qui gronde en son sein. D’où la colère qui lentement, tortueuse et sinueuse se fraye un chemin. Il a beau être un brin brisé par ce qui l’a touché de plein fouet lors de ces attentats, il n’en demeure pas moins fort ou même dénué d’un minimum de sang-froid. Quand bien même il ait été forcé d’arrêter la drogue. Secret qu’elle ne percera jamais à jour car invisible à l’œil nu. Invisible à son œil tout comme les troubles et les secrets qui l’animent, elle aussi. Au fond, c’est à se demander si ironiquement ils ne se ressemblent pas un peu. Rien qu’un peu.

Le mensonge qui s’élève d’entre les lippes de la blonde arrache un énième éclat de rire de la part du Responsable de la Fosse. Brooklyn est quasiment sa petite amie, bien qu’ils n’aient pas éclairci le réel sens de leur relation compliquée et étrange, elle est ce qui s’en rapproche le plus. Jamais elle n’oserait passer sous silence des détails de ce genre, surtout lorsqu’il dispose des statistiques et autres dossiers en cours. Raté, ma chère, tes mots de vipère ne m’atteindront pas. Ses dents blanches dévoilées, l’audacieux vient croiser les bras contre sa poitrine et l’observer de tout cet air dédaigneux qui est le sien. Il est passé maître dans l’art de paraître supérieur. Cet air d’autosuffisance bloqué sur sa gueule.

« Aux oubliettes ? Tu te fourvoies complètement. Je te l’ai déjà dit. Je suis juste en convalescence. ». Il ne lui offre plus qu’un superbe sourire en coin tout en reprenant. « Brooklyn n’est responsable temporaire que parce que c’est moi qui l’aie nommée et parce qu’Envy a appuyé et approuvé ma décision. Si tu étais de nouveau entraineuse. Crois-moi, je le saurais, et ce n’est pas ce que les chiffres et autres informations transmises directement par Brooklyn me disent, Lou. ». Il souffle. « Si tu essayais de me mettre plus bas que terre en me disant cela, c’est encore une fois… Raté. ». Sa langue vient claquer contre son palet une fois qu’il a prononcé le mot raté. La hargne est si présente sous la couche de belles paroles que c’est le seul moyen qu’elle a trouvé pour s’exprimer. La hargne. Celle tapie dans l’ombre de son corps cloitré dans ce fauteuil. Et puisqu’il en a assez de ce petit jeu d’échanges d’impolitesses, le responsable détourne son fameux fauteuil en direction des différentes salles d’entrainements, bien résolu à voir l’état de sa Fosse.

« Crois-en bien qu’on se reverra Lou. Ici-bas, à l’angle d’un carrefour malfamé, ou peut-être même en Enfer. Qui sait. ». Il lui adresse un dernier sourire. « Reviens me voir quand tu auras des affirmations concrètes et de réelles piques qui font mal. ». Il sait qu’elle est capable de mieux faire, il n’en doute pas une seule seconde, c’est sans doute pour cette raison qu’au fond, Ryder, a hâte de voir ce que ça donnera. A la prochaine rencontre.

Au bout de quelques secondes, c’est le dos de l’audacieux que la blonde a tout le loisir d’observer. Sur sa route, il croise d’autres têtes connues qui prennent le temps de le saluer comme s’il était presque le Messie lui-même, tout juste ressuscité. Certes, c’est un brin exagéré, mais James est véritablement apprécié en ces lieux. Il a travaillé dur pour ça, et ne plus marcher pour le moment ne l’empêchera pas de continuer d’avancer.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LOURYDER ▲ And yet you came back to us

Revenir en haut Aller en bas
 

LOURYDER ▲ And yet you came back to us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GayZor support'sitoire // Come back
» 2010 Michael J.Fox Back to the Future spécial 25 ans !
» Chicago Bulls ... are back to business
» *Back to the ruins par tifil
» Back to the Future, devenez Marty Sackfly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › West Side :: La fosse-