Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE Mar 10 Jan - 14:18


❝ In these volatile times ,
feat. Les autres & Ramsey A. Dallas. ❞




SUITE DE : city at war.

Sauver le monde… encore. La dernière fois que je me suis prêté à cette pittoresque épopée, mon espérance de vie a chutée de plusieurs échelons et me voilà coincé à l’effigie du père de Luke Skywalker avec cette satanée bombonne d’oxygène qui me fait respirer comme si j’avais un Boeing 777 d’encastré dans le pif. Ai-je envie de sauver le monde… encore ? Non. Mais je vais devoir le faire… et là je n’imagine même pas à quoi je risque de ressembler à la fin de cette histoire qui sent la mouise à pleines narines. J’aurais pu jouer mon rôle de politicien parfaitement et faire ce que tout politicien fait et c’est-à-dire pas grand-chose. Écarter cette vilaine histoire et prétendre ne rien n’avoir vu. Faire le mort. Ou emprunter la technique d’une proie face à un T-Rex : cesser de bouger. Depuis ma sortie de l’hôpital, c’est ce que j’ai fait, mais une Fraternelle à semi barge et séduisante s’est vu être le T-Rex carnassier qui a su me prendre par mon plus redoutable point faible : mon passif de journaliste qui a toujours rêvé d’être ensuqué dans une histoire abracadabrantesque qui sent la mouise à pleines narines et éclabousser la plèbe avec cette belle pelleté de merde !

Bref. Je relève furieusement ma braguette,  m’assure que le bijou de ma virilité se porte bien à droite dans mon pantalon, passe à un cheveu d’échapper ma bonbonne dans l’urinoir, me lave les paluches à l’évier et sors enfin des chiottes. Pourquoi je précise tout ça ? Parce qu’il y a de cela une demi-heure, j’avais la vessie dans les talons et confronter une bande d’érudits psychopathes en un tel état m’enchante autant qu’une vasectomie. Extirpé des toilettes pour hommes, je croise la secrétaire, qui m’affirme vaillamment que la salle de conférence que j’ai réservée est parée et que les invités vont se présenter sous peu. Dans la zizanie des hommes et femmes d’affaires qui s’affairent dans le corridor, je repère la tignasse blonde de mademoiselle Vander. Le temps qu’une meuf à quelque part dans Chicago gagne son orgasme ; je suis déjà à ses côtés et ensemble nous nous dirigeons vers la salle tant convoitée.

- Tu as ma confiance, mais j’espère sincèrement que tu sais ce que tu fais, que je lui souffle dans l’oreille alors que je lui intime de traverser le seuil de ladite pièce et qu’on se retrouve face à une table de conférence… pour le moment inoccupé.  

- Ils ne vont pas tarder à arriver…

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
G.H. Nolan Wheeler

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 18/11/2016
❖ Messages : 252
❖ Avatar : Luke (nounours) Mitchell
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gif profil) - Astra (codes signatures) - TF (gifs)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 35 ans
❖ Profession : Avant amnésie > Bénévole au sein d'une association caritative et hacker. Après amnésie > Conseiller en négociation de conflits auprès des Erudits les plus haut gradés.
❖ Faction : Erudites (normalement Divergent Altruiste)
❖ Forces & Faiblesses : Sa divergence est une force dont il avait pleinement conscience avant son amnésie. A l'heure actuelle, elle lui est toujours d'utilité mais c'est une "tare" qu'on lui cache. Il y a beaucoup de choses qu'on lui cache, lui qui a été formaté sur de profonds mensonges. La vie qu'il mène n'est pas la sienne. Signes distinctifs : il a des tatouages sur l'ensemble de son corps et une cicatrice qui descend de son arcade à sa joue.
❖ Philosophie : I don't fucking care.
❖ Playlist : BOYCE AVENUE > Dream on - SIA > Freeze you out - LANDON AUSTIN > Armor



MessageSujet: Re: volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE Mer 11 Jan - 21:32



This is all about a war I don't fucking care

FT. LES ERUDITS ET LA FRATERNELLE


Tout ce qu’il a reçu c’est une invitation à une réunion. Lui ? On a daigné l’inviter… A une réunion ? Il n’a pas pu retenir ses sourcils de se hausser l’un après l’autre sous la surprise de la manœuvre. Il est un conseiller de l’ombre, il n’intervient qu’auprès de certains érudits assez hauts gradés pour bénéficier de ses précieux conseils à la demande de Rosenbach elle-même. Ce n’est qu’en voyant le nom du principal participant et du propriétaire de l’avis qu’il entrouvre la bouche, vient poser son dos contre le dossier de son siège de bureau et lève les yeux au ciel. Dallas. L’avis demeurant bien trop vague pour savoir de quoi il s’agit, c’est à l’avant-dernière minute qu’il se lève, quitte sa salle favorite et se rend au bon étage de la Tour Willis. Si les regards se posent sur lui à l’instant même où il franchit le seuil de la porte de son bureau, il n’y prête aucune attention, se contentant de reboutonner correctement la manche de sa chemise blanche dissimulée sous sa fine veste de costume bleu marine assortie à ses deux billes qui scrutent le moindre mouvement avec sa lenteur habituelle. Un véritable érudit de bonne famille, tout droit sorti de l’un des songes de la Présidente, un parfait petit soldat façonné au gré de ses désirs. Grant n’est pourtant rien de tout ça à la base, il en est même le véritable opposé. Seuls les tatouages de son cou et de ses mains trahissent la présence de ces marques noires sans pour autant laisser deviner le fait que son corps en est rempli. Certains ne comprennent pas, en règle générale, l’encre permanente est synonyme d’audace et purement une marque de fabrique de la faction des audacieux.

Une main dans la poche de son pantalon et l’autre ballante, transportant sa tablette sous le coude juste au cas où, Nolan prend la direction de la salle de conférence et ne s’attend pas à trouver une pièce quasiment vide. Ramsey est déjà là, accompagné d’une blonde qu’il n’a encore jamais vu et qui à en juger par son accoutrement n’a strictement rien d’une érudite. Qui plus est, ça sent un peu la terre battue. Il ignore comment il le sait, mais il le sait.

« Ramsey. »  

Il a beau l’apprécier tout au fond, ce bougre, il ne l’a jamais vraiment montré et ne souhaite pas l’habituer à des sourires trop vite. Haussant un sourcil interrogateur à l’encontre de la demoiselle, il attend des présentations qui ne viennent pas assez rapidement à son goût alors il va choisir sa place et contourne la table de conférence.

« Une table de conférence pour si peu de monde… Ca fait un peu beaucoup. Je sais que tu adores nos séances de conseils, mais de là à réserver une salle complète et inviter carrément une amie… »

Le Nolan amnésique et érudit dans toute sa splendeur, froid et horriblement… Agaçant quand il le veut bien. Sans un mot de plus ni même un regard, bien que ses prunelles aient été attirées par la bombonne à oxygène qu’il se trimballe, l’ancien altruiste pose délicatement et gracieusement son divin fessier dans l’un des fauteuils de cuir noir. Puis il attend. A une minute près, il est à l’heure. Et visiblement… Encore bien trop à l’heure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Keira C. Vander

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 3531
❖ Avatar : Candice Accola.
❖ Crédits : Avatar (lunatic café) + Gifs (Tumblr) + CSS signature (disturbed ♥) + Chanson ( Tove Lo - Scream my name )
❖ Multicomptes : Nathaniel L. Jenkins & Lexis H. Gillian
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Ancienne infirmière, reconvertie dans le labourage de la terre... et à présent résidente d'un asile psychiatrique.
❖ Faction : Ancienne Altruiste. Aujourd'hui elle se retrouve chez les Hippies!
❖ Forces & Faiblesses : Elle s'adapte a toute situation. Parle peu mais observe beaucoup. Ment pour se protéger. Sa faiblesse demeure ses proches. Si elle fait souvent preuve d'égoïsme, pour ses proches, elle fait des efforts.
❖ Philosophie : Si tu traverse l'enfer, continue d'avancer.
❖ Playlist : Become the beast - Karilene



MessageSujet: Re: volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE Mar 17 Jan - 22:47


«VOLATILE TIMES»

feat Keira & les érudits



Ces ombres te suivent constamment. Elles te surveillent, te guettent, et tu les écoutes. Parfois tu les ignores. Tu composes avec... et tu poursuis la route que tu t'es tracée. Tu ne sais où tu vas mais tu avances. Droit dans un mur, un fossé, ou dans un gouffre. Peu t'importes. Tu fonces. Ce sentiment d'urgence te poursuit constamment. Tu dois agir, qu'importe la fatigue, qu'importe les pertes et les désillusions. Tu trimballes d'avantages que des fantômes. Tu portes un poids que tu endure de moins en moins. Tu portes en toi l'espoir et la fatalité. Deux extrêmes sans aucun juste milieu. Tu cumules bien trop de blessures et de défaites. Tu portes en toi bien trop de doutes, de craintes et d'incertitudes. Pourtant, lui, il croit en toi. Ses mots t'aident et te supportent. Sa confiance t'ébranle et t'anime de cette flamme nouvelle. L'aspiration te revient. La force de continuer... voilà ce qu'il vient à l'instant de t'insuffler.

Néanmoins, cela n'enlève en rien à tes angoisses. Abandonnée dans un couloir, tu attends. Tu attends Ramsey parti se vider la vessie. Tu attends l'arrivée de la clique d'érudits. Tu attends le jugement dernier. Tu attends... et ça te rends complètement dingue. Frustrée. Ce sentiment d'urgence refuse de te lâcher. Quelque chose va arriver... quelque chose doit arriver. Tu le sens. Tu le sais. Tu n'en doute pas. L'angoisse enfle en toi. Tes mains deviennent moites. La température de ton corps augmente et tu décide de retirer ton blazer. Inspires et expires, poupée de cire. Le monde continue encore de tourner. Pour le moment. Dans la même veine, tu te défais de tes fausses lunettes ainsi que de ton chignon. Ta crinière dégringole le long de tes épaules, hirsute et sauvage. L'allure de jeune fille respectable explose et de nouveau, tu ressemble à cette jeune fille tout droit sorti d'un asile. Nerveuse, tu mordilles ta lèvres. Quand enfin Ramsey revint à toi, tu paniques. Tu n'en montre rien mais la panique est bien là, présente. Tu déglutis et le suis sans broncher. Cette confiance qu'il a en toi... plus que tout, tu souhaites la préserver. Tu en as besoin. Non pas pour tes plans, mais parce que tu as besoin de quelqu'un croyant en toi, pour de vrai.

Au seuil de la porte, l'érudit te rappel combien le poids qui t'incombe est lourds. Tu soupires, expulsant cette bouffée de panique qui obstrue ta gorge et joue avec ton estomac. Sans grand succès.

— Si tu savais combien j'aimerais me tromper, que tu murmures en dévisageant les ombres au fond de la salle.

Te recentrant sur l'érudit, tu zieutes un instant sa bonbonne, puis tu remontes lentement vers ce visage rassurant. Rassurant car tu l'associe volontiers à celui d'un ami, un allié. En ces eaux troubles, tu en as cruellement besoin.

— Merci.

Merci de croire en moi. Merci d'être là, avec moi. Merci d'être toi.

Puis tu les perçois, ces bruits de pas approchant. Aussitôt, tu te redresses, la tête bien droite. Qu'importe le fardeau écrasant tes frêles épaules, tu ne peux te permettre de paraître faible. De nouveau, tu arbore ce masque. Celui de cette femme forte et assurée. Cette femme dont rien ne peut l'atteindre ou l'effrayer...

Et ton monde bascule. Ton monde stéréo devint muet. Les mots franchissent les lèvres de ce nouvel arrivant mais tu ne les perçois aucunement. Bloquée. Figée. Tes yeux demeurent braquer sur cet ancien altruiste. Cet ancien... disparu. Ton esprit se joue de toi, encore une fois? Tes sourcils se froncent et tu cesse de respirer quelques secondes.

Si Nolan se trouve bien là, après toutes ces années... alors peut-être... oui... Peut-être qu'Isaac était quelque part. Oui... L'espoir renaît. L'apocalypse ne vaincra pas. Pas avant que tu ai retrouvé Isaac. Tu reprends contenance et t'adresses à cet homme qui ne semble pas t'avoir reconnu.

— Merci beaucoup de faire acte de présence en ces jours sombres, Monsieur...

Tu fais mine d'oublier son nom... Nom que tu ne connais pas. Pas encore. Nom que tu te dois de connaître. Jusqu'à quel point le vice a été poussé? Salem, on lui labotomisé le cerveau, ne lui laissant que son identité civile. Qu'en est-il pour Nolan? Tu veux savoir. Tu dois savoir.

Cependant... Il s'agit-là d'un combat à mener un autre jour. Plus tard. Quand le pire sera évité.


_________________

SCREAM MY NAME.

Breathe in balance and love, I was born on the scene. Now it runs in my blood, yeah you know what I mean. When I'm dead and gone, will they sing about me ? Dead and gone, will they scream my name ? Scream my name.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/myworks/49128984-lily-rose-point-conne

avatar

one choice can transform you
Scarlett Trueblood

❖ Date de naissance : 12/07/1989
❖ Barge depuis : 12/03/2016
❖ Messages : 186
❖ Avatar : Ashley Benson
❖ Crédits : nine & neondemon
❖ Multicomptes : Hazel Stevenson & Calypso Reed & Alice M. Lavaud
❖ image :
❖ Âge personnage : Vingt-six années de perfection capillaire
❖ Profession : Secrétaire personnelle de Ramsey Dallas, prétendante au Conseil depuis son très fâcheux accident
❖ Faction : Erudit (divergent qui s'ignore complètement)
❖ Forces & Faiblesses : Une détermination inouïe & une intelligence aiguisée qui se confrontent à une fragilité latente
❖ Philosophie : " Un jour sans manucure, c'est comme une apocalypse sans zombie. Ca manque terriblement de mordant. "
❖ Playlist : Firework (Katy Perry) ¤ Dogs days are over (Florence and the Machines) ¤ Barbie Girl (Aqua)



MessageSujet: Re: volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE Mer 18 Jan - 1:05

Volatile times
les érudits & la fraternelle

Poor little birds, with your broken wings ... ✻✻✻ Il fait bien plus beau par-delà les larges baies vitrées de la Willis Tower que dans ton coeur gelé. Il y a si peu de temps encore, pourtant, ton plexus irradiait de ta chaleur candide et de ta naïveté, celles que tu monnayais à si bas prix. Il suffisait d'un joli flacon coloré ou de fibres de soie délicatement tissées pour faire taire tes réticences. Ou d'une cacophonie symphonique savamment orchestrée. Temps perdu, reclus et abusé. Tes yeux se sont ouverts sur la vaste cruauté du monde qui t'entoure, durcissant tes traits poupins, appuyant sur ta poitrine oppressée. Que de respiration difficile, désormais. Ton nom, tu ne l'as jamais si bien porté que depuis que ce liquide vermeil s'est déversé de ton abdomen déchiré. Scarlett Trueblood. Le sang écarlate. Sombres pensées que voilà, tranchant avec la lumière qui irradie de plus en plus à mesure que les jours passent.

Tu as enfin pu quitter l'hôpital et tu as tenu à retourner travailler. C'est que, bien que tes parents, pas plus que ta tante, n'en sachent rien, tu as de grands projets. Lesquels ne peuvent être menés à bien au fond d'un lit ou dans le confort d'un canapé. Il te faut être sur le terrain. Et quelle grande idée tu as eu ! te congratules-tu intérieurement alors que tes pas te mènent vers l'accueil. Ramsey tient une réunion à laquelle il t'a convié, toi, sa petite secrétaire - pour l'instant, tu n'es rien de plus. Tu supposes que ton office du jour sera de prendre les notes habituelles sur ta tablette tandis que quelques messieurs et dames s'auto-pomperont la turgescence autour d'un plateau de crevettes farcies au caviar. Une routine chère à ton âme, en somme. " Marta ! Comment était ton rendez-vous d'hier soir ? " Tu viens d'alpaguer la réceptionniste aux yeux vitreux, très affairée à baragouiner dans son casque. " La cata-cata, Scar' ! Il faut ab-so-lu-ment que je te raconte, je te jure, c'était ... Seigneur ! Je n'ai même pas les mots ! " réplique-t-elle avec emphase après avoir raccroché, soit une demi-seconde après ton apparition divine. Elle fait bien de louer le Tout-Puissant quand tu es dans les parages : après le miracle de ta survie, tu te sens comme bénie. " Tout à l'heure, je dois rejoindre Beau Blond et compagnie ! Fais savoir à ceux qui le demanderont que Monsieur Dallas ne prend aucune communication pour le reste de l'après-midi, tu veux bien ? " Toujours se mettre les petites mains dans la poche car elles sont aussi celles qui roucoulent auprès de vos prestataires. Une règle d'or. Un clin d'oeil plus tard, tu t'avances vers la salle de conférence spécialement réservée pour l'occasion. Sans gêne ni encombre, tu pousses la porte de cette dernière, les yeux rivés à ton appareil numérique, talons de douze cliquetant au terme de tes longues jambes de sylphide, silhouette moulée dans une robe au col droit dénudant tes épaules de manière qui pourrait être indécente si elle n'était pas portée par un tel pesant de classe.

Enfin, tu t'arrêtes, remarquant le silence ayant suivi ton arrivée. D'ordinaire, on ne te prête rien de plus qu'une attention appréciative, au plus. Tes prunelles azurées assorties à ta tenue quittent la page de pixels, se portant vers l'assemblée. Pour peu que le nom convienne à trois personnes réunies autour d'une tablée digne d'un roi. " Loin de moi l'idée de vouloir froisser qui que ce soit, mais était-il bien utile d'annuler tous tes rendez-vous ? " interroges-tu, perplexe, ton regard se fixant plus ses les narines empiffrées d'oxygène en bonbonne de Ramsey que sur le reste de son joli minois. Tes iris coulent vers Nolan, un sourire charmeur ourlant tes lèvres avec un automatisme effrayant. Heureusement vite contrecarré par la vision d'une cascade de boucles blondes. " Jésus ! Qu'est-ce que c'est que ça ? " Horrifiée, mortifiée, tu dévisages la sauvageonne, portant ta main à ta poitrine. Un coiffeur. Il faut absolument un visagiste de talent pour cette petite poupée hérissée ! Coco doit s'en retourner dans sa tombe bombardée ! Est-il seulement possible de se laisser aller à ce point ? A bien y réfléchir, la Scarlett d'antan n'est peut-être pas si loin que ça. Ou alors, ressentant l'atmosphère grave, tu sais très bien la faire réapparaître lorsque cela te paraît opportun.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.



_________________

   
Do you ever feel already buried deep ? Six feet under screams, but no one seems to hear a thing. Do you know that there's still a chance for you ? ‘Cause there's a spark in you. Firework
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Silena M. Eastwood

❖ Date de naissance : 28/12/1998
❖ Barge depuis : 10/06/2015
❖ Messages : 3380
❖ Avatar : nina dobrev.
❖ Crédits : bonnie (avatar) + tumblr (gifs) + disturbed (css)
❖ Multicomptes : ezra s. ravenscar + maven k. morgenstern.
❖ image :
❖ Âge personnage : 24 yo.
❖ Profession : membre du conseil
❖ Faction : erudite.
❖ Forces & Faiblesses : ces ficelles qui manipulent vos âmes dans l'ombre, diablesse manipulatrice au coeur fébrile.
❖ Philosophie : on ne fait pas d'omelette sans casser quelques oeufs.
❖ Playlist : SET IT OFF, wolf in sheep's clothing + FLORENCE & THE MACHINE, seven devils + SIA, elastic heart + HALSEY, hurricane + BEYONCE ft THE WEEKND, 6 inch + ZELLA DAY, hypnotic + ARIANA GRANDE, dangerous woman + PANIC! AT THE DISCO, miss jackson + DUA LIPA, hotter than hell + JOJO, high heels.



MessageSujet: Re: volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE Lun 23 Jan - 19:04




volatile times
Look at me in the apocalypse





portrait de marbre, courbes voluptueuses, atours d'élégance et vertigineux talons. égérie pâmée d'illusions, camouflant sous sa sulfureuse beauté les plaies ouvertes que redessinent les angoisses nocturnes lorsque sur les paupières baignées d'enfers se couchent les lueurs crépusculaires, c'est la morgue aux lèvres et l'ostentation doublée d'insolence que je sème dans mon sillage les doucereuses chimères et les fallacieuses fragrances. traversant la willis tower d'un pas conquérant mais ô combien agacé, déplaisir flagrant sinuant sur un masque de glace, moi, silena eastwood, me trouve réduite à être convoquée par un blondinet souffreteux à la constitution aussi solide que celle d'un vieillard au bord de la mort, menaçant de cracher et ses poumons et sa bile sur le lustre de mes talons luxurieux à chaque maudite seconde passée en sa compagnie qui, étrangement, m'est devenue plus familière qu'infecte. l'ironie mordante, lorsque l'orgueil froissé se drape de mensonges, que la langue se rassasie de cynisme et le cœur d'onirisme. dissipant sans peine le voile obscurcissant les méandres sardoniques de mes rêveries, je pose un regard las sur la porte entrouverte de la salle de conférence. reprenant mon souffle, à peine rétablie, devant la porte, je réfrène les douleurs persistantes balafrant l'abdomen à chacun de mes mouvements pour composer minutieusement les remparts de superbe et d'impertinence.

franchissant le seuil de la porte d'une démarche ondulante, les sphères d'obsidiennes reconnaissant avec une pointe de sadisme les boucles blondes de l'une de mes proies favorites, je dépasse avec grâce une scarlett horrifiée, raillant d'un « ça, c'est une idiote triviale et désespérément ordinaire. » persifleur celle qui ne représentait à mes yeux rien de plus qu'un vulgaire pion. inutile, jusqu'à aujourd'hui. sa présence qui, loin d'ensoleiller le merveilleux tableau de quatre érudits réunis sous l'étendard du secret par un sourire à la fois niais et désespérant, lui donnait des allures pathétiques et désolantes, restait un véritable mystère. d'autant que, si dallas se sentait d'humeur assez charitable pour inviter l'allégorie de l'ennui, je suis certaine qu'il n'aurait pas été difficile d'en dénicher une plus charmante et convenablement présentée. j'osais espérer qu'il ne l'avait pas extirpée des tréfonds de l'anonymat pour que nous puissons admirer la décadence de ses choix de compagnie. pivotant vers ramsey, une moue déçue vissée sur mes traits de sylphide, je susurrais à son adresse un  « je t'imaginais un meilleur goût en matière de femme. » provocateur avant de me tourner vers la seule personne ayant un brin de bon sens ici-bas. « grant. » saluant d'un sourire félin le beau blond, je consentis à poser mon séant sur le bord de la table dans une désinvolture goguenarde. puis, dévisageant tour à tour chaque membre de l'assemblée, un sourire mesquin se profila à l'ombre de mes vénéneuses lippes, présageant un énième sarcasme qui ne se fit pas attendre. « ton cercle d'amis me paraît déraisonnablement restreint, ramsey. auraient-ils tous fui à la vision de ce joli paquetage te suivant comme ton ombre ? »

FICHE ET CODES PAR ILMARË

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Arizona J. O'Malley

❖ Date de naissance : 14/11/1991
❖ Barge depuis : 07/09/2015
❖ Messages : 816
❖ Avatar : Jennifer Lawrence
❖ Crédits : Avat : Elegiah || Sign & Profil (Gifs & CSS) : Elegiah
❖ Multicomptes : Samuel A. Díaz
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 Ans
❖ Profession : Bras droit des Érudits || Technicienne Informatique
❖ Faction : Erudite (divergente)
❖ Philosophie : Find what you love and let it kill you
❖ Playlist : Cosmic Love - FLORENCE AND THE MACHINE || Meet Me On the Equinox - DEATH CAB FOR CUTIE || A Shadow Fall on Me - GARY NUMAN || The Preacher - JAMIE N'COMMONS || Smokestacks - LAYLA || Animal - XOV || Too Dry To Cry - WILLIS EARL BEAL || Won't Win - FRACTURES



MessageSujet: Re: volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE Mar 7 Fév - 21:33


Im half asleep I'll rid myself of this war you started
❝You've got a pulse but you seem so heartless || Event Erudits Multiplayer❞




Tout n'est que lassitude en cet antre de la servitude. L'échine ployée sous le dôme de lumière émacié par la voute de cristal par le mensonge érodé, je m'élance au travers de ces couloirs immaculés devenus repaire bien trop familier vers lequel en chaque heure de chaque jour je ne fais que m'asphyxier. Avance, avance, qu'inlassablement je me répète, tu es la rage de ce siècle, l'œil de la tempête et bientôt pour eux tu redeviendras le Jugement aux assourdissantes trompette. Et c'est ainsi qu'à bout de fil, sans le vouloir, voilà que tu l'orchestres, mon ultime représentation parfaite en tant que marionnette défaite. Et il me donne envie de vomir, ce rôle obsolète en lequel toutes ces ombres dansent et se reflètent. Elles me saluent, me sourient, me respectent mais ne savent pas le tiers de ce poison qui m'affecte. Il est en moi, en nous, en toi, il ronge le moindre de nos tissus, dissous jusqu'à nos os afin qu'un peu plus en la lumière de vérité nous soyons à jamais perdu. Aveugle de trop voir, ivre de trop savoir, nous jouons au jeu du pouvoir sans même y croire. Et il me donne envie de hurler, de tout balayer, ce costume que je n'en peux plus de porter à chaque pas qui viennent en les cloisons de verre marteler le sol carrelé et se répercuter de leur écho familier contre les murailles enluminées par un ciel que l'on ne sait même plus apprécier. Alors donne-moi une raison. Donne-moi une raison de continuer à avancer et de toujours m'abreuver à cette source du savoir qui n'a fait que nous condamner. Un, deux, trois, je respire et expire comme si la vie elle-même s'échappait de moi, m'arrête un instant, ferme les yeux et me demande jusqu'où dérivera l'humanité en laquelle malgré tout l'on croit. Je reprends ma marche, silencieuse et tumultueuse tandis qu'un peu plus profondément en la terre rouge et boueuse le tombeau de mon âme se creuse. Avance, avance, qu'inlassablement je me répète, ici vient sonner les prémices au dernier acte que depuis bien trop longtemps tu répètes. Un, deux, trois, je respire et expire de façon à ce que la vie se souvienne encore de moi. Et je passe au travers l'immense porte de verre, m'attablant sans un mot auprès des olympiens sous mon regard devenus statues de pierre. J'adresse un sourire à Scarlett, dépose mon attention sur toi, d'un battement de paupières mes yeux pers embrasent la ville qui se trouve en contre plongé juste derrière toi, avant de revenir sur Keira qui se tient à tes côtés et que, pour la première fois, il m'est donné de véritablement rencontrer. Croisant les jambes, je dépose la tablette que j'avais sous le bras juste devant moi, la consulte un instant tout en m'adressant à Silena :

- C'est bon, tu peux arrêter de rentrer le ventre et te remettre à respirer, c'est moi qu'il attendait. Ah et, ne te sens surtout pas obligée de me dire à quel point ma présence ici met ton cœur en émoi, je saurais vivre sans, merci.

Mes iris d'acier se déposant à nouveau sur toi, je redépose la tablette :

- Bon, et si on passait outre les préliminaires et qu'on entrait directement dans le vif du sujet? puis, ancrant mes deux sentinelles de givres en ceux de Keira : Pourquoi vous nous avez tous réuni ?

Et elle continue encore, la mascarade qui met à genoux jusqu'à l'aurore. Ritournelle qui inéluctablement conditionne et éternellement emprisonne, elle est de ces mensonges que tous affectionnent. Un, deux, trois, la vie est toujours là, et subitement la voilà qu'elle vient, la grande heure de l'incertitude qui vous plonge en la profonde solitude alors que tout n'est que lassitude en cet antre de la servitude. Mais en ce temple où le silence est d'or, c'est entre nos mains que le monde agonisant s'endort.



Dernière édition par Arizona J. O'Malley le Jeu 9 Fév - 8:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE Jeu 9 Fév - 1:05


❝ In these volatile times ,
feat. Les autres & Ramsey A. Dallas. ❞



« Ils ne vont pas tarder à arriver… »

En un synchronisme plus que parfait, (j’irais même jusqu’à dire qu’ils seraient passibles de réduire une troupe de nageuses synchronisées au grade de la clique des grosses Berta qui s’adonnent hebdomadairement à une séance de natation pour perdre ce troisième menton qui leurs pousse sous le double), la lourde porte en verre ne cesse de s’ouvrir et laisse apparaître dans la trop spacieuse salle une ribambelle de personnages tous aussi fous et excentriques les uns que les autres. Question timing, ça fait bing, sacrebleu, mesdames et messieurs ! Pas que je doutais de leur ponctualité, mais puisque c’est moi qui a envoyé le communiqué, à voir le modeste rôle que je peux jouer au sein des hautes sphères du Pouvoir, savoir qu’ils répondent avec une telle assiduité à mon appel, cela me gonfle l’ego à l'hélium. (Toudoum ! Tsss ! Blague de petit vieux souffreteux qui a les narines truffées d’air artificiel.)  Sérieusement, les gars, j’en aie la grosse tête et les chevilles qui enflent. Je me sens aussi alpha qu’un coq et aussi fier qu’un paon. Étonné de ma propre notoriété, je regarde mademoiselle Vander et lui décoche ce clin d’œil qui dans le sous-texte signifie un truc du genre : « T’as vu ça, poupée, ils me mangent dans la main et pas qu’un peu ! Héhéhéhé ! »)

Philosophie karmique, les mômes, prenez-en de la graine : tout ce qui monte, ça finit toujours par redescendre. Et la chute dans cette cruelle réalité est brutale et violente avec de telles aiguilles qui vous crèvent la bulle :

« Une table de conférence pour si peu de monde… Ca fait un peu beaucoup. Je sais que tu adores nos séances de conseils, mais de là à réserver une salle complète et inviter carrément une amie… »

" Loin de moi l'idée de vouloir froisser qui que ce soit, mais était-il bien utile d'annuler tous tes rendez-vous ? (…) Jésus ! Qu'est-ce que c'est que ça ?"

« Ca, c'est une idiote triviale et désespérément ordinaire. (…) Je t'imaginais un meilleur goût en matière de femme. (…) Ton cercle d'amis me paraît déraisonnablement restreint, Ramsey. Auraient-ils tous fui à la vision de ce joli paquetage te suivant comme ton ombre ? »


Okay. OKAY ! La tignasse de Vander ressemble à un nid d’oiseau, on pourrait y nicher l’Empire State Building… qu’on ne le retrouvait jamais. Okay. OKAY ! J’ai pas d’amis. J’suis ce loser qu’on ne choisissait jamais pour jouer à une partie de ballon chasseur. Mais vous savez quoi ? (Les lumières se tamisent et j’ai soudain un micro en main et le regard lointain) ♫ On dit souvent que j'ai l'air d'avoir tout pour moi mais c'est sans savoir des fantômes qui me hantent. Les requiems que je me chante. Je joue au dur chaque jour qui passe. Et les pierres de chaque mur un jour se cassent. Je suis peut-être la roche qu'on croit. Mais je suis plus fragile que je veux qu'on voie Maman m'a dit avant de partir : Montre jamais tes faiblesses et dans le pire reste fort ravale tes larmes. ♪ (#corneille #parcequonvientdeloin #cestavecclassecommedallas) Bref, je reste fort et ravale mes larmes. Agacé, je ne trouve rien de pertinent à répliquer, laissant leurs joyeusetés un peu mieux nous balafrer, mes opalines éprises comme restées figées sur les grands airs indolents de Scarlett. Je ne l’ai pas vu depuis les attentats et le sentiment qui me grignote l'intestin grêle… je sais très bien de quoi il est question et je dois reprendre sur moi avant de véritablement vomir et mes poumons et ma bile sur les talons de la diablesse d’Eastwood qui donne le meilleur d’elle-même pour m’obséder comme une superstition frappée d'archaïsme.

Et c’est avec l’abandon de celui qui avale son quatrième verre de wisky que je trouve le courage de rétorquer :

- Entrée en scène exceptionnelle, joutes percutantes et apparitions fracassantes. Ça va ? Vous vous sentez mieux ? Face à cette entrée en matière, votre foule intérieure est en délire et vous livre cette flopée d’applaudissements qui vous redore l’estime de soi ? On peut outrepasser le scandale de celle qui n’est pas des nôtres et le fait que je sois le Remi sans famille de la Willis, pour véritablement---

Pour la dernière fois, la porte en verre s’ouvre et c’est la décadence de tout le cosmos que je sens me déferler dessus…

- C'est bon, tu peux arrêter de rentrer le ventre et te remettre à respirer, c'est moi qu'il attendait. Ah et, ne te sens surtout pas obligée de me dire à quel point ma présence ici met ton cœur en émoi, je saurais vivre sans, merci.

Nom d’une pipe à shit ! Ça, cette vanilla emo, c’est bien ma patronne ? Qu’est-il advenu de cette pauvre enfant ? On dirait que cent de solitude lui est passé dessus dans le décalage d’une simple seconde ! Dérouté, (fouillez-moi pourquoi), je viens regarder Grant et attend de lui qu’il me donne toutes réponses plausibles. Mais ce fashion baby à barbe à l’air de s’en balancer les deux reins… Outrepassant ce petit froid bolaire qui emplit la pièce, j’observe Vander à la dérobée et pour l’encourager à briser la glace, il me vient à l’esprit de proposer :

- Quelqu’un souhaiterai boire quelque chose ? Thé… Café… Ti---

- Bon, et si on passait outre les préliminaires et qu'on entrait directement dans le vif du sujet?

- On va tous mourir…

Bah, quoi ? Si c’est pas sauter les préliminaires, ça, je me demande bien ce que c’est !

- Pourquoi vous nous avez tous réuni ?

Je regarde Keira et dodeline de la tête pour l’encourager à parler…

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
G.H. Nolan Wheeler

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 18/11/2016
❖ Messages : 252
❖ Avatar : Luke (nounours) Mitchell
❖ Crédits : TF (vava) - TF (gif profil) - Astra (codes signatures) - TF (gifs)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - J. Ryder Storm & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 35 ans
❖ Profession : Avant amnésie > Bénévole au sein d'une association caritative et hacker. Après amnésie > Conseiller en négociation de conflits auprès des Erudits les plus haut gradés.
❖ Faction : Erudites (normalement Divergent Altruiste)
❖ Forces & Faiblesses : Sa divergence est une force dont il avait pleinement conscience avant son amnésie. A l'heure actuelle, elle lui est toujours d'utilité mais c'est une "tare" qu'on lui cache. Il y a beaucoup de choses qu'on lui cache, lui qui a été formaté sur de profonds mensonges. La vie qu'il mène n'est pas la sienne. Signes distinctifs : il a des tatouages sur l'ensemble de son corps et une cicatrice qui descend de son arcade à sa joue.
❖ Philosophie : I don't fucking care.
❖ Playlist : BOYCE AVENUE > Dream on - SIA > Freeze you out - LANDON AUSTIN > Armor



MessageSujet: Re: volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE Sam 11 Fév - 15:39



This is all about a war I don't fucking care

FT. LES ERUDITS ET LA FRATERNELLE


Elle l’observe avec cette expression sur le visage qui en dit long sur la surprise qu’elle ressent, la fraternelle. Il ignore qu’elle en est une mais elle n’est définitivement pas une érudite et la salle de conférence est bien trop peu remplie pour que sa surprise ne soit adressée à quelqu’un d’autre que lui. Un remerciement et il se contente de hausser un sourcil avant de s’avancer pour prendre place sur l’une des chaises de cuir, non sans avoir adressé une remarque à Ramsey au passage. Il serait trop charmant de ne pas placer une petite pique taquine à son encontre. Qui aime bien châtie bien comme on dit. Premier arrivé, Grant a tout le plaisir de voir le gratin arriver les uns après les autres, tout en claquement de talon et chevelures soigneusement brossées. En y pensant, sa tignasse à lui est un brin plus ébouriffée qu’elle ne devrait, la faute à ses réflexions précédentes qui l’ont poussé à y glisser régulièrement sa main. Presque comme un tic nerveux. Scarlett, la ressuscitée, pénètre dans la salle avec son assurance habituelle, quand bien même il ne puisse s’empêcher de penser qu’elle revient de loin. La remarque sur la coiffure de Keira lui arracherait presque un sourire en coin si l’érudit n’avait pas pour habitude de se complaire dans une absence totale de sourire, se contentant d’observer de ses deux billes bleues perçantes. Il demeure inlassablement silencieux jusqu’à ce que Silena ne pénètre à son tour dans la pièce, fidèle à elle-même.

Grant.

Son nom résonne et il ne peut cette fois-ci empêcher le fin sourire narquois de pointer au coin de ses lippes, prunelles se plongeant dans celles de la brune.

« Silena. »

Elle s’adosse à la longue table de conférence, et comme pour bien faire, tout de même un peu galant, Nolan tire l’un des fauteuils de cuir afin qu’elle puisse venir s’asseoir à ses côtés. Après tout, personne ne sait combien de temps cette entrevue va pouvoir durer. Lui qui n’est d’ordinaire jamais invité à de pareilles sessions profite de l’instant pour en savourer et en analyser toutes les attitudes. Ces tensions qui s’effritent, et ces palpitations qui résonnent dans le silence ambiant et macabre. Silence qui finalement s’éteint lorsque Ramsey se décide enfin à rétorquer quelque chose face aux différentes remarques qui l’assaillent. Au moins, il ne s’est pas contenté de garder le silence, au fond, Nolan est un peu fier. Un peu. Rien qu’un peu. Il ne faut pas pousser mémé barbue dans les orties tout de même. En revanche, le coup du Remi sans amis… Il aurait pu s’en passer. D’ailleurs…

« Si tu veux mon avis… »

La porte s’ouvre à la volée, derniers talons qui claquent au sol et l’érudit est coupé dans son élan. Bon. Tant pis. Ce n’était pas vraiment important de toute manière, il aurait bien une autre occasion de lui faire partager un conseil des plus percutants : se faire passer pour un pauvre malheureux, ça ne marche pas. Pas avec des érudits en guise de public. Non.

« Arizona... ». Salutation polie qui s’envole dans les airs à son encontre tandis que ses prunelles bleues tombent nez à nez avec celle de Ramsey et de sa bonbonne fétiche.

Son regard pue l’envie de soutien et le besoin de conseil, mais… Non. Il a voulu en caser un, il a été coupé, par principe il n’ira pas plus loin. Voilà sans doute pourquoi il n’est jamais invité à ces petites festivités. C’est donc avec sa froideur et son indifférence la plus éloquente qu’il se contente de fixer le blondinet sous respirateur manuel, sous-entendu c’est ta réunion, tu te démerdes. Fallait me consulter avant. Absolument charmant et adorable, entendant alors son fameux padawan proposer du café, du thé, mais se faisant une nouvelle fois coupé. Ces gens sont tous si pressés… D’un mouvement de jambe, Grant vient en passer une au-dessus de l’autre, et voilà qu’il se prend pour Abraham Lincoln lui-même, fièrement installé dans son fauteuil.

On va tous mourir.

L’érudit se fige, lève les yeux et sa barbe sur le blond et vient pincer les lèvres. Tous mourir ? Il hausse les épaules. Maintenant ou plus tard, qu’est-ce que ça change.

« Ca, c’est perspicace, comme entrée en matière. Une véritable révélation, Ramsey. »

Grant, normalement Nolan, Wheeler, conseiller en gestion de conflit à la Willis Tower, charming as ever, pour vous servir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Keira C. Vander

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 3531
❖ Avatar : Candice Accola.
❖ Crédits : Avatar (lunatic café) + Gifs (Tumblr) + CSS signature (disturbed ♥) + Chanson ( Tove Lo - Scream my name )
❖ Multicomptes : Nathaniel L. Jenkins & Lexis H. Gillian
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Ancienne infirmière, reconvertie dans le labourage de la terre... et à présent résidente d'un asile psychiatrique.
❖ Faction : Ancienne Altruiste. Aujourd'hui elle se retrouve chez les Hippies!
❖ Forces & Faiblesses : Elle s'adapte a toute situation. Parle peu mais observe beaucoup. Ment pour se protéger. Sa faiblesse demeure ses proches. Si elle fait souvent preuve d'égoïsme, pour ses proches, elle fait des efforts.
❖ Philosophie : Si tu traverse l'enfer, continue d'avancer.
❖ Playlist : Become the beast - Karilene



MessageSujet: Re: volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE Mar 14 Fév - 12:54


«VOLATILE TIMES»

feat Keira & les érudits


— Jésus ! Qu'est-ce que c'est que ça ?

Petite souillon. Sauvageonne. Tu rampes et tu grouilles parmi les vers. Tu luis par ta disgrâce. Tu brilles par ta folie. Petite friponne. Poupée de cire dont personne ne veut. Tu encaisse les coups. Tu hurles en silence. Comme toujours. Et les cendres de ton amertume s'enflamment et embrasent tes veines. Le brasier de la colère se déploie. Que les portes de l'Enfer s'ouvrent et les engloutissent. Reine de cette damnation, tu restera debout pour le simple plaisir de les voir se dissoudre sous le flot acide de leurs paroles immondes. Et tu bouillonne, petite Keira. Cette colère sourde qui jamais ne te quitte. Et les ombres se déploient. Elles s'enroulent autour de leurs jambes, recouvrent les murs.

— Ça, c'est une idiote triviale et désespérément ordinaire.

Tes claires prunelles se verrouillent sur cette vision horrifique. Le dédain qu'elle t'évoque se lit à travers ton visage crispé par la haine. La vermine grouille et elle est juste en face de toi. Perchée sur son trône de vilenie, elle aspire à l'infamie. Un cancer pour toi. Un cancer pour tout Chicago. Elle siège mais comme plein d'autres, un jour, sa tête tombera.

Qu'on lui coupe la tête. Et sur sa tombe, je danserais. Qu'on lui arrache le cœur. Et avec son sang je célébrerais cette aube nouvelle. Si à ce jour je sauve son âme décrépie, ce n'est que pour mieux l'emmener sur la Vallée de la mort. Et à mes pieds, elle courbera l'échine, un jour. Je te le promet.

— Grant
— Silena.


Ton attention se détourne de cette infamie et ton cœur se consume de cet espoir égoïste. Nolan l'altruiste, l'âme disparue, renaît sous les traits de Grant l'insensible. Et ton cœur se flétrit, enlaidit par la jalousie. Combien de temps encore avant de retrouver Isaac?

— Entrée en scène exceptionnelle, joutes percutantes et apparitions fracassantes. Ça va ? Vous vous sentez mieux ? Face à cette entrée en matière, votre foule intérieure est en délire et vous livre cette flopée d’applaudissements qui vous redore l’estime de soi ? On peut outrepasser le scandale de celle qui n’est pas des nôtres et le fait que je sois le Remi sans famille de la Willis, pour véritablement---
— Si tu veux mon avis…


Et le monde chavire une nouvelle fois. Arrivée inespérée d'un ange aux allures d'amazone. Arizona O'Malley... Tu ne la connais pas directement et pourtant tu ressens cet élan de sympathie. Car elle est une O'Malley. A travers ses veines coule le même sang que Salem... et ton palpitant s'émiette et se disperse dans l'éternel tourment. Ton chemin, à bien des égards, s'éloigne de lui. Alors tu bombes le torse pour donner une meilleure face au reste du monde. A présent, tes sourires assassins ne transpercent que les blessures que tu possède déjà. En ces jours troublés, tu demeure l’infaillible poupée de cire. Aux allures sauvages mais au cœur de lion. Tes deux billes embrasent la foule, dotée d'une assurance que tu ne possède pas. Tu puisses ta force en Ramsey et Arizona, dont leur aura seules suffisent pour te soulever et te supporter. Toi, l'enfant de la folie. Toi, l'erreur de la nature. Toi, l'enfant du néant.

— Bon, et si on passait outre les préliminaires et qu'on entrait directement dans le vif du sujet?
— On va tous mourir…
— Ça, c’est perspicace, comme entrée en matière. Une véritable révélation, Ramsey.


Et tu soupires, exaspérée. Et tu soupires, dépitée. Agacée, ton sourcil se lève et tu prends le temps de les détailler. Cette ville gouvernée par de pareils énergumènes... forcément que tout partait en vrille. A trop se regarder le nombril et à aiguiser leurs langues plutôt que leur bon sens, ils n'étaient pas fichus de voir ce que tu avais vu depuis bien longtemps.

—Qu'il est facile d'user de sarcasmes. En ferez-vous de même quand votre magnifique tour volera en éclat?

Et ainsi, tu introduis le sujet. Bien consciente que si tu n'enchaîne pas, c'est toi qu'on va enchaîner. Tu en viens à te demander pourquoi tu luttes pour sauver leurs peaux. Dans le fond, tu aurais du prendre Ramsey, Arizona et Grant sous le bras et partir loin du feux d'artifice à venir. Et tu songes à tous les autres. Ces innocents qui eux, ne demandent rien. Rien à part la paix. Rien à part survivre quand d'autres jouissent de richesses qu'ils ne méritent guère.

— Je sais de source sûre que Légion ne veut pas seulement la tête de Moïra mais celle du Conseil en entier. Je sais également qu'un nouvel attentat est prévu pour... très bientôt.

Tu anticipes les railleries de la vermine alors tu t'armes de ton dossier que tu remets à Arizona bien que tes billes se verrouillent sur Silena.

Qu'on lui coupe la tête. Et sur sa tombe, je danserais. Qu'on lui arrache le cœur. Et avec son sang je célébrerais cette aube nouvelle. Si à ce jour je sauve son âme décrépie, ce n'est que pour mieux l'emmener sur la Vallée de la mort. Et à mes pieds, elle courbera l'échine, un jour. Je te le promet.

— Quand je dis bientôt, je veux dire dans les jours à venir.

Croisant tes bras sous la poitrine, tu apposes tes fesses contre le bureau et observe Arizona. Dans ce dossier se trouve toutes les informations que tu as compilées au fil des mois. Tu connais, approximativement, les lieux qu'ils ont prévu d'attaquer et quelques noms. Et quand bien même tu as pris de l'avance sur Légion... tu ne pourras rien faire sans eux.

— Pour la plupart, je ne vous approuves pas. Ni votre manière d'être, ni votre manière de faire. Néanmoins, vous êtes l'images de l'Autorité au sein de la ville. La population a subi déjà assez de dommages ainsi et je ne crois pas que voir la tête de Moïra sur un piquet, accompagnées des vôtres, aidera Chicago à se porter mieux. En dépit de nos différents, c'est ensemble que nous devons agir. C'est ensemble que nous devons combattre la menace.




_________________

SCREAM MY NAME.

Breathe in balance and love, I was born on the scene. Now it runs in my blood, yeah you know what I mean. When I'm dead and gone, will they sing about me ? Dead and gone, will they scream my name ? Scream my name.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/myworks/49128984-lily-rose-point-conne

avatar

one choice can transform you
Arizona J. O'Malley

❖ Date de naissance : 14/11/1991
❖ Barge depuis : 07/09/2015
❖ Messages : 816
❖ Avatar : Jennifer Lawrence
❖ Crédits : Avat : Elegiah || Sign & Profil (Gifs & CSS) : Elegiah
❖ Multicomptes : Samuel A. Díaz
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 Ans
❖ Profession : Bras droit des Érudits || Technicienne Informatique
❖ Faction : Erudite (divergente)
❖ Philosophie : Find what you love and let it kill you
❖ Playlist : Cosmic Love - FLORENCE AND THE MACHINE || Meet Me On the Equinox - DEATH CAB FOR CUTIE || A Shadow Fall on Me - GARY NUMAN || The Preacher - JAMIE N'COMMONS || Smokestacks - LAYLA || Animal - XOV || Too Dry To Cry - WILLIS EARL BEAL || Won't Win - FRACTURES



MessageSujet: Re: volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE Jeu 9 Mar - 5:47


Im half asleep I'll rid myself of this war you started
❝You've got a pulse but you seem so heartless || Event Erudits Multiplayer❞




On va tous mourir. Litanie qui ne cesse de nous suivre depuis le premier jour où le monde nous a promis la vie pour mieux nous voir entre ses mains pourrir. On va tous mourir. Et il ne sert plus à rien de courir. On va tous mourir. Vérité qu'étrangement à l'aube du dernier jour j'accueille avec le sourire. Alors prend tout, mon esprit, mon corps et mon âme. Fais en ton armure de titane, ton mur protecteur de l'avide ombre profane, ta lance à la lumière diaphane, ton bouclier et ton glaive rempart à tous tes drames. Et en le silence qui ici règne, le regard tranquille je t'observe. Fière face à la tempête qui se lève, je vois pourtant la rage qui meurtrit et coud secrètement tes lèvres. Poupée de cire que le monde ravage, dans les flammes de l'outrage tu renais et deviens symbole de nos folies et miroir de nos enivrants carnages. Et pourtant, fière face à la tempête qui se lève, je la vois ta langue se délier et tes lèvres, source de vérité se desceller en un ultime élan de courage. Je n'accorde aucun regard aux autres, pas même à Grant qui vient de prendre parole et tout du long, mes céruléennes restent vissées sur toi et uniquement toi, car tout comme moi, tu sais qu'il est l'heure de la fin des rois et que bientôt c'est l'empire lui-même qui de tout son faste à nos pieds s'écroulera. Et à genoux tous tomberont face la première contre la boue maculée du sang qui à la coupe des dieux les abreuvera. Fous, fous, fous, ils ne comprennent toujours pas. Sourds, sourds, sourds, ils ne t'écoutent pas. Alors dis-moi Keira, dis-moi quand viendra pour nous le temps de paix promit au nom de ces autres qui ne nous entendent pas, car vois-tu il y a toujours ces tambours de guerre qui au loin inlassablement chantent et résonnent pour toi et moi. Un, et voilà ton coeur qui avec bravoure bat. Deux, et ainsi rugit en un ultime râle le mien devenu si las. Trois et c'est pourtant en son nom que haut dans le ciel s'élèvera ma main et contre tous ses ennemis pour la toute dernière fois aveuglément s'abattra. Je l'entends rugir le chaos qui vague après vague ne fait que nous engloutir au rythme des murmures et des impénétrables soupirs. Je m'empare du dossier que tu me tends, l'analyse sans dire un mot, emmagasine la moindre information que j'imprime automatiquement en un recoin de mon esprit, telle la machine infernale que je suis et que rien ne détourne de son objectif initial.

Elle n'est qu'un rouage, une marionnette au fil d'or et pourtant rongé par le trouble et l'âpre des âges. Il y aura toujours un fou pour prendre sa place et aucune tête couronnée ne saura rendre à la terre sa splendeur ni même sa grâce, car alors que l'ombre de Moira Rosenbach entre nos mains d'un souffle devenu volute de fumée instantanément s'efface, voilà qu'au travers de ses reliquats argentés se profile une nouvelle menace. Descendante direct de ces entrailles putréfiées, monstre à la sordide lignée, des démons il se fait le souffleur inné. Légion, l'ancestral répudié au nom du père qu'il ne cesse de dévisager. Il est de ce mal que l'on connaît que trop bien et à la fois cet indicible que l'on ne peut nommer, invisible aux yeux des hommes, il demeure le redouté conseiller qui s'étend au travers d'une myriade sous le regard désenchanté d'une armée angélique qui ne fait que le fouler du pied. On va tous mourir, et cela ne prendra jamais fin. On va tous mourir et nous le savons, il ne sert plus à rien de courir. On va tous mourir, et je continue malgré tout à lui sourire. J'observe les hypothétiques angles d'attaques, dresse en mon esprit une ébauche de parade et point de sécurité qu'il nous faudra verrouiller, reconnais dans ton fichier quelques noms qui étaient confinés en les documents de la présidente et qui étaient tout aussi liés à Légion qu'à différents projets classés top secret. Et soudain elle hurle de nouveau, la rage avide de cette liberté pour laquelle j'ai tout sacrifié et que l'on veut de nouveau m'arracher alors qu'on ne l'a même pas encore véritablement gagné. Non, ça ne peut pas arriver. Pas encore, nous sommes arrivés trop loin pour de nouveau plonger en ce puits de ténèbres qui opprime et nous asphyxie de ses promesses couchées sur un lit de baiser funèbre. Alors qu'il sombre ce monde à vomir, jamais ils ne m'emporteront poings et pieds liés, enchaînée et asservis à une société en laquelle nous ne faisons que doucement crever. C'est debout, tête levée et échine dressée que je ferais face à tes côtés à ce fléau prémices à notre jugement dernier. Je connecte ma tablette à un module de projection que j'extirpe de mon sac puis diffuse un plan de la ville couplé aux données que j'ai rassemblé de mon côté via le disque dur de Moira, ainsi qu'a celles que tu as recueilli et que je viens tout juste de scanner à l'aide d'un dispositif portatif. Pas plus grand ni épais qu'un stylet, le lecteur envoie en temps réel les nouvelles informations et des points rouges apparaissent au fur et à mesure sur la carte de Chicago, mettant ainsi en évidence les positions d'attaques supposées :

- En rouge sont affichés tous les hypothétiques points d'attaques trouvés par Mlle Vander, ceux en orange sont ceux que j'ai moi-même rassemblé grâce aux informations collectées auprès de Mlle Rosenbach et ceux en jaune sont des zones dites sensibles classées niveau de priorité 3. Si l'on observe le positionnement des attaques supposées, tous se situent à peu près dans un même périmètre, il nous est donc possible d'effectuer un quadrillage de sécurité tel que celui que je viens de faire apparaître, ici, à titre indicatif en bleu.

Haussant un sourcil et observant à la volée mes confrères érudits :

- Et pour ceux qui demeurent encore sceptiques, sachez qu'elle dit vrai et que Ramsey n'est pas si loin de la vérité. On va tous mourir, dans un ordre plus ou moins prédéterminé s'entend mais, on va clairement tous y passer si on continu à brasser de l'air comme on le fait.

De deux tapotements sur la tablette, je fais surgir les noms récupérés par tes soins, affiche ces derniers ainsi que leurs photos liées à une courte biographie des différentes personnalités qui nous sont alors présentées et dont les portraits flottent aux endroits stratégiques de leurs sièges au sein de la ville.

- Nikolaï Lazarev, Altruiste. Adrian Jaden Moore, Sincère. Abel Jackson, Audacieux. Jolyn Nelson, Fraternelle. Jillian McAdams, Erudit. Davon Drew Williams, Sincère.

Je calibre un instant la projection, lorsque progressivement apparait un visage des plus familiers juste au-dessus de la Willis Tower :

- Silena Margaery Eastwood, Erudit.

Je me redresse un instant, m'empare du dossier que tu m'as remis, l'envoie à Silena en le lançant d'un geste mesuré, ce dernier retombe lourdement et finit par glisser de quelques centimètres sur la table de verre avant d'achever sa course face à la brune incendiaire.

- Maintenant que ton nom fait partie des cibles potentielles de Légion, peut-être te sentiras-tu davantage concernée par l'acte qui se joue entre ces murs.

Je redépose mon attention sur toi, laissant mes sentinelles de givres glissées de tes traits à ceux de Ramsey en quelques battements de paupière avant de revenir s'ancrer en tes deux perles d'émeraude et de te confesser :

- Malheureusement, j'ai bien peur que Légion ne soit pas le seul problème que nous ayons à gérer. La présidente, Mlle Rosenbach a décidé de se rendre aux autorités et laisse donc vacant son poste.

Toujours debout, je balaye le reste de l'assemblée du regard, prends soin de plonger mes célestes azurées en chaque prunelle qu'il m'est donné de croiser, liant ainsi à la fois nos cœurs, nos âmes et nos destinées durant ce fugace instant de sincérité :  

- Nous savons tous ce que cela veut dire, la chute de la présidente en entraînera une centaine d'autres, et là est bien la dernière volonté de Mlle Rosenbach. Faire tomber avec elle tous ceux qui ont gangrené la ville afin de restaurer en les murs de cette cité l'équité et de laisser enfin éclater la vérité quant aux véritables agissements de nos dirigeants.

Je charge de nouvelles données depuis la tablette, fait apparaître dans une autre projection des renseignements concernant le groupuscule des Activistes, ainsi que la lettre intégrale de Légion envoyée à Moira, suivi de quelques bribes d'informations concernant le projet Oblivion et le projet Equilibrium.

- Et cela n'est rien comparé à tout ce que contenait l'ordinateur de Mlle Rosenbach, ce ne sont que les documents les plus intrinsèquement liés à Légion. On peut y voir les notes concernant le rôle des divergents au sein de la société, leur place dans le project Equilibrium, l'attrait que leur porte Légion. Mis bout à bout, tous ces éléments nous portent à croire que les divergents sont la clef de cette nouvelle guerre qui se prépare en coulisse…

On va tous mourir. Litanie qui ne cesse de nous suivre depuis le premier jour où le monde nous a promis la vie pour mieux nous voir entre ses mains pourrir. On va tous mourir. Et il ne sert plus à rien de courir. On va tous mourir. Et à la mort avec force je continue de sourire. Ô poupée de cire qui devient d'acier face au malin, je te contemple prendre place en son échiquier carmin, car toutes deux le savons, toute cette folie ne prendra jamais fin. Alors prend tout, mon esprit, mon corps et mon âme. Fais en ton armure de titane, ton mur protecteur de l'avide ombre profane, ta lance à la lumière diaphane, ton bouclier et ton glaive rempart à tous tes drames. Ô Poupée de cire que le monde ravage, c'est dans les flammes de l'outrage que tu renais et deviens symbole de nos folies et miroir de nos enivrants carnages car fières face à la tempête qui se lève, nous nous dressons au-dessus des obscures mirages pour de nos deux mains brandir l'étendard de lumière en ce ciel devenu bien trop noir en signe d'ultime élan de courage. Et il tremble cet empire qui de tout son faste bientôt à nos pieds s'écroulera car, voilà qu'enfin ils le voient, c'est à genoux que tous tomberont face la première contre la boue maculée du sang qui à la coupe des dieux en cet instant les abreuve et en l'éternité les abreuvera. Mais dis-moi Keira, dis-moi, quand cessera de résonner pour nous l'aliénante symphonie du combat, car vois-tu il y a toujours ces tambours de guerre qui au loin inlassablement chantent et de leur déchirant battement tonnent pour toi et moi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE

Revenir en haut Aller en bas
 

volatile times ✤ ÉRUDITS ET LA FRATERNELLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Summens Times] Parutions
» [projet de guilde] Le cercle des érudits
» L'Amakna Times
» Première page du journal de LA Times.
» Social Network Times - Edition Spéciale - "Par Jason Anderson"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › Downtown :: Willis Tower-