Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 city at war ✤ KEIRA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 838
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: city at war ✤ KEIRA Jeu 15 Déc - 3:36


❝ A sinner's son insane ,
feat. Keira C. Vander & Ramsey A. Dallas. ❞




SUITE DE : (...) feel the fade.
Deux semaines écoulées depuis...

Où et quand est-ce que la terre a commencé à mal tourner ? Où sont passés les Hommes idéalistes, dans ce monde d’hommes matérialistes qui se content de monter dans un train en marche sans savoir d'où il vient et où il part ? Où est passé le Savoir, dans ce monde de matériel humain et son perfectionnement purement technique ? Dois-je trouver cela rassurant de consentir au fait que je suis en vie grâce à une machine ? Il y a de cela deux semaines et des poussières, des édifices se sont effondrés et un train en flamme a menacé de tous nous tuer.

Où et quand est-ce que la terre a commencé à mal tourner ? Déchus des époques de christianisme, dont l’emblème était un moribond planté sur une croix, notre monde matérialiste tend à étancher son calvaire au travers des médias, alors que les toubibs prescrivent des médicaments pour soulager les traumatisés, tandis que dans les églises les prêtres clament Quête pour survenir en aide aux sinistrés. Athée, idéaliste ou religieux, la vérité est que nous sommes tous dépendant de la matière. Sexe, drogue, argent, alcool, la Foi contre la Science qui elle lutte contre le Rien. Voici où nous sommes, mes bons, au fil des siècles abracadabrantesques !

Dois-je trouver cela rassurant de consentir au fait que je suis en vie grâce à une machine ? Dois-je trouver cela rassurant de consentir au fait que je suis en vie… tout simplement ? Je me suis levé, ce matin, un pied dans la tombe, comme à tous les matins : douché, rasé et la tignasse cimenté de gomina. Le costar que j’ai sur le dos, comme à tous les jours, est taillé sur mesure et me sied à merveille la silhouette. Bombonne d’oxygène sous le bras, j’ai quitté mon appartement de luxe, pour aller terrer mon cul de poule de luxe dans un prestigieux édifice qui arbore un style et décor de science-fiction digne d’un blockbuster américain. Mon univers est doré d’or, ma carrière est dorée d’or, mais la vérité est que tout ce qui m’entoure ne demeure que du matériel, qu’il ne suffirait que l’on m’arrache cette lunette nasale, pour que je m’écroule raide mort sur la moquette de mon bureau et salope son chic textile en me vidant dessus. Mais ça ne se produira pas et je rentrerai chez-moi, blasé, cerné, épuisé, me brancherai sur le Net, me ferai chier, materai un porno pour me désennuyer, m’endormirai dessus… pour me réveiller lendemain matin et reproduire exactement le même schéma.

- Nous sommes à la phase finale des préparatifs, monsieur Dallas. Nous pouvons relever de leurs cendres nos gratte-ciels, le train et son chemin de fer. Nos buildings, ils seront encore plus hauts et plus beaux. Le train, plus écologique et sa trajectoire moins encombrante dans la ville. Des complexes comme jamais bâtis auparavant. C’est un projet tant attendu et de grandes envergures. La gare du nouveau train, son chemin de fer, si nous expatrions les habitants du Old Town…

- Dehors. Sortez immédiatement de mon bureau.

- Monsieur Dallas, n’avez-vous pas fait les calculs et bilans ?

- Non. Je ne touche plus à ces conneries.

- Pourquoi avoir arrêtez les schémas mathématiques ?

- Parce qu’il n’y a plus aucune logique.

- Mais.

- Sortez. Maintenant.

Où sont passés les Hommes idéalistes, dans ce monde d’hommes matérialistes qui se content de monter dans un train en marche sans savoir d'où il vient et où il part ? Où est passé le Savoir, dans ce monde de matériel humain et son perfectionnement purement technique ?

Le petit boutonneux-binocle ramasse ses merdes et quitte à la hâte mon bureau. Affaissé sur mon siège, de ma main libre je m’empoigne la nuque, comme si j’avais crainte qu’elle ne tienne plus par elle-même et ferme un moment les yeux.

Où et quand est-ce que la terre a commencé à mal tourner ?

Logique. Il n’y a plus aucune logique.

Athée, idéaliste ou religieux, la vérité est que nous sommes tous dépendant de la matière.

Ma matière à moi ? C’est ce verre de cristal que je remplis de bourbon et avale quasiment cul-sec.

Logique. Il n’y a plus aucune logique…

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Keira C. Vander

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 3497
❖ Avatar : Candice Accola.
❖ Crédits : Avatar et gifs(lunatic café) + CSS signature (disturbed ♥) + Chanson ( Demon hunter - The last one alive )
❖ Multicomptes : Nathaniel L. Jenkins & Lexis H. Gillian
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Ancienne infirmière, reconvertie dans le labourage de la terre... et à présent résidente d'un asile psychiatrique.
❖ Faction : Ancienne Altruiste. Aujourd'hui elle se retrouve chez les Hippies!
❖ Forces & Faiblesses : Elle s'adapte a toute situation. Parle peu mais observe beaucoup. Ment pour se protéger. Sa faiblesse demeure ses proches. Si elle fait souvent preuve d'égoïsme, pour ses proches, elle fait des efforts.
❖ Philosophie : Si tu traverse l'enfer, continue d'avancer.
❖ Playlist : Become the beast - Karilene



MessageSujet: Re: city at war ✤ KEIRA Dim 18 Déc - 3:09

City at war.

feat Ramsey


Ce monde malade ne cesse de t'achever et pourtant, tu persistes à vouloir le sauver. Ce monde malade ne cesse de te rejeter et pourtant, tu persistes à vouloir le sauver. Pourquoi, jolie poupée? Pourquoi lutter contre un système qui n'a fait que te bafouer? A quoi bon continuer? A quoi bon... cette ville t'a tout pris. Ton humanité. Ton innocence. Ton fiancé. Tout. Même Salem. Tes poings se compriment. Ta mâchoire se contracte. Ne surtout pas succomber à tes vieux démons. Ne surtout pas céder à la colère. Tu t'es donnée une mission... Tu as sacrifié bien des choses pour la mener à bien. Alors tu refuses de tout laisser tomber. Tic. Tac. Le chrono s'enflamme. Tu n'a guère le temps de rêvasser. Tic. Tac. Le temps, notion abstraite et pourtant virulente.

Tes claires prunelles scrutent les alentours, impatiente. Sentiment d'urgences qui te prends aux tripes. Une urgence bien réelle. Tes instincts les plus basiques t'ordonnent de courir jusqu'à ton objectif. Ce besoin de te défouler, ce besoin d'aller vite. Pourtant, tu le sais bien, tu n'y seras jamais à temps. Alors tu prends ton mal en patience et lorsqu'enfin tu vois la voiture débouler, un soupir de soulagement franchit la barrière de tes lèvres. L'engin s'arrête devant toi et tu le contournes pour y balancer ton sac de sport. Seulement après, tu prends place dans l'auto. Au volant, Savannah hésite entre te prendre dans ses bras ou démarrer sans plus attendre.

— J'ai failli attendre, que tu râles.

Inconsciemment, tu réponds à ses doutes et elle démarre.

— Excuse-moi, mais contrairement à ce que tu sembles croire, il n'est pas évident de se procurer une voiture.

Tu abdiques et tournes ton regard vers l'horizon. Tu ne la remercies pas assez, tu en prends conscience. Tout comme tu te sacrifiais pour Salem, elle se sacrifie pour toi.

— Désolée.

Un gouffre semble s'installer entre vous deux... Es-tu en train de la perdre? Cette perspective t'effraie et te soulage en même temps. Pour sa sécurité, tu te dois de l'éloigner de toi. Ce dernier sera le dernier que tu lui demandera... le dernier et ensuite, tu mettra fin à votre collaboration. Il n'y a que comme ça que tu la protégera, qu'importe ce qu'elle en dira.

Arrivée dans l'arrondissement des Erudits, tu l'aiguilles sur la route à prendre. De façon stratégique, tu la guide dans un coin isolé. Une fois assurée qu'il n'y ai personne d'autres que vous, tu commences à te changer. Si tu dois te rendre à la Willis Tower, tu te dois d'être un minimum présentable, n'est-ce pas? Tu ne veux pas prendre le risque d'être refoulée pour un détail aussi insignifiant. Enfilant donc un tailleur noir, tu prends également les documents que tu as subtilisé durant ton séjour à l'hôpital.

— Souhaite moi bonne chance, que tu souffles à Savannah.

L'Audacieuse, pour toutes réponses, te prends dans ses bras. Bien que le geste te surprends, tu te laisses aller et l'enserre également. Malgré l'urgence de la situation, tu t'accordes quelques secondes dans ses bras. Mais pas plus. Tu te recules et sans un mot de plus, tu t'éloignes.

Déterminée et rapide. Chacun de tes pas sont ponctués par le cliquetis caractéristique de tes escarpins. Des fausses lunettes sur le nez et un chignon élégant en guise de coiffure, tu pénètres à la Willis Tower... L'endroit que tu hais le plus au monde. Celui qui te terrifie le plus, après l'hôpital psychiatrique. Tu te diriges vers l'accueil et arbore ton sourire le plus poli.

— Bonjour, que puis-je faire pour vous? t'interroge la secrétaire.

— Bonjour, j'ai rendez-vous avec Monsieur Ramses Dallas, s'il vous plait.

La secrétaire, de son sourire également le plus poli, pianote sur son ordinateur. Ses sourcils se froncent, puis relevant les yeux vers toi, te donne une réponse qui ne te plait guère.

— Désolée, nous n'avons aucun Ramses Dallas dans nos locaux.

Ton sourire se congestionne.

— Mais nous avons un Ramsey Dallas.

Et cette cruche, tu l'étrangles maintenant... ou maintenant? Tout tes espoirs se fondent sur ton entretiens avec Monsieur Bonbonne! Elle ne pouvait pas commencer directement par cette information? Tu ravales ton envie de l'étriper et prends ton air de blondinette.

— Ah oui, c'est vrai! J'ai tellement de rendez-vous en ce moment, les noms et les prénoms ont parfois tendance à se mélanger! J'ai rendez-vous avec lui.

— Vous êtes?

— Madame Bovary.

— Je ne vous vois pas inscrite sur son agenda.

Hum hum. Ton envie de meurtre toujours là, tu prends malgré tout sur toi. Tu grimaces, regardes un peu autour de toi et finis par te pencher vers elle.

— Je ne devrais pas vous dire ça mais... Comment vous dire... J'ai "rendez-vous" avec lui. D'habitudes on se voit à l'hôtel mais avec son état de santé qui se dégrade... il semble vouloir varier les situations et les endroits. Comprenez que ce n'est pas le genre de rendez-vous qu'on note sur un agenda professionnel. Là où je me sens idiote, c'est que je n'ai aucun souvenir de l'étage où il travail...

Soudainement embarrassée, les joues de la secrétaire se mettent à rougir alors qu'elle te bafouille l'étage et le numéro de son bureau. Bingo. Tu la remercie et t'empresse de prendre l'ascenseur. Tu ne peux t'empêcher de déplorer la facilité avec laquelle tu as pénétré les locaux. Au vu de la situation, tu les pensais d'avantages consciencieux sur les personnes entrant. Une fois rendu à l'étage, tu t'élances dans les couloirs, pareil à une furie. Du temps, tu n'en a pas à perdre. Sur ton chemin, tu bouscules un petit binoclard mais ne prends guère le temps de t'excuser.

Sans préambule, tu pénètres à l'intérieur du bureau et refermes la porte à l'aide de ton pied. Et toujours sans un mot, tu t'avances jusqu'au bureau et y balance ton dossier contenant toutes les informations que tu as sur le sujet.

— J'ai besoin que tu me crois...



Made by Lunatic Café


_________________

THE LAST ONE ALIVE.

Did anyone survive? I swear I heard your voice beyond this side. Does anyone still try? Does anyone still hope to set their eyes beyond this place? Where angels fall and darkness reigns. Where time dissolves the brightest flame.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/myworks/49128984-lily-rose-point-conne

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 838
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: city at war ✤ KEIRA Mar 20 Déc - 13:27


❝ A sinner's son insane ,
feat. Keira C. Vander & Ramsey A. Dallas. ❞



- Euh. Monsieur Dallas ? Je voulais simplement vous aviser que votre rendez-vous est en chemin.

La voix mielleuse qui jaillit de la machine résonne dans le silence mortuaire de mon bureau. Au travers de cette voix mielleuse, je peux presque y imaginer le sourire gredin qui vient avec. Mais quel est donc ce comportement tendancieux et bourrelé de sous-texte que je ne comprends point ?

- J’annule tous vos entretiens ou votre emploi du temps vous le permet ?

Elle a trop sniffé de colle ou quoi ? Bordel, Scarlett me manque et terriblement.

- Annulez rien, Mandy.

- Mon nom, à moi, c’est Ciny.

Ouais, c’est ça et je m’en secoue le jambon comme la tombée de ma première dent de lait. C’te réceptionniste, je vous le dis, mes bons ! Blasé que davantage, j’avale plusieurs rasades d’alcool, le liquide ambré me brûlant littéralement l’œsophage et retombant dans mon estomac pour me rappeler que j’ai la vessie dans les talons  et qu’il serait comme qui dirait propice à ce que j’aille visiter le petit coin. L’ombre de cette pensée m’effleurant à peine l’esprit, que la porte de mon bureau s’ouvre à grande volée et laisse jaillir une jolie blonde à l’air plutôt familier.

- Sacrebleu, mais vous êtes qui vous ?

- C’est madame Bovary, monsieur Dallas… votre… rendez-vous

Mais que ce passe-t-il, Lucile ? Elle est toujours là, cette connasse de secrétaire ? Une intuitive œillade sur mon fixe et je réalise que l’appel est toujours en marche. D’un index de manant, j’appuie sur le bouton « raccrocher » et ramène mes dubitatives opalines sur mon invité mystérieusement familier. Chignon. Tailleur noir. Louboutin. Lunette. Non, cette fille qui vient de rentrer dans mon bureau avec l’enthousiasme de ce morpion qui saute d’une paire de couilles à l’autre ne me dit absolument rien et cette envie de pisser qui m’empêche de rabibocher mon esprit dans le bon ordre. Dur contact avec la réalité lorsque je vois rebondir sur mon bureau un dossier bien garni et que la voix de la jolie blonde trouve enfin le chemin jusqu’à mon organe auditif et se fraye un chemin jusque dans le tréfonds de mes souvenirs.

Il faisait froid, nous étions plongés dans la pénombre d’une ruelle crade, un cadavre gisait à ses pieds, elle était décoiffée et arborait un comportement digne d’un membre de la Addams Family.

- Mademoiselle Vander !

- Euh, non, monsieur Dallas, c’est Bovary… vous savez…. Votre rendez-vous ?

Mais elle est encore là, elle ? Agacé au point d’empoigner mon fixe et le propulser contre le mur… une fois ceci fait, je me lève de contre mon siège en cuir, contourne mon aire de travail, reboutonne le bouton de mon veston, bombonne d’oxygène sous le bras, et viens à la rencontre de ma partenaire de crime… outrepassant mon envie de pisser, le petit malaise de la dernière fois qu’on s’est rencontrés, je viens écraser mon cul sur le coin de mon bureau et jette enfin un œil sur le dossier qu’elle m’a catapulté à la gueule. En diagonale, je zieute les paragraphes, découvre que se sont des archives de l’aile psychiatrique de l’hôpital Wrigley, ne trouve point surprit le fait que mademoiselle Vander en soit une pensionnaire et en viens à vouloir me servir un autre verre de Whisky lorsque mes mirettes d’érudit concentré tombent sur le clou de cet entretien pas tout à fait conventionnel.

- Nom d’un chien !

Allan Whitmore. Hares Leatherman. George Kurzick. Trois noms qui ont fait jaser ces derniers jours. Après l’attentat, lors du recouvrement des corps dans les décombres, les légistes ont récupérés les restes calcinés des trois kamikazes qui se sont fait sauter dans les buildings. Whitmore, Leatherman et Kurzick figuraient dans la liste suspecté d’être non seulement les auteurs de ce massacre, mais aussi d’être des membres affluant à la nouvelle résistance face au Conseil : Légion.

- Ils… ils étaient internés au Wrigley ?

Je consulte leurs dossiers, des individus qui possèdent tous une araignée dans le plafond et étaient portés disparus depuis plusieurs mois à l’hospice. J’ai soif… vraiment soif tout à coup. Je tends mon verre à mademoiselle Vander, attrape ma bouteille de fort et en bois de généreuses lapées.

- Je te crois. C’est dingue, mais je te crois. Mais pourquoi tu me montres tout ça ? Tu veux que je fasse quoi ? Comment t’as eu ces dossiers et surtout… où tu veux en venir ?

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Keira C. Vander

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 3497
❖ Avatar : Candice Accola.
❖ Crédits : Avatar et gifs(lunatic café) + CSS signature (disturbed ♥) + Chanson ( Demon hunter - The last one alive )
❖ Multicomptes : Nathaniel L. Jenkins & Lexis H. Gillian
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Ancienne infirmière, reconvertie dans le labourage de la terre... et à présent résidente d'un asile psychiatrique.
❖ Faction : Ancienne Altruiste. Aujourd'hui elle se retrouve chez les Hippies!
❖ Forces & Faiblesses : Elle s'adapte a toute situation. Parle peu mais observe beaucoup. Ment pour se protéger. Sa faiblesse demeure ses proches. Si elle fait souvent preuve d'égoïsme, pour ses proches, elle fait des efforts.
❖ Philosophie : Si tu traverse l'enfer, continue d'avancer.
❖ Playlist : Become the beast - Karilene



MessageSujet: Re: city at war ✤ KEIRA Jeu 22 Déc - 16:15

City at war.

feat Ramsey


Poupée insignifiante. Une âme errante parmi tant d'autres. Ton visage de porcelaine, facilement oubliable, n'a su marquer l'esprit de cet érudit. Tu encaisses sans un mot, habituée à n'être qu'une silhouette. Un souvenir qu'on dissipe bien trop rapidement. Tu n'attendais rien. N'espérais rien. Alors pourquoi te sens-tu aussi froissée? Ton sourcil se hausse, démontrant ta perplexité. Lui était-il commun d'abriter une criminelle? Tu te questionnais mais dans le fond, quelle importance. Tu n'es qu'un souvenir. Furtif et insipide. Seule ta voix le ramène à toi. Ta voix... arme de destruction. Jeteuse de maléfices. Inconsciemment, tu appose ta main sur cette gorge assassine. Tes doigts effleurent ton derme opalin avec le désir inassouvie de t'arracher les cordes vocales. Mais les ombres sont là. Elles te surveillent, te guettent et te rappellent à l'ordre. Ton nom résonne.

Ton regard navigue entre la bombonne d'oxygène et l'érudit. Combien de temps? Combien de temps avant que la lame tranchante de la faucheuse ne le débauche? Cette question te taraude l'esprit alors qu'il propulse le téléphone contre le mur. Surement peu de temps. Sans broncher, sans bouger, tu attends, tes claires prunelles braquées sur lui. Ton estomac joue les montagnes russes. Les ombres s'allongent, toujours plus omniprésentes et tu sens cette douleur à l'arrière de ton crâne. D'impitoyables coups de burin se jouent dans ton esprit et tu serres des poings. Pas maintenant.

— Nom d’un chien ! Ils… ils étaient internés au Wrigley ?

En guise de réponse, tu hoches de la tête et t'empares du verre qu'il te tend. Ton regard dévie sur cette liqueur enflammée. Tentation de tout les diables et tu cèdes, faible petite chose. D'une traite, tu laisses le liquide enflammé tes cordes vocales et réchauffer ton estomac pour mieux le mettre en vrac. Toi qui désirais garder les idées claires en ces eaux troubles... Tu te vautres incroyablement bien. Toutefois, tu n'es guère pire que ton interlocuteur. De nouveau perplexe, tes sourcils se rejoignent. Tu es venue demander son aide, alors tu espères vraiment ne pas devoir lui tenir sa bouteille d'oxygène pendant qu'il recrachera ses tripes sur la moquette. Soudainement assaillie de question, tu lâches un soupir et viens poser ton derrière contre le bureau. Côte à côté, tu tournes ton visage fatigué vers lui.

— Je n'ai personne d'autres vers qui me tourner, à part toi. Parmi mon entourage, tu es la personne la plus proche du Conseil. Et la plus crédible.

Avec délicatesse, tu lui prends sa bouteille de fort des mains. Non pas pour l'engloutir mais pour la reposer sur le bureau, loin de lui.

— Même si mon séjour en psychiatrie était volontaire, ça reste quand même un handicap pour moi... et je t'avoue ne pas savoir comment approcher le Conseil. Je dois absolument les prévenir, Ramsey. Ce n'est pas seulement Moira qui est menacé mais tout les membres du Conseil.

La fatigue tire soudainement les traits de ton visage. Tu le ressens, cette lutte n'es point terminé... et pourtant, tu te sens déjà au bout du rouleau. Tellement lasse, tu retires tes fausse lunettes et te pinces l'arrête du nez.

— Une nouvelle attaque est prévue.

La bombe est lâchée. Tu te redresses, allant te placer face à lui.

— Bientôt. Je ne sais pas quand, mais bientôt. Prochainement... Il faut les prévenir. Je ne te demandes pas de le faire à ma place, si jamais je me trompe ça pourrait te coûter ta place...

Mais au moins tu serais à l'abri...

— Contente toi de m'obtenir une réunion avec eux. S'il-te-plait.



Made by Lunatic Café


_________________

THE LAST ONE ALIVE.

Did anyone survive? I swear I heard your voice beyond this side. Does anyone still try? Does anyone still hope to set their eyes beyond this place? Where angels fall and darkness reigns. Where time dissolves the brightest flame.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/myworks/49128984-lily-rose-point-conne

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 838
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: city at war ✤ KEIRA Ven 23 Déc - 21:41

TO BE CONTINUED
sujet terminé & verrouillé.

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: city at war ✤ KEIRA

Revenir en haut Aller en bas
 

city at war ✤ KEIRA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Panel 6 boutons Astro City
» Converter Sega Naomi V2 et écran Astro City?
» City Life sur Macbook ?
» Génération City passe à la taille XL !
» [Vends] Versus City, Systeme Taito Ty X2, kof xiii et ssfae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › Downtown :: Willis Tower-