Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 dollhouse ✤ THURSDAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Charlize E. Flores

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 15/07/2015
❖ Messages : 1459
❖ Avatar : Odette Annable.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente balais.
❖ Profession : Dirigeante des Sans-Faction, stripteaseuse dans un nightclub crade chez les SDF et membre de la résistance.
❖ Faction : Sans-Faction, comme une grosse merde. (Ex Sincère, née Altruiste.)
❖ Forces & Faiblesses : Un glorieux mélange d’alcoolisme trop assumé et une poisse légendaire.
❖ Philosophie : Don't be a drag just be a queen.
❖ Playlist : LENKA - everything at once. FLORENCE + THE MACHINE - shake it out. THE KILLS - cheap and cheerful. SIA - alive. BISHOP BRIGGS - be your love.



MessageSujet: dollhouse ✤ THURSDAY Jeu 8 Déc - 14:28


❝ Picture, smile for the picture ,
feat. Thursday Thunder & Charlize E. Flores. ❞



- Tu dois voir un médecin, Ofelia.

Assise à cette table déglinguée qui me sert de loge, mes nuits immortelles viennent observer mon reflet dans le miroir. Blême, cernée, maigre et sombre chevelure hirsute. J’ai l’air malade et pas tout en fait en santé, je dois le reconnaître. Plus les jours passent et mieux mon état de santé se détériore. Re-sombrer dans les affres de l’alcool pour y noyer mes pleurs et ma frustration, ce n’est pas une bonne idée. Ça aussi… je le sais.

- Trois fois, cette semaine, Ofelia. Tu es tombée dans les pommes à trois reprises ! Ne me fait pas le coup de la fatigue accumulée, plus personne n’y croit. Qu’est-ce qui t’arrive ? D’où viennent ces cicatrices ?

- Ne me fais pas la morale, Dixie ! Et laisse couler, s’il te plait, que je m’entête, prenant mon pot de fond de teint pour me saupoudrer et légèrement faire disparaître cette lividité cadavérique. Sans succès. Plus je me maquille ; mieux je ressemble à un travelo de macadam. Encore, le travelo de macadam est une bombe sexuelle à côté de moi !

- Tu n’as pas choppé le virus qui touche les Fraternels ?

- Non.

- Mais explique-moi ce qu’il se passe. Nom d’un chien ! Même notre patron se fait du souci pour toi ! Tes précieux clients se rongent les sangs à ton sujet !

Tu parles, Karl ! Ils ont peur de chopper une ITS, parce qu’ils me pensent être une pouponnière à germes. Pour l’hygiène de ma vie sociale inexistante, j’enfouis ce commentaire au plus profond de moi et me demande ce que je peux faire pour masquer ces cernes violacés qui se creusent sous mes yeux. Je ne peux pas terrer ma figure de SDF malade sous 10 kilos de fioritures, je risquerai d’y mourir asphyxiée !

- Tu dois voir un médecin.

- Jamais dans cent ans !

✤ ✤ ✤

Saleté de machine distributrice à la noix ! Nous la gavons de pièces et elle n’est pas fichue de nous donner ce sachet de Skittles ! Ils sont à moi. J’ai payé pour ça alors rends les moi ! Un zeste de gorgone me coulant dans les veines, à pleines paumes, j’empoigne les rebords de la machine et commence à la secouer comme une dégénérée. Avec mes petits bras de mouche, c’te lourde conasse bouge à peine d’un iota et mes Skittles reposent sagement sur leur présentoir. Grrrrr !

- Pardon, mademoiselle.

Toujours apprêtée à ma mission impossible, c’est à peine si j’ose dévisager celui qui s’adresse à moi : petit, barbu, yeux vitreux, décoiffé et vêtu de la fameuse nuisette qui nous offre une splendide vue sur son velu fessier tout flapi.

- Mon ami et moi, on se demandait si vous n’aviez pas envie de jouer une partie de cartes avec nous ?

Il se gratte l’entre-jambe, renifle et vient regarder une table aux sièges vides. Tout sourire, il opine du bonnet et repose ses petits yeux de bébé chaton sur moi.

- Mon ami serait ravi de jouer avec vous.

Ami ? Quel ami ? Sceptique, je viens regarder la table, y vois un paquet de cartes, mais pas l’ombre d’un ami.

- Votre ami, dites-moi, il est où ?

- Hahahahaha ! Elle est drôle. N’est-ce pas, Turbo ? Oui, je suis d’accord avec toi, elle ressemble à une extraterrestre. Mon ami il est là, juste à côté de vous !

Nom de Dieu ! Soit ce petit homme est complètement barge ou soit il a des dons de médium complètement ignorés. À savoir où je me retrouve, je me penche sur la première option. Polie, je lui souris poliment et lui fais comprendre que je ne suis pas intéressée… ceci dit en toute politesse, qu’on se le dise ! Mais le petit homme insiste !

- Vous êtes nouvelle ici, n’est-ce pas ?

- Visite. Je suis en visite.

- Pourquoi ?

Parce qu’en voyant le toubib, qui m’a référé à un neurologue, il a décidé que mon cas serait mieux étudié parmi-vous, les fous ! Dire à un spécialiste de la santé qu’on a une puce dans la tête, c’est pas le moyen le plus approprié pour ne pas vous faire prendre pour une cinglée.

- Parce que j’adore le parfum de vos couloirs. Antiseptique et sueur, bouarf, c'est mon dada !

- À vous aussi ? Bon sang, moi, j’adore chopper des bouteilles de détergeant et en sniffer de bonnes bouffées, la nuit.

Cette conversation devient bizarre… mais qui dit bizarre dit quelque chose de bizarroïde à en retirer.

- Tu n’aurais pas vu mon amie ?

- Turbo, tu n’as pas vu son amie ?

Il opine à nouveau le chef et secoue négativement la tête.  

- Elle est arrivée ici il y a de cela quelques semaines. Petite, brunette… plutôt jolie.

- Turbo dit qu’il sait de qui vous parlez, mais qu’en échange de ses informations, vous devez lui donner quelque chose.

- Je vois. Et qu’est-ce que votre ami Turbo veut ?

- Une bouteille de détergeant. La version 2.0. Et l’assouplisseur pour les draps. Vous trouverez tout ça dans le placard du concierge.

- Marché conclu. Mais avant vous me donnez ce que je veux entendre.

- Turbo dit de vous dire que les nouvelles arrivées sont tous logées dans l’aile B. Turbo dit de vous dire que vous devez être prudente parce que là-bas… c’est dangereux. Le Kraken, prenez garde au Kraken !

- D’accord. Merci.

- Le kraken, mademoiselle Flores. Prenez garde au Kraken !

Un frisson me parcoure l’échine. OKAY ! ce petit homme a véritablement des pouvoirs ignorés de médium.

✤ ✤ ✤

- J’AI TUÉ BENJAMIN FRANKLIN ET J’AI COUCHÉ AVEC ELVIS !

Hum, nope, mauvaise chambre. J’ouvre une autre porte, une vieille dame toute mignonne s’arrache les cheveux et les bouffes avec délice. Mauvaise porte aussi !

- LE CŒUR A SES RAISONS ET CES RAISONS L’AMOUR L’IGNORE !

J’ai tout juste le temps de refermer la porte pour ne pas recevoir en pleine gueule cette couche remplie de merde. PUTA !

- Yé sé ce ké tou cherche, mi corazon !

- Maman !

Derrière son charriot à entretien ménagé, le petit corps de ma mère y apparaît.

- Chambrey 245.

Je fais mine de vouloir me rapprocher d’elle, mais elle me désigne le garde qui est sur le point de s’approcher et je comprends que mes retrouvailles avec la mère mexichrétienne seront pour plus tard.

- Chambrey 245, Charlene.

- Merci.

Et je me précipite sur la chambre 245, ouvre la porte à grande volée et t’aperçois… tu es étalée dans ton lit, des mesures de contention te gardent bien allongée sur le matelas et tu me sembles fixer un point imaginaire sur le plafond. Je me rapproche de toi, lis les infos inscrits sur le pad accroché à ton lit…

- Thursday ?



_________________

The clock is ticking
- I've never been the best at letting go -

ship made by MA PETITE PUPUCE ET MERCI BEAUCOUP Sasa :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Thursday Thunder

❖ Date de naissance : 22/04/1989
❖ Barge depuis : 02/06/2015
❖ Messages : 3455
❖ Avatar : Jenna Coleman
❖ Crédits : Avatar ► Oreste ; Gifs: TUMBLR ;Code sign: DISTURBED <3
❖ image :
❖ Âge personnage : 31 yo
❖ Profession : Croque-mort
❖ Faction : Sans faction
❖ Philosophie : I'm naughty, but that's why you love me



MessageSujet: Re: dollhouse ✤ THURSDAY Sam 31 Déc - 19:53



Dollhouse

- feat Charlize -


Dormir, manger une nourriture insipide, avaler des pilules. Beaucoup trop de pilules. Et répéter le même schéma, encore et encore. Chaque jour se ressemblaient, et une éternité de vide s’ouvrait devant elle. Un néant terrifiant, insoutenable, mais dont elle n’avait conscience que par courtes périodes. Ils allaient l’avoir. Ou du moins, ils étaient sur la bonne voie.

Il va falloir agir vite, t’es en train de perdre la boule ma pauvre.

Il avait raison. Son esprit était encore là, mais il était de plus en plus difficile d’accéder à certaines informations. Elle sentait que les chemins devenaient brumeux, plus sinueux. Ca irait en empirant. A certains moments, elle avait des absences plus profondes, durant lesquelles elle ne savait plus qui elle était, ni où elle se trouvait. Parfois même, elle avait peur. Peur de perdre la partie. Et s’il y avait bien une chose qu’elle détestait, c’était perdre.

Elle ne pouvait pas perdre. C’était hors de question. Elle refusait cette possibilité. Le visage de Moira lui venait en tête, sans cesse. Elle le convoquait même. Pour se rappeler de ce que cette garce lui avait fait subir, mais aussi de son échec cuisant. Elle s’imaginait son visage le jour où enfin la Présidente descendrait de son piédestal, le jour où elle serait à sa merci, où elle pourrait faire d’elle très exactement ce qu’elle voulait. Ce jour-là était comme un lointain espoir, presque un rêve qu’elle cherchait désespérément à atteindre.

Les rêves, les rêves… Ca ne sert à rien, tu es coincée ici. Ca ne va pas t’aider à te tirer de là!

La voix n’avait pas tort. Chaque chose en son temps. Elle pourrait s’occuper de Moira plus tard, ce qu’il fallait avant tout, c’était qu’elle sorte de cet enfer, et ce avant qu’il soit trop tard. Malheureusement, elle était étroitement surveillée, bien plus que la grande majorité des patients. On lui réservait un traitement tout particulier, au vu de son statut. Elle était visiblement une prisonnière de première classe. Car c’était bien ce qu’elle était, une prisonnière. Elle devait déceler les secrets de cet univers aseptisé, trouver une porte de sortie, par tous les moyens possibles.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce plafond blanc était une épouvantable distraction. Malgré elle, elle ne pouvait s’empêcher de l’examiner afin d’en déceler les défauts, les taches, les craquelures. Ce blanc la rendait complètement folle, aussi. Peut-être même plus que les pilules. Rien, aucune distraction, aucun élément susceptible de stimuler son cerveau. C’était pire que tout.

Pire que tout, mais cela l’avait aussi rendue sensible au moindre son, au moindre geste. Elle reconnaissait à présent les propriétaires de voix, de bruits de pas. Elle était en alerte dès qu’elle sentait un mouvement à l’extérieur de sa chambre. Cette fois-ci, ce n’était pas seulement les pas ou les chuchotements du personnel médical, mais des éclats de voix, qui n’avaient rien de normal. Elle se serait volontiers redressée si elle n’était pas une fois de plus entravée, attachée à son lit. Une autre chose à laquelle elle ne pouvait pas s’habituer. Ne lui restait plus qu’à écouter. Les quelques bribes qu’elle pouvait percevoir n’avaient pas le moindre sens. En revanche, elle eut la surprise de constater que quelqu’un se dirigeait bel et bien vers sa chambre. Quelqu’un qui lui était inconnu… La porte s’ouvrit à la volée, et l’aurait fait sursauter si elle avait été plus alerte. Elle se contentait d’écouter, passivement, à moitié absorbée par une série de taches sur le plafond. Elle n’avait pas envie qu’un intrus s’introduise dans sa chambre, pas alors qu’elle était comme ça, aussi… vulnérable.

Néanmoins, elle ne put que tourner la tête en entendant prononcer son nom. Au début, elle ne vit qu’une mince silhouette. Puis, les traits de son visage se firent plus nets. Une jeune femme brune, très jolie, la fixait. Et cette vision la perturba.

« Son visage me dit quelque chose… est-ce qu’on la connait ? »

Oui, bien sûr qu’on la connait, tu ne te souviens pas ? 

Des explosions, du sang, de la douleur. Et un acte de pitié et de bonté, peut-être le seul de toute sa vie. Comment oublier ? Elle la regarda, cette fois-ci en s’adressant à elle.

« Tu es venue me voir par compassion ou est-ce que tu veux quelque chose ? »

Un mince sourire se dessina sur ses lèvres. Elle ne doutait pas un instant que cette femme n’était là que par intérêt. Thursday avait beau lui avoir sauvé la vie, la liste de ceux qui auraient été suffisamment attachés à elle pour réellement s’inquiéter de son sort était bien mince. Non, inexistante en fait.


- © FICHE  BY DISTURBED -



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Charlize E. Flores

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 15/07/2015
❖ Messages : 1459
❖ Avatar : Odette Annable.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente balais.
❖ Profession : Dirigeante des Sans-Faction, stripteaseuse dans un nightclub crade chez les SDF et membre de la résistance.
❖ Faction : Sans-Faction, comme une grosse merde. (Ex Sincère, née Altruiste.)
❖ Forces & Faiblesses : Un glorieux mélange d’alcoolisme trop assumé et une poisse légendaire.
❖ Philosophie : Don't be a drag just be a queen.
❖ Playlist : LENKA - everything at once. FLORENCE + THE MACHINE - shake it out. THE KILLS - cheap and cheerful. SIA - alive. BISHOP BRIGGS - be your love.



MessageSujet: Re: dollhouse ✤ THURSDAY Mer 18 Jan - 13:34


❝ Picture, smile for the picture ,
feat. Thursday Thunder & Charlize E. Flores. ❞



Par intérêt ou compassion ? Ta question, encore, elle résonne contre les cloisons osseuses de mon crâne. Les mots, leurs échos, leurs martellement dans ma tête, colossaux et brutaux, ébranlant les tuiles et les faisant tomber par d’énormes plaques, libérant mes idées qui deviennent de moins en moins claires. Par intérêt ou compassion ? Mon crâne qui emprunte soudain l’ornement de cette chambre terne et fade. Le vide inquiétant et malsain qui le remplie, perdant peu à peu de ses couleurs et saveurs. Une chambre ou un tombeau ? Par intérêt ou compassion ? Mes nuits immortelles te contemplent, d’abord moirées de stupéfaction, avant que l’ombre de la pitié traverse mon regard et que les émois contraires mènent cette valse étrange sur mon erratique qui oublie un battement. Je m’attendais à tant de chose… sauf à ça. Tu méritais une sentence… mais pas ça.

Je devrai t’en vouloir pour ce que tu as fait. Je le devrai, mais te voir attachée à ce lit, prisonnière en cette chambre, en ce monde qui est à la fois le tien et absolument pas, ainsi réduit à ce titre de locataire de la mort et du morne miroir. J’en suis incapable. Pourquoi ? Peut-être parce que tu m’as sauvé la vie et que je te suis redevable ?

Comment juger un Juste et un Non-Juste ?
Je ne peux m’empêcher de reprendre le pad entre mes mains et de consulter avec plus de minutie ton dossier. La folie tranquille qui me pousse à penser autrement, à voir les choses différemment, découvrant dans la renaissance de ces images, une étendue à pardonner et cesser de juger le tout premier qui s’est trompé. Je veux savoir si le traitement qu’ils t’allouent est protocolaire et je veux m’assurer de ton état.

- Je ne comble ni l’un et ni l’autre. Je suis venue te voir… pour simplement te voir, que je t’affirme, d’une voix lointaine, perdue dans ma lecture alors que les informations circulent sous mes yeux et que je découvre tout ce que tu as traversé depuis que tu as atterris ici.

- Celui qui s’occupe de toi, est-ce qu’il est gentil ?

Je lâche le pad, l’accroche à nouveau au pied du lit, contourne se dernier, effleure ton chevet, mais c’est sur le matelas que je viens m’asseoir…

- Pourquoi est-ce que tu en veux tant à Moira, Thursday ?

Je prends le risque. Énorme. Décisif. Il peut me coûter la vie, mais je le prends quand même. Je me penche vers toi et te murmure à l’oreille :

- Un génie, ce que les esprits ingénus qualifient du déséquilibre artistique de l’être humain. Ils ne t’ont pas compris, n’est-ce pas ?

À cette question, de mes deux mains, je libère ton poignet de l’une des sangles, tandis que mon visage reste dangereusement proche du tien…

Tu m’as sauvé la vie…
Est-ce que tu vas aujourd’hui me l’enlever ?

Intérêt ou compassion ?
Comment juger un Juste et un Non-Juste ?

_________________

The clock is ticking
- I've never been the best at letting go -

ship made by MA PETITE PUPUCE ET MERCI BEAUCOUP Sasa :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Thursday Thunder

❖ Date de naissance : 22/04/1989
❖ Barge depuis : 02/06/2015
❖ Messages : 3455
❖ Avatar : Jenna Coleman
❖ Crédits : Avatar ► Oreste ; Gifs: TUMBLR ;Code sign: DISTURBED <3
❖ image :
❖ Âge personnage : 31 yo
❖ Profession : Croque-mort
❖ Faction : Sans faction
❖ Philosophie : I'm naughty, but that's why you love me



MessageSujet: Re: dollhouse ✤ THURSDAY Dim 22 Jan - 15:00



Dollhouse

- feat Charlize -


Elle la regardait désormais. Elle la reconnaissait. Les images revenaient, martelant son esprit. Le jour où elle lui avait sauvé la vie. Où, pour une fois, peut-être la première, elle avait commis un acte complètement désintéressé. C’était peut-être pour cette raison qu’elle éprouvait une curiosité, et même un intérêt vis à vis de la jeune femme. Tout restait brumeux, mais elle en percevait l’essentiel. Elle le regardait fixement, se demandant évidemment pourquoi elle était venue. Par simple sympathie envers sa personne ? Sans doute pas, elle n’y croyait pas une seule seconde. Non, elle était comme les autres, elle voulait quelque chose. Pourtant, elle ne disait rien, comme si la question l’avait fait réfléchir sur ses intentions. Ou peut-être se sentait-elle coupable ? Non, il était plus probable qu’elle ne soit tout simplement pas certaine de ce qu’elle voulait réellement. Enfin, elle répondit, s’adressant à elle presque comme si elles se connaissaient de longue date. Et c’était peut-être le cas en un sens… Thursday lui avait sauvé la vie, qu’on le veuille ou non, cela créait des liens.

« Tu m’excuseras d’avoir un peu de mal à te croire. »


Elle la regarda d’un air dubitatif. Elle doutait fortement que cette jeune femme soit venue ici pour une visite de courtoisie, ou simplement pour s’enquérir de son état. Mais sa question eut le mérite de la faire beaucoup rire.

« Très gentil », lui répondit-elle d’un ton à la fois mauvais et moqueur. « On adore prendre le thé ensemble. »

Son expression était cette fois-ci bien plus antipathique, et elle lui aurait volontiers craché au visage pour avoir simplement posé cette question. Mais il fallait croire qu’il lui restait un peu de civilité. Mais ce ne fut rien en comparaison de la question qui suivit, la question que tout le monde posait sans cesse. Elle se sentit bouillir, mais continuait d’observer la jeune femme qui s’approchait d’elle.

« Parce que toi tu m’as comprise ? Ou tu fais semblant de me comprendre ? »


Elle bougea les poignets. Elle était libre. Ses entraves avaient disparu.

Elle est pas bien maligne celle-là… Qu’est-ce que tu vas lui faire?

Thursday tourna la tête sur le côté, comme si elle parlait à quelqu’un d’autre. « Mais rien du tout, voyons ! » Elle se dégagea et se leva brusquement de son lit, contournant la brunette. « Je lui ai sauvé la vie, on ne peut plus la tuer, ce ne serait pas logique enfin ! »

Puis, elle se tourna de nouveau vers Charlize et la pointa du doigt avec colère.

« Pourquoi, pourquoi est-ce que vous vous obstinez tous à poser la mauvaise question ? » Son ton montait, au point qu’elle se retrouva rapidement en train de hurler. « Ce n’est pas la peine de venir me déranger si c’est pour me poser des questions stupides ! Pourquoi, pourquoi j’en veux à Moira ? Mais qui ne lui en voudrait pas ! Soit vous le faites tous exprès pour m’ennuyer, soit je suis la seule personne ici capable de se servir de son cerveau ! »

Tu pourrais être plus gentille, elle t’a détachée quand même.

Se taisant soudainement, elle s’approcha de la jeune femme, ne cessant de la fixer. Puis, elle s’arrêta, penchant la tête sur le côté.

« Tu m’as libérée, sachant que j’aurais pu te tuer dans la seconde. Est-ce que tu aimes les sensations fortes, ou est-ce que tu essaierais par hasard de gagner ma confiance pour que je me montre plus bavarde ? » Elle fit une petite pause et rit, avant de reprendre d’un air satisfait. « Tu vois, c’est à ça que ressemble une bonne question. »




- © FICHE  BY DISTURBED -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Charlize E. Flores

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 15/07/2015
❖ Messages : 1459
❖ Avatar : Odette Annable.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente balais.
❖ Profession : Dirigeante des Sans-Faction, stripteaseuse dans un nightclub crade chez les SDF et membre de la résistance.
❖ Faction : Sans-Faction, comme une grosse merde. (Ex Sincère, née Altruiste.)
❖ Forces & Faiblesses : Un glorieux mélange d’alcoolisme trop assumé et une poisse légendaire.
❖ Philosophie : Don't be a drag just be a queen.
❖ Playlist : LENKA - everything at once. FLORENCE + THE MACHINE - shake it out. THE KILLS - cheap and cheerful. SIA - alive. BISHOP BRIGGS - be your love.



MessageSujet: Re: dollhouse ✤ THURSDAY Lun 13 Fév - 22:46


❝ Picture, smile for the picture ,
feat. Thursday Thunder & Charlize E. Flores. ❞



Les frissons de glaces assaillent mes flancs devenues comme nerveux, sentant déferler sur ma colonne vertébrale les arabesques de l’éther qui se veut étrangement frisquet contre le jaspe de ma peau bizarrement mise à nue sous les yeux marron qui m’observent. L’atmosphère est sordide et terrifiante. Il s’émane de chez cette femme les soubresauts et soupirs grondants de son âme éblouissante et tumultueuse. Mes sombres prunelles viennent regarder ce qu’elle contemple, cette apparition invisible à mon œil, mais qui se veut pour elle être une abstraction toute sauf chimère et j’hausse imperceptiblement un sourcil face à ce petit cocus avec le néant. L’idée de me tuer lui traverse l’esprit, mais malgré les lueurs sybarites qui enflamment ses pupilles, je repère une candeur quasi fragile et en viens à la conclusion que ce n’est pas aujourd’hui que mes vieux jours seront comptés. Je rigolerais presque, si cette cocotte-minute qui se rapproche de ma personne n’était pas à un mercure près de m’exploser à la gueule. Malgré la peur que je peux ressentir, je reste de marbre et incline à mon tour la tête sur le côté, intriguée.

- Une bonne question, uh ? Savoir mes réelles intentions à savoir pourquoi est-ce que je t’ai libérée, malgré le fait que je risque la mort, est-ce que cela change véritablement quelque chose pour toi ? Me regarderais-tu différemment et ma mort te paraîtrait moins utile ?

Je croise les bras sous mon buste et m’approche d’un simple pas.

- Je me contrefiche de savoir pourquoi est-ce que les autres en veulent à Moira. Ce que je veux savoir, c’est pourquoi est-ce que ça devrait être toi plus qu’une autre qui en vienne à lui faire la peau. Je veux savoir pourquoi est-ce toi tu te sens libre d’avoir ce privilège ? Je ne cherche pas à gagner ta confiance et je n’attends absolument rien de toi. Ce que je suis venu chercher, Thursday, ce ne sont pas des réponses, et encore moins une conquête pour assouvir une soif personnelle. Ce que je veux, c’est que cette fois tu n’échoues pas minablement à la tâche et réussisse ton coup. Je veux que tu gagnes. Ce que je vois là, je veux que ça te bouffe et te ronge de l’intérieur. Je veux que ça te gruge et use. Je veux que sa pétrisse ta nature profonde, encore et encore… assez pour que t’aie envie d’en gerber et décide que s’en est assez !

Je me rapproche d’un autre pas et sans aucun préavis je lui encastre une seringue dans le cou. Rien de bien méchant, qu’un pauvre petit sédatif et avant que celui-ci fasse effet, je profite de ce court instant de lucidité folique pour lui cracher à la figure :

- Que je connaisse ou non tes motivations, je m’en contrefous. J’ai vu ce que je voulais voir.

Pendant que le calmant fait son effet, je réceptionne ton corps ankylosé et viens t’allonger à nouveau sur le lit. Je remets tes liens, mais cette fois-ci moins serrés pour qu’il t’en soit si aisé de t’en libérer.

- Bonne nuit, Thursday. Je te promets qu’on va se revoir de l’autre côté. Ma vie en échange de sa mort. Voilà le deal que je te propose. Réfléchis bien.

Et sur quoi, aussi curieusement que je sois entrée, je quitte cette chambre sinistre.

_________________

The clock is ticking
- I've never been the best at letting go -

ship made by MA PETITE PUPUCE ET MERCI BEAUCOUP Sasa :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Charlize E. Flores

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 15/07/2015
❖ Messages : 1459
❖ Avatar : Odette Annable.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente balais.
❖ Profession : Dirigeante des Sans-Faction, stripteaseuse dans un nightclub crade chez les SDF et membre de la résistance.
❖ Faction : Sans-Faction, comme une grosse merde. (Ex Sincère, née Altruiste.)
❖ Forces & Faiblesses : Un glorieux mélange d’alcoolisme trop assumé et une poisse légendaire.
❖ Philosophie : Don't be a drag just be a queen.
❖ Playlist : LENKA - everything at once. FLORENCE + THE MACHINE - shake it out. THE KILLS - cheap and cheerful. SIA - alive. BISHOP BRIGGS - be your love.



MessageSujet: Re: dollhouse ✤ THURSDAY Jeu 16 Mar - 13:16

THE END
sujet terminé & verrouillé.

_________________

The clock is ticking
- I've never been the best at letting go -

ship made by MA PETITE PUPUCE ET MERCI BEAUCOUP Sasa :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: dollhouse ✤ THURSDAY

Revenir en haut Aller en bas
 

dollhouse ✤ THURSDAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dollhouse : récapitulatif des liens
» Dollhouse de ma petite troupe
» [Lana's Gallery] Robes, Sacs, Pull Bas P.1 ; Dollhouse P.2
» -- La dollhouse de Demy --
» 1st dollhouse (étape par étape) pour Blythe, pullip....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › North Side :: Wrigley Hospital-