Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 You won't like what comes next ▲ THURSDAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: You won't like what comes next ▲ THURSDAY Sam 19 Nov - 11:19



You won't like what comes next

FT. THURSDAY THUNDER


D’un simple hochement de tête entendu, le regard fermé, le Dirigeant des Audacieux ne bronche pas sous les ordres. Il le voudrait, mais il l’a lu dans les prunelles de la Présidente il n’a pas le droit à l’erreur ni même le droit de dire quoi que ce soit. Forcé de ronger son frein quand tout son être lui hurle de courir aux côtés de son ex-femme. Il ne l’avait pas encore réalité jusqu’à ce moment fatidique, ce regard jeté, lourd de menace, mais en acceptant ce poste il avait fait la plus grosse connerie de toute sa vie. Ses mains sont sales, pas autant que celles de la femme qui se tient en face de lui, mais il est loin d’être tout blanc, et il le serait encore moins après tout ça. Décidé toutefois à se rendre aux chevets de Blake, c’est avec un professionnalisme qu’il ne se connaissait plus qu’il se met en marche, arme dans sa seule main valide (mais un plâtre peut tout autant faire mal si vous savez vous en servir) et raccompagne en toute sécurité la Présidente et sa seconde. Ce n’est que lorsqu’il s’est assuré qu’elles sont toutes deux hors de danger qu’il les laisse vaquer à leurs occupations et qu’il se précipite au Wrigley pour la retrouver, Elle.

***

C’est le cœur empli de colère et de douleur qu’il en sort bien plus tard, disposé à remplir la mission qui lui a été confiée, la forcenée se trouvant déjà dans les sous-sols sombres de la Chicago Police Department. A n’en pas douter, elle serait bientôt transférée ailleurs, il y avait déjà tout un dossier sur cette jeune femme, et à en lire dans son regard, du peu qu’il en avait vu quelques heures plus tôt, c’était bel et bien la folie qui l’animait. Rien d’autre. Quelle malchance que l’une de ses balles ait heurté par inadvertance son ex-femme, celle qu’il aime et aimera à jamais. Quelle malchance supplémentaire que Moira lui ait remis le dossier entre les mains, lui accordant carte blanche sur la manière de procéder. Envy n’est déjà pas tout blanc, il ne pourra pas être plus noir, car c’est la colère qui commande. Uniquement elle.

Avec aisance, il déambule dans les longs couloirs devenant de plus en plus sombres, laisse tomber couche après couche, les unes après les autres, passant des holsters à la veste noire épaisse, ou encore celle du gilet pare-balle. Ne reste plus sur le haut de son corps que son simple T-shirt de la même couleur, son bras droit sagement emballé dans son plâtre maintenu contre son torse. Il n’a peut-être qu’une seule main de libre mais Envy est loin d’être un ange et il reste, demeure surtout, un véritable audacieux. Comme convenu, la jeune femme se trouve dans l’aile la plus reculée de tout le sous-sol du bâtiment, ainsi personne ne pourra dire quoi que ce soit. Elle est sienne et uniquement sienne, ce soir. Même la lutte contre l’envie de se jeter sur une bouteille d’alcool pur n’est pas assez grande contre l’envie de voir cette femme souffrir entre ses doigts autant que tout ce que son merdier a pu faire. Retirant l’écouteur de son oreille qu’il dépose dans une caisse située juste avant le passage de la porte de son interrogatoire improvisé, sans même une fenêtre sans tain, l’audacieux fait signe au seul garde qui s’assure que rien ne rentre ni ne sort. Probablement son seul assistant de la soirée, qu’il vient dans un signe de main renvoyer plus loin. Alors le Dirigeant récupère les clés qu’on lui laisse et referme la double porte scellée du couloir dans lequel le garde vient de pénétrer. Le seul couloir menant à la sortie. Quant à lui et Thursday, il n’y a plus qu’eux ici, dans ce couloir miteux, ces quelques portes blindées derrière une desquelles elle se trouve. Non, personne ne verra ce qui arrive ensuite. Parce qu’il a eu carte blanche, et que ces portes ne sont là qu’en seule et unique situation de crise.

Positionné devant la fameuse porte où Thunder se trouve, l’audacieux se fait violence pour desserrer le poing. Il ne peut décemment se montrer sur les nerfs, froid et irrémédiablement indisposé à négocier, oui, mais ils se doivent d’abord d’avoir un semblant de conversation, si toutefois elle en est capable. Ce n’est qu’une fois qu’il reprend un minimum le contrôle sur sa personne qu’il ouvre la porte blindée et la referme aussitôt derrière lui avec une lenteur démesurée, n’offrant finalement à la vue de la brune que son dos finement dissimulé sous son haut, mais dont la musculature reste pourtant visible et suggestive. La douleur de ses cotes n’est rien comparée à l’adrénaline qui circule dans ses veines à cet instant bien précis. Nul besoin de dossier entre les mains ici, il le sait, et c’est donc en ayant rangé les clés dans le coffre prévu à cet effet qu’il s’avance vers la table métallique où la suppliciée du jour, assise sur une chaise du même acabit, voit ses mains menottées et maintenues à la fameuse table.

« Thursday. Une sacrée journée drôlement remplie pour toi n’est-ce pas ? » qu’il balance sur un ton froid en venant s’asseoir en face d’elle, lui prouvant par la même qu’il n’a pas peur et n’est nullement effrayé par elle. Devrait-il l’être d’ailleurs ? « Je n’éprouve aucune haine envers les Sans-factions, ni même envers les Divergents, alors dis-moi, pour l’amour de Dieu, ce que je fous ici à interroger une gamine dans ton genre qui compte un nombre incalculable de blessés et même certains cadavres. ». Il se penche en avant, sourcils froncés. « Des cadavres qui sont sur tes épaules, Thunder, les seules, les tiennes. Pourtant, il n’y a le corps de celle que tu aurais voulu voir tomber. Pourquoi ? Pourquoi tant de vies gâchées pour un seul acte ? »

Le jeu ne fait que commencer et il a bien plus d’un tour dans sa manche. Surtout qu’ils ne font qu’entamer la discussion et qu’Envy n’a pas encore cité la fameuse balle perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Thursday Thunder

❖ Date de naissance : 22/04/1989
❖ Barge depuis : 02/06/2015
❖ Messages : 3531
❖ Avatar : Jenna Coleman
❖ Crédits : Avatar ► Faust ; Gifs: TUMBLR ;Code sign: DISTURBED <3
❖ image :
❖ Âge personnage : 31 yo
❖ Profession : Croque-mort
❖ Faction : Sans faction
❖ Philosophie : I'm naughty, but that's why you love me



MessageSujet: Re: You won't like what comes next ▲ THURSDAY Mer 21 Déc - 15:43



You won't like what comes next

- feat Envy -


C’était terminé, n’est-ce pas ? Son geste avait engendré un chaos sans nom. Si elle l’avait voulu, elle n’aurait sans doute pas mieux fait. Elle n'avait pas eu ce qu’elle voulait, pourtant. Elle n’avait pas réussi à tuer Moira, et en plus elle avait attiré l’attention sur elle, ce qu’elle avait toujours évité jusqu’alors. Elle s’était laissée prendre à cette soudaine impulsion, et elle n’allait pas tarder à en payer les conséquences. Elle n’était pas la seule, ceci dit, ils étaient plusieurs à s’être attirés les foudres de la Présidence. Elle savait cependant que le destin qui l’attendait n’allait pas être rose, et elle n’avait aucune possibilité de s’enfuir. Quelques Audacieux étaient chargés de l’escorter au poste de police. Malgré tout ce qu’elle avait pu faire au cours de sa vie, c’était bien la première fois qu’elle y entrait, surtout en qualité de prisonnière. Etrangement, savoir qu’elle allait de toute manière tomber parvenait à supprimer la peur, ou du moins l’endormir. Elle connaissait Moira. Elle savait ce dont elle était capable. Elle était peut-être même l’une des seules parmi cette foule d’abrutis.

Elle fut menée, menottée, à une petite pièce sinistre et glacée qui avait tout l’air d’une salle d’interrogatoire. On la poussa à s’asseoir avant de rattacher les menottes à la table afin qu’elle ne puisse pas bouger. On la laissa seule, mais elle ne doutait pas que la porte soit soigneusement gardée. On ne lui avait bien sûr proposé ni à manger, ni à boire, et on s’était arrangé pour qu’elle ait froid. Des techniques visant à l’affaiblir, physiquement, et nerveusement songea-t-elle. Mais le pire était l’ennui. Combien de temps resta-t-elle là, seule, à attendre ? Difficile de le savoir… Peut-être une heure, peut-être plus. Sans montre ni horloge, le temps était indéfini.

Entendre la serrure s’enclencher aurait dû être terrible pour elle, mais elle était trop soulagée à la perspective d’avoir enfin quelqu’un à qui parler. Et puis, elle était curieuse de savoir quel serait celui chargé de la basse besogne de la Président. Cela prit du temps. D’abord des bruits de pas derrière la porte, puis un silence. Elle crut un instant qu’il allait renoncer, mais les sons reprirent. Elle reconnut immédiatement l’homme qui passait la porte. Et pour cause, c’était celui qui l’avait frappée, juste après les coups de feu. Celui qui l’avait attrapée, bousculée et ainsi déclenché le deuxième. Il y avait eu une hargne dans son regard qu’elle avait trouvée stupéfiante. Soit il était d’une fidélité aveugle et stupide envers le régime, soit l’une des deux femmes qu’elle avait touchées avait une importance toute particulière pour lui. Elle ne tarderait sans doute pas à le savoir, mais voilà qui promettait d’être fort intéressant…

Elle le regarda fixement, impassible. Elle scrutait la moindre parcelle de son visage, de son expression. Elle devinait sa rage contenue, et elle espérait bientôt en comprendre l’exacte raison. Il s’assit, avec une remarque qui la fit sourire. Un sourire qui se fit amusé, à la suite de ses paroles.

« Bien sûr que tu ne les hais pas. On ne hait pas les rats, tant qu’ils restent cachés dans leur coin et ne dérangent surtout pas. » Elle se rapprocha légèrement. « C’est drôle, je ne crois pas avoir jamais vu le moindre Audacieux se lever pour en protéger un seul, ou les empêcher d’être traqués, affamés, massacrés. Mais peut-être que je me trompe. Tu as l’air de te considérer comme une sorte de héros. »

C’était amusant qu’il la traite de gamine. A vue d’oeil, ils devaient avoir à peu près le même âge, mais elle se garda bien de faire la moindre remarque. Après tout, ça n’avait pas la moindre importance. La suite était des plus intéressantes. Donc, il la rendait responsable de tous les événements qui s’étaient déroulés ce soir. Devait-elle comprendre que les deux jeunes femmes étaient mortes ? Pour le reste, elle n’y était absolument pour rien.

« Mes épaules… en es-tu vraiment certain ? » Elle lui lança un regard perçant, sans se départir de son sourire.  « Je n’ai voulu tirer qu’un coup de feu. Pour le deuxième… Qui m’a poussée, alors que j’avais une arme chargée à la main ? » Elle fit une seconde pause. « Je crois ne pas être la seule responsable, dans cette pièce, une jeune femme au moins te doit une balle. »

Elle se recula de nouveau sur son siège, avec un sourire malicieux. C’est qu’il fallait tout de même le remettre à sa place, il avait une bien trop haute opinion de lui-même. Et il semblait oublier que ceux pour qui ils travaillaient étaient loin d’être innocents. Elle savait qu’elle était un monstre, et aussi flattée qu’elle soit d’être vue comme la principale responsable de ce chaos, il fallait bien rendre à César ce qui est à César.


- © FICHE  BY DISTURBED -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: You won't like what comes next ▲ THURSDAY Jeu 29 Déc - 14:13



You won't like what comes next

FT. THURSDAY THUNDER


Il la fixe de ses prunelles azures impassibles, à l’image des ténébreuses qui le scrute sans relâche. A peine a-t-il posé les yeux sur elle qu’il a compris qu’elle ne lâcherait pas. S’il la considère comme une gamine malgré leurs âges respectifs qui se rapprochent l’un de l’autre, c’est parce que son attitude lui a paru comme tel, bien que dépourvu d’une totale innocence. Dossier entre les mains, il a rapidement a rapidement compris, plus ou moins, la rancœur qui pouvait abîmer l’âme de la jeune femme. Il ne croit pas aux délires psychotiques et autres pseudo problèmes psychiatrique, il y aurait eu bien d’autres tentatives avant cela. A moins qu’il n’en soit tout bonnement pas au courant, comme il a plus ou moins été aux abonnés absents de la section de recherche de Police depuis bien des mois. Pour autant, Envy n’est pas de ceux qui plaisantent et encore moins à cet instant, alors que Blake a bien failli être tuée. Aucune rancœur, absolument rien contre les sans Factions ou même les Divergents, c’est ce qu’il lui dit, bien qu’il n’ait nullement l’envie de se montrer sympathique. La réponse de Thursday les propulse tous les deux dans la dynamique qui sera la leur le temps de cet entretien qui ne ressemblera en rien à un interrogatoire normal. Si pour le moment il en a encore l’allure, ce n’est que pour prendre la température, et cette dernière se dégrade plus vite qu’il ne le faut. Elle lui sourit, un brin narquoise mais il ne lui fait pas le plaisir d’y répondre, avec son bras dans le plâtre il est bien trop sérieux et crispé pour cela. Elle se rapproche à son tour et il ne bouge pas d’un centimètre, elle ne l’effraie pas outre-mesure.

« Qui a dit qu’il s’agit de rats si ce n’est toi ? ». Il ne la quitte pas des yeux. « Nous ne sommes pas là pour parler de moi ou de mon opinion sur ma personne. »

Et il entame avec la question qui l’intéresse particulièrement : qu’est-ce qu’il s’est passé pour qu’elle en arrive là ? Pourquoi vouloir descendre Moira Rosenbach ? Mais la réponse qu’elle lui offre n’en est pas une. Répondre à une question par une question est quelque chose qu’il a en horreur et Thursday va rapidement le découvrir. Et lorsqu’elle tente de rejeter la faute sur sa bousculade il ne peut qu’esquisser un fin, très fin, sourire en coin quand ses prunelles continuent de lancer des éclairs.

« Réaction typique d’une personne qui cherche à se dédouaner. Les choses sont pourtant simples Thursday. Soit tu réponds à mes questions et chacun retourne vaquer à ses occupations, soit tu rends la tâche plus difficile, persiste à tenter de me faire perdre patience. Je dis bien… Tenter. Et dans ce cas-là les choses deviendront bien plus compliquées pour toi. »

Le gouvernement n’a rien d’un Saint, il le sait très bien et ne l’approuve nullement, mais ce qu’il approuve encore moins ce sont les actes vains et les tentatives faites sur un coup de tête. Surtout lorsque cela tue des citoyens qui ne demandaient rien. Toujours penché en avant, il ne daigne bouger d’un millimètre. Il a pour ainsi dire tout son temps, comme elle.

« Pourquoi voulais-tu assassiner la Présidente ? »

Il lui offre une seconde chance mais il n’en accordera pas trois, c’est certains. La jeune femme est loin d’imaginer ce qu’il est capable de faire, quand bien même il ne souhaite pas lui faire le moindre mal de base. Ce n’est pas son premier interrogatoire et ce ne sera certainement pas le dernier. En silence, il attend, laisse les quelques gouttes d’humidité s’effondrer du plafond jusqu’au sol froid. La chaleur n’est pas ce qu’il se trouve dans ces souterrains glacials. Lui, il a vestes et autres vêtements sur le corps, la fraîcheur ambiante ne le gêne donc pas, et puis, le plâtre qu’il arbore sait tenir chaud. Toutefois, Envy est loin de sous-estimer la ténacité de la jeune femme, il ignore même ce qu’il adviendra d’elle après ça, mais tout ce qu’il sait c’est que Blake sera sûrement la suivante à l’interroger, et si lui n’est pas tendre physiquement parlant, la brune, elle, est encore pire psychologiquement. En règle générale, Blake obtient toujours ce qu’elle veut, il ne le sait que trop bien.

Bientôt, toujours muré dans le silence, l’audacieux se met à tapoter des doigts sur la table en métal, comme s’il comptait les ploc, ploc de l’eau qui coule lentement et régulièrement sur le sol. Pas de caméra ici, rien qu’eux deux, et il ne compte pas y aller par quatre chemin.

« J’ai tout mon temps, Thursday. Mais tu n’auras pas de troisième essai. »

Et Dieu seul sait ce qu’il pourrait arriver après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Thursday Thunder

❖ Date de naissance : 22/04/1989
❖ Barge depuis : 02/06/2015
❖ Messages : 3531
❖ Avatar : Jenna Coleman
❖ Crédits : Avatar ► Faust ; Gifs: TUMBLR ;Code sign: DISTURBED <3
❖ image :
❖ Âge personnage : 31 yo
❖ Profession : Croque-mort
❖ Faction : Sans faction
❖ Philosophie : I'm naughty, but that's why you love me



MessageSujet: Re: You won't like what comes next ▲ THURSDAY Sam 21 Jan - 17:55



You won't like what comes next

- feat Envy -


Elle le regardait très attentivement. Elle devait admettre qu’il était plutôt coriace. Certes, il était entrainé à cela, mais il l’était peut-être plus que les autres marionnettes qui travaillaient pour la Présidente. C’était néanmoins cela qu’il était, une marionnette. Il ne semblait pas un instant questionner sa présence ici, ce qu’on lui demandait de faire, pourquoi on lui demandait de le faire. Ce n’était guère étonnant, il n’était pas différent des autres. Il n’avait pas idée de ce qui était vraiment en jeu. Sans doute avait-il l’impression que sa petite vie étriquée lui servait à défendre la justice, ou autres grands principes du même genre. Il ne se doutait sans doute pas que tout ceci n’était qu’une illusion, trop heureux que son existence ait un sens. Et qui sait, peut-être qu’elle pourrait lui donner un coup de pouce. Cet entretien allait être long et fatiguant, autant qu’elle y trouve un semblant de distraction. Et même dans une si petite pièce, auprès d’un seul individu, elle était plus que ravie de pouvoir semer un peu de chaos dans sa tête. Elle ne se départissait pas de son sourire amusé. Et ne disait plus rien. L’écoutait. Bien évidemment qu’il considérait les Sans-Faction comme une forme de vermine. C’était le cas d’eux tous. Bien sûr, ils avaient de la pitié pour eux, mais mêlée au soulagement de ne pas être l’un des leurs. Ils les plaignaient mais ne s’y mêlaient surtout pas, sans doute de crainte que leur sort soit contagieux, mais aussi d’un sentiment de culpabilité.

Oh non, elle ne cherchait pas à se dédouaner. Mais le fait était là: il l’avait poussée, il avait provoqué le second coup de feu. En tout cas, il ne réagit pas lorsqu’elle fit mention de la brunette. Soit il était particulièrement doué pour dissimuler ses sentiments, soit elle ne lui était pas liée en fin de compte. Dommage, ça aurait été plus amusant.

Elle s’était attendue à beaucoup de choses, mais certainement pas à ce qu’il lui demande, de but en blanc, pourquoi elle avait tiré sur la présidente. D’abord, elle le regarda, ahurie, avant d’éclater de rire. Son hilarité était d’ailleurs telle qu’elle manqua de tomber de sa chaise. Puis elle finit par se calmer peu à peu.

« Excuse moi, je te prie… c’est particulièrement impoli, mais je… C’est elle qui t’a demandé de poser cette question ? Elle est tellement tordue » Elle laissa de nouveau échapper un petit rire, hoqueta et prit de profondes inspirations pour regagner son calme. « Tu ne sais rien, pas vrai ? Tu sais quoi, tu devrais lui demander directement pourquoi j’ai fait ça. Je suis persuadée que tu ne seras pas déçu de la réponse ! »

Enfin, si elle répondait. Il était peu probable qu’elle accepte de dévoiler à un sous-fifre la vérité. En tout cas Moira avait l’art et la manière de mener son monde comme elle l’entendait, et ne manquait pas d’un certain humour. Mais sous son hilarité, Thursday savait parfaitement qu’elle vivait peut-être ses dernières heures. Elle ignorait encore ce qui serait prévu pour son cas, mais elle ne doutait pas que la vengeance de la Présidente serait à la hauteur du jeu auquel elles jouaient depuis des années maintenant. Mais peu importait ce qui allait se produire à présent, elle avait envie de s’amuser une dernière fois, de peut-être laisser un petit cadeau à cet homme qui évoluait dans un monde qu’il ne comprenait probablement pas totalement. A moins qu’il soit tout simplement ravi de n’être qu’un aveugle serviteur.

Il n’empêche que cet interrogatoire manquait de quelque chose. En bref, elle n’allait pas tarder à s’ennuyer. Elle avait froid, faim, et il commençait à l’agacer. Quand est-ce que quelqu’un ici se montrerait avec un semblant d’intelligence ? A croire qu’elle était destinée à ne rencontrer que des robots complètement décérébrés. Soudain, elle posa brusquement les deux mains à plat sur la table et poussa un profond soupir d’exaspération en levant les yeux au ciel. Puis elle se mit à s’adresser à lui comme s’il était un écolier qui avait mal appris sa leçon de mathématiques.

« C’est bien beau d’essayer de me menacer, mais comment veux-tu avoir les bonnes réponses si tu persistes à poser les mauvaises questions? » Elle ferma les yeux un instant, avant de prendre un ton plus posé. « Tu sais, je ne suis pas si mauvaise. Je suis tout à fait prête à coopérer. Mais si tu ne réfléchis pas un peu, on ne va aller nulle-part. Alors sois gentil et fais un effort. »

Coopérer, coopérer… Peut-être pas tout à fait de la manière dont il l’espérait…


- © FICHE  BY DISTURBED -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: You won't like what comes next ▲ THURSDAY Mer 15 Fév - 10:46



You won't like what comes next

FT. THURSDAY THUNDER


Les questions, tous ces doutes qu’il se pose n’ont pas leur place en cet instant et en ce lieu. Ce que pense Thursday de lui ne compte pas, Envy a toujours su faire la part des choses et compartimenter ses réactions, ses émotions, entre le professionnel et le privé. Il n’y a pour ainsi dire que Blake qui est capable de l’atteindre de plein fouet sur tous les fronts de son existence. Ruben aussi, un peu. Mais pour le reste du monde, il n’est que l’image de ce qu’il veut bien leur donner, du peu de pouvoir qu’il veut bien leur adresser. Moira n’a fait que profiter d’un instant de faiblesse pour s’immiscer, pour jouer de cette faille qui était la sienne à ce moment-là. Etait, car il a fini par la mettre de côté, par outrepasser ce deuil qui n’a fait que durer. Son frère est mort, et il ne reviendrait pas. Jamais. Horrible réalité qu’il a finie enfin par accepter, pour s’occuper du présent, des vivants. De ceux qui restent et ont irrémédiablement besoin de lui. Bien sûr, qu’il n’est pas blanc, Envy, loin de là, comme tous ceux qui dirigent, comme tous êtres humains qui foulent les terres de Chicago. Il a ses émotions, ses forces et ses travers, comme tout le monde. Comme elle, qui lui fait face. Elle est en colère, au fond, il soupçonne déjà les raisons qui l’ont poussé à faire ce qu’elle a fait. Quelques années en arrière l’audacieux s’apprêtaient à faire pareil, à passer du côté de cette barrière invisible et si rapidement franchissable. Prêt à mettre la ville à feu et à sang pour tout bousiller du gouvernement en place. Pour les achever, tous, les faire disparaître. Le point de non-retour aurait également été franchi par ses mains, ses doigts pressant la détente ou les bombes qu’il aurait tout bonnement décidé d’utiliser. Oui, il a failli, Envy, mais rattrapé par ses maux et le haut serpent il n’a pas été au bout de ses convictions. Dire que Thursday a tort d’avoir agi de la sorte ? Non, il ne l’avouera pas à voix haute mais il ne peut pas lui en vouloir, si ce n’est d’avoir mis la vie de parfaits innocents en danger. Si ce n’est d’avoir atteint une cible qu’il ne fallait pas atteindre, bousculade ou non. Quand on veut se servir d’une arme, on sait la maîtriser, on doit en avoir le contrôle. Il ne doit aucunement y avoir de bavure. Aucune. Mais il y en a eu. Et bien qu’il soit extrêmement en colère, elle ne saurait rien du lien qui le lie à la Dirigeante des Sincères.

Lorsqu’il lui demande pourquoi et qu’elle éclate de rire, il ne réagit pas ni ne hausse un sourcil, demeure immobile, parfaitement froid. Comme la majorité des pris sur fautes et parce qu’il sait pertinemment comment la colère peut vous faire réagir, il n’est pas étonné de la voir reporter la faute sur la Présidente.

« Elle n’a pas tiré. Tu l’as fait. » qu’il réplique aussi sec sans daigner accorder le moindre sourire ou la même crédibilité à ses paroles. Ce n’est pas pour ça qu’il n’imprime pas chaque mot qui s’échappe des lèvres de la brune.

Elle a beau usé de ses mots acerbes et d’un ton qui en dit long sur sa considération pour lui, ou même les autres, rien ne prend et rien ne fait frémir le Dirigeant des Audacieux. Ses doigts continuent de claquer contre la table métallique et il ne la quitte pas des yeux. Poser la bonne question. Ce n’est qu’en y réfléchissant qu’il lâche un maigre sourire qui apparaît au coin de ses lèvres.

« Bien. ». Envy penche la tête sur le côté, observe la porte savamment fermée puis plante ses deux billes bleues dans celles de la jeune femme. « Qu’est-ce qu’Elle t’a fait, Thursday ? »

Comme il l’a dit précédemment, il n’y aura pas de troisième essai. Bonne question ou pas. Il lui accorde tout de même le bénéfice du doute, mais il ne laissera pas passer une nouvelle réponse vague ou qui tombe à côté. Lui aussi ne perdra pas plus son temps, quand bien même il ait deux bonnes heures libres devant lui avant de retourner auprès de Blake. Si la sans-faction continue de jouer avec la propre muraille qu’elle s’est construite pour se barricader, il n’est pas certain de réussir à se contrôler plus. Surtout qu’il ne manque pas d’idées…

Les questions, tous ces doutes qu’il se pose n’ont pas leur place en cet instant et en ce lieu. Ce que pense Thursday de lui ne compte pas, Envy a toujours su faire la part des choses et compartimenter ses réactions, ses émotions, entre le professionnel et le privé. Audacieux il l’est et le demeure, user de force ne lui fait pas peur. Que l’addiction à l’alcool soit présente ou non, ses membres ne bougent pas d’un millimètre, le regard définitivement plongé dans le fuyant de la brune. Elle saura perdre patience bien avant lui, simplement à cause du froid glacial qui règne en ces sous-sols, froid qui pourrait bien s’empirer. Seules les secondes qui viennent vont le déterminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Thursday Thunder

❖ Date de naissance : 22/04/1989
❖ Barge depuis : 02/06/2015
❖ Messages : 3531
❖ Avatar : Jenna Coleman
❖ Crédits : Avatar ► Faust ; Gifs: TUMBLR ;Code sign: DISTURBED <3
❖ image :
❖ Âge personnage : 31 yo
❖ Profession : Croque-mort
❖ Faction : Sans faction
❖ Philosophie : I'm naughty, but that's why you love me



MessageSujet: Re: You won't like what comes next ▲ THURSDAY Mar 28 Mar - 17:26



You won't like what comes next

- feat Envy -


Elle commençait sérieusement à se demandait où tout ceci allait. Est-ce que cet homme se contentait de jouer avec elle sur les ordres de Moïra, ou espérait-il sincèrement obtenir des réponses ? Non, il n’était pas assez malin pour jouer à ce genre de jeu. Il avait l’air de croire sincèrement en ce qu’il pensait être sa mission, lui extorquer la vérité pour rendre justice. Et accessoirement éviter de trop se mouiller en réfléchissant vraiment sur la situation. Après tout, les aveugles et les ignorants étaient toujours les plus heureux, n’est-ce pas ? Néanmoins, elle ne savait que trop bien que son destin était désormais scellé. Elle ignorait encore de quelle manière, et il était probable que ce soit son cas à lui aussi. La Présidente n’aurait jamais dévoilé ses plans à un sous-fifre pareil, tout comme elle ne lui aurait pas donné pour mission de la tuer. Enfin, elle l’espérait, Thursday aurait été incroyablement déçue si ça avait été le cas. Elle attendait tout de même un peu plus de la part de son adversaire favorite. L’homme face à elle semblait insensible à ses arguments, décidé à la voir comme le Grand Méchant Loup de l’histoire. Oh, bien sûr, elle était loin d’être une sainte, mais elle reconnaissait volontiers qu’à côté de Moira, elle n’était encore qu’une petite joueuse. Peu importait, tôt ou tard cela changerait. Tôt ou tard, elle aurait la capacité et la possibilité de se venger exactement comme elle le voulait. Elle y croyait, elle l’espérait même plus que tout.

Il avait visiblement été bien formé aux interrogatoires. Il ne montrait pas la moindre émotion, et la regardait d’un air glacial, sans aucune réaction face à ses attitudes provocatrices. Elle était curieuse de voir jusqu’où irait son stoïcisme. Elle avait froid, se trouvait assise dans une position particulièrement inconfortable, il fallait bien qu’elle trouve un moyen de se distraire. Néanmoins, il manquait clairement de subtilité et de finesse, deux qualités qu’elle appréciait pourtant particulièrement. Elle ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel lorsqu’il signala que c’était elle qui avait tiré.

« Si c’est pour dire des évidences, je pense qu’il vaudrait encore mieux te taire. »
lui répondit-elle d’un ton cinglant.

Elle prit alors une mine boudeuse. Elle avait soudain la désagréable impression de perdre son temps face à un butor qui n’avait aucune conversation digne de ce nom. Que comptait-il faire ensuite, se servir de ses poings ? C’était d’un commun… une véritable caricature. Et elle y mettait de la volonté pourtant. Elle essayait sincèrement de l’aider, mais il ne voulait visiblement pas y mettre du sien. Et c’est au moment où elle avait perdu tout espoir qu’il fit preuve d’une vivacité d’esprit qu’elle n’aurait pas cru possible. Son visage s’éclaira d’un sourire lumineux. Enfin, il avait posé la bonne question.

« Et bien voilà, tu vois quand tu veux ! Ce n’était pas si difficile, n’est-ce pas ? »

Puis, elle détourna le regard pour le poser sur ses ongles pendant un petit moment, comme si elle examinait leur état d’un air distrait. Quelques instants s’écoulèrent avant qu’elle semble s’étonner de ce soudain silence. Elle leva de nouveau les yeux vers lui, d’un air intrigué, avant de sembler comprendre ce qu’il voulait.

« Oh, je ne peux pas répondre, crois bien que j’en suis vraiment navrée. Que tu le crois ou non, je suis en train de te sauver la vie, tu devrais me remercier. »

En ce qui la concernait, la discussion était close. Elle avait semé les graines dans son esprit, peut-être qu’il aurait l’intelligence et la curiosité d’aller voir de plus près ce que tout cela pouvait signifier, ou peut-être pas, cela ne la regardait plus à partir de maintenant. Elle en était lasse de cette conversation et encore plus de cet endroit. Elle ne lui demanda pas où elle irait ensuite, elle doutait qu’il le sache et elle n’était pas certaine d’avoir envie de le savoir dans l’immédiat. Elle se concentra de nouveau sur ses ongles, qui paraissaient soudainement la passionner.

« Ils ne sont pas vraiment en bon état… » dit-elle d’une voix pensive. « Tu n’aurais pas du vernis à ongles par hasard ? » lui demanda-t-elle, sans même lever les yeux vers lui.


- © FICHE  BY DISTURBED -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: You won't like what comes next ▲ THURSDAY Mar 20 Juin - 13:16



You won't like what comes next

FT. THURSDAY THUNDER


L’art de l’interrogatoire n’est pas chose facile et l’audacieux le sait. C’est une évidence, un jeu perpétuel de comédie et parfois même de fausse compassion. Mais il y a des cas ou même une petite pointe de pseudo pitié ne fonctionne pas, des cas tellement ravagés par l’obscur qu’il n’est plus possible de tirer quoi que ce soit d’eux. Le dossier de Thursday, il n’a pas eu le temps de lire entre les lignes, il n’a pas daigné chercher à connaître son passif au moment  où ses pas l’ont mené tout droit jusqu’à l’intérieur de cette pièce où la comédie se joue depuis lors. Ca, et une véritable lutte de pouvoir. Sait-elle seulement à qui elle s’adresse ? Non, Envy n’en est pas sûr, et de toute manière il n’est pas du genre à jouer de son titre pour parvenir à ses fins. Pas toujours. La jeune femme tente de retourner la situation à son avantage, elle use de force verbale et de piques voués à lui faire perdre ce calme olympien et glacial qu’il arbore. L’audacieux en a connu des plus récalcitrants encore et bien qu’il ne soit pas à prendre avec des pincettes, il lui accorde trois chances. A cet instant précis, ils en sont déjà à la deuxième. Il ne lui en reste plus qu’une seule.

Le ton claque, cinglant et jamais Envy ne détourne son regard du sien, imperturbable, immobile. « Tu n’es pas en position de me tutoyer. » qu’il lâche à son tour en réponse, juste avant de poser la question autrement, s’intéressant de manière faussée (plus ou moins) à ce que Moira a bien pu faire à la jeune femme pour qu’elle soit si en colère et vouée à prendre le risque de se faire enfermer à vie. Les félicitations de Thursday ne font ni chaud ni froid à l’audacieux qui, s’il le pouvait, se mettrait à rouler des yeux. Attendant qu’elle daigne enfin lui répondre et se dévoiler un brin, c’est face à une énième barrière qu’il se heurte, pour son plus grand agacement. La sans-faction vient d’échouer, et comme il l’a si bien dit il n’y aura pas de troisième chance. Concentrée sur ses ongles, elle ne semble plus lui prêter la moindre attention. Soit. Délicatement et toujours aussi calme, Envy se lève de sa chaise dans un crissement métallique, file frapper à la porte blindée qui s’ouvre sans perdre une seconde et disparait de la vue de la brune. Au mieux elle pensera qu’elle a gagné, au pire… Elle pensera qu’elle a gagné. Aussi. Mais ce n’est nullement le cas. Les minutes s’enchainent dans un silence morbide au cœur de la pièce et la porte ne se rouvre que dix bonnes minutes plus tard. L’audacieux pousse de ses bras ce qui ressemble trait pour trait à un réfrigérateur mis sur roulettes. L’on est pas loin de la vérité, mais il n’y a aucun branchement et ce n’est pas voué à congeler. Du moins, pas tout à fait.

« Je t’ai laissé trois chances Thursday et crois-moi je t’ai déjà fait une fleur. » qu’il lance en se rapprochant d’elle. L’un des gardiens qui surveille la porte lui tend une petite clé qui lui sert à détacher l’accroche bloquant ses menottes à la table. Puis, décrochant l’une des deux mains de la brune, il vient faire en sorte, écrasant littéralement son fin poignet entre ses doigts, de les menotter à nouveau, dans le dos. Une fois fait, qu’elle le veuille ou non, se débatte ou non, c’est par le col de son haut qu’il la soulève de son siège pour l’emmener jusqu’au réfrigérateur. La clé est à nouveau tendue au geôlier et la porte se referme dans un bruit sec sur ce dernier. Les traits fermés, l’audacieux ouvre le couvercle pour laisser apparaître de l’eau et de la glace. Il ignore le passif de la jeune femme, mais il n’est pas là pour être tendre. « Encore une fois… Qu’est-ce qu’elle t’a fait ? Pourquoi tu as voulu l’assassiner ? ». Sans lui laisser le temps de répondre, ses doigts enserrent l’arrière de sa nuque et c’est sans ménagement qu’il lui enfonce la tête dans l’eau glaciale. Pour sûr ça lui rafraîchirait peut-être la mémoire. S’il avait voulu être doublé d’un sadique il lui aurait dit de ne pas oublier de respirer, mais Envy n’est pas nécessairement un tueur, il a déjà tué, mais là n’est pas son but. Sauf que ce détail… Thursday ne le sait pas, et il sait très bien le cacher.

Dans sa tête il compte, se focalise sur les réactions du corps de la brune et attend patiemment que l’air vienne à manquer et que la nécessité de respirer soit grande, avant de la ressortir, éclaboussant sa propre tenue au passage. Il ne hurle pas. Jamais.

« Pourquoi, Thursday ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You won't like what comes next ▲ THURSDAY

Revenir en haut Aller en bas
 

You won't like what comes next ▲ THURSDAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › West Side :: Chicago Police Department-