Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Charlize E. Flores

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 15/07/2015
❖ Messages : 1477
❖ Avatar : Odette Annable.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gifs) & disturbed (css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente balais.
❖ Profession : Dirigeante des Sans-Faction, stripteaseuse dans un nightclub crade chez les SDF et membre de la résistance.
❖ Faction : Sans-Faction, comme une grosse merde. (Ex Sincère, née Altruiste.)
❖ Forces & Faiblesses : Un glorieux mélange d’alcoolisme trop assumé et une poisse légendaire.
❖ Philosophie : Don't be a drag just be a queen.
❖ Playlist : LENKA - everything at once. FLORENCE + THE MACHINE - shake it out. THE KILLS - cheap and cheerful. SIA - alive. BISHOP BRIGGS - be your love.



MessageSujet: Re: in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE Mer 30 Nov - 13:56


❝ Who are we mistaken ?
feat. Gray J. Wolfgang & Blake C. Keyshawn. ❞





Es-tu prête, dis-moi ? Es-tu prête à laisser se consumer ta lucidité dans ce pays de brasiers ? Es-tu prête à entendre ses sanglots qui lentement se meurent dans le vent et de voir son fantôme disparaître peu à peu dans le néant ? Es-tu prête à franchir le pas, poser un œil sur cette fenêtre qui te donne un aperçu de ce monde ardent et terrible ? Nos cervelles éclatées parce que nous sommes rêveurs et fous, es-tu prête à en voir l’étoffe cruelle et tragique ? La prière et le blasphème qui ne pourront absolument rien trancher au nom d’un mal, au nom d’un bien, parce qu’ici-bas les problèmes suprêmes sont de connivence avec chimère et réalité. Es-tu prête à fixer les yeux sur cette œuvre profonde ? La Folie, elle est partout. C’est la réalité, secrète en conséquence, mais néanmoins enclose, dans le cours perpétuel et eurythmique des choses. Es-tu prête, dis-moi, es-tu prête à donner la vie à son horrifiante beauté, pour défendre cette cause encore trop sourde ?

Mais pourtant elle est là, sa lugubre mélodie. Le chant du condamné. La terre entière en est sonore de ce son pas clair. Cette nuit, attentive, elle écoute son râle et son glas qui s’émaillent sur les partitions de gâchis et de répulsions.

- À tout moment, Blake, tu vas pouvoir mettre un terme à cette simulation. La frontière entre la réalité et ce rêve partagé sera maigre. Ne t’y perds pas.

Que je te murmure alors que je finalise les dernières étoffes de la machine ; copie quasi exacte de celle que l’on retrouve à la Willis. Et je ne vous dis pas comment est-ce que je suis parvenu à obtenir ce petit bijou. Nous sommes dans un endroit qui n’est pas un endroit. Un refuge qui n’est pas un refuge. Une cache qui n’est pas une cache. Nous sommes nulle part et à la fois partout, ici-bas. J’instaure diverses lignes de codes et données informatiques en tapotant comme une acharnée sur l’écran tactile de l’ordinateur, régularise les fréquences et m’assure que l’implantation d'une idée étrangère dans le subconscient de Gray ne soit pas fatale pour lui et pour nous. Les matrices représentent des statistiques réconfortantes et rassurantes… nous allons pouvoir y aller.

Je m’arrache de ma geek-attitude et viens te retrouver en m’assurant que tu es confortablement assise dans le fauteuil de simulation, te plantant sur les tempes de jolies petites électrodes médicales, faisant de même avec mon petit moi-même, tandis que j’extirpe d’un freezeur verrouillé deux fioles contenant le sérum hallucinogène de base.

Es-tu prête, dis-moi ? Es-tu prête à laisser se consumer ta lucidité dans ce pays de brasiers ?

- Je serai là avec toi.

Et je te tends la fiole de verre, avant d’aller prendre place sur mon propre siège et d’avaler cul-sec le liquide psychotrope.

- Ferme les yeux et pense à quelque chose d’agréable.

Es-tu prête, dis-moi, es-tu prête à donner la vie à son horrifiante beauté, pour défendre cette cause encore trop sourde ? Es-tu prête à entendre ses sanglots qui lentement se meurent dans le vent et de voir son fantôme disparaître peu à peu dans le néant ?

_________________

The clock is ticking
- I've never been the best at letting go -

ship made by MA PETITE PUPUCE ET MERCI BEAUCOUP Sasa :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Blake C. Keyshawn

❖ Date de naissance : 10/08/1987
❖ Barge depuis : 26/02/2016
❖ Messages : 572
❖ Avatar : Phoebe Tonkin
❖ Crédits : Melaaniee
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Dirigeante des Sincères
❖ Faction : Sincères
❖ Forces & Faiblesses : Incorruptible, je ne joue pas avec la politique. Je veux juste que Justice soit rendue. Celà peut être un avantage mais aussi un inconvénient...
❖ Philosophie : There is no middle. There is just Truth or Lie.
❖ Playlist : The Veronicas ► Heavily Broken - Emily Browning ► Asleep - Gleecast ► Total Eclipse of the Heart - Jessie J ► Casulaty of Love - Mariah Carey ► Infinity



MessageSujet: Re: in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE Dim 11 Déc - 20:14


We all are insane

Dès que Blake avait accepté cette folle idée d’entrer dans l’esprit d’un autre, elle s’était avouée être devenue dingue. N’était-ce pas insensé cette histoire ? Et pourtant, ce que lui disait Charlize ne pouvait qu’être vrai. Alors au diable ce qui semblait être du domaine de la psychiatrie, elle suivrait son amie, même s’il fallait pour cela traverser les sept enfers de Dante. Franchir le pas qui la mènerait droit dans un enfer (non parce qu’entrer dans la tête du Wolfgang, c’était un enfer) lui demanderait un effort mais elle ne pouvait plus reculer. Observant la divergente avec une amitié sincère, elle l’écoute lui parler d’une frontière entre le réel et le rêve. N’importe qui la prendrait de haut, lui insufflant qu’elle était perdue dans une réalité, pour sûre, mais qu’elle affabulait totalement. Mais pas Blake. Blake la croyait. « Comment ne pas m’y perdre, Charlize ? Que dois-je faire ? »

La machine pourtant est réelle. Serait-ce une énième manipulation psychique ? Manifestement oui. Mais quel était l’intérêt de faire croire à une connexion ? Non, ils avaient dû vraiment trouver comment connecter deux esprits, mais à quelle fin ? Elle n’était pas sûre de comprendre en quoi tout ceci pouvait être utile à la Présidente sauf si... Si cet engin pouvait connecter des personnes qu’elle soupçonnait et des personnes qui lui étaient aveuglément fidèle. Et si on lui demandait d’entrer dans ce jeu ?

Elle pianote encore et encore. Comment savait-elle utiliser cette machine ? « Comment connais-tu tous ça, Charlize ? » Oui. Elle ne doutait pas de son intelligence, mais tout de même, entre subir une expérience et savoir exactement comment l’engin fonctionnait... Et si elle était en train de se faire piéger ? Un sentiment de peur commença doucement à s’infiltrer dans ses veines mais il était trop tard pour reculer. Assise dans son fauteuil, elle la vit revenir pour voir si elle était bien. Lui offrant un sourire un peu  nerveux, elle la sent lui poser des électrodes. « Il sait que nous venons ou... ? » Leur dernière entrevue lui laisser deviner qu’il ne serait sûrement pas ravi de la voir. Prenant le flacon que lui tendait Charlize, elle le reconnut. Un hallucinogène. Charlize lui faisait consciemment prendre un sérum hallucinogène. Pas étonnant qu’elle puisse être persuadée être dans l’esprit d’un autre. « Oui, bien sûr. » Elle lui sourit mais dès qu’elle eut le dos tourné son regard exprima la pitié. Ils l’avaient rendue folle, c’était certaine. Levant sa fiole, Blake l’avala à sa suite. Fermer les yeux. Penser à quelque chose d’agréable.

Blake était assise dans le canapé et reposait contre le torse musclé de son mari. Ils avaient eu une longue journée, mais là, allongés ensemble, le monde semblait si apaisé. Elle sentait la main chaude qui lui caressait les cheveux en une caresse. Dans ses bras, elle était protégée. Dans ses bras, rien ne pouvait l’atteindre. « Je t’aime » Les mots, suivis d’un baiser, lui gonflait alors le coeur. Il la serrait un peu plus contre lui. Elle fermait les yeux.

Un sourire se dessina lentement sur ses lèvres. Elle ne savait pas si Charlize voyait ce qu’elle imaginait mais c’était l’un de ses derniers moments de bonheur. Si seulement elle pouvait retrouver tout ça... Blake se perdait dans ce souvenir avec délectation. Un simple petit moment de vie à deux, une des choses les plus précieuses qu’elle avait perdu. Elle ne savait pas à quoi s’attendre, elle ne savait pas vraiment si les choses changeraient tout d’un coup. Une chose était certaine, elle avait de plus en plus de mal à discerner le rêve de la réalité. La frontière était aussi mince qu’annoncée mais elle ne voulait pas en partir. Ce lieu, il lui manquait beaucoup. Elle voulait y rester pour toujours. Ce n’était sûrement pas une bonne chose pour leurs affaires mais elle vivait intensément ce souvenir. Envy était sobre. Envy était toujours là. Le divorce n’avait pas eu lieu encore. Il n’avait pas perdu son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gray J. Wolfgang

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 01/11/2015
❖ Messages : 5112
❖ Avatar : Brett Dalton
❖ Crédits : TF (vava) - Swanou (spoiler signa) - Alas (code signa)
❖ Multicomptes : Envy D. Carter & J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Bras droit des Sans Faction, membre actif de la résistance - Ex Barman au Harvest et rat de laboratoire pour le compte de Moira Rosenbach.
❖ Faction : Divergent, Factionless - Anciennement Amity - Origines Erudites
❖ Forces & Faiblesses : Tolérance face à la douleur - Techniques de combats à mains nues - Manipule plutôt bien les lames, il les préfère aux armes à feu - Sa plus grande faiblesse réside maintenant dans le fait que le Conseil connait sa Divergence - A des cauchemars récurrents sur son enfance - Garde un oeil constant sur ses aînés et les O'Malley.
❖ Philosophie : Season two l I'm gonna shoot you down. - Season one l Count only on yourself, otherwise you'll just die, victim of treason
❖ Playlist : HELLO ▲ Adele - HURRICANE ▲ 30 Seconds to mars - MONSTER ▲ Imagine Dragons - PARALYZED ▲ NF - THE SCIENTIST ▲ Coldplay - FADED ▲ Alan Walker - TRAIN WRECK ▲ James Arthur



MessageSujet: Re: in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE Jeu 15 Déc - 20:51



Deep down in my soul

FT. CHARLIZE E. FLORES & BLAKE C. KEYSHAWN


Ternes. Les images sont ternes, l’atmosphère est terne. Les murs blancs ont perdus de leur éclat, poussiéreux et grisâtre, ils sont bien loin du blanc maculé qui les rendaient si lisses autrefois. Vous pénétrez dans un monde qui n’est pas le vôtre et qui ne se rapproche en rien de vos souvenirs. Si le couloir que vous empruntez n’est que luxe à chaque meuble et chaque lustre, il n’en est pas plus reluisant pour autant. Seul le silence se meurt ici, seul l’obscurité vous avale, lentement. A chaque pas c’est comme si un néon s’éteint, plongeant l’image derrière vous dans la plus sombre noirceur. Vous pénétrez dans son monde et vous n’êtes pas les bienvenues. Les photos familiales sont inchangées, seul le cadre du portrait de famille dans sa totalité est bancal sur ce mur anormalement gris. Les sourires peints sur les visages, de la cravate impeccable du paternel aux dents irrémédiablement blanches de la mère. Blonde quand le père a des cheveux d’un noir de jais. Henrik, le plus âgé, regarde l’objectif avec un sourire parfait, tandis que Joe se tient bien droite et n’ose montrer ses dents, haute comme trois pommes. Puis il y a le dernier de la fratrie, sagement emmailloté et bercé dans les bras de sa mère, ses cheveux arborent déjà la fidèle couleur sombre de sa destinée. Le cadre est bancal mais la famille parfaite et accueillante.

Apparence.  

Le couloir vous mène tout droit vers la pièce principale, le salon immense ouvert sur une baie vitrée qui donne normalement vue sur l’horizon dans lequel se trouve également un piano normalement aussi blanc que tout le reste. Mais la porte s’éloigne de vos bras et vous ne pouvez y accéder. Le plus pire en Enfer ce sont les sons. Des sanglots. Des pleurs. Un enfant. La tristesse pue à plein nez et vient ternir un peu plus les murs qui passent du gris terne au gris sombre. Le verre du portrait de famille se fend, craque en même temps qu’une faille commence à se former dans le bêton, effritant la peinture. Les sanglots viennent de partout, tout autour de vous, de plus en plus fort et de plus en plus vite, un véritable manque d’oxygène jusqu’à ce qu’enfin, cette maudite porte soit à votre portée et que le silence d’un seul coup retombe aussi sec.

« Papa, elle est où maman ?
- Elle est partie, elle ne reviendra pas. »

La silhouette affalée dans le canapé vous tourne le dos. L’enfant d’à peine trois ans a les mains posées sur l’accoudoir en cuir et observe d’un air interrogateur cet homme dont seuls les cheveux de la même couleur que ceux de son fils sont visibles à l’œil nu. Le petit bonhomme tourne la tête et vous scrute d’un air impassible et vide d’émotion. Simplement curieux et silencieux. Vous ne pouvez pas vous rapprocher, vous êtes coincées. Et la lumière s’éteint dans la pleine obscurité quand le son d’une gifle qui vient d’être donnée retentit dans vos oreilles. Lorsque la lumière revient au secours de vos prunelles, l’enfant se tient juste devant vous et vous observe d’en bas, trop petit pour vous faire face. Le teint pâle, les yeux couleur d’ébène s’accordent à merveille avec sa petite tignasse. Bien habillé pour son âge, il vous scrute sans relâche et vous inspecte en silence avant de finalement tendre son bras gauche vers votre droite. Il montre une direction et ne prononce pas un seul mot. Vous êtes revenues à la case départ, au bout du couloir menant au salon. Sur votre droite, un autre, menant vers la porte d’entrée cette fois qui s’y trouve tout au bout. De chaque côté, une multitude de portes normalement blanches sont fermées. C’est la direction qu’il vous a indiqué.

Lorsque vous tournez à nouveau votre tête vers la direction initiale, la silhouette enfantine a disparu comme elle est venue. Vous pénétrez dans un monde qui n’est pas le vôtre. Le plus pire en Enfer ce sont les sons. Elles claquent, se font entendre jusqu’au bout du couloir mais aucun autre son résonne. Il provient de l’une des portes fermées. Elles claquent, se font entendre jusqu’au bout du couloir et ne cessent jamais.

« Graham, dépêche-toi, il ne faut pas qu’il vienne. »

Elles claquent à mesure que vous avancez.

« Graham ! »

A mesure que vous vous interrogez.

« La douleur est secondaire, apprends à l’oublier et elle te rendra plus fort. Tu ne veux donc pas rendre ton père fier de toi ? »

Et le rouge carmin se fraie un chemin.

« Tu es prêt. ». Lui.
« Aloysia. ». Elle.
« Graham. »

Glisse sous l’une des portes quand le mur juste à côté manque d’éclater, laissant apparaître une faille qui s’étire et se creuse. Lentement il coule sur le carrelage froid d’un blanc, cette fois-ci, immaculé. Des traces apparaissent au mur et une autre faille éclate dans un bruit assourdissant. Elles claquent toujours.

« Tu es là pour apprendre. ». Elle.
« Compte ! ». Lui.

Des sanglots, des pleurs. Cris étouffés d’un mal qui ronge, funeste spectacle de l’horreur. Maux de douleurs. Et elles claquent, et claquent encore. La porte du fond s’ouvre à la volée. La salle de bain, emplie d’une baignoire de marbre et d’or nacré contre laquelle son corps est penché en avant, presque accolé. Acculé. Il n’y a plus de silhouette sombre, juste le vestige d’un fouet sur le sol carrelé d’où les gouttes de sang ruissellent encore. Le pré-adolescent ne bouge plus, immobile, bras posé contre le rebord de la baignoire et dos tourné, mutilé. Il essaye de se reconstruire, il n’a pas compté et le silence est retombé. Il n’entend pas ni ne voit, comme absent de tout ça. Vous pénétrez dans un monde qui n’est pas le vôtre et qui n’a strictement rien à voir avec vos souvenirs.

La pièce est plongée dans la semi-obscurité, toute tentative pour lui adresser la parole est vaine et sans succès. Il ne vous regarde ni ne vous adresse la parole, comme absent de ce monde qui l’entoure quand son sang en gouttes s’effondre de son dos sur le sol froid. Plus de couloir ni de possibilité de faire demi-tour, alors seulement il sort de l’ombre, de l’obscurité qui englobe et inonde. Les joues creusées et le regard d’acier, les cheveux noirs et la barbe de plusieurs jours arrivée, il ne cesse de vous fixer.

Vous êtes dans son monde et vous n’êtes pas les bienvenues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Charlize E. Flores

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 15/07/2015
❖ Messages : 1477
❖ Avatar : Odette Annable.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gifs) & disturbed (css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente balais.
❖ Profession : Dirigeante des Sans-Faction, stripteaseuse dans un nightclub crade chez les SDF et membre de la résistance.
❖ Faction : Sans-Faction, comme une grosse merde. (Ex Sincère, née Altruiste.)
❖ Forces & Faiblesses : Un glorieux mélange d’alcoolisme trop assumé et une poisse légendaire.
❖ Philosophie : Don't be a drag just be a queen.
❖ Playlist : LENKA - everything at once. FLORENCE + THE MACHINE - shake it out. THE KILLS - cheap and cheerful. SIA - alive. BISHOP BRIGGS - be your love.



MessageSujet: Re: in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE Sam 24 Déc - 14:46


❝ Who are we mistaken ?
feat. Gray J. Wolfgang & Blake C. Keyshawn. ❞



Ton indispensable douceur qui se mélange en son indicible noirceur. Nous avançons dans son univers, aux couleurs qui ne sont plus et aux clartés qui ne reviendront jamais. Un couloir, un cadre, un portrait de famille qui paraît trop parfait, une étoffe de rêve au cœur de ce cauchemar en lequel j’ai pâmé les funérailles de ma tristesse récréative qui m’assomme de ses enclumes machinales. Toutes les toxines de son psyché endommagé s’amoncèlent, s’éparpillent dans la résine de son esprit, une substance étouffante qui nous oppresse, l’on continu pourtant d’avancer, suivant les portes qui claquent, les voix qui résonnent, oriflammes d’horreur en ces odes à la terreur. Un véritable opéra de la peur. Ce n’est point un délire, mais des souvenirs, amalgames d’images et de songes qui assaillent pour mieux nous assassiner. Tout ce que l’on voit, se diabolise et tout ce que l’on ne voit pas… s’éternise dans l’obscurité.

« Comment connais-tu tous ça, Charlize ? »

Oh, ma belle et merveilleuse amie, si tu savais toutes les horreurs que j’ai commises pour pouvoir peaufiner cette descente aux enfers… pour pouvoir nous sauver… tous. Nous voilà coincées en ses méandres labyrinthiques, une histoire sordide qui relate un ordre chronologique de ces choses qui l’ont rendu là où il est aujourd’hui et le monstre qu’ils sont en train de faire de lui. Tu avais besoin de voir, Blake. Pardonne-moi, pardonne-moi de t’infliger tout ça. Mais je t’en prie, accroche-toi, accroche-toi à ce suaire de douceur qui t’a aidé à fermer les yeux et te laisser bercer par ce bien trop traître sommeil.

Enfant qui a appris la peur.
Adolescent qui a appris la terreur.
Jeune homme qui a appris l’horreur.
Homme qui connait désormais la noirceur la plus sépulcrale de l’esprit humain.

L’âme du Mal, elle oscille autour de nous, de ce gamin qui nous a observées de ces ébènes sans émois, à cet homme qui se tient désormais devant nous et laisse entrevoir dans le noir profond de ses yeux, les barouds assermentés de son âmes en peine qui se déchire en les délires et malsains désirs de tout vouloir détruire. Homme au visage de cerbère des Enfers, malgré sa maigreur et son lustre défait qui ne referme plus aucune splendeur. Nous ne sommes pas descendues ici-bas pour voir ces intervalles, nous ne pouvons pas nous perdre en son vaste monde sidéral, coincées sur ce point de non-retour, visiteuses de son labyrinthe qui vocifère, je contemple la créature, oublie le fouet ensanglanté, oublie les cris, oublie cette sordide salle de bain, ma main, protectrice, qui cherche la tienne, l’agrippe et te rapproche de moi. Tu avais besoin de voir, Blake et j’ai promis que tu n’en souffriras pas…

« Comment ne pas m’y perdre, Charlize ? Que dois-je faire ? »

Mes doigts s’entrelacent aux tiens, mes nuits immortelles plongent en les tiens et un murmure que toi seule peut entendre, tu sens ce suaire de douceur t’envelopper :

« Je t’aime »

Je fais rejaillir à ton esprit ce souvenir, ces landes sereines et loin de toutes peines. Toi seule peux le voir et l’entendre, je ne suis que ce fil rouge de la liberté qui va t’aider à ne pas sombrer. Accroche-toi, je t’en prie, accroche-toi à ce suaire de douceur, en son indicible noirceur. Comprends que nous ne sommes que des écrans de fumée, en sa psyché calcinée.

Mortifère face-à-face. Il n’y a pas de mot pour rassurer et épargner la créature qui nous fait face.

- Graham, que je souffle, ma voix comme baignée dans l’atmosphère de mort qui nous entoure alors que ce long cortège funèbre qui me sert de corps se dégage lentement de toi pour venir se placer devant toi. J’ai promis que tu n’en souffriras pas et seul le Diable sait ce que la créature nous réserve.

- Voici l’issue du projet Equilibrium, Blake. Voici ce que le projet Immersion fait.

À tout moment, tu peux arrêter cette intrusion. Tu détiens les ficelles qui nous remuent tous les deux, Blake.

Il est ton épée.
Je suis ton bouclier.

_________________

The clock is ticking
- I've never been the best at letting go -

ship made by MA PETITE PUPUCE ET MERCI BEAUCOUP Sasa :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Blake C. Keyshawn

❖ Date de naissance : 10/08/1987
❖ Barge depuis : 26/02/2016
❖ Messages : 572
❖ Avatar : Phoebe Tonkin
❖ Crédits : Melaaniee
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Dirigeante des Sincères
❖ Faction : Sincères
❖ Forces & Faiblesses : Incorruptible, je ne joue pas avec la politique. Je veux juste que Justice soit rendue. Celà peut être un avantage mais aussi un inconvénient...
❖ Philosophie : There is no middle. There is just Truth or Lie.
❖ Playlist : The Veronicas ► Heavily Broken - Emily Browning ► Asleep - Gleecast ► Total Eclipse of the Heart - Jessie J ► Casulaty of Love - Mariah Carey ► Infinity



MessageSujet: Re: in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE Mer 28 Déc - 11:26


We all are insane

Ce monde était terne. Même les murs censés être blancs n’avait que la couleur de la poussière. Quel était ce monde ? Etait-ce vraiment l’intérieur du crâne de Wolfgang ? Les meubles correspondaient à son environnement de naissance mais tout était si triste, froid en quelque sorte. Blake jeta un coup d’oeil au portrait de famille mais avançait surtout. Il y avait quelque chose d’étouffant dans cette atmosphère et elle ne comprenait pas vraiment comment tout ceci fonctionnait même si Charlize le lui avait expliqué. Tout cela semblait tellement incroyable...
Bientôt, elle se retrouva dans un salon immense représentant une scène de famille. Oula. Etait-ce un rêve ou un souvenir ? Dans quoi s’était-elle embarquée ? Les pleurs d’un enfant se font entendre. Blake ressent ce chagrin, elle ne le connaît que trop bien. Ses yeux devinrent brillants alors qu’elle comprenait qu’il s’agissait d’un enfant. Elle entendait mais ne pouvait pas ouvrir la porte. Le silence est presque une rédemption. Une rédemption fatale. « Je t’aime ». Les mots de Charlize avant d’arriver ici résonnaient encore dans son esprit. Elle peut voir l’enfant, l’homme qui leur tourne le dos. Et cette question terrible. Blake se prit de plein fouet cette vision qui trouvait étrangement écho en elle. Son instinct voulu se rapprocher de l’enfant, la froideur de l’homme en face n’étant pas le comportement d’un parent à ses yeux. Seulement, même si l’enfant semble les voir, Blake ne parvint pas à le rejoindre. « Pourquoi ? »

Mais l’enfant restait silencieux et ne fit que leur montrer une direction. Blake ne discernait plus le réel. Voyant Charlize suivre l’indication, Blake la suivit jusqu’à entendre ce son si particulier. Au début, elle crut qu’il s’agissait de portes qui claquaient mais ce n’était pas le cas. Non, elle découvrit, dans ce qui semblait être une salle de bain l’arme qui avait fait ce bruit terrible. Elle perlait encore du sang de sa victime. Horrifiée, Blake se tourna vers son amie pour lui demander ce que tout cela voulait dire. Il n’y avait aucun sens et elle ne voulait pas voir ce qui pouvait se cacher dans un esprit malade. Elle la sent prendre sa main, main qu’elle serre aussi. Encore ces mots. Mots qui calme son coeur affolé devant tant de souffrances. Blake se laissa envelopper dans cette douceur alors qu’une ombre sortait des ténèbres. Elle eut du mal à le reconnaître. « Wolfgang ? » La surprise perçait dans sa voix.

Elle vit Charlize s’interposait entre eux. Oh. Il devait la considérer comme responsable et pourtant Blake ignorait vraiment à l’époque qu’elle l’enverrait dans ce projet. Et puis, elle n’était pas en tord, c’était lui qui en fanfaronnant, malgré ses avertissements, avait fini par dire les mots que les observateurs attendaient. Elle leva la tête, prête à l’affronter. « Je suppose que tu m’en veux et que tu me penses responsable de ce... Fiasco. Je n’étais pas au courant pour ce projet. Et je te rappelle que tu t’es trahi seul... » Elle le fixait droit dans les yeux. Non, elle ne le craindrait pas. Il pouvait être fou, un monstre ou quoi que ce soit d’autre, elle savait que si jamais il osait s’en prendre à elle un panda en furie lui tomberait dessus. Et pour le coup, elle ne le retiendrait nullement. « Je suis ici parce que j’essaie d’arranger les choses. Et je veux comprendre la finalité de ce projet. Et parce que j’ai besoin de toi pour témoigner si tu n’es pas trop... » Fou. Dingue. Barjot. Quel mot serait le plus doux ? Blake n’était pas du genre à prendre des gants mais devant cet idiot mais elle était dans son monde alors... Elle ignorait quel pouvoir il pouvait user ici. « Déséquilibré. » Oui, ce mot semblait pas trop mal en fin de compte. Elle le toisait. Elle ne reculerait pas devant lui. Qu’il déchaîne ses orages, qu’il fasse claquer les éclairs, qu’il lève les vents les plus violents, rien ne la ferait reculer. Elle serait le roseau, elle plierait mais ne casserait pas devant lui. Ce qu’ils traversaient, c’était un désert de solitude, d’incertitudes. Mais Blake n’irait pas se compromettre pour rien et elle était prête à se battre pour faire triompher la Justice. A n’importe quel prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gray J. Wolfgang

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 01/11/2015
❖ Messages : 5112
❖ Avatar : Brett Dalton
❖ Crédits : TF (vava) - Swanou (spoiler signa) - Alas (code signa)
❖ Multicomptes : Envy D. Carter & J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Bras droit des Sans Faction, membre actif de la résistance - Ex Barman au Harvest et rat de laboratoire pour le compte de Moira Rosenbach.
❖ Faction : Divergent, Factionless - Anciennement Amity - Origines Erudites
❖ Forces & Faiblesses : Tolérance face à la douleur - Techniques de combats à mains nues - Manipule plutôt bien les lames, il les préfère aux armes à feu - Sa plus grande faiblesse réside maintenant dans le fait que le Conseil connait sa Divergence - A des cauchemars récurrents sur son enfance - Garde un oeil constant sur ses aînés et les O'Malley.
❖ Philosophie : Season two l I'm gonna shoot you down. - Season one l Count only on yourself, otherwise you'll just die, victim of treason
❖ Playlist : HELLO ▲ Adele - HURRICANE ▲ 30 Seconds to mars - MONSTER ▲ Imagine Dragons - PARALYZED ▲ NF - THE SCIENTIST ▲ Coldplay - FADED ▲ Alan Walker - TRAIN WRECK ▲ James Arthur



MessageSujet: Re: in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE Lun 2 Jan - 22:25



Deep down in my soul

FT. CHARLIZE E. FLORES & BLAKE C. KEYSHAWN


Il les fixe et son nom résonne de la bouche de Charlize. Il la reconnait, il sait qui elle est, et son dos en garde encore les stigmates, se remet lentement mais sûrement des plaies ouvertes. Elle aussi doit souffrir le martyr, il en est certains, mais son esprit est bien trop malade en cet instant de simulation qu’il s’est engouffré dans les souvenirs douloureux pour se protéger d’eux tous.

« C’est Gray. » qu’il lâche d’une voix rauque tandis que la silhouette de lui-même, ensanglantée et adolescente disparait dans l’obscurité la plus totale. Il n’y a plus qu’eux trois, perdus dans un seul et maigre halo de lumière.

Le divergent pourrait rester là, immobile, mais la sans-faction se positionne devant une silhouette qu’il ne reconnait pas tout de suite. Sur le qui-vive, il le demeure, inlassablement, constamment, par obligation. Il n’a pas choisi d’être là et de subir tout ça. Pas encore une. Même dans ses rares moments de repos on ne peut pas le laisser tranquille ? La silhouette féminine de la Sincère apparait seulement devant ses deux billes ténébreuses et son regard se durcit à la vue de celle qui l’a plus ou moins conduit ici sans le vouloir. Malgré la colère qui l’anime, Gray ne bouge toujours pas et ne fait que froncer les sourcils. En réalité, il est à un stade de fatigue tel qu’il ne se sent pas l’envie de se battre, il se bat assez dans la réalité pour avoir également à le faire au sein d’une simulation. Blake parle, il entend mais c’est Charlize qu’il regarde.

« Pourquoi elle est là, Charlize ? »

Il souffle et fait un pas de côté pendant que le décor change. Ils sont chez lui. Du moins ce qu’il connaissait et considérait comme un véritable chez lui. Un poêle derrière elles diffuse une lente et douce chaleur au gré du feu qui crépite à l’intérieur. L’intérieur est modeste, très vétuste. Une maisonnée fraternelle tout ce qu’il y a de plus simple, composée d’une pièce principale à vivre qui fait office de tout, et d’une seconde pièce faisant office de salle de bain. Tout est en bois et même l’odeur champêtre vient alors chatouiller leurs narines, telle qu’il se la rappelle. L’endroit où il voudrait être en ce moment. Las, le jeune homme trouve une chaise et va s’y asseoir, mais c’est sans compter les mots de la brune qui viennent faire vriller ses tympans, rendant son expression beaucoup plus dure, surtout avec la barbe noire qui le vieillit bien de cinq années. Mâchoire crispée, il fixe la jeune femme plus âgée que lui.

« Si tu es là pour faire passer une leçon de morale ou simplement te rassurer d’avoir agi comme il faut, tu peux passer ton chemin. »

Puis ses prunelles viennent retrouver celles de Charlize.

« Pourquoi est-ce que je suis là ? Tu sais pertinemment ce qu’ils nous font subir, alors pourquoi est-ce que je suis obligé d’être encore dans une simulation quand j’y passe mes journées ? Charlize, on n’en a pas eu encore assez ?! »

Il ne comprend pas et est énervé, mais il reste sur son siège il n’a plus la force de se relever. L’environnement autour d’eux ne change pas, bien qu’il paraisse trembler de temps à autre. Comme disparaître et réapparaître telle une lampe lumineuse qui grésille. Gray attend une réponse de Charlize mais c’est Blake qui la lui donne avant et qui trouve des mots encore plus fous que ceux donnés précédemment. Elle a visiblement une très lourde opinion de lui, c’est… Charmant.

« Déséquilibré ? »

Le silence s’installe un long moment jusqu’à ce qu’il ne se mette à éclater de rire, fixant son regard dans celui de la brune.

« C’est comme ça que tu viens demander un témoignage ? ». Il souffle, se lève de sa chaise et chancèle. « Je ne suis pas fou. ». Il rit encore. « Je ne sais strictement rien de ce projet dont tu parles, si ce n’est que je vois Charlize de temps à autre en simulation et hors simulation. Tout ce que je peux dire c’est que ce n’est pas joli-joli. ». Il se fige soudainement et vient se positionner face à la sans-faction. « Pourquoi tu ne lui racontes pas plutôt ce qu’il s’est passé quand tu as décidé de te faire scarifier le dos, Charlize… ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Charlize E. Flores

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 15/07/2015
❖ Messages : 1477
❖ Avatar : Odette Annable.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gifs) & disturbed (css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente balais.
❖ Profession : Dirigeante des Sans-Faction, stripteaseuse dans un nightclub crade chez les SDF et membre de la résistance.
❖ Faction : Sans-Faction, comme une grosse merde. (Ex Sincère, née Altruiste.)
❖ Forces & Faiblesses : Un glorieux mélange d’alcoolisme trop assumé et une poisse légendaire.
❖ Philosophie : Don't be a drag just be a queen.
❖ Playlist : LENKA - everything at once. FLORENCE + THE MACHINE - shake it out. THE KILLS - cheap and cheerful. SIA - alive. BISHOP BRIGGS - be your love.



MessageSujet: Re: in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE Mar 17 Jan - 13:36


❝ Who are we mistaken ?
feat. Gray J. Wolfgang & Blake C. Keyshawn. ❞



Il n’y a plus que nous trois, âmes en peine qui errent mollement en ces limbes horrifiantes et oniriques. Je sens le corps de la Sincère qui s’agite, lorsque l’apparition quasi spectrale de Wolfgang se détache lentement des ombres et s’approche de nous. Prudente, je conserve le silence alors que Blake prend parole, que l’ancien Fraternel se déplace devant nous comme un lion en cage. Derrière lui, tout autour de nous, aux effets qu’ont les images de s’effacer sur le sable lorsque les vagues d’une mer endormie les gagnent, le décor s’efface, se redessine, emprunte une atmosphère familière alors que plus creux on semble se perdre en cette souricière. Mon regard balaye un instant les nouveaux lieux, détaille les meubles, l’absence de décoration propre, contemplant les veinures qui se gravent dans le bois, l’odeur bucolique qui inonde nos narines, bercée par le crépitement des flammes qui dansent et embrasent une cheminée. Un souvenir. Le cauchemar qui devient un rêve. Un rêve qui le garde peut-être en vie. Signe qu’il maîtrise encore les salves de folies et d’atrocités. Il est en équilibre sur son déséquilibre.

Fatigué. Il est harassé de lutter. Il veut qu’on lui foute la paix. Vœux que je lui accorderai volontiers, si je pouvais savoir comment nous extirper pour de bon de ces landes cruelles et assassines. Un échange, à la tension latente, s’installe entre Blake et Gray, en retrait, toujours, malgré les interrogations qu’ils m’adressent tous les deux, je les observe et garde le silence. J’écoute, j’observe, j’analyse et dissèque cette scène. Je sens une résignation chez l’un et une désolante impuissance chez l’autre. Les miroirs de mon âme chavirent un instant dans les prunelles émeraudes de la Sincère, pour ensuite venir se perdre en les ébènes de l’ancien Fraternel. Je remarque alors la noirceur infinie de ses yeux, deux pupilles si profondes qu’elles donnent le vertige, deux puits vides et si abyssaux qu’on peut s’y jeter sans jamais cesser de tomber, nos hurlements poussés s’étouffant en ces ténèbres.

La chute éternelle.
Depuis combien de temps, son monde intérieur sombre dans cette infinie noirceur ?
L’image du fouet ensanglanté et du gamin me revient à l’esprit.  

- C’est de ça que tu veux discuter, Gray ? que je ne peux m’empêcher d’interroger, tandis qu’au-dessus de ma tête j’entends se consumer le crin et que je sens s’abattre sur moi l’épée de Damoclès.  

Honteuse, ma main glisse doucement de celle de Blake alors que je lève un regard résigné vers elle. Dans mon crépuscule intérieur, je sens s’élever une clarté aveuglante, radieux et hideux éclat qui met en lumière en pan de mon âme que j’ai emprisonné depuis si longtemps dans l’ornière mortifère. Je regarde à nouveau Gray, piteux roi de ce monde en comas qui est noblement assit sur son trône et contemple les vestiges de son royaume. En moi, cette lumière qui croit m’immole, me brûle et m’aveugle. Un ricanement embarrassé franchit le seuil de mes lippes.  

- Morte. Je suis morte. Voilà ce qui s’est passé.

La lumière qui s’est éveillée en moi se teinte de noir, semblable à une éclipse solaire dont on ne peut plus se délivrer de l’hypnotique pénombre.

- Et tu es depuis ce temps coincé dans le noir tombeau de ton crâne. C’est ce que tu veux entendre, Gray ? C’est ce que tu veux ? Pointer du doigt les mauvaises personnes et nous prendre pour les Moires qui contrôlent ton Enfer ? Au final, tu as raison ; tu ne sais strictement rien.

Colère. Elle gronde en moi, mais sitôt je l’étouffe, reposant mon regard sur Blake et assumant pleinement ma honte.

- Pour briser le lien qui nous uni, j’ai payé un gars qui m’a pendant des heures labouré le dos à grands coups de poignard. S’était le seul moyen… Blake. Je n’en pouvais plus de tout… ça…

J’embrasse cet univers en ouvrant les bras, geste autant las qu’impuissant.

- J’ignorais les conséquences de mes actes. Et je suis désolée.

Les paroles sont sincères et soudain la torpeur me gagne.

- Tu es la seule qui peut faire une véritable différence, Blake. Nous ne sommes pas fous. Il ne l’est pas. Tu ne l’es pas. Et je ne le suis pas. Fous, nous l’étions… lorsqu’aveugle nous restions. Lucides. Nous sommes plus lucides que jamais…

_________________

The clock is ticking
- I've never been the best at letting go -

ship made by MA PETITE PUPUCE ET MERCI BEAUCOUP Sasa :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Blake C. Keyshawn

❖ Date de naissance : 10/08/1987
❖ Barge depuis : 26/02/2016
❖ Messages : 572
❖ Avatar : Phoebe Tonkin
❖ Crédits : Melaaniee
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Dirigeante des Sincères
❖ Faction : Sincères
❖ Forces & Faiblesses : Incorruptible, je ne joue pas avec la politique. Je veux juste que Justice soit rendue. Celà peut être un avantage mais aussi un inconvénient...
❖ Philosophie : There is no middle. There is just Truth or Lie.
❖ Playlist : The Veronicas ► Heavily Broken - Emily Browning ► Asleep - Gleecast ► Total Eclipse of the Heart - Jessie J ► Casulaty of Love - Mariah Carey ► Infinity



MessageSujet: Re: in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE Dim 22 Jan - 22:00


We all are insane

Blake l’entend la reprendre sur son nom. Décidément, celui-ci était vraiment casse-couilles jusqu’au bout. La pensée avait pris la voix d’Envy dans son esprit. Le blond avait raison. Souvent, les mecs étaient casse-couilles. Ils n’étaient plus que tous les trois dans une sorte de rond de lumière. Sérieusement, tout ceci était « Creepy ». La Sincère n’aimait pas du tout l’expérience. Heureusement, son amie restait entre eux. Quand Wolfgang la reconnut, il lui lança un regard noir. A vrai dire, elle ne s’attendait pas à un comité d’accueil avec des paillettes et des licornes dansant en rond autour d’eux pendant qu’ils s’étreindraient en un signe profond d’amitié. Non. Wolfgang lui en voulait. Il la considérait forcément responsable de son malheur parce qu’il n’avait le cerveau que de la taille d’une noix et un égo démesuré. Elle se sentit prise d’un vertige quand le décor changea. Quel était cette faculté affreuse ? Son coeur se souleva légèrement et elle dut baisser la tête et fermer les yeux pour que la désagréable sensation ne s’en aille. Une douce chaleur se fit sentir et Blake découvrit la source rapidement. Ils étaient dans un appartement avec un poêle. Le logement est simple et elle reconnut avec l’odeur des champs une maison fraternelle. Fraternel. Une qualité dont il semblait totalement dénué. Pas étonnant qu’il était démasqué.

Les hostilités furent bientôt lancées. Blake n’avait pas l’intention de se laisser faire. Elle fit un pas en avant, prête à en découdre. « Une leçon de morale ? Non. Je tenais simplement à te rappeler qui n’a pas su tenir sa langue quand je lui en ai donné la chance. » C’était digne d’enfantillages. Il avait le pouvoir de la faire sortir de ses gonds. Autant avec d’autres elle parvenait à garder son calme, autant lui la répugnait et l’énervait à la simple vue. C’était une vraie tête à claques ! Et pire encore, il s’en prenait maintenant à son amie ! Mais quel goujat ce mec ! Serrant les poings, Blake se contenait vraiment pour ne pas se jeter sur lui et lui mettre les baffes qu’il méritait ! Pourtant, elle lui expliqua la raison de sa présence et essaya maladroitement d’y mettre les formes. Evidemment, cet abruti ne retenu que le mot final. Et se mettait à rire. Et se moquait d’elle. Blake souffla d’impatience. « Je n’ai pas de temps à perdre, Wolfgang. Manifestement, et même si tu m’insupportes, tu vis une injustice. Je compte bien arranger les choses, mais j’ai besoin de témoignages oui. Et s’ils ne t’ont pas grillé le cerveau, eh bien il est recevable. C’est tout. » Elle le suivait des yeux jusqu’à ce qu’il n’implique directement Charlize. Fronçant les sourcils, Blake se tourna vers elle. « De quoi parle-t-il, Charlize ? » Avait-elle eu l’audace de vouloir lui cacher quelque chose ? La divergente lui lâcha doucement la main et lui fit l’annonce la plus choquante qu’elle ait entendu. Les yeux de Blake s’arrondirent de surprise. « Morte ? Comment ça, morte ? »

Ils étaient tous fous ! Elle s’était faite entrainer dans un monde parallèle par des fous ! Damn ! Elle ne pouvait pas appeler Envy à l’aide d’ici, le réseau ne fonctionnait certainement pas... Et elle commença à s’en prendre à Wolfgang. Blake s’interposa donc entre eux, sentant la colère de son amie se répandre comme un raz de marée sur leurs âmes troublées. « Charlize, explique moi ! ». Un cri du coeur alors qu’elle encadrait son visage de ses mains. Elle ramena son regard sur elle et son amie lui expliqua l’atrocité qu’elle avait commise pour se libérer. Elle s’était ainsi littéralement faite charcutée pour rompre le lien ? En soi, elle ne pouvait que la comprendre. L’autre idiot, si elle s’était retrouvée collée à lui H24, elle en serait sûrement venue à la même folie. Plongeant son regard dans le sien, elle prit le temps de sonder son âme en silence. Elle n’y lut que la vérité la plus sincère. « Ce n’est rien, Charlize. » Elle caressa ses cheveux en un geste maternel et rassurant. « Je comprends, ce n’est rien. » Elle fit ses excuses et Blake lui reprit la main en se tournant vers lui. « Voilà, elle t’a présenté ses excuses et je peux te garantir qu’elle dit la vérité. Elle n’avait aucune idée de la conséquence de ses actes. »

Quant au discours la présentant comme le nouveau messie, Blake baissa les yeux un instant avant de les regarder tous les deux. « Il est question de vous aider. Et de rétablir la Justice. Maintenant Wolfgang, il est temps pour toi de parler. » Elle n’était pas ici pour prendre le thé. Et l’expérience se révélait plus fatigante que ce à quoi elle s’attendait au départ. Elle porta la main à son front, plus ou moins dépassée par les évènements mais son regard décidé indiquait qu’elle ne reculerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gray J. Wolfgang

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 01/11/2015
❖ Messages : 5112
❖ Avatar : Brett Dalton
❖ Crédits : TF (vava) - Swanou (spoiler signa) - Alas (code signa)
❖ Multicomptes : Envy D. Carter & J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Bras droit des Sans Faction, membre actif de la résistance - Ex Barman au Harvest et rat de laboratoire pour le compte de Moira Rosenbach.
❖ Faction : Divergent, Factionless - Anciennement Amity - Origines Erudites
❖ Forces & Faiblesses : Tolérance face à la douleur - Techniques de combats à mains nues - Manipule plutôt bien les lames, il les préfère aux armes à feu - Sa plus grande faiblesse réside maintenant dans le fait que le Conseil connait sa Divergence - A des cauchemars récurrents sur son enfance - Garde un oeil constant sur ses aînés et les O'Malley.
❖ Philosophie : Season two l I'm gonna shoot you down. - Season one l Count only on yourself, otherwise you'll just die, victim of treason
❖ Playlist : HELLO ▲ Adele - HURRICANE ▲ 30 Seconds to mars - MONSTER ▲ Imagine Dragons - PARALYZED ▲ NF - THE SCIENTIST ▲ Coldplay - FADED ▲ Alan Walker - TRAIN WRECK ▲ James Arthur



MessageSujet: Re: in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE Sam 28 Jan - 14:09



Deep down in my soul

FT. CHARLIZE E. FLORES & BLAKE C. KEYSHAWN


La colère qui s’échappe de ses veines et de ses mots assassins n’est que le reflet d’un mal qui ne cesse de le ronger. Au fond, il n’a strictement rien contre Charlize, ni même véritablement contre Blake, quand bien même leur passif semble un peu plus compliqué que ce qui peut bien se passer entre lui et la sans-faction. C’est justement parce que la brune a connu l’horreur et le partage d’une manière ou d’une autre avec lui qu’il ne peut se résoudre à véritablement la haïr. Clawrence est un ennemi qu’ils ont en commun, mais sa mort, il la laisse bien volontiers entre les mains de la jeune femme. Après tout, il ignore ce que ce taré a pu, et peut bien lui faire subir au-dehors. Il n’en a que de très légers échos, puisqu’on s’amuse à l’enfermer dans un élan d’ignorances successives. On lui fait perdre absolument toute notion lui évitant de perdre la raison. La colère qui s’envole alors de Charlize est comparable à la sienne, et c’est cet étrange partage qui vient alors s’effriter à l’instant même où il rouvre la bouche.

« Je ne blâme personne, Charlize. Je ne fais qu’essayer de comprendre pourquoi tu viens te perdre ici quand tu sais pertinemment ce que tu y trouves. ». Il souffle. « Pourquoi est-ce que ce serait différent d’il y a… ». Il entend un rire nerveux s’échapper du fond de sa gorge. « J’en sais rien. Deux jours ? Une semaine ? Un mois ? ».

Intérieurement, il se résigne, chercher à évaluer le temps qui passe et glisse entre ses doigts ne sert à rien et ne le mène nulle part. Ca ne les mènera nulle part. Morte, je suis déjà morte. Blake a prononcé ses mots, elle aussi, de ce qu’elle adore utiliser. Elle n’a pour ainsi dire pas changer depuis leur première rencontre, et bien qu’il sache s’être montré assez arrogant ce jour-là, il n’en demeure pas moins qu’il ne comprend pas d’où vient toute cette hargne à son égard. « Mon cerveau va parfaitement bien. ». Ses lèvres se pincent et il plisse le nez en reprenant place sur sa chaise, il est de toute manière bien trop fatigué pour espérer tenir debout au beau milieu de son enfer personnel. Pourtant, cette chaleur qui se diffuse du poêle est quelque chose qui l’apaise, un souvenir de ce qu’il a perdu et ne retrouvera jamais. Pas comme avant du moins. Jamais plus cela n’aurait la même signification. Pendant de longues secondes, le divergent observe la sincère encadrer le visage de celle dont il sait tout et rien à la fois. En silence, il garde les yeux rivés sur leurs silhouettes, ne sachant dire s’il rêve ou ne rêve pas. Ca aussi, c’est une notion qui au fur et à mesure commence à lui échapper. Petit à petit, et s’il ne sort pas rapidement de cet endroit de malheur, cette bulle de verre il va tout simplement devenir aussi fou que ce Blake pense qu’il est déjà.

Je suis désolée.

Gray l’observe droit dans les yeux. Sa poitrine se lève et s’abaisse lentement. Méconnaissable, c’est ce que certains lui ont dit. Bien trop longtemps qu’il ne s’est pas observé dans une glace pour voir l’horreur de ce qu’on essaye de le forcer à devenir. Pourtant…

« Moi aussi. Charlize. »

Une colère qui se cogne et s’effrite. Quoi qu’ils en disent, ils sont reliés, connectés, pour le meilleur et pour le pire. Et s’il est capable du pire, il sait aussi faire preuve du meilleur, et de sincérité.

Les ténébreuses se fixent alors sur la sincère qui reprend la main de la sans-faction et la parole par la même occasion. S’il n’apprécie toujours pas son ton, il ne compte pas passer sous silence toutes les horreurs qu’ils leurs font. Il ignore simplement ce qu’elle veut savoir. Il a beau se concentrer, il ne parvient pas réellement à savoir comment tout ceci pourrait les aider.

« Qu’est-ce que tu veux savoir, Blake ? »

Dans le flou, dans le noir, il y est la majeure partie du temps et le temps il se perd, il se perd tellement le temps, entre ses doigts, glisse, volatile et inaccessible. Il y a tellement de choses, beaucoup trop de choses. Trop de mélange. Il se trouve encore à être surpris comment Charlize peut bien réussir à discerner le vrai du faux, le réel de l’irréel. Où la réalité s’arrête-t-elle quand la simulation commence ? Qui peut dire où commence l’un et où fini l’autre ? Le décor autour d’eux crépite une nouvelle fois avant de définitivement se stabiliser, mais les traits du divergent se tirent un peu plus.

« Je ne tiendrai pas encore longtemps… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Charlize E. Flores

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 15/07/2015
❖ Messages : 1477
❖ Avatar : Odette Annable.
❖ Crédits : morrigan (avatar), tumblr (gifs) & disturbed (css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Judas F. Valentyne, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente balais.
❖ Profession : Dirigeante des Sans-Faction, stripteaseuse dans un nightclub crade chez les SDF et membre de la résistance.
❖ Faction : Sans-Faction, comme une grosse merde. (Ex Sincère, née Altruiste.)
❖ Forces & Faiblesses : Un glorieux mélange d’alcoolisme trop assumé et une poisse légendaire.
❖ Philosophie : Don't be a drag just be a queen.
❖ Playlist : LENKA - everything at once. FLORENCE + THE MACHINE - shake it out. THE KILLS - cheap and cheerful. SIA - alive. BISHOP BRIGGS - be your love.



MessageSujet: Re: in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE Jeu 23 Fév - 21:28


❝ Who are we mistaken ?
feat. Gray J. Wolfgang & Blake C. Keyshawn. ❞



Lui faire sortir les vers du nez, ça n’allait être visiblement pas de la tarte ! Je le savais avec une case en moins. Je le savais téméraire et rustique. Je le savais pas facile à vivre. Je le savais puéril et un rien diva sur les bords. Je le savais toutes choses et à la fois si peu. Paradoxal, ce blanc bec est un être paradoxal. Impuissante, harassée, j’assiste aux tensions qui se lèvent, telles ces nuées de brouillards qui s’allongent comme une prosternation sur les horizons oxydés et viennent couvrir la beauté véritable de ces paysages oniriques. Je vois ma meilleure amie perdre de plus en plus patience. Je vois l’ancien fraternel qui laisse, grand bien nous fasse, tomber ses gardes et nous délaisses sans aucune mégarde. Fatigué. Il est harassé de lutter. Comme nous tous, ai-je la prétention de penser à cet instant. La main de Blake toujours précieusement confiée en la mienne, je sens ma paume qui se presse contre la sienne, cherche un moyen maladroit de se raccrocher à quelque chose de tangible, de réel, pour ne pas me laisser bouffer par les folies badines qui, angelots hypocrites, dansent autour de moi pour m’ensorceler de leurs charmes patibulaires.

Dégradation.
Désolation.
Dévastation.
Nous vivons tous une injustice !

Le décor grésille, vacille, les images se confondent et le mélangent. Nous n’avons plus beaucoup de temps. Gray dit vrai : il ne tiendra pas et nous non plus, d’ailleurs.

- Un témoignage, Gray. Nous voulons ta déposition. Tu es le témoin clef de ce qui se trame dans les laboratoires clandestins de la Willis. Blake a besoin d’élément de preuve et des noms. Tu peux les lui fournir.

Tout détruire pour mieux reconstruire. Pour comprendre la vie, le système des Factions ne cesse d'en chasser le sel, l'amour, le désir, la violence, la peur et l'effroi. Rationalité des comportements Humains. Servitude annonciatrice, la traquer et la détruire. Fuir ou bien mourir. Oublier en ces dédales mystiques toutes notions d’humanité et d’intelligence pure. Ils causent notre perte ! Ils ne sauraient terminer notre révolution avec ces doctrines. Ce qui sert à nous détruire, cela peut servir à nous reconstruire. Le sentiment d'impuissance finit par déchirer un être humain. Il y a de cela trop longtemps que ce sentiment nous ronge et dévore de l’intérieur. Usons des systèmes des Factions pour abolir ce qui nous aide toujours à mieux déjouer ce qui nous donne envie de mourir…

- Le Temps est notre ennemi en ce moment. Gray a raison, lui ou nous, nous me tiendrons plus pour très longtemps…

Je me retourne vers Blake et prend le soin de lui expliquer.

- La simulation que nous sommes en train de traverser, elle est enregistrée et pourra éventuellement te servir. Vois cela comme une séance interrogatoire, dont le témoignage est précieusement conservé sous vidéo. Si Gray accepte enfin de nous donner un coup de main...

_________________

The clock is ticking
- I've never been the best at letting go -

ship made by MA PETITE PUPUCE ET MERCI BEAUCOUP Sasa :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE

Revenir en haut Aller en bas
 

in your head, they are fighting ✤ GRAY & BLAKE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fighting steel de SSI
» Vidéo/Reportage[Japon Fighting Game]
» super turbo dans SF2'hyper fighting
» Box Head
» Capcom Fighting All Stars (?)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › Downtown :: Autres-