Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 BLAVY ▲ When you screw up things always get worse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 487
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ When you screw up things always get worse Jeu 29 Déc - 14:45



In a time of Sorrow and Despair

FT. BLAKE C. KEYSHAWN


Il ne sait pas ce qu’il est supposé comprendre. Les évènements s’enchainent à une vitesse qu’il ne parvient pas à suivre et il voudrait pouvoir faire les choses convenablement cette fois. Comment seulement espérer y parvenir lorsqu’il fait face à deux vents contraires ? La suivre, il veut la suivre et arrêter d’agir comme un con en la plaçant derrière quelqu’un ou quelque chose quand tout son corps et son âme lui hurlent combien il a besoin d’elle, autant qu’elle de lui. Les choses étaient loin d’être compliquées par le passé, pourquoi les choses seraient-elles différentes à présent ? Observant la jeune femme alitée sans vraiment comprendre, totalement perdu, il attend plus d’explications de sa part. Blake n’est pas du genre à prendre les armes sans réfléchir et lui ne voit pas bien comment ils pourraient parvenir à faire quoi que ce soit à l’heure actuelle. Les mots de celle qu’il aime résonnent à ses oreilles quand elle lui dit que son soutien changerait tout. Il ne voit pas pourquoi. Il a beau être à la tête des Audacieux, audacieux qui se trouvent dans tout Chicago et occupent tous les postes de soldats, de protection… Pour lui cela revient à faire un coup d’état qui pourrait tous les mettre en péril ! Si des années en arrière il estimait n’avoir plus rien à perdre, tout juste divorcé de sa femme qui ne pourrait être mis de connivence avec ses actions, aujourd’hui ce n’est plus le cas et tout ce qu’il veut par-dessus tout c’est la protéger ! Pas engendrer une guerre. N’y a-t-il pas eu assez de morts ?

Ne me confonds pas avec ces terroristes, je désapprouve totalement leurs méthodes !

Envy ne la quitte pas des yeux, ronds comme des soucoupes. Elle sort pour ainsi dire tout juste de chirurgie, elle se remet du pire et elle est remontée comme un coucou suisse. Tellement remontée qu’il a du mal à suivre et pour le coup se contente uniquement d’ouvrir et refermer la bouche. Il n’y a véritablement qu’elle pour réussir à lui clouer le bec de la sorte sans qu’il n’ose dire quoi que ce soit. Et en plus, elle n’est pas même tyrannique. Ah l’amour… Mais les mots qu’elle prononce en murmurant lui offre une toute autre vue sur le jeu d’échec dans lequel ils sont plongés sans le vouloir. Tellement d’informations et de révélations qu’il aurait pu voir, qu’il a su voir autrefois, lui donnent la nausée. Demeurant immobile, il l’écoute en silence et emmagasine chaque morceau d’information qui lui est donné. Le plan pour renverser le gouvernement en place, pour renverser Moira. C’est ce qu’il a toujours voulu, mais à force il s’est perdu lui-même en chemin. Lui qui voulait mettre la ville à feu et à sang est aujourd’hui effrayé à l’idée que tout cela ne puisse la mettre, elle, celle qu’il regarde fixement dans les yeux, en danger. Tout son monde ne tourne qu’autour d’elle, et si ce n’était pas elle qui prononçait tous ces mots, il y a longtemps qu’il aurait ouvert une bouteille d’alcool pour palier à la brutalité de la réalité qui lui tombe sur le coin de la gueule. L’envie cède place à la panique et lorsque les derniers mots de la jeune femme à propos des divergents s’échappent il ne peut plus retenir ce qui le tracasse.

« Tu n’en as pas dénoncé mais moi je l’ai fait ! C’était mon job ! Et c’est toujours supposé l’être ! Blake… Si Moira tombe, j’ai l’effroyable pressentiment que je pourrais bien tomber aussi. C’est un risque que je suis prêt à payer, moi… Mais je ne pourrais pas supporter que tu y sois associée. Tout ce que je veux c’est te protéger. J’ai dénoncé des divergents Blake… J’ai donné des noms, c’était mon job, à moi et quelques autres audacieux mis dans la bouche. Il n’y en a qu’une poignée, mais j’en fais partie. Ca faisait partie de mon accord avec elle, l’échange pour récupérer le corps d’Uriah. »

Il sait son erreur, et ne sait pas comment se positionner.

« Tout ce que je veux, peu importe la décision, c’est que tu sois saine et sauve. Perdre un titre ne m’effraie pas… Ce sont les conséquences qui pourraient naître tout autour qui me font peur. J’ai peur pour toi. Qu’à cause de mon erreur, tu payes à ma place, ou avec moi. »

C’est bien là tout ce qui, au fond, l’empêche de sauter les deux pieds dans le plat et prendre les armes comme il aurait pu le faire autrefois.

« Je n’ai jamais approuvé tout ce qu’elle a fait et fait encore… Jamais. Mais sans au moins une certitude que ce plan est sauf pour toi, je ne sais pas… ». Il passe nerveusement une main sur son front. « Il faut que les choses soient faites intelligemment et discrètement, comme on a pu le faire pour certaines opérations. Mais Blake… Sache que j’ai vraiment un mauvais pressentiment me concernant… Si toute la vérité éclate au grand jour, je sais pertinemment que certains ne manqueraient pas de m’accuser comme complice de certaines de ses horreurs. Et au fond, je pourrai les comprendre. Je ne veux juste pas qu’il t’arrive quoi que ce soit, je ne pourrai pas me le pardonner. Je pourrai pas… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Blake C. Keyshawn

❖ Date de naissance : 10/08/1987
❖ Barge depuis : 26/02/2016
❖ Messages : 572
❖ Avatar : Phoebe Tonkin
❖ Crédits : Melaaniee
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Dirigeante des Sincères
❖ Faction : Sincères
❖ Forces & Faiblesses : Incorruptible, je ne joue pas avec la politique. Je veux juste que Justice soit rendue. Celà peut être un avantage mais aussi un inconvénient...
❖ Philosophie : There is no middle. There is just Truth or Lie.
❖ Playlist : The Veronicas ► Heavily Broken - Emily Browning ► Asleep - Gleecast ► Total Eclipse of the Heart - Jessie J ► Casulaty of Love - Mariah Carey ► Infinity



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ When you screw up things always get worse Ven 30 Déc - 10:35


And now, you're here

Blake avait certainement fait le discours le plus long de sa vie, alors elle reprenait doucement son souffle. L’audacieux semblait perdu, pris entre deux camps. Et aux yeux de Blake, si elle comprenait la réaction très humaine, elle espérait vraiment qu’il ne ferait pas de connerie. Il en avait sûrement fait assez bien avant. Pourtant, le blond semblait toujours en proie à ses démons et la jeune femme ne savait pas vraiment comment l’en sortir. Tout un chacun dirait qu’il n’était pas fiable. Comment pouvait-il l’être, il était saoul la plupart du temps ! Mais il disait vouloir la récupérer, vouloir faire une cure. Elle mettait la barre suffisamment haut pour qu’il se reprenne en main mais pas de trop pour ne pas qu’il se décourage. Serait-ce assez pour qu’il ne s’égare pas ? Oui. Parce qu’elle n’accepterait plus aucun écart. Les évènements actuels étaient bien trop grave pour qu’il ne se perde en chemin. Envy pensait à une guerre et un coup d’état, quand Blake de son côté ne voyait que les membres du Conseil prêt à parler d’une seule voix, en dehors des sbires de Moira. Si les factions parlaient d’une voix, si des personnes comme Eastwood ou O’Malley les soutenaient, si la Justice était faite et que la Présidente reconnaissait ses tords et payait son tribut comme n’importe quel citoyen, si enfin les règles changeaient il n’y aurait pas besoin de guerre. Il suffisait qu’elle démissionne une fois des élections lancées. Pourquoi toujours prévoir le pire ? Oui, il y avait ces gens prêts à tout, y compris à tuer des citoyens mais leur haine pourrait s’évanouir lorsque Moira serait ...

Le peuple était impitoyable. Moira avait fait des erreurs et prit des décisions suffisamment graves pour que sa tête soit nécessaire. Il réclamerait le sang de leur souveraine et cette soif ne serait pas étanchée par cette seule mort. Tous ses sbires passeraient avec et peut-être même... Eux. Même s’ils se battaient à présent du bon côté, des reproches pourraient toujours leur être adressé. Cependant, Blake avait un sens très fort de l’honneur et de la Justice et elle refusait pleinement que sa vie ne soit celle d’une Justice partiale. Alors, elle ferait le ménage et ensuite, si l’on réclamait leur sang, elle l’accepterait parce qu’elle aurait fait ce qu’il fallait. Elle serait en paix avec son âme. Bien sûr, elle était terrifiée par cette éventualité et parfois elle avait envie de tout laisser tomber et de se cacher dans un trou de souris. Même le labyrinthe semblait un beau refuge... Changer les règles, permettre aux sans faction d’avoir leur voix serait sûrement quelque chose de suffisant. Il lui fallait prendre le pouls. Mais le fait qu’Envy ait enterré Hazel l’autre jour n’allait pas simplifier les choses...

Envy qui d’ailleurs ne semblait pas comprendre pourquoi elle était aussi vive sur le sujet. Le temps pressait et elle ne voulait pas affronter tout ça seule. Elle avait besoin de lui, elle lui avait suffisamment dit. Surtout s’il ne leur restait que peu de temps ensemble. Un jeu est en place et il est temps pour eux de choisir le bon mouvement. Lui, lui expliqua qu’il avait dénoncé des divergents. « Je suppose que nous pourrons prouver que Moira a manipulé nos faiblesses et s’est bien gardée de nous dire l’ensemble de ses plans, Envy. Tu ne risquerais pas la peine capitale, au pire. Nos crimes existent mais ne sont pas à la hauteur des siens ou de ceux qui ont encouragé cette rivière de sang... » Elle soupira. « Et si jamais nous devions avoir la même peine eh bien soit. Au moins, je serai en paix avec ma conscience. J’aurais fait ce qu’il fallait faire même si je ne l’ai compris que trop tard. » Elle comprenait parfaitement ses peurs, elle les partageait. « Si tu n’es pas avec moi, Envy, la vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Donc nous plongerons ensemble ou nous survivrons ensemble. » Cette déclaration était un peu étonnante et en totale contradiction avec ses grandes idées de ne pas le ménager pour ne pas qu’il replonge mais elle l’aimait. Il leur restait peut-être peu de temps. Alors à quoi bon ? Il fallait juste qu’il tienne sans alcool. Il pouvait compenser la nymphomanie s’il le voulait, elle ne s’en plaindrait pas. Enfin pas au début... Pourquoi avait-elle ce genre de pensée ? Sourcils légèrement froncés, elle pencha la tête et lui fit signe d’approcher. Quand il serait suffisamment prêt, elle l’embrasserait. « Envy. Il y a une différence entre ceux qui font des erreurs, s’en rendent compte et essaient d’arranger les choses et ceux qui sont complices car ils continuent par peur et lâcheté. Je ne suis pas tombée amoureuse d’un lâche. Je te l’ai dit, j’ai besoin de toi et de ton sang froid. » Toujours aussi franche... « Peut-être que l’on te réclamera quelque chose mais ce ne sera pas la même peine. Et si jamais les choses dérapaient, que notre sang est versé, ce ne sera pas ta faute mais la mienne. Je suis aussi responsable que toi. Mais au moins nous aurons bien agi. Et si personne ne le voit, peu importe. Nous aurons bien agi. » Elle le regarda droit dans les yeux. « Savais-tu pour Equilibrium, Envy ? Tu ne m’as pas répondu. Et je cherche des témoins et des preuves... » Elle passa une main dans les cheveux blonds et se recala dans le lit en grimaçant légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 487
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ When you screw up things always get worse Sam 31 Déc - 15:53



In a time of Sorrow and Despair

FT. BLAKE C. KEYSHAWN


Les mots de la Sincère font écho mais il l’audacieux lui expose ses peurs. Il est incroyable, au fond, de penser qu’il puisse être devenu celui qui met le ola sur les actions qu’il considère prises à la va vite. Ca ne lui ressemble pas, ce n’est pas lui, et au fil des ans il semblerait que la poigne de fer de Moira ne se soit en réalité bien plus entourée autour de lui qu’il n’a pu le remarquer. Jamais il n’aurait pensé, jusqu’à aujourd’hui, que cela puisse être le cas. Il s’est laissé dupé, enfoncé dans son alcoolisme, il n’a pas vu la toile l’enfermer et cadenasser un peu plus cette détermination bornée qu’il pouvait avoir par le passé. Les choses se précipitent avec une telle rapidité depuis les attentats qu’il ne sait pas comment tout gérer de front, entre les audacieux qui doivent rester à flot et maintenir le cap, les demandes de Rosenbach et à présent celle de Blake qui semble rejoindre la cause de la résistance qui sévit dans l’ombre, Envy ne sait plus vraiment où donner de la tête ni ce qui est le plus juste de faire. Bien sûr, entre tout cela, la position de son ex-femme est celle qui concorde le mieux. Il sait l’importance qu’a la justice aux yeux de la brune. Il sait qu’elle est capable de faire ça dans les règles, probablement même trop, voilà pourquoi il ne doute pas d’elle. Ce qui l’effraie ne vient pas de ce qu’elle peut dire elle, mais de ce que les autres pourraient être capables de faire. Comme il le lui révèle, ce n’est pas pour lui qu’il a foncièrement peur, c’est des répercussions que cela pourrait avoir sur elle et uniquement elle. Il ne veut plus qu’il lui arrive malheur. Il ne veut plus qu’elle souffre ou que sa vie soit en danger.

Chaque fois que la jeune femme ouvre la bouche, ses mots sont francs et sincères, pourvus de logiques aussi, et bien qu’il demeure perdu, elle a toujours su trouver les mots pour le convaincre.

« Tu sais bien que tout ce que je veux, c’est qu’on soit ensemble et faire les choses bien. »

C’est véritablement ce qu’il veut, mais il ne peut s’empêcher de craindre le pire, le mauvais pressentiment ne cessant de remuer ses entrailles comme la plus tortueuse des angoisses. Mais ses paroles le touchent plus que de raison et il ne peut retenir ses prunelles claires de se poser dans celles de la jeune femme alitée. Il l’aime à n’en point douter et elle qui d’ordinaire est plus encline à ne pas le ménager, lui fait là une déclaration qui ne fait que réchauffer son cœur resté bien trop longtemps solitaire. Elle penche la tête et lui fait signe de se rapprocher alors c’est ce qu’il fait, ne pouvant la quitter des yeux après tous ces aveux. Elle dépose ses lèvres sur les siennes et c’est comme si tous les soucis du monde s’envolent le temps d’un instant. Il doute encore, il craint vraiment qu’il ne lui arrive malheur mais Blake reprend la parole et ne compte pas en rester là.

Je ne suis pas tombée amoureuse d’un lâche.

Au fond, Envy a fini par croire qu’il l’était un petit peu, pourtant les récents évènements ont su prouver le contraire. Un lâche aurait-il couru après un train en flammes, sachant pertinemment qu’il y avait un nombre incalculable de chance pour qu’il n’en ressorte pas vivant ? Un lâche accepterait-il de se priver d’alcool tandis que cette voie est la plus facile de toute ? Il baisse temporairement les yeux, en pleine réflexion et écoutant ses mots. Mourir ou survivre ensemble, c’est bien là tout ce qu’elle lui dit. Prendre leurs responsabilités, ensemble, comme avant. L’audacieux penche la tête sur le côté et vient passer sa main valide sur la joue de la jeune femme, ses yeux parlent pour lui, ses mots ont su trouver écho mais elle ne lui accorde pas une seule seconde et enchaine. Le projet Equilibrium… Il prend quelques secondes pour réfléchir, pince les lèvres puis plonge à nouveau son regard dans le sien.

« Je n’en connais pas les détails. Je sais juste qu’il s’agissait d’un projet dont le but secret était de mettre la main sur des divergents. Obliger tout le monde à repasser le test de simulation pour voir si certains sortiraient du lot ou non, confrontés à une simulation qui pousse tout le monde dans ses retranchements. Le souci de s’assurer que chaque citoyen soit bien dans la faction qui lui est appropriée était juste un prétexte. Je crois savoir que ça a permis à Moira de mettre la main sur d’autres problèmes qu’elle a cherché à annihiler. Je pense notamment à O’Malley qui s’est retrouvé fraternel du jour au lendemain alors qu’il était un audacieux hors pair. Il a bien eu deux trois soucis avec l’autorité mais rien de plus, c’était un patrouilleur qui bossait pour le même patron que toi et moi. C’est tout ce que je sais. Je n’ai pas vraiment été mis dans la confidence des projets trop importants. ». Pour sûr, il ignore même que certains résultats se sont révélés positifs, notamment celui du cas Wolfgang.

Il l’observe et soupire lentement.

« Blake, tu sais pertinemment que je suis avec toi… On a toujours résolu les problèmes… Ensemble. Mais dans l’immédiat, je dois tout de même continuer sous ma couverture actuelle. Je ne peux pas claquer la porte sans m’assurer qu’il n’y a pas de fuite au sein de ma propre faction. Je peux être utile dans mon propre rôle de donneurs d’ordres, comme pour par exemple… Rappeler des audacieux qui sont au service proche de Moira au moment où il y en aurait besoin. Je ne suis utile à personne si je suis dans l’ombre. »

C’est ce qu’il pense sincèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Blake C. Keyshawn

❖ Date de naissance : 10/08/1987
❖ Barge depuis : 26/02/2016
❖ Messages : 572
❖ Avatar : Phoebe Tonkin
❖ Crédits : Melaaniee
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Dirigeante des Sincères
❖ Faction : Sincères
❖ Forces & Faiblesses : Incorruptible, je ne joue pas avec la politique. Je veux juste que Justice soit rendue. Celà peut être un avantage mais aussi un inconvénient...
❖ Philosophie : There is no middle. There is just Truth or Lie.
❖ Playlist : The Veronicas ► Heavily Broken - Emily Browning ► Asleep - Gleecast ► Total Eclipse of the Heart - Jessie J ► Casulaty of Love - Mariah Carey ► Infinity



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ When you screw up things always get worse Sam 21 Jan - 15:28


And now, you're here

Blake ne comprenait pas au début cette réaction si rangée. Habituellement, Envy était plutôt celui qu’il fallait freiner et certainement pas celui qui prenaient les décisions les plus sages. Se pouvait-il que son rôle de leader ait finalement changé les choses ? Finalement, il semblait craindre pour elle. So what ? Il fallait maintenant se terrer et attendre que l’orage passe ? Mais ce qui se passait n’était pas un simple orage. C’était des évènements trop graves, trop sérieux pour qu’ils restent dans l’ombre. Qu’ils ne fassent rien. La Sincère avait pris sa décision. Ce qui se passait n’était pas normal et elle refusait d’être complice d’un tel système. « Si tu veux vraiment que nous soyons ensemble à nouveau, il va falloir se battre Envy. » Ses mots étaient durs. Dénués de toute compassion. A ce moment là, elle avait besoin du guerrier, du courage d’un héros, pas de sa lâcheté, celle dans laquelle il s’emmurait depuis quelques années maintenant.

Fini de jouer. Elle ne voulait plus lui faire payer son chagrin. Elle avait pris un malin plaisir depuis quelques semaines à lui rendre les coups, comme pour lui faire partager une souffrance dont elle ne parvenait pas à se défaire. Pourquoi reculait-il ? Non, vraiment elle ne comprenait pas. Elle sentit la caresse sur sa joue mais ne se laissa pas attendrir pour autant. Il avait éludé l’une de ses questions et elle sentait bien que ce n’était pas innocent. Il lui répondait toujours, alors pourquoi avait-il omis de lui répondre cette fois-ci ? Bien décidée à lui faire cracher le morceau, Blake ne s’attendait pourtant pas à entendre une telle explication. Ecoutant religieusement l’audacieux, elle apprit qu’il était au courant d’un projet secret pour mettre la main sur les divergents. En soi, la chasse aux divergents existait depuis toujours, jusque là, elle ne fut pas surprise. Il leva pourtant un doute concernant O’Malley qui avait brusquement changé de faction. « Si certains ont changé de faction, c’est qu’ils sont divergents. Non ? Pourquoi les avoir préserver alors ? » Blake réfléchissait à haute voix. « A moins que... » Etait-ce la même chose que pour Charlize ? « Excuse moi, je réfléchissais à haute voix.

Relevant les yeux vers lui, elle se perdit dans ses yeux alors qu’il soupirait. « Blake, tu sais pertinemment que je suis avec toi… On a toujours résolu les problèmes… Ensemble. ». Elle hocha la tête. Oui, ils avaient toujours fonctionné ainsi et cela lui convenait parfaitement. « Mais ». Le mot la crispa et lui arracha une grimace. Quelle concession allait-il lui demander ? Oh. Sa couverture actuelle. Bien. Elle garda le silence un long moment. Il pensait ne pas pouvoir avoir confiance en ses hommes et fort heureusement. La concernant, elle n’avait mis personne dans la confidence. En dehors de lui. Et de ceux qu’elle interrogeait sous sa propre couverture. « Bien sûr. Tu comprendras alors que je garde certaines choses pour moi. Qu’il faudra me laisser l’espace nécessaire pour ne pas attirer l’attention sur nous. Et faire croire que la seule question qui nous préoccupe, c’est notre relation. » Hochant la tête pour appuyer ses mots, la jeune femme soupira de fatigue. Les médicaments n’étaient pas des plus légers. « Je me sens fatiguée. » Elle ferma les yeux alors que l’on frappait à la porte. Quelqu’un entra pour lui donner quelques médicaments. « Envy, je veux que tu restes. »

Elle lui tendit la main. S’il partait, elle se fâcherait encore. L’infirmière commença à vouloir la rassurer mais Blake n’avait pas envie de l’écouter. Elle voulait rentrer chez elle, se glisser dans son lit et rester loin du monde. Sauf que la politique de l’autruche n’était plus possible. Il y avait tant de travail à abattre qu’elle ne savait plus par où commencer. « S’il te plaît ». Son ton était plus faible. Cette discussion lui avait fait l’effet de montagnes russes et avait dévoré bien plus d’énergie qu’elle ne l’avait d’abord pensé. « Qui sait s’il n’y a pas d’autres terroristes ici ? » Sa réflexion sembla perturber l’infirmière. Ceci dit, Blake y pensait vraiment. Elle ne contrôlait pas ses phases de sommeil mais à chaque fois qu’elle se réveillait, elle devait tout se remettre en tête. En vie ou non ? Où était-elle ? Quel jour on était ? Quelle heure ? Tout était embrouillé. Mais si Envy restait, elle pourrait certainement se reposer vraiment tranquillement. Ils étaient de nouveau seuls. Bien sûr, il allait arguer que sa couverture comptait, que ci, que là. « Je ne me sens pas tranquille. » Et mieux valait vite être sur pieds. « Est-ce que tu sais quand je pourrai sortir ? » Se préoccupait-il de ce genre de détail ? Elle en doutait franchement. Et Moira s’inquiétait-elle pour elle ? Elle n’en savait rien mais au vu de ce qu’elle découvrait sur la Présidente, celle-ci devait certainement s’en carrer royalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 487
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ When you screw up things always get worse Dim 22 Jan - 21:10



In a time of Sorrow and Despair

FT. BLAKE C. KEYSHAWN


Il s’est laisse bouffer par les années, Envy. Il a laissé le mal le ronger petit à petit, Envy. Doucement mais sûrement endormi, par le Conseil, la Présidente et cet alcoolisme chronique. Aujourd’hui il se réveille et plus rien ne sera jamais plus pareil. La sobriété veut ça, l’arrêt de l’enfermement dans une vague bulle de soulagement et de décadence. L’alcool n’aidant plus, passées les premières heures, tout commence à devenir clair, limpide comme de l’eau de roche et il se rend alors compte de la traîtrise. Ruben a pourtant essayé maintes et maintes fois de l’obliger à se reconnecter à la réalité, mais le fait est qu’il a perdu pied. Aujourd’hui les choses vont bel et bien changer. A l’époque, jamais l’audacieux n’aurait été celui qu’il fallait convaincre de foncer dans le tas, jamais, et c’est en observant Blake qu’il se rend compte de combien les choses ont évolué contre son gré, sans même qu’il ne se sente impliqué. Avec le recul, Envy prend conscience des choses qu’il a laissé lui échapper, des moments dont il a privé la jeune femme et dont il s’est privé par affiliation. Il regrette, sincèrement. Mais il a peur, aussi, peur du mal qui pourrait ronger un peu plus la Sincère de l’intérieur si jamais ils se lancent à la conquête de Chicago. S’ils luttent contre un mal qui sévit depuis de bien trop nombreuses années. Malgré tout, Blake sait trouver les mots, elle a toujours su, et si la crainte est toujours là il ne peut que lui confirmer qu’il est avec elle. Toujours. A jamais. Il ne veut plus la laisser tomber ou la mettre de côté. Les mots sont durs mais l’audacieux les écoute et les encaisse, comme à chaque fois depuis plusieurs semaines. Il a évité de songer à cet enfant qu’ils auraient pu avoir et qu’ils ont perdu. Car même si la jeune femme a malheureusement été seule à ce moment-là, cela n’empêche pas Envy de prendre conscience de la perte et de faire face à l’horreur de tout ce que ses erreurs ont provoqué.

« Me battre n’a jamais été un problème… Je veux vraiment qu’on soit ensemble. Je ferai ce qu’il faut pour ça. »

Il caresse sa joue du bout des doigts, bien conscient que ça ne l’attendrirait pas. De toute manière il ne fait pas pour ça, simplement pour montrer qu’il est là et ne part pas. La question sur le projet Equilibrium, il lui répond enfin. Cela n’a pas été passé sous silence de façon volontaire, juste que la jeune femme avait tellement parlé qu’il n’avait réussi à tout remettre dans l’ordre dans sa tête. En l’entendant, il secoue la tête négativement et murmure, même si elle précise avoir réfléchi à haute voix.

« Non, ils ne sont pas divergents. S’ils l’étaient, ils seraient restés entre les mains du système. Moira n’aurait pas pris le risque de les relâcher en pleine nature quand tout le but du projet repose sur la découverte de la divergence. ». Il pince les lèvres. « Ceux dont le profil est sorti fraternel à la place d’audacieux, par exemple, ont dû changer de faction d’origine, peu importe le choix qui a été fait à l’époque ou la simulation de base qu’ils ont subi à l’âge de 18 ans. J’ai moi-même subi la simulation et ai été confirmé audacieux, Blake. J’aurais été subitement confirmé Erudit ou je ne sais quoi d’autre… Je ne serai plus à ma place actuelle. »

La discussion devient extrêmement sérieuse et le dirigeant ne compte pas se défiler, pas cette fois, pas alors qu’elle a besoin de lui. Il y a néanmoins quelque chose sur lequel il veut insister. Il est d’accord pour la suivre, malgré les risques, malgré cette angoisse qui lui opprime la poitrine, toutefois il y a un mais. Il est plus efficace dans son rôle que dans l’ombre et officiellement lancé dans une sorte de rébellion dont il ne parvient pas à trouver le nom. C’est le message qu’il veut lui faire passer et qu’elle semble accepter à quelques conditions qu’il approuve en acquiesçant d’un signe de tête. « Oui, je comprends. ». Il s’apprête à dire autre chose mais on toque à la porte et Blake précise être fatiguée, lui demandant de rester par la même occasion. L’infirmière approche avec les médicaments, veut la rassurer mais cela ne fonctionne pas, Envy lui fait alors signe de déposer les cachets sur la petite table roulante et elle quitte la pièce tandis qu’il attrape la main féminine dans la sienne et la garde précieusement. Sur le coup, la jeune femme parle tellement et craint tellement qu’il ne s’en aille qu’il pose son regard dans le sien et serre tendrement sa main dans la sienne.

« Je ne compte aller nulle part, Blake. ». Il lui offre un sourire rassurant. « Tu peux te reposer tranquillement, je ne vais pas bouger. ». Il se redresse, gardant toujours sa main dans la sienne et vient attraper le médicament qu’elle doit avaler. « En revanche, il faut que tu prennes ça. Le médecin m’a dit que si tout va bien dans trois jours, tu pourras rentrer à la maison, à condition de ne pas faire d’effort violent. ». Si elle sait insister sur les mots, lui aussi, et il insiste sur effort, et surtout sur violent. Sous-entendu elle n’aurait pas intérêt à cavaler après tout le monde pour obtenir une multitude d’informations.

Il attrape ensuite le verre d’eau et l’aide à boire un peu. Qu’elle soit d’accord ou non c’est la même chose, il a toujours su être chiant et trop protecteur envers elle, ça lui rappellerait sans doute des souvenirs, tout comme ça lui en rappelait également… A lui.

« Dors, maintenant. Je reste là, dans la chaise à côté de toi, ta main dans la mienne et je ne te quitte pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BLAVY ▲ When you screw up things always get worse

Revenir en haut Aller en bas
 

BLAVY ▲ When you screw up things always get worse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Sanae = good girl ? Screw that !
» Screw the rules , I've green hair
» ztamp:s & mir:ror : The Internet of Things starts here
» Rabbit says bizzare things -- is it possessed?
» Littlest things. James. [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › North Side :: Wrigley Hospital-