Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 BRYDER ▲ Every thing that I miss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4862
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: BRYDER ▲ Every thing that I miss Dim 27 Nov - 22:45

'Cause I'm broken when I'm lonesome And I don't feel right when you're gone away
Brooklyn savait que le temps allait jouer contre elle. Il ne faudrait pas longtemps à Ryder pour deviner ce qu’elle avait l’intention de faire, au premier placard ouvert dans la cuisine, il comprendrait ce qu’elle comptait faire pour qu’il arrête, pour le forcer à arrêter. Elle s’était donc faufilée rapidement loin de lui en levant les mains pour qu’il ne puisse pas la retenir une nouvelle fois et elle ignora cette phrase qui s’échappa de la bouche du jeune homme pour lui interdire de fouiller. Mais elle ne pouvait pas se laisser attendrir, elle ne pouvait pas s’autoriser à lui obéir parce qu’elle devait, pour la toute première fois de sa vie, lui imposer quelque chose. Ses premières frappes furent d’une précision chirurgicale. Elle savait où aller, où chercher pour trouver de la drogue mais malgré cela, le fait de tomber sur de la poudre blanche fut à chaque découverte une dague plongée profondément dans son dos.

Si elle en avait eu la force à l’époque, elle aurait protesté, elle aurait parlé mais Lyn avait eu bien trop peur de perdre ce qu’il lui offrait, cette échappatoire du monde réel, cette déchéance concrète pour elle qui se savait déjà maudite et exclue à jamais du royaume des cieux. Mais aujourd’hui, elle ne pouvait plus se taire. Ce problème ne concernait plus seulement le responsable qui devait faire face à sa dépendance. Cela remettait en cause sa place chez les Audacieux, cela l’impliquait directement comme l’épisode de l’hôpital qui aurait pu tourner encore plus au drame et qu’égoïstement, elle pensait à ce qu’il se passerait pour elle si on découvrait qu’elle était au courant depuis le début. Et surtout elle était désormais directement concernée parce qu’elle qui s’était soignée et se soignait encore, refusait de partager son cœur avec un homme qui s’autodétruisait. Rester les bras croisés lui était purement et simplement impossible.

Aussi pour le bien de toutes les ramifications dépendantes de cette fichue drogue, Brook ignora toutes les suppliques qui parvenaient à ses oreilles. Elle devait serrer les mâchoires et son cœur tambourinait tellement fort dans sa poitrine que la blonde avait l’impression qu’elle pourrait tomber dans les pommes d’une seconde à l’autre. Elle devait agir vite, toujours plus vite. Tout ce qu’elle trouva fini sa course dans l’évier même lorsque James arriva enfin à sa hauteur et gêna ses gestes en lui hurlant de nouveau dessus. Cela lui faisait si mal de le voir comme ça, apeuré tel un enfant qui craindrait la main punitive d’un parent en colère, alors qu’elle ne voulait que son bien, qu’elle ne voulait que le secourir malgré lui. Une supplique lui vrilla les entrailles et elle se mordit les lèvres pour se donner la force de continuer dans cette mission qu’elle venait de se donner.

Lyn ignorait ce qu’il ne voulait pas revivre, exactement, mais elle pouvait deviner que cela lui provoquerait une souffrance incommensurable. Pouvait-elle lui infliger cela ? Pouvait-elle réellement le réduire à un état de douleur tel alors qu’elle venait de lui proférer son amour ?! S’éloignant tant bien que mal de lui, elle ouvrit de nouveaux tiroirs jusqu’à cet ultime hurlement de son prénom qui la figea en pleine action. « Je le fais pour toi Ride, je le fais pour toi ! » Répondit-elle en tentant de se justifier, en tentant de lui faire comprendre qu’il n’y avait que ce moyen pour le sauver de lui-même. L’entraineur puisa également dans ces mots la volonté de continuer, ravageant l’appartement pour traquer la moindre trace de poudre et la gardant sur elle jusqu’à la salle de bain où tout avait commencé. Là où tout devrait donc logiquement se finir.

Elle fouilla la pièce et balança le fruit de ses fouilles dans le lavabo au moment où James la rattrapait de nouveau. Brook marqua une pause main sur le robinet, prête à tout noyer. Son cœur battait toujours dans sa cage thoracique, tel un tambour de guerre. Elle savait que si elle ouvrait l’eau, il ne le lui pardonnerait jamais, elle savait qu’il pourrait alors ravaler ses paroles et nier ses sentiments pour la chasser de chez lui et de sa vie. Elle savait aussi parfaitement que détruire son stock présentement ne l’empêcherait jamais de retourner s’acheter de quoi planer s’il en avait véritablement envie. La demoiselle savait que plus que de le forcer à se sevrer, elle devait également lui offrir une porte de sortie, une porte qu’il aurait envie d’ouvrir plutôt que de s’injecter ce perfide poison dans les veines. Peut-être tout bêtement, devait-elle l’aimer pour compenser.

Prenant une grande inspiration, elle planta son regard dans le sien, essayant de lui transmettre sa confiance. Et doucement, comme si elle avait tenu une grenade entre ses doigts, Brooklyn lâcha le robinet avec délicatesse et recula d’un pas, allant faire reposer ses doigts sur la porcelaine. « Je…je sais que tu vas me détester quand je vais ouvrir l’eau, je sais que tu vas probablement me chasser mais avant je… » Elle ferma les yeux pour repousser le plus loin possible les larmes qui avaient de nouveau trouvé le chemin de ses yeux. « Je préfère encore que tu me haïsse plutôt que de penser que je n’ai rien tenté pour t’aider. Et je sais que tu ne le veux pas et je sais que je n’ai pas la moindre idée que ce que tu as vécu dans cette chambre d’isolement mais je t’en prie arrête de me repousser parce que…parce qu’un jour je ne reviendrai pas à la charge. »

Brook avait peser le poids de chacun de ses mots, elle avait réfléchi à tout ce qu’elle venait de dire depuis l’instant où elle s’était décidé à lui dire qu’il avait un choix à faire s’il voulait la garder dans sa vie et ce choix s’étendait encore sous cette odieuse forme. Il lui avait confessé son amour et elle le sien bien qu’en terme plus tortueux, mais elle ne pourrait pas passer son temps à se battre contre cette forteresse de glace qu’il avait placé autour de lui et de son cœur. Certes Shadow était une Audacieuse, elle représentait la force de l’humanité mais elle n’avait de puissance que pour le soutenir ou pour le combattre, elle mourrait avant d’atteindre un de ces buts si elle s’évertuait sur les deux fronts. Aussi dur et encore une fois aussi égoïste que cela puisse paraitre, les choses étaient ainsi faites.

« Je suis sincèrement désolée de t’imposer cela, de mettre à profit cet avantage que j’ai sur toi de me tenir ses mes deux jambes pour te forcer la main et faire ce que je suis en train de faire mais tout ça je le fais pour toi. Parce que je t’aime. » Enfin, enfin les mots sortaient sous leur forme la plus pure, dans ce moment de tension intense et avec l’effet entièrement inverse que de l’apaiser. Mais Brooklyn ne savait comment lui faire comprendre qu’elle n’agissait pas pour lui faire mal ou pour le plonger dans le plus infernal des troubles mais pour l’aider, pour le tirer vers le haut et la lumière qu’il était censé être dans son ciel trop souvent nuageux. « Je t’aime Ride…tu entends, JE T’AIME ! » Répéta la demoiselle avec un sourire malgré sa voix cassée par les larmes qui menaçaient depuis le début de son discours.

Mais elle avait l’impression de se libérer soudainement d’un poids. Oui c’était vrai, elle l’aimait, elle voulait tout lui donner d’elle et de son cœur et elle voulait connaitre le bonheur avec lui. Bizarrement, avouer ses sentiments à Salem avait plutôt été comme s’enfoncer un pieu dans le cœur, s’attacher un poids aux pieds avant de sauter dans la rivière du désespoir mais pas cette fois. Non cette fois, elle avait envie de sourire et de vivre avec lui des moments de joie. Mais pour cela, il devait accepter de lui ouvrir la porte de sa solitude, et il devait surtout accepter de remonter la pente à son tour. Encore une fois, il devait prendre la décision de la retenir et de l’aimer, véritablement, avec tout ce que cela impliquait. « Pardonnes-moi… » Souffla-t-elle finalement en remettant sa main sur le robinet prête à le tourner.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 983
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Beylin (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: BRYDER ▲ Every thing that I miss Lun 28 Nov - 13:53



Every thing that I miss

FT. BROOKLYN S. O'MALLEY


Il n’a pas conscience de lui faire mal, c’est la panique qui parle, l’angoisse d’avoir à prendre à nouveau cette pente descendante, tout droit menant aux Enfers. Il n’y a pas plus dangereux et effrayant que ce de se perdre dans les méandres de son esprit. Il y a des barrières que, conscient, l’on est amené à ériger pour se protéger, mais en plein état de manque, la chose s’avère bien plus compliquée et de ce fait, il devient bien plus difficile de faire face à des images ou souvenirs savamment refoulés. Tout est faussé, sans parler de la douleur qui vous prend aussi bien physiquement que psychologiquement. L’audacieux ne veut pas revivre ça, ni faire face à tout ça, surtout diminué comme il est. Brooklyn a raison lorsqu’elle disait quelques instants plus tôt qu’il était faible, diminué. Ne pas pouvoir se mouvoir comme il le souhaiterait est comme une enclume qui l’enfonce jour après jour dans une dépendance jusqu’à lors pourtant maitrisée. Il n’avait suffi que d’un évènement, un seul, pour tout faire basculer, pour renverser totalement cet équilibre qu’il avait réussi à se créer. Aujourd’hui, tout n’est plus que frustration et contrariété. Il ne veut pas se laisser happer par tout ça, il veut se battre, contre ses jambes il le peut, le fait chaque jour, mais contre la dépendance il n’est pas certain d’en être capable. La crainte le tétanise et l’ankylose. Voilà pourquoi il supplie, voilà pourquoi il lui hurle de ne pas faire ça. L’idée de la blonde, il l’a perçue à l’instant même où il était trop tard, quand, au ralenti, ses doigts se sont échappés des siens.

Son cœur s’emballe, bat jusqu’à ses tempes et la migraine qui menace d’exploser ne va pas tarder à pointer le bout de son nez. Il sait au fond que ce qu’elle fait, elle ne le fait que pour lui, mais à cet instant précis la peur est si forte qu’il ne réagit que par impulsion et panique. Pendant des secondes qui lui semblent interminables, Ryder se bat avec sa propre condition et son fauteuil qui refuse de bouger. Il a pourtant l’habitude de se cogner partout, mais dans la précipitation il n’arrive simplement à rien, maladroit, aux gestes complètement imprécis. Il ne peut que crier en sentant les larmes lui monter à nouveau aux yeux. Il est fatigué, elle ne peut pas faire ça. Il ne veut pas la laisser faire. Ce n’est pas le moment. Pas maintenant. Non sans mal il la rattrape, mais ainsi bien incapable de se tenir debout, coincé dans ce fauteuil, l’audacieux ne parvient même pas à l’empêcher de passer. Sa condition d’incapable lui éclate encore à la figure et il grogne d’indignation, faisant déjà en sorte de pouvoir faire demi-tour et la suivre vers la salle de bain. « S’il te plait… ». Un murmure qui se meurt dans l’effort et la force qu’il met à parvenir jusqu’à l’encadrement de la porte, malgré les mots de la blonde. Oui, elle le fait pour lui, mais pour le moment il ne le comprend pas. Son appartement est fouillé de fonds en comble et il ne peut qu’y assister, complètement impuissant.

Lorsque Brooklyn franchi le seuil de la porte de la salle de bain, James se fige et accélère davantage, mais ce n’est encore pas assez. Quand il arrive enfin à l’encadrement de la porte, elle a déjà déversé l’ensemble des sachets dans le lavabo et pose la main sur le robinet. Alors le temps s’arrête, subitement. Le responsable scrute son entraineur d’un air dépité et apeuré, signe lentement à la négative, mains en l’air devant lui comme s’il voulait lui dire de ne pas tirer. « Brook… Ne fais pas ça. ». La jeune femme recule d’un pas avec des gestes lents, comme si elle faisait face à un animal prêt à lui bondir dessus. L’image était en quelque sorte pas si erronée que ça, mais lorsque les mots s’envolent dans la pièce d’eau, Ryder déglutit et sent ses lèvres trembler d’inquiétude et de stress. « Non, non… S’il te plait. ». Elle continue de parler et il ne peut plus s’empêcher de serrer les dents, reniflant pour contrôler les larmes qui menacent finalement de ruisseler. « Je ne veux pas te repousser. ». Ses paupières se ferment le temps d’une seconde et il sent son rythme cardiaque accélérer encore. « Non tu n’en as pas la moindre idée ! ». Nerveusement, l’audacieux passe une main sur son front alors qu’elle lui dit enfin les mots qu’il aurait voulu entendre tout à l’heure et qu’il avait eus sous une autre forme. James voudrait pouvoir s’en réjouir mais il n’y parvient pas, à l’heure actuelle, pas alors que la tension règne et que sa poudre se trouve dans le lavabo, prête à être décimée et irrécupérable.

Je t’aime Ride… Tu entends.

Oui, bien sûr qu’il entend, et ses iris glacées passent de ses émeraudes au lavabo dont il ne voit même plus le fond de sa hauteur. Sur le pas de la porte, il n’avance pas, de peur qu’elle commette l’irréparable. Toutefois, ce sont les mots qui ont, une nouvelle fois, raison de son action.

Pardonne-moi.

« Non, Brooklyn. Non. »

La poignée se tourne et l’eau coule à flot.

« NON ! ».

Dans un élan qui ne sert strictement à rien, il le sait dès lors qu’il entreprend le geste, Ryder prend appui sur les accoudoirs de son fauteuil comme s’il allait pouvoir se tenir debout et empêcher l’eau de faire un véritable désastre. Comme soupçonné, ses jambes le lâchèrent à l’instant même où, par réflexe, il a essayé de se lever. Tombant en avant, il se rattrape tout juste à la porcelaine d’une main mais s’étale tout de même de tout son long à même le sol. A plat ventre, il sent finalement les larmes trop longtemps retenues dégouliner lentement sur ses joues. La barrière qu’il a érigée autour de lui vient juste de s’affaisser, envolée en même temps qu’il entend l’eau couler. « Non non non non… Non ! ». Ravagé, il se retourne de moitié dans un élan désespéré et essaye de se hisser jusqu’au lavabo mais il est déjà bien trop tard. Il appuie sur ses mains, ses poignets, tout pour se hisser mais tout n’est que poids mort et malgré tout l’audacieux pèse son poids. En définitive, il a tout juste le temps de voir sa poudre disparaître dans le fond du lavabo avant de retomber sur le sol dans un bruit sourd. « Merde ! ». Son corps est secoué de sanglots qu’il ne parvient pas à arrêter. « POURQUOI T’AS FAIT CA ? ». Un grognement s’échappe de sa gorge et il s’effondre, condamné à revivre quelque chose dont il ne voulait plus entendre parler. Jamais encore il n’a pleuré de la sorte, même pas la seule fois où elle a pu voir les larmes s’évaporer de ses prunelles lorsqu’il était encore à l’hôpital. Dévasté, c’est à présent la peur et uniquement elle qui circule dans ses veines. Tout comme c’est uniquement elle qui parle.

« Je te déteste. »

Il s’agite, se débat quasiment avec lui-même et fini par donner un coup de poing dans l’un des meubles de sa propre salle de bain avant de se mettre à hurler.

« Je veux pas te repousser mais je te déteste, là tout de suite ! ». Son corps en tremblerait presque. « Mais merde Brook ! Qu’est-ce que t’as fait ?! ». Il panique. Il n’y a plus du tout de barrière ou de muraille. « Je voulais pas revivre ça… Je peux pas revivre ça… Tu sais pas ce que tu viens de faire… ». Ses mots deviennent des murmures entre deux sanglots. Il pourrait tout frapper, se faire mal lui-même pour compenser face à la peur qui le tétanise, mais seuls ses poings se serrent. Il ne sait plus quoi faire, en témoigne son poing éraflé qu’il est venu cogner contre le meuble quelques secondes plus tôt. « Je peux pas revivre ça… ». J’ai besoin de toi. C’est ce qu’il voudrait dire, mais il ne le peut pas, c’est ce qu’il essaie de dire au travers de ses prunelles levées vers elle, peu importe si elle est encore debout ou non. Il n’y a pas de jeu de dominance là-dedans, pas face à la peur qui le tiraille à l’idée de devoir subir ce manque à nouveau. Il l’aime, il a besoin d’elle, mais pour l’instant il ne peut pas lui dire avec des mots. Alors il pleure, s’effondre et ne cherche même pas à retrouver le chemin de ce maudit fauteuil. Épuisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4862
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: BRYDER ▲ Every thing that I miss Lun 28 Nov - 20:30

'Cause I'm broken when I'm lonesome And I don't feel right when you're gone away
Elle savait, Brooklyn savait parfaitement les conséquences qu’allait avoir son geste mais elle n’avait pas le choix, elle devait faire disparaitre la drogue envers et contre tout et surtout contre le gré de James. Il était là face à elle et ses yeux la transperçaient de part en part. Elle pouvait y lire toute la douleur de ce qu’elle s’apprêtait à faire et cela ne faisait que la conforter dans la nécessité de s’exécuter. Si elle n’agissait pas, personne ne le ferait à sa place et certainement pas le jeune homme. Elle s’appliqua à ignorer sa demande pour lui faire entendre raison, pour lui faire comprendre qu’elle n’était pas là pour lui faire du mal mais pour l’aider. La blonde l’entendit supplier. Elle l’entendit aussi lui dire qu’il ne souhaitait pas la repousser et c’est grâce à cela qu’elle parvint enfin à lui dire qu’elle l’aimait.

Et c’était précisément pour cette raison qu’elle reprit son mouvement interrompu. Lui demandant pardon même si Lyn avait dans l’idée que c’était inutile car il n’y arriverait probablement jamais. Cela devait être son destin de blesser les autres dans des actes si ignobles qu’ils ne pouvaient plus jamais lui accorder la moindre rédemption peu importe le nombre de fois qu’elle leur présentait des excuses ou faire montre de contrition. Gray, Salem…et maintenant Ryder. Se mordant la lèvre et rompant le contact visuel avec ce dernier, sa main revint trouver le métal froid du robinet et d’une rotation du poignet, elle fit gicler l’eau dans la porcelaine. Il ne fallut pas plus d’une seconde au liquide assassin pour noyer la poudre blanche et l’entrainer dans les canalisations. Son cœur continuait de battre à tout rompre et lorsqu’il n’y eu plus rien, plus la moindre preuve de la drogue, Brook releva les yeux vers un terrible spectacle.

L’Audacieuse écarquilla les yeux mais fut incapable de bouger, ses jambes refusant de bouger, de lui obéir, comme par mimétisme. Avec horreur elle regarda le responsable de la Fosse se dresser, se jeter hors de son fauteuil pour dans le même élan s’effondrer sous son propre poids que son corps refusait de porter. Pire, Shadow eu même un mouvement de recule alors qu’elle le regardait s’écrouler à moitié par terre et à moitié sur le lavabo. Sa négation résonnait encore dans la salle de bain et toquait dans la tête de la jeune femme qui s’en voulait terriblement. Les morceaux restant de son cœur se fissurant toujours plus en voyant les larmes surgirent des céruléens qui la dévisageaient avec désespoirs et rage. Et elle restait incapable de bouger, de faire le moindre mouvement pour l’aider à se redresser ou à se rasseoir dans la chaise roulante.

Impuissante, Brook le regarda abandonner et retomber au sol. Telle une enfant prise la main dans le sac, elle baissa les yeux alors qu’elle aurait pu lui redire, essayer de lui expliquer encore une fois qu’elle agissait pour son bien, pour plus tard mais elle se sentait trop mal pour se justifier, pour croire elle-même à ses propres mots. Elle avait beau savoir au fond d’elle qu’elle avait bien agi, qu’elle avait fait ce qu’il fallait, c’était trop dur de le voir dans cet état de détresse comme jamais auparavant. Elle ignorait même qu’une personne puisse être emprisonnée dans une telle peur. Il était totalement dévasté si bien, que Lyn regretta ce qu’elle venait de faire et manqua même de lui faire remarquer qu’elle n’avait pas tout jeté, qu’il en restait dans l’évier de la cuisine. Toutefois elle de mordit la langue pour s’empêcher de faire cette bêtise.

Lorsqu’elle retrouva sa mobilité et allait venir s’agenouiller près de James pour lui apporter son soutien il lâcha la bombe. Les mots qu’elle redoutait tant mais qui elle le savait allait venir tôt ou tard. Agrippant son pull à l’emplacement de son cœur, Brook laissa à son tour libre cours à ses larmes. Elle se pensait pourtant prête à l’entendre, prête à le supporter parce que l’espoir de jours meilleurs avait guidé sa main mais elle ne s’était pas attendu à la douleur que cela pouvait faire de les entendre réellement. Si peu de temps après lui avoir dit qu’il l’aimait, après avoir été le premier des deux à se confesser, il décidait de toute rayer de ce simple trait. Jamais encore, elle n’avait eu aussi mal et pourtant, un homme qu’elle aimait avait déjà mis à mal son fragile cœur en l’abandonnant, puis en l’oubliant.

Mais face à Salem, elle s’était relevée, elle avait continué mais si Ryder l’abandonnait lui aussi, il ne lui restait plus rien. C’était parce qu’il était là, parce qu’il lui avait tendu la main au plus profond des ténèbres qu’elle traversait que telle Eurydice, Brooklyn avait remonté l’escalier vers la lumière, vers le monde des vivants. Venait-il de tout briser en se retournant avant la fin de l’ascension ?! Non, non, elle refusait de perdre espoir. Perdue dans ses pensées, elle sursauta au bruit du poing qui s’abattit contre un meuble et cette lueur qu’elle gardait en elle trouva d’autant plus d’éclat lorsque le jeune homme réitéra qu’il ne souhaita pas la repousser. Sa haine était éphémère, une compagne de sa colère et surtout de sa peur de voir son monde basculer dans les méandres de ce qu’il avait vécu durant son isolement. Mais cette fois-ci ce serait différent.

Cette fois elle serait là. Le laissant parler, le laissant pleurer, elle le regarda jusqu’à lire son appel à l’aide dans ces magnifiques yeux bleus qui ne lui avaient jamais paru aussi beau que rempli de cette détresse qui dévoilait enfin un homme avec un cœur. Doucement, elle se laissa glisser en sol à côté de lui et captura son visage entre ses mains. Délicatement, du bout du pouce, elle balaya les rivières d’eau salée sur les joues de celui qui était encore son amant, même si cela changerait peut-être bientôt. Toujours très doucement, le traitant toujours comme cet animal sauvage, elle vint déposer ses lèvres tremblantes sur celle de Ryder pour un chaste baiser qui ne leur ressemblait absolument pas. « Si je sais… » Déclara-t-elle en venant poser son front contre celui de l’Audacieux. « Et je sais aussi que tu as peur… »

Lyn prit le temps de déglutir avant d’enchainer. « Mais je suis là, je serai toujours là avec toi et pour toi. Je t’aime Ride, je t’aime depuis si longtemps que je fais ça parce que tu ne l’aurais jamais fait toi-même et que je refuse de te regarder mourir à petit feu. Je t’aime et je serai là, aujourd’hui, demain et le jour d’après et celui d’après et encore après. Aussi longtemps que tu auras besoin de moi. Alors laisse-moi prendre soin de toi, m’occuper de toi et te tenir la main à travers les jours difficiles qui s’annoncent. Je t’en prie laisse-moi t’aimer et tu ne seras plus jamais seul…plus jamais. » C’était maintenant ou jamais, c’était le moment de lui dire véritablement tout ce qu’elle ressentait pour lui et pour lui faire voir qu’il y avait autre chose que la drogue pour survivre dans ce monde.

Reculant sensiblement pour pouvoir le regarder dans les yeux, elle continua « Je ne te forcerai pas à parler ou à faire des choses dont tu n’as pas envie. Tu n’as pas besoin de dire quoi que ce soit maintenant, laisse-moi juste savoir que tu veux bien de moi à tes côtés et je te le jure je serai toujours là. Je ne te laisserai jamais, je viendrais ici aussi souvent que tu veux et j’essayerai de deviner quand tu voudras que je vienne si tu ne veux rien dire, et quand…quand tu auras envie ou besoin de prendre de la drogue tu auras juste à m’appeler et je viendrais immédiatement et tu me feras ce que tu voudras. Tu n’as pas besoin d’elle parce que moi je suis là et je ferai tout ce que tu voudras. Je la remplacerai dans ta vie, je te ferai tout oublier et il n’y aura plus que nous deux qui compteront. »

La porte de sortie, ce qu’elle devait lui donner en échange de son renoncement, ce qu’elle devait lui offrir pour lui donner envie de rester sobre, c’était elle. Brooklyn n’avait rien d’autre à lui offrir que son cœur sur un plateau, que son corps et son âme pour le distraire. Elle ne pouvait que l’aimer et comme elle ne savait le faire que de façon inconditionnelle, elle lui proposait de devenir sa drogue. Elle n’avait pas mieux et elle espérait de tout son être que cela serait suffisant. « Donnes-moi juste quelque chose, un signe, n’importe quoi et je…je jure de t’aimer comme personne d’autre ne t’aimera jamais. Je t’en prie Ride…Ride…je t’aime. » Les derniers mots ne furent qu’un murmure qui se perdit dans l’immensité de cette petite salle de bain. L’eau coulait toujours à l’image de leurs larmes respectives, assit tous les deux sur le carrelage froid, Brook ne pourrait jamais lui faire de plus belle déclaration que celle-là mais elle ignorait si cela serait suffisant pour cet homme qui souffrait tant.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 983
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Beylin (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: BRYDER ▲ Every thing that I miss Mar 29 Nov - 20:23



Every thing that I miss

FT. BROOKLYN S. O'MALLEY


Un énième grognement de désespoir vient mourir au fond de sa gorge tandis qu’il reprend appui sur ses mains pour se redresser légèrement et lui permettre de se mettre assis. En un éclair, tout son monde s’est écroulé et c’est comme si les ombres venaient déjà le narguer. La peur le paralyse et l’obsession prend vie peu à peu, alors même que ses larmes roulent encore sur ses joues et que les sanglots viennent faire trembler ses épaules. Ses prunelles n’ont jamais été aussi bleues qu’à cet instant, humides de craintes et de profonde tristesse. Il la déteste et l’aime en même temps, il n’y a pas pire comme écartèlement intérieur. Elle a noyé tout ce qui lui permet encore de tenir debout. Tout. Noyé. En quelques minutes à peine. Une main passe sur son front et il se mord la lèvre inférieure pour ne pas hurler davantage de rage. Ryder ne l’avoue pas mais en réalité il a besoin d’elle, il le sait. Elle allait voir, elle allait comprendre et elle allait assister, finalement, à ce qu’il a vécu pendant cet isolement. Rien que d’y repenser son cœur fait une nouvelle embardée dans sa poitrine et il souffle pour ne pas simplement se retenir de respirer, d’étouffer ou faire un malaise. A cet instant, il n’y a plus de barrière qui vaille la peine d’être érigée autour de lui, il l’a tout bonnement éclaté, envolée avec sa poudre. Condamné à revivre ça. Elle l’a condamné à revivre ça et il sent son corps frémir d’anticipation. Ce n’est qu’au bout de plusieurs secondes de silence que Brooklyn se laisse glisser jusqu’à son niveau. Alors les iris glacées trouvent les émeraudes de l’audacieuse et il la fixe un moment, les larmes coulant encore et encore sur ses joues rosies.

Sourcils froncés, James donnerait tout pour avoir été en mesure de l’arrêter, mais elle en a profité. Elle a profité de sa faiblesse pour tout saccager et le lui arracher. Comment allait-il faire maintenant ? Pour s’en sortir ? Pour remonter la pente qu’il essaye non sans mal de gravir ? Lorsque les mains féminines encadrent son visage, il baisse les yeux, désemparé et boudeur, mais il est sérieux quand il dit qu’il ne veut pas la repousser et il ne le fait pas. La laisse effleurer une joue, puis l’autre, pour balayer les larmes qui menacent toujours plus de s’effondrer et marquer sa peau. Le responsable de la Fosse sent ses lèvres être embrassées mais il n’y répond pas, chaste baiser de toute manière. Marque de tendresse qu’ils n’ont jamais eue l’un envers l’autre car non basée sur la relation entretenue. Immobile, Ryder lutte pour ne pas s’effondrer à nouveau, mains tremblantes de stress et de colère, dont une éraflée qui le brûle. Elle pose alors son front contre le sien et un sanglot le prend immédiatement à la gorge. Ses mots, il les entend mais il est juste incapable de dire quoi que ce soit. Peur. Bien sûr qu’il a peur, car elle ne sait pas, elle n’imagine pas, absolument pas, ce qui l’attend.

Malgré tout, jamais encore l’audacieux autrefois altruiste n’a eu droit à de telles paroles. A une telle déclaration d’amour. Même pas de sa propre mère ou de la part de son père. Trop habitué à n’être là que par obligation plus que par réelle envie, il s’est toujours vu être comme un poids que l’on subit. Être aimé, au fond il ne sait pas du tout ce que c’est. Les mots tombent, les uns après les autres. Lorsqu’elle se recule pour le regarder, il accepte enfin de relever ses azurines vers elle et il l’écoute davantage, emmagasine tout ce qu’elle lui dit, essaye de se convaincre lui-même. Il essaye de comprendre tout ce que cela veut dire, tout ce que cela signifie. Elle n’aimerait pas ce qu’elle verrait, il le sait d’avance mais aucun son ne veut sortir de ses lèvres, il est bien trop crispé, bien trop en proie à l’angoisse et fatigué pour dire quoi que ce soit et même faire quoi que ce soit, si ce n’est la regarder. Une larme perle à ses yeux et glisse lentement le long de sa joue gauche. Il n’y a qu’elle qui l’a vu dans cet état. Uniquement elle.

Donnes-moi juste quelque chose, un signe, n’importe quoi et je…je jure de t’aimer comme personne d’autre ne t’aimera jamais. Je t’en prie Ride…Ride…je t’aime.

L’eau coule toujours dans le lavabo et le son résonne jusqu’à ses oreilles. Un son qu’il ne peut supporter, pas en imaginant la poudre ravagée qui fond avec l’eau tout droit jusque dans les canalisations, poudre qui a disparu aussi vite que le vent balaye la poussière. Inlassablement il la scrute de ses prunelles bleues qui se ternissent, à mesure qu’il reste immobile et flippe véritablement par rapport à ce qui l’attend. Sa dernière prise, c’était pendant la nuit, il ressentirait déjà les effets du manque lorsque le soleil disparaitra sur la ligne d’horizon. Incapable de dire quoi que ce soit, Ryder entend les paroles de Brooklyn résonner en boucle dans sa tête, ça accompagné du reste, le rappel de sa condition, sa chute. Il se revoit tomber en prenant le risque de se fracturer une jambe sans même le sentir. A priori il n’a rien, à peine éraflé mais il n’a pas été vérifier car il est tout bonnement tétanisé sur place. Les secondes silencieuses sont comme la pire des gangrènes pour elle, il en a conscience mais il cherche à rassembler ses esprits pour ne pas que la poudre vire déjà à l’obsession. Son cœur bat à tout rompre et son regard perdu dans le vide revient trouver celui de la blonde qui garde toujours son visage entre le creux de ses mains durant un laps de temps de quelques secondes à peine. Si les larmes perlent toujours à ses yeux, elles ne ruissèlent plus il se contente de renifler et de respirer. L’audacieux ne se sent pas la force de parler, alors délicatement il vient poser sa main éraflée sur l’une des siennes, baisse les yeux vers le sol et écarte cette dernière de la peau de son visage. Il a mal, tellement mal au cœur à cet instant qu’il pourrait défaillir, mais il demeure immobile et garde sa main dans la sienne, entremêle une nouvelle fois leurs doigts pour finalement attirer le dos de sa main contre ses lèvres et y déposer un baiser. Le signe. Son signe.

« Tu voulais savoir ce que j’ai vécu en isolement… ». Un murmure qui s’évapore dans les airs de la salle d’eau tandis qu’il lâche sa main doucement et ferme les yeux. « Tu verras. ».

A défaut de lui expliquer, elle aurait la démo en pleine réalité. James termine par soupirer en levant les yeux vers le plafond et ce lavabo où l’eau ne cesse de couler.

« Je ne peux pas me relever. »

Seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 983
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Beylin (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: BRYDER ▲ Every thing that I miss Mar 29 Nov - 20:24

SUJET TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BRYDER ▲ Every thing that I miss

Revenir en haut Aller en bas
 

BRYDER ▲ Every thing that I miss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» All thing zombie
» Miss Mister HabboGold - Votre slogan + Eliminés
» Miss/Mister HabboGold Carotte sont Emy et Ludio26
» Miss & Mister Amakna
» [Pale Memories] Premières Photos de ma nouvelle Miss P2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › West Side :: Habitations-