Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 BLAVY ▲ Darkest times. Desperate measures.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Lux Aeterna (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: BLAVY ▲ Darkest times. Desperate measures. Lun 15 Aoû - 11:07



Darkest times. Desperate measures.

FT. BLAKE C. KEYSHAWN


Troisième jour après House of cards.
Sobre depuis quatre jours.

Il a craqué, un soir, pour un verre. Le dernier. Il a craqué car il sait pertinemment que sans aide il ne parviendra pas à arrêter. Mais il veut le faire, il veut y arriver, pour Elle, pour eux. Pour ce qu’ils étaient et auraient pu être. Pour ce qu’ils pourraient être. Ses mains tremblent sans cesse et il ne peut que camoufler ce léger problème à longueur de temps. Depuis l’incident qui a ravagé les rues et a presque failli les faire tous tuer, Envy n’a pas touché à une seule goutte d’alcool, trop focalisé sur l’avenir de sa Faction et de leur monde pour pouvoir penser ne serait-ce qu’une seconde à son immense problème d’addiction. Cela se sent sur ses traits tirés, se sent sur la fatigue qui le guette un peu plus à chaque minute qui passe. Il est extrêmement sobre et c’est bien pour ça qu’il ne parvient pas à trouver le sommeil. Le fantôme d’Uriah le suit partout, à chaque pas, même dans ce bureau alors que, assis sur sa chaise tournée vers les quartiers Audacieux, le Dirigeant passe sa seule main libre sur son visage. L’on ne peut l’empêcher de se sentir coincé, pris entre deux feux, peut-être même trois. Il y a des choses à faire, des actes à mener qui demandent son exigeante attention. La liste des décès recensés trône malheureusement sur la surface plane de son bureau et la mine d’Uriah est grave, fermée. Cette fois-ci il ne se permet pas de rire, ni n’est en colère. Maigre hallucination, image de son addiction qui ne fait qu’un peu plus se rappeler à son bon souvenir. Mais il fait tout pour l’ignorer, car il est déjà dans l’ailleurs. Là où le temps s’est arrêté. Là où les ennuis ne font que commencer.

Il entend les cris et les pleurs, lit dans les regards emplis de terreur. Il sent le feu et la chair calcinée, puis la fumée qui ne le fait que davantage tousser. Il voit la vie et la mort, la misère et toujours plus, encore. Le discours et les faux semblant de leur présidente, il n’en a que faire, cela ne changera pas tout leur lot de misère. Les victimes, les blessés, les morts et surtout les vivants n’oublieront jamais ce qu’il s’est passé. Malgré les échos et les idéaux, Envy le sait, cela recommencera très bientôt. Voilà sans doute pourquoi il passe déjà au travers de la silhouette fantomatique d’Uriah. Voilà sans doute pourquoi il ne prend pas le temps de s’intéresser à ses propres symptômes catégoriques qui ne mentent pas. D’un pas décidé que rien ni personne n’arrêtera, l’audacieux sort et s’échappe de la pièce devenue soudainement trop exigüe. Il ne l’oublie pas. Jamais il ne le fera, mais en fermant cette porte, il la claque au nez de celui pour qui il aurait fait n’importe quoi ici-bas. Les vivants, eux, n’attendent pas. Elle, n’attendra pas.

Le dirigeant passe une main dans sa tignasse dorée légèrement en bataille. Trop de choses se sont déjà passées ces derniers jours, ces dernières heures. Il ne sait pas vraiment ce qu’il fait là ni réellement pourquoi ses jambes l’ont amené jusqu’ici, mais tout ce dont il a conscience c’est qu’il veut la voir. Le voudrait-elle seulement, Elle ? Il n’en est pas certains. Il n’est pas là pour profiter ou pour malmener, non, il est là car poussé par un besoin dont il ne comprend pas la teneur, comme poussé par une force invisible qui veut juste s’assurer qu’elle va bien. S’assurer que les cris, les pleurs, et les morts ne fassent pas ressortir des souvenirs trop douloureux. Plusieurs fois de suite, Envy s’apprête à appuyer sur le bouton de la sonnette ou frapper à la porte, sans jamais y parvenir, hésitant tout juste à la dernière seconde, comme ayant peur de ne pas pouvoir faire partie du décor. Par peur d’avoir échoué, encore. Toutefois ce doute fini par être balayé, c’en est assez d’hésiter. Qui ne tente rien n’a rien et il ne le sait que trop bien. D’un geste aussi déterminé que ses pas précédents, il frappe à la porte et attend patiemment. Le bras bloqué dans son écharpe et son également maintenu font qu’il n’a d’autre choix que de se tenir bien droit. Sans doute est-ce un peu trop solennel mais il n’y peut rien, et au fond, s’en contrefiche. Il entend alors les pas arriver jusque derrière la porte d’entrée et l’attente n’en devient que plus longue. Son cœur bat vite, bien trop vite mais cela n’a rien à voir avec une éventuelle nervosité ou un stress accru, tout cela n’est qu’un énième symptôme de ce manque qui le ronge de l’intérieur et contre qui il se bat depuis maintenant quatre jours. Effacé par l’adrénaline qui a circulé dans ses veines au moment de sauter dans ce train en flammes, au moment de tout faire pour l’arrêter, aidé d’autres personnes tout aussi bien intentionnées, Envy ne s’était pas rendu compte de la gravité de son problème avant d’y être pleinement confronté. Avant de comprendre la pleine étendue du combat qu’il s’apprêtait à mener. Malgré tout, il est là, et il résiste, se mord l’intérieur de la joue et patiente. Il se dandine d’un pied à l’autre pendant plusieurs secondes, cherche la meilleure position pour ses cotes quand la porte s’ouvre enfin et qu’il l’aperçoit. Elle est belle et bien là.

« Hey. »

L’audacieux esquisse un sourire mais certains signes ne peuvent mentir.

« Je ne te dérange pas ? »

Il voudrait rentrer, franchir le seuil de la porte, une nouvelle fois. Mais le laissera-t-elle seulement faire ? Qui vivra verra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Blake C. Keyshawn

❖ Date de naissance : 10/08/1987
❖ Barge depuis : 26/02/2016
❖ Messages : 572
❖ Avatar : Phoebe Tonkin
❖ Crédits : Melaaniee
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Dirigeante des Sincères
❖ Faction : Sincères
❖ Forces & Faiblesses : Incorruptible, je ne joue pas avec la politique. Je veux juste que Justice soit rendue. Celà peut être un avantage mais aussi un inconvénient...
❖ Philosophie : There is no middle. There is just Truth or Lie.
❖ Playlist : The Veronicas ► Heavily Broken - Emily Browning ► Asleep - Gleecast ► Total Eclipse of the Heart - Jessie J ► Casulaty of Love - Mariah Carey ► Infinity



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ Darkest times. Desperate measures. Jeu 8 Sep - 21:37

Darkest times. Desperate measures. × ft. BLAKE & ENVY

Toc toc toc. Damn. Blake se redressa, en alerte. Oui quelqu’un a bien frappé à sa porte. Et c’était un peu gênant. Son appartement était sans dessus-dessous. Des feuilles tapissaient le sol dans tous les sens. Les yeux cernés de ne pas avoir dormi depuis au moins quarante-huit heures, elle rassembla le tout en un tas informe qu’elle fourra à la hâte sur le lit de sa chambre. Fermant la porte, elle se dirigea ensuite vers l’entrée tout en enfilant rapidement une robe de chambre pour couvrir sa tenue très minimaliste.

Sur le palier, elle découvrit Envy. L’audacieux avait un bras en écharpe et se tenait droit comme un piquet. Haussant un sourcil, elle baissa les yeux un instant avant de lui répondre. « Salut ! ». Ils ne s’étaient pas croisés depuis les attentats. Les cris, le bruit des explosions, tout ça lui revint d’un coup en mémoire. Lui aussi a les traits tirés. Nul doute qu’il avait dû également avoir de courtes nuits. Traquer les responsables n’était pas une mince affaire. Blake ne savait même pas encore tout ce que Moira pouvait faire dans l’ombre et pourtant, elle la considérait déjà comme responsable. Elle avait prévenu qu’il fallait prendre la menace au sérieux et prévenir les habitants. Aujourd’hui, beaucoup accusaient leur Présidente de n’avoir pas pu les protéger, et ils avaient bien raison de l’en blâmer.

Ils payaient aujourd’hui le prix d’une politique trop répressive. Les divergents n’étaient pas des ennemis. Ils pouvaient choisir, grand bien leur fasse ! Toisant le blond avec une certaine anxiété, Blake hésita. Devait-elle le laisser entrer ? « Eh bien, ce n’est pas vraiment le bon moment à vrai dire, je… ». Dit comme ça, il allait sûrement se faire des idées. Surtout qu’elle jeta un coup d’œil en arrière, simplement pour vérifier que rien de « dangereux » n’était resté par inadvertance. « Ou bien on se voit plus tard ? »

Elle avait fait une nuit blanche et ne se souvenait même pas d’avoir eu la force de se déshabiller. Ceci dit, la tenue n’était pas des plus confortables pour dormir… Il lui avait demandé de rester dans la tour, ce qu’elle avait fait. De toute façon, elle ne pouvait pas faire autrement. Cet ingrat s’était barré sans demander son reste, l’abandonnant dans un chaos complet. Au fond, elle ne savait plus très bien ce qu’elle avait fait ou non. Tout était parti sans dessus dessous et seuls s’enchaînaient des interrogatoires. La jeune femme était descendue en ville et observait les habitants, essayant de repérer des comportements suspects. Malheureusement, tous ses efforts s’étaient révélés infructueux. Et maintenant, elle souhaitait simplement dormir pour espérer repartir de plus belle. Ramenant son regard sur l’audacieux, elle força un léger sourire gêné : elle ne lui avait même pas demandé de nouvelles. Enfin, le bras en écharpe parlait pour lui. « Tu devrais vraiment te souvenir que tu n’as plus vingt ans et que sauter d’un train n’est plus vraiment si facile... » Bien sûr qu’elle avait saisi quelques échos mais elle n’avait pas été à son chevet. Non. Depuis leur dernière rencontre, Blake s’était attelée à aller de l’avant et à ne vraiment plus l’attendre. Bien sûr, il lui manquait mais de ça jamais elle n’en parlerait à haute voix. Enfin pas ce jour là.

Elle ne l’interrogeait également pas pour savoir s’il buvait encore ou non. Tout dans son comportement la montrait comme une femme détachée qui potentiellement avait un amant dans son appartement. D’un côté, elle espérait qu’il puisse le croire et brûlait d’envie de voir sa réaction. Elle éprouvait toujours le besoin de tester ses sentiments, ayant eu la désagréable impression qu’un fantôme lui avait tout de même supplanté son amour pour elle. Sa souffrance, elle avait envie de la lui rendre au centuple quitte à le blesser. C’était également risquer qu’il n’aille se perdre à nouveau dans l’alcool mais à ce moment là, cela lui importait peu. Ce n’était rien de très charitable mais elle voulait un homme fort et surtout pas d’une lavette qui se noie dans un verre d’eau. Elle avait besoin de sa force, pas de son apitoiement et de son regard quémandant la pitié. Et surtout, elle ne voulait plus l’attendre. Vraiment plus.
code by lizzou × gifs by tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Lux Aeterna (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ Darkest times. Desperate measures. Lun 12 Sep - 20:24



Darkest times. Desperate measures.

FT. BLAKE C. KEYSHAWN


Sur le pas de la porte, il y reste et ne bouge pas. Le seul geste qu’il amorce provient de ses pieds d’où son poids passe de l’un à l’autre avec un brin de nervosité. Il n’est pas là pour parler travail ni pour l’embêter outre mesure, au fond il veut juste s’assurer qu’elle va bien après tout ce qu’il s’est passé. Lorsqu’elle ouvre la porte après quelques secondes d’attente, Envy ne peut que remarquer le peignoir et la précipitation dans le son de sa voix, mais au moins, il a déjà une confirmation visuelle que la jeune femme est intacte. Le voilà soulagé, sur ce point. Alors pourquoi l’un de ses sourcils se hausse ? Pourquoi se sent-il comme dans l’obligation de pencher la tête sur le côté pour apercevoir un soupçon de son intérieur ? « Salut… » qu’il répond une deuxième fois par réflexe avant de porter sa pleine attention sur elle. Il ne veut pas la déranger c’est d’ailleurs ce qu’il lui dit et Blake ne se fait pas prier pour lui répondre. Envy n’arrivait pas au bon moment. Oh. Immobile, il reste raide comme un piquet et hoche soudainement la tête. « Je… ». Mais elle reprend la parole, regarde en arrière furtivement dans l’appartement et il ne peut s’empêcher de pencher à nouveau la tête pour essayer de voir quelque chose, imitant son geste, puis reprenant position à vitesse grand V en se grattant la tête de sa main valide. Ni vu ni connu. En réalité, l’audacieux ne sait même pas ce qu’il vient réellement faire ici si ce n’est qu’il avait ce besoin quasi vital de la voir. Maintenant que c’est chose faite, il se rend compte (alors qu’il n’y a rien) que la jeune femme sait parfaitement se débrouiller sans lui. Au fond, n’était-ce pas ce qu’il avait espéré en la repoussant, noyé dans l’alcool ?

Pendant plusieurs secondes qui paraissent être des minutes, Envy ne la quitte pas des yeux, de son regard de poisson mort. A dire vrai, il est simplement perdu dans ses pensées et fatigués de ces trois derniers jours. Les yeux rivés sur la brune, l’audacieux se fait violence et se gifle mentalement afin de revenir sur terre et lui offrir une réponse. « Huh ? Oh. Euh. Je comprends. ». Non, il ne comprend pas en fait. Où est cet idiot qui se planque dans le lit de son ex-femme ? Il plisse le nez et hoche la tête. Tout est dans le mot : Ex. Sa langue passe sur sa lèvre inférieure et il se gratte à nouveau la tête. « Je peux repasser plus tard, oui, ou bien on décide de se voir… Demain. Tu as l’air vraiment… Occupée. ». Non, Envy non. On dirait un ado pré pubère hésitant à demander à son béguin si elle veut aller au bal avec lui. Perturbé, il se racle la gorge et reprend d’un air plus adulte. « Aucun problème, j’aurais dû prévenir avant de passer à l’improviste, ça m’apprendra. Blake je suis désolé, ce n’est pas urgent ça peut attendre, je voulais juste m’assurer que tu allais bien. ». Même si apparemment… Tout va plus que bien. Il n’y a rien d’urgent, c’est la stricte vérité, mais il aurait aimé lui parler de sa décision de se faire aider. Il voulait lui dire qu’il y pensait et que… Il attend que les choses se tapissent un peu avant de lâcher la direction à Ruben temporairement et disparaître de la circulation discrètement pour suivre une cure de désintoxication.

S’il veut en parler avec elle c’est parce qu’il n’a personne d’autre, hormis Ruben, à qui en parler. Il n’y a que lui et elle qui en savent autant sur son compte, même Ramsey ne connait pas tous les détails, et pourtant Dieu sait qu’il l’adore (sans doute est-il en fin de compte trop bourré pour espérer parler sérieusement chaque fois qu’ils se voient). Au-delà des liens d’amitié qui l’unissent lui, Ruben et Ramsey, la Sincère a cette particularité d’être une dirigeante, elle connait donc de plein fouet toutes les précautions à prendre lorsque l’on occupe ce poste, mais en connait également les responsabilités. Voilà une raison supplémentaire pour laquelle il ne se voit pas en parler plus intimement avec quelqu’un d’autre, mais étant donné son passage raté à l’improviste, l’audacieux ne compte pas insister. Pire, il se fait complètement des films, une certaine jalousie pointant le bout de son nez dans le creux de son abdomen, commençant presque à le rendre dingue. Toutefois, c’est le sourire de la jeune femme et sa remarque qui le sortent de cette nouvelle vague de pensées invasives et trompeuses. La voir sourire le fait sourire également et il ne peut même se retenir d’échapper un léger rire en baissant les yeux vers son bras dans le plâtre.

« Oui tu as sans doute raison. Dans le feu de l’action on peut vite oublier ce genre de détails et ça donne… Des bras en écharpe. J’ai eu de la chance. »

Cette journée n’a pas été, certes, la pire journée de sa vie, quand bien même Chicago aurait pu s’éteindre en un éclair, mais elle ne faisait pas partie de ses souvenirs favoris, bien au contraire. Lui comme elle, resteront hantés par les souvenirs de ce jour, par les cris et les pleurs. Pas les effluves de soufre et d’horreur. Malgré ce qu’il aurait pu penser, en étant persuadé que quelqu’un se trouve dans l’appartement de la jeune femme, Envy ne ressent pas le besoin premier d’aller se bourrer la gueule, non. Pour tout avouer, il n’a qu’une seule envie : lui péter la gueule à lui, cet inconnu qui se prélasse probablement dans ses draps. En y pensant ça le rend malade et il pourrait tout simplement vomir sur le paillasson. Sans s’en rendre compte, ses prunelles océaniques se posent sur le couloir aperçu derrière la sincère, un véritable tic. Une véritable obsession. Qui est-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Blake C. Keyshawn

❖ Date de naissance : 10/08/1987
❖ Barge depuis : 26/02/2016
❖ Messages : 572
❖ Avatar : Phoebe Tonkin
❖ Crédits : Melaaniee
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Dirigeante des Sincères
❖ Faction : Sincères
❖ Forces & Faiblesses : Incorruptible, je ne joue pas avec la politique. Je veux juste que Justice soit rendue. Celà peut être un avantage mais aussi un inconvénient...
❖ Philosophie : There is no middle. There is just Truth or Lie.
❖ Playlist : The Veronicas ► Heavily Broken - Emily Browning ► Asleep - Gleecast ► Total Eclipse of the Heart - Jessie J ► Casulaty of Love - Mariah Carey ► Infinity



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ Darkest times. Desperate measures. Lun 12 Sep - 22:05

Darkest times. Desperate measures. × ft. BLAKE & ENVY
Malaise. Blake est vraiment peu à l’aise et son comportement le montre. Il est bien rare qu’elle ne lui cache quelque chose, à vrai dire cela n’était jusque là jamais arrivé. Elle avait bien essayé de lui cacher la vérité sur l’enfant mais il n’avait eu aucun mal à obtenir la vérité. Blake n’avait jamais eu besoin de faire attention avec lui et à vrai dire, c’était bien une chose dont elle s’occupait peu. La Vérité se suffisait à elle-même, qu’elle soit blessante ou non. Habillée très légèrement, elle réalise que cela est peut-être problématique. Lui, il saurait probablement deviner qu’en dessous il n’y avait pas grand chose et elle ne voulait pas qu’il fourre son nez dans ses dossiers alors... Elle repassait encore mentalement en revue chaque pièce, jetant quelques coups d’oeil en arrière. D’ailleurs, il lui sembla voir Envy essayant de scruter le couloir, à la recherche d’un amant invisible. Qu’il le pense. Au fond, elle s’en fichait bien et peut-être qu’il comprendrait pleinement à quel point elle était sincère l’autre soir.

Mais il attendait quoi ? L’observant, quand il ramena enfin son regard sur elle, Blake l’interrogea des yeux. Alors ? Plus facile à dire qu’à faire, il semblait totalement perdu dans ses pensées. « Envy ? ». Ah. Réaction. Il comprenait. Hochant la tête, Blake recula d’un pas. « Bon, bah, on se voit plus tard alors ? ». Elle ne voulait pas perdre de temps. Elle voulait juste avoir la paix. Hochant la tête, elle s’apprêtait à fermer la porte mais il ouvrit encore la bouche. L’entrouvrant à nouveau, elle le regarda à nouveau. « Oui, oui là je suis vraiment... Occupée. » Une moue un peu gênée, elle se demanda pourquoi il agissait ainsi. Il se racla la gorge, signe qu’il était nerveux. « Oui... Oui tu aurais pu. Mais ce n’est pas grave. Et si ce n’est pas urgent alors on voit ça demain ? »

Loin de se douter qu’il cherchait une confidente, Blake n’était pas vraiment décidée à jouer au psy et avait d’autres soucis bien plus importants que sa petite personne. Elle en avait soupé avec lui, elle avait longtemps voulu le soutenir et il l’avait repoussée. A présent, elle n’attendait plus rien de lui et le lui montrait ostensiblement. « Oui, je vais... Bien. Je t’ai obéis, je ne suis pas descendue, je suis restée dans ma jolie tour et je n’ai aucune égratignure... ». Par contre, s’il osait disparaître au moment où elle allait avoir besoin de son soutien, Blake risquait bien de lui claquer définitivement la porte au nez. Il fallait vraiment être timbré pour se faire une désintox alors que le monde partait en cendres ! Et sa faction comptait sur lui ! Enfin, quand il n’était pas cassé. Ce qui était rare, en soi.

« Tu as eu de la chance. Je suis contente que tu sois en vie même si j’imagine que pas mal de choses deviennent compliquées avec un bras en écharpe... ». Comme coucher par exemple. Quoique, il avait suffisamment de ressources pour y parvenir. Rien n’arrêtait un panda en rut. Ils étaient longs à la détente mais une fois lancée, ces nounours étaient insatiables. Blake chassa ses pensées de son esprit. Elle avait vraiment tout planqué ? Elle jeta un coup d’oeil encore en arrière et recula. « Bon, eh bien à demain alors. Tu peux passer à ... 7h30 ? Je dois être au central à 9h. »

Il avait des doutes. Il n’arrêtait pas de guetter dans son dos, au point qu’elle aurait presque pu croire que quelqu’un était effectivement dans son appartement. C’était incroyable. Et une part d’elle-même était flattée et amusée. Oui, c’était une forme de vengeance. Elle aussi avait passé des nuits à se demander qui passait dans son lit pendant qu’elle n’était plus là. Elle aussi avait été tenaillée par la jalousie, pensant qu’elle portait l’enfant d’un tel homme. « Bon, si nous sommes d’accord et que tu n’as plus rien à dire, bonne journée ! ». Blake amorça le geste pour fermer la porte. Elle voulait pouvoir dormir un peu et reprendre l’étude de tous ces interrogatoires. Elle avait pu manquer quelque chose avec la fatigue accumulée, sans parler de ses soupçons vis à vis du Conseil. Elle était en effet persuadée que les terroristes les avaient infiltrés. Il n’y avait pas d’autres explications mais qui ? Qui aurait pu ? Envy n’était peut-être même plus un allié. Elle n’avait plus aucune certitude.
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Lux Aeterna (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ Darkest times. Desperate measures. Mer 14 Sep - 14:11



Darkest times. Desperate measures.

FT. BLAKE C. KEYSHAWN


Envy ?

En entendant son nom, il sort de sa torpeur et reprend la parole, bien que maladroitement. Il lui explique alors avoir compris qu’elle était très occupée et penche la tête sur le côté, prétextant qu’ils se verront plus tard. Oui, mais voilà, ses prunelles azures ne cessent de scruter l’intérieur de son appartement à la recherche d’un homme nu (ou presque) attendant patiemment qu’elle lui claque la porte au nez pour mieux abuser de son corps. En son for intérieur, l’audacieux sent son propre sang bouillir et ne faire qu’un tour à mesure que la paranoïa l’emporte sur la raison. Sans doute n’est-ce qu’un side effect du manque d’alcool, il ne peut le confirmer à cent pour cent. Tout ce qu’il sait, c’est que les secondes s’enchainent et son impatience devient lentement mais sûrement surhumaine. Blake pose ses questions pour confirmer l’heure de leur rendez-vous mais le dirigeant ne lui répond pas, passant à côté du véritable but de sa venue, perturbé par la potentielle liberté de la jeune femme. Lui, remplacé ? Il essaye de se faire violence, de se dire que c’est ce qu’il a plus ou moins cherché en la repoussant et en divorçant en premier lieu, mais il n’y parvient pas, pire encore il sent ses regards devenir de plus en plus insistants. Pour autant, il l’écoute et se trouve soulagé de la voir sans une seule égratignure, même si les mots qui s’échappent des lèvres de la brune se veulent n’être qu’un reproche déguisé pour l’avoir laissé en plan lors de l’attentat. Il ne s’excuserait pas pour ça, pour tout le reste, oui, mais pas pour ça. Pas alors qu’il faisait son job.

« Cette tour est la seule chose qui a tenu le choc ce jour-là, Blake. ». Son ton est loin d’être agressif, c’est même tout le contraire et il ne fait qu’un constat à voix haute. S’il devait le refaire, il le ferait.

Envy lui offre malgré tout un sourire et même un rire quand elle fait un autre constat, celui de son bras en écharpe et son air guindé. Elle est déjà au courant de ce qu’il s’est passé sur ce train en flammes. Elle évoque la difficulté d’effectuer certaines tâches en ayant un bras dans le plâtre et il fronce légèrement les sourcils avant de hausser les épaules. « Ca pourrait être pire. ». Il ne voit vraiment pas son bras dans le plâtre comme étant un obstacle et une contrainte en ce qui concerne l’idée de faire une partie de jambes en l’air. Vraiment pas. Il lui sourit de plus belle d’ailleurs, tout en restant sérieux puisqu’il aurait pu avoir clairement pire qu’un bras en écharpe et des cotes fêlées. Il regarde encore par-dessus l’épaule de la jeune femme quand il entend l’heure du rendez-vous. « 7h30, oui d’accord. ». Il y sera, même si en réalité il sent son poing le démanger et sa patience s’effriter. La précipitation se fait alors rapidement sentir dans l’air, et Blake la sent car elle recule et s’apprête à fermer la porte quand la main valide d’Envy l’empêche de la refermer de justesse. Ses traits sont tirés et probablement rongés par la paranoïa. La jalousie. La colère. « Où est-ce qu’il est ? ». Sans ajouter un mot il pénètre à l’intérieur comme un panda furibond et se trouve déjà dans le couloir. « Où est-ce qu’il est Blake ? ».

L’audacieux n’est pas du genre à s’introduire chez les gens qui ne le souhaitent pas, mais pour ce qui la concernait, elle, c’était différent. Il s’est perdu en chemin, a agi comme un profond idiot en acceptant le divorce, pensant la protéger de lui-même et de sa pente obscure. Mais à présent qu’ils sont là, l’un en face de l’autre, à présent qu’il a pu toucher à nouveau du doigt ce qui lui manquait tant, Envy ne veut plus jamais la quitter et la sentir s’éloigner est quelque chose qui ne pourra que le faire souffrir. S’il s’agit d’une vengeance pour la brune, elle fonctionne très clairement sur le blond qui est persuadé que quelque chose de louche se trame ici. « Je te jure que si je le connais je… ». Soudainement il s’arrête, en plein milieu, juste avant la porte de sa chambre. Il prend conscience du ton qu’il emploie et de la crise qu’il fait. Alors il se fige, son attitude est égoïste, tellement égoïste qu’il reste raide comme un piquet et n’ose même plus la regarder. Il déglutit et soupire en fermant les yeux avant de se retourner vers elle.

« Non. Je n’ai pas le droit de te dire une chose pareille… Excuse-moi. »

Envy serre les dents, garde un air peiné dans ses prunelles mais il crispe également la mâchoire et rebrousse chemin. Il est presque à son niveau quand le poing de sa main libre se serre définitivement. Contrarié. Mais il n’a pas ouvert la porte de la chambre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Blake C. Keyshawn

❖ Date de naissance : 10/08/1987
❖ Barge depuis : 26/02/2016
❖ Messages : 572
❖ Avatar : Phoebe Tonkin
❖ Crédits : Melaaniee
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Dirigeante des Sincères
❖ Faction : Sincères
❖ Forces & Faiblesses : Incorruptible, je ne joue pas avec la politique. Je veux juste que Justice soit rendue. Celà peut être un avantage mais aussi un inconvénient...
❖ Philosophie : There is no middle. There is just Truth or Lie.
❖ Playlist : The Veronicas ► Heavily Broken - Emily Browning ► Asleep - Gleecast ► Total Eclipse of the Heart - Jessie J ► Casulaty of Love - Mariah Carey ► Infinity



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ Darkest times. Desperate measures. Sam 17 Sep - 12:09

Darkest times. Desperate measures. × ft. BLAKE & ENVY
Blake sentit qu’elle avait éveillé les soupçons. Il suffisait de le voir se tordre le cou pour voir dans son dos. Elle ne voulait juste pas qu’il puisse voir ses dossiers. Sur ce coup-là, elle voulait faire cavalier seule. Elle n’était même pas sûre de pouvoir lui faire confiance, après tout, il était toujours alcoolique et si sa langue se déliait, tous ses efforts seraient réduits à néant. Pour autant, une part d’elle-même est ravie d’avoir pu susciter cette réaction. Ainsi, il pensait qu’elle puisse coucher avec quelqu’un quelques jours seulement après ces jours funestes ? C’était mal la connaître. Ou bien il n’était vraiment pas bien dans sa tête, ce qui en soi ne serait pas étonnant. Elle lui fixait un rendez-vous, se mettant ainsi définitivement hors de sa portée et lui rappela qu’elle avait obéi comme un bon petit soldat. Secouant la tête pour montrer qu’il ne comprenait vraiment rien, elle souffla. « Oh alors je devrais faire un autel avec des photos de mon sauveur et lui louer ses louanges jusqu’à la fin de mes jours ? ». Elle était en colère. Elle lui en voulait. Et puis quoi encore ? Lui dire merci ? Elle l’avait mal vécu. Et si elle avait accepté de rester là, c’était simplement parce qu’elle pensait pouvoir faire quelque chose mais au final, elle avait compris trop tard, qu’il l’avait volontairement écartée. Maintenant, elle était un poids pour lui. C’était juste magnifique. Il pensait encore vraiment qu’ils allaient pouvoir recoller les morceaux ?

Son état d’esprit avait beaucoup changé. Il avait suffi de coucher avec lui pour parvenir à tourner la page. Etrange. Elle-même ne comprenait pas vraiment quelle logique se cachait sous ce revirement de situation. Peut-être le fait d’avoir pu tout lui dire. Elle avait porté son secret seule si longtemps que lui infliger cette souffrance lui avait permis de s’en libérer. Elle n’avait plus aucun regret maintenant. « Je ne serai plus à ton service, Envy. J’en ai vraiment fini avec tout ça. Je sais aller sur le terrain et je n’ai pas besoin de toi pour me dire quoi faire. ». Marquant là son indépendance, elle sait avoir été plus agressive que lui. Si elle devait revivre la même situation, elle n’obéirait plus. Elle suivrait son idée. D’ailleurs, son piteux état montrait bien que seul il était vraiment nul. Bon, elle était un peu de mauvaise foi. C’était un irrépressible besoin de se protéger de lui. Elle n’avait clairement plus confiance en lui, après tout ce qu’ils avaient traversé. « Oui, tu pourrais être mort. » C’était la vérité. Blake n’avait jamais caché ses pensées et n’allait pas commencer ce jour-là. Elle ne gardait que son enquête hors de sa portée. Et maintenant, il était éclopé. Il ne servirait donc plus à rien. Elle ne pourrait pas lui demander de l’aide. Bon, il fallait donc le faire partir. Elle lui fixa une heure de rendez-vous et voulut prendre congé. Repoussant le battant de la porte, elle allait la fermer quand l’audacieux l’en empêcha.

Surprise, elle entendit une question totalement incongrue et n’eut même pas le réflexe de le repousser. Il fallait dire qu’il avait déjà bondi dans l’appartement, dévoré par la jalousie. « Quoi ? » Elle comprit alors qu’il pensait qu’elle cachait vraiment un amant. Fronçant les sourcils, elle l’observait exploser. S’il le connaissait ? Son sang ne fit qu’un tour. « Envy, va-t-en. Cela ne te regarde pas. ». Le ton de sa voix était froid et surtout elle ne parlait pas fort. Son attitude lui rappelait de mauvais jours. Au moins là elle savait qu’il n’avait pas changé. Son cœur se serra alors que l’homme se figeait dans le couloir. « Oui, c’est plutôt malvenu de ta part. Tu devrais partir, maintenant… » Allait-il réaliser que son « amant » n’avait pas pris la peine de venir la défendre ? Elle n’en savait rien. Mais là, tout de suite, elle voulait qu’il s’en aille. Ebranlée, elle fixait le sol, attendant qu’il passe la porte. « Nous ne sommes plus mariés, Envy. Je fais ce que je veux quand je veux avec qui je veux. Je te l’ai dit, je n’attendrais plus. Je veux avancer. Tu as gagné. N’était-ce pas ce que tu voulais quand tu as signé ces papiers ? » Elle assénait chaque coup avec une précision presque chirurgicale. « Et vu ce que je viens de voir… C’est inutile d’espérer un nouvel avenir ensemble. » Elle le repoussait. Et pourtant, une part d’elle-même voulait lui sauter dessus mais avec ses blessures, le pauvre ne pourrait pas la réceptionner. Elle voulait l’embrasser, le toucher. C’était impossible. Elle ne pouvait se le permettre. Et il lui fallait retrouver la trace de tous ces meurtriers… Sans lui. Pourquoi partagerait-elle avec lui quand il la maintenait à l’écart ?
code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Lux Aeterna (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ Darkest times. Desperate measures. Jeu 29 Sep - 14:56



Darkest times. Desperate measures.

FT. BLAKE C. KEYSHAWN


Les mots de la Sincère ont des allures assassines. Il a beau être de bonne constitution, il ne peut s’empêcher de ressentir cette amertume qui s’évapore entre eux dès qu’elle ouvre la bouche en faisant mention d’un autel. Lui essaie simplement d’être léger et sympathique, rien d’autre. Il n’y a aucune prétention dans sa façon de faire, alors oui, peut-être ne comprend-il pas le but de ses paroles mais il en ressent le ton et la colère. Légitime, probablement, il ne sait que trop bien l’avoir mérité, mais jusqu’à quand ? « Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire et tu le sais. ». Il n’a fait que remettre les choses dans leur contexte et énoncer une vérité. Cette tour était belle et bien la seule chose qui ait tenu le choc en ce jour funeste, cela ne voulait pas dire qu’il devait avoir de quelconques louanges. L’audacieux n’est clairement pas de ce genre-là, et ça, la jeune femme le sait aussi bien que lui alors, pourquoi remettre soudainement ça en cause ? Il n’est pas ivre. Malheureusement pour Envy, les mots qui suivent sont loin d’être tendres. Si Blake pense asseoir son indépendance en lui disant pareille chose, l’audacieux ne fait que se demander ce qu’il peut bien se passer dans la tête de ces femmes. D’abord Brooklyn, ensuite la dirigeante des Sincères, que diable-a-t-il fait pour se prendre ce genre de réflexion en pleine figure, si ce n’est s’inquiéter pour elle ?

Il a beau sentir la colère naître en son sein, le dirigeant reste calme et penche toujours la tête pour essayer d’apercevoir un fantôme. Le petit manège non forcément voulu de la brune faisait mouche et il ne s’arrête plus de jeter des coups d’œil lourds de sens malgré ses traits qui se ferment et ses prunelles océaniques qui s’attardent sur la silhouette féminine. « A t’entendre on croirait que je passe mon temps à te donner des ordres… Excuse-moi de m’être inquiété… ». Le ton n’est toujours pas agressif juste profondément déçu. Mais il persiste, l’audacieux, à vouloir récupérer une conversation légère sans y parvenir, puisque, une nouvelle fois, Blake prend un certain plaisir à dépeindre le tableau pour le rendre aussi lugubre qu’un fond de bouteille vide. « Je ne suis pas mort, et je vais bien. ». Hormis ses quelques blessures il va véritablement bien, d’autres sont morts, d’autres sont handicapés ou mutilés, parfois même les deux. Il fait partie des chanceux. Ils en font partie tous les deux. Et l’heure du rendez-vous tombe, il acquiesce, repassera le lendemain matin, mais la curiosité se fait trop grande et la porte qui se referme sur lui trop rapide. Brutale. Envy en stoppe la fermeture d’un geste de la main. Il veut absolument savoir et pénètre à l’intérieur, peu conscient d’avoir l’air d’un fou. La jalousie l’a rattrapé et l’idée folle d’être remplacée également. Ce n’est pas ce qu’il veut, tous ses efforts il le fait en partie pour Elle autant qu’il le fait pour lui et les audacieux qui ont besoin de leur dirigeant.

L’idée même qu’elle puisse être avec quelqu’un d’autre en ce moment le fait rugir de l’intérieur. Il note la sonorité de sa voix et le fait que ça ne le regarde pas. Si au tout début il insiste à vouloir savoir, il se stoppe net dans le couloir, n’allant pas plus loin et ne poussant aucune porte supplémentaire. Il n’ira pas voir. Ca ne le regarde pas et il s’en excuse, s’apprête déjà à rebrousser chemin quand les mots de plus tombent comme le couperet sur sa nuque.

Envy voudrait répondre mais il n’a fait que se figer sur le pas de la porte, de profil à la silhouette féminine tant aimée. Les mots sont durs mais Blake lui énonce toujours la vérité et demeure toujours… Sincère. Quoi qu’il en coûte. Quoi qu’il advienne. Il déglutit en levant les yeux vers elle qui ne la regarde même pas. Elle le rejette et il ne le ressent que trop violemment. Lui qui est venu s’assurer qu’elle allait bien et pour lui annoncer une certaine nouvelle censée être réjouissante, il vient d’en tomber bien bas et se mure dans le silence. D’un pas de plus il sort de l’appartement, tourne légèrement la tête alors qu’il lui offre la vue de son dos et soupire. « Je n’ai jamais voulu gagner. ». Tout ça c’était pour la protéger de lui et de son navire qui coule, mais aujourd’hui c’était différent. Son cœur se serre et lui donne le sentiment qu’il ne battra plus jamais. Les traits tirés par la tristesse, l’audacieux s’évapore dans le long couloir.

« Pardonne-moi. »  

Il n’attend pas de réponse et pousse déjà la porte menant aux escaliers. Il s’enfuit de cet endroit. Il rentre chez lui. Le heurt de ses mots au bord du cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gray J. Wolfgang

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 01/11/2015
❖ Messages : 5115
❖ Avatar : Brett Dalton
❖ Crédits : Sassenach (vava) - Swanou (spoiler signa) - Alas (code signa)
❖ Multicomptes : Envy D. Carter & J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Bras droit des Sans Faction, membre actif de la résistance - Ex Barman au Harvest et rat de laboratoire pour le compte de Moira Rosenbach.
❖ Faction : Divergent, Factionless - Anciennement Amity - Origines Erudites
❖ Forces & Faiblesses : Tolérance face à la douleur - Techniques de combats à mains nues - Manipule plutôt bien les lames, il les préfère aux armes à feu - Sa plus grande faiblesse réside maintenant dans le fait que le Conseil connait sa Divergence - A des cauchemars récurrents sur son enfance - Garde un oeil constant sur ses aînés et les O'Malley.
❖ Philosophie : Season two l I'm gonna shoot you down. - Season one l Count only on yourself, otherwise you'll just die, victim of treason
❖ Playlist : HELLO ▲ Adele - HURRICANE ▲ 30 Seconds to mars - MONSTER ▲ Imagine Dragons - PARALYZED ▲ NF - THE SCIENTIST ▲ Coldplay - FADED ▲ Alan Walker - TRAIN WRECK ▲ James Arthur



MessageSujet: Re: BLAVY ▲ Darkest times. Desperate measures. Lun 7 Nov - 21:36

SUJET TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BLAVY ▲ Darkest times. Desperate measures.

Revenir en haut Aller en bas
 

BLAVY ▲ Darkest times. Desperate measures.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» End of Times: Khaine
» The end times - Khaine [SPOIL]
» MUSIK...... les airs à la mode sous l'occupation
» Magic 2011
» desperate tactics et armée shadow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › Downtown :: Habitations :: Appartement de Blake C. Keyshawn-