Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 980
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : schizophrenic (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Sam 10 Sep - 21:33



Full metal jacket

FT. BABE & THE OTHERS.


Elle pose sa main sur son épaule alors qu’il désespère d’être là. Le seul point positif est ce satané bonbon qu’il mâche avec peu de conviction, pourtant le sucre lui fait du bien et compense en apparence ce manque ignoble qui ne remplit plus ses veines. Alors seulement la voix s’élève et il la reconnaitrait entre milles, au fond il se demande même comment il a fait pour ne pas la voir. Ah, oui, sûrement avait-il les yeux rivés sur la face non cachée de la lune qu’Ezra avait eu le plaisir de lui offrir, laissant admirer un superbe Ride tatoué sur sa fesse gauche. S’il n’était pas aussi épuisé, il aurait ri à gorge déployé malgré la présence de l’assemblée. Passionnant, c’est toutefois le mot idéal pour évoquer le discours de la Présidente qui continue d’être récité avec précision et sans fausse note. Un sourire en coin nait au bord de ses lèvres quand il entend la question et il ne peut s’empêcher de se tourner vers Ezra, pouvant ainsi apercevoir le visage de son ancien élève. « Clara, ça fait longtemps. ». L’audacieux tend alors le bras et saisi un nouveau crocodile en gélatine. « Pas pour du sucre. », qu’il rectifie. « Pour moi. ». C’est sa façon à lui d’essayer de camoufler le pot aux roses, toujours avec un sourire comme si, dans le fond, rien ne l’atteint. En réalité les choses sont bien plus compliquées qu’elles n’y paraissent et Ryder hurle de l’intérieur. Il hurle sur les derniers évènements, il crache sur la Présidente. Plus rien ne va dans sa tête. Plus rien. Il veut juste respirer, de l’air, et surtout ne plus rien sentir du tout. Ne plus penser, ne plus entendre les voix hurler et appeler à l’aide. Ne plus entendre les balles ricocher et siffler. Plus rien. En détournant les yeux, il croise furtivement le regard de Brooklyn qui fait son job, au loin, debout sur ses deux… Jambes. C’est avec les sourcils froncés et le regard noir qu’il observe les autres, ceux qui se morfondent et qui chialent, ceux qui s’insurgent et qui soufflent.

La souffrance pullule de l’assemblée entière et il ne le supporte pas, seule note colorée dans ce bain de foule aux âmes esseulées : ce putain de bonnet dinosaure. Mais l’audacieuse ne semble pas être de cet avis, elle semble vouloir mettre un point d’honneur à tout gâcher. Serrant les accoudoirs de son fauteuil pour ne pas griller ses mains tremblantes, James se retourne vers les deux autres et fusille littéralement Clara du regard. Il n’a rien contre elle, mais il est dans un mauvais jour. Un putain de mauvais jour, alors quand il voit le paquet de bonbon s’envoler et entend les paroles s’évaporer tout droit vers le plafond, il ne peut que ruminer. « Tu fais un seul faux pas, et je te roule dessus. ». Ses yeux clairs rivés sur elle, il la fixe avec les sourcils haussés et nullement froncés. A dire vrai il se fout royalement de sa tronche, mais ça sonne tout de même comme une menace sous-jacente. « Je sais que tu ne veux faire que ton boulot mais on ne touche pas… A Ez’. On ne touche pas. ». Pas quand il est là, car il sait pertinemment qu’en dehors son cher meilleur ami s’est fait péter la gueule plus d’une fois. « Je suis peut-être handicapé mais toi comme moi savons ce que ça fait quand je mets une raclée. ». Ses prunelles se sont reposées sur la Présidente entre temps, Ryder sait que cela risque d’agacer, mais il connait également la jeune femme et il sait qu’elle ne se laisse pas facilement démonter. Elle ne se laissera pas faire, peut-être même que pour la bienséance ce serait lui qui aurait le droit à la piqure dans le cul. En définitive ça l’arrangerait bien, c’est peut-être même ce qu’il cherche, d’ailleurs. Tout oublier.

A sa gauche, la vieille manque de se moucher dans sa chemise d’hôpital et il a tout juste le temps de l’éviter qu’il voit l’audacieuse ramener le paquet de bonbon au gamin. Bon, ils sont grave dans la merde à présent. Il n’a toujours pas sa poudre, il n’a toujours pas réglé ce problème et il ne peut pas marcher, sans parler de ses agrafes qui tirent sans cesse le bas de son dos. Un véritable supplice qu’il dissimule. Sa main droite serre un peu plus l’accoudoir pour essayer de passer ses nerfs mais sa colère ne désemplie pas, il va finir par exploser. Non pas à cause de ce qui se raconte, bien que ce soit une charmante blondinette qui fasse un speech convainquant à présent. Allez, tapez-vous tous dessus, qu’on en finisse. Quelqu’un n’aurait pas de la drogue dans sa poche ? Mais les secondes s’enchainent encore et encore, les révoltes et les mots douloureux également. C’est au tour de la dirigeante des sincères de parler, il a déjà vu sa photo, et tout le monde ou presque sait qu’elle a eu une importante affaire avec le dirigeant de leur faction. Il ne se permet pas de juger, chacun fait ce qu’il veut, du moins en ce qui concerne ce terrain-là. Pour l’heure, tout n’est que paroles et discours qui n’en finissent pas, même celui de l’homme qui parle d’activisme n’en finit pas de trainer en longueur, quand bien même il dise des choses très véridique dans le fond. Beaucoup de têtes connues ici, mais aussi inconnues. Beaucoup de palabres pour peu d’action. Qu’on lui foute la paix il voudrait juste se faire la malle. En y pensant… Tout le personnel médical se trouve dans cette pièce ou presque, ce serait le moment idéal. Sans prévenir, il donne une tape à son voisin et s’empare de son poignet. « Pendant qu’ils restent ici à écouter des monologues, si on en profitait pour se tirer dehors ni vu ni connu ? Avec un peu de chance on croisera bien quelqu’un pour nous dépanner à propos de… Tu sais quoi. ». Oui, ça semble juste être un putain de plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4836
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Mar 13 Sep - 9:44

Down to the devil's show To be his guest forever
Brooklyn aurait presque pu dire qu’elle s’ennuyait à se tenir là debout à côté de l’estrade. Il n’y avait rien d’intéressant dans le fait de faire de la surveillance. Regarder chaque visage dans l’assembler pour y deviner la moindre malice, y préssentir un danger. Cela manquait d’action pour l’Audacieuse et surtout cela la mettait bien mal à l’aise. Tous ses yeux rongés par la douleur et le chagrin. Toutes ses bouches durcies par la colère qui n’avait que faire des excusesde leur présidente. Toutes les personnes dans l’assemblée avaient vécu un drame que des mots ne pourraient pas panser. Sans compter sur cette ignoble sensation de ne pas avoir été touchée. La jeune femme se sentait tellement en dehors de toute cette souffrance qu’elle lui donnait la nausée. Cet attentat lui avait permis de retrouver sa position au sein de sa faction, par la force des choses mais seul le résultat lui importait, et elle avait même gagné des responsabilités supplémentaires. Certes elle n’avait pas la prétention de vouloir les garder à jamais, mais cela pour dire que pour elle les choses allaient…bien.

Lyn se sentait misérable de penser de la sorte, surtout quand elle pensait à ce que cela signifiait pour Ryder, mais les faits étaient là. Outre la douleur de perdre des membres de sa famille, elle ne parvenait pas à être triste. Nombre d’entre eux étaient morts en service, ce qui était un honneur pour un soldat et elle…elle s’était relevée tel le flamboyant Phénix des cendres de la ville. Et pour cette raison, elle se sentait totalement en dehors des évènements, elle n’en subissait que vaguement les conséquences, comme le moral ambiant plutôt morose, à juste titre évidemment. Elle avait plus de boulot et pas mal de chose à faire pour redresser sa faction, mais elle ne doutait pas d’y parvenir. Brook souhaitait tout de même que toutes les personnes présentes aujourd’hui puisse le faire aussi et si elle en avait l’occasion, elle y aiderait, évidemment. Mais pour le moment elle se contenterait de faire le job qu’on lui avait demandé, à savoir surveiller la salle.

Et comme les choses ne pouvaient jamais se dérouler sans heurt, il fallut qu’une blonde que Shadow avait déjà eu l’occasion d’apercevoir ouvre sa bouche pour interrompre le discours de Rosenbach. Elle ne pouvait pas lui en vouloir, Lyn ne savait que trop bien ce que cela faisait de recevoir des mots qui sonnaient creux lorsque l’on souffrait au plus profond de soi. Et lorsqu’elle entendit la partie sur la perte de mémoire des gens qui avait contrarié le gouvernement, ses pensées filèrent immédiatement vers Salem et son amnésie. Malgré elle, Brook tourna les yeux vers la présidente en la maudissant. Certes cela lui avait offert la plus belle occasion de toute sa vie et cela avait mené au bien être qu’elle pouvait ressentir désormais, mais l’idée qu’on puisse s’en prendre ainsi à son soleil lui était insupportable. Cependant, comme elle devait rester professionnelle, la jeune femme se força à reporter son attention sur la trouble-fête, cherchant également le responsable de la sécurité pour savoir quoi faire de ce qui était en train de se passer.

Ne recevant aucune indication, Brooklyn reporta son attention sur la blonde mais déjà, le débat qu’elle avait lancé échauffait les esprits. Reconnaissant la dirigeante des Sincères, Blake, à cause de son passé avec Envy, elle écouta cette dernière intervenir au nom de la justice. La blonde aurait aimé croire à ce qu’elle entendait mais elle doutait que justice puisse être réellement rendue contre les terroristes, ou du moins contre les vrais mais elle ne partagerait jamais ce genre de pensées. En tout cas, l’Audacieuse attendait toujours les ordres pour savoir ce qu’elle devait faire en pareilles circonstances et encore plus lorsqu’un homme s’éleva dans la foule pour accuser clairement Moira de mentir et de tous les maux de Chicago. Les esprits commençaient sérieusement à s’échauffer et cela démangeait énormément la blonde d’intervenir, mais elle ne pouvait rien faire sans un ordre concret. De nouveau elle chercha son supérieur du jour des yeux pour savoir quoi faire. Elle n’était pas formée pour cela, elle n’était pas faite pour la protection, car si ça n’avait tenu qu’à elle, ce type serait déjà face contre terre pour autant elle tint sa place en attendant une directive.

code by lizzou × gifs by DIA89

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Ezra S. Ravenscar

❖ Date de naissance : 28/12/1998
❖ Barge depuis : 20/08/2015
❖ Messages : 1979
❖ Avatar : jared leto.
❖ Crédits : faust (vava) + tumblr (gifs) + disturbed (signa)
❖ Multicomptes : silena m. eastwood + maven k. morgenstern.
❖ image :
❖ Âge personnage : 35 yo.
❖ Profession : gérant de flesh & blood, extravagant maître d'un trafic obscur & illégal.
❖ Faction : dauntless.
❖ Forces & Faiblesses : les audaces capricieuses qui dérivent en inconsciences.
❖ Philosophie : take the best, fuck the rest.
❖ Playlist : DIGITAL DAGGERS, the devil within + GET SCARED, sarcasm + MUSE, madness + MELANIE MARTINEZ, mad hatter + THE WEEKND, reminder + ELLE KING, where the devil don't go + CAGE THE ELEPHANT, ain't no rest for the wicked + HALSEY, control + TWENTY-ONE PILOTS, heathens + ROYAL DELUXE, i'm a wanted man + THE WHITE STRIPES, seven nation army + KARLIENE, become the beast.



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Mer 14 Sep - 21:27




full metal jacket
until it breaks






soit tu es tombé dans une faille spatio-temporelle, soit tu n'as réussi à avaler que deux bonbons avant que la dénommée clara je-fais-chier ne vienne poser une main des plus attentionnée sur ton sweat froissé. notez une préférence pour la première option. et malgré l'inéluctable foirade de ta recherche obstinée d'une distorsion de l'espace-temps dans cette maudite salle, tu continues à traquer un changement dans l'air, balançant au passage un : « aussi passionnant que la leçon de morale qui va suivre. » désabusé face à la décevante réalité. tu lèves alors les yeux au ciel. enfin au mur blanc & monstrueusement banal de cet infernal hôpital. te trouver pour te gueuler dessus, te raconter à quel point tu as déçu, t'informer t'es qu'un con & qu'on va te péter le nez, ça arrive souvent. pour t'offrir du chocolat, même un putain de bon pour une pizza ? ahah. Univers, va te faire foutre.

pas pour du sucre. pour moi.

dans tes délires de damnations & tes imprécations contre le monde entier, tu les avais presque oubliés. pris dans le feu de ce dialogue impétueux, tu te redresses (ou pas), et dans l'intention de supporter la version de ryd', écarquilles tes pâles prunelles d'une horreur démesurée « quoi ?! moi ?! racketter un gamin ?! putain, clara, j'suis un handicapé sympa, dévoué à fournir quelques calories à un confrère ! ... tu sais, frôler la mort, ça te change un homme. je regrette tellement de ne pas t'avoir estimé à ta juste valeur. t'es honnête, tes discours sont les plus emmerdants que j'ai jamais entendus, mais t'es loyale et même si je doute encore de ton identité sexuelle, t'es quelqu'un de bien. » ton rôle se fissure, absurde & ridicule, et tes sourcils s'élevèrent dans une interrogation muette qu'une œillade à tes deux auditeurs suffit pour justifier tous tes doutes. tes épaules s'affaissèrent, accompagnée d'un long & profond soupir. « ... ok. l'alternance qualité/défaut a pas marché c'est ça ?. » t'essaie, réessaie, piètre comédien aux sourires frivoles, les échecs défilent & pourtant, ta bonne humeur, elle, elle reste indélébile ! décidé à rattraper le fiasco de ton numéro, tu hèles l'une des victimes de l'attentat. « hey ! thomas ! dis-lui que je suis le malade le plus cool de l'hosto ! ... » le son du silence. magnifique, inimitable & incontestablement tragique.  « ... ça .. c'est les explosions, les tympans foutus, histoire tragique que je raconterais bien si j'avais pas la dalle. » subtile accusation échappée de tes lèvres boudeuses. puis l'humour se fane.

et elle ose.
elle les vole.
elle vole les bonbons.

tes doigts se referment mécaniquement sur ... le vide. le terrible vide. le vide qui ricane & nargue ta gourmandise avide. ta gourmandise béante, dévorante. captive des murs blafards où dansent leurs lois obsolètes, l'affamée inassouvie, elle destine ta carcasse maladive à ces côtes saillantes, cet appétit bestial & infernal reflété au tréfonds bien sombres de tes opalines furies. l'interdit. elle a bravé l'interdit, et tu trembles, tic nerveux, de savoir le crime impuni. ses mots, brumes menaçantes incapables de percer l'infamie brouillant les miasmes de ton esprit dément, se flétrissent quelque part entre ton étonnement & ton énervement. elle t'a volé les bonbons. cette garce t'a volé tes bonbons. milles & unes tortures, milles & unes blessures s'abîment dans les affres de tes imaginaires sanguinolents d'injures. on ne touche pas ... à ez. on ne touche pas. sa voix, elle te ramène brusquement sur terre. terre blême & infidèle où sa putain d'insolence redevint l'audace de trop.

« putain, elle vient juste de menacer c'est ça ? et oh. waw. ça me fait tout drôle. et pourtant, j'en ai absolument rien à foutre. »  sur le fil de tes pensées indiciblement désordonné, tu valses & dans un sourire fugace crache sur son autorité, ses valeurs & ses bravades sans effet. d'un bras frivolement passé sur l'épaule de ryder, subtil possessif, tu te complais en votre duo d'éclopé d'un clin d'oeil bien appuyé. « oh oh oh, madame se serait pris une raclée ? ta crédibilité vient d'en prendre un coup, clara. d'ailleurs, je me demande ce qui fait le plus mal au cul ? ryder ou l'aiguille ? » question rhétorique, bien sûr. c'est indubitablement ryder. on pourrait dire que tu en es le direct témoin pour des raisons qui ne concernent que toi ... & tes fesses. tes opales cernées glissèrent sur le faciès de l'audacieuse & sur le gamin lorgnant son paquet de bonbons avec appréhension. alors l'insouciance endossa le rôle de bourreau, levant en un sifflement indolent la faux & son fléau.

elle t'a piétiné, clara, surplombé de ses droitures ta paix imparfaite & fêlée. la rage aux veines, le flambeau de tes impudences enflammant les cieux assombris de haines, tu réduis la distance entre vos carcasses tandis que l'innocence peint sur tes traits le vernis de la plus cruelle des vérités. "t'as pas gardé de bonbons pour ta petite soeur ? quelle égoïste ! quoique, pas tant que ça, ça ne doit pas être pratique de manger des bonbons avec une langue bouffée par les vers & des dents pourries. d'ailleurs si tu veux acheter du dentifrice, c'est la deuxième porte à droite. cela dit, la mauvaise haleine est le moindre de ses problèmes. je crois que rien ne pourra surpasser son parfum de décomposition, qui est ma foi, plutôt intense. je dirais même qu'il est ... mortel". jeux de mots diaboliques & éclats de rire sarcastiques s'entremêlent à la chute de ta tirade, terrifiante mascarade infiltrant son fiel le plus noir entre les failles de l'obscène espoir. tu redeviens diablotin éclatant entre ses mains les cœurs qui saignent la vie et la peine, et alors tu ris, tu ris & provoque, étranger à ton corps où règnent l'agonie et la haine, tu ris, tu ris et suffoque, nourris l'âme de ses larmes, car les pleurs étouffés de ces cœurs n'éteignent jamais la mélodie des douleurs. tu deviens le douloureux souverain régnant au creux de ses plus sombres rêves, miroir de ses ombres mielleuses & moqueuses qui jamais ne se taisent & jamais ne s'apaisent, le reflet des supplices de cette traîtresse de vie qui a insufflé en ton sein vicié l'ombre éternelle qu'aucun paradis n'accepterait en son étreinte originelle. pauvre pécheur, à mains jointes, on prie pour le salut de ton âme, sans voir que ces ombres infâmes, elles te portent bien plus haut, dans les cimes délétères d'un éden obscur, parsemé de fêlures et pourtant mille fois plus beau que les azurs d'un firmament jugeant impie ton âme morcelée d'infamies.

tes doigts s'accrochent à sa veste alors que tes lèvres effleurent malicieusement son oreille « essaie un peu de m'arrêter, clara, je sens qu'on va s'amuser ». accepte la guerre & déclenche les enfers sur terre. tu es les discorde & désordre auxquels elle voue sa vie & sa mort. te tournant alors vers ryder & sa porte de sortie trop longtemps désirée, tu murmures un : « juste une histoire de bonbons à régler. » et tu tournes les talons, juste pour tes bonbons. par pure défiance, tu balances discrètement mais brutalement ton pied dans le bras bandé du gamin qui pousse un cri, volontairement étouffé par tes applaudissements à un discours révolté dont t'as écouté que dalle. les regards se tournèrent vers toi et ton sourire étiré sur tes trentes-deux dents d'innocent. « je suis à 100% avec lui. » pouce levé pour prouvé ton appui ... factice. tu te penches alors sur le gamin, passant tes doigts sur le haut de son crâne. « chuuut ... c'est la madame là-bas qui m'a demandé de te frapper. tu vois, le mec dans l'fauteuil ? ben c'est à cause d'elle qu'il peut plus marcher. c'est une putain de sorcière alors n'écoute jamais ce qu'elle te raconte. c'est elle qui a ensorcelé tes bonbons pour que tu crèves, et qui m'a jeté un maléfice pour que je te fasse du mal. tu comprends, elle a ma femme en otage et ... » silence solennel, voix étranglée. la comédie du mari désespéré semble fonctionner et sans lui donner le temps de répliquer, tu lui glisses une de tes lames entre ses doigts en reprenant le paquet de bonbons. « si jamais elle s'approche, tu la plantes. l'acier, ça tue les sorcières. sois un homme et protège ta mère.  » il hoche la tête, le gamin, fier d'être la grossière ébauche d'héros que tu peins juste pour lui.

clopin-clopant, pas à pas, tu t'approches et dépose fermement tes dix doigts sur le fauteuil de ton ami au désarroi, juste avant de lancer un dernier coup d’œil à clara. « je peux faire bien pire que quelques faux-pas avant que tes sympathiques aiguilles ne passent le bonjour. et crois moi, tu ne veux pas savoir à quel point je peux être malade. » menace à peine déguisée sous le sourire éclatant de malice. comme si de rien était, tu lui tourne le dos, prends appui sur le fauteuil comme si t'allais partir en trombe. (lol) « c'est parti pour la quête du graal ! » et tu le pousses vers la sortie. vers la liberté. et accessoirement, vers la drogue.

FICHE ET CODES PAR ILMARË

_________________


le pouvoir de l'éclipse lelele :
 

ZHE BIG BAD IN DA PLACE:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Clara D. Reagan

❖ Date de naissance : 04/05/1993
❖ Barge depuis : 10/06/2015
❖ Messages : 3311
❖ Avatar : Melanie Scrofano
❖ Crédits : .
❖ image :
❖ Âge personnage : 27 ans (02/02)
❖ Profession : Patrouilleuse sur Old Town
❖ Faction : Audacieuse
❖ Forces & Faiblesses : Faiblesse > Son passé. Force > Son caractère
❖ Philosophie : If you don't laugh, you'll go crazy and i've been crazy. Didn't care for it.
❖ Playlist : Ashes Remain - Unbroken | Skillet - Feel Invincible



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Dim 18 Sep - 11:06

Full Metal Jacket
feat. citoyens de Chicago

La situation était pourtant pas si terrible quand on y pense. Il n'y avait pas eu de dommages corporels ou autres. Juste un pauvre gamin qui s'était fait voler dans son malheur son paquet de bonbons parce que Monsieur avait besoin de sucre. Et tout ça pourquoi ? Parce qu'on ne leur donnait pas assez de calmant peut-être ? Un manque ? Un envie de faire chier le monde ? « Pas pour du sucre. Pour moi » Ryder défendait bien son pote mais je me foutais bien de savoir pour qui il avait fait ça. Je l'avais dans mon colimateur et il allait y rester. Voilà pourquoi j'avais été engagée ce jour-là, pour faire du baby-sitting. J'étais pas faite pour être mère ça c'est clair et je ne le serais probablement jamais car au bon sang que ça me ferait chier. Je devais éviter que tout dérape, que leurs comportements douteux alerte la sécurité rapprochée de Moira. Puis ce n'était pas le moment, surtout pas après tout ce qui a bien pu arriver à Chicago ces dernières années. Non merci. Mais j'y étais bien obligée. Je voulais juste pas que ce gamin pleure auprès de sa mère ou même ne créait plus d'attention qu'il n'en fallait. Puis ça me permettait aussi de recadrer notre cher ami ici présent. Complètement taré. Du coup je passe outre mon désir de me barrer d'ici, cet hopital qui sent la naphtaline et me rappelle qu'on est finalement peu de chose pour le gouvernement au contraire de ce que laisse entendre notre chère présidente Rosenbach.

Je me contiens, souris au gamin et m'éloigne, en me retournant, lorgnant ainsi de mes yeux l'assemblée toute entière, je te vois. Toi, qui t'approche dangereusement dans ton fauteuil à deux roues. « Tu fais un seul faux pas, et je te roule dessus. » Ryder était menaçant dans ses propos, aujourd'hui. C'est pas dans ses habitudes pourtant mais je ne l'en blamerais pas car après avoir vécu les malheurs de cet attentat et bien on peut dire et faire des choses qu'on ne penserait pas vraiment. Alors je lui souris, me moquant un peu de cette scène, ça remarque ne m'atteignant pas et je tente de le contourner. Problème ? Il est pour ainsi dire tenace quand il s'y met et ne tarde pas à me bloquer le passage. « ...on ne touche pas... A Ez'. On ne touche pas. » S'obsitiner à vouloir défendre un ami, je le comprends. Mais menacer un agent de la paix, ça par contre j'ai du mal. Bon, il sait très bien que je n'engagerais pas d'affrontement car comme il le dit si bien, je sais ce que ça fait que de me prendre une raclée. Surtout venant de lui qui a longtemps formé la personne que je suis aujourd'hui. Je pose alors mes mains sur les accoudoirs de son fauteuil et soutiens son regard à quelques centimètres de son visage. « Je n'allait rien lui faire à ta précieuse moitié. Calme-toi et laisse moi passer. » Rappelez-vous bien que je parle ainsi au passé. Je soutiens toujours son regard, il ne dit rien et se contente de me défier. Je ne lâche pas mon sourire, du moins, pas avant que monsieur parfait n'ouvre sa minable bouche pour faire une remarque dont on aurait très bien pu se passer. « oh oh oh, madame se serait pris une raclée ? ta crédibilité vient d'en prendre un coup, clara. d'ailleurs, je me demande ce qui fait le plus mal au cul ? ryder ou l'aiguille ? » Je me redresse, croisant les bras sous ma poitrine tout en roulant des yeux avant de voir sa carcasse s'approcher de moi. « Tu te crois intelligent peut-être ? » Clopin-clopant, j'aurais tellement voulu qu'il se casse la gueule devant moi rien que pour lui rire au nez. Et ça remarque ne me fit rien dévoiler. Je restais de marbre face à son impertinence. Gardant la tête haute et les bras toujours en position de refus. Ne voulant plus l'écouter, je dévia mon regard vers la présidente et vers tout ceux qui commençait déjà à se rebeller face à son discours. Mon palpitant s'accéléra avec tout ce conflit verbal en une seul assemblée. Ça me faisait jubiler intérieurement car quelqu'un osait enfin faire la remarque. Puis pour x raison, je ne saurais dire pourquoi, la silhouette de Ez' était toujours en face de moi, et... « t'as pas gardé de bonbons pour ta petite soeur ? quelle égoïste !... » ...ma jubilation se transforma aussitôt en mépris envers sa personne. Il osa parler de ma sœur en face de moi. Comment il a pu oser ne serait-ce que rapporter cette situation à elle ? Je fronce les sourcils, déglutie ce mal-être que je ressens rien qu'en entendant parler d'elle. Je décroise mes bras, remonte les épaules et ferme les poings. Prête à faire un faux pas dans ma carrière. « Ferme la. » Mais il continuait toujours à vouloir faire son intéressant et à déblatérer de sa langue fourchue des piques qui n'avait aucune peine à transpercer mon échine. Je me sens mal, la colère monte rapidement en moi et je me retiens. Oui, je me retiens de lui en coller une en publique et... c'est plus fort que moi. J'aimerais tellement qu'il ferme sa bouche ou qu'il meure ça serait plus radical comme punition. Et libérateur pour nous. « ...je crois que rien ne pourra surpasser son parfum de décomposition, qui est ma foi, plutôt intense. je dirais même qu'il est ... mortel. » Trop. C'était trop. Pendant un instant, j'ai juste revu le meurtre de ma sœur, le meurtre de mon père défiler devant mes yeux comme la morale de ma fin. Je maintien toute cette rage dans mon poing et je le vois s'éloigner auprès de son acolyte de premier choix. Je l'entends brasser l'air de son venin mais je n'en comprends plus rien. Je ne retiens que le mal de ses paroles et la goutte qui malheureusement a fait déborder le vase de ma colère. Je resserre d'avantage le poing et fonce sur lui. Il n'avait pas fait un centimètre que je l'attrape par le col de sa chemise d’hôpital ne m'attardant même pas sur sa lune qui me fit un grand sourire. Je lui décoche une droite, ampli par la souffrance de mes pensées, directement dans la mâchoire.

Cri de panique ? Rien à foutre. Émeute ? Rien à foutre. Frapper un malade, mental qui plus est ? Rien à foutre. Tout ce que je voulais c'était lui faire mal, comme il m'a fait mal. Je n'ai pas chercher à comprendre dans quelle situation lui et moi on se trouvait. Le fauteuil de Ryder bascula dans sa chute et je me suis jetée sur lui. Je continuai de frapper, frapper et encore frapper. Mon seul désir été qu'il meure. « Tu n'es qu'une pauvre merde! Je t'in-ter-dit... de parler de ma SOEUR! » Je me revoyais en sa présence, le canon chargé prête à tirer. Revivre ce moment d'agonie. Revenir à ce que j'ai longtemps essayé de laisser derrière moi. Il a fallu qu'il ouvre sa putain de bouche pour me faire disjoncter.

Voilà comment mon travail de surveillance prit fin, en quelques seconde et que le chaos s'engagea sur la voie du pardon.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Moira A. Rosenbach

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 470
❖ Avatar : Julianne Moore.
❖ Crédits : shiya (avatar), tumblr (gif) + disturbed (gifs & css).
❖ Multicomptes : Aucun.
❖ image :
❖ Âge personnage : Cinquante-quatre ans.
❖ Profession : À la tête du Conseil et fière héritière du projet OBLIVION.
❖ Faction : Érudite.
❖ Forces & Faiblesses : Mon calme olympien, mais facilement aveuglée par le flambeau du Pouvoir.
❖ Philosophie : Knowledge is power.
❖ Playlist : LORDE - everybody wants to rule the world. GIN WIGMORE - kill of the night. FLORENCE + THE MACHINE - what the water gave me.



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Mar 20 Sep - 0:01

full metal jacket
Feat. tout le monde


La journée lui promettait Enfer et Damnation. L’impératrice des damnés savait pertinemment bien qu’ils n’hésiteraient pas à lui lancer la pierre et la crucifier au bûcher. Elle est le visage de tous les maux de cette ville gangrenée et penser sortir immaculé de cette conférence relève d’un rêve exacerbé. Impassible malgré la tension qu’elle sent monter en ferveur, ses sentinelles azurés lorgnent doucement la foule et s’arrêtent sur le visage de mademoiselle Graham, qui n’a pas hésité à se lever et briser le silence religieux de l’audience.

«  Les factions sont loin d'être égales entre elles et tout le monde le sait. La ville est retenue prisonnière  par ce labyrinthe et les factions nous retiennent enfermés, nous empêchant de circuler  librement, sorti de certaines heures. La seule liberté qu'on a vraiment c'est d'aimer et le choix de notre faction à nos 18 ans, en partant du principe qu'on réussisse le test... Ah non attendez...Vous  avez enlevé cette liberté pour certains d'entre nous, tout cela parce qu'on a secouru des gens en mauvaises postures. On a écouté notre humanité, nos cœurs et vous nous avez puni. Même faction, changement de factions ou un aller simple chez les sans factions. Et ceux qui dérangeaient le gouvernement, vous leur avez effacé  la mémoire. Vous avez brisé des vies, des carrières au nom de quoi ? La protection de la population ? Nous étions inoffensifs ! Nous ne demandions qu'à sauver des vies. Vous auriez pu tolérer notre action pour cette fois ci, pour ces vies. Mais vous avez préféré agir froidement, en nous faisant subir cette seconde simulation et ce qui en a découlé.... Pourtant ce n'est pas ainsi que vos citoyens vous écouteront ou vous respecteront...

Mains manucurés toujours posées à plat sur son lutrin, la présidente plisse finement les yeux et incline consciencieusement la tête sur la gauche. Aucun émoi ne peut se lire sur son visage, un calme inébranlable, mais il y a cette lueur étrange qui vacille dans les puits de ses pupilles et qui transpercent l’ex Fraternelle comme des glaives. L’expression est un droit et elle le lui consent. Toutefois, il y a des manières sommes toutes appropriés pour le faire…

Vous insinuez quoi, précisément, mademoiselle Graham ? Vous me semblez en savoir énormément, trop et vous vous trahissez… Les apparences sont si trompeuses. Vous qui avez grandie aux côtés d’Isaac Graham, vous le savez mieux que quiconque…

« Nous avons perdus des innocents. Ces terroristes ont versé le sang avec un discours qui ressemblait étonnamment au vôtre. Je comprends votre peine et partage entièrement votre douleur. Aujourd’hui, je peux seulement vous promettre que Justice sera faite et qu’elle n’épargnera absolument personne. Si vous avez des accusations à proférer, que ce soit envers les responsables de cet évènement tragique ou le Conseil, je vous propose de vous adresser directement à moi-même. Je me propose en tant que médiateur impartial et vous invite à venir me rencontrer. Verser le sang pour se faire entendre n’est pas une option acceptable. Déchirer des familles n’est pas acceptable. Mais je suis persuadée que notre Présidente saura entendre vos suggestions et y apporter les réponses. Aujourd’hui, est un jour fait pour pleurer et prier pour ceux qui nous ont quitté ou ceux qui sont blessés. Ne laissez pas la colère vous aveugler. Nous avons tous à coeur de construire un meilleur avenir. »

Cette fois, un perceptible haussement de sourcil craquelle légèrement l’impassibilité de l’impératrice des damnés, ses royaumes d’hiver allant rencontrer les émeraudes de l’une de ses plus fidèle alliée…

Tu me surprends agréablement, Blake. Que vois-je ici et maintenant ? Tu as attendu bien longtemps avant de briser ces murs de silence. Que s’est-il produit pour que tu le fasses ? Prends garde au chemin que tu es en train de prendre… nul ne sait où il peut te conduire…

- Les dires de mademoiselle Keyshawn sont avérés ; je suis ouverte et à l’écoute de vos suggestions. Assurer un avenir meilleur pour ceux qui nous succéderont est la priorité du Gouvernement. Si nos moyens employés gênent, vous savez quoi faire pour être entendus et l’attentat au Centre n’est définitivement pas le bon pour ce faire. L’heure n’est pas aux comités, mais au lustre de ces pertes qui nous affligent tous profondément.  

Le risque de débordement est imminent, elle le sent et elle le sait. À la dérobé, Rosenbach lance un regard circonspect à sa nièce… Scarlett. Ses yeux et ses oreilles. Cette dernière sait que sa mission rencontre dès lors une mise à jour ; Keyshawn et Graham devront être surveillés…

- Mensonge ! Vous mentez et vous le savez ! Vous savez très bien que cette fameuse justice que vous êtes censés représenter demeure aveugle face aux atrocités que le gouvernement commet en son nom sous couvert de nous protéger! Vous avez aboli nos libertés pour mieux nous museler, vous nous avez sacrifié dans le labyrinthe pour mieux nous maîtriser mais c'est fini. On en peut plus et surtout, on ne veut plus de ce gouvernement qui ne fait que nous affamer et nous opprimer! Qui nous prouve que cet attentat ce n'est pas vous qui l'avez orchestré? Ce n'est pas la première fois que vous vous débarrassez d'une partie de la population qui semble vous gêner. Les factions sont une erreur qui met en péril l'équilibre même de notre nation tout comme la traque aux divergents que vous soutenez de façon déguisée. Les Activistes, ça vous dit quelque chose Mademoiselle Rosenbach? Vous savez, ce groupuscule qui n'a eut de cesse de pourchasser et décimer une partie de votre peuple que vous avez jugé comme différents parce que divergents. Et les sans factions que vous avez dépouillés de toute humanité et mis à l'index de notre si merveilleuse institution sous prétexte qu'ils n'ont aucune utilité? Combien d'entre eux étaient parfaitement intégré à notre société avant que vous les spoliez de leurs vies et de leurs identités? Parlez-nous aussi de toutes ces disparitions qui demeurent inexpliquées. Dites-nous pourquoi des frères, des sœurs, des époux, des enfants nous ont été subitement arrachés sans jamais être retrouvés ni même recherchés. Répondez, allez-y répondez, puisque vous prétendez vouloir nous apporter réconfort et vérité bien que vous sachiez qu'entres vos mains, nous ne sommes que des pions bons à être sacrifiés lorsque du haut de votre tour d'ivoire vous en avez ainsi décidé.

La Présidente voit se profiler dans la foule les agents de la sécurité. Deux armoires à glace, munis de gants, qui s’apprêtent à intervenir et sortir celui qui sera passible d’amorcer l’émeute.

« Tu n'es qu'une pauvre merde! Je t'in-ter-dit... de parler de ma SOEUR! »

La voix de celle qui est chargée de sa sécurité se répercute comme des éclisses de verre à ses oreilles, elle cherche du regard Clara et la retrouve assise à califourchon sur un homme qu’elle rue littéralement de coups. Moira plisse les yeux et reconnait qu’il s’agit de l’un des deux trouble-fête. Exaspérée, elle hausse les yeux vers le plafond, s’attend à ce que les deux armoires à glace qu’elle a entre-aperçue interviennent, mais ces derniers sont accaparés à sortir la première menace.

- Brooklyn et Blake ; allez immédiatement stopper cette altercation !

Mauvaise, un soupire se lit sur ses lippes…

- Placez monsieur Storm et Ravenscar en chambre d’isolement. Pour ce qui est de mademoiselle Reagan, confinement !

La dernière chose dont elle a besoin : c’est un conflit au sein des Audacieux ! Où est donc leur Dirigeant, d'ailleurs ?




_________________

Heads will roll on the floor
- Off with your head, dance 'til you're dead -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://of-monsters-and-men.forumactif.org

avatar

one choice can transform you
Thursday Thunder

❖ Date de naissance : 22/04/1989
❖ Barge depuis : 02/06/2015
❖ Messages : 3529
❖ Avatar : Jenna Coleman
❖ Crédits : Avatar ► Faust ; Gifs: TUMBLR ;Code sign: DISTURBED <3
❖ image :
❖ Âge personnage : 31 yo
❖ Profession : Croque-mort
❖ Faction : Sans faction
❖ Philosophie : I'm naughty, but that's why you love me



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Mar 20 Sep - 17:08



Full Metal Jacket

- feat. intrigue -


Bande d’idiots… Pas un pour le relever le niveau. Elle les regardait, spectatrice de cette décadence. Il y en avait bien peu pour oser contrer la Présidente. Certains osaient cependant. Pas certain que ce soit la bonne marche à suivre. Contredire Moira devant tout le monde pouvait être à double tranchant : l’affaiblir ou au contraire s’attirer ses foudres. Mais son pouvoir vacillait. Tout le monde le sentait, y compris la principale concernée. Les attentats n’y étaient pas pour rien. Même si elle doutait que la Présidente y soit pour quelque chose, beaucoup ici la tenaient au moins en partie responsables. Elle ne put s’empêcher de sourire en écoutant certaines interventions. Que croyaient-ils que ça allait changer ? Le monde ne serait pas plus beau, les factions existeraient toujours. L’une d’entre eux se proposait même comme un médiateur, sans réaliser que cela équivalait à se désigner comme cible idéale. La vérité c’est qu’aucun d’entre eux ne semblait réaliser que le mal devait être éliminé à la source. Elle regarda Moira imaginant l’effet que cela ferait de glisser ses mains autour de sa gorge et serrer, serrer jusqu’à ce que la vie s’échappe de sa pauvre carcasse. Elle avait tant rêvé de ce moment, persuadée qu’un jour, oui, un jour il arriverait. Il suffisait de prendre son mal en patience, et par chance, elle en avait à revendre.

Son attention fut attirée par un trio plus agité. Cette fois-ci il ne s’agissait apparemment pas de grands discours. Elle ne pouvait pas entendre ce qu’ils se disaient de là où elle était, à l’exception de la dernière remarque de la brune. Ils finirent par se battre comme des chiffonniers. Elle se retint d’éclater de rire. Elle ne devait surtout pas se faire remarquer. Du moins, pas comme ça. Mais c’était très amusant à observer. La faction des Audacieux pouvait être fière et la sécurité allait être garantie avec eux. Elle regardait maintenant le spectacle aussi avidement que si ça avait été un film à suspense. Elle se demandait comment tout ceci allait se terminer, car il était bien certain que Moira n’allait pas rester ainsi sans réagir. En voyant la situation se dégrader, elle crut un instant que la Présidente allait ignorer et continuer en constatant que les choses se dégradaient et que l’altercation devenait de plus en plus bruyante. Mais non, elle finit enfin par se montrer à la hauteur de sa noble fonction en intervenant. D’abord en assurant que bien sûr, elle était à l’écoute. Bien sûr. Elle était en train de perdre la main. Plus personne ne croyait à ses discours apaisants. Et surtout, elle perdait son calme, son autorité. Incapable d’arrêter cette fameuse altercation sans avoir à recourir à ses gros bras, qui de toute manière étaient occupés.

C’est à cet instant précis que quelque chose se déclencha en elle. Lorsqu’elle vit l’arme à la ceinture de l’Audacieuse menacée de confinement, ce fut comme si elle n’agissait plus qu’automatiquement. D’un geste précis, lent, elle retira ses lunettes de soleil. Puis elle se leva, s’avançant tout aussi calmement vers le lieu de la bagarre. Personne ne la voyait. Personne ne faisait attention à elle. Ils étaient tous bien trop occupés par le bruit, l’agitation, les coûts. Ce serait un jeu d’enfants. Elle avançait encore, un sourire se dessinant sur ses lèvres. Elle arriva à hauteur du trio et attrapa le revolver avec rapidité dans l’étui qui se présentait à elle. Puis, elle s’avança encore de quelques pas et le pointa droit sur Moira. Une balle entre les deux yeux. C’était tout ce que cette garce méritait.

« Dis bonne nuit. »

Le coup partit.

Elle aurait réussi. Oui, elle aurait réussi si quelqu’un ne l’avait pas attrapée, déviant le tir. En voyant qu’elle avait échoué, que ce n’était pas Moira qui avait été touchée mais quelqu’un d’autre, elle perdit l’esprit.

« NON ! »

Elle fit volte-face autant qu’elle le pouvait et frappa la première personne à sa portée avec l’arme. Son foulard fut arraché de sa tête sans même qu’elle s’en rende compte. Un deuxième coup partit avant que l’arme lui soit retirée des mains.

C’était fini. Elle avait perdu.

Mais ce n’était que partie remise.


- ©️ FICHE  BY DISTURBED -


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Scarlett Trueblood

❖ Date de naissance : 12/07/1989
❖ Barge depuis : 12/03/2016
❖ Messages : 186
❖ Avatar : Ashley Benson
❖ Crédits : nine & neondemon
❖ Multicomptes : Hazel Stevenson & Calypso Reed & Alice M. Lavaud
❖ image :
❖ Âge personnage : Vingt-six années de perfection capillaire
❖ Profession : Secrétaire personnelle de Ramsey Dallas, prétendante au Conseil depuis son très fâcheux accident
❖ Faction : Erudit (divergent qui s'ignore complètement)
❖ Forces & Faiblesses : Une détermination inouïe & une intelligence aiguisée qui se confrontent à une fragilité latente
❖ Philosophie : " Un jour sans manucure, c'est comme une apocalypse sans zombie. Ca manque terriblement de mordant. "
❖ Playlist : Firework (Katy Perry) ¤ Dogs days are over (Florence and the Machines) ¤ Barbie Girl (Aqua)



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Mar 20 Sep - 22:45

Full metal jacket
Mini-intrigue

Soul & rock'n'roll, poor sheeps. ✻✻✻ L'on commence à s'agiter. Partout autour de toi, tu vois des silhouettes se mouvoir. Tu lis leurs émotions sur chacun de leurs visages. Plus que l'ennui ou de l'hébétude ... Colère. Soupçons. Âmes endormies s'éveillent, grondent, sortent du carcan. La foi se perd, noyée par les paroles trop codifiées de ta tante. Tellement froides. Aseptisées. Toi qui as toujours fait mine de ne te soucier de rien, d'être la potiche à côté de la fougère et de la tapisserie fleurie. Toi qui te fonds dans le décor, qui regardes tes ongles, lisses tes cheveux, n'exprimes rien de plus qu'une profonde déférence. Toi, Scarlett, digne fille de tes parents, assourdie à la musique classique, opinions muselées par les attentes des autres, sans aucune confiance en tes talents ni en ta personne. Oui, toi, tu viens de faire un pas. Vers ta Tante.

" Peut-être devrions-nous remettre la fin de cette intervention à plus tard ... " Tu as osé. Osé bouger. Osé parler. Osé être. Infamie. Néanmoins, ta destinataire n'a pas le temps de te rendre tes mots. L'agitation se fait bourdonnement. La ruche s'agite. Elle a été dérangée. Un coup de pied dans la fourmilière. La sensation de mauvaise augure enfle, tout comme la rage. Cette fois, elle éclate. Paroles insensées et probablement vaines que la Leader des Sincères tentent d'endiguer. Sans fort succès. Des rixes se font sentir. Moira Rosenbach distribue ses ordres, ce sourire en coin, pernicieux, aux coins des lèvres, que tu lui connais bien. Moira aime l'ordre autant qu'elle aime sa Némésis. Le chaos. Contrôler le chaos par l'ordre. Une boucle sans fin. Tu ne bouges plus. Ne parles plus. Qui es-tu, après tout ?

Soudain, un instinct. Pressentiment qui éclate. Ton menton pivote brusquement. Une chevelure masquée. Et cette hargne que tu sens. Cette détermination. Ton coeur cesse de battre. " Attention ! " Réflexe sorti de nulle part, tu agrippes ta tante par l'épaule et la dévie de l'axe de tir. Raté, de toute manière. Tu n'es pas la seule à avoir vu. Quelqu'un d'autre est intervenu. Toi, en revanche, tu n'as pas fait le bon calcul. En la poussant en arrière, tu t'es projetée en avant.

C'est comme une piqure. Comme si les guêpes s'étaient jetées sur toi sans préavis. Sauf qu'il n'y a pas de douleur. Peut-être est-ce le choc. Combien de temps faut-il au cerveau pour renvoyer le reflet d'un image ? A quelle vitesse ce genre d'information synaptique est-elle traitée ? Tes yeux s'écarquillent, dérivent vers ton abdomen. Le noir de ta robe s'auréole de ténèbres encore plus sombres au niveau de ton abdomen. Remontent vers la foule. Tu hoquètes.

Touchée.
Tu as pris la première balle de Thursday.

Talons et grandes jambes se dérobent sous ton poids. Enfin, tu peux arrêter de voir. Tu n'entends plus. La souffrance ne vient toujours pas. Parce que tu as sombré.

Et si ton coeur cessait vraiment de battre ?

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________

   
Do you ever feel already buried deep ? Six feet under screams, but no one seems to hear a thing. Do you know that there's still a chance for you ? ‘Cause there's a spark in you. Firework
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Hazel Stevenson

❖ Date de naissance : 12/07/1989
❖ Barge depuis : 08/07/2015
❖ Messages : 356
❖ Avatar : Emilie de Ravin
❖ Crédits : Lolita & Wise
❖ Multicomptes : Calypso Reed & Scarlett Trueblood & Alice M. Lavaud
❖ image :
❖ Âge personnage : Vingt-huit ans
❖ Profession : Serveuse nocturne dans un night club de la Dead End. Le Wrigley se retrouve sans chef, sans toi, l'infimière dévouée.
❖ Faction : Lie de l'humanité, premier choix de ton existence : plutôt qu'une vie de surveillance, tu as choisi les Sans-Factions. Née Altruiste, déchue de ton statut de Dirigeante.
❖ Forces & Faiblesses : Tu es la force du choix & la faiblesse de leur avoir fait défaut.
❖ Philosophie : Quem patronum rogaturus, cum vix justus sit securus ? Dies iræ
❖ Playlist : Devils dont fly (Natalia Kills) ¤ Knockin' on heaven's door (Raign) ¤ Eyes on fire (Blue Fondation)



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Mar 20 Sep - 23:30

Full metal jacket
Mini-intrigue

No pain, no game. Too much pain for this stupid game. ✻✻✻ Tu es restée en retrait, bien à écart de la foule depuis le début. Contre un pan de mur, les bras serrés sous sa poitrine, comprimant ta blouse blanche de soignante, tu as écouté d'une oreille bien trop distraite les discours de la Présidente autant que ceux des autres. Tu les as vu se moquer pour certains, s'élever pour d'autres. Et tu y es indifférente. Quelle Leader tu fais ! Hazel Stevenson, ce modèle d'Altruisme et d'Abnégation, si peu concernée par le sort de ses pairs ... Fausse oie blanche, ayant perdu de son angélisme jusqu'à sa blondeur caractéristique au profit de mèches goudronnées. Ce sourire chaleureux, factice, que l'on te connaissait si bien, a tout simplement disparu. Même Kameron, ton bras-droit, n'y croit plus. Il t'évite, conscient qu'il ne peut plus tirer profit de ton image si savamment soignée depuis toutes ces années. Plus que les autres, il sent que tu t'es perdue quelque part après le Chasing the Rapture. Il sent que la mort ne t'a pas pris que des proches. Il sent que le souffre de l'enfer a commencé à t'engloutir toi aussi. Tu n'es plus qu'une ombre. L'ombre de pêchés mortels.

Alors, tu fais mine, tu parais. Acte de présence. Bien cachée. Sans prise de position. Rien de plus. Une immense déception.

Jusqu'à ce que.

Le premier coup te sort de ta torpeur. L'écho est violent, te brise les tympans. Le second achève de te mettre en branle. Tu cours, joues des coudes. Scarlett est à terre, déjà prise en charge par deux de tes collègues qui veulent endiguer l'hémorragie. Seconde victime ou non ? Tu cherches du regard, embrasses les lieux. Cacophonie générale. Mouvements de toutes parts. Il te semble qu'on tente de sortir des gens par la force, qu'on se rebelle, qu'on crie à l'injustice, au drame, au règne de la terreur et du sang.

Tu montes sur l'estrade.
Ton poing s'abat sur le pupitre où le texte de la Présidente repose encore malgré l'agitation.


" ASSEZ ! " Toi qui élèves si rarement la voix. Toi dont on connait les joues creusées, les oeillades rassurantes, les gestes de réconfort ... Tu as crié. Tes yeux ne sont plus que deux fentes remplies de colère mal contenue. " Ici, vous êtes dans mon hôpital ! Ici, je vous demande de faire preuve de respect ! " Tu t'adresses à tout le monde, agresseurs comme agressés, victimes comme bourreaux. " Tant de jolis mots et de si grands gestes ! Non contents d'oser noyer de paroles fielleuses vos compagnons aussi endeuillés que vous, voilà que vous osez introduire la violence dans mon hôpital ! Quel genre de paix espérez-vous en agissant ainsi ? Dans quel monde voulez-vous vivre ? " Elle gronde et enfle, la rébellion. En eux. En toi. Tes prunelles dévient jusqu'à la Rosenbach. Sa nièce vient de prendre une balle pour elle. Quelqu'un d'autre, peut-être, a subi les conséquences de son inconséquence. De sa mégalomanie. " Personne n'ira en confinement. Personne n'ira en isolement. Je ne veux plus que vous ayez ce pouvoir ce décision. " Une grande inspiration. " Au regard des derniers événements et au nom de la sécurité de notre ville et de nos citoyens, je demande aux Audacieux ci-présents, garants de notre protection, de se ranger à mes côtés. Je vous le demande à tous, Leaders, membres de Factions ou non. En tant que Dirigeante des Altruistes, élue à la majorité dans le but de vous apporter le meilleur possible, je demande la destitution de Moira Rosenbach à la tête du Conseil. Immédiate. " Regard plus appuyé. " Je vous avais dit de leur donner ce qu'ils voulaient. Voyez ce qu'à semer la discorde, la tempête de morts que vous récoltez. C'est assez. "

Inspiration.
Expiration.
Qu'importe qu'ils te suivent ou non. L'important, c'est que tu l'aies fait. Que tu aies essayé.
Voilà, enfin, peut-être, es-tu une véritable meneuse dans l'âme.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________


Even angels could fall in deepest evils things.


2 fab 4 u:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Judas F. Valentyne

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/10/2015
❖ Messages : 826
❖ Avatar : Norman Reedus.
❖ Crédits : swan (avatar), (gifs) & disturbed (css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Ramsey A. Dallas & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-deux ans.
❖ Profession : Prêtre à l'église de valley of tears et punisseur pour mon propre compte.
❖ Faction : Altruiste. (Né Altruiste et va rester Altruiste.)
❖ Forces & Faiblesses : Mon libre arbitre qui rentre en conflit avec mon âme fêlée.
❖ Philosophie : Being crazy isn't enough.
❖ Playlist : SLIPKNOT - danger, keep away. IN FLAMES - come clarity. AWOLNATION - sail. GROUPLOVE - enlighten me. JARRYD JAMES - do you remember.



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Jeu 22 Sep - 13:15


❝ My soul drawing pictures ,
feat. Tous les autres & Judas F. Valentyne.❞



Et toute la magnificence du monde coule inutilement dans le silence des idiots et les voix des furieux. L’horrifiante vulnérabilité des mots brille de mille éclats sous nos yeux. Un discours n’empêche pas la guerre et une rose n’arrête pas la Grande Faucheuse. Si un discours ne change pas la vie, il peut marquer l’heure dans le regard du fou-furieux et dérober à la mort le hurlement du plus agonisant.

Un coup de tonnerre, mon sein que l’on immole alors que l’oriflamme de l’épouvante se peint dans toute sa nudité et frayeur sur ma gauche. Deuxième coup de tonnerre, mon ouïe que l’on achève, les saillants crochets de la réalité qui me lacèrent et trifouillent la cervelle, cherchent et trouvent ce moyen pour m’arracher brutalement de ma torpeur alors que passe dans l’éther les destins de ce siècle vaurien. Le magma de gens en effervescence, les couleurs de l’Horreur qui giclent dans l’air alors que le corps s’écroule sur l’estrade au moment où les rideaux cramoisies de cette comédie en trois actes se referment. Quelques paniqués qui se bousculent vers les sorties et s’agglutinent corps contre corps pour éviter le déploiement des ailes de la fatalité qui nous couvrent du noir instant funeste. Suaire mortifère qui nous étrangle tous alors que je te vois gravir les quelques marches pour régner sur les malheurs d’un monde désormais divisé entre le Paradis et l’Enfer.

« … Au regard des derniers événements et au nom de la sécurité de notre ville et de nos citoyens, je demande aux Audacieux ci-présents, garants de notre protection, de se ranger à mes côtés. Je vous le demande à tous, Leaders, membres de Factions ou non. En tant que Dirigeante des Altruistes, élue à la majorité dans le but de vous apporter le meilleur possible, je demande la destitution de Moira Rosenbach à la tête du Conseil. Immédiate. »

Les poumons qui se gonflent dans les poitrines, les respirations qui se coupent et le temps qui se fige à l’image oxydée de mon sang qui se glace sinistrement dans mes veines. Mes émeraudes translucides s’accrochent à toi, ne voient et n’observent que toi. Hazel, douce Hazel. Tu as couronné tes mots et destiné tes sentiments à la mélodie effroyablement douce d’une folie tranquille. Tu le sais, Enfer et Damnation, tu le sais qu’il ne m’est pas plaisir plus doux que de te servir. Sur le morne miroir de ce monde de ténèbres nos ombres d’habitants de la Mort s’allongent alors que moi je m’active doucement dans la foule. M’extirpant de mon point d’inertie pour venir à la rencontre de cet agent de la sécurité que je vois dangereusement se rapprocher de l’estrade pour le simple but d’étioler ton embrasement qui se découvre si beau et merveilleux.

Le sourire mutin qui se profile tendrement à mes lippes au moment où je vois le corps du gardien se rétamer face contre terre sur le sol alors que mon poing bétonnier s’est écrasé sur sa tempe. Malgré la douleur qui m’élance, mon corps blessé qui se l’amante, je trouve la force de gravir les quelques marches à mon tour et venir me poster à tes côtés.

Un. Deux. Trois. Quatre. Que l’Enfer se déchaîne et que nous l’emportons pas au Paradis !

_________________

WONT YOU SPARE ME OVER
- Dirt and worm both have a claim -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Jeu 22 Sep - 14:45



Full metal jacket

FT. OTHERS



Il avait des choses à régler avant de s’y rendre, des choses urgentes et importantes. L’attentat avait tout remis en cause, tout ébranlé et c’était une lutte permanente pour que rien ne s’effondre. Leurs préceptes, les morales de leur Faction. Leurs nouvelles recrues et leurs citoyens. Ils devaient être rassurés, sentir qu’en dépit des morts et blessés, la vie saurait reprendre son cours. En soi, il s’agissait là d’une bonne leçon, pour lui, lui qui s’était enfoncé dans la facilité et le déni. L’abandon. Il avait lâché prise et aujourd’hui c’est son rôle de Dirigeant qui lui fait comprendre l’erreur commise des années plus tôt. Il n’aurait pas dû. La vie finit toujours par retrouver son cours. En dépit de la terreur. En dépit de l’horreur.

Alors il avance dans les rues malmenées, oreillette toujours à sa place tandis que Ruben lui énumère les tâches du jour et les futures réunions à venir. Envy s’approche du Wrigley Hospital sans se douter une seule seconde de ce qu’il se trame à l’intérieur. De sa seule main valide, il pousse les portes présentes sur son chemin, déambule dans les couloirs jusqu’à finalement arriver au niveau de l’entrée de la grande salle servant de lieu de réunion.

Le coup retentit. Un coup de feu qui le force à tressaillir et couper la communication avec Ruben qui continuait de palabrer dans son oreille en racontant des blagues salaces. Le coup de feu est comme un déclic chez l’audacieux qui pousse les portes avec violence. Pas le temps de se rendre compte du comportement disgracieux de ses propres agents que la jeune femme avec l’arme se précipite en direction de la sortie. Il n’a le temps que de tirer sur le foulard de la brune dans la précipitation pour l’empêcher de se sauver. Avec rapidité, ses prunelles bleues balayent l’étendue de la salle, Moira sur l’estrade venant d’être poussée et une jeune femme blonde s’effondrant. Elle avait pris la balle sans aucun doute. Un deuxième coup part et Envy l’évite de justesse pendant qu’une autre personne retire l’arme des mains de l’assassine. Sans prévenir, le Dirigeant abat son poing contre la joue de la Sans-Faction. Ses traits se ferment un peu plus et c’est un regard noir qui s’insinue lentement dans le bleu de ses yeux. Parce qu’il voit Ezra et Ryder au sol, parce qu’il lit les traits de Clara. Il est furibond. Noir de colère. Il croise le regard de Brooklyn et lui fait signe de s’approcher et vite, rattrapant le col de Thursday de sa main valide en attendant que l’un de ses audacieux ne se décide à bouger son cul pour faire son putain de boulot. « Brooklyn. Clara. Débarrassez-moi de ces deux-là. Tout de suite. Et revenez. ». Hors de sa vue. Blessé pas blessé, handicapé pas handicapé il en a rien à faire.  Il ne veut pas aller à l’encontre des ordres de Moira mais il vient tout juste de débarquer en comprenant que c’est le boxon le plus infernal, et ça ne fait que commencer. Il est sur le point de beugler un immense QU'EST CE QUE C'EST QUE CE BORDEL ?! à l’attention de ses pairs quand Hazel se précipite sur l’estrade en tapant du poing et vociférant des aberrations.

Autant il déteste Rosenbach, autant il sait que cela n’est pas la bonne solution à l’état actuel des choses. Laissant Thursday aux mains d’autres audacieux, il s’approche de l’estrade, son bras en écharpe, au même moment que Judas qui en profite pour rétamer un agent de la sécurité à terre. Il n’en faut une nouvelle fois pas plus pour que le coup parte en sa direction. Surprise. D’un coup d’œil entendu, des audacieux supplémentaires arrivent en masse pour contenir l’élan de bravoure de ce cher prêtre. Pas aujourd’hui. Pas de manipulation. Ce n’est pas le moment.

« Garants de votre protection. Tout est dans ces mots Hazel. ». Envy a les dents serrées. Il débarque au beau milieu d’un bordel sans nom, et ça l’énerve, mais il demeure sage et disposé à la conversation. Enfin presque. « Ce qu’il se joue là, ici, en ce moment, ce n’est pas garantir la sécurité des membres de chacune de nos factions ! ». Il souffle et se rapproche de la jeune femme, jetant un coup d’œil à Moira. « En tant que Dirigeant des Audacieux élu à la majorité, et pour la protection de tous, je ne peux que décliner cette offre qui n’est que pure folie ! ».

Restant à proximité, au cas où, il se décale pour apparaître aux côtés de la Présidente. Il n’approuve pas cette femme, mais il n’approuve pas non plus le comportement d’Hazel. Son regard balaye l’assemblée à présent dont le regard de Blake sur lequel il s’attarde en gardant la mâchoire crispée. Les autres Dirigeants ont été sollicités à donner leur avis. Lui, il s’est positionné, une rébellion dans ce contexte de flammes n’est pas ce qu’il leur faut. Les Audacieux représentent l’ordre et la protection, ils ne peuvent décemment se mêler à une voix qui s’élève contre tous.

Folie, ce n’est que pure folie.  
Quant à ses audacieux, il ne les quitte pas des yeux. Furax. Il est tout bonnement. Furax.


Dernière édition par Envy D. Carter le Ven 23 Sep - 10:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4836
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Ven 23 Sep - 13:27

Down to the devil's show To be his guest forever
Une journée normale, cela aurait dû être une journée banale avec une mission de protection de routine. Certes ce n’était normalement pas son boulot mais avec le nombre de pertes chez les Audacieux, il fallait se serrer les coudes et Brooklyn avait tout intérêt à dire oui quand on lui demandait de rendre service. Et c’était ce qu’elle avait fait et c’était pour cela qu’elle se trouvait près de l’estrade pour maintenant un cordon de sécurité autour de la présidente Rosenbach. En revanche, elle n’avait rien écouté du discours de cette dernière qui ne l’intéressait pas vraiment. Les excuses et les condoléances, elle en avait largement eu sa tasse de thé depuis les attentats. Mais il avait fallu que des trouble-fêtes viennent mettre leur grain de sel durant ce moment déjà pénible à supporter pour l’assemblée. Il y eu la commotion du côté d’Ezra, sans surprise, mais Lyn n’y prêta pas plus d’attention se concentrant sur les autres visages dans la salle. Elle devait détecter le mal dans la foule.

Toutefois, Moira fut rapidement interrompu par les gens, lassés de l’entendre toujours débiter les mêmes trucs et voulant voir un véritablement changement dans Chicago. Chacun y allait de son avis et de sa menace, sur le pourquoi du comment des attentats et le futur sombre qui les attendait tous. Tout cela troublait l’ordre et c’était sa mission que d’arrêter cela. Mais ayant appris sa leçon, Brook ne bougea pas un cil sans une directive préalable. Pourtant ce n’était pas l’envie qui lui manquait d’aller leur faire fermer leur bouche à tous. Pas par conviction, parce que la seule qu’elle possédait était la réussite et la survie de sa Faction. Juste pour pouvoir finir ce job rapidement et retourner à ses novices. Et pour un supérieur, la demoiselle fut servie. La présidente elle-même lui ordonna d’aller mettre un terme à ce qu’il se passait dans le groupe des Audacieux. Une honte pour leur faction, mais elle se contenta d’hocher la tête et de se déplacer vers les bagarreurs.

Shadow s’approchait d’un pas rapide sans se douter de l’acte qui se jouait réellement sous ses yeux, elle ne comprit que lorsqu’en même temps que tout le monde, elle sursauta de la détonation d’un coup de feu. Des cris et un vent de panique animèrent immédiatement la salle, l’obligeant à jouer des coudes pour atteindre sa cible, cherchant rapidement dans la foule qui avait une arme en main. Elle n’était plus qu’à un mètre quand un second coup résonna et Brooklyn s’effondra en arrière sous la violence de l’impact. Les paupières battantes, elle prit en compte la douleur fulgurante qui l’avait frappée et surtout sa fugacité. Elle monta rapidement la main à sa joue qui lui faisait mal et grimaça en mettant le doigt dans la plaie qui ornait désormais sa pommette. Frôler, la balle n’avait fait que la frôler, elle n’était tombée que par le choc et emportée par la vitesse du projectile. Elle venait d’échapper à la mort pensa-t-elle ne se redressant avec difficulté, remerciant son ange noir qui continuait de veiller sur elle. La peur et l’adrénaline faisaient trembler son corps tout entier alors qu’elle cherchait où la balle avait pu finir sa trajectoire.

Brook ne trouva malheureusement rien et se retourna vers son objectif premier en essuyant du revers de la main le sang qui avait commencé à couler sur sa peau légèrement livide de ce qu’il venait de se passer. La blonde repéra la silhouette d’Envy qui débarquait au milieu de ce bordel sans nom et face à lui se trouvait une jeune femme brune qu’elle ne connaissait pas. Au regard noir de son dirigeant la demoiselle ne perdit pas de temps à le rejoindre tandis qu’un autre Audacieux venait maitriser la jeune femme et qu’un autre ramassait l’arme au sol. C’était elle la responsable de cet enfer ?! Lyn eut envie d’aller orner son visage, qui commençait déjà à marquer, d’une seconde ecchymose mais elle se contenta d’obéir à Carter. « A vos ordres. » Déclara-t-elle d’une voix aussi neutre que possible en s’approchant par choix de Ryder. Elle n’avait aucune envie de s’occuper de Ravenscar et elle ne doutait pas que Clara veuille finir ce qu’elle avait commencé.

L’entraineur essuya une nouvelle fois sa joue et s’approcha de son responsable comme d’un animal sauvage, doutant qu’il accepte son aide sans rechigner. Mais en tout cas, elle était bien contente d’avoir une porte de sortie, pour s’échapper de la folie ambiante qui régnait désormais au Wrigley Hospital. Dans un premier temps elle redressa le fauteuil roulant et puis tournant les yeux pour les ancrer dans le regard de James elle lui tendit la main de la même façon qu’elle l’aurait fait si elle souhaitait seulement l’aider à se relever pendant un entrainement. Elle détestait véritablement le dominer de sa hauteur, le sentir moins fort et moins supérieur à elle. Il perdait de sa superbe mais elle n’en laissa rien paraitre. Toutefois avant qu’elle ne puisse lui signifier de ne pas faire l’enfant s’il voulait échapper au confinement, la voix de la Dirigeante des Altruistes ajouta sa pierre à l’édifice de la rébellion en demandant la destitution pure et simple de Rosenbach, demandant le soutien de ses pairs. Brooklyn secoua la tête et reporta son attention sur Ryder. « Aller dépêche-toi, avant que ça pue encore plus par ici. »

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Blake C. Keyshawn

❖ Date de naissance : 10/08/1987
❖ Barge depuis : 26/02/2016
❖ Messages : 572
❖ Avatar : Phoebe Tonkin
❖ Crédits : Melaaniee
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Dirigeante des Sincères
❖ Faction : Sincères
❖ Forces & Faiblesses : Incorruptible, je ne joue pas avec la politique. Je veux juste que Justice soit rendue. Celà peut être un avantage mais aussi un inconvénient...
❖ Philosophie : There is no middle. There is just Truth or Lie.
❖ Playlist : The Veronicas ► Heavily Broken - Emily Browning ► Asleep - Gleecast ► Total Eclipse of the Heart - Jessie J ► Casulaty of Love - Mariah Carey ► Infinity



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Sam 24 Sep - 10:40


Full Metal Jacket


La tension qui régnait en ces lieux étaient anormales. L’hôpital se devait d’être un havre de paix pour toutes les âmes qui venaient s’y soigner, un refuge pour les blessés et un confort pour ceux qui étaient brisés. Mais il ne fut rien de tout ça dès qu’une jeune femme osa élever la voix contre la Présidente. Ce mouvement était dangereux, le coeur de Blake avait même manqué quelques battements. Se rendait-elle compte du risque qu’elle prenait ? Elle venait de dévoiler à Moira qu’elle était son ennemie, et potentiellement une rebelle, voire une terroriste. Mais c’était également le moment ou jamais pour Blake de parler. Tous savaient qu’elle ne pouvait que dire la vérité et si Moira n’avait pas su montrer l’humanité que l’assemblée attendait, Blake vola à son secours. Du moins le croyait-elle. En réalité, la Sincère saisissait toutes les opportunités en une : celle de trouver les terroristes et de les punir à la hauteur de leur crime. Il était inacceptable de faucher des vies innocentes pour exprimer une colère envers une personne. Elle se donnait également l’opportunité de faire la lumière sur les agissements complets de celle qui les gouvernait. Oh oui, elle s’engageait sur une voie très dangereuse et elle ignorait où elle la mènerait. Elle n’avait qu’une seule idée en tête : la Justice et le respect des lois. Rien d’autre ne l’intéressait. Et elle allait être mise à rude épreuve.

Moira reprit la parole et utilisa le même message. Encore une fois sur un ton bien trop politique pour que ce soit compris et accepté par ceux qui étaient là pour entendre des actions et des décisions. Une autre voix s’éleva mais ce ne fut pas ce qui interpella Blake. La Sincère avait perçu un changement de comportement chez l’une de ses collègues. Arizona baissait étrangement le nez, semblant lire quelque chose. Semblant seulement. Car non, la Sincère n’envisagea pas un seul moment qu’elle puisse lire tranquillement un livre. C’était un manque de respect complet pour les victimes de ce drame, des victimes qui pansaient encore leurs plaies en ces murs peint de sang. Fronçant les sourcils, Blake l’observait et ne la lâchait pas du regard. Il était évident que des taupes devaient être du Conseil. Etait-il possible qu’Arizona soit l’une d’elles ? Etait-elle complice de ces évènements ? Son comportement non verbal parlait pour elle. Une chose que Blake maîtrisait parfaitement, c’était même sa plus grande force. Personne ne pouvait lui cacher ses mensonges. La Vérité était toujours dévoilée et là, elle voyait quelque chose de totalement anormal. Les propos lui parvinrent. Il remettait ses paroles en question... Et elle ne répondrait pas. Après tout, il visait le gouvernement, pas sa personne. C’était à Moira de répondre. Mais elle n’en eut pas l’opportunité.

Blake se raidie lorsque des imbéciles (appelons un chat un chat) venaient tout bonnement de troubler l’ordre public. Son sang ne fit qu’un tour et elle balaya la salle du regard, cherchant celui qui normalement devait maîtriser ses troupes. Bravo pour l’image... Il comptait vraiment arranger les choses ou bien ? Une Audacieuse frappait tranquillement un homme à terre. Bravo pour le message de paix. Une vague de colère la submergea. Elle les fixait de ces émeraudes glaciales. Alors là, autant dire qu’ils allaient passé un petit moment en interrogatoire ces deux là. Et un autre au trou. C’était tout bonnement hallucinant. L’ordre de la Présidente fut entendu. La jeune femme ne pouvait que les approuver. Se rapprochant du groupe, elle fut cependant interrompue dans sa course par le chaos qui se déchaîna suite au premier coup de feu.

Le mouvement de foule, les chaises renversées, tout était un grand n’importe quoi. Un deuxième coup. Un choc. Blake porta la main à son abdomen. Une couleur sanguine commença à s’étendre sur son Tshirt mais elle ne le réalisa pas tout de suite. Immobile, c’était comme si le temps s’était arrêté. Hazel parle. Les mots, elle n’en entendit pas la substance. Il lui fallait parler. Elle réclamait l’avis des leaders des factions. Quelle imprudence. Elle n'avait aucune preuve contre Moira encore et sa demande n'avait pas encore de fondement. Et une douleur. Une brûlure. Retirant sa main, elle baissa les yeux et vit le sang. Le sien ? Encore ? Redressant la tête, sa vision se trouble. Pourtant, elle reconnaissait la silhouette d’Envy sur l’estrade. Il refusa de parler contre Moira. Bon. Elle ferait la même chose... Une intense faiblesse. Elle tomba à terre. Battant des paupières, elle essayait de faire elle-même pression, de rester consciente. Ce n’était pas facile, surtout que les gens couraient dans tous les sens pour fuir et manquait de l’écraser. D'ailleurs, quelqu'un lui mit un coup. Se tordant de douleur, elle gémit. L'inconscience se rapprochait. Sa dernière pensée cohérente fut « J’avais une alliée. Et je l’ai perdue. Il était trop tôt pour réclamer sa destitution. » Cette même balle qui avait embrassé la joue d’O’Malley venait de l’atteindre, sa course déviée par la Destinée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre) Lun 3 Oct - 14:07


❝ With this body of mine ,
feat. Tous les autres & Ramsey A. Dallas.❞



Deux. Il ne suffit que deux coups de tonnerre. Deux secondes. Deux battements de cils. Une inspiration et une expiration. Et le monde rencontre sa fin. Sur nos lèvres désormais accoutumées aux caresses de ces airs viciés de guerre, le silence, que l’effroi impose, est roi. Je crois m’être entendu hurler ton prénom. Je crois m’être redressé et avoir tendue une main implorante vers toi. Au fond, bien au fond emprisonné dans le cachot des cauchemars, qu’est-ce que cela peut changer ? L’horrible résultat demeure le même et le silence est roi.

Je te vois au-delà des quelques silhouettes qui valsent et s’affairent autour de toi. Toi qui a ployé le dos. Toi qui s’es offert en sacrifice pour sauver une vie. Toi qui n’aurais jamais dû prendre cette balle. Deux. Deux pas. Deux battements de cils. Deux ombres lambda qui, dans la panique, me bousculent. Deux battements de cœur et devant mes yeux les nuances de l’ange noir prennent forme. Elle couvre la nuit, comme les Enfers. Elle filtre la vie, comme la lumière. Suaire de mort. Linceul qui te rend désormais si seule. La mort est partout, elle est sortie de son trou et sur sa route, je m’y précipite à mon tour, prenant sa place en suivant ses pas, pour tromper le Destin et cristalliser ta vie. Tu ne peux pas mourir. Pas comme ça. Pas pour Elle.

- Scarlett !

Un cri qui ne s’arrache pas du fond du cœur, mais littéralement du fond de mon âme fêlée. Je veux monter les quelques marches du podium, mais l’un des aides-soignants m’en empêche. Du mieux que je le peux, allant jusqu’à asséner des coups de bombonnes d’oxygène sur des crânes, je me débats, me tortille entre ses mains robustes qui me retiennent et me repoussent.

- SCARLETT ! NON ! SCARLETT ! ARRÊTEZ. LAISSEZ-MOI PASSER ! SCARLETT !

Un coup de bouteille sur une tempe, une voie se fraye et je l’emprunte. Je gravis les marches et rabats lourdement les genoux sur le bois de la scène. Autour de nous, les hommes de violence se font fureur et horreur. Je ploie le dos vers toi, te caresse la joue du revers des doigts de ma main droite, place mon visage au niveau du tien, de manière à ce que tes azurs ne voient que les miennes.

- Reste avec moi. Tu m’entends ?  Reste avec moi ma chérie.

Je laisse les professionnels s’occuper de ton état alors que moi ce qui me préoccupe s’est toi.

- Personne ne fringue le Dior et le Prada mieux que toi. Tu le sais. Ta mission au sein de ce monde sans fashion est perdue sans toi.

Je suis perdu sans toi.
Alors reste…
 

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre)

Revenir en haut Aller en bas
 

FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre)
» Armée à thème, Vietnam (Full Metal Ratcket)
» Full Metal Planet
» [Résolu] Télé du level "full metal lapin"
» Graphismes Full Metal Planète

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › North Side :: Wrigley Hospital-