Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 Down with the sickness || Pv Ramsey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Keira C. Vander

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 3531
❖ Avatar : Candice Accola.
❖ Crédits : Avatar (lunatic café) + Gifs (Tumblr) + CSS signature (disturbed ♥) + Chanson ( Tove Lo - Scream my name )
❖ Multicomptes : Nathaniel L. Jenkins & Lexis H. Gillian
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Ancienne infirmière, reconvertie dans le labourage de la terre... et à présent résidente d'un asile psychiatrique.
❖ Faction : Ancienne Altruiste. Aujourd'hui elle se retrouve chez les Hippies!
❖ Forces & Faiblesses : Elle s'adapte a toute situation. Parle peu mais observe beaucoup. Ment pour se protéger. Sa faiblesse demeure ses proches. Si elle fait souvent preuve d'égoïsme, pour ses proches, elle fait des efforts.
❖ Philosophie : Si tu traverse l'enfer, continue d'avancer.
❖ Playlist : Become the beast - Karilene



MessageSujet: Down with the sickness || Pv Ramsey Jeu 28 Juil - 10:39

Down with the sickness

feat Ramsey


Fragile et de courte durée. La vie s'étiole ou se brise. Elle se fane ou se casse. Arrêt brutal ou lente agonie, la vie finit toujours par courber l'échine devant la grande faucheuse. Le néant l'emporte. Nous étions poussière et nous finirons ronger par les vers. Placardés entre quatre planches de bois et mis sous terre. C'est ainsi qu'ils avaient tous finis. C'est ainsi qu'il allait finir...  

Ces yeux me fixaient et il était étrange de voir la vie le quitter petit à petit. Sa bouche s'ouvrait, il essayait de parler mais à part des complaintes, pas grand chose franchissait le seuil de ses lèvres. Il allait mourir... bien qu'évident, cette réalité me semblait lointaine. Un art abstrait. Cette réalité n'était pas tangible. Cette réalité n'était pas palpable. Et pourtant... les complaintes se turent. Sa main tendue vers moi tomba lourdement sur le bitume. Dans son regard... il n'y avait plus rien. Plus aucune étincelle. Sa cage thoracique avait cessé de gonfler au rythme de sa respiration chaotique.

Tel un bruit de tonnerre. L'étau de fer sur mon corps s'estompa jusqu'à disparaître. J'ouvrais les yeux et le corps de Bryant s'étala sur le sol. L'incompréhension s'imprima sur mon visage mais le soulagement se diffusa dans tout mon être. Un soulagement s'estompant bien vite lorsque je vis cette rivière écarlate se former autour de Bryant.

Vision aussi floue qu'inattendue. Prostrée là, à fixer ce corps sans vie, mon esprit s'emballait. Des images défilaient dans ma tête. L'échos d'un souvenir lointain. L'écho d'un souvenir qui ne semblait pas m'appartenir. Je secouais la tête de gauche à droite comme pour sortir ce flash de mon crâne.  

Un automate. Je retirais le cran de sûreté, le canon pointé vers l'homme meurtri. Qu'importe les raisons ayant poussé Salem à agir... cet homme ne pouvait pas vivre. Pas si il constituait une menace pour Salem. Mon index appuya sur la gâchette et une autre vie qui s'éteint.

L'impact de ce souvenir me frappait de plein fouet. Percutant au point de m'amener à reculer de quelques pas. Mort. Cette homme était mort. Cette réalité devenait soudainement... trop réelle. Trop proche. Je m'étais sentie simple spectatrice. Triste funambule sur un fil sur le point de rompre. Que venais-je de faire? Mes yeux s'écarquillèrent et je fixais l'abomination sanguinolente étalée sur le bitume de cette ruelle désœuvrée.  

Bien qu'incapable de bouger d'avantages, mon corps se mit à trembler. Que venais-je de faire? La ligne venait d'être franchie. Le gouffre s'ouvrait que d'autant plus et je sombrais. Je tombais en plein dedans. Si Salem était là, verrait-il encore le beau en moi? J'en doutais. Il n'y avait plus rien de beau. Plus rien à sauver de ma misérable carcasse. Je venais de tuer quelqu'un... et j'étais incapable de ressentir quoi que ce soit. Ni peine. Ni joie. Ni colère. Ni même de la satisfaction. Ou au contraire. J'étais submergée par un tas d'émotions... mais je n'en comprenais pas encore le sens. Mon corps traitait l'information mais mon esprit refusait d'y croire. Mes mains tremblantes lachèrent le couteau.

Tout allait bien... j'avais échappé au pire.
Non Keira, ça ne va pas.
Il ne s'était rien passé.
En es-tu certaine?
Non... Il ne s'est rien passé...

Isaac... où es-tu?



Made by Lunatic Café


_________________

SCREAM MY NAME.

Breathe in balance and love, I was born on the scene. Now it runs in my blood, yeah you know what I mean. When I'm dead and gone, will they sing about me ? Dead and gone, will they scream my name ? Scream my name.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/myworks/49128984-lily-rose-point-conne

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: Down with the sickness || Pv Ramsey Ven 12 Aoû - 10:59


❝ Twisted fantasy turned to reality ,
feat. Keira C. Vander & Ramsey A. Dallas. ❞



Elle est fragile, la vie. Elle est précieuse, la vie. Elle passe si vite, la vie. Tellement si vite, que si on ne s’arrête pas pour la contempler un instant, on risque de la manquer…

- Tu sais au moins t’en servir ? que je peux entendre résonner la voix rocailleuse.

Sans même lever mes azurs anesthésiés sur la source, d’un geste las, de ma main frémissante de dégoût, du bout des doigts, j’effleure le métal froid et chromé du Colt Baby Dragoon qui repose sagement sur le comptoir en verre, mes doigts butant avec paresse sur son manche au bois lustré. Je hais les armes. À en mourir, je hais les armes. Croyez-moi, mes bons, j’aime autant savoir que cette antiquité, issue de l’ère de 1848, est une pièce de collection, à l’opposé d’admettre qu’on a utilisé ce petit bijou pour tuer…

- C’est une arme de grand-père. Je ne comprends pas pourquoi elle t’intéresse, le môme. J’suis même pas sûr qu’elle fonctionne encore. Et j’veux pas juger le livre par sa couverture, mais avec ce machin que tu trimbales avec toi, j’peux pas dire que tu as l’air de ces types qui sait bien magner les armes…

Intéressante réflexion qu’il nous partage là, le monsieur, vous ne pensez pas, mes chers ?! Espiègle, un sourire gredin hausse le coin droit de mes lippes alors que j’agrippe mon cylindre d'oxygène médical de ma main droite, pour le déposer sur le comptoir, tout près de l’arme à feu et replacer de mon index et majeur mon adapteur nasaux entre mes narines. Calme, candide, j’observe enfin le bonhomme dans le blanc des yeux… tout sourire.

- Et qu’est-ce que je timbale, selon-vous, mon brave ? que je m’enquière, posant à plat mes paluches sur le comptoir en verre, de chaque côté de l’arme et de ma bouteille d’oxygène.

Les deux billes maronnes du sexagénaire se posent sur mon « machin » qu’il jauge d’un regard mystifié et perplexe. Il prend un temps pour réfléchir, l’air de ne pas savoir quoi dire, avant de soupirer un :

- J’sais pas trop, le môme. Un genre d’inhalateur, mais pour grande personne ?

Une bulle de silence nous aspire tous les deux, il y a ces interminables secondes où seul le bruit de ma bruyante respiration se faire entendre, aspirant de grosses valises d’air par les narines, me disant que l'oxygénothérapie peut m’aider à contrer l’imbécilité humaine et faire passer cette envie de lui défoncer le pif à grand coup de bombonne d’oxygène. Doucement, je lève ma main droite à la hauteur de mon visage, grattant ma joue de mon index, constatant par le fait même que j’ai la mâchoire grugée par une sérieuse repousse de barbe… barbe que je n’ai pas rasée depuis mon congé de l’hôpital. Mon apparence étant, comme qui dirait, le cadet de mes soucis.

- C’est tout comme, mon brave, c’est tout comme. Combien, pour le flingue de grand-père ?

- Avec les munitions et tout le matos que ça prend pour prendre soin d’une vieillerie pareille---

- Non. Le revolver, seulement, son prix ?

- Pas de munitions et matos ?

- Non.

Là où je vais, ça ne sera pas nécessaire. J’ai juste besoin d’un flingue…

✤ ✤ ✤

Pour la énième fois, j’ajuste à mes narines mon adapteur nasaux, resserrant mon emprise contre ma bouteille d’oxygène que je tiens précieusement sous le bras alors que les semelles de mes boots de cuir foulent les veinures d’un ciment balafré par l’usure du temps. À me fier à mes contacts du Old Town, celui que je cherche vadrouille ici, au beau milieu de la misère et la pauvreté humaine. Malgré mon état de santé qui laisse franchement à désirer depuis l’attentat ayant ciblé le centre-ville, malgré le fait que je risque de clamser à tous les coins de rues, motivé par mes propres desseins personnels, c’est la tête bien haute que je m’engouffre dans les confins de l’horreur et traverses les dédales de ruelles. Le Colt, vissé entre mes reins et la bordure de mon pantalon, fait à chaque pas glisser la langue reptilienne d’un froid mortuaire sur mon échine. Je frisonne. J’ignore si c’est de froid ou d’effroi mal contrôlé. Les armes. Je hais les armes. À en mourir, je hais les armes…

Imperméable aux maux de la vie, je quitte les rues principales de l’arrondissement du nord et viens me perdre en ses quartiers défavorisés. Dans les ténèbres, je m’enlise dans les ténèbres. Noires et profondes ténèbres de cette étroite ruelle. Noires et profondes ténèbres de la nuit d’encre. Noires et profondes ténèbres de la vie. Noires et profondes ténèbres de l’être-humain. Elles se dessinent d’une nonchalance déconcertante, ces deux silhouettes qui valsent dans les patibulaires noirceurs telles deux simulacres épars en les éphémères d’une réalité que je ne saisis pas tout de suite, mais qui m’emmène néanmoins à ralentir le pas.

Une ombre se tient debout et la seconde, pantin abandonné de ses ficelles, demeure rabattue sur le sol. À mesure que je me rapproche, mieux les détails se gravent en le tombeau de cette froide nuit d’hiver, ramenant dans mon dos ma main qui vient doucement empoigner la cross de mon flingue que je ne dégaine pas de son fourreau improvisé, continuant de me rapprocher de ce mirage lunaire et spectral qui redessine l’horizon et rend si incertain les augures…

Elle me fait dos…
Et je le vois lui… étendu dans la mare de son propre sang…
Ma paume qui se presse contre la cross de mon arme que je ne dégaine toujours pas…

- Est-ce que vous allez bien ?

Question idiote, je le sais, mais si vous savez quoi répliquer en tant que témoin d’homicide, volontiers, mes bons, je vous suis gré de m’envoyer la tirade par courriel !

Elle est fragile, la vie. Elle est précieuse, la vie. Elle passe si vite, la vie. Tellement si vite, que si on ne s’arrête pas pour la contempler un instant, on risque de la manquer...

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Keira C. Vander

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 3531
❖ Avatar : Candice Accola.
❖ Crédits : Avatar (lunatic café) + Gifs (Tumblr) + CSS signature (disturbed ♥) + Chanson ( Tove Lo - Scream my name )
❖ Multicomptes : Nathaniel L. Jenkins & Lexis H. Gillian
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Ancienne infirmière, reconvertie dans le labourage de la terre... et à présent résidente d'un asile psychiatrique.
❖ Faction : Ancienne Altruiste. Aujourd'hui elle se retrouve chez les Hippies!
❖ Forces & Faiblesses : Elle s'adapte a toute situation. Parle peu mais observe beaucoup. Ment pour se protéger. Sa faiblesse demeure ses proches. Si elle fait souvent preuve d'égoïsme, pour ses proches, elle fait des efforts.
❖ Philosophie : Si tu traverse l'enfer, continue d'avancer.
❖ Playlist : Become the beast - Karilene



MessageSujet: Re: Down with the sickness || Pv Ramsey Mer 14 Sep - 12:32

Down with the sickness

feat Ramsey


Il est souvent facile de déterminer si nous sommes éveillés. De façon générale, la question n'est même pas à se poser. On vit notre journée et on se couche avec la certitude de s'endormir pour ensuite se réveiller. Et ainsi de suite. La frontière entre l'irréel et le réel semble donc bien définie. Il est donc d'autant plus facile d'oublier à quel point cette frontière est floue. Même au sein d'une société usant de sérum de simulation... on ne doute jamais. Ou tellement peu que ça en devient risible.

J'étais donc là, le regard rivé sur ce cadavre... incapable de savoir si oui ou non, je rêvais. Je me sentais extérieur à la scène... simple spectatrice. Ou pire encore, comme une marionnette, effectuant des gestes hors de son contrôle. Possédée par le démon de la haine et de l'indifférence. Mais ce démon envolé... il ne me restait que le goût désagréable du souffre et de l'incompréhension. Avais-je réellement plantée ce couteau dans cet homme? Oui. Je me souvenais parfaitement de la sensation de la lame transperçant son épiderme. Bien que honteuse de l'admettre, pendant une micro seconde je m'étais sentie toute puissante, telle une guerrière abattant une armée. Il l'avait mérité... mais qui étais-je pour le déclarer? Qui étais-je pour décider de vie ou de mort? Mais si ce n'était qu'un rêve... alors tout allait bien, n'est-ce pas? J'en venais à me demander si j'étais bien sortie du coma. J'avais quitté les couloirs sinistres de l'hôpital... sans penser un seul instant que derrière ces multiples tortures sans fin il m'attendait bien pire. Était-ce donc une nouvelle ruse de mon cerveau?

Et lui, là... un produit de mon imagination? Je tournais ma tête blonde vers le grand blondinet. Avec sa bonbonne sous le bras et son allure miséreuse, il aurait trouvé une place de choix au sein de mon enfer personnel. Qu'est-ce qu'il me voulait d'ailleurs? Le sens des réalités diffus et confus, j'en avais presque oublié qu'il était anormal d'avoir un couteau ensanglanté entre les mains. A plus forte raison lorsqu'un cadavre se trouvait au sol. J'ouvrais la bouche pour répondre mais rien. Aucuns sons. Sous le choc, non pas de sa tête de choux, mais de mes propres actes. Qu'est-ce que je venais réellement de faire? Mes claires prunelles firent la navette entre le tas de viandes refroidis et Monsieur Bonbonne. Si il était bien là... réel, en chair, en os et en fils, alors... le cadavre l'était tout autant? Est-ce qu'il le voyait?

— Vous... Est-ce qu'il y'a un cadavre sur le sol? demandais-je péniblement.

Si il le voit et que moi aussi... alors... je venais de tuer quelqu'un. Pour de vrai...





Made by Lunatic Café


_________________

SCREAM MY NAME.

Breathe in balance and love, I was born on the scene. Now it runs in my blood, yeah you know what I mean. When I'm dead and gone, will they sing about me ? Dead and gone, will they scream my name ? Scream my name.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/myworks/49128984-lily-rose-point-conne

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: Down with the sickness || Pv Ramsey Mer 19 Oct - 14:35


❝ Twisted fantasy turned to reality ,
feat. Keira C. Vander & Ramsey A. Dallas. ❞



Je te regarde, le regard vitrifié d’incompréhension et d’appréhension. Je lis en tes yeux ton errance, ô toi qui marche sans ce corps dont tu te sembles t’être arrachée en cette nuit d’épouvante. Les nerfs rompus et les mains ensanglantées. Mon propre poing moulé à la crosse de mon arme s’apaise doucement, jusqu’à s’étioler, pour venir lentement se poser sur ton épaule et te convaincre de me faire face que davantage. Tes ongles d’acier et tes doigts de fer, je le sais, je le sais que ce n’est qu’une horrifiante étoffe de guerre alors que tu sembles peu à peu t’immoler en ton propre enfer. Je tiens toujours ma bonbonne d’oxygène sous mon bras, usant de ma main libre pour venir m’emparer de l’arme du crime, t’intimant silencieusement de me le remettre. En état de choc. Tu es en état de choc.

- Oui. Il y en a bien un, que je murmure.

Meurtrie et disloquée. Brûlant dans les naseaux enflammés des gouffres de cette terre infernale, tes chairs palpitantes qui se consument et font de toi la pire torchère mortifère. Je ne suis le juge de personne. Cet homme, je connais les choses odieuses qu’il a pu faire, c’est d’ailleurs pour l’emmener en justice que je suis venu ici… semble-t-il qu’une âme bourrelé de peine et de tourment se soit fracassé sur lui en premier. Comme une scie aiguë, et des pinces qui tordent, bientôt, la réalité sonnera son péan assourdissant, te rattrapera pour de bon et te façonnera de sa laideur. Que le gouffre me reçois et m’écrase sur ses rochers brûlants.

Dans ce marais de sang, les spectres rendent les choses bien certaines et leurs mystères en seront que plus terrifiants. Ma main s’envole de ton épaule, farfouille la poche intérieure de ma veste, y extirpant mon smarthphone, m’empressant de composer un numéro.

- Dim, c’est Dallas. Envoie-moi immédiatement le nettoyeur, à l’angle de Wrigley.

Une fois ceci fait, je te regarde et te souris.

- Mais bientôt, il n’y sera plus…

Fureurs carnassières, désirs de vouloir s’enlever des tombeaux…

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Keira C. Vander

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 3531
❖ Avatar : Candice Accola.
❖ Crédits : Avatar (lunatic café) + Gifs (Tumblr) + CSS signature (disturbed ♥) + Chanson ( Tove Lo - Scream my name )
❖ Multicomptes : Nathaniel L. Jenkins & Lexis H. Gillian
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Ancienne infirmière, reconvertie dans le labourage de la terre... et à présent résidente d'un asile psychiatrique.
❖ Faction : Ancienne Altruiste. Aujourd'hui elle se retrouve chez les Hippies!
❖ Forces & Faiblesses : Elle s'adapte a toute situation. Parle peu mais observe beaucoup. Ment pour se protéger. Sa faiblesse demeure ses proches. Si elle fait souvent preuve d'égoïsme, pour ses proches, elle fait des efforts.
❖ Philosophie : Si tu traverse l'enfer, continue d'avancer.
❖ Playlist : Become the beast - Karilene



MessageSujet: Re: Down with the sickness || Pv Ramsey Mer 19 Oct - 19:26

Down with the sickness

feat Ramsey


La réalité devenue tangible ébranlait ma carcasse. Un tremblement de terre engloutissant mes dernières incertitudes. Une gifle sur mon visage mortifié. Un nouveau coup à encaisser. Qu'avais-je donc fait? Cette hargne aussi dévastatrice qu'un volcan s'était tarie. Asséchée par l'agonie d'une âme désœuvrée. Qu'avais-je fait? Dans cet horizon sans perspective se trouvait cette silhouette. Une autre âme errante. Témoin de la déchéance d'un ange souillé depuis longtemps. Sa main non encombrée de sa bouteille se posa sur mon épaule. La chaleur de ses doigts me rappelait combien tout ceci était réel. Et j'avais froid. Tellement froid de l'intérieur. Le volcan s'était bien tût, ne laissant qu'un hiver rude et sans espoir. Un hiver composé de cendres et d'amertume.

Pourtant, parmi tout ce chaos, tu étais là. Ta main t'emparant de mon fardeau. Pourtant, parmi cet apocalypse, tu te tenais là. Toi. L'étranger. Toi. L'inconnu. Ton cas n'était pas très brillant. Pourtant tu brillais par ta bienveillance. Tu ne me jugeais, ni me blâmais. Et je me demandais pourquoi.

Pourquoi avais-je encore droit à une once de bonté. Il fait si froid. Mes épaules tremblaient. Mon corps grelottaient. Carcasse vide. Carcasse dénué de toutes réactions. Pareil à un pantin désarticulé, j'attendais.

— Alors c'est comme ça que ça fonctionne...

Voix d'outre-tombe. Prunelles perdues dans le lointain. Perdre une parcelle d'humanité, c'était épuisant.

— Un appel... et tout s'arrange. Plus de cadavre...

Vois-tu combien nos vies valent si peu? Vois-tu combien rien ne changera jamais? Qu'importe les sacrifices. Qu'importe les efforts. Cette ville, jamais ne changera. Vois-tu combien cette ville, par contre, nous change?

— Lequel de nous deux est le plus à plaindre, finalement?

Âmes tourmentées. Dans notre déchéance, la Vallée de la Mort nous ouvre ses portes. Ne vois-tu pas que nous avons déjà un pied dedans? Salem avait raison... Si on commence à se partager nos horreurs... Où allait le monde?



Made by Lunatic Café


_________________

SCREAM MY NAME.

Breathe in balance and love, I was born on the scene. Now it runs in my blood, yeah you know what I mean. When I'm dead and gone, will they sing about me ? Dead and gone, will they scream my name ? Scream my name.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.wattpad.com/myworks/49128984-lily-rose-point-conne

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: Down with the sickness || Pv Ramsey Jeu 10 Nov - 15:07


❝ Twisted fantasy turned to reality ,
feat. Keira C. Vander & Ramsey A. Dallas. ❞



Esprit fort, si fort. Dans l’ombre, ne crains-tu pas la mort ? Tes sens s’éteignent lentement lorsque le chant de ton cœur vient à périr dans le précieux trésor de ton sein. Tu comprends avec horreur que malgré cette petite mort, il n’y a aucune rupture de l’âme et du corps. Je te sens tremblotantes, te vois frémissante, l’extinction de chaleur toute pure alors qu’en ces outre-tombe et sépultures… tu t’emmures. La Vie et la Mort qui affligent tes pensées. Tu es de ceux qui savent voir, absolument tout voir et qui ne peut s’empêcher de déchoir, le repentir te rendant tragiquement si humaine dans cet instant si laid. Les apparences. Le monstre et l’homme. L’ange déchu ou le démon mutin. Le génie du bien ou le génie du mal. Ici-bas, tout n'est que de vaines apparences qui nous poussent à l’errance. De l’enfer jusqu’au paradis, l'on monte et l'on descend, sans jamais rencontrer l'état de résidence, mais la conscience bien là pour nous rappeler la potence.

Lequel de nous deux est le plus à plaindre ?

Voilà que la langue reptilienne du froid boréal dégringole sur mon échine et me fait à mon tour frémir. Bataille belliqueuse, nous sentons son armée stagner aux portes de nos corps, les jours qui se meurent  sur les récifs de la nuit. Il fait si froid. Ces bataillons pervers et sans remords qui entonnent nos petites morts. Dans l’ombre de sa Vallée, dis-moi, est-ce que tu entends le bruit sourd et lourd de leur pas qui approche ? Soldats de la Mort, ils prennent nos vies en souffrance, mais le trépas pour délivrance. Mes tristes opalines dévisagent un instant le couteau ensanglanté et le pantin délesté de ses ficelles qui repose toujours le bitume.

Un appel, plus de cadavre. C’est ainsi que cela fonctionne.
Et je tremble à nouveau.

- Aucun. Ou sinon tous les deux.

Je me perds lentement dans la brume de tes yeux, me demandant ce qui peut bien me motiver à te tendre la main dans les profondeurs de l’horreur et ses épouvantables confins ? La vérité est que rien ne peut être apitoyé ou mesuré lorsque l’on se retrouve à l’obscurité de la vie. Déchirés dans les maux et douleurs, perdus dans le noir sépulcral de nos doutes… te tendre la main devient ce flambeau qui m’éloigne doucement de l’ombre du tombeau. Me laisses-tu rendre ton sort plus beau, dis-moi ? La vie, la mort, pour des gens comme nous, ce n’est qu’un entre-deux… un terrifiant juste milieu… un outre-monde.

- Selon-toi, qui est le plus à plaindre, finalement ?

Une question qui soulève son lot et flot de larme. Une question qui sera longtemps demandée, lorsqu’à l’entrée de la ruelle apparaissent les phares d’une voiture. Il est là, le maître de l’illusion, prisonnier de son sombre corbillard et de ses sinistres oriflammes. Il coupe le monteur de sa voiture, sort de cette dernière et vient nous retrouver. Il nous regarde à peine, œuvrant déjà à faire disparaître ce qui ne le sera jamais… véritablement.

- Donnes-moi l’arme et quittez immédiatement la ruelle.

Froid, aussi froid que la mort.
Et je tremble toujours…
Et je lui remets entre les mains le poignard, qu’il s’empresse de camoufler dans une serviette, après l’avoir méticuleusement astiqué.

- Partez.

Sans grande cérémonie, de mon bras libre, je viens étreindre tes épaules frémissantes, te rapproche de moi et nous intime de quitter ces lieux. Sur le trottoir désertique, je nous arrête un instant et contemple longuement la nuit.

- Nous sommes tous à plaindre.

Un constat. Esprit fort, si fort. Dans l’ombre, ne crains-tu pas la mort ? Pour des gens comme nous, ce n’est qu’un entre-deux… un terrifiant juste milieu… un outre-monde.

- Tu dors chez-moi… pour cette nuit.

Te tendre la main devient ce flambeau qui m’éloigne doucement de l’ombre du tombeau.

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: Down with the sickness || Pv Ramsey Dim 11 Déc - 0:47

THE END
sujet terminé & verrouillé.

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Down with the sickness || Pv Ramsey

Revenir en haut Aller en bas
 

Down with the sickness || Pv Ramsey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Motion sickness vs fighting games : Rebel 1, Action !
» Convoi XP 421
» Ramsey Capresse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › North Side :: Rues & ruelles-