Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 (-18) BRYDER ▲ A song of Ice and Fire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4779
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: (-18) BRYDER ▲ A song of Ice and Fire Lun 1 Aoû - 10:38

Don't put your life in someone's hands They're bound to steal it away
Elle avait beau savoir qu’il ne ressentirait rien lorsqu’elle glissa ses mains sur ses cuisses, Brooklyn avait choisi de faire ce geste pourtant plein de sens pour elle. Rien n’avait changé. Pourtant elle avait dû se faire violence pour toucher cette peau meurtrie, pour aller y déposer ses lèvres avec tendresse, pour lui faire passer le message que cela ne comptait pas pour elle. D’autant plus que c’était un mensonge, elle n’arrivait pas à penser à autre chose, à voir ces poids morts comme appartenant à Ryder. C’était comme les jambes de quelqu’un d’autre et elle ne savait pas qu’en faire, elle ne voulait pas y être confrontée. Elle les imaginait déjà atrophiées par le temps d’inactivité, perdant leur musculature et leur forme. Cette simple idée lui donnait la nausée, parce que sans ses jambes, il ne serait plus jamais vraiment lui-même, il ne serait plus jamais véritablement son dominant. Une idée qui la terrorisait et qui lui donnait envie de fuir.

Pour autant la blonde en était incapable. L’Audacieux avait beau être affaibli, il n’avait encore rien perdu du pouvoir qu’il détenait sur elle. Elle aurait été bien incapable de lui refuser quoi que ce soit et c’était pour ça qu’elle avait accepté d’aller chercher le fauteuil et de le rouler jusque dans cette chambre. C’était pour ça qu’elle avait accepté de lui donner ce baiser qu’il voulait, qu’elle avait accepté de se donner à lui parce qu’il le voulait encore plus. La demoiselle se permettait seulement de diriger les opérations pour que tout ce passe au mieux. Pour ne pas être confrontée à ce que le jeune homme ne pourrait pas faire malgré son envie d’elle, pour ne pas perdre de temps, pour ne pas affronter une situation gênante qui dévoilerait chez chacun un visage que l’autre ne tenait pas particulièrement à découvrir. Alors devant ce dieu qu’il restait tout de même pour elle, Lyn s’était agenouillée et avait agi comme s’il pouvait tout ressentir.

Sa bouche parvenue à la fierté de son supérieur, elle avait joué avec lui, avait bataillé avec comme avec sa langue un peu plus tôt pour l’emmener doucement sur le chemin de l’oubli. S’il n’avait été tout entier dans cette caverne humide qui avait vocation à remplacer celle qui ne pourrait pas atteindre aujourd’hui, Brook aurait esquissé un sourire en l’entendant soupirer d’aise. Elle atteignait son but mais ne relâcha pas son application à lui faire découvrir chaque recoin de cette cachette, continuant de le taquiner de sa langue experte. Une de ses mains vint agripper sa longueur pour l’aider à accentuer la friction qu’elle créait avec ses lèvres au moment où il décidait de passer ses propres doigts dans sa chevelure. Son autre main glissa sous la blouse d’hôpital pour aller frôler son pelvis et remonter sur ses abdominaux qui ne souffraient pas encore de son immobilisation forcée. Shadow les caressa avec gourmandise avant d’y enfoncer ses ongles.

Ce geste habituellement synonyme de son plaisir à elle, servait là à lui faire garder l’équilibre. Se trouver à genoux au bord d’un lit ou d’une chaise normale ne demandait pas à être autant penchée en avant. Et il n’y avait normalement pas ses pieds qui se trouvaient sur le chemin. Des éléments qui lui rappelaient encore le dégout que lui inspirait cette faiblesse mais qu’elle repoussait toujours au plus loin de son esprit pour se concentrer sur lui, sur son plaisir. Elle continua donc de jouer encore et encore avec sa virilité pour le mener au bord de l’extase, se guidant aux sons qui s’échappaient des lèvres du responsable de la Fosse. Accélérant lorsque son souffle ralentissait. Ralentissant lorsqu’elle l’entendait respirer fortement. Elle connaissait ce jeu-là et connaissait par cœur les bruits qu’il pouvait émettre dans cette situation qui représentait souvent un pique de soumission dans leurs échanges même si d’ordinaire c’était lui qui menait la danse avec la pression qu’il inculquait à sa nuque.

Cette fois était différente car Brooklyn ne voulait pas le laisser contrôler, elle ne voulait pas qu’il la repousse soudainement pour la remonter sur lui. Cela lui faisait mal au cœur de l’admettre mais malgré son envie de lui, de le sentir en elle, cela n’aurait pas lieu aujourd’hui. Elle ne voulait pas de lui dans un fauteuil et elle ne voulait pas avoir à patienter pour qu’il se transfert dans un lit d’hôpital où elle n’aurait pas plus envie de lui. Ce lieu ne lui inspirait rien alors même que le jeune homme lui manquait physiquement. Ainsi se fiant à son ouïe pour savoir comment le satisfaire de ses lèvres et de sa langue, elle continua de le mener vers le bord du précipice. Et lorsqu’il ne fut plus qu’à un pas de la chute libre, Lyn retira sa main qui entourait son membre pour venir caresser sa propre poitrine et remonter sa brassier pour la mettre à nue.

Et avec une lenteur assassine sa bouche remonta aussi jusqu’à le quitter complètement. Avec un sourire taquin la blonde remonta son regard sur lui dans l’espoir de croiser ses perles céruléennes pour le défier toujours un peu plus en se mordant les lèvres. Toutefois avant qu’il ne puisse protester ou lui intimer de continuer, elle se redressa comme elle put en prenant appuis sur l’assise du fauteuil roulant pour venir placer sa passion entre la douceur de ses seins. Ses doigts contre sa peau cessèrent de la malmener pour soulever toujours plus le tissu de la blouse et découvrir son torse sur lequel, la demoiselle vint poser ses lèvres, déposant des baisers langoureux en même temps qu’elle soulevait avec lenteur le haut de son corps pour le caresser de sa poitrine et faire redescendre la pression pendant une minute qu’elle espéra une torture pour lui. Durant ce temps, elle mordilla un peu ses chairs mimant ce qu’il était capable de lui faire lorsque leurs places étaient inversées.

Enfin quand Brooklyn estima qu’elle l’avait assez fait languir et tourmenté, elle fit redescendre sa bouche pour que ses lèvres retrouvent sa masculinité. L’entraineur lui appliqua alors de nouveau ses baisers humides et ses caresses chaudes pour le pousser à bout. Pour le pousser vers la fin. Imprimant cette fois un rythme soutenu, rapide et une pression plus ferme de ses lèvres pour l’enflammer pour de bon. Cette fois, la blonde allait continuer jusqu’à ce que Ryder finisse, jusqu’à ce qu’il se déverse en elle, espérant que cet échange serait suffisant pour le calmer. Pour le satisfaire et le faire patienter jusqu’à ce qu’ils soient libre de le faire autrement. Car Brook espérait bien avoir fait passer le message qu’il ne se passerait rien à l’hôpital. Son attitude professionnelle d’entrée de jeu avait eu cette vocation mais elle ne connaissait que trop bien les vertus de l’acte sexuel sur la frustration pour la lui refuser catégoriquement, en plus d’en être incapable mais le reste serait pour lorsqu’ils retrouveraient une intimité plus sûre.

code by lizzou × gifs by DIA89

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 972
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: (-18) BRYDER ▲ A song of Ice and Fire Mer 3 Aoû - 21:12



Ice and Fire

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


L’avenir est incertain. L’avenir s’annonce malsain. Mais il n’y pense pas, ne peut s’y résoudre. Pas maintenant, c’est trop tôt. En son for intérieur il réfute et refuse, se masque la vérité qui lui fait face et lui explose à la gueule dès lors qu’il doit se mouvoir. Il n’en veut pas de cette vérité, il n’en veut pas, de cet avenir. Se sentant étouffer, il lui fallut sortir, absolument. Avant d’être qui elle est, Brooklyn était avant tout une amie, une entraineuse qui partageait les mêmes approches que lui, fine élève et fine gérante de ses novices. Aujourd’hui, elle est plus que ça, l’est devenu au fil des jours, des semaines. L’on ne peut parler d’amour, non, c’est plus compliqué, et dans ce moment de flou et d’incertitude totale, il est soulagé qu’elle soit là, Elle. Bien sûr, il n’est pas du genre à se confier, bien sûr il ne le fait pas. Ses larmes n’avaient été qu’un simple instant de faiblesse, une colère insurmontable qui s’était échappée comme elle a pu. Ce n’était rien d’autre qu’un moment d’égarement, de perte de contrôle. Il n’est pas faible, loin de là, et il ne veut pas le devenir. Jamais. Ces poids morts ne sont qu’un contre temps, cela ne peut être que cela. Des poids morts à jamais il n’en veut pas. Il vaut mieux que ça. Amer Destin qui se venge à en devenir malsain, il le jure dans en son sein, ce dernier ne deviendra jamais le plus triste des lendemains. Il ne se laissera pas abattre, car cette vérité, il ne l’accepte pas.

A l’instant même où il la réclame, il sait à son geste de recule qu’il n’obtiendra pas ce qu’il veut, pas comme il le voudrait, du moins. Malgré cette évidence, James ne bronche pas, se contente de l’observer s’agenouiller et de la laisser remonter cette blouse infâme dont il en vomirait bien les couleurs atroces. Sans rien dire, sourire perché aux lèvres, ses prunelles azures scrutent la silhouette féminine. Il la voit, déposer des baisers sur la peau meurtrie et insensible. Il la voit, en comprend le message et ne peut s’empêcher d’être rassuré. Il pourrait tout bonnement l’accepter mais intérieurement il sait déjà qu’il ne s’agit là que d’un piètre mensonge. Il ne veut juste pas gâcher le seul moment qui pourrait lui donner l’impression d’exister, alors, contre toute attente, il se tait, ne crie ni ne hurle. Sagement, il accepte de se laisser faire, le dominant. Si tant est qu’il en ait encore la prestance et l’élégance du titre. Ses lèvres remontent, ses mains caresses mais il ne sent rien jusqu’à ce qu’elle s’attaque à ce qui a eu la chance d’être encore opérationnel malgré les séquelles. Chanceux dans sa malchance, c’est ce qu’on dit, même s’il ne peut pas le voir ainsi, peu importe toute la bonne volonté qu’il y met. Rassuré, certes, mais chanceux ? Non, il ne peut pas accepter de dire une chose pareille, ou même de la penser.

Ses traits ne mentent pas, Ryder garde un sourire en coin qui crache la vérité pour lui, il est satisfait de la tournure que prennent les choses, pas dans la totalité, mais sur une bonne partie. De toute manière, comment pourrait-il protester alors qu’à peine effleuré, il sent déjà sa tête basculer en arrière en un soupir des plus significatifs. Lentement, il se laisse glisser sur le chemin de la perdition, et il perd pied entre ses mains, pour une fois. Elle détient les rênes et il ne bronche pas, probablement conscient de l’ultimatum, c’est ça ou rien. Alors l’audacieux profite de l’instant pour tout oublier, ce fauteuil et ces odeurs aseptisées. De ses doigts, il enserre avec force les accoudoirs, se crispant au gré des aléas dont elle use et abuse pour le faire frémir d’ivresse et de chaleur. Ses soupirs résonnent dans la pièce, seul son qui vient troubler le silence, et il ne se passe qu’un laps de temps de quelques secondes avant que l’une de ses mains ne se décide à se mêler à la chevelure dorée, Brooklyn menant sa danse avec expertise et insouciance, se satisfaisant de la bride avec délectation. James ne lâche pas la pression qu’il exerce entre les mèches de la jeune femme, au gré du rythme qu’elle mène et de leur échange, si l’on pouvait appeler ça ainsi. Perdu dans un ailleurs qui lui semble des plus délicieux, il ne prend bientôt plus conscience de ses soupirs qui alternent entre lourdeur et lenteur. Il est à sa merci et elle doit probablement le savoir puisque ses ongles viennent subitement s’enfoncer dans la chair de son ventre. Instinctivement, il se crispe et laisse échapper un fin grognement. Elle en profite clairement et il le sait. Il saura tôt ou tard le lui faire payer.

Les secondes s’enchainent et bientôt il approche du seuil de ce qui ressemble de près ou de loin au néant intersidéral. Il en est si proche que son souffle ne cesse d’accélérer. Il en a lâché la chevelure, venant enserrer à nouveau ces accoudoirs qu’il malmène avec une force surhumain, force qui vient considérablement contracter ses muscles. Il est au bord du gouffre mais à la dernière seconde, il ne l’atteint pas. Il n’en faut pas plus à ses prunelles voilées du feu ardent qui brûle en lui pour venir se poser sur la silhouette féminine qui s’est arrêtée. Ryder la voit faire avec une pointe d’incompréhension dans le visage, visage qui se ferme déjà, prêt à râler ou à émettre un ordre. Lui qui est si près du but n’a pas la patience d’attendre, ni même l’envie alors qu’il se meurt à petit feu, la flamme de l’impatience brûlant dans son bas ventre et son corps tout entier. Elle ne peut pas lui faire ça. Ongles encastrés dans le caoutchouc des accoudoirs, l’audacieux la fixe de ses océanides avec l’air du prédateur prêt à bondir sur sa proie pour mettre un terme pur et simple à sa vie. Il gronderait presque d’impatience et de rage si Brooklyn ne s’était pas redressée, mains posées à quelques millimètres des siennes fermement serrées, dans le seul but de faire baisser un tantinet la pression entre ses courbes qui n’appartiennent qu’à elle. Rapidement, il sent la chaleur venir embraser son âme et son corps mais pas assez pour le mener définitivement dans le précipice. Elle se joue de lui et il le sait mais est incapable de parler. Il perd pied, et s’il n’avait pas deux poids morts, nul doute qu’il aurait très probablement tapé du pied, justement, en signe de contrariété. Lèvres pincées, il la sent qui mordille, pince la chair fine de son torse, alors il grogne, inlassablement. Plusieurs fois. Il grogne d’impatience et de rage, fulmine de l’intérieur car il est sur le point de perdre définitivement pieds mais elle ne cesse de le malmener et de le torturer. Il souffle, détache une main de l’accoudoir pour venir enfoncer ses ongles dans la chair de l’un de ses poignets mis à disposition. Contrariété. Impatience. Brook. Ses deux billes s’emplissent de noir, complètement voilées par l’orage et la tempête qui gronde en son sein. Mais bientôt elle le lui offre, le gouffre. Le vide intersidéral.

Elle a repris ses manœuvres avec plus de force et de hargne et il a senti la vague l’envahir entièrement, le poussant dans le puit sans fond de l’oubli. Il s’est contracté définitivement et a soupiré à en appeler un damné, ne pouvant contrôler l’élan du feu brûlant qu’elle venait de déchaîner de venir à la rencontre de cette maison de remplacement. Il aurait pu en avoir honte, en soi, mais non. Car Ryder est perdu dans l’ailleurs. Il y est complètement perdu et pourrait lui donner son âme sans rien en échange pour pareille damnation et perdition divine. Soulagé, il se sent et demeure soulagé, comme si toute force l’avait quitté pour de bon. Enivré, c’est la tête en arrière et les yeux rivés sur le plafond qu’il essaye de se remettre de sa perdition, mains crispées et respiration saccadée qui tarde à s’apaiser.

Maintenant, il le sait, il va accepter d’y retourner. Là-bas, dans l’autre pièce. De toute manière ils ne peuvent s’attarder. Prends toutefois garde à toi O’Malley, car viendra un jour prochain où je prendrai un malin plaisir à te malmener. Rancunier. Il l’est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 972
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: (-18) BRYDER ▲ A song of Ice and Fire Mer 3 Aoû - 21:13

SUJET TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (-18) BRYDER ▲ A song of Ice and Fire

Revenir en haut Aller en bas
 

(-18) BRYDER ▲ A song of Ice and Fire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Jeu de Rôles] A Song of Ice and Fire Roleplaying
» [Serie TV] South Park : A Song of Ass and Fire
» Le dernier tome d'A song of Ice and fire sort en Juillet !
» Illustrations calendrier
» Pas de place pour le chagrin. Ne marche pas sur la vipère seule ? [résolu]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › North Side :: Wrigley Hospital-