Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 972
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Ven 20 Mai - 22:21



Feel the pain and pleasure

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Avancer, reculer. Revenir en arrière. Recommencer. Un. Deux. Trois. Tu as couru aux abois. Quatre. Cinq. Six. Dans ton âme à nouveau il s’immisce. Sept. Huit. Neuf. De la meurtrissure de ton talon et de ton sourire tu le laisses veuf. Dix. Onze. Douze… Tu es sagement perdue ici, en douce.

Il savait qu’il la trouverait là. Il savait que perdue entre ces dédales de couloirs, elle serait là. Des jours, des nuits, il n’est pas venu la chercher, ne l’a même pas appelée, sans aucun soucis. Il sait pertinemment ce qu’il s’est passé, et dans sa contrariété il s’est lui-même renfermé. Temporairement, secrètement, jusqu’à agir comme d’habitude, oublier les blessures et ne point faire usage de parjure. En silence il l’a laissé miroiter, s’interroger jusqu’à en devenir frustrée. C’est bien là le jeu qu’il joue, le jeu auquel il se prête lorsqu’à la nuit tombée depuis des heures bien comptées, il s’avance dans l’ombre mains dans les poches, prêt à l’accoster. La Fosse est enfin calme à cette heure, propice pour les bavardages nocturnes à l’abri des oreilles et regards indiscrets. L’on dit que depuis sa mésaventure O’Malley cousin n’est plus le même, carrément lobotomisé à ce qu’il parait. Information intéressante tant il a ce type en horreur. En horreur… Peut-être ne faut-il pas exagérer, mais il ne peut tout de même pas le regarder sans sentir ses poils se hérisser. Comment diable sa Brooklyn a-t-elle pu s’enticher de son propre cousin ? Et surtout, qu’est-ce qu’elle peut bien lui trouver ? Jalousie. Non, ce n’est pas son genre du tout, au pire des cas il passe à autre chose, mais rancunier ? Sans doute un peu en ce qui la concerne, quand bien même il finisse toujours par s’élever au-dessus de ses petites contrariétés.

La nuit est tombée depuis plusieurs heures et le silence qui règne en ces lieux est tout aussi salvateur que la poudre qu’il pourrait bien consommer s’il daignait rentrer chez lui. Pour autant, il le sait, il ne rentrera pas, pas maintenant, peut-être même pas ce soir. La silhouette à la chevelure dorée se déplace à quelques mètres devant lui, et tourne le dos. Bien. C’est tel un chat qu’il prend un couloir et vire à droite, passant à l’étage juste au-dessus pour venir s’asseoir, les pieds balançant dans le vide et la vision en contrebas lui offrant cette même silhouette qu’il recherche. L’effet de surprise, il ne l’aura probablement pas, ou peut-être bien que si. Le seul son qui trouble ce silence salvateur est celui du zippo qu’il fait claquer contre son pouce. La flamme qui s’en échappe vient trouver la cigarette sur laquelle il tire déjà et dont la fumée se met alors à s’évaporer dans les airs. Remettant l’objet dans sa poche, il y laisse sa main et murmure enfin à son attention d’un air nonchalant.

« Depuis quand tu ne prends même pas la peine d’essayer de me voir, Blondie ? »  

Il sait qu’elle n’essaye pas car il lui a lui-même inculqué ça, mais fût un temps où elle avait justement… Essayé. Au fond, c’est toujours flatteur de se sentir être désiré, mais dans le cas de Ryder, ce n’était pas souvent le cas. Il le lui a fait comprendre, et ce soir, il ne fait que jouer avec elle. De la fumée s’échappe d’entre ses lèvres tandis qu’il prend une autre bouffée juste derrière, sereinement. Il n’y a pas lieu de se presser, il est plus ou moins le maître de ces lieux, il en est responsable. En tant que tel, s’il souhaite rester ici toute la nuit il le peut, il en a l’autorisation, ce qui n’est pas forcément le cas de Brooklyn. Du haut de son piédestal il finit par descendre et atterri juste devant elle.

« Ca a l’air de te gêner encore. ». Son talon. Il ne mentionne que ce qu’il constate, et ce qu’il a constaté c’est qu’elle n’est pas encore tout à fait remis, du moins à son goût. Au fond, ce détail l’agace mais la jeune femme n’a récolté que ce qu’elle a semé. Qui plus est, alcoolisée… Les informations n’avaient pas manqué de revenir jusqu’à ses oreilles.

Voilà sans doute pourquoi il arbore cette mine renfrognée qui ne le quitte pas d’une semelle, tantôt enjôleur tantôt renfermé. Ce sale côté il sait parfaitement le cacher aux yeux du monde, ni vu ni connu, toujours jovial, presque parfois excentrique, tenace mais juste ce qu’il faut. Jamais vraiment violent. Jamais… En public. Malgré tout il ne rentre pas dans la case des hommes battant leurs compagnes, ça non, de plus, on ne peut pas vraiment dire qu’ils soient tous deux « en couple ». C’est bien plus compliqué que ce qu’il n’y parait, et encore une fois, aux yeux du monde, il n’y parait rien du tout.

« Je ne t’ai donc pas manqué ? ».

Rusé, il s’est avancé après avoir écrasé sa cigarette contre l’un des murs pour mieux venir lui murmurer ces quelques mots à l’oreille, plus malicieux que jamais, un fin sourire collé à ses lèvres. Puis il a reculé.

Avancer, reculer. Revenir en arrière. Recommencer. Un. Deux. Trois. Tu as couru aux abois. Quatre. Cinq. Six. Dans ton âme à nouveau je m’immisce. Sept. Huit. Neuf. De la meurtrissure de ton talon et de ton sourire tu l’as enfin laissé veuf. Dix. Onze. Douze, entre mes griffes tu y es perdue, en douce.


Dernière édition par J. Ryder Storm le Mar 14 Juin - 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4779
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Jeu 26 Mai - 11:48

Give up your heart left broken And let that mistake pass on. ft. Ryder & Brooklyn
Devoir attendre la fin de la journée pour venir s’entrainer dans sa propre salle, voilà ce qui était peut-être le plus dur pour Brooklyn. Elle était entraineur, elle avait le destin de la jeune génération entre ses mains lorsqu’elle leur apprenait les rudiments du combat, lorsqu’elle forgeait leurs esprits pour faire face à n’importe quel adversaire. Et pourtant telle une paria, elle devait désormais attendre que tout le monde s’en aille pour pouvoir paraître entre ces murs qu’elle connaissait pourtant par cœur. Sa blessure se remettait doucement mais la lançait encore par moment et tant qu’elle n’aurait pas soigné cela et fait amende honorable, elle n’avait plus le droit de paraître à la Fosse. Une véritable épreuve pour cette fleur qui avait éclot comme jamais au milieu des coups et de la sueur. C’était pour cela que certains soirs, elle s’y glissait pour toucher les tapis, envoyer quelques couteaux dans les cibles ou encore taper un peu dans un sac. Elle avait déjà de la chance qu’après son esclandre sur le toit, on ne l’ait pas directement jeté chez les Sans-Faction et il était hors de question que la blessure infligé par Salem détruise autre chose que son cœur.

Aussi la blonde s’était-elle forcer à marcher sans boitillement, avait continué de maintenir un minimum son corps, rongeant son frein jusqu’au moment où elle pourrait retrouver sa position au sein de sa famille. Mais elle avait beau arborer sa magnifique armure de glace et d’insensibilité, cette attente la rendait folle. Lyn se sentait un animal en cage, elle tournait en rond et devait lutter en permanence contre la soif et le désespoir. Une bataille qui lui demandait beaucoup d’énergie, bien plus que de se forcer à marcher malgré son talon abimé. Tous les jours, elle regardait cette maudite bouteille de whisky pleine qui la narguait peu importe qu’elle soit sur la table ou dans la poubelle. Et la demoiselle ne parvenait même pas à la jeter définitivement. Elle avait l’idée idiote que résister à la tentation en l’ayant sous le nez était une plus grande victoire que de résister à une chose invisible. Elle avait également poussé le vice à ne demander aucun antidouleur pour son pied. Cela aurait été faire plaisir à Salem qui non content de lui tirer dessus lui avait servi deux seringues rempli de mort pour qu’elle disparaisse définitivement de sa vie.

Brook n’avait plus qu’un trou à la place du cœur depuis lors, mais elle souhaitait tout de même remonter la pente. Lui prouver qu’il avait tort de l’abandonner, qu’elle n’allait pas mourir juste pour le contredire, qu’elle pouvait s’élever et lui montrer qu’elle existait même sans lui. Un mensonge, une façade bien sûr mais si elle mettait suffisamment de volonté à le faire croire au reste du monde, elle pourrait peut-être s’en convaincre elle aussi et retrouver la vie qu’elle possédait avant de le recroiser il y avait de cela quelques mois. Ses doigts frôlant la table des couteaux elle soupira en repensant à toutes les erreurs qu’elle avait commises. Elle pourrait probablement écrire un livre sur le sujet mais pour le moment, elle devait regagner ses quartiers avant d’être prise ici. Lentement, elle tourna les talons et repartie dans le dédale des couloirs de la Fosse pour retrouver ses appartements. Consciente de l’ombre qui la surplombait, l’Audacieuse, l’ignora, en gardant son regard bien ancré dans le sol, espérant pouvoir passer inaperçu, espérant disparaître dans un trou de souris avant que cette personne, qui quelle soit, ne puisse aller la dénoncer à ses supérieurs.

Un briquet qui craque. Brooklyn eut envie d’accéléré le pas pour aller se terrer chez elle mais la voix qui suivi, lui fit plutôt lever la tête. Ryder était bien la dernière personne qu’elle s’attendait à croiser après ses tribulations et il lui était impossible de répondre en public à pourquoi elle n’avait pas cherché à le voir. Parce qu’il lui avait inculqué dès le début qu’elle ne serait pas la demandeuse de cette relation. C’était lui qui tenait les rênes, qui décidait de où, quand et comment. Il lui avait pourtant fallu quelques corrections pour que cela rentre dans sa tête. Et alors qu’elle n’avait plus le droit d’entrainer les prospects, il lui avait été tout aussi évident qu’elle avait perdu ses privilèges auprès de lui. Aussi elle le regarda sans trop comprendre pourquoi il posait la question. Sans surprise, il se contenta de tirer sur sa cigarette comme si elle n’était pas là avant de sauter juste devant elle. Lyn eut un léger mouvement de recule qui titilla légèrement sa blessure lui donnant un air peu assuré. Oui cela lui faisait encore mal parfois, même si elle ignorait la douleur du mieux qu’elle pouvait.

Un léger frisson la parcouru en sentant son corps si proche du sien et son souffle dans son oreille. Il n’était pas l’homme qui tenait son cœur entre ses mains, il savait très bien sur quels boutons appuyer pour lui faire de l’effet, ce qu’elle ne comprenait pas toujours d’ailleurs. Pour Brooklyn, il était au départ un moyen de se sentir vivante, avoir mal, avoir quelqu’un volontaire pour lui donner la douleur qu’elle réclamait sans que cela ne change leur relation, sans qu’il n’y ait de sens cacher dans ses gestes. Avec lui, Brooke trouvait finalement la douleur physique qu’elle ressentait à l’intérieur, un moyen d’exprimer ses souffrances sans être jugée pour cela. Ce que lui en retirait, elle n’aurait su le dire exactement mais alors qu’il reculait déjà, la blonde utilisa ses réflexes pour se saisir de son tee-shirt. « Bien sûr que si… » Murmura-t-elle à son tour. Comment aurait-il pu ne pas lui manquer alors qu’elle souffrait plus que jamais sans pouvoir l’extériorisé autrement que dans l’oubli offert par les paradis artificiels. Mais elle était aussi consciente que ses actions passées faisaient d’elle une personne indigne de l’intérêt de Ryder.

« J’ai…besoin de toi. » Continua-t-elle en se mordant légèrement la lèvre inférieure. Il se montrait souvent indifférent mais Lyn savait qu’il aimait la voir ramper à ses pieds. Littéralement et au sens figuré. Si elle voulait obtenir quoi que ce soit de lui l’Audacieuse avait deux méthodes à sa disposition. Le supplier avec suffisamment de ferveur, comme celle que l’on offrirait au Christ en espérant sa miséricorde, ou alors tenter de s’extirper à son joug. Se rebeller lui accordait toujours un châtiment qui en valait la peine. Toutefois, la dernière fois qu’elle avait tenté cela avec quelqu’un les choses n’avaient pas tournées comme elle l’aurait voulu, aussi cette-ci se contenterait-elle de jouer son rôle de soumise dans leur relation de dominance. « J’ai été…mauvaise…oui, j’ai fait tellement de bêtises, si tu savais comme je regrette. » Lyn retint un sanglot pour ne pas craquer devant lui et surtout dans un endroit où n’importe qui pourrait les voir mais elle espérait maintenant qu’il était là pour lui asséner un peu de bon sens et non seulement pour la tenter avec ce qu’il était en mesure de lui donner pour tout ce qu’elle avait fait ces derniers temps.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 972
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Dim 29 Mai - 22:15



Feel the pain and pleasure

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Il y a dans ton regard ce désir qui ne ment pas. Mais je ne veux pas te le donner. Il y a dans ton regard cette souffrance qui ne ment pas. Mais je ne veux pas te la retirer. Ô diablesse aux yeux d’argents. Traitresse de mon temps, ne vois-tu pas l’erreur commise ? Ne comprends-tu pas ces vagues qui agitent la mer de nos tumultes infernaux ? Il y a dans ton regard ce désir qui ne ment pas. Mais je ne peux te l’accorder. Il y a dans ton regard cette souffrance qui ne ment pas. Mais je ne veux définitivement pas te la retirer. Donne-moi une bonne raison de me faire samaritain de ton destin. Donne-moi une raison qui n’aille pas à l’encontre de ma propre désillusion. Car sans raison aucune alors, je n’aurai d’autre choix que de te faire du tort.

Il ignore pourquoi elle s’accroche à un fantôme perdu. Il ignore pourquoi elle continue secrètement d’espérer qu’un jour l’auteur de son talon d’Achille deviendra plus qu’une maudite faiblesse. Tout cela n’a pas de sens à ses yeux, elle qui pourrait tout obtenir sans même avoir à demander se laissait être trainée en peinture aux Enfers comme un vulgaire morceau de chair humaine. Si O’Malley n’avait pas été amnésique, jamais il n’aurait pu profiter de la situation pour espérer se venger d’une quelconque manière. Pourquoi le faire d’ailleurs ? Ryder n’en sait rien, ce serait juste un moyen de se défouler comme un autre. Prouver à cette femme à la souffrance évidente que l’autre n’est rien qu’un simple chiffon bon pour la déchiqueteuse. Qu’il ne dispose pas de ce si grand pouvoir qu’elle semble lui donner, pouvoir dont elle semble l’honorer constamment. Même après tout ce qu’il s’est passé. Ca se lit dans son regard et se lit dans son âme. Elle n’arrive pas à l’oublier. Il a beau savoir tout ça, le responsable de la Fosse se trouve bel et bien là. D’un simple geste, la cigarette vient s’écraser contre le mur avant d’être jeté dans le fossé où au moins une fois dans sa vie, chaque âme qui vive a un jour pensé à se jeter dans le vide. De son air impassible il la toise, vulgaire joueur, faussement enjôleur. Il la tient entre ses griffes, la pique sans cesse au vif. Il use de ce pouvoir grandissant qu’il détient tristement la majeure partie du temps. L’on pourrait penser son âme creuse, vide de tous sens, mais James de son si gentillet prénom, est tellement plus que cela. Il est la douceur et l’aigreur, le malheur et le bonheur. Il est glace et feu, autant que faire se peut. Il peut décontenancer et fasciner. Il n’y a pas à dire, quel être compliqué.

De son absence, Ryder en use et en abuse, de son silence il en fait sa meilleure arme contre l’indifférence. Il sait ses faiblesses et ce qu’il lui a inculqué, ses maladresses et ses envies non divulguées. Il sait qu’elle le sait. Alors avec les mots il joue, se fait l’avocat du diable et diaboliquement se rapproche. Des semaines qu’il ne l’a pas touché, ni ne l’a fait appeler. Quel gâchis cette idiotie et cette convalescence qui l’a poussé à avoir cette fameuse indifférence. Au fond, il s’en fiche, fait planer ce mystère sur sa propre personne mais il ne peut nier cette attraction qu’il a pour sa soumission et cette irrépressible besoin qu’elle semble avoir chaque fois qu’il déserte de son sillage. D’un simple murmure au creux de son oreille, il souhaite sous-entendre monts et merveilles, mais déjà sans attendre il recule, tout juste retenu par ce réflexe qu’elle parait avoir conservé. Tout espoir n’en est peut-être pas perdu. Silencieux, il le reste, la laissant essayer de le persuader que tout ceci n’est point surfait. D’un regard en coin l’audacieux note chacune de ses réactions et de son attitude, mais pendant qu’elle se lance dans des murmures plus lents, sa main est déjà venue se poser sur la sienne pour lui faire lâcher ce morceau de tissu qu’il porte. Elle l’a retenu une fois, pas deux. Et ce sont sur ses derniers aveux qu’enfin il remet cette distance avec laquelle il s’amuse. La voir ramper n’est qu’un premier jet. Le sourire qu’il arbore en revanche est non feint mais rapidement il disparait pour laisser place à cet air faussement inquiet, car dans le fond Ryder n’est rien de plus que contrarié. Agacé. Ne l’avait-il donc pas prévenu enfin ?

C’est d’un air tout aussi nonchalant et indifférent qu’il s’adosse sur le mur de ce fameux couloir vide et sombre de la Fosse, son briquet claquant entre ses doigts, laissant s’échapper la flamme qui vient illuminer ses opalines inlassablement.

« Regretter ne sert à rien Brooklyn, le mal est déjà fait. ». Ses prunelles se relèvent juste assez pour ne pas la quitter du regard tandis qu’il s’avance à nouveau vers elle d’un pas lent. « Preuve en est, tu es toujours suspendue avec un talon bousillé. J’ai perdu en effectif et je ne sais toujours pas quand est-ce que tu pourras reprendre le travail et tout ça pour quoi ? Pour une bouteille d’alcool et des espoirs vains en un amour qui n’aura jamais lieu ? ». Il soupire. « Tu sais pertinemment que tu vaux mieux que ça. ». Sous-entendu je t’avais déjà prévenu mais tu n’as rien écouté. C’est le responsable de la Fosse qui parle, en partie, phrases détournées pour toutes oreilles qui souhaiteraient prêter attention à leur conversation carabinée.

Quand finalement il peut à nouveau plonger ses éclairées dans les siennes, avec une maigre barrière les séparant, Ryder vient délicatement attraper la mâchoire de la jeune femme entre ses doigts et lui sourit comme le plus charmant des maris. Avec lenteur il la tire jusque dans la noirceur de ce couloir, parfaitement à l’abri. Les rôles s’inverses c’est au tour du dos féminin de venir rencontrer la froideur du mur abyssal. Les sanglots qui menacent, il les devine, la peine au ventre qui menace de sortir, il la sent. « Il n’est que mensonge et désolation. Que souffrance et désillusion, quand le comprendras-tu ? L’as-tu seulement compris cette fois Brooklyn ? ». La paume de sa main vient se poser à côté de la chevelure dorée, et il se trouve à présent si proche de son visage que le souffle de chacun de ses mots ricoche avec douceur sur sa peau de satin et de chagrin. « Jamais il ne te donnera ce que tu désires. Il n’est rien de plus que l’origine de ton martyr. Comptes-tu le laisser gagner là où d’autres pourraient… Tout t’apporter ? ». Il joue et s’amuse, use de désinvolture. Alors seulement son visage du sien se rapproche, leurs lèvres se touchent presque, se frôlent mais jamais ses opalines ne se séparent de celles de Lyn. « Dis-moi donc ce que tu veux. ». Fais tomber les masques de tes souhaits pernicieux les plus mystérieux. De quoi as-tu besoin Brooklyn ? Un murmure lancé parmi les cieux là où tout ce qui se trame n’est rien de plus que son propre jeu.

Il y a dans ton regard ce désir qui ne ment pas. Mais je ne veux pas te le donner. Il y a dans ton regard cette souffrance qui ne ment pas. Mais je ne veux pas te la retirer. Ô diablesse aux yeux d’argents. Traitresse de mon temps, ne vois-tu pas l’erreur commise ? Donne-moi une bonne raison de me faire samaritain de ton destin. Car sans raison aucune alors, je n’aurai d’autre choix que de te faire du tort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4779
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Mar 7 Juin - 17:00

Give up your heart left broken And let that mistake pass on. ft. Ryder & Brooklyn
Brooklyn s’était senti quelque peu rejetée lorsque pendant qu’elle s’épanchait, Ryder avait jugé bon retirer la main qu’elle avait agrippée à son tee-shirt. Dans un sens c’était normal, elle n’allait pas le charmer du premier, mais cela n’empêchait pas la douleur de monter pour autant. Ramper encore et toujours devant lui et surtout toujours plus bas. C’était ainsi qu’ils fonctionnaient la majorité du temps et cela lui convenait. Il était une sorte de pénitence et elle devait se montrer humble et repentie devant lui pour obtenir sa grâce. Elle ignorait la jalousie qu’il pouvait porter à Salem qu’elle déifiait sans problème, mais eu-t-elle était au courant, la blonde aurait pu lui démontrer qu’il bénéficiait du même traitement. Et peut-être même de plus car il était finalement celui vers qui elle revenait sans cesse. Mais pour le moment, elle devait encore prouver qu’il n’avait pas fait le déplacement pour rien et elle tenta de lui faire comprendre à quel point elle s’en voulait de toutes ses actions passées.

Malheureusement pour la demoiselle, il en fallait plus pour attendrir le responsable de la Fosse. D’ailleurs elle n’avait pas réellement cherché à le faire. Elle cherchait à tâtons, la clé d’entrée dans ce monde qui ne leur appartenait qu’à eux deux. Un monde d’amour pervers où le plaisir et la souffrance ce mêlait dans un tourbillon indissociable. Un monde que peu de gens pouvaient comprendre et qui pourtant appartenait si bien à la réalité dans laquelle ils évoluaient tous, tous les jours. Nonchalamment adosser au mur et jouant avec son briquet, il la toisait, le juge préparant son verdict. Il était lui aussi un des marionnettistes de sa vie, mais s’en rendait-il seulement compte ?! Elle qui se targuait de son caractère fort et indépendant était en fait l’esclave de ses sentiments le plus tumultueux. Elle ne maitrisait rien. Il était si aisé de laisser les autres gouverner sa vie si on savait si soumettre. Et force était de constaté que Lyn excellait dans cette catégorie.

La preuve en était qu’elle avait suivi ses instinct dernièrement et cela l’avait mené à ruiner à jamais sa relation avec Salem qu’elle continuait malgré la morale à aimer plus que tout au monde. Cela l’avait conduite à agir de façon insensée, à risquer sa vie et perdre son job en conséquence, à perdre ses capacités physiques et tant de choses qui lui tenaient à cœur. Cela l’avait même conduite au délit avec Gray, une autre aberration morale à suspendre avec ses autres trophées de dépravation. Toujours ferme dans ses propos, Ryder lui rappela froidement qu’elle ne pouvait pas revenir en arrière et quelle était exactement sa situation. Soit l’inverse de reluisante. Elle ne tenait son isolement qu’à l’affection qu’il pouvait lui porter. Si le mot pouvait résumer ce que son supérieur ressentait réellement à son égard. Surement n’avait-il pas eu envie de reprendre à zéro avec un autre punchingball. Mais valait-elle véritablement mieux que cela ?!

D’instinct, sa réponse aurait été négative. On n’a que ce que l’on mérite, disait le dicton et Brook ne pensait pas déroger à la règle. Elle aimait son cousin dont elle ne parlait d’ailleurs plus en ce terme, elle l’aimait comme un homme et non un membre de sa famille. Une luxure punie comme il se devait bien que ses sentiments persistaient. L’Audacieuse les exacerbait même plutôt que de les atténuer, de les supprimer. Elle aurait pu lui rendre son soupire mais la jeune femme se contenta de le regarder avancer vers elle, ses yeux emprisonnés dans les siens. Elle n’exprima qu’un léger cri de surprise quand James s’empara de sa mâchoire pour qu’elle ne puisse en aucun cas se dérober à lui ou son regard. Puis comme pour donner vie à ce qu’il faisait d’ordinaire spirituellement, il la tira vers les ténèbres pour lui cracher du venin à la figure. Bien sûr qu’elle le savait, Salem ne lui apportait que chagrin et douleur mais c’était toujours mieux que de ne rien avoir de sa part, ne pas faire partie de sa vie.

Il avait voulu la voir mourir mais il n’avait eu qu’à s’éloigner d’elle sur le toit en la laissant là à son sort avec la police et l’ambulance pour la tuer. Pour autant tout ce qu’elle eut envie de répondre était qu’il la ferme. Elle ne voulait pas entendre la vérité, elle voulait juste qu’il arrête de parler de lui. Brooklyn garda cependant le silence, le laissant s’approcher encore plus, emprisonnant cette fois son corps. Elle était si proche d’obtenir ce qu’elle voulait de lui, ce qu’elle attendait depuis des semaines que son ivresse l’avait poussée à la faute. Et Ryder continuait de viser juste. Oui elle était une martyr mais elle se complaisait dans ce rôle, elle devait souffrir pour expier ses pêchers, il ne pouvait en être autrement et il n’y avait personne de mieux que Salem pour lui apporter cela, même si elle avait déjà tenter de profiter de sa nouvelle situation d’amnésique. Pour peu elle se dégouterait elle-même.

Mais c’était déjà un peu le cas. Fille de Lucifer, seul l’Enfer l’attendrait jamais et elle pouvait tenter encore de lutter ou bien elle pouvait embrasser son destin maintenant et se complaire dans son vice. Doucement il effleura ses lèvres en lui demandant ce qu’elle voulait vraiment. Brook le savait très bien, elle avait peut-être confuse et perdu, jamais la lumière dans sa nuit n’avait changé, jamais son phare n’avait pris d’autre nom que celui de Salem. Mais si c’était cela sa réponse, elle jouerait alors une main de poker. « Je…je veux….je » Balbutia Lyn doucement, tout de même déconcentrée par la proximité de son supérieure et la tension sexuelle qu’elle avait senti monter entre eux à son contact. Cependant, elle se gonfla de fierté et d’orgueil pour achever sa phrase. « Je veux que tu sois Salem. » Sa voix n’était plus hésitante mais ferme malgré le faible volume pour ne pas relever leur présence. Lyn désirait beaucoup de chose en réalité mais ce qu’elle désirait plus que tout aurait été que les deux hommes qui régentaient sa vie ne soit qu’un.

« Je veux que tu m’aimes. » Continua-t-elle sur le même ton sûr d’elle-même mais sans s’adresser réellement à Ryder dans cette phrase. « Je veux compter pour toi et sentir quelque chose même si c’est de la douleur. Je suis un fantôme depuis si longtemps que je ferai n’importe quoi pour me sentir vivante ne serait-ce qu’une seconde. » Brook avait enchainé, continuant d’adresser ses désirs sans que l’interlocuteur ne puisse être défini. Elle parlait à cœur ouvert, lâchant tout ce qu’elle ruminait depuis des mois sans jamais trouver une autre oreille que les siennes ou les murs de ses quartiers. Elle était montée si haut pour redescendre encore plus bas que son point de départ alors tout était bon pour retrouver la lumière du jour, même si cela devait lui bruler la peau ou les yeux trop habituer à l’obscurité. Une fois, juste une dernier fois, elle voulait goûter à la joie de vivre. « Je veux exister. » Termina-t-elle.

Les sanglots étaient revenus sur cette dernière phrase parce qu’il s’agissait là de la plus grande peur de sa vie. L’isolement et la solitude consistaient en ses seuls compagnons ces derniers temps et plus les jours passaient et plus elle se sentait sombrer seule. Loin des yeux, loin du cœur, cela n’avait jamais été aussi vrai pour la blonde qui sentait, malgré l’absence symptomatique de son organe vital, qu’il cessait doucement de battre. Qu’elle le veuille ou non, qu’elle se batte pour prouver qu’elle était encore en vie ou qu’elle cesse le combat, les palpitations se faisaient plus faibles et elle craignait qu’un jour elle s’éteigne dans l’ignorance le plus totale. Ce qu’elle voulait surtout c’était de ne plus être seule.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 972
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Dim 12 Juin - 11:15



Feel the pain and pleasure

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Dans le noir, les ténèbres, l’obscurité. Tu es juste perdue entre deux car tu ne peux dire une chose pareille. Tu ne peux me demander une telle chose, toi qui sait, toi qui ose. Le noir, les ténèbres, l’obscurité. C’est en eux que tu aimes y vouer ta destinée. Ne vois-tu pas là, toute la sincérité qui émane de moi ? Prêt à te donner ce que tu souhaites, mais il y a fallu que tu fasses une demande des plus abjectes. Plus fort que toi, c’est plus fort que toi. Mais quand comprendras-tu enfin ?

Dans les ténèbres, il l’a attiré, reculant dans les plus pleines obscurités de ces couloirs étriqués. Mâchoire entre ses doigts, il ne peut que la scruter et elle ne peut que faire de même. Tout cela n’est qu’un jeu dont il use et abuse. Il se fait bourreau pour essayer de la sauver de tous ses maux, mais l’audacieuse s’enfonce, un peu plus se noie, dans les abysses de son éternel amour qui ne lui apportera jamais plus que désarroi. Ce n’est pas faute de le lui redire, de lui faire mal, trouver les mots qu’il faut pour espérer réveiller en elle cette force dont elle dispose. Ryder l’a senti, dès le premier jour, cette force intérieure sagement tapie. Il l’a senti mais Brooklyn ne souhaite que désolation et mort puisqu’elle ne peut obtenir ce qu’elle désire. Alors, dans toute cette noirceur, il essaye parfois de se faire lueur, puisqu’au fond, il n’est en rien un être empli des terreurs des bas-fonds. Il peut être cette lueur, pleine d’ardeur et dépourvue d’aigreur, mais Lyn ne l’entend pas, Lyn ne l’écoute pas. Mieux encore elle ose, s’interpose. Qu’est-ce que tu veux ? C’est là toute la question qu’il lui pose, fin sourire aux lèvres mais le regard azur au bord du gouffre, perdu dans le sien, espérant qu’elle choisisse le bon chemin. Mais tout ça c’était que du baratin. A peine ses mots franchissent le seuil de ses lèvres que le responsable de la Fosse sent sa propre mâchoire se crisper et ses doigts se resserrer sur la sienne. Dos contre le mur, elle est juste dos contre le mur, coincée dans ce carcan qui est sien, ce corps de pantin qu’elle laisse glisser sur son chemin.

Je veux que tu sois Salem.

Elle ose.
Ryder fronce instantanément les sourcils mais il ne dit rien. Pas tout de suite. Il la laisse continuer car elle a visiblement des choses à dire. Jusqu’au bout, il écoute. Jusqu’aux sanglots qui le dégoûtent. Elle n’écoutera donc jamais.

Alors il se rapproche un peu plus près encore, se serre contre son corps et resserre sa prise sur la mâchoire de la blonde. Il est si près et pourtant si loin subitement.

« Je ne suis pas et ne serai jamais, Salem. ». Il accentue chaque mot, chaque syllabe dans un murmure si sec qu’il pourrait faire trembler le sol de ce couloir plongé dans l’obscurité et à l’abri des regards. Puis, sans crier gare il se détache et lâche sa prise d’un coup tout aussi sec, passe une main dans ses cheveux bruns et commence déjà à passer son chemin. « Tout ce que tu veux n’est rien de plus qu’un fantôme Brooklyn. Tu n’existeras jamais tant que tu lui courras après. ». Il peut tellement être plus pour elle, il pourrait accepter tous les défis, lui donner toute la douleur qu’elle souhaite pour oublier, s’oublier juste un instant, plusieurs moments d’affilés, mais tout ce qu’elle veut, elle, c’est Salem. Il n’est pas Salem et ne voudrait l’être pour rien au monde, il est lui et c’est déjà bien assez. Ca devrait même être suffisant, et si elle souhaitait pouvoir exister réellement ce soir, il lui faudrait faire véritablement mieux que ça. Puisque contrarié et vexé, il l’est. Et lentement il s’éloigne dans l’ombre de ce couloir. C’est à elle que revient le drastique choix : le rattraper ou l’oublier. Il ne veut pas être pour elle ce fantôme du passé qu’elle cherche si désespérément à attraper au vol. Il ne veut pas d’elle qu’elle l’imagine être cet autre à la toison d’or qu’il rêverait, de ce fait, de couper et de brûler. Maudit soit-il et maudit soit-elle, de vouloir avec lui un lien qui ne pourra jamais exister. Un lien couvert de péchés. Alors il s’en va, le responsable de la Fosse, entame la marche vers ses quartiers, reprenant déjà une cigarette entre ses doigts. Il aurait pu tout lui donner ce soir, il le pourrait encore, si seulement elle fait un effort. Le briquet craque, éclaire ses traits le temps d’un court instant tandis que de la fumée bientôt s’échappe à nouveau dans les airs. Lyn le sent forcément, que c’est maintenant ou jamais. Le risque de tant vouloir Salem en vaut-il la chandelle ? Dis-le moi seulement Brook ?

Dans le noir, les ténèbres, l’obscurité. Tu es juste perdue entre deux car tu ne peux dire une chose pareille. Tu ne peux me demander une telle chose, toi qui sait, toi qui ose. Le noir, les ténèbres, l’obscurité. C’est en eux que tu aimes y vouer ta destinée. Ne vois-tu pas là, toute la sincérité qui émane de moi ? Prêt à te donner ce que tu souhaites, mais il y a fallu que tu fasses une demande des plus abjectes. Plus fort que toi, c’est plus fort que toi. Mais comprendras-tu seulement, enfin, avant que je ne passe définitivement mon chemin ?


Dernière édition par J. Ryder Storm le Mar 14 Juin - 14:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4779
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Mar 14 Juin - 13:36

Give up your heart left broken And let that mistake pass on. ft. Ryder & Brooklyn
Évidemment sa réponse ne lui avait pas plu. Et comme si le regard de Ryder ne suffisait pas à le lui prouver la pression qu’il exerça en plus sur sa mâchoire, lui faisant cette fois mal, acheva de lui faire comprendre qu’elle n’avait pas prononcé les mots qu’il espérait. Cependant, comment avait-il pu espérer entendre quoi que ce soit d’autre ?! Il connaissait par cœur les sentiments qui animaient Brooke, et il savait qu’elle était venu à lui parce qu’elle poursuivait Salem sans succès. Elle était venue chercher auprès de lui la souffrance physique et concrète que le blond lui inspirait et que seul le responsable de la Fosse savait comment donner vie. Une simple séance d’entrainement qu’elle avait conclu par un baiser après qu’il lui eut collé la raclée de sa vie. Une correction qui pour une raison obscure avait fait monter en elle le désir et l’excitation. Un soulagement à sa frustration qu’elle était revenue chercher auprès de lui.

Doucement et articulant bien pour enfoncer le pieu dans son âme, il annonça qu’il ne serait jamais Salem, ni même son remplaçant dans ce sens qu’il n’assumerait pas son rôle dans la vie de Lyn. Elle ne pouvait pas lui en vouloir pour cela et c’était même rassurant car elle ne voulait pas d’un deuxième O’Malley, elle ne voulait de son supérieur que ce qu’elle lui demandait depuis toujours, de la douleur. Pour autant elle ne lui demandait pas de lui faire la morale ou d’étaler la vérité sous ses yeux. La jeune femme savait très bien qu’elle courait après une illusion qui ne lui rendrait jamais quoi que ce soit que de l’ignorance ou au mieux du mépris, mais elle n’arrivait pas encore à freiner sa course vers les ténèbres. Elle ignorait comment le faire, comme revenir en arrière et même si c’était possible. Et de toute façon pour le moment elle n’en avait aucune envie.

Brooklyn voulait juste remonter un minimum la pente sans avoir à guérir de la maladie qui lui rongeait le cœur. Elle voulait retrouver sa vie d’à peine quelques mois auparavant. Quand elle savait vivre sans Salem, quand elle savait enfouir ses sentiments au plus profond de son cœur et apprécier chaque jours les petites choses de la vie. Elle se sentait présentement incapable de faire taire son amour pour lui mais voulait juste être capable de vivre avec sans se laisser entrainer dans une spirale infernale. Et la seule solution qu’elle connaissait à ce problème se trouvait face à elle et s’éloignait déjà dans le couloir sombre. La blonde avait lamentablement échoué. Elle lui avait dit la vérité, elle lui avait dit ce qu’elle pensait mais plutôt que de lui donner envie de la corriger, il l’abandonnait à son tour. Ce n’était pas possible, pas lui aussi. Cela ne pouvait pas se passer comme ça.

Ravalant un sanglot, Lyn s’appuya sur le mur pour se redresser un peu mieux et pousser pour s’élancer à sa poursuite avant qu’il ne retrouve la lumière artificielle du couloir. Plus surement et des deux mains cette fois, l’Audacieuse s’empara du bras de Ryder pour le retenir. « Non ! Non ! Non ! Tu n’as pas le droit de me laisser ! Tu ne vois pas que je c’est après toi que je cours, littéralement. » Son ton était légèrement monté mais toujours sans être suffisamment fort pour révéler leur présence. Il n’avait pas le droit d’être en colère pour avoir obtenu la vérité. D’autant qu’elle ne lui avait jamais rien caché des sentiments qui l’animaient pour Salem, ni pour lui-même si elle n’aurait sûr les définir. « Je t’en prie Ride…j’ai besoin de toi. Je deviens folle à ne rien faire de mes journées. Juste ruminer ce qui ne va pas chez moi ou dans ma vie et pour mettre fin à tout ça j’attends juste un signe de toi. »

Ramper toujours un peu plus et plus bas pour lui plaire, Brooke en était capable. Et c’était la seule chance qui lui restait si elle voulait obtenir quoi que ce soit ce soir. Et quitte à être lancée sur les confessions, alors il entendrait tout ce qu’elle avait à dire. Parce que répondre à la question de ce qu’elle voulait ne pouvait se résumer en quelques mots simplement. « Oui, chaque fois que j’entends un bruit dans le couloir j’espère que c’est toi qui vient enfin me voir ou que tu as envoyé quelqu’un pour me dire que tu m’attends quelque part. » Son corps entier avait commencé à trembler, tout comme sa voix. Il y avait bien longtemps que la jeune femme ne s’était pas confier de la sorte à quelqu’un et c’était déjà une partie de la punition que son responsable était capable de lui infliger. Se mettre sentimentalement à nue devant lui, il n’aurait qu’à décider de son sort, qu’à faire ce qu’il voulait de toutes ses informations.

Resserrant sa prise sur son bras elle planta son regard embué de larme dans le sien. « J’ai tellement besoin de toi en ce moment, plus que jamais…plus que personne. Alors pitié…ne m’abandonne pas…ne me laisse pas toute seule même si je le mérite parce que je t’ai mis en colère…mais je ne t’ai jamais caché que j’aimais Salem, je ne vais pas commencer maintenant, mais tu sais aussi que sans toi…je ne survivrai pas. » Qu’avait-il besoin de se comparer au blond quand il avait tout autant de pouvoir sur elle ?! Brooklyn espérait simplement qu’elle s’avilissait suffisamment pour lui plaire et pour obtenir ses faveurs. Car après cela, elle ne saurait pas quoi faire de plus pour le supplier de lui accorder la moindre peine salvatrice, pour obtenir d’exister pendant quelques heures cette nuit sous ses tortures. « Pitié… » Rajouta-t-elle dans le plus silencieux des murmures sans jamais relâcher son regard de ses azurs si froides.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 972
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Mar 14 Juin - 20:55



Feel the pain and pleasure

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Que veux-tu ? Juste dis-le moi, que veux-tu ? Oh tu te sens si perdue. Mais que veux-tu ?

Il le porte à ses lèvres, le bâton de la mort, en tire déjà une bouffée quand sans prévenir de son bras elle vient s’emparer. Piqué à vif, le responsable de la Fosse nullement ne se retourne au premier abord, ce n’est qu’aux premiers mots, qu’aux premières exclamations qu’il daigne se tourner de moitié vers elle pour la toiser de ses prunelles azures qui ne comptent pas redevenir si frivoles et légères. « J’ai tous les droits. ». Il entrecoupe sa phrase, arrogant audacieux tel qu’il est. Ryder ne répond devant rien ni personne, jamais ne s’insurge devant le sexe opposé à moins d’avoir une très bonne raison de le faire. Il n’est pas macho, il n’est pas sexiste, il s’est juste juré de ne jamais finir comme son père. Faible, et lâche. Inlassablement dompté et annihilé. C’est sa manière à lui de se défendre, Ryder, tout avoir sous contrôle. L’avoir plus ou moins sous contrôle, quand ils sont ensemble, car il n’a rien d’un fou, Ryder, il sait pertinemment que lorsque la blonde l’a décidé elle est capable de tout tenter. En silence, il l’écoute, patiemment il s’arrête, ne tirant que quelques bouffées de sa cigarette allumée. Il la regarde frémir, trembler et sangloter sans jamais sourciller. Il n’y a qu’au moment où elle utilise un surnom de circonstance qu’il penche légèrement la tête sur le côté et plisse les yeux, mais cela ne dure qu’un instant et ne le fait pas prendre la parole pour autant. Sagement, il continue de la laisser parler pour mieux se dévoiler jusqu’à ce qu’elle ait terminé.

Les secondes s’écoulent, silencieuses, doucereuses traitresses, et l’audacieux ne bouge pas d’un centimètre. Il tire une nouvelle fois sur sa cigarette et en crache la fumée de l’autre côté avant de replonger ses prunelles dans les siennes. Il peut y lire toute la détresse et les profondeurs de l’abysse qui l’animent. Il peut y lire toutes les horreurs qui meurtrissent son cœur et ne la rendent que douleur. Il est sérieux, lorsqu’il lui dit qu’elle vaut mieux que ça, définitivement sérieux, mais pour l’heure, il fait face à sa propre dualité intérieure. Partir ou rester. Rester ou partir. La laisser dans son agonie serait tellement un impact à la hauteur de sa contrariété, mais au fond, Ryder n’est pas mauvais, il ne veut pas son mal. Au fond. Insatiable, il la fixe le responsable de la Fosse, les mains de la jeune femme serrant toujours son bras. C’est alors qu’il détourne les yeux, inspire une dernière fois la fumée de son bâton rougeoyant et l’envoi s’écraser un peu plus loin sur le sol. Il finirait balayé par le vent jusque dans les bas-fonds de ce gouffre ouvert sur ce couloir désert. Le suspens, il le laisse planer au-dessus de leurs têtes, surtout sa tête, au-dessus de cette tignasse blonde qui tremble et réprime des sanglots évidents. Elle est tellement perdue qu’il ne peut décemment abandonner maintenant. Lentement, Ryder glisse son bras hors de portée des mains de l’entraineuse, il sent la panique mais la réprime d’un simple coup d’œil lorsqu’il s’arrête dans son geste pour bien qu’elle y plonge son regard de cristal et comprenne le message muet qu’il est en train de lui conter : tout ira bien, il n’y a aucune raison d’angoisser. Pour autant il maintient la lourdeur et la tension palpable dans l’air, s’en imprègne et garde son sang-froid, son irrémédiable sérieux glacial. De ses azurs il l’observe quand il se décide enfin à bouger. Une main passe sur le visage de la blonde jusqu’à s’arrêter au niveau de sa nuque, son pouce venant essuyer une larme qui vient tout juste de s’évader de ses cristallins noyés. En silence il déglutit, baisse les yeux sur ces lèvres roses puis revient se perdre dans son regard. Il s’avance et d’un geste mesuré la force à reculer dans les ténèbres qu’il s’apprêtait tout juste à quitter. De la lumière artificielle ils s’en éloignent, il ne partira pas ce soir.

Le dos de l’audacieuse heurte une nouvelle fois le mur mais cette fois-ci c’est avec précipitation qu’elle le rencontre, savamment poussé par celui qu’elle est venue récupérer. Sans attendre un instant de plus, il rapproche son visage du sien, se fait enfin carnassier quand un sourire en coin vient étirer les traits de son visage autrefois contrarié. Son corps est déjà collé contre le sien quand avec ferveur il vient finalement chercher ses lèvres et tire sur l’inférieure. La main posée sur sa nuque remonte lentement jusqu’à venir se saisir de la racine de ses cheveux pour mieux lui faire basculer la tête en arrière et ainsi lui dégager le passage de son cou. Des baisers passionnés sont déposés de la base de son menton jusqu’à sa gorge dont il vient ensuite pincer la fine peau avec ses dents avant de se redresser pour venir pencher son visage à son oreille. « Ne me demande plus jamais d’être quelqu’un que je ne veux pas être. ». Un murmure lancé dans un souffle qui court probablement jusqu’à sa nuque là où sa main la libère de son emprise temporaire. « Tu existeras cette nuit, Lyn. ». Il dépose à nouveau ses lèvres sur les siennes, mains sur les hanches quand soudainement il se recule juste le temps de la tourner face contre le fameux mur de pierre de ce sinueux couloir dissimulé. Sans attendre il revient se coller à elle, mains passant avec ardeur sous son haut et remontant à sa poitrine, menton posé sur son épaule droite. Quelques fines mèches de cheveux virevoltent sous sa respiration mais il ne prononce plus un seul mot dans le silence de la nuit obscure. Que veux-tu. Juste… Dis-le-moi. Tu es si perdue. Que veux-tu. Elles glissent alors vers le sol, ces mains malicieuses et finalement impatientent. Elles glissent, prennent la pente tout droit vers la descente. A la limite du tissu elles s’arrêtent, défont le bouton et abaissent la fermeture à glissière protégeant les contrées qu’il sait qu’elle rêve qu’il vienne y toucher. C’est avec envie qu’elles y tombent, ces mains enjôleuses, l’une s’arrêtant aux abords et l’autre entamant la fatidique descente, et c’est finalement contre lui qu’il l’emprisonne et la cantonne, si elle voulait fuir elle ne le pourrait pas. L’une sagement occupée, la seconde remonte pour mieux en abaisser le tissu et dégager là tout son terrain de jeu. Pendant que les pernicieuses s’agitent, lui, de ses dents il en accapare son oreille, son souffle brûlant venant inlassablement balayer ces quelques mèches blondes qui ne cessent définitivement de virevolter. Que veux-tu Lyn, dis-le-moi. Simplement. Dis-le-moi. Ne veux-tu être que douleur ou simplement sous le joug de l’idéal enjôleur ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4779
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Mer 15 Juin - 17:43

Give up your heart left broken And let that mistake pass on. ft. Ryder & Brooklyn
Son interruption n’avait pas empêché Brooklyn de finir sur sa lancée et de dévoiler encore un peu plus de ses sentiments confus pour son responsable. Ryder représentait beaucoup de chose dans sa vie mais elle n’aurait rien pu définir avec précision, il se fondait dans trop de cas pour répondre à une catégorie de personne. Mais ce qu’elle voulait de lui ce soir-là était qu’il soit son pilier, son roc. Elle avait besoin de lui et d’exister pour lui aussi car être abandonner par tous ceux qui gérait sa vie malgré elle, représentait plus que l’Enfer pour la demoiselle. Elle le supplia donc de lui accorder un peu de souffrance et un peu d’amour mêler pour lui donner la douce illusion qu’elle était en vie. Et pour cela, elle mit tous ses efforts à paraître plus bas que terre, lui seul possédant ce qu’il fallait pour la hisser vers le haut.

Et c’était ce qu’il aimait, cette domination totale et absolue sur sa personne. Mais après son dernier murmure, les secondes s’égrenèrent sans qu’il ne bronche, la laissant ainsi comme suspendu au-dessus du vide. Il resta immobile et silencieux, se contentant de tirer sur sa cigarette, comme s’il prenait le temps de peser le pour et le contre. Comme s’il prenait le temps de juger si elle avait suffisamment fait amende honorable pour lui avoir demandé d’être Salem même si son instinct lui disait qu’elle paierait cette phrase autrement que pas de l’ignorance. Plus il attendait et plus la blonde décida qu’il allait partie et quand il força pour retirer son bras de son étreinte son monde s’écroula. Lyn ignora d’ailleurs avec quelle force elle parvint à rester droite sur ses deux jambes. Ce n’était pas possible, il ne pouvait pas la planter là lui aussi. Il ne pouvait pas la traiter comme le bâton de mort qu’il venait de jeter un peu plus loin, à la merci des éléments, à la merci de la Fosse.

Fusse la détresse qu’il put lire en elle qui arrêta son mouvement, ou avait-il déjà commencé à jouer avec elle, tel le félin, s’amusant avant de dévorer sa proie, elle ne pourrait jamais le dire. Mais avant d’avoir totalement pu lui échapper, il fixa sur elle un regard que l’Audacieuse perçu comme rassurant, presque bienveillant, même s’il s’agissait d’un adjectif qu’elle n’aurait jamais attribué à son supérieur. Le cœur battant à tout rompre elle se perd dans son regard attendant de savoir ce qu’il va désormais faire d’elle. Lentement, le jeune homme vint placer une main sur sa nuque et essuya avec douceur une larme échappée lorsqu’elle avait cru être rejetée. Elle attrapa son poignet et ferma lentement les yeux pour tenter de se calmer et changer l’ambiance devenue pesante par ses confessions. Brook les rouvrit ensuite pour vérifier qu’il n’avait pas disparue entre temps et plongea de nouveau dans ses yeux qui la dévorait désormais comme si elle était la seule chose qui comptait maintenant. Du moins c’était ainsi qu’elle le ressentait.

Enfin avec cette douce violence qui le caractérisait, il la repoussa dans les ombres jusqu’à la mettre de nouveau dos au mur sans ménagement, mais sans lui faire mal pour le moment. Elle le heurta en silence et se saisi de l’avant du tee-shirt de son partenaire pour garder l’équilibre alors que lui venait quémander ses lèvres. La jeune femme n’opposa pas la moindre résistance à ce baiser qui éveilla ses sens de dominée tout comme cette main qui s’empara de sa chevelure pour la forcer à dévoiler sa gorge tant convoitée. Il y traça une ligne de baiser qui enflammèrent chaque millimètre de sa peau et alluma en elle l’excitation et l’anticipation. Avait-elle le droit d’apprécier autant ce contact, pauvre pècheresse qu’elle était. Probablement que non, mais qu’importe que la liste s’allonge…Brooklyn poussa un petit soupire de douleur et de plaisir mêlé en sentant la force de ses dents sur sa chaire et réprima un hoquet en l’entendant revenir sur sa plus grosse erreur de la soirée.

Elle ne pouvait rien lui promettre de tel car l’Audacieuse ne pouvait pas dire qu’elle ne tenterait pas de nouveau cette approche pour le chercher, pour l’amener à lui faire du mal. Et puis au fond elle savait surtout qu’elle ne renoncerait pas de sitôt à obtenir ce que Ryder pouvait lui donner mais de la part de Salem et vice versa. C’était injuste pour tous les trois, mais c’était ce que son cœur réclamait pour le moment. Toutefois elle oublia bien vite ses sombres pensées pour accorder toute son attention à l’homme qui l’emprisonnait contre le mur. C’était bien ce qu’elle voulait de lui, une inconscience totale, juste la fureur des corps l’un contre l’autre. Un nouveau baiser vint l’aider à ne plus penser à rien qu’à le rendre avec passion, enfonçant les ongles de sa main libre dans sa nuque.

Trop rapidement au goût de Lyn, le blond brisa le contact de leur lèvre et de leur corps l’un contre l’autre pour la faire pivoter sans ménagement. Elle eut tout juste le temps de plaquer sa main contre le mur avant que son visage de cogne sur son membre placer là pour protéger sa peau de la griffure de la pierre. Une blessure qu’elle ne pourrait pas expliquer était une blessure à éviter. Pour autant la demoiselle ne se formalisa pas sur l’action, car James revint rapidement la bloquer contre la paroi et ses mains gourmandes vinrent se rassasier de sa poitrine libre de tout carcan et ne demandant que cela. Rapidement la respiration de la belle devint haletante même si elle se forçait à faire le moins de bruit possible. Une donnée qui l’excitait d’autant plus qu’ils ne devaient pas se faire surprendre dans cette position compromettante.

L’impatience de son responsable se fit rapidement sentir alors qu’il dirigeait ses doigts plus au sud. Elle se mordit la lèvre inférieure pour retenir un soupire de plaisir et alors qu’il brisait la barrière des vêtements, il put sentir que le corps de Lyn répondait comme prévu à ses pernicieuses caresses, comme la cyprine imprégnait déjà le tissu de dentelle. De l’autre main il défit avec expertise et rapidité son jean et l’abaissa en même temps que son sous-vêtement pour ne plus subir leur entrave mais en créant une presque naturelle pour la jeune femme qui ne pourrait plus fuir. Pas qu’elle en ait eu la moindre envie de toute manière. Penchant la tête en arrière, sa tête reposa sur l’épaule de Ryder qui put alors mesurer la lourdeur de sa respiration, preuve de la réussite de ses bons soins sur son intimité.

Le laissant faire ce qu’il voulait d’elle, la blonde ne resta pas passive pour autant. Sa main libre força le passage entre leurs corps pour atteindre le bouton de son pantalon qu’elle défit avec la dextérité qu’il lui connaissait et força à son tour le barrage des habits pour trouver ce qui faisait de lui un homme. Brook le flatta aussi bien que sa position le lui autorisait et aussi bien qu’il le lui permettait également sans bloquer sa paume entre eux deux. « Fais-moi mal…fais-moi mal maintenant. » Souffla-t-elle dans une supplique mielleuse due à son état de perdition aux plaisirs physiques. James n’apprécierait pas forcément qu’elle lui donne des ordres de la sorte tout en s’étant montrée entreprenante, mais c’était exactement les comportements qu’il aimait corriger et qui résultait en la souffrance qu’elle cherchait auprès de lui et dont elle avait besoin cette nuit plus que jamais auparavant.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 972
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Sam 18 Juin - 17:03



Feel the pain and pleasure

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Impassible et irascible, voilà ce que je pourrais être si tu le souhaitais. Ou non. Je ne suis pas de ceux qui s’agenouillent devant autrui, adeptes de la courbette bien pensée. Je ne suis pas de ceux qui perdent leur temps, candides, à batifoler outre mesure. Car le temps est précieux, le temps est important et il faut savoir l’occuper intelligemment. Impassible et impétueux, voilà donc ce que tu voudrais que je sois ? Si impassible je l’étais, je ne peux définitivement pas t’abandonner là en ton si triste sort. Hauts les cœurs mon oiseau du bonheur et du malheur, avec un peu de chance tu pourrais bien la trouver, ta si douce douleur.

Il laisse planer le vide et le silence comme il se joue de l’indifférence. Il laisse planer le doute et les incertitudes pour mieux appuyer sur ce destin qu’il tient entre ses mains. Elle est à sa merci et il a tout compris. Cette force qu’il détient dans sa paume, il ne s’en rend compte que trop bien. Comme on dit, jeu de mains, jeu de vilain. Et il en abuse, s’en amuse et retire ce bras, se libère de l’entrave qu’elle lui inflige. La peur et le monde qui s’écroule, Ryder le lit dans ses deux yeux aux couleurs claires. Il sent le néant envahir l’audacieuse avec tellement de force que malgré son envie irrésistible de la planter là pour lui apprendre la leçon, il ne peut s’empêcher de lui offrir un regard entendu qui se veut rassurant. Car c’est aussi ça, Ryder, le silence avant la tempête, et le renouveau après le pire. De froid il est capable d’en devenir brûlant à l’image de la braise qui lentement s’élève. C’est avec une douceur non feinte qu’il passe sa main derrière le cou de la jeune femme et vient en kidnapper sa nuque. Une larme essuyée plus tard, il sent la main de Brooklyn se refermer sur son poignet, court instant de calme et de paix. L’obscurité les envahit et les plonge un peu plus dans la noirceur de leurs âmes calcinées qui pourtant ne cessent déjà de s’échauffer.

Avec force et violence il l’oblige à heurter à nouveau le mur et s’attèle déjà à échanger avec elle des baisers bien plus que simplement langoureux. De son pouvoir il en abuse, de ses lèvres et de ses dents il s’en amuse, embrasse, pince et mord. Il joue avec le feu, attise le désir qu’il sait déjà lire en elle depuis plusieurs minutes. Il sait y lire comme dans un livre ouvert. Le risque est bien présent, l’on pourrait les interrompre à tout moment mais aucun des deux ne s’en soucie, et surtout pas lui. Sans ménagement et sans attendre il la retourne, l’oblige à rester contre ce mur dont elle a tant envie. Il ne pense pas aux éventuelles blessures ni aux possibles retombées, il était jusque-là bien trop énervé. La bloquant à l’aide de son corps, même si Lyn voulait finalement s’en aller, elle ne pourrait pas lui échapper. Ses mains glissent sur ses courbes féminines et s’enlisent sur cette peau chaude qu’il est en train de mettre à nue. Posé contre son épaule, il ne perd pas une minute, sent les affres de ses flammes personnelles commencer à gravir lentement les marches. Et c’est donc avec dévotion et envie pleine qu’il franchit déjà les barrières de tissu qui lui font obstacle, allant quérir ce jardin d’Eden auquel il veut sauvagement s’attacher. Pendant que sa main caresse et s’agite, la seconde vient déjà abaisser les barrières qui sur son chemin osent encore se dresser. Il n’abaisse que ce qu’il faut, à la limite du raisonnable pour palier à l’éventualité qu’on ne les surprenne. Elle penche alors sa tête en arrière, laisse planer dans l’atmosphère ambiante tous ces soupirs lascifs et lourds de sens qui ne font que flatter un peu plus l’égo de ce chasseur que Ryder est devenu en un instant.

Tandis qu’il se perd dans ses gestes et qu’il s’empare de son oreille, c’est à ce moment qu’il la sent, la pernicieuse qui se fait enjôleuse. Le responsable la laisse faire, curieux de savoir ce qu’elle pourrait bien faire là, coincée dans le noir, et il ne tarde pas à le savoir. Les mèches blondes se mettent alors à virevolter un peu plus fort. Ses dents pincent son cou, le creux de son épaule et son souffle se perd avec véhémence sur la peau diaphane qu’avec insistance il profane. Sa main libre doucement remonte, alors même qu’elle murmure dans cette ambiance qui les inonde. Il n’apprécie pas et ne veut pas lui donner raison. Pas tout de suite. Alors il continue à l’emmener dans leurs abysses, use de malice pour mieux prolonger le supplice. Et elle remonte encore, sa main libre, effleure son corps jusqu’à finalement passer de nouveau sur sa poitrine, au-dessus des tissus pour mieux venir à sa gorge qu’il enserre doucement, le regard carnassier porté tout droit vers ce mur qui leur fait face. « Tu n’es pas en position de réclamer Lyn. ». Un murmure lancé dans un souffle au niveau de son oreille qu’il s’amuse à maltraiter et qu’il revient finalement en silence croquer. La main à sa gorge la libère de son emprise et la seconde arrête soudainement tout pour mieux venir attraper celle qui le flattait jusque-là. Tout pourrait s’arrêter, là.

Je ne suis pas de ceux qui s’agenouillent devant autrui, adeptes de la courbette bien pensée. Je ne suis pas de ceux qui perdent leur temps, candides, à batifoler outre mesure. Hauts les cœurs mon oiseau du bonheur et du malheur, avec un peu de chance tu pourrais bien la trouver, ta si douce douleur.

Il ne lui laisse que le temps de s’interroger sur la raison de l’arrêt. Il ne lui laisse que cette microseconde de doute qui peut envahir tout votre être, avant de mordre plus franchement son oreille, prêt à aller jusqu’au sang s’il le faut. Il ne patiente alors pas une seconde de plus, attrape la chevelure dorée qu’il enroule autour de sa main et se met à tirer pour qu’elle garde sa tête en arrière. Puis, sans ménagement aucun il la bloque contre le mur, sa seconde main s’emparant du poignet féminin qu’il serre à son tour avec force. Il n’attend pas plus longtemps et ne prend pas le temps d’un consentement même tacite. Sans dire un mot de plus, c’est avec rage qu’il les unit d’un coup sec et se remet à souffler, l’emmenant dans un rythme effréné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4779
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Dim 19 Juin - 15:24

Give up your heart left broken And let that mistake pass on. ft. Ryder & Brooklyn
Le souffle court et la respiration lourde, les paupières mi-closes étaient autant d’indice sur l’état dans lequel se trouvait Brooklyn. La tête rejetée en arrière pour prendre appuis sur l’épaule de Ryder, elle s’abandonnait totalement aux caresses qu’il lui prodiguait. Et pourtant cela n’avait pas été une partie gagnée d’avance. Comme souvent, la blonde trébuchait sur la route de ses objectifs et elle avait bien manqué de fâché son responsable plus qu’il ne l’était présentement. Le comparer à Salem, exigé de sa part qu’il devienne cet autre homme qui la tenait sans même s’en rendre compte, aurait pu être la goutte de trop, mais aussi bien qu’il pensait jouer avec elle, Lyn savait le manipuler pour toujours obtenir ce qu’elle voulait de lui. Même si chaque fois elle craignait l’échec et de passer un point de non-retour où les règles du jeu lui échapperaient, où les règles du jeu changeraient. Mais par chance ce n’était pas cette nuit que cela arriverait.

L’Audacieuse avait abattu stratégiquement ses cartes jusqu’à obtenir le droit de vivre pour quelques minutes entre ces bras musclés qui la maintenaient contre le mur. Il la connaissait par cœur lui aussi et savait parfaitement où placer ses doigts, comment et quelle pression appliqué pour lui faire courber l’échine. La blonde réagissait au moins de ses gestes tout en tentant d’étouffer les soupires d’aise qui forçaient la barrière de ses lèvres malgré la morsure qu’elle leur appliquait. Bien sûr cela ne pouvait la contenter malgré l’expertise de James qui s’appliquait sur sa fleur sacrée. Le défiant toujours plus, elle s’était insinuer dans son pantalon pour flatter son membre qu’elle senti se gonfler de plaisir à son contact, l’échaudant lui aussi un peu plus avant de réclamer ce qu’il savait lui faire de mieux, lui faire mal. Un coup bien placé, de main ou de dent, une position de soumission ou une violence des gestes, voilà ce qu’elle recherchait avec lui.

Que sa douleur psychologique devienne physique. Elle en avait besoin, y était accro comme à n’importe quelle autre drogue ou le divin nectar alcoolisé. Et sans autre forme de servitude, Brook exigea son dû. Un simple murmure dans la nuit mais suffisamment pour irriter son partenaire, sans le moindre doute. Pour autant le jeune homme ne montra pas le moindre signe d’une quelconque réaction. Il continua de l’emmener au bord du précipite des plaisirs charnels, sachant toujours comment s’y prendre pour l’amener à plonger vers des abysses de luxure. Pourtant lorsqu’il remonta sa main pour enserrer sa gorge, Brook comprit qu’il s’agissait de sa punition. Il put sentir la contraction de son corps entier jusque dans les tréfonds de sa féminité. Un de ses gestes favoris qui avait le don de lui donner les plus agréables des vapeurs. Une suffocation volontaire si proche de celle qu’elle ressentait à longueur de journée mais ici si délicieuse que le son de plaisir lui échappa.

Dans un murmure Ryder réaffirma son contrôle de a situation et lui rappela la place qui était la sienne. Une place que l’entraineur connaissait mais qu’elle se plaisait à défier pour obtenir précisément la punition mériter par son affront. Pour mériter cette morsure assassine de son oreille qui en garderait des séquelles à n’en point douter. Puis soudain plus rien. Un court suspense qui lui laissa imaginer le pire. Il s’est sensiblement reculé et à empêcha la main de la demoiselle de lui prodiguer le moindre soin. Un million de pensée dévastatrice envahir Lyn durant cette microseconde d’inaction qui comme à chaque fois lui laissait à croire qu’elle avait échoué dans sa tactique quand il revint planter ses crocs dans le cartilage qu’il maltraitait depuis le début et promettait de laisser ses chairs à vif. Puis la main de son supérieur qui avait emprisonnée sa gorge se retrouva dans ces boucles blondes pour les priver de liberté et l’obliger elle à se cambrer pour lui offrir la plus belle des entrées.

Les deux mains appuyer contre le mur, dont une prisonnière des doigts rageurs de son partenaire, le reste de son corps à la merci de ce dernier, il n’en fallu pas plus à Ryder pour s’insinuer férocement en elle sans autre forme de préambule, sans tendresse ou romantisme. Une chose dont elle avait l’habitude, la bestialité prenant généralement le pas sur leurs langoureux échanges. Le sentir tout entier en elle et avec cette impétuosité qui lui allait si bien fut assez pour la convaincre de rendre les armes. Les perverses caressent qu’il lui avait prodigué précédemment lui offrir un passage de velours en son sein où la chaleur des flammes qu’il éveillait en elle l’accueillir avec plaisir. Le souffle au creux de son oreille meurtrie lui indiqua qu’il appréciait l’hospitalité dont elle faisait preuve à son égard et balaya tous ces maux comme un vent providentiel, elle s’autorisa alors un véritable soupire de jouissance, insoucieux des esgourdes indiscrètes.

Esclave de ses passions et surtout de son supérieur, elle le laissa imprimé son rythme, épousant ses coups de reins comme si elle avait dansé ce ballet des centaines de fois. Elle pouvait sentir la puissance de son amant jusque dans les soubresauts de sa poitrine voluptueuse ainsi que dans son bas ventre où résonnaient les tambours de guerre. Le gout du fer qui naquit dans sa bouche et Brooklyn comprit qu’à force de se mordre pour retenir les cris qui se déployaient dans sa gorge au même rythme que les impressions que corps de James dans le sien, sa peau délicate avait cédée. Les doigts crispés sur la roche pour garder son équilibre ainsi que pour manifester les crispations de son être sous les coups du plaisir, elle s’autorisa à vocaliser son contentement, ses hanches venant désormais à la rencontre du bas ventre de l’Audacieux. Lyn se sentit submergée par le désir et ses conséquences.

« Ride… » Murmura-t-elle en boucle au même rythme auquel il s’imposait à elle. Sa main libre quitta le mur pour venir chercher la peau de son supérieur, se posant, gourmande sur son fessier qu’elle agrippa pour enfoncer ses ongles et maintenir son équilibre. Comme elle aimait le sentir la profaner. Elle s’offrait toute entière à lui pourtant, il donnait toujours l’impression de l’envahir sans invitation. Plus fort et plus loin, en elle à chaque nouvelle intrusion pernicieuse jusqu’à la poussé dans l’océan des jouissances. Un tremblement et une contraction de tout son corps qu’il put sentir de la façon la plus intime qui soit et un ultime râle de plaisir où Lyn articula ce surnom bien à propos, où sa chaleur s’imprima tout autour de lui pour lui faire comprendre qu’elle avait basculé de l’autre côté du gouffre. Alors tout son corps lourd et relâché de sa tension sexuelle, retomba sur le jeune homme espérant y être accueilli avec envie.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 972
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Mer 22 Juin - 19:35



Feel the pain and pleasure

FT. S. BROOKLYN O'MALLEY


Il sait qu’elle joue. Il sait qu’elle fait tout pour obtenir ce qu’elle désire mais il la laisse faire en silence et se contente de se perdre dans cette main qui enserre sa gorge. D’un coup sec il pourrait l’écraser, il en est capable, mais ce n’est pas là ce qu’il souhaite. Au fond il ne désire que ce qu’elle désire et il n’y a qu’elle pour venir réclamer une chose pareille et oser le défier de la sorte alors que cinq minutes auparavant, il voulait la lâcher ici à son triste sort pour l’affront commis. Il ne t’offrira jamais ce que moi je t’offre, Lyn. Jamais. Lui demander d’être cet homme, Ryder ne peut le supporter et frustré il n’avait pas hésité à tracer sa route, prêt à s’échapper. Mais elle l’a retenu, avec force et justification. Avec mots et déraison. Il n’avait d’autre choix que de rester et avec elle, de jouer. Chacun son jeu, chacun son rôle, et cette main qui enroule sa crinière autour d’elle pour mieux tirer n’est qu’un geste de plus qui le prouve quand elle en est forcée de se cambrer. L’audacieux n’a nul besoin de parole de bienvenue ou de signe de consentement car il ne fait que prendre ce qu’il est venu chercher et donner ce qu’elle lui a si ouvertement réclamé. Sans ménagement il s’incruste, prend possession de tout son corps, de son être et de son âme lorsqu’un nouveau soupir quitte déjà ses lèvres face à l’accueil si envoutant qu’elle lui offre. Il n’y a pas de place pour l’amour, nulle place pour le romantisme et Brooklyn le sait pertinemment, ce n’est pas ce qu’elle demande. Avec force, il l’emmène dans une course folle et tire un peu plus sur la crinière blonde, laissant tout à loisir à ses cris de jouissance qui s’échappent enfin des lèvres féminines. Il la prend comme elle est, avec ses qualités et ses défauts. Toute entière.

Jamais il ne se fait plus doux, s’autorisant juste à lâcher ce poignet qu’il tenait fermement serré entre ses doigts pour venir placer à nouveau cette main pernicieuse sur les courbes de sa poitrine. Le responsable de la fosse soupire dans le creux de son oreille et dans son cou, n’hésitant pas à mordre pour démonter toute la rage qu’il met dans leurs ébats qui n’ont strictement rien de tendre. On peut les surprendre à tout moment, leur faire passer le plus mauvais des quarts d’heure pour cet affront mais il n’en a rien à faire, trop perdu sur le chemin de leur véritable perdition. Il s’agite en parfaite harmonie avec le corps de la jeune femme, ne forme pour ainsi dire plus qu’un avec elle et elle ne cesse de murmurer le surnom qu’elle lui a choisi, ce qui ne manque pas de faire frissonner chaque parcelle de son épiderme. Alors elle en profite, menée sauvagement jusqu’à la porte de la petite mort, pour venir défier sa peau. Ses ongles s’enfoncent dans la chair mise à nue qu’elle agrippe avec la ferme intention de passer un message sous-entendu. Il le sait, et en retour il grogne et se fait plus gourmand encore en intensifiant chacun de ses coups de reins jusqu’à ce qu’elle se perde dans les méandres de ce qu’elle est venue réclamer. Il est finalement là, l’apothéose. La note finale à cette symphonie tumultueuse qu’il rédige à deux. Il est là, ce cri terminal qui explose dans la gorge de la blonde tout comme l’apologie du plaisir qu’il ressent jusque dans les tréfonds de son propre corps, le laissant perdu dans le creux de sa nuque qu’il mord une dernière fois, pris sous le joug de son propre élan. Ses propres étoiles qui passent devant ses yeux. Un ultime coup de rein pour la route et il s’immobilise, s’autorise un franc sourire en coin alors que ses lèvres lâchent enfin la peau qu’il a malmené.

Il reprend son souffle, calme son rythme cardiaque quand il réceptionne le corps de la jeune femme contre le sien, se retirant déjà et libérant la crinière qui se remet à voler au vent. Tête posée contre son épaule, il ne perd pourtant pas une seconde et remonte déjà son pantalon. Puis il vient lui voler ses lèvres et tire sur celle inférieure, un véritable sourire étirant les traits de son visage malicieux qui ne peut définitivement pas passer à côté d’un round numéro deux. Avec elle il recule, doucement se rapproche de la lumière nasillarde du couloir sinueux. Il se recule mais vient déjà passer une main sur ce fessier qu’il adore, le pinçant comme pour mieux marquer son territoire ou faire ressortir en elle une quelconque provocation. Toujours tout sourire il se mord la lèvre et la défie du regard en avançant déjà droit devant.

« Il se pourrait bien que tu aies le droit de venir chez moi ce soir Brook. ». Et il la tape, cette fesse avec toute la bonne humeur dont il est capable, s’éloignant d’un pas plus assuré et disparaissant déjà avec elle de ce couloir qui, de leur échange, en serait imprimé jusqu’à l’éternité.

Elle voulait exister. Elle existerait. Car dans son repère il l’emmène, et il est bien loin d’avoir fini de la sentir vivre entre ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
S. Brooklyn O'Malley

❖ Date de naissance : 03/05/1988
❖ Barge depuis : 08/06/2015
❖ Messages : 4779
❖ Avatar : Elizabeth Olsen
❖ Crédits : aandy (avatar) & tumblr. (profil) & Okinnel (signature) & DIA89/Aandy (gifs signature)
❖ Multicomptes : Lennox B. Hunter
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 ans
❖ Profession : Entraineur à la Fosse, temporairement Responsable
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Son coeur
❖ Playlist : ASHES REMAIN on my own, THREE DAYS GRACE painkiller



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Jeu 23 Juin - 12:47

Give up your heart left broken And let that mistake pass on. ft. Ryder & Brooklyn
Ainsi lovée dans les bras de son amant Brooklyn reprenait doucement son souffle et tentait de calmer son cœur qui battait encore à tout rompre dans sa cage thoracique. La plus belle preuve de son existence que de sentir cet organe précisément se mettre en action. Avec force d’émotion ces dernières minutes, elle l’avait senti en elle comme jamais. Et son responsable également. La férocité n’avait d’égal que la colère qu’il ressentait lorsqu’elle ne venait pas à lui en mendiante mais en mécontente. Elle savait le chercher et le pousser à bout pour obtenir la douleur qu’elle lui réclamait et lui réclamerait toujours. Parfois, la blonde regrettait de ne pas vivre une véritable relation avec quelqu’un, de pas avoir droit aux mots doux et aux promesses mais une seule lui suffisait. Celle de la souffrance. Et son cœur battre dans son oreille, elle savait que cette dernière garderait quelques temps les marques du passage de Ryder dans sa nuit.

Sa lèvre inférieure aussi qu’il ravagea de nouveau après s’être rhabillée à la hâte pour éliminer les preuves de leur présence dans ce couloir obscure. Sans parler de sa gorge douloureuse non par la subtile strangulation exercé plus tôt mais par le coup de dent gourmand donner à la fin de leur union. Tous ses stigmates que Lyn conservait après ses entrevues avec son supérieur étaient autant de chose qui la renvoyaient vers lui. Ce manque d’attention et d’amour, même cruel la rendait totalement sujette aux humeurs de l’Audacieux qui la tenait au creux de sa main sans se rendre compte du réel pouvoir qu’il avait sur sa vie. A la hâte, elle avait elle aussi remonter son pantalon, même si avec les soupires qui lui avaient échappés, il n’y avait aucun doute sur ce qu’il venait de faire s’il y avait eu une autre présence que la leur dans ces lieux.

Toujours soutenue par les bras de Ryder, Brooke retrouva la lumière qui lui brula quelque peu les yeux mais son compagnon ne lui laissa pas le temps de réfléchir à ce détail que déjà il l’assujettissait de nouveau avec une main dominante sur son postérieur et ce sourire carnassier qui le caractérisait quand on le connaissait autrement que par son image public de genre parfait. Il lui tendit de la voix l’invitation suprême dans son repaire. Un lieu presque saint que l’entraineur n’avait le droit de pénétrer qu’en de rare occasion et qui lui promettait bien mieux qu’une rapide étreinte crapuleuse dans la froideur de la Fosse. Sans attendre de réponse de sa part, le jeune homme reprit la route qui le mènerait à ses quartiers et il fallut un moment à la blonde pour lui emboiter le pas. « Attends-moi. » Souffla-t-elle doucement d’une voix suppliante en le rattrapant.

Légèrement en retrait derrière lui, comme derrière une personne royale, elle marcha dans les couloirs de la Fosse sans prêter attention à l’endroit où elle allait. Brooklyn connaissait le chemin pour se rendre chez Ryder mais elle avait juste besoin de le suivre pour y aller. Et si jamais ils croisaient une autre âme perdue dans la roche, il n’y aurait rien de suspect à leurs présences ni dans leur apparence. C’était assez étrange de cacher cette relation aux yeux du monde mais la majorité des gens ne comprendrait jamais ce qui les unissait. Et puis ils n’étaient pas un couple, juste deux corps en ébullition qui savaient se fondre l’un dans l’autre. L’Audacieuse n’avait jamais manqué de succès auprès de la gente masculine car sans être particulièrement jolie, elle exsudait une féminité certaine qui attirait les hommes. Et vivant depuis longtemps avec un sombre secret d’amour qui ne verrait jamais le jour, elle avait appris à s’oublier dans d’autre bras.

Mais aucun ne lui correspondait aussi bien que ceux de James. Malgré ses airs durs et la violence des coups qu’il pouvait lui donner, il y avait chez lui une chaleur qui la captivait. Quelque chose d’addictif qui la faisait toujours revenir même quand elle se disait qu’il y avait surement mieux à faire. Lyn aurait pu vouloir une véritable relation pour passer outre son amour pour Salem, mais ce n’était pas si simple. Car elle ne parvenait pas à l’oublier totalement. Les hommes qui avaient eu le droit de goûter à sa peau lui rappelaient toujours tel ou tel aspect de son mentor mais pas Ryder. Il était l’exception. Celui qui la fascinait au même titre que le blond, celui qu’elle autorisait à voir les plus sombres aspects de sa personnalité et qui l’acceptait justement à cause de ses défauts. Et tel son petit animal de compagnie, elle trotta derrière lui jusqu’à sa porte.

Attendant qu’il ouvre et renouvelle son invitation, Brook s’appuya contre le mur, les jambes encore légèrement flageolantes de leurs ébats passés. C’était si étrange de se retrouver dans une situation presque normale avec lui. Ils n’avaient fait ce chemin côte à côté presque égaux. Il la convoquait généralement quand elle avait le droit de pénétrer son antre et elle y avait toujours pénétrer avec une certaine crainte de ce qu’il pourrait lui annoncer ou simplement lui dire. Mais cette nuit était différente, elle ne savait pas pourquoi mais elle le ressentait. L’Audacieuse le regarda avec envie, songeant, en essuyant la perle de sang séchée sur sa lèvre inférieure, qu’il allait tenir sa promesse et la faire exister pour les prochaines heures. Elle sentirait pleinement son corps, sentir la vie la parcourir et l’envahir comme une vague euphorisante qui repousserait au plus profond de son âme ses cauchemars les plus noirs.

code by lizzou × gifs by tumblr

_________________

bring me out
Come and find me in the dark now Everyday by myself I'm breaking down I don't wanna fight alone anymore Bring me out From the prison of my own pride My God, I need a hope I can't deny In the end I'm realizing I was never meant to fight on my own
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
J. Ryder Storm

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 17/05/2016
❖ Messages : 972
❖ Avatar : Sebastian Stan
❖ Crédits : Avengedinchains (vava) - Alas (signa) - Cutiepieofrph (gif profil)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - Envy D. Carter - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Responsable de la Fosse et Entraîneur
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Peut être un parfait gentleman par devant comme une effroyable pourriture par derrière - A quelques "anger issues" mais ça à moins d'y avoir goûté vous n'en saurez jamais rien - N'a pas un vilain fond est même plutôt tout ce qu'il y a de plus jovial - Une de ses principales faiblesse découle probablement de sa légère dépendance aux substances illicites. Juste légère... Un tout petit peu. Micro poil de poudre.
❖ Philosophie : Take the best. Fuck the rest.
❖ Playlist : Pillowtalk ▲ ZAYN - Battle scars ▲ GUY SEBASTIAN - Gasoline ▲ HALSEY - Still falling for you ▲ ELLIE GOULDING



MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN Sam 25 Juin - 19:42

SUJET TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN

Revenir en haut Aller en bas
 

(-18) Feel the pain and pleasure ▲ BROOKLYN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pain au chocolat Vs Chocolatine !
» Filière Blé- Farine- Pain
» I just want to feel alive. (ft. Andrew)
» zadig • i can't feel your heartbeat
» ramener du pain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › West Side :: La fosse-