Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Moira A. Rosenbach

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 470
❖ Avatar : Julianne Moore.
❖ Crédits : shiya (avatar), tumblr (gif) + disturbed (gifs & css).
❖ Multicomptes : Aucun.
❖ image :
❖ Âge personnage : Cinquante-quatre ans.
❖ Profession : À la tête du Conseil et fière héritière du projet OBLIVION.
❖ Faction : Érudite.
❖ Forces & Faiblesses : Mon calme olympien, mais facilement aveuglée par le flambeau du Pouvoir.
❖ Philosophie : Knowledge is power.
❖ Playlist : LORDE - everybody wants to rule the world. GIN WIGMORE - kill of the night. FLORENCE + THE MACHINE - what the water gave me.



MessageSujet: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Dim 6 Mar - 14:07

HOUSE OF CARDS
Ft. Membres du Conseil & Dirigeants

16 janvier 2126.
Quelques heures suivants l'arrivée de la lettre...

Comme à toutes les fois, l’héritière du projet OBLIVION, lorsqu’elle convoque ses collègues, ses experts et les dirigeants des cinq factions, elle attend que la vaste salle de conférence, située au dernier étage de la tour Willis, se sature avant de faire son entrée plus que très remarquée. Nimbée de ce halo d’austérité et de flegme que tous lui connaissent, sans nécessairement relever ses opalines sur ses invités, Moira réussit à imposer le silence dans la pièce alors qu’elle longe la table de conférence, pour venir prendre place sur son trône de fer, siégeant à l’extrémité du meuble de verre trempé. La journée s’avérant longue et fastueuse pour tout le monde, elle ne perd pas de temps à soulever les banalités des plates civilités et préfère aborder le vif du sujet :

- Comme vous pouvez le constater, devant-vous, il repose un document confidentiel, que j’ai pris soin de vous partager. Sciemment, je compte sur votre plus haute discrétion, posant un coude sur l’appui de son siège, la présidente croise élégamment les jambes sous la table et daigne enfin poser les yeux sur ses invités :

- Je vous prierai de bien vouloir consulter ledit document à cet instant, qu’elle ne propose pas, désignant les tablettes numériques à écran tactile qui reposent devant les principaux concernés. Sur l’écran de l’appareil, une seule pièce jointe est accessible :

✤ ✤ ✤

« Jésus ordonnait à l’esprit impur de sortir de cet homme. Bien des fois en effet il s’en était emparé, et on le tenait lié avec des chaînes et des entraves, bien gardé, mais, rompant les liens, il était poussé par le démon dans les lieux déserts. Jésus lui demanda : « Quel est ton nom ? » Il dit : « Légion », car beaucoup de démons étaient rentrés en lui. »

Évangile selon saint Luc,
VIII, 29-30


Chère mademoiselle Rosenbach,
Nous sommes Légion.
Nous sommes Justice, Fidélité et Courage.
Aux prix de tant de sacrifices, tout ce pourquoi nous avons travaillé, tout ce pourquoi nous avons été créé, est désormais enclenché. L’aube rédemptrice après un si long crépuscule. Les objectifs assurés il y a de cela tant d’années seront enfin réalisés. Nos promesses seront tenues et le sang des martyrs ainsi vengé. Vous êtes soucieuse, votre Conseil prudent, ce qui vous rend un général avisé. Nous nous sommes montrés très coopératifs à vos avertissements et mises en garde, bien attentifs à votre vigilance. Dans cette juste et noble guerre, nos objectifs de briser la trêve, la paix fragile, n’est pas de se faire par la bavure d’un massacre terrible. Nous sommes armés, détenons les finances nécessaires, les étapes à franchir, pour vous atteindre, ont été considérées avec soin et vous savez que vous perdrez cette guerre. Au moment où vous lisez ce message, mademoiselle Rosenbach, nous vous demandons de prendre notre cause au sérieux. Nous avons notre mission à poursuivre, à parachever, le sang a tant coulé et ces tristes sacrifices nous rendent Honneur. Les conjonctures font que vous êtes une adversaire de taille, valeureuse, présumée présidente d’un Conseil tyrannique et d’une nation vacillante. Vous cachez votre mépris pour cette ville et sa décadence sous un masque polyvalent. Nous aussi. Sous votre regard aveugle, nous nous sommes forgés dans votre moule, vos propres convictions, nous sommes invisibles, une ombre parmi les ombres, des soldats braves, dont la noble mission, comme vous nous l’avez si bien apprise, est de faire régner l’équité et la paix dans ce monde couvert d’injustice et de crasse.

Refusez-nous ce que l’on vous demande, demain, mademoiselle Rosenbach, vous et votre Conseil entendrez gronder les premiers tambours de notre combat.

Nous sommes Justice, Fidélité et Courage.
Nous sommes Légion.


✤ ✤ ✤

Moira offre le temps nécessaire à ses invités pour prendre conscience de la gravité de la situation, observant avec attention chacun de leurs faits et gestes. Une fois assurée que tout le monde a terminé leur lecture, elle brise le silence glacial en assénant simplement ceci :

- D’après-vous, avons-nous des raisons de s’inquiéter ? Est-ce que cela mérite notre attention ? Comment croyez-vous que nous devrions réagir ?

Un sourire à la fois mélancolique et sournois ouvre doucement le seuil de ses lippes.

- Chers membres du Conseil et dévoués Dirigeants des Factions, je souhaite tous entendre votre position à ce sujet.




_________________

Heads will roll on the floor
- Off with your head, dance 'til you're dead -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://of-monsters-and-men.forumactif.org

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Dim 6 Mar - 15:31


❝ The mirror's image ,
feat. Tous les autres & Ramsey A. Dallas. ❞



102. 103. 104. 105…
Considérant que je fais la toupie sur ma chaise à roulettes à une vitesse de 60 tours/minute, que je compte les cents-vingt-quatre même dalles du plafond carrelé depuis un bon 5 minutes, si notre chère présidente de cette ville de merde n’arrive pas dans les 15 prochaines minutes, je vous confirme, mes bons, que mon décompte approchera le 150 000. En fait 148 800 pour être plus exact. Oui, je vous le confirme, ça en fait beaucoup de dalles ! Disons que, pendant qu’elle nous fait tous poireauter là dans cette pièce, les distractions se font bien maigres. Elle fait quoi ? Elle est partie s’acheter un café latté on the go avant d’arriver ici ? Je ne comprendrai jamais cette coutume de toujours arriver en retard lorsqu’on est l’hôte d’un entretien aussi lugubre qu’un glory hole. Des bruits de talons aiguilles fouettent mes tympans, d’instinct, je déracine l’arrière de mon crâne de contre mon siège, redresse promptement l’échine, m’empressant de prendre une pose plus professionnelle en venant m’accouder sur la table de conférence et voir entrer celle que nous attendions tous.  Même pas de besoin de gaspiller notre salive à lui passer le bonjour, notre présence au sein de ce lieu trop chic, passe aussi aperçue que cette magnifique toile signée Picasso qui traine au fond de la pièce et que personne n’a remarqué.

- Je vous prierai de bien vouloir consulter ledit document à cet instant.

Tout de suite mon colonel ! Ni de une, ni de deux, dans un synchronisme passible de réduire une troupe olympique de nageuses synchronisées au simple rang d’amateur, je m’empare de la tablette et la consulte à l’unisson avec le reste de notre petit groupe. Hum-hum. Voilà un coup de théâtre tellement pas surprenant avec tous les coups foireux qu’elle nous a orchestrés l’année dernière. Entre le projet Equilibrium, cette histoire d’épidémie qui n’accapare aucunement son attention et Chasing the Rapture, on se demande pourquoi les citizens veulent autant notre peau. Bordel, en signant ce contrat, j’ignorais dans quoi est-ce que je m’embarquais.

- D’après-vous, avons-nous des raisons de s’inquiéter ? Est-ce que cela mérite notre attention ? Comment croyez-vous que nous devrions réagir ?

Laissez-moi vous citer un certain passage du message : « Refusez-nous ce que l’on vous demande, demain, mademoiselle Rosenbach, vous et votre Conseil entendrez gronder les premiers tambours de notre combat. » Je suis le seul à me questionner à savoir ce qu’ils nous demandent ? Ah, j’ai compris ! Légion c’est en fait cette greluche indécise et mal baisée qui demande son joujou, mais bordel, c’est qu’on ne sait jamais de quel joujou elle parle ! C’est bien du Rosenbach tout craché, nous sortir les vers du nez sans nous expliquer ce qui se passe réellement en coulisse. Si elle croit que je vais…

- Avoir la prétention d’affirmer que c’est le Conseil qui a le total contrôle de cette ville, c’est se voiler les yeux d’une belle tartine de merde ! Tout le monde assit à cette table sait très bien que nous avons beau être le visage du pouvoir, nous sommes loin d’en détenir la totale possession. C’est parce que la société accepte de bien vouloir se plier à notre régiment que nous pouvons avoir présentement cette petite discussion dans cette belle tour de verre. Donc, en ce qui me concerne, pour répondre à votre question, oui, nous avons des raisons de s’inquiéter !

Bordel, mes vers me sont sortis du pif sans que je ne m’en aperçoive. C’est que ça marche son putain de truc !

- Déjà, il serait judicieux de peut-être amorcer des recherches afin de découvrir qui sont-ils. Sans créer de zizanie, mettre les citoyens au parfum de cette menace point latente. Ils affirment récidiver si nous ne répondons pas à leur demande. Nous avons des responsabilités et un job à faire, il serait peut-être temps qu’on le fasse pour de vrai, et avec soin cette fois-là ! Vous avez, à cette table même, tous les dirigeants de chaque faction, c’est de pair avec eux que nous devrions manipuler les fils de cette bombe qui peut nous exploser la gueule à tout moment, dans ma diarrhée verbale, j’en viens à détailler chaque visage qui se trouve attablé à cet entretien des plus pointilleux.

Je sais que je ne suis que le petit stagiaire sorti de nulle part qui se la joue peut-être monsieur je-sais-tout, mais que voulez-vous… Je sais affirmativement tout ! J’ai assez gaspillé ma salive. Bouarf, c’est laborieux être membre du Conseil ! Pour souligner mon épuisement psychologique, j’encastre profondément mon visage de déterré entre mes deux paluches.

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Invité




MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Dim 6 Mar - 17:41




House of Cards




Okay c’est quoi ces conneries encore ? Je viens tout juste de recevoir une convocation chez Rosenbach, comme si ma vie n’était pas encore assez merdique, m’voyez. Cela dit, je peux difficilement me plaindre : j’aime me sentir voulu, désiré, utile. Enfin, pas spécialement utile, mais important. Parce qu’honnêtement, je me demande bien ce que Rosenbach va bien pouvoir me dire — nous dire — de bien intéressant. Je doute encore davantage d’avoir quoi que ce soit de pertinent à ajouter. J’arrive à l’heure dite, j’attends comme les autres que notre chef se pointe, le tout en cachant mon agacement derrière un joli sourire dont j’ai le secret. Je ne sais pas s’il y a encore des gens assez idiots pour tomber dans ce genre de piège, mais dans le doute… Ah. Elle arrive enfin.

Je l’écoute parler, comme tout le monde dans la salle, elle-même incluse. Un truc à nous montrer, hein ? Elle ne pouvait pas plutôt nous l’envoyer aussi, histoire qu’on lui dise que ce n’était rien et qu’il n’y avait pas lieu de venir troubler notre fragile quotidien ? Non, il avait fallu qu’elle nous fasse nous déplacer jusqu’à elle, tout ça pour se péter les yeux sur un vieil écran tactile dégueu à lire un manifeste débilos.

Parce qu’il est débile, ça saute aux yeux. Les phrases n’ont aucun sens. Je dois même relire certaines d’entre elles plusieurs fois avant de me dire qu’il y a un souci. À ce stade-là, c’est même complètement risible. Ces mecs sont des clowns. Bon, évidemment, j’ai pas le temps de l’ouvrir avant que Ramsay ne le fasse. Je l’écoute d’une oreille distraite, peu impressionné par sa rhétorique violente. Quand il a fini, j’en profite donc pour en rajouter une couche.

— Bien qu’on ne puisse pas tout contrôler dans cette ville, je suis certain que cette menace n’est pas aussi importante qu’elle en a l’air. Je ne dis pas de la sous-estimer, ou de balayer la poussière sous le tapis, non, mais cette Légion ne m’impressionne en rien. Du moins, pas avec son verbe. Ils devraient vraiment engager quelqu’un pour s’occuper de la com’. Et citer la Bible, sérieusement ? Qui le fait encore ? Tout ceci est parfaitement ridicule. Potentiellement dangereux, mais ridicule tout de même.

Voilà, j’espère que ça leur ira à tous ces empaffés. Ce manifeste, c’est qu’un ramassis de jolis mots assemblés à la va-vite pour ressembler vaguement à un discours politique. Les menaces ne me font pas peur quand elles sont formulées aussi mal… Peut-être ai-je tort, mais je suis attaché à certaines valeurs, tout de même. À moins que…

Je relis le message, soudainement soucieux. Peut-être y avait-il un message codé que les Érudits auraient laissé passer ? Parce que vraiment, la formulation me paraît extrêmement étrange. Peu naturelle. Comme si certains mots avaient été mis là avec un autre but que la simple communication. Hmm…

AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Dim 6 Mar - 18:58



Hear them roar

FT. DIRIGEANTS ET MEMBRES DU CONSEIL



Il était entré accompagné de Ruben avec la démarche d’un réel audacieux, bien loin de ces costumes de soi et de luxe. Quand bien même Moira aurait voulu lui en faire porter un, il serait venu habillé exactement de la même façon qu’aujourd’hui : en arborant tout simplement sa tenue noire. A l’entrée, il avait dû malheureusement laisser tout son attirail comprenant holster et armes de pointes. Et si quelqu’un décidait de tout faire sauter pendant qu’ils se trouvaient tous réunis ici hein ? Au fond, se faire exploser la tronche ça faisait une belle jambe à Envy, surtout si la majorité du gouvernement, pour ne pas dire l’ensemble, se trouvait dans la même pièce.

A l’image de tous les autres dirigeants et membres du Conseil, l’audacieux vint trouver sa place autour de cette grande table de verre. Tellement de chichi qu’il n’y faisait même plus attention. Pas d’ivresse ni d’odeur d’alcool pour lui aujourd’hui, même si ce n’était pas « l’envie » qui manque. Tête soutenue par la paume de sa main alors qu’il était accoudé contre la table, Envy attendait patiemment que la présidente face son entrée théâtrale. D’un œil attentif, il observait et analysait chacune des personnes présentes. Au loin il reconnut Ramsey qui s’ennuyait aussi fermement que lui dans son costume. Autant dire que cela changeait royalement de ces soirées karaoké improvisées qu’ils s’offraient. Enfin… Quand ils s’en souvenaient le lendemain. Ce ne fut qu’au bout d’un quart d’heure que Moira leur fit le plaisir de sa présence, et sans perdre un instant. En deux temps trois mouvement, et après avoir été sollicité par cette chère tête préférée des citoyens, le jeune homme pris connaissance du document jugé si confidentiel. Une fois la lecture terminée, il ne put cacher son appréhension et son inquiétude. Ça se lisait sur ses traits fermés et les quelques plis de son front soucieux. Le silence qui emplissait la pièce ne dura qu’un petit laps de temps, car déjà Rosenbach les sollicitait et les avis pleuvaient. Pourquoi diable est-ce que cela ne l’étonnait pas que Ramsey prenne la parole en premier ? Intérieurement, Envy ne put s’empêcher de sourire. Malheureusement pour l’audacieux qui n’était pas fana de politique, les avis divergeaient déjà, et il avait la nette impression que certaines informations de ce document étaient passées sous silence volontaire. Ne souhaitant en entendre davantage, il décida de prendre la parole avant que tout ne s’envase.

« Avec tout le respect que je dois aux représentants des cinq Factions et à vous, chers membres du Conseil, sachez que se mettre des œillères ne règlera pas le problème. ». Il rebondissait à ce qui venait d’être dit par Kameron, le bras droit des altruistes. « Nous ne sommes pas ici pour juger du ridicule ou non, mais bel et bien des faits. Avec les fraternels touchés par la maladie et maintenant la présence de ce document, je suis d’avis de ne pas mettre cette menace de côté. Elle doit être prise avec attention. ». Sûrement certains connaissaient les quelques problèmes personnels d’Envy mais il s’en foutait royal, l’heure n’était pas à la rigolade et il savait pertinemment où était sa place. « Je suis d’accord avec Monsieur Dallas quand il parle de commencer à chercher l’identité de ceux ou celles qui se font appeler « Légion ». Il y a forcément des pistes qui peuvent être suivies. Pour ce qui est de prévenir la population je n’en suis pas certains, pas avec ce qu’il se passe en ce moment. Tout le monde a déjà les nerfs à vif pour en rajouter une couche. Quant à la menace en elle-même, si rien n’est précisé dans la lettre sur la teneur de ce qu’ils souhaitent, sans doute commettront-ils une erreur qui nous mènera à leur véritable identité, et ainsi donc à leur arrestation sans bavure ni effusions de sang. ».

Ils étaient au plus proche de la population, et il savait pertinemment que l’heure n’était pas à la balance d’une bombe comme celle-ci au travers des médias et autres moyens de communications. S’il y avait une fuite maintenant, cela pourrait bien mener la ville toute entière à l’explosion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Hazel Stevenson

❖ Date de naissance : 12/07/1989
❖ Barge depuis : 08/07/2015
❖ Messages : 356
❖ Avatar : Emilie de Ravin
❖ Crédits : Lolita & Wise
❖ Multicomptes : Calypso Reed & Scarlett Trueblood & Alice M. Lavaud
❖ image :
❖ Âge personnage : Vingt-huit ans
❖ Profession : Serveuse nocturne dans un night club de la Dead End. Le Wrigley se retrouve sans chef, sans toi, l'infimière dévouée.
❖ Faction : Lie de l'humanité, premier choix de ton existence : plutôt qu'une vie de surveillance, tu as choisi les Sans-Factions. Née Altruiste, déchue de ton statut de Dirigeante.
❖ Forces & Faiblesses : Tu es la force du choix & la faiblesse de leur avoir fait défaut.
❖ Philosophie : Quem patronum rogaturus, cum vix justus sit securus ? Dies iræ
❖ Playlist : Devils dont fly (Natalia Kills) ¤ Knockin' on heaven's door (Raign) ¤ Eyes on fire (Blue Fondation)



MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Lun 7 Mar - 0:50

House of cards
Mini-event ¤ Part one

Here begins the chaos ✻✻✻ Légèrement fébrile, tu passes la main dans tes cheveux fraichement teints. Le blond cendré de tes boucles a laissé sa place à un brun presque indélicat. On ne saurait dire si tes traits ont été durcis par ce changement radical ou s'ils l'étaient déjà, conséquence de la dernière simulation imposée par le Conseil.

Ce Conseil qui se tient là, devant toi. Autour de toi. Autres dirigeants de Factions, grandes pontes et bien sûr, la Présidente, laquelle réclame une attention toute particulière sur une nouvelle qui, malheureusement, ne te surprend pas. Au plus près des bas-fonds et de la misère, tu en as entendu des murmures. Les rumeurs courent tandis que la vérité fuit pour ne pas être rattrapée. Si tu n'as jamais entendu parler de cette "Légion", de cette voix venue d'en-dessous, tu réalises qu'il ne s'agit jamais que d'un patronyme à la vérité. Au calme avant la tempête. A l'annonce du début d'une fin certaine. Du Jugement Dernier ? Dois-tu sourire ou trembler ? Venu d'en-dessous, ça dévore tout murmure une voix. Venu de plus haut, ça sème le chaos contre une autre. Elles s'obstinent à s'opposer mais tu ne les écoutes plus. D'autres musiques résonnent à tes tympans, les notes d'un débat où tu es sensé tenir une place, cependant, tu ne sais pas bien laquelle.

Kameron est à tes côtés. Ainsi les choses sont-elles depuis ton accession et ainsi se termineront-elles probablement, pour peu que votre binôme tienne jusque-là. L'intervention d'un des membres du Conseil, Ramsey, te fait sursauter. La véhémence est de ces armes que tu ne comprends pas encore complètement. Tu retiens une oeillade noire vers ton bras droit lorsque vient son tour, te contentant de reporter ton attention sur le suivant. Envy, le leader des Audacieux, presque trop pondéré pour en avoir ce statut. Avant que Kameron ne puisse répliquer, tu enfonces littéralement tes ongles dans sa cuisse. Une première. Un geste envers lui est déjà rare, alors une telle violence ? Nul doute, tu n'es plus vraiment la femme pour qui une majorité a voté. Et ne tardera probablement pas à le regretter. Un raclement de gorge. Tu demandes un peu d'attention. " Si vous me permettez ... " Généralement, tu n'as pas trop de mal à l'obtenir. Tu fais souvent office de tampon. On compte sur toi, la douce et sage Hazel Stevenson, pour adoucir les moeurs. Sauf que ta symphonie risque de paraître quelque peu dissonante par rapport aux habitudes que tu t'es efforcée d'ancrer. " ... Je crains que vous ne preniez le mauvais versant. Bien sûr que cette lettre est un avertissement, aussi curieux et étrange paraisse-t-il dans la mesure où les réclamations ne sont pas clairement énoncées. Cependant, je pense que chacun d'entre vous sait ce que cette Légion veut. " Le ton est calme, posé. Nulle menace, nulle flamme dans ton regard d'azur. Un simple constat. Le Chasing the Rapture, le remaniement des Factions, le quartier des Sans-Factions qui n'a fait que se remplir ces dernières années, les disparitions que l'ont tait ... Oui, ils savent. Légion veut la justice. Légion le bien-être commun. Tout comme toi, bien que vos méthodes diffèrent. Pour l'instant. " Et je regardai, et je vis paraître un cheval de couleur pâle. Et celui qui était monté dessus se nommait la Mort, et l’Enfer le suivait. Et le pouvoir leur fut donné sur la quatrième partie de la terre, pour faire mourir les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre. " cites-tu la Bible d'un ton absent, les prunelles dans le vague, ta main daignant enfin lâcher la chair de ton bras droit. Soudain, tu sembles revenir au présent, afin de justifier ta déclaration nébuleuse : " Je pense inutile et potentiellement perturbant pour les citoyens, de retourner toute une ville quand il est sous-entendu que les opposants pourraient être n'importe qui, n'importe où. Pourquoi ne pas tout simplement répondre à leurs prétentions ? "

Evitons les bavures et les effusions de sang, disait Envy.
Nous avons des responsabilités, avait martelé Ramsey.
Ne répondons pas au ridicule, avait raillé Kameron.
Préservons au mieux, afin que tout soit pour le meilleur. Pour tous. pensais-tu.


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________


Even angels could fall in deepest evils things.


2 fab 4 u:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Arizona J. O'Malley

❖ Date de naissance : 14/11/1991
❖ Barge depuis : 07/09/2015
❖ Messages : 819
❖ Avatar : Jennifer Lawrence
❖ Crédits : Avat : Elegiah || Sign & Profil (Gifs & CSS) : Elegiah
❖ Multicomptes : Samuel A. Díaz
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 Ans
❖ Profession : Bras droit des Érudits || Technicienne Informatique
❖ Faction : Erudite (divergente)
❖ Philosophie : Find what you love and let it kill you
❖ Playlist : Cosmic Love - FLORENCE AND THE MACHINE || Meet Me On the Equinox - DEATH CAB FOR CUTIE || A Shadow Fall on Me - GARY NUMAN || The Preacher - JAMIE N'COMMONS || Smokestacks - LAYLA || Animal - XOV || Too Dry To Cry - WILLIS EARL BEAL || Won't Win - FRACTURES



MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Lun 7 Mar - 19:58


No one man should have all that power
❝Stop trippin' I'm tripping off the power || EVENT MULTIPLAYER❞




Jetant un coup d'œil à Ramsey, je l'observe brièvement jouer avec sa chaise. Non, vraiment, il ne changera jamais. Haussant les sourcils d'un air désespéré, je lui adresse tout de même une légère moue amusée avant de lui signifier d'un regard qu'il serait temps qu'il arrête ses conneries d'enfant survolté. Tablette personnelle en main, jambes croisées, je poursuis alors impassiblement différents travaux en attendant l'arrivée de notre dirigeante. Je me moque du temps qui passe car j'ai fait de la patience la plus redoutable de mes alliés. Lorsque mademoiselle Rosenbach arrive enfin, je range en mon sac à main ma tablette et m'empare de celle laissée à notre disposition, écoute d'une oreille attentive les dires de la présidente, la laissant creuser à chaque mot qui émanent de ses lèvres légèrement pincées le fossé de nos différences et les ponts de nos ressemblances. À son opposé, je suis de celle au timing parfait, ni en retard ni en avance, j'arrive à l'heure et au lieu dit en toute ponctualité. J'aime cette idée d'harmonie qui serait instaurée par l'ordre établi avec la justesse du plus noble paradis. À son image, je ne suis pas de ces êtres qu'il est bon de contrarier, car ce qui me gène et insidieusement m'entrave, d'un revers de main je le balaye et lui fais rejoindre mon cimetière aux indénombrables épaves. Je déteste l'anarchie lorsqu'elle n'est pas issue de mon propre souffle d'entropie. Étranges entités dont les idées se confrontent comme elles se superposent, nos chemins divergent et distinctement se séparent lorsque nos deux volontés brutalement s'imposent. Lorsque je prends place sur l'échiquier du pouvoir, je ne suis pas du genre à foncer tête baissée en le premier traquenard agité par l'avancée d'un pion tout juste bon à être sacrifié. J'analyse les pièces qui me sont confiées, décortique la moindre entrée et sortie possible, décompose la stratégie adverse afin de la déposséder de la moindre parcelle de terrain qu'elle pense naïvement à jamais conquise.

Je détruis ce qui depuis bien trop longtemps dépérit pour mieux reconstruire l'âge d'or d'un nouvel empire. Justice et liberté sont mes deux cavaliers lorsque je me dresse au devant de nos contrées mutilées par une guerre silencieusement ancré en nous depuis de trop nombreuses années. Je marche sur l'utopie souillée car elle n'est pas l'étendard que j'ai choisi d'agiter. Ce qui m'insupporte le plus? Cette mélodie du mensonge que l'on nous force à suivre en rythme depuis notre arrivée en ce monde dévasté. Ainsi, je ne vis que pour le concret et crache sur les chimères qui affligent comme elles enivrent. Je vomis la traîtrise, maudis le despotisme et hais les imposteurs. J'exècre les misérables qui par lâcheté se terrent derrière d'éblouissant serments empli de lumière afin de déverser en nos terres le fiel et la misère. J'abhorre tout ce qui menace cette paix qu'à ma façon je tente d'instaurer et qui détourne de mes objectifs ce peuple que je m'efforce de soulever contre ce régime qui ne fait que l'oppresser. Et si j'ai bien conscience qu'aucune révolte ne peut se faire sans quelques brebis à immoler, je suis de ces insurgés qui croient en le bien fondé d'une bataille proprement menée. Aucune vie inutilement sacrifiée, aucun objectif vainement décimé et un code d'honneur à toujours respecter. Je préserve ce qui doit l'être et fait chuter ceux qui doivent être renversés. Et je les observe sans dire le moindre mot, toutes ces têtes pensantes qui m'encerclent et prennent tour à tour la parole. Je les laisse me dévoiler leur personnalité au travers de ce feu qui en leur âme progressivement s'attise tandis qu'Hazel cite un passage de la parabole. Déposant le stylo qui dansait durant ma prise de note sur la table de verre, je tourne enfin le visage en la direction de Moira, m'adressant directement à elle après l'intervention de la dirigeante des altruistes :

- Je ne vois rien d'étrange en cet avertissement. Lors de l'évènement Chasing the Rapture, une première mise en garde nous a été adressé alors que notre système de sécurité se faisait pirater. Depuis cette vidéo de propagande, nous savions qu'une épée de Damoclès planait juste au-dessus de nos têtes et que celle-ci visait le conseil dans son entièreté.

Posant la tablette à ma gauche, je croise à nouveau les jambes, accoude mon bras droit sur l'appui de mon siège, une main ouverte à la gestuelle tout en poursuivant :

- La paix instaurée par le système des factions a toujours été un sujet houleux et commenté par les esprits les plus délétères et enflammés. Et étrangement, cette lettre intervient juste après la mise en place du projet Equilibrium. Or en cette dernière, aucune indication viable ne nous a été donné quant aux réelles motivations de ce groupuscule nommé Légion. Deux hypothèses sont alors à envisager, soit le message a été en partie tronqué, chose très peu concevable, soit celui-ci est directement lié à la vidéo de propagande.

Marquant une pause, je reprends avec la même froideur :

- Ce groupe se fait appeler Légion, il se compare à des démons, évoque le sang des martyrs qu'il leur faut venger, des promesses tenues et qui n'ont pas été respecté, de paix fragile qu'ils ont pour objectif de briser au travers d'une noble guerre. Vous pensez véritablement que tout ce qui adviendra se déroulera sans le moindre heurt? Ou que ce ne sont qu'une poignée de plaisantin ? Cessons donc d'être naïf, car s'il y a bien une vérité que nous connaissons tous c'est que le sang appelle le sang et c'est précisément ce qu'ils sont venus nous réclamer aujourd'hui. Ils nous ont déjà atteint par deux fois, ne les laissons pas le faire une troisième fois.

J'abaisse alors mon avant bras, affermissant un peu plus ma position en mon siège puis, balayant du regard les membres de l'assemblée avec mon flegme habituel :

- Je suis d'accord avec Monsieur Dallas quant au fait d'alerter la population, qu'importe ce que nous en disons, elle est impliquée en cette trame depuis bien longtemps. Cette dernière a déjà été prise en otage une première fois lors de Chasing the Rapture, si elle venait à l'être une seconde fois, notre autorité n'en sera que définitivement sapée et le climat de sécurité que nous tentons d'instaurer partira en fumée. Exposer cette vérité au grand jour nous permettra de prendre les choses en mains avant que toute cette histoire ne nous explose à la figure et de faire passer deux messages : le premier à l'attention de la nation, prouvant ainsi que nous considérons son sort avec sérieux et que nous veillons toujours à son bien-être ainsi qu'à sa protection. Le second sera pour Légion, lui faisant comprendre que nous ne traitons pas avec les anarchistes et qu'importe les menaces, nous ne signerons aucune reddition. Eh bien entendu, tout comme mes paires, je suis également d'avis de lancer plus qu'activement les recherches pour découvrir les identités de ceux qui se cachent derrière cette identité biblique.

Je dépose alors mes iris azurées en celle d'Hazel, profitant de cette brèche qu'elle m'a offert un peu plus tôt :

- L'idée soulevée par Mlle Stevenson porte à intérêt, sans forcément donner cette impression de céder du terrain, il serait intéressant pour nous de revoir certains axes de notre système, notamment avec les sans factions et autres cas considérés comme problématique afin de palier à tout éventuel retour de flamme.

Je connais l'intégralité de mes crimes et reste persuadée que toute la vérité concernant l'avertissement de Légion n'a pas été dévoilé, seulement, si Moira souhaite conserver le pouvoir tant convoité, il lui faudra emprunter le chemin que je lui ai si insidieusement tracé. Du sang et des larmes voilà ce qui se trame, du sang et des larmes voilà ce qu'inlassablement ils se réclament. À l'orée de ce vaste échiquier, je contemple mes ennemis tout prêts à s'entredéchirer. Les pions finalement s'avancent et c'est ainsi que le combat commence.

H.J:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Blake C. Keyshawn

❖ Date de naissance : 10/08/1987
❖ Barge depuis : 26/02/2016
❖ Messages : 572
❖ Avatar : Phoebe Tonkin
❖ Crédits : Melaaniee
❖ image :
❖ Âge personnage : 29 ans
❖ Profession : Dirigeante des Sincères
❖ Faction : Sincères
❖ Forces & Faiblesses : Incorruptible, je ne joue pas avec la politique. Je veux juste que Justice soit rendue. Celà peut être un avantage mais aussi un inconvénient...
❖ Philosophie : There is no middle. There is just Truth or Lie.
❖ Playlist : The Veronicas ► Heavily Broken - Emily Browning ► Asleep - Gleecast ► Total Eclipse of the Heart - Jessie J ► Casulaty of Love - Mariah Carey ► Infinity



MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Lun 7 Mar - 21:44

HOUSE OF CARDS



Blake entra dans la pièce parmi les dernières personnes. C’était parfaitement calculé : elle n’avait tout simplement envie de voir ou de parler à personne. Rejoignant sa place avec un dossier, elle le relisait pour la millième fois. Les autres personnes penseraient probablement qu’elle était très occupée et c’était précisément l’impression qu’elle voulait faire. Ainsi, elle salua à peine ses pairs, leur adressant seulement un hochement de la tête.

Moira entra bien vite dans la salle et le silence régna. Elle savait s’imposer et c’était une chose admirable. Blake l’admirait du moins. L’observant s’installer avec la grâce habituelle qu’on lui connaissait, elle ne perdit pas de temps en leur demandant de lire un document. Allons donc. Blake attrapa sa tablette et ses yeux commencèrent à balayer les lignes. Quelque chose la frappa de plein fouet. « Nous sommes Justice, Fidélité et Courage. » Comment osaient-ils ? Pouvait-elle penser sérieusement qu’ils pourraient être des traîtres ? Déglutissant difficilement, Blake pourtant ne se formalisa pas. Si Moira lui posait frontalement la question, elle ou toute autre personne, Blake n’aurait qu’à dire la Vérité. Elle était Sincère et le mensonge ne pouvait donc être sien. Elle reprit son souffle en poursuivant sa lecture. Beaucoup d’hypothèses vinrent s’entrechoquer dans son esprit. Ces personnes étaient des rebelles qui souhaitaient renverser le système. C’était le début de la fin. S’ils ne pouvaient savoir qui ils étaient, ils n’avaient effectivement que peu de chance de rétablir l’ordre.

Ramsey fut le premier à prendre la parole. Sa position, elle la partageait en partie. Il était clair que si cette Légion voulait les renverser et que le peuple les soutenait, ils auraient beau déployer tous les moyens à disposition, ils ne feraient qu’agraver la situation. C’était une guerre d’images qui se profilait à l’horizon. Leur société n’était pas parfaite, loin de là, mais elle semblait fonctionner. Du moins, elle tenait depuis plusieurs décennies mais il fallait encore régler quelques petites choses. Comme les divergents. En soi, Blake ne les voyait pas comme une menace. Ils pouvaient choisir leur faction et se conformer aux attentes. Certains devaient bien y parvenir d’ailleurs...

Kameron lui minimisa la menace, ce qui aurait pu faire bondir la jeune femme. Au lieu de cela, elle se raidit dans sa chaise. Il n’y avait bien qu’un altruiste pour croire que le monde était gentil et beau. Il n’y avait que la Vérité : cette lettre était une Menace. Une Menace était sérieuse et ne laissait aucun doute quant aux intentions de ce groupe de terroristes. Car c’était bien ce qu’ils étaient à ses yeux. Et le son de cette voix la plongea dans un profond désespoir. Envy. Elle s’aperçut seulement qu’elle avait jusque là tout fait pour éviter de le regarder. D’ailleurs, elle gardait résolument le nez baissé sur sa tablette. Encore une fois, ils étaient sur la même longueur d’ondes... Incroyable comme ils pouvaient toujours parler d’une seule voix alors la vie les avait séparé si brutalement. Mais lui aussi se fourvoyer. La question n’était pas d’arrêter les personnes impliquées. Les arrêter, ce n’était pas le plus compliqué. Hazel intervint à son tour. Elle marqua un raisonnement différent de son bras droit et c’était bien mieux. Mais elle aussi, elle finissait par croire qu’il suffisait de donner à ces gens ce qu’ils voulaient. Et puis quoi encore ? C’était comme donner la liberté à un meurtrier, ça n’avait pas de sens !

Arizona prit la parole. Blake l’écouta attentivement quand elle s’aperçut qu’elle en avait beaucoup à dire. Trop à dire. Elle observa alors sa gestuelle. Quelque chose lui semblait assez inquiétant bien qu’elle ne savait pas quoi. Ce mimétisme employé pour persuader Moira de l’écouter ? Son assurance la dérangeait. Elle semblait maîtriser la partie alors qu’elle n’était que le bras droit des Erudits. Laissant le silence planer quelques secondes, afin de voir si un autre allait parler, Blake comprit qu’il était temps pour elle d’exprimer son opinion. « Il n’y a pas de négociation possible. Pas avec la sécurité de nos concitoyens. Leur donner ce qu’ils veulent ? Ils ont été plutôt clair pour moi : ils veulent une guerre civile, ils veulent que le peuple se monte contre nous et nous destitue, ils veulent changer notre système. Et où cela mènera-t-il ? Au chaos, à l’injustice. Ce n’est certainement pas ce que je souhaite. Peut-être que nous pouvons effectivement améliorer certaines choses, tout est perfectible. Mais il s’agit ici d’une guerre d’images. Arrêtez-les, et ils deviendront les martyrs qu’ils proclament déjà être ! »

Elle pinça les lèvres, cherchant à rassembler ses pensées dans un fil cohérent. « C’est une guerre d’image. Je pense que nous devrions en ce sens avertir la population qu’un groupe de personnes cherche à déclencher une guerre et qu’ils devront se montrer vigilants. Il faut dire la vérité et proposer à chaque citoyen de s’exprimer anonymement sur ce qu’il aimerait changer dans notre système, comment nous pourrions l’améliorer. Ils s’appuient sur les rancoeurs et les non-dits pour persuader ceux qui doutent de nous. Il y aura certainement de bonnes idées à prendre et nous pourrions ainsi les mettre en place. Nous leur donnons également la possibilité de s’exprimer s’ils ont d’autres attentes que la guerre mais si jamais ils s’entêtaient dans cette voie, nos citoyens sauraient que nous leur avions donner la parole, que nous les avions entendu et ils seraient certainement plus enclins à nous écouter, voire à nous soutenir si besoin. Et cette Légion n’aurait plus vocation d’être. Je ne suis pas dans ce mouvement, mais je ne serai pas étonnée que certains soient divergents. Je rejoins O’Malley sur le fait que nous devrions vraiment travailler à intégrer ces divergents et ces sans-factions. Je sais que cela va contre nos idées mais il semblerait que nous ne pourrons pas toujours contrôler ces personnes. Parfois, il faut savoir être ami avec ses ennemis.»

Etait-elle clair ? Il lui était encore difficile de raisonner longtemps. La perte de son bébé restait une douleur impossible à surpasser. « En conclusion, je pense que si nous pouvons déminer le terrain et instaurer une relation sincère, ils n’auront pas le besoin d’aller plus loin. Ils redeviendront des ombres qui finiront par disparaître. Sans vague. Et s’ils persistent, ils ne seront jamais vu comme des martyrs. Et nous pourrons alors répondre à leur menace en toute légitimité. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Silena M. Eastwood

❖ Date de naissance : 28/12/1998
❖ Barge depuis : 10/06/2015
❖ Messages : 3381
❖ Avatar : nina dobrev.
❖ Crédits : bonnie (avatar) + tumblr (gifs) + disturbed (css)
❖ Multicomptes : ezra s. ravenscar + maven k. morgenstern.
❖ image :
❖ Âge personnage : 24 yo.
❖ Profession : membre du conseil
❖ Faction : erudite.
❖ Forces & Faiblesses : ces ficelles qui manipulent vos âmes dans l'ombre, diablesse manipulatrice au coeur fébrile.
❖ Philosophie : on ne fait pas d'omelette sans casser quelques oeufs.
❖ Playlist : SET IT OFF, wolf in sheep's clothing + FLORENCE & THE MACHINE, seven devils + SIA, elastic heart + HALSEY, hurricane + BEYONCE ft THE WEEKND, 6 inch + ZELLA DAY, hypnotic + ARIANA GRANDE, dangerous woman + PANIC! AT THE DISCO, miss jackson + DUA LIPA, hotter than hell + JOJO, high heels.



MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Mar 8 Mar - 21:16


house of cards


Sometimes the truth won't make you happy, so I'm not gonna lie. But don't ever question if my heart beats only for you, it beats only for you



Je pénètre dans la salle la dernière, peinte aux lippes l'éternelle moue outrancière. M'appropriant le dernier siège, je ne prends même pas peine de dévisager ce joli cortège aussi ennuyant qu'insignifiant. Braves pantins désarticulés et bornés à déambuler sans raison jusqu'à ce que claquent ses talons, nous sommes comme enchaînés à sa prétendue puissance, celle-là qui nous fait courber la tête pour ne pas sombrer en la déchéance qu'elle n'hésitera pas de nous affliger si nous nous montrions outragés. Et la frustration grandit et s'enhardit, nullement visible sur ce masque insensible que je façonne et qui illusionne tandis qu'enfin ses pas résonnent. Princière, elle nous considère et s'insère gracieusement sous mes ébènes fulminants. Elle me lasse et m'agace, la reine des glaces, elle qui de ses abîmes polaires nous foudroie, qui de ses paroles autoritaires nous octroie le droit de nous pencher sur la cause de nos effrois. Réprimant un soupir, je commence à lire. Allons donc, quelques insurgés se plaisent à citer spirituellement un passage de la Bible, côtoyé de quelques menaces qui étrangement ne m'inspirent qu'une vague de pitié mêlée de mépris, et voilà que notre monde est à l'agonie. Au pire nous creuserons d'autres tombes, pleurerons hypocritement devant une fatale hécatombe où s'entremêleront les cadavres de ceux que nous défendons et ceux que nous attaquons. Ce ne serait pas la première fois qu'un amas d'idéalistes se dressent et agressent, et ce ne sera certainement pas la dernière.

Un sourire moqueur m'échappe lorsque l'autre dérape, s'enflamme de vérités qu'il pense certainement bien formées. Triste naïveté d'un homme encore auréolé de cette foi propre à l'humanité. « C'est parce que la société est trop faible pour nous détrôner que nous avons le pouvoir, parce que sans ce que nous représentons, tous ces jolis moutons que nous dirigeons se retrouveront sans berger. Et vous voudriez leur donner l'opportunité de rejoindre ces imbéciles pour se lancer dans leur noble guerre, de suivre un autre meneur ? » que je lâche, l'ironie s'égarant aux commissure de mes lippes. « Très mauvaise idée, sauf si bien évidemment, vous nourrissez le désir de fournir à ces égocentriques des bras en plus. »

Sans déplaisir j'endosse le rôle de l'ambassadrice du pire, brise leurs candides espérances du fiel de mes indifférences. Leurs avis divergent et aucun vers le mien ne converge.« La Légion n'a pas précipité les enfants de certains et les frères d'autres périr entre les murs obscurs d'un lieu d'où nul n'est jamais ressorti avant cette année. La Légion n'a encore rien fait, si ce n'est nous ridiculiser. Comme l'a si justement exprimé Arizona, ils visent le Conseil dans son entièreté. Qui a reçu cette lettre ? Nous. Ce ne sont que quelques personnes qu'elle menace, pourquoi de charmants et impuissants citoyens, qui ne font ce qu'ils ont toujours appris à faire depuis le début de leur sinistre existence, se sentiraient concernés plutôt que dépassés ? Finalement, ils resteront ce qu'ils ont toujours été ; des dommages collatéraux. Des instruments, qu'ils utiliseront pour nous faire réagir. Soyons magnanimes et évitons leur la conscience de ce fait. »

Mes prunelles railleuses se fixèrent sur Blake, un rictus cynique étirant mes lippes et sans état d'âme j'expiais mes sarcasmes.  « Mais bien sûr, demandons donc l'avis de nos chers citoyens, peut-être qu'après cela ils s'estimeront entendus et nous laisseront en paix. Vous êtes d'une incroyable stupidité si vous pensez que cela suffira. Une nouvelle revendication naîtra toujours de la dernière satisfaite. L'homme n'est pas de nature à être comblé. De plus, exposer à tous la possibilité d'un danger est un excellent moyen de leur montrer que, justement, nous les considérons comme un danger. Leur donner de l'importance signifie leur donner de nouvelles armes, et ce n'est pas ce que nous désirons, n'est-ce pas ? »

Jambes croisées et attitude détachée, je suis consciente d'être le parfait exemple de la cruauté. Oui, je n'ai que faire de ce que les citoyens ressentent, s'ils consentent. Parce qu'ils ne mèneront pas la guerre à nos côtés, et ceux qui le croient n'ont pas encore appris l'opportunisme de l'humanité. « Soyons sérieux, quoi que nous fassions, la nation ne considèrera jamais que nous nous préoccupons de son bien-être. Au mieux nous limitons ses malheurs. Je crois ne rien vous apprendre en affirmant que notre prestige ait perdu son lustre d'antan depuis les derniers évènements. Cela fait bien longtemps que nos citoyens ne nous voient plus comme leurs protecteurs, mais plutôt comme les tyrans nécessaires à ce que leur univers ne s'effondre pas. Non pas que ce rôle me répugne, mais il est devenu fragile dès lors que d'autres se sont proposés à nous remplacer. »

Marquant une légère pause, je continuais sur ma lancée. « Prévenir les citoyens, c'est affirmer que nous prenons conscience du risque que Légion représente. En ne faisant aucune annonce, nous leur témoignons une totale indifférence. De quoi blesser leur orgueil apparemment démesuré. S'ils ont le pouvoir d'agir qu'ils prétendent, croyez-vous réellement que quelques belles paroles selon lesquelles nous serions prêts à écouter leurs revendications les arrêterons ? Ils agiront, alors laissez-les faire, ils finiront bien par commettre une erreur. »
love.disaster

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Nathaniel L. Jenkins

❖ Date de naissance : 14/03/1991
❖ Barge depuis : 01/09/2015
❖ Messages : 485
❖ Avatar : Colin O'Donoghue
❖ Crédits : Avatar (Phoebe ♥) † Gifs profil(Lunatic Café) + Gifs signature (Texas Flood ♥)
❖ Multicomptes : Keira C. Vander
❖ image :
❖ Âge personnage : 32 ans
❖ Profession : Employé au Hive
❖ Faction : Audacieux



MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Lun 14 Mar - 21:11

La menace semblait réelle et pourtant intangible. Des mots couchés pour nous atteindre, nous effrayer. Pourtant l'indifférence m'enveloppait dans son éternel manteau. Que la population flambe et se meurt. Cela m'apportait bien peu. Le chaos ne serait qu'une délivrance, un moyen comme un autre de libérer les plus vils instincts. Les masques tomberaient pour laisser entrevoir les vrais visages. J'avais néanmoins un rôle à tenir et je m'y tenais à mon plus grand ennuie. Mon regard balayait l'assemblée, s'arrêtant sur chacun des interlocuteurs. J'écoutais leurs propos, me retenant à chaque fois de bailler ou bien encore de ricaner. Jambes croisées, les bras fermement posés sur les accoudoirs, mes efforts résultaient d'avantages à demeurer neutre qu'à tout autre chose. Il était bien naïf de tenir informer la population. Quoi de mieux pour pousser les esprits les plus rebelle à les rejoindre? Il était idiot de vouloir se soumettre à leurs exigences. Nous n'étions pas des faibles. Il était hors de questions de capituler. Le Pouvoir, le vrai, consiste à briser ses ennemis. Et non pas leur faire des galettes et leur offrir une tasse de thé. Tout comme il était inutile de retourner la ville entièrement. Il n'était pas non plus concevable de rester les bras croisés. A condition que la menace soit bien réel. Finalement, parmi toutes ces inepties, une voix s'éleva. Echos parfait de mes pensées. Sourire en coin des lèvres, j'écoutais la diarrhée verbale de notre venimeuse Silena.

— Enfin quelqu'un de censé, approuvais-je dans un soupir désespéré.

Décroissant mes jambes, je redressais mon buste afin d'adopter une position plus convenable. Visiblement, il était temps pour moi de prendre la parole et très franchement, si ça ne tenait qu'à moi, je ferais un bête copié-collé des paroles de la magnifique vipère. D'ailleurs, je la trouvais particulièrement en beauté aujourd'hui. L'espace d'un instant, mon regard appréciateur coula sur son visage et dévia sur son buste. Un court instant seulement car la situation ne s'y prêtait malheureusement pas.

— Il est impératif de tenir cette affaire sous silence. Nous avons perdu toute crédibilité envers la population. Nombreux sont ceux doutant du Pouvoir mis en place. Chassing the Rapture est un exemple concret... Seuls, les citoyens acceptent leur sort. Il suffit d'une vague, d'une personne un minimum plus charismatique qu'eux pour les voir s'ériger contre les Lois établies. Imaginez la vague immense que ça ferait, l'apparition d'un groupuscule cherchant à nous atteindre? Silena a raison. C'est le Conseil qu'ils visent. La population n'étant que des moyens collatéraux. Cela n'empêcherait pas une grande partie de la population de se tourner vers eux. Pourquoi? Car ça sonne comme la promesse d'une nouvelle ère. Et en ces temps difficile, la population n'est pas apte à faire les bons choix. Ils s'affolent tel des insectes grouillants. Quoi qu'il en soit, je pense que ce message n'est qu'un prétexte pour se faire connaître de nous. Tel un peintre signant leurs toiles, ils ne cherchent que la reconnaissance. Laissons-les dans l'ombre. Ils finiront par se trahir. Néanmois, je pense qu'il serait en effet judicieux de mener une enquête... mais une enquête discrète. Sans avoir à tenir informé la population. Au-delà de notre perte de crédibilité, le risque est de créer la paranoïa au sein de notre communauté. Et cela pourrait entraver une quelconque investigation.

Et l'éventualité d'enquêter sur les personnes présentes dans cette salle n'est pas à exclure. Bien au contraire. Sois proche des tes amis mais d'avantages de tes ennemis. Mais ça, je me le gardais bien. L'idée étant de laisser sous-entendre que les efforts seront érigés vers le bas peuple.

_________________

To build a home
There is a house built out of stone. Wooden floors, walls and window sills... Tables and chairs worn by all of the dust. This is a place where I don't feel alone. This is a place where I feel at home... Cause, I built a home.For you. For me. (c) disturbed


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Ven 15 Avr - 19:40



Hear them roar

FT. DIRIGEANTS ET MEMBRES DU CONSEIL


« La Légion n'a pas précipité les enfants de certains et les frères d'autres périr entre les murs obscurs d'un lieu d'où nul n'est jamais ressorti avant cette année. »

A ces mots, il se fige, sent son être tout entier se crisper et se murer dans une vérité qu’il ne connait que trop bien. L’audacieux, discrètement, serre les dents. Silena n’a pas tort lorsqu’elle dit que l’image du Conseil est tronquée, rabattue au stade de vulgaire tyran profiteur des pauvres âmes en peine. Envy lui-même déteste ce gouvernement. Il déteste cette table et se déteste lui-même de participer à autant de fumisterie. Ce ne sont que des paroles, quoi qu’il se dise entre ces murs, Rosenbach n’en fera qu’à sa tête. Il était lui-même prêt à mettre la ville à feu et à sang après ce qui est arrivé à Uriah. Qu’est-ce qui empêcherait l’une de ces têtes bien pensantes d’avoir des doutes sur le tristement célèbre dirigeant des audacieux ? Son regard longuement se pose sur la silhouette élancée de Moira et de son bras droit. Les Divergents ? Carter a envie de rire jaune à cet instant. Ils ne savent pas ce que cette Légion réclame, ou peut-être que si, elle sait. Elle sait toujours tout. Blake a pris la parole avec sagesse et sincérité mais quand bien même ils partagent encore certains points de vue communs, cette fois-ci il y a un détail important sur lequel ils ne sont pas d’accord. A tour de rôle il observe chacun des membres de cette table s’exprimer. Au fond, il n’apprécie pas l’attitude de Silena. Elle est hautaine et irrémédiablement méprisante de la population, ce que lui ne cautionne pas, se sentant beaucoup plus proche de ces concitoyens que des propres personnes de cette grande tablée. Ce fut pourtant vers Arizona qu’il tourna son regard après avoir observé un court instant son ex-femme.

« Pour intégrer des divergents, faudrait-il encore que ces derniers ne soient pas vus comme des abominations de la nature par ce même gouvernement que nous représentons. ». Pente dangereuse. Il le sait, mais il n’a jamais été réputé pour prendre des pincettes dans ce genre de situations. En soi, c’était très ironique, lui qui était chargé de trouver des noms et de les filer joyeusement à ce putain de gouvernement qu’il servait. Il avait passé un pacte avec le Diable et il se détestait également pour ça. « Même si ça m’en coûte de le dire, je suis d’accord avec Eastwood et Jensen sur le fait que le révéler à la population ne ferait qu’aggraver la panique. Et je ne parle que de panique. Quoi qu’il arrive il y aura toujours des citoyens prêts à rejoindre ce groupuscule. Ce que je ne peux cautionner, c’est la mise à mal de la population. Je reste sur ma position, il faut agir dans l’ombre et efficacement avant que tout ceci ne prenne des proportions énormes. ». Il se tait un instant, comme soudain pris dans une réflexion alors qu’il relisait une des phrases de la lettre. « Refusez-nous ce que l’on vous demande, demain, mademoiselle Rosenbach … Je ne peux m’empêcher de me demander ce qu’ils peuvent bien vouloir. J’imagine que le leur donner n’est en aucun cas une option pour ce Conseil ? ». Sans doute serait-il rabroué plus tard, ou même mit au pilori à cette seconde précise, mais les faits étaient là. Pourquoi diable prendre le temps de préciser cela sur une lettre si c’est pour ne pas en préciser la teneur ? Cette affaire était aussi louche que cette réunion elle-même. « Nul n’est mon intention de vexer les susceptibilités de ce Conseil en évoquant les sujets qui fâchent, bien évidemment. ». Et un petit sourire bien placé adressé à l’attention de Moira plus tard, il laissait de nouveau la parole. Si ce n’était pas de l’audace…

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Moira A. Rosenbach

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 470
❖ Avatar : Julianne Moore.
❖ Crédits : shiya (avatar), tumblr (gif) + disturbed (gifs & css).
❖ Multicomptes : Aucun.
❖ image :
❖ Âge personnage : Cinquante-quatre ans.
❖ Profession : À la tête du Conseil et fière héritière du projet OBLIVION.
❖ Faction : Érudite.
❖ Forces & Faiblesses : Mon calme olympien, mais facilement aveuglée par le flambeau du Pouvoir.
❖ Philosophie : Knowledge is power.
❖ Playlist : LORDE - everybody wants to rule the world. GIN WIGMORE - kill of the night. FLORENCE + THE MACHINE - what the water gave me.



MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Mar 19 Avr - 15:05

HOUSE OF CARDS
Ft. Membres du Conseil & Dirigeants

Impassible, ses azurs voltigent entre les visages, au gré des discours aiguisés de chacun, seule une petite moue, aux nuances énigmatiques, trahis légèrement son incertitude de plus en plus palpable. Trois camps se sont formés, ceux qui souhaitent éviter les inutiles effusions d’hémoglobine, ceux qui favorisent une approche discrète mais concrète et ceux qui pensent que tout ceci est une ridicule perte de temps. Trois camps, de très bons arguments, aucun point en commun, ou terrain d’entente ; la conséquence d’avoir divisé la société en cinq Factions. Clairement, cet entretien ne va aller nulle part, ils pourraient discuter de ce problème durant des heures, ils resteraient au même point. Encore une fois, c’est elle qui doit trancher et faire une décision. Une décision qui, comme toujours, ne plaira pas à tous. Décision qu’elle chapeautera auprès de sa population et dont elle assumera les pleines retombées…

Ignorant volontairement les arguments cinglants du dirigeant des Audacieux, la présidente s'empresse de soulever :

- Vos paroles judicieuses---

Sa phrase à peine entamée, que retentissent les échos tonitruants du système d’alarme d’incendie. La Tour Willis toute entière tremble…

SUITE : ici.




_________________

Heads will roll on the floor
- Off with your head, dance 'til you're dead -


Dernière édition par Moira A. Rosenbach le Mar 19 Avr - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://of-monsters-and-men.forumactif.org

avatar

one choice can transform you
Moira A. Rosenbach

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 470
❖ Avatar : Julianne Moore.
❖ Crédits : shiya (avatar), tumblr (gif) + disturbed (gifs & css).
❖ Multicomptes : Aucun.
❖ image :
❖ Âge personnage : Cinquante-quatre ans.
❖ Profession : À la tête du Conseil et fière héritière du projet OBLIVION.
❖ Faction : Érudite.
❖ Forces & Faiblesses : Mon calme olympien, mais facilement aveuglée par le flambeau du Pouvoir.
❖ Philosophie : Knowledge is power.
❖ Playlist : LORDE - everybody wants to rule the world. GIN WIGMORE - kill of the night. FLORENCE + THE MACHINE - what the water gave me.



MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1) Mar 19 Avr - 15:06

TO BE CONTINUED
sujet terminé & verrouillé.

_________________

Heads will roll on the floor
- Off with your head, dance 'til you're dead -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://of-monsters-and-men.forumactif.org


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1)

Revenir en haut Aller en bas
 

HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» HOUSE OF CARDS ✤ mini-intrigue (part 1)
» Séries TV
» FULL METAL JACKET ✤ mini-intrigue (libre)
» Mini 6.50 : 800 NM part 1 et part 2
» [Lego] MOC : mini usines de LEGO automatisées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › Downtown :: Willis Tower-