Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 Breath of life, mercy of living ¤ One shot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Hazel Stevenson

❖ Date de naissance : 12/07/1989
❖ Barge depuis : 08/07/2015
❖ Messages : 356
❖ Avatar : Emilie de Ravin
❖ Crédits : Lolita & Wise
❖ Multicomptes : Calypso Reed & Scarlett Trueblood & Alice M. Lavaud
❖ image :
❖ Âge personnage : Vingt-huit ans
❖ Profession : Serveuse nocturne dans un night club de la Dead End. Le Wrigley se retrouve sans chef, sans toi, l'infimière dévouée.
❖ Faction : Lie de l'humanité, premier choix de ton existence : plutôt qu'une vie de surveillance, tu as choisi les Sans-Factions. Née Altruiste, déchue de ton statut de Dirigeante.
❖ Forces & Faiblesses : Tu es la force du choix & la faiblesse de leur avoir fait défaut.
❖ Philosophie : Quem patronum rogaturus, cum vix justus sit securus ? Dies iræ
❖ Playlist : Devils dont fly (Natalia Kills) ¤ Knockin' on heaven's door (Raign) ¤ Eyes on fire (Blue Fondation)



MessageSujet: Breath of life, mercy of living ¤ One shot Sam 5 Mar - 12:27

Breath of life, mercy of living
One shot

I'm born again ✻✻✻ Tes yeux se sont rouverts dans la salle de simulation. Silhouette frêle abandonnée au milieu d'une dizaine d'autres, l'esprit embrumé, la peur au creux du ventre, l'incompréhension au fond des prunelles. Il t'a fallu du temps pour comprendre où tu étais. Pour reconnaître les visages. Scientifiques : juges ou jurés ? Cobayes : victimes ou coupables ? Le moniteur cardiaque s'est emballé. Avec les souvenirs de la scène vécues dans tes limbes, te sont revenus ceux de ce que tu as dit. A ce moment précis, tu te voyais déjà déchue de ton statut, envoyée chez les Sans-Factions. Ils ne pouvaient pas laisser passer ça. Ils ne pouvaient pas laisser quelqu'un comme toi à la tête des Altruistes, ou même Altruiste, tout simplement.

Pourtant, tu as pu rentrer chez toi.
Toujours leader. Toujours reconnue comme dévouée à l'abnégation extrême.
Terrible mensonge.
Aucune justice.

Tu les as vu emmener Salem, tu les as vu prendre Charlize. Et Isaac. Et ce grand brun, ce Fraternel croisé une fois ou deux. Il n'était pas le seul, une jeune femme de la même Faction a eu droit au même traitement. Et Hendrix ! Il y avait Hendrix aussi ! Muette d'impuissance, tu as pleuré intérieurement sur ce nouvel ordre. Chaotique.

Contre toute attente, alors que d'ordinaire, tes lèvres se seraient plissées de douleur et que tu aurais courbé l'échine, tes sourcils se sont froncés. De colère. Tu as senti la Bête s'agiter dans tes tréfonds mais nulle conscience n'a fait mine de lui intimer le silence. Ta conscience n'avait plus d'armes face à cette scène. Un nouvel ordre. Chaotique. En toi.

Une silhouette attendait devant la Willis Tower. Christopher. Combien de mois s'étaient écoulés depuis votre dernière entrevue ? Combien de temps depuis qu'il avait quitté tes bras et tes draps sans se retourner ? Tu l'as dévisagé comme si un étranger sonnait à ta porte. Peut-être en était-il au même point, lui aussi. Il a semblé surpris. Ton légendaire sourire angélique n'a pas fait d'apparition chimérique. " Tu étais là, toi aussi. " t'a-t-il dit, hésitant, embarrassé. Tu as simplement hoché la tête, plantée à quelques pas de lui. Il n'était pas vraiment là. Rien ne l'était vraiment, de toute façon. L'ordre avait changé. " Hazel ... " Tu as levé une main péremptoire. Encore un choc pour lui. " Je ne veux pas de ta vérité. " as-tu lâché, honnête. Sincère. " Tu n'en as jamais voulu. Tu continues de te cach ... " Un sourire, cette fois. En coin. Rien de doux, de délicat. De l'ironie, voilà. Tu semblais l'effrayer. Ou le défier. L'un et l'autre, l'un ou l'autre, qu'importe. Cela eut le mérite de lui couper le sifflet. " C'est assez que de vous entendre, tous, parler de belles vérités et de pieux mensonges. Quand comprendrez-vous que personne n'est bien placé pour juger du bien-fondé ou de l'absurdité de quelque chose ? Surtout pas toi, Christopher. Surtout pas toi. " Aucune réponse, tu le détailles. " Tu vois, il n'y a plus rien à cacher. " as-tu tranché, avant de t'éloigner. Tu ne le reverrais plus. C'en était fini. Beaucoup de choses l'étaient.

La maison était plongée dans ce silence mortifère que tu lui connaissais bien. Cependant, à peine avais-tu refermé la porte d'entrée qu'un geignement t'étais parvenue. Une plainte en ritournelle, tout prénom répété en boucle d'une voix pâteuse. Tu as monté les escaliers, par automatisme, tel un robot parfaitement conditionné. Tu savais ce qui t'attendait. Joshua, saoul, probablement tombé de son fauteuil ou de son lit. Tu ne t'étais pas trompée. " Hazel, ma douce, ma chère enfant, aide-moi, relève-moi ... " Le ton dégoulinant de miel, les yeux larmoyants. La bave à 30° aux lèvres.


Sauf que tu n'as pas bougé.
Adossée à l'encadrement, tu l'as regardé ramper vers la porte, vers toi, suppliant.
Là encore, tu connaissais la suite.
A peine aurait-il retrouvé son confort que les quolibets, les insultes, les railleries, reprendraient. Tu avais pleinement conscience à quel point il était malade, déprimé, sans plus rien à quoi se raccrocher. A part toi. Son ange sauveur. Son bouc émissaire attitré.

" Nous verrons lorsque tu auras dessaoulé. " as-tu asséné au bout d'un moment, avec une indifférence apparente la plus totale. Ses lippes se sont retroussées. Comment osais-tu ? Comment pouvais-tu l'abandonner ainsi ? Il a éructé. Craché. Tu t'es détournée. " Ce que tu fais est mal, Hazel ! Ce n'est pas bien ! " a-t-il grondé dans ton dos, animal blessé laissé à son sort.

Déjà, la porte de la salle de bain se refermait derrière toi. Tu as fouillé dans le placard, sorti l'objet maudit, honnis par ta Faction. Par ta mère. Celui qu'elle t'avait toujours interdit. Ton reflet t'est apparu dans ce miroir tandis que les cris démentiels continuaient à l'autre bout du couloir. Un petit sac en plastique, que tu venais juste de poser, t'attendait sagement sur le lavabo. Tu en as retiré un flacon sans quitter ton autre toi des yeux. De la teinture. De la teinture brune pour tes cheveux si blonds. Ta main gantée remplie du liquide mormon s'est approchée du sommet de ton crâne. Ta décision était prise, sans retour possible.

" Bien ... Mal ... Au diable ! "

Et ta paume s'est écrasée.

Douce et délicate poupée à la chevelure de miel, tout droit descendue du ciel, faite pour porter le fardeau d'une génération, te voilà enfin prête à vivre.
Etait-ce la Bête qui parlait ?
Non.
C'était toi.
Il avait toujours s'agit de toi.
La transformation avait commencé.


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________


Even angels could fall in deepest evils things.


2 fab 4 u:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Breath of life, mercy of living ¤ One shot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» City Life sur Macbook ?
» city life edition 2008
» [Half-Life] Jumping Aera
» Half Life 2 Survivor vers 1 & 2 (Taito Type-X+)
» [Résolu] Ravenous Trap + Capacité dredge (life from the loam)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › North Side :: Habitations-