Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 Marry the night ▲ RAMSEY, SILENA & ENVY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Marry the night ▲ RAMSEY, SILENA & ENVY Lun 15 Fév - 18:39



« MARRY THE NIGHT. »

FT. RAMSEY, SILENA & ENVY



« Hey Ram’ ! ».

Il avait troqué son accoutrement d’audacieux et de flic contre une chemise blanche et un pantalon noir bien camouflé sous sa veste chaude. Lorsqu’il avait ouvert son placard après une bonne douche chaude, il s’était surpris à avoir encore ce genre de chemise en état, lui qui ne prenait plus souvent le temps de coordonner ses fringues, passant le plus clair de son temps dans ses tenues sombres et pratiques pour le combat. Dans ses rares moments de lucidité et de sobriété, Envy demeurait cet être calme que tout le monde avait toujours connu, lorsque les affres de souvenirs trop douloureux et d’une absence pesante ne se faisaient pas sentir. Il y avait ces rares moments où son esprit semblait tout oublier, le temps d’un instant, comme pour se protéger et ne pas sombrer dans une folie certaine. Folie qui le menaçait comme l’épée de Damoclès, trônant fièrement au-dessus de sa tête, prête à s’abattre. Ce soir, il n’y aurait pas trace de cette mélancolie sur son visage, pas quand il savait pertinemment qui il allait voir, et ce qu’ils avaient prévu de faire. Avec Ramsey ça finissait toujours pareil : en grand n’importe quoi, et autant dire que le grand n’importe quoi ne l’effrayait pas pour un sous. Envy connaissait parfaitement les rumeurs qui circulaient à son sujet, et il s’en foutait comme du fond d’une bouteille vide.

Voir la silhouette du blondinet apparaître sous ses yeux lui fit un bien fou, une véritable bouffée d’oxygène sur le moment malgré le manque flagrant d’alcool qui se faisait sentir. Une accolade d’audacieux plus tard, ils étaient déjà assis à une table, noyés sous les bouteilles à ne plus savoir par laquelle commencer, et à dépenser sans compter. Car il n’y avait rien de mieux que l’alcool qui coule à flot, partagé avec un ami de toujours. Il y avait ce franc parlé entre eux qui ne les gênaient pas puisqu’ils n’étaient que deux hommes gravitant dans une bulle, bulle gravitant elle-même entre les aléas de cette vie cramoisie qui était la leur. Pourtant, ils étaient toujours là, bien vivant, et enclin parfois, surtout Ramsey en fait, à n’en faire qu’à leurs têtes au risque de se faire mal voir par la société. Quelle belle jambe ! Enfin depuis peu, le blondinet, ex-audacieux, avait visiblement été repéré pour devenir l’un des membres du Conseil, quelle drôle d’idée tiens ! Et quelle belle jambe putain !

« J’ai retrouvé cette chemise là tout à l’heure… J’savais même plus que j’avais ça. T’y crois toi ? Moi ? Porter une chemise blanche ? Non mais sérieusement tu t’rends comptes de l’effort que je fais pour tes belles prunelles d’érudit ? ».

Les azurines de l’audacieux se posèrent dans celles du blond qui lui faisait face, pour l’instant. A l’intérieur du club, les rires et les éclats de voix se faisaient entendre, n’arrivant pourtant pas à camoufler l’écho de la musique qui battait son plein. A n’en pas douter, l’ambiance était loin d’être à son apogée, mais la soirée commençait fort. Les effluves de l’alcool faisaient déjà leurs ravages sur Envy, mais il n’avait pas été aussi guilleret depuis des jours, riant sincèrement et ses deux billes claires aussi brillantes qu’une étoile filante. Sortir de chez lui et de ce bureau trop sombre était véritablement bénéfique, et il n’était clairement pas au bout de ses surprises. Les lumières vacillaient autour d’eux et clignotaient sans relâche, le faisant entrer dans un monde abstrait, doux et aux effets paradisiaques, simple duperie du liquide qui se répandait dans ses veines. Simple tromperie de la réalité. Les corps féminins défilaient, tous plus affriolants les uns que les autres, et il ne put se retenir davantage. Lentement mais sûrement, il rapprocha sa chaise de celle de son acolyte, juste assez pour poser un bras sur son épaule et se pencher pour lui beugler dans l’oreille. « J’crois que t’as une touche mon vieux. », puis de sourire béatement, à pleines dents en lançant un regard en direction des deux jolies jeunes femmes qui les scrutaient en gloussant depuis un coin du bar. « On devrait peut-être leur faire le coup du karaoké ? ». Sourire aux lèvres, le Carter attendait la réponse de l’érudit, car ce coup-là n’était jamais mis en marche à la légère. Ce coup-là était sacré, et laissait sous-entendre un tas d’options différentes.

Sagement accoudé à Ramsey, le flic se pencha pour attraper son verre qui reposait à moitié vide sur la table. Là, il le porta à ses lèvres en rigolant à moitié et le vidant d’une traite, manquant par la même de s’étrangler. « Ce serait trop bête de gâcher. ». Passant finalement sa paluche contre la joue du blondinet qu’il secoua presque de façon paternelle, il soupira, toujours enivré. « Tu m’as manqué. ». Et la soirée était loin d’être terminée. Oh oui, très loin. Et vers le fond de la pièce commençait à résonner un air qu’ils connaissaient tous deux par cœur…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: Marry the night ▲ RAMSEY, SILENA & ENVY Lun 15 Fév - 20:50


❝ I'm gonna marry the night ,
feat. Envy D. Carter & Silena M. Eastwood. ❞



Le coup du karaoké ? Naon. Si ? Vous croyez, mes bons, qu’avec les midinettes qui nous reluquent de leurs jolies mirettes, dans ce royaume d’or et de cristaux, nous pouvons nous ventiler les glottes et espérer que cette séduisante élégie drape l’arrosé des pleurs du matin sur les fleurs de lys ?! Le coup du karaoké. Parfois, ç’a l’effet du Sahara et ou les chutes du Niagara. Dieu seul sait ce qui les fait véritablement frétiller du bas-ventre. Il y a des moments où les larmes du plaisir se déversent à grands flots jusqu’à nos pieds, le Zodiac de ma détermination n’ayant aucune crainte de s’engager sur les écoulements des apothéoses charnelles pour remonter jusque dans les contrées interdites de leurs petits jardins secrets et y ensemencer la semence de mon fruit défendu… Sacrebleu ! Pour que je commence à censurer les mots Pénis et Vagin, dans les hexamètres d’un poème tout droit sorti des affres de l’alcool, c’est que mon taux d’alcoolémie a depuis fort longtemps pété le baromètre ! J’suis éméché… et ça ne prend pas un génie pour me le faire comprendre et sentir. Je m’en rends spécialement compte lorsqu’un incongru et chaleureux flapflapflapflap utilise la chair de ma pommette comme tamtam. Le décor tangue devant mes yeux bouffies et écarlates d’ivresse, un coup d’œil sur le côté et je comprends que ce qui me flagelle la joue avec amour, comme ça, c’est l’immense paluche d’ours d’Envy… qui… like a boss… siphonne comme un soiffard un ultime shot de je ne sais même plus quoi, tandis que je lui sers, (au sens propre du terme) de béquille humaine pour soutenir son gros gabarit, là où je suis perdu à quelque part entre les pectoraux d’adonis et les biceps d’Apollon qui se referment tout fort contre moi aka le moins trapu de notre tandem des folasses blondasses. Damn, mais c’est qu’il a pris du poids depuis la dernière fois !

- Et je peux t’assurer que lesdites prunelles d’Érudit profitent pleinement de la vue ! Tu es tout beau dans ce fin bout de tissu. Tu sens incroyablement bon, que j’essaie de me faire entendre, ma face de jeune pucelle pompette toujours coincée dans toute la magnificence de ce demi Dieu Grec.

- Tu m’as manqué aussi mon ami !

Et par je ne sais quel miracle, je parviens à glisser mon bras dans le dos de mon grand et unique ami, pour lui asséner une claque virile mais amicale sur les omoplates. Nopeuh. Stop, on rembobine, c’est pas les omoplates que ma paume épouse si merveilleusement bien, comme ça, mais c’est quelque chose de plus ferme, comme sculpté dans de l’acier et massif tel un dôme de marbre… je plisse légèrement les yeux, contemple le vide, analyse à tâtons l’étrange sensation. AH-HAHAHAHA…AH ! C’est sa pleine lune que je suis en train de décrocher et de tripoter comme ça ! Allez savoir comment j’ai réussis à lui tâter les fesses de manière aussi libidineuse, puisque son cul est bien écrasé sur la chaise, n’empêche que les faits sont là et qu’il serait peut-être temps que je retire ma main de là parce que je commence drôlement à apprécier ce petit moment de tendresse. Nah, je rigole, je n’apprécie pas, mais disons juste qu’un peu de retenue, ça serait comme qui dirait propice ! Je remonte donc la main dans le creux de ses reins. Gosh, on a l’air homo. Il nous faut une sortie et vite !

Cul sec, j’avale le fond d’une bouteille qui me passe tout bonnement sous la patte, comme un vieux saint-bernard qui souffre de l’arthrite, je me lève de contre mon siège, renversant presque la table lors de ma preste ascension.

- KARAOKÉ, OKAY ! KARAOKÉ, OKAY ! KARAOKÉ, NOUS VOILÀ, MÊME SI T’ES PAS PRÊTS !

La chanson qui couvre à peine le brouhaha ambiant me rappelle des notes, une musique et des paroles que je reconnais.

- J’ADORE CETTE CHANSON ! KARAOKÉ, OKAY ! KARAOKÉ, OLÉ ! KARAOKÉ, ALLEZ !

Je beugle dans la face du géant blond, que je happe en (du moins j'essaie) enroulant mon bras autour de ses larges épaules, pour tituber, claudiquer, boiter gaiement vers ce machin surélevé du sol, dont je ne me rappelle plus l’identité du nom de l’existence… Vous savez, c’machin que les pets secs surnomment, dans les histoires de pièces de théâtres, le côté cour et côté jardin ? Je ne sais pas ce que c’est, je ne sais encore moins duquel côté on rentre, mais nous voilà ici haut, bras dessus et bras dessous avec Envy !

KARAOKÉ, OKAY ! KARAOKÉ, OLÉ ! KARAOKÉ, ALLEZ ! OH-YAH ! Mes yeux vitreux contemplent un moment le demi Dieu Grec, un hochement de tête entendu, j’extirpe de la poche arrière de mon sombre pantalon hors de prix mon inhalateur… une bonne bouffée de Ventolin et ma glotte est folle et parée à être exposée au grand jour :

- I'm gonna Barry the night. I won't fucked up on my life ! I'm a ??? queen ! Live passionateuh-lyyyyy toniiiiIIIIiiiiiIIIIiiiiiight…

Le coup du karaok. Parfois, c’est les chutes du Niagara et ou le Sahara… mais le Zodiac de ma détermination, au côté de mon bel Apollon, m’encourage à contrer vagues et tempêtes ! Micro en mains, je baisse, dans une courbe théâtrale, la tête, laissant Envy fredonner son couplet.

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Silena M. Eastwood

❖ Date de naissance : 28/12/1998
❖ Barge depuis : 10/06/2015
❖ Messages : 3380
❖ Avatar : nina dobrev.
❖ Crédits : bonnie (avatar) + tumblr (gifs) + disturbed (css)
❖ Multicomptes : ezra s. ravenscar + maven k. morgenstern.
❖ image :
❖ Âge personnage : 24 yo.
❖ Profession : membre du conseil
❖ Faction : erudite.
❖ Forces & Faiblesses : ces ficelles qui manipulent vos âmes dans l'ombre, diablesse manipulatrice au coeur fébrile.
❖ Philosophie : on ne fait pas d'omelette sans casser quelques oeufs.
❖ Playlist : SET IT OFF, wolf in sheep's clothing + FLORENCE & THE MACHINE, seven devils + SIA, elastic heart + HALSEY, hurricane + BEYONCE ft THE WEEKND, 6 inch + ZELLA DAY, hypnotic + ARIANA GRANDE, dangerous woman + PANIC! AT THE DISCO, miss jackson + DUA LIPA, hotter than hell + JOJO, high heels.



MessageSujet: Re: Marry the night ▲ RAMSEY, SILENA & ENVY Sam 19 Mar - 11:29


marry the night


i'm gonna marry the night, I won't give up on my life. I'm a warrior queen Live passionately tonight. I'm gonna marry the dark, Gonna make love to the stark. I'm a soldier to my own emptiness.





Dites-moi que je rêve. Accéder aux sphères de la puissance ne lui avait apparemment pas appris la prudence. Pauvre imbécile, un peu trop futile et volubile, il s'était terré dans les saveurs et les erreurs, affligeant le peu de son prestige mourant en s'oubliant dans ces fantasmes déplaisants. Tragique ou comique, je ne sais pas, trop accablée de le voir ainsi se ridiculiser, me ridiculiser. Il avait fallu que parmi tous les incapables peuplant cette ville détestable, soit choisi celui qui, en plus d'avoir déjà un pied dans la tombe, semblait prendre un malin plaisir de faire de notre crédibilité et notre renommée une fable mystifiée. Non pas que la populace prenne déjà un malin plaisir à murmurer sur nos dos leurs rancœurs et nos potentielles erreurs, mais son comportement n'était pas censé être celui d'une personne tenant entre ses mains une infime partie de la vie de nos concitoyens. Si cela ne tenait qu'à moi, je le laisserais se noyer dans l'alcool et s'étouffer dans son vomi. C'était tout ce qu'il méritait après tout.

Vous vous demandez pourquoi suis-je donc là, assise plus loin à darder sur ce couple importun mon regard assassin ? Et bien, il faut croire que j'affecte particulièrement assister à ces irritants instants de débauche à l'image de celui qui se défile actuellement sous mon nez. En plus de ne plus compter les verres d'alcool qu'il ingurgite, notre cher ami autrement nommé nouveau membre du conseil n'a rien trouvé de mieux que de s'entraîner dans le ridicule en compagnie dirigeant des audacieux. Qui ne bénéficie pas d'une réputation des plus glorieuses. Comme quoi, monsieur sait bien s'entourer. J'aurais presque pu avoir pitié de lui. Sûrement que sous les miasmes nauséabonds qui devaient en cet instant précis s'échapper de ses lippes pâteuses, devait se trouver la lumineuse ébauche d'une lueur d'intelligence. Sinon, cela voudrait véritablement dire que les personnes l'ayant embauché n'avaient pour objectif notre déchéance — qui en prenant le même chemin que sa raison ne devrait pas tarder à arriver. Puisque de là où j'étais, je n'entendais que le magma incompréhensible du flot intarissable de ses paroles, je doutais pouvoir apprendre quoi que ce soit d'intéressant, ce soir. La raison m'ayant poussée à suivre les traces de cet imbécile était parfaitement intéressée, mais je ne m'étais pas attendue à tomber sur ... ça.

Alors que tout se passait relativement bien, ils commencèrent à brailler. Passant une main sur mon visage, j'hésitais réellement à jeter un regard sur le pathétique spectacle qui, je n'en doutais pas, s'étalerait devant mes yeux fatigués dès que mes paupières lèveraient leur chape de protection. Ce qu'elles firent. Et je ne fus pas  déçue ; grimpant sur l'estrade, ils commencèrent à chanter, pensant très certainement être en accord avec le rythme — ce qui serait aussi miraculeux que mes remerciements. Leurs cris atroces, et faux étaient une véritable torture, et malgré mon horreur à réagir à ces déboires dramatiques, je le fis. Inutile de poursuivre cette mascarade cocasse plus longtemps, même si je devais salir mes mains pour ces deux abrutis qui ne mériteraient que mon mépris et celui de l'humanité. C'était minable, vraiment.

Avalant d'un coup le reste de mon verre, j'en redemande un avant de m'avancer vers la petite foule qui se rassemblait devant les deux hères. Subtilement, je me fonds dans la masse d'idiotes grouillantes et haletantes vénérant en hurlant les deux imbéciles qui chancelaient et chantaient — certainement bourrées, elles aussi, pour oser acclamer un tel fiasco. Une fois arrivée au bord de l'estrade après nombre de regards noirs et de coup de coude, je les dévisage avec consternation. De près, c'est encore pire. D'un genou, je m'élève et me hisse sur l'estrade, m'approchant de mon collègue et glissant mes doigts dans sa chemise d'un air aguicheur. Je lui arrachais le micro des mains avant de faire couler le contenu du verre que je tenais en main sur sa chevelure claire, désolée de ne pas avoir assez de liquide pour réveiller l'autre guignol. « Descends de là et arrête tes conneries ou je te jure que le mot douleur va prendre à tes yeux tout son sens. » que je persifle. Avant de me rendre compte que sur mon dos une myriade de regards étaient fixés et que l'autre continuait à pousser la chansonnette.

Et merde.
love.disaster

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: Marry the night ▲ RAMSEY, SILENA & ENVY Sam 26 Mar - 11:01



« MARRY THE NIGHT. »

FT. RAMSEY, SILENA & ENVY

La paluche d’ours qui s’était posée sur la joue de Ramsey revint rapidement trouver un nouveau verre d’alcool fort. Aussi éméché que son fidèle acolyte, l’audacieux mit un certain temps avant de comprendre qu’il venait de se faire taper, puis caresser, son arrière-train musclé. Son ami aurait très bien pu se contenter de lui rendre l’accolade, mais non, il tâtait avec admiration et perplexité, ce qui poussa Envy à se redresser lentement sur sa chaise, sourcils froncés sur une mine défaite. Finalement, l’appel de l’alcool fut tellement saisissant qu’il en oublia ce détail comme il était venu, se contentant alors de secouer la tête, adresser un sourire à l’érudit et boire une nouvelle gorgée cul sec. Autour d’eux, les premiers accords de la musique dont ils étaient fous se mirent à retentir. L’appel du karaoké fut alors plus fort que tout le reste. Même plus fort que ces regards féminins essayant de déterminer si oui ou non ils étaient gays. Peu sûres de réellement vouloir s’entrainer dans quelque chose qui semblait compliqué. Le dirigeant des audacieux, lui, était sagement en train de siroter un autre verre quand Ramsey décida qu’il était grand temps d’y aller, manquant de renverser la moitié de la table dans son geste, obligeant Envy à surélever son verre pour ne pas en perdre une goutte. Le blondinet eut beau lui beugler dans la face qu’il adorait cette chanson, le gros nounours n’en fut pas plus perturbé que ça, au contraire, il lui répondit par un grand sourire dévoilant ses dents blanches. « Je sais ! ». A cet instant, le grand blond était persuadé de tout savoir, la faute à l’alcool qui circulait définitivement dans ses veines, le rendant beaucoup plus euphorique que d’ordinaire. La gueule de bois ne serait pas belle à voir.

A l’image de son ami éméché, l’audacieux se leva de son siège en manquant de basculer en arrière, aidé par le bras qui venait de s’enrouler autour de ses épaules pour mieux le diriger vers l’estrade. Un dernier verre fut avalé cul sec puis jeté à la volée sur la table et ils prirent la direction de la scène d’où les accords continuaient de jouer. Rapidement, ils grimpèrent, bras dessus, bras dessous, attrapèrent un micro après que soufflette ait pris une bonne inspiration, puis d’un regard entendu, Envy laissa le premier couplet à son fidèle allié, remuant son postérieur au rythme de la chanson. Du moins, il pensait autant que Ramsey, être en rythme. D’ailleurs… Qu’est-ce qu’il chantait bien ! Bientôt, la foule fut à leurs pieds, et l’audacieux ne put que rire davantage face à pareil spectacle, ne voyant même pas la brunette enragée s’approcher dangereusement de l’estrade. Car l’érudit venait de baisser la tête, comme si le projecteur allait s’éteindre pour le laisser lui dans la lumière, alors que son couplet approchait. Il ne vit pas tout de suite Silena grimper sur cette chère estrade pour venir faussement charmer son acolyte préféré. Lui, il devait chanter.

« I’m gonnaaaa marry the dââârk. Gonna make love to the staaaaark. Wait… What ? I’m a soldiiier to my ooown emptineeesss… ». Et là, la brune enragée versa son verre sur la tête de Ramsey. Ah non certainement pas ! Envy se rapprocha en se dandinant, continuant de chanter. « I’M A WINNER !! ». Tel un dératé, il arracha le micro des mains de Silena et le redonna à son ami. Refrain ! « I’M GONNA MAAAAAARRRYYYY THE BIIIIGHT ! ». Sa paluche d’ours vient s’abattre sur l’une des épaules de la jeune femme et il l’attira contre lui, chantant à tue-tête et commençant à battre des jambes comme s’il faisait du french cancan. D’un regard et un sourire de fou entendu avec le blondinet, il lui somma de se rapprocher pour qu’elle puisse mieux en profiter, et ce serait bientôt une ribambelle de trois fous présents sur scène. La soirée ne faisait que commencer !

« I’m not goooonna cry anymoooo-oh-ore ! I’M GONNA MARRY THE BIII-AH-IGHT ! ».

Sans crier gare, il vint poser le micro en plein devant le nez de cette chère membre du conseil, manquant de le lui faire bouffer par le nez car il n’avait plus l’appréhension des distances.

« Un verre ! Donnez-moi un verre ! ».

Il lâcha la Silena, laissant le couplet à son cher ami, puis il se pencha en avant pour récupérer un verre d’alcool, et un verre d’eau. Le verre d’eau vint trouver le superbe décolleté de la brune, avant que lui ne se secoue en versant le second dans son gosier. Tout cela risquait de finir en piscine sur scène. Envy dansait sur le rythme sans même se soucier de ce qui pouvait bien se passer dans la foule en contrebas, ni même se soucier de l’état de la jeune femme présente à leurs côtés. Nul doute qu’elle allait très certainement le détester. Les détester tous les deux. Mais on ne gâchait surtout pas un moment Karaoké. Preuve en était, car l’audacieux se déhanchait derrière Ramsey et y mettait toute sa bonne volonté avant de venir à nouveau attraper la brune et entamer une sorte de salsa endiablée frottée. Une soirée qu’elle n’allait pas oublier…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: Marry the night ▲ RAMSEY, SILENA & ENVY Ven 8 Avr - 15:10


❝ I'm gonna marry the night ,
feat. Envy D. Carter & Silena M. Eastwood. ❞



Le coup du karaoké. Parfois, ç’a l’effet du Sahara, pour d’autre, ce sont les chutes du Niagara. En ce qui me concerne, mes bons, humblement, en toute modestie, je crois que je peux dire que ç’a l’effet des chutes du Niagara. Le fameux Zidoac de ma détermination que je vous parlais tout à l’heure ? Bouarf ! Je peux vous confesser qu’il s’est fracassé la coque sur les fils bien affilés du pif d’un putain d’énorme iceberg et a depuis un petit moment déjà sombré dans les affres des eaux points troubles et qui taquinent, en toute coquetterie, les moins quarante degrés ! Impossible de dire ce qui s’est réellement produit, le tout a passé si vite, que le temps que l’on m’arrache des mains mon micro, que je roucoule aux charmes dévastateurs de l’indétrônable mademoiselle Eastwood, je me suis retrouvé la trogne submergée dans le jet d’un fluide non identifié et qui a l’effet d’une foutue douche froide sur ma caboche. Ma riche matière grise sombrant dans les marasmes dégoulinants, mes yeux vitreux et bouffies prennent plusieurs poignées de secondes avant de recouvrer un champ de vision plus ou moins stable, mes paupières batifolent rendant les superficies un peu fofolles alors que la voix virile et tonitruante d’Envy résonne jusque dans le treillis recourbé de mes frêles petites côtes. La voix boréale de la sulfureuse ténébreuse, complètement ensevelie dans l’éboulement de l’eurythmie mélodie, du chant de poète de mon humble ami, même si je mets tous mes efforts pour tenter de comprendre ce qu’elle peut me vomir au visage, le seul résultat escompté demeure un silence involontaire alors que mes yeux rougies font présentement fixette sur ses jolies lippes pulpeuses qui papillonnent dans le vide, comme si la télécommande de mon ouïe avait décidé de foutre le tout sur le mode muet. De mon œil à moi, la scène est forte bien cocasse et rigolote. Bon joueur, je confesse même que je me marre comme une belle grosse dinde de noël, mon énorme sourire de gamin devenant le crossant rutilant de mes trente-deux dents bien blanches qui brillent dans ma face empourprée comme la lune alors que je vois Envy s’emparer de mon micro… qui replonge sitôt dans mes paluches orphelines. Hahahaha !!! HAHAHAHAHAHA !!!! Des amis comme lui, si vous n’en avez pas, je vous assure, mes bons, vous devez absolument vous en dégotter un ! Un gros ours mal enfumé comme lui, c’est un modèle comme il ne s’en fait plus, mais ces petites perles rares sont encore achetables sur le marché, vous garantissant des heures et des heures de purs plaisirs !

Les cheveux gommant, la face dégoulinante, (putain, on dirait que j’ai passé la veillée de ce soir dans une laveuse !), les deux âtres troubles et vitreux de mon regard, limite un brin groupie, détaillent sous toutes les coutures notre cher viking qui se dandine comme une Divinité. Il est sexy en Diable et je parie mes deux poumons défectueux que notre jolie brunette se damnerait pour lui !

- I'M GONNA BURY THE BRIDE !!!!!! que je gazouille, de concert avec mon ami, dans le coussinet moelleux de mon micro, les liquides de tous les tord-boyaux que nous avons ingurgités ce soir caramélisant mes cordes vocales et rendant ma voix aussi suave qu’une brique de savon. Si, si, je vous l’assure, je ne chante pas comme une mouette asthmatique, je me dandine encore moins comme une vieille poule malade et paraplégique ! My body is ready, mes bons, je le sens jusqu’au creux de mes tripes, je le sens si bien que lorsque je vois Envy me faire signe d’approcher, illico, en esquissant une petite cabriole de biquette qui claudique dans les prés, je me profile lascivement contre le corps mirifique de la jolie brune, passant mon bras de fer autour de son cou et me resserrant tout fort contre eux.

- I'm not ??? cry anymore !!!! I'M GONNA BURY THE BRIDE !!!!!! Leave nothing on these sheets to explode !!!!!

Je secoue toutes les parties de mon anatomie qui sont capable de s’agiter, ma paume et mes doigts s’enlisant dans le néant droit devant, comme pour répandre toute la beauté de notre prestigieuse prestation, réchauffant le bahut d’un regard de braise et enflammant les flammes de ce machin que l’on surnomme côté cour/jardin d’un aguicheur coup de reins.

- B-B-B-BARRY B-B-B-BARRY B-B-B-BARRY THE BRIDE !! Oh ! B-B-B-BARRY B-B-B-BARRY B-B-B-BARRY THE BRIDE !!!!

Du coin de l’œil, je vois Envy qui s’enflamme, nous enflamme dans l’ébauche d’une salsa franchement bien exécutée alors que moi je continue à me trémousser le derrière contre notre ténébreuse lady marmalade que nous voulons rendre toutes choses, principalement giuchie, giuchie, ya ya, ma blonde chevelure imbibée lui pleuvant dans le décolleté comme le jet d’eau d’une fontaine à moitié pétée.

- I'm gonna lace up my boobs. Throw on some leather and cruise. Down the sheets that I love. In my fisher---maaaAAAaaaaan. I'm a LOOOOOSSSEEERRRRR !!! que je m’époumone dans le micro, libérant enfin de mon emprise de contre le cou de notre séduisante et ténébreuse lady marmalade, allant même jusqu’à lui encastrer dans son décolleté trempé mon propre micro, pour qu’elle s’en empare et chantonne à son tour de sa voix d’or les paroles du verset.

Un coup de reins à gauche, moonwalk par ici, on pointe du doigt la foule en contre-bas, on regarde le tandem qui s’épousent à merveille dans un tango des plus Audacieux, on souris l’air un peu con, on agrippe les pans de sa chemise trempée et en fait brusquement péter les boutons pour, avec sensualité, dévoiler certain bout de chair humaine d’un thorax qui se gonfle et dégonfle comme un taureau écumé.

La nuit nous appartient !
Bullseye ! Saut de l’ange, me voilà qui s’élance littéralement en bas de ce machin flanc cour/jardin et rebondit comme une fleur sur un horizon de pair de mains qui me rattrapent avec entrain ! Le visage rivé vers le plafond, bras en l'air, je louange les babouches du Christ, devenant littéralement cette rock star qui flotte au gré des vagues des paluches qui me transportent d’un bout à l’autre au-dessus de la foule amassée autour de nous.

ALLEZ-Y, MES FIDÈLES COMPAGNONS, CHANTEZ ET EXPLOSEZ LES OVAIRES DE TOUT LE MONDE ! Vous êtes beaux ! De vraies bêtes de scène ! Oooooooooohhhhhhhhhhh ouaiiiiiiissss !!!

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Silena M. Eastwood

❖ Date de naissance : 28/12/1998
❖ Barge depuis : 10/06/2015
❖ Messages : 3380
❖ Avatar : nina dobrev.
❖ Crédits : bonnie (avatar) + tumblr (gifs) + disturbed (css)
❖ Multicomptes : ezra s. ravenscar + maven k. morgenstern.
❖ image :
❖ Âge personnage : 24 yo.
❖ Profession : membre du conseil
❖ Faction : erudite.
❖ Forces & Faiblesses : ces ficelles qui manipulent vos âmes dans l'ombre, diablesse manipulatrice au coeur fébrile.
❖ Philosophie : on ne fait pas d'omelette sans casser quelques oeufs.
❖ Playlist : SET IT OFF, wolf in sheep's clothing + FLORENCE & THE MACHINE, seven devils + SIA, elastic heart + HALSEY, hurricane + BEYONCE ft THE WEEKND, 6 inch + ZELLA DAY, hypnotic + ARIANA GRANDE, dangerous woman + PANIC! AT THE DISCO, miss jackson + DUA LIPA, hotter than hell + JOJO, high heels.



MessageSujet: Re: Marry the night ▲ RAMSEY, SILENA & ENVY Jeu 9 Juin - 18:00


marry the night


i'm gonna marry the night, I won't give up on my life. I'm a warrior queen Live passionately tonight. I'm gonna marry the dark, Gonna make love to the stark. I'm a soldier to my own emptiness.





Très bien. Très bien. Ils veulent jouer ? Et bien game on. Je ne souffrirais plus aucune connerie dans le genre de celle qui consiste à me balancer un verre d'eau dans le décolleté. Décolleté d'un haut hors-de-prix, au passage, ce qui serait bien évidemment difficile à appréhender pour deux imbéciles lobotomisés dont l'intellect déjà peu actif à l'état naturel n'a pas mis longtemps à se réduire à l'état de quelques neurones embrumés par l'alcool qui ne parviendraient même pas à résoudre la fameuse addition du 1+1=2. Oui, furieuse, je le suis, mais loin de moi l'intention de laisser éclater cette rage qu'ils attisent & aiguisent de leurs absurdes comédies au grand jour. Non, je suis beaucoup plus subtile. Et beaucoup plus vile. Qu'ils chantent, qu'ils chantent car bientôt, je ferais en sorte qu'ils déchantent.

Pendant que toison d'or batifole entre les mains avides d'un public stupide, j'ordonne d'un geste à un imbécile lambda de changer de musique. Oui, mes chers, ceci est une tactique simple & efficace pour mettre à mal la stabilité précaire de leurs naïfs & maladifs petits esprits craintifs qui, prévisibles, mettront certainement cinq minutes avant de comprendre comment leur joli & absolument débile univers féérique d'alcooliques s'est soudainement effondré. Quand une cause est perdue, elle est perdue et ce n'est pas moi qui irait chercher l'étincelle d'intelligence aux tréfonds de leurs carcasses dansantes. Tout est devenu bien trop noir pour penser quelque lumière d'espoir.

« Yo, I'll tell you what I want, what I really really want, so tell me what you want, what you really really want, » que je commence, furieuse & joueuse lorsque la mélodie dévore l'autre d'une coupure, sans effort. D'un index pointé sur le torse dénudé de l'audacieux qui se trouvait à mes côtés, j'avance, il recule & alors commence la danse de vengeance. Finie la repentance, guys, c'est maintenant l'heure de votre dégénérescence. Ici, vous, les stars, c'est fini, car soit vous abandonnez, soit je deviens la reine de la soirée & vous mes victimes préférées. « I'll tell you what I want, what I really really want, so tell me what you want, what you really really want, I wanna, I wanna, I wanna, I wanna, I wanna really really really wanna zigazig ha. » & j'ondule, serrant mon corps contre le sien dans une danse sensuelle, presque charnelle. Et mes doigts glissent & s'immiscent sur son corps de diamant, rendue étincelant par le jeu de lumière sur les gouttes d'eau qui persistent et s'agrippent à sa peau. Oui, j'ai l'air de flirter, mais non, je ne le fais pas. Je ne suis pas désespérée à ce point. Cela dit, Carter a beau être un parfait idiot, je ne nierais pas l'attrait des muscles qui roulent sous sa peau, muscles auxquels je m'arrache à regret pour suivre ma marche punitive et ô combien jouissive.

« If you want my future forget my past ... » que je chante alors que d'un pas de reine, sereine, je descends magistralement l'estrade droit vers la toison d'or que j'arrache au public avec grâce & volupté, le traînant par le col de sa chemise humide jusqu'à l'estrade avec une assurance démente, dérobant au passage un verre d'un sourire incendiaire.  « If you wanna get with me better make it fast, Now don't go wasting my precious time, » et je le jette sur le rebord de la dite estrade avec satisfaction & sans précaution, le surplombant de ma grandeur & mes airs rieurs. Alors, je me courbe sur lui, exagérément, et mes doigts glissent sur le tissu trempé sans en attendre le moindre consentement. « Get your act together we could be just fine » et je lui arrache sa chemise avec brutalité & sensualité, laissant l'alcool se frayer lascivement son chemin sur son torse nu (qui, n'est pas mal non plus). Et alors, je penche mon visage sur le sien, effleurant ses lèvres entre deux paroles & respirant l'odeur de sa déchéance en m'égarant dans ses opales mièvres, pour soudainement écarter son visage de ma main droite, lui laisser le micro sur l'entrejambe & remonter sur l'estrade en roulant des hanches. Qu'est-ce que vous croyez ? Je ne roule pas une pelle à n'importe qui. Quoique. Il se pourrait bien que je sois en train d'offrir à Carter un baiser mémorable.

who is in control now bitches ?


love.disaster

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Envy D. Carter

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 14/02/2016
❖ Messages : 489
❖ Avatar : Chris Hemsworth
❖ Crédits : Angie (vava) - Alas (codes signa)
❖ Multicomptes : Gray J. Wolfgang - J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 33 ans
❖ Profession : Agent de l'unité des enquêtes spéciales au Chicago Police Department - Dirigeant des Audacieux
❖ Faction : Dauntless
❖ Forces & Faiblesses : Si la force physique est définitivement une de ses qualités, il n'en est rien vis à vis de sa force psychologique. Pourtant, c'est une lutte de tous les instants avec lui-même. Tout irait pour le mieux si Madame Alcool n'avait pas décidé de s'en mêler. Depuis peu il arbore un tatouage à l'intérieur de son avant-bras, deux flèches qui se croisent reliées par une corde en mémoire de son frère.
❖ Philosophie : Envy is a hell of a sin, man.
❖ Playlist : ALL FALL DOWN ▲ One republic - WICKED GAMES ▲The Weeknd



MessageSujet: Re: Marry the night ▲ RAMSEY, SILENA & ENVY Dim 3 Juil - 13:45



« MARRY THE NIGHT. »

FT. RAMSEY, SILENA & ENVY

Ce karaoké ressemble à un véritable bordel ambiant, une véritable scène de prise de thé à la version Alice au pays des merveilles. Deux chapeliers fous essayant de s’amuser avec le chat du Cheshire pour mieux lui tirer la queue. L’alcool peut faire de réels ravages et c’est bel et bien le cas ici, Ramsey et Envy ne répondant plus de rien. Le grand blond se déchaîne, remue du popotin pendant que son ami se met à nouveau à pousser la chansonnette. Silena se prend de l’eau dans le décolleté avant d’être soudainement embarquée dans une salsa endiablée où l’audacieux ne compte pas la lâcher. La musique résonne dans leurs oreilles, Envy s’enlise dans la décadence et les affres de sa déchéance. Il rit, sourit à n’en plus finir, contraste évident avec ce qu’il est en temps normal, non pas qu’il ne soit pas des plus drôles lorsqu’il le souhaite, mais à cet instant il ne pense plus du tout au présent, ni même au passé, coincé dans un entre-monde duquel il ne veut plus s’échapper. Obnubilé par sa salsa, il ne voit pas Ramsey se jeter dans la fosse aux lions et se faire ainsi trimballer sur plusieurs mètres par des bras déchainés à cause de leur petit show en ces lieux. L’audacieux allait d’ailleurs reprendre sa partie, lâchant Silena dans un élan sans doute un peu trop fort, mais la musique changea du tout au tout et le laissa pantois. Il venait tout juste de prendre une inspiration pour chanter mais dût se raviser et ravaler son air au passage.

En silence le géant hausse un sourcil et penche la tête sur le côté, micro en mains qu’il se fait dérober. Il ne comprend plus rien, ça ne ressemble pas à son refrain. Quelle est-ce donc que cette œuvre du malin ? Envy n’a pas le temps de comprendre car déjà elle se déhanche, le souffle de la vengeance le traversant de toute part. Elle pointe son index vers lui, l’érudite et il ne peut que reculer, un tantinet perturbé par ce changement de sonorité. Elle se met à chanter et à onduler contre lui. Que Dieu lui vienne en aide, ce n’est pas ce qui était prévu. En réalité, les deux ne s’apprécient pas vraiment, quand bien même ils n’aient réellement eu l’occasion de se parler. Elle est membre du conseil et par définition ça suffit à ce qu’il désapprouve chacune de ses actions. Mais aujourd’hui, ce soir, l’audacieux est au bord du précipice, enivré d’alcool et de folie, il peine à garder un brin de lucidité. Cette danse moulée le fait sourire, le rend ivre de vivre alors que la mélodie se fraye un chemin jusqu’à ses tympans déjà bien malmenés. Il sent sa main se faire une place sur sa peau et glisser. Il sent son corps serpenter le long du sien à la manière insidieuse d’un véritable serpent. Elle donne l’impression d’être en pleine parade alors qu’en réalité elle ne fait que leur voler la vedette pour mieux les rendre affamés. C’est un jeu dont elle semble se délecter avec plaisir, car déjà elle s’envole quand lui soudainement batifole sous les effluves de mère Alcool.

Il l’observe s’éloigner et descendre pour mieux aller chercher Ramsey. Envy est perdu, il ne comprend plus et assiste avec stupeur au spectacle qui se joue devant ses yeux. Que se passe-t-il donc ici ? La musique résonne et la diablesse chantonne, ondule toujours et roule des mécaniques sur son pauvre ami d’asthmatique. Alors il se tourne l’audacieux, se penche et attrape un autre verre d’alcool qui traine pour en vider le contenu. Il a la tête qui tourne et les sens en dessous de l’alerte minimum. C’est à peine s’il parvient à se redresser quand sans crier gare la féline de ses lèvres vient s’emparer. Figé dans son geste, l’audacieux se perd à ses lèvres, se laisse enivrer par ce nouveau geste bien placé. Il y répond avec dévotion, un peu trop perdu dans la perdition. Il ne sait clairement plus ce qu’il fait et la musique résonne toujours, là où Ramsey sur cette estrade est toujours affalé. Main soudainement plaquée dans le dos de la brune, l’audacieux bien que sonné, se remet à danser son tango enflammé. Musique des spice girls ou pas, il est bel et bien là, et il fait véritablement n’importe quoi.

« Ohhh tell me what you want, what you really really want. I’ll tell you what I want, what I really…. Really want ! ». Qu’il lui répond. C’est là tout ce qu’il arrive à retenir de la chanson, et honnêtement avec son degré d’alcoolémie ce n’est clairement pas mal du tout.

Ils vont se faire humilier, sur la route de la honte elle va définitivement les y emprisonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marry the night ▲ RAMSEY, SILENA & ENVY

Revenir en haut Aller en bas
 

Marry the night ▲ RAMSEY, SILENA & ENVY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shadow Night
» Fight Night Round 4
» Armée du chaos, Night Lord
» Le Golem dans Night slashers ?
» Virtua cop 1 et Vampire night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chicago :: › Downtown :: The Red Circle-