Un p'tit vote



Il est dit, selon la théorie du Chaos, que quelque chose aussi petit que le battement de l'aile d'un papillon peut finalement causer un typhon à mi-chemin autour du monde.


 

Partagez | 
 

 « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY Mar 26 Jan - 1:01

Ramsey Absolem Dallas
MY SPIRIT GETS SO DOWNHEARTED SOMETIMES

Un certain dix-sept septembre 2094, je suis arrivé ici-bas, dans ce bled pourri que l’on reconnait comme étant les contrées des Audacieux. Que cela soit calculé en printemps, en bougies, en années, je peux vous certifier que j’ai trente-et-un balais. Puisqu’on ne choisit pas sa famille, je viens d’une classe sociale moyenne. Issu et déchu de cette trempe, c’est ce qui m’a doucement ouvert les yeux sur le futur qui m’attendait sournoisement et qui m’a tranquillement aspiré à devenir rédacteur, tout récemment congédié de mon poste pour avoir publié un article à sensation forte dans la rubrique nécrologique du journal local. (bah quoi ? s’était un jour de poisson d’avril !) et désormais recruté pour devenir un membre du Conseil. Un vieux a claqué, ils sont si désespérés de combler les espaces vides dans les grandes sphères du pouvoir ? que vous connaissez aujourd’hui. Tristement (ou heureusement) pour vous, je suis diantre, j'ignorais que j'en avais une vie amoureuse et dans la même veine hétérosexuel. Pardon, vous dites ? Me décrire en quelques mots ? Bon, d'accord : il y a voilà six mois et trois jours, un oncologue a repéré la présence d’une tumeur maligne sur mon poumon. le diagnostique s’est confirmé suite à une biopsie par bronchoscopie ; je souffre d’un carcinome non à petites cellules. mon état général de santé étant fort désastreux, le pronostique est loin d’être en ma faveur. même en suivant le traitement, cette saloperie va finir par avoir raison de moi. j’ai refusé le traitement par chirurgie, sachant pertinemment bien que mes jours sont comptés, que malgré les bonnes volontés des médecins, rien ne va changer. j’vais crever. je refuse d’agonir et de croupir dans un lit d’hôpital. tant qu’à merder ma vie, je préfère le faire hors la captivité et ne pas prolonger ces deniers mois de misère en une année merdique, où j’serai pas mieux qu’une pauvre loque humaine croulante sur un matelas. et la vie, c’est une belle garce.. De ce fait, il faut dire que je suis assez indifférent-révolté-tourmenté avec notre si belle société qui se retrouve morcelée en cinq factions et qui par conséquent m'échappe complètement. Outre tout ça, d’un aspect purement superficiel, trop souvent, vous avez cette fâcheuse manie de me confondre avec Ryan Gosling. Mais ne faut-il jamais se fier à la couverture d'un livre ?


Balourd. Flémard. Obstiné. Ironique. Insomniaque. Créatif. Spontané. Optimiste. Alcoolique. Curieux. Envahissant. Chiant. Persévérant. Lunatique. Drôle. Grossier. Négligé. Cervelle ambulante. Solitaire. Sans attache. Irrespectueux. Zélé. Bêta. Fouille merde. Accro à la caféine et à la nicotine. Crâneur de première. Toujours ce sourire condescendant de perché aux lèvres. Cette répartie très agaçante qui donne envie d’en découdre avec cette trogne de demeurée. Frêle petit sac d’os qui laisse pourtant croire qu’il est trempé dans l’acier indestructible. Dégaine de mauvais garçon qui ne colle pourtant pas avec ces manies de poule mouillée. Ce don inné d’avoir un karma très mauvais et capricieux. Bref. Si t’as une chance de ne jamais croiser un hurluberlu tel que moi, saisis-la… pour le bien-fondé de ta santé psychologique ! Tu veux savoir un autre truc génial ? J'ai des doctorats en chimie, mathématiques et ingénierie. Je suivis des cours en philosophie (ça c'est faut), j'suis un petit génie qui possède un QI de 187, je parviens à lire 10 000 mots par minute, que je me souviens parfaitement bien grâce à mémoire eidétique (ça c'est très vrai). Tout comme vous, je me demande vraiment ce que je foutais chez les Audacieux, pendant  dix-sept ans. Je colle pas trop au profil, comme qui dirait l'autre ! Et l'autre je l'envoie se faire foutre !

De nature assez bizarre, mon sens de l'humour moche et sarcastique aura probablement souvent raison de vous. J'aime ironiser ce que j'entends. J'aime ridiculiser ce que voit. Et j'aime dérider ce qui me parait inflexible. J'ai un caractère bien trempé et un tempérament sérieusement décousu. Je n'ai peur de rien et rien ne semble m'arrêter. Déterminé, confiant, zélé, lorsqu'une idée germe dans mon crâne, d'instinct, celle-ci prend des proportions éléphantesques. N'ayant qu'une seule vie à vivre, je m'aménage pour la combler sans regrets et sans traquas. J'accomplis chacun de mes désirs et achève chacun de mes projets. Je vois la vie avec insouciance et désintérêt. Voilà probablement pourquoi est-ce que mon manque de tact est aussi présent, lorsque je viens vous aborder, - l'air sorti de nul sait où -, avec mes répliques hostiles et froissantes. Parfois, souvent, vous aurez l'impression que je vous sous-estime et vous observe de haut...ce n'est pas le cas. Je suis simplement trop extraverti et franc. Je ne possède pas de manie particulière, n'étant pas du genre conformiste et traditionnel. La caféine et le tabac, ce sont mes plus grandes dépendances. Je fume comme une cheminée et gobe tel un trou sans fond. Je fais ce que j'ai à faire et me préoccupe que très peu du reste. Philosophie qui ne m'a pas trop rendu service dans un monde aussi pourri que le nôtre. J’aime pas obéir. J’aime pas les gens. J’aime encore moins le mariage de ces deux crasses. Je suis pas très allumé sur les drames et cataclysmes qui nous entourent. Seule mon insignifiante petite personne importe. Froussard, très mauvais bagarreur, j’suis telle une greluche qui préfère fuir le combat à l’opposer le l’affronter. Et pourtant il n’est jamais bien rare de me voir la tête et le cul bien creux enfoncés dans une baston pas possible. Je casse et l’on me casse perpétuellement la gueule. Je suis celui qu’on adore détester.  Je suis célibataire et c'est loin de me déplaire. Aucune attache. Zéro engagement. Avec la vie que je mène, je crois que c’est mon idéal parfait...

Je suis un paradoxe.
Je suis l'incarnation même de la contradiction.
Dans le dictionnaire, à côté de la définition du mot "défaut", il y a une jolie photo de ma trogne de p'tit con.
Que dire de plus ?

AS I WALK ON THROUGH THIS WICKED WORLD



Any old time you keep me waiting

- WEST SIDE, CHICAGO, VERS L'AN 2125 -


Okay ! Je comprends qu’on se comprend, n’est-ce pas ? Vous qui lisez présentement ces quelques lignes, vous comprenez que vous avez une dette de sang envers moi ? J’accepte de me faire ce hara kiri avec mon crayon de plomb, pour me vider de mes tripes, que je prends soin de pâmer sur la table et avoir cette discussion à cœur ouvert sur tous les secrets de ma vie. Vie que je n’ai pas du tout envie de vous raconter, parce qu’elle n’est pas de vos oignons, mais que j’accepte tout de même de vous offrir sur un plateau d’argent. Je comprends qu’on se comprend, n’est-ce pas ? Vous qui lisez présentement ces quelques lignes, vous comprenez que vous avez une dette de sang envers moi ? Mes tripes contre votre hémoglobine. C’est un échange équitable. Vous trouvez cette lecture ennuyeuse, attendez avec impatience le paragraphe où il sera enfin question de mon histoire ? Pfff ! Je vous emmerde. Il y a de cela pas si longtemps, on me payait pour vendre cette salade et vous la lisiez avec grande frénésie ! J’ai tous les droits d’auteur et comptez sur moi que je compte bien abuser de votre patience. Si vous avez le malheur de me dire que vous avez des problèmes de vu et m’obligez à réécrire ces lignes en prétextant que vous êtes un peu aveugle, cordialement, je vous annonce que vous êtes un peu mort aussi. Grlmgrlm ! Rooh, ne partez pas si vite, mes chouettes aux œillades coquettes. D’ordinaire, je suis sympa, un gentilhomme imbu de lui-même qui, sobrement, accepte d’extrapoler sur son univers en échange d’une statue érigée à son effigie et le don gratos d’une jeune vierge de votre entourage… qu’il me tarde de débaucher d’ailleurs ! Okay, avant que vous m’encastrer mon crayon de plomb dans une narine, je me pâme, en toute vulnérabilité, sous vos yeux. Jacky Boy, viens ici, éventre-moi, dépèce-moi et tripons, mes bons !

Il y a moult manières de vous bercer dans mon univers. Il y a cette introduction qui s’ouvre sur une scène mystérieuse, avec un gars tout aussi mystérieux, séduisant dans son complet hors de prix qui lui scie la silhouette comme un adonis… puisque cet homme est un Érudit, il devient nécessaire de souligner  qu'il est riche comme crésus ! Et comme tous  fils de riches, érudits de surcroît, pour souligner le cliché, ce mystérieux personnage tient dans sa main une coupe de vin blanc, un grand cru, bien entendu, et s’affaire sur son ordinateur comme un forcené, (parce que les gens importants sont toujours des bourreaux de travail  et boivent comme des trous),  il est très tard aussi, il fait nuit noire, seule la clarté de l’écran illumine ce visage aux traits tirés par la fatigue, le regard hagard, parce qu’il songe à l’amour de sa vie qu’il vient laisser partir. OKAY ! COUPEZ ! Sérieusement ? Le fils de riche qui fait semblant de travailler, la coupe de vin, la gonzesse, tout ça, c’est n’importe quoi. Il y a moult manière de vous bercer dans mon univers et je vous assure que ce dindon enchâssé sur le mystère… bah… ce n’est pas moi. Jacky Boy, reviens ici, éventre-moi, dépèce-moi et tripons, mes bons ! Et pour de vrai, cette fois !

...

Mes deux billes d’un bleu javellisé, impassibles et sereines, embrassent lentement l’horizon. La salle n’est pas très grande et pour ainsi pas très chic non plus. Les quelques néons suspendus au plafond peinent grandement à laisser filtrer leurs éclats, flirtant langoureusement avec les nuances obscures des nombreux vieux meubles ternes et cendrés qui s’étalent paresseusement au travers de la pièce qui, malgré son très peu de charme, semble recueillir beaucoup d’âmes. Si de l’extérieur cette immeuble défraichie s’édifie banalement de briques et de bétons, à l’intérieur, les entrailles émaciées de ce lieu frivole ne sont façonnées que de bois et de fer rouillé.  Il est grandement difficile de pouvoir deviner l’ornement de ce bar miteux et crade. En une seule et unique pièce, tous les styles et designs se concentrent en une seule et unique décoration. Franchement, si on peut appeler tout ce foutoir de styles et de babioles ; une véritable décoration.  Sur les murs d’acajou s’entassent masques Africain, tête de chevreuil et un charmant portrait de Marie-Antoinette. Au fin fond de la pièce prônent sofa retro, tapis baroque et table-basse aux allures rococo, sur l’une d’entre elles j’y vois même errer une jolie sculpture de Manneken Pis, constatation qui d’ailleurs ne manque pas de me faire légèrement arquer le sourcil, voyant briller une certaine ironie. Poursuivant le pittoresque exposer, au milieu de la salle, une riquiqui piste de danse apparaît, là où traînent quelques danseurs saouls aux allures tout aussi méconnaissables que les styles entrecroisés de ce bar multi-époques.  Un jukebox crache avec misère une musique rock 'n' roll, musique que si j’essaie trop d’en découvrir la mélodie risquerait de me faire perdre 10% de ma capacité auditive. Ce qui peut s’appeler être le comptoir du bar est en fait noyé derrière un troupeau de motards qui se grattent tous simultanément l’entre-jambe,  plus harmonisés encore  que des nageuses synchronisées, et le plus charmant lors de cette jolie chorégraphie, c’est leur capacité à pouvoir se décrotter  le nez avec leur index. C’est n’importe quoi et moi je suis encore à me demander ce que je fous là en plein cœur de ces sourires d’homme de Cro-Magnon, ces barbiches de chèvre et ces dessous de bras qui suent comme les chutes Niagara. Bienvenue dans l’Arrondissement des Audacieux, là où on découvre comment et pourquoi est-ce que l’évolution humaine a si mal tournée.

Bras croisés derrière le dos, le torse fièrement bombé, mâchoire contractée jusqu’à m’en déraciner les molaires, la tête bien haute, je daigne enfin bouger et m’éloigner du hall d’entrée… qui est d’ailleurs le seul endroit plus ou moins bien ordonnancé : Portes western double battant et sympathique petite moquette crade où il y est inscrit dessus ZHE WELCOME en grosses lettres grasses et noires. J’avance au travers de la piste de danse, effectuant un voyage spatio-temporel, lors de l’incroyable épopée, les talons aiguilles de quelques mademoiselle surexcitées viennent joyeusement s’encastrer sur mes boots de cuir alors que quelques danseurs maladroits osent me foutre en pleine gueule leurs coudes osseux qui d’instinct quittent mon gosier à l’approche de mes massives épaules s’enfonçant sans aucun ménagement au travers de cette mélasse répugnante.

Péniblement, je me faufile au travers de la foule versatile qui se trémousse avec indifférence devant moi, mes claires prunelles furetant minutieusement la petitesse de la pièce bondée de gens, à la recherche de cette loque humaine qui me sert à mon plus grand dam de père. Je l’aperçois, le torse avachit comme un cochon sur la surface encombrée d’une petite table en bois. Il larvouille à l’assistance d’une jolie ribambelle de cadavres de bouteilles de bière jalonnant son aire de détente, sa carcasse flasque et suintante débordant littéralement du petit coussinet cuivré du tabouret de bois sur lequel  il est confortablement installé… les jambes écartées de Tokyo à Paris et dévoilant ainsi les arcanes de son anatomie. C’est si charmant ! J’ai limite pas envie de vomir mes tripes et boyaux. Et j’ai limite surtout pas envie de tourner les talons !

- Papa. Il faut que---

Ses grands yeux bouffies et écarlates d’ivresse ne daignent même pas se poser sur moi. À contrepartie, son gros index humide vient fracasser mes lèvres avec le même agacement viscéral que m’accordait la bibliothécaire du lycée lorsqu’elle m’ordonnait de fermer ma grande gueule.  Incrédule, mes yeux biglent sur le gros doigt.

- Sshhhhh ! Jaymes, il est tout près de faire le coup de la pierre tombale. Avec son bras puissant et précis, il est bien capable de lancer cette raclure jusque dans les gradins ! qu’il prend la peine de m’expliquer, les yeux brillants d’adulation, sa nuque quasi brisée pour regarder les prouesses légendaires de son fils surdoué qu’il peut en ce moment même admirer sur le minuscule écran plasma perché dans un coin sombre du bar. Jaymes Dallas. Petit gaillard de 1,72 m pour un peu moins de 120 kg. La plus belle réussite de mon paternel. Sans relâche, il le beugle à qui peut bien l’entendre. Jaymes Dallas. Mon sang. Ma chair. Mon petit frère. Celui qui sait plaire. Celui qui sait tout faire. Enfant parfait. Le fils prodige. Je. Le. Hais.

- Il faut que je te parle. C’est… impor---

- Regarde comme il a du chien ! T’as vu comment il tient tête à l’ennemi ? C’est un vrai dur à cuire ! Il encaisse, sans jamais perdre son sang-froid et sa concentration. Il se bidonne de ce rire gras et émoustillé qui me tombe tant sur les nerfs. Il martèle de son poing la surface encombrée de la petite table en bois, attrape sa bouteille de bière et avale de généreuses rasades du liquide doré.  Lorsque vous étiez mômes, il y avait c’gamin… comment il s’appelle déjà ? Quentin ! Ce petit bouseux, il passait son temps à t’intimider et te tabasser dans la cour de récréation. Il n’y a pas une seule journée où tu ne te faisais pas botter le cul par ce petit con. Et à chaque fois, Jaymes, il courait à ton secours et cassait la gueule de ce petit morveux. Il a toujours été comme ça. Il t’a toujours protégé. Les heures de colles qu’il s’est amassées… parce qu’il se battait tout le temps… pour prendre ta défense !

Les rapports avec mon paternel ont toujours été des séances de flagellations et d’humiliations. Il ne m’a jamais réellement porté dans son cœur. Il ne m’a jamais réellement pardonné d’avoir lâché et abandonné ma faction d’origine, pour orienter mes études et mon avenir vers un dessein différent de ce que lui envisageait pour moi. Il voulait que je devienne ce que mon frangin est devenu : entraîneur  surdoué qui s’est taillé une place de renom au sein à la Fosse. Mais moi… le sport, depuis tout petit, ça ne m’a jamais interpelé… au grand dommage de mon père qui a mainte fois tenté de m’y convertir. Les nombreuses tentatives ne nous éloignant que davantage et les activités père/fils se faisant de plus en plus rare. Ce regard luisant d’éclairs qu’il m’a lancé lorsque je lui ai annoncé que je voulais devenir journaliste…  ces joutes de rixes qu’il m’a bazardées en pleine gueule… notre relation qui s’est littéralement effrité et envenimé. Quinze années se sont écoulées et rien n’a changé ! Non, mensonge, je peux ajouter à la liste haineuse ; ces sempiternels silences embarrassants que nous confrontons à chaque fois qu’on se voit. Lui, moi, on ne s’en gêne pas d’un iota… toutefois, ma mère et le frangin commencent à trouver cela fort bien éprouvant et inconfortable. Aux yeux de mon père, je reste sa plus triste et grande déception. L’enfant imparfait. L’enfant défait. Le vilain petit canard.

À l’adolescence, la relation conflictuelle que j’entretiens religieusement avec mon géniteur m’a grandement torturé l’esprit. À cette époque, j’éprouvais à son égard un semblant de respect et avais pour habitude de baisser les yeux lorsqu’il posait ses œillades fielleuses sur ma frêle carcasse. Ma mère n’a jamais toléré cette servilité, ne se gênant pas pour me le faire savoir et m’encourageant même à tenir tête à mon père. Ce que j’ai fait. Un soir, le père bourré est débarqué en trombe dans ma chambre, le visage écarlate de colère, hurlant, à s’en fêler les cordes vocales, que je ne suis qu’un vaurien et que je ne pourrais jamais réussir ma vie si je faisais l’irréparable erreur d’entamer une carrière de journaliste. Ce soir-là, je venais d’apprendre que j’avais des affinités érudites. La nouvelle a eue l’effet d’une bombe au sein du nid familial. Ma mère, pleurant comme une Madeleine, lacéré entre la joie et l’horreur d’apprendre que son petit poussin va bientôt devenir un homme. Mon frère, embêté de savoir qu’il devra se trouver l’automne prochain un nouveau bouc émissaire pour rédiger ses devoirs. Et mon père… s’opposant littéralement à ce choix de carrière et déversant sur moi une pluie d’insultes et de postillons. « Si tu passes le pas de cette porte, Ramsey, tu ne seras plus jamais le bienvenu dans cette maison ! » Cette menace a été pour moi la suprême révélation. J’ai levé la tête et j’ai regardé mon père dans le blanc des yeux. Je n’ai rien dit. Je n’ai rien fait. J’ai simplement attrapé mon sac bourré de fringues, j’ai embrassé ma mère sur le front et j’ai traversé le pas de la porte. Je suis parti et je ne suis jamais revenu. Enfant imparfait. Enfant défait. Le vilain petit canard qui a vogué sur les rues dépravées pour découvrir et conquérir le monde. Le cœur gonflé d’espoir et de vaillance. La cervelle grisée de belles promesses et de confiance. Aussi paumé qu’un clochard, baluchon niché dans le creux de l’épaule, j’ai sauté dans le premier wagon du train et j’ai posé pieds sur l’arrondissement du Centre. Je ne savais pas ce que je faisais, mais je savais ce que je voulais faire et après de laborieuses semaines de recherches écharnées je me suis dégoté des petits boulots aux salaires modestes, mais suffisants. J’ai sacrifié un été entier, travaillant comme un bœuf écumé pour amasser la somme nécessaire afin de payer mes études universitaire et louer un appartement très crade dans le quartier industriel et résidentiel du secteur communautaire des Sans-Faction. J’ai vu et connu la misère. J’ai longtemps pataugé dans la pauvreté. La popularité et le succès n’étant pas mes meilleurs potes, j’ai usé de mon sarcasme et de mon humour puéril pour me démarquer. J’avais plus de famille. J’avais pas d’amis. Mais j’avais la satisfaction d’avoir accomplis mes études et décroché plusieurs diplômes ! Pour moi, ces bouts de papier, ça valait tout l’or du monde ! Je me suis saoulé à mort pendant dix jours pour célébrer cette réussite, c’est d’ailleurs englué dans ce marathon d’ivrognerie que j’ai fait la connaissance de Percy Grayson. Un chic type. Un vieux bonhomme bien rondelet et radin, directeur du Knowledge Of Today, l’organe de presse principal dans le quartier industriel et résidentiel du secteur communautaire des Sans-Faction. Le directeur de ce journal local m’a offert mon tout premier emploi dans le domaine du journalisme. J’ai travaillé pour lui durant sept ans… mon nom se faisant de plus en plus prononcer sur les lèvres de nos fidèles lecteurs, fervents partisans de mes rubriques centrés sur la vie quotidienne de nos bons citoyens irresponsables ayant pour loisirs de profiter du système. J’exposais à la population un regard crédule et cynique sur la lâcheté et les abus de notre beau quartier défavorisé, pointant du doigt des Monsieur et Madame Tout Le Monde qui ne vivent que par les ressources d’une civilisation déjà morte, exposant ainsi dans un humour noir et auto-dérisoire la désolante réalité dans laquelle on vit. Un monde de surconsommation où la goinfrerie incommensurable pour la bêtise humaine nous guide par le bout du nez et nous emmène aveuglément à se comporter comme des moutons. Les gens aiment me lire parce qu’ils vivent dans le déni de la réalité. Les gens aiment me lire parce qu’ils me trouvent drôle et audacieux d’attaquer délibérément notre société qui prétend tout connaître alors que ce n’est en fait sacrément pas le cas. Bref. Je me suis fait des alliés et des ennemis. Certains m’aiment et d’autres me détestent. Une chose est certaine ; ma réputation s’est propagée comme la lèpre et ma personnalité s’est forgée au travers de ma popularité. Ma gloire a en fait causée ma propre perte. Je me suis laissé aspirer dans cette spirale infernale, publiant des articles de plus en plus hautains et arrogants. Knowledge Of Today gravissant les échelons de la renommée alors que moi j’étais en train de labourer la terre de mes ongles amochés, me creusant une tombe vers cette descente aux Enfers. Menant le mode vie clichée de l’écrivain accompli, dormant peu, suivant un régime de caféine et de nicotine, me nourrissant de malbouffe, rester le cul écrasé sur une chaise, le sport me rebutant depuis l’enfance, je suis devenu l’ermite sédentaire qui ne bougeait strictement rien d’autre que le bout de ses dix doigts. J’ai démolis ma santé et j’ai ravagé mon système immunitaire. L’arrivée de l’hiver me présageait que de longs mois de rhumes, de toux et de broncho-pneumonie. Petit pantin consacré à la maladie, véritable buffet à volonté pour les virus… tous les rhumes que je choppais se transformaient automatiquement en bronchite and shit. J’suis allé voir un médecin, malade comme un chien, les antibiotiques ne faisant plus aucun effet et le sirop pour la toux ne me communiquant que ce putain de goût de merde dans la bouche. Le toubib a pris des radiographies de mes poumons, que j’ai constaté noircit comme une usine à suie, ce que je croyais normal puisque je fume environs deux paquets de clopes par jours, mais à voir la mine songeuse de mon médecin, j’ai finalement compris qu’un truc clochait… il m’a fait passer une batterie de tests et il n’a pas tardé à m’étaler le diagnostic.

Cancer du poumon. Incurable vue mon désastreux état de santé général. Je vais mourir, mais je peux prolonger mon espérance de vie en suivant un traitement chirurgical. Non merci. Je suis parti de l’hôpital. Je suis me confiné dans mon appartement et j’ai pleuré comme un gamin durant cinq mois. Acceptant ma cuisante défaite, j’ai fait la fête pendant deux semaines… pour finalement rédiger mon avis de décès dans la rubrique nécrologique du journal pour lequel je besogne depuis sept longues années, j’ai clandestinement glissé cette petite blague dans l’édition achevée du journal prêt à être imprimé et livré le lendemain matin. Les fidèles lecteurs ont lu la nouvelle, semant le chaos avec un grand K à la régie, bombardant nos réceptionnistes de coups de téléphones larmoyants, mon patron fâché me convoquant à son bureau, me bafouillant le discourt cliché du vaillant souverain qui ne reconnait plus son disciple… que depuis six mois je fais un vrai boulot de merde et que mes écrits ne sont même pas valables pour le plus banal des torchons. À moi de l’envoyer chier sans raison et de m’avancer vers la sortie de son bureau. À lui de me cracher sur la nuque :

« Si tu franchis cette foutue porte, Dallas, considère-toi comme renvoyé de Knowledge Of Today !  »

Impression de déjà vue. Cette menace a été pour moi la suprême révélation. J’ai levé la tête et j’ai regardé mon patron dans le blanc des yeux. Je n’ai rien dit. Je n’ai rien fait. J’ai simplement attrapé mon portable et j’ai quitté l’immeuble. J’ai sauté dans le premier wagon du train et j’ai traversé la ville pour revenir prendre racine dans la souche. Bonjour, faction de mon fion. Rien n’a changé. Tout est pareil. Toujours aussi dévasté et toujours aussi faux. Marcher dans les rues faisant renaître les souvenirs d’enfance. Retentir dans les ruelles crades et me figer  devant le bar où je sais très bien que mon père se retrouve. Entrer dans la taverne de motards, tomber sur mon paternel, vouloir lui parler pour me consoler… vouloir tout lui dire, mais soudainement me souvenir et tant regretter de l’avoir présentement dans mon point de mire.

- Qu’est-ce que tu veux tant me dire ? Ça ne peut pas attendre la fin du round ?

Les yeux rivés sur la télévision, il n’a même pas daigné me regarder depuis mon arrivée. Rien n’a changé. Tout est pareil. Enfant imparfait. Enfant défait. Enfin le comprendre… et tout simplement arrêter de prétendre.

- Je… je voulais simplement te dire que…

- OH, BORDEL ! NON ! NON ! COMMENT L’ARBITRE PEUT TOLÉRER UNE CHOSE PAREIL ? NON MAIS T’AS VU ÇA ? C’EST QUOI CE FOUTOIR !?  qu’il s’égosille, désormais debout et chancelant à côté de la table, pointant l’écran plasma de son gros index injurieux, visiblement froissé par la droite que c’est bouffé Frangin en pleine gueule.

Enfant imparfait. Enfant défait. Enfin le comprendre… et tout simplement arrêter de prétendre. Je me redresse de contre le tabouret, attrape ma veste en cuir, traverse la piste de danse et quitte la taverne. Il ne m’a jamais vu sortir et il ne me verra jamais partir. Jamais je ne trouverai le courage de lui dire adieu… de toute manière, à ses yeux, je suis déjà mort et enterré depuis si longtemps…

Retrouver le train. Sauter dans un wagon. Empoigner cette enveloppe de mes deux mains tremblotantes. Mon regard fureteur glissant doucement sur l’adresse de retour ; la Tour Willis. Il parait qu’un vieux a claqué. Ils me recrutent pour combler le siège vide…

Je m’appelle Ramsey Absolem Dallas.
Et voici la fin de mon commencement.

test d'aptitude


Dans les yeux de votre famille et vos amis, vous brillez comme étant quelqu’un de ?

A) Enclin à tout sacrifier pour aider son prochain.
B) Naturellement apprécié et aimé de tous.
C) Digne de confiance et d’une inébranlable loyauté.
D) Protecteur, irrépressible, peu importe la situation.
E) Sage, qui a toujours le bon mot à tout.

Quand une impasse vous fracasse le nez, votre réaction est ?

A) D’agir et faire ce qui est le mieux pour le plus de monde possible.
B) Être l’auteur d’une œuvre qui met en lumière mes sentiments.
C) Improviser une salle de conseil et discuter du problème avec mes proches.
D) Foncer dans le tas. Tête bien haute. C’est la seule solution !
E) Faire une liste de pour et de contre pour voir les meilleures options.

La profession parfaite, pour vous, c’est quoi ?

A) Tant que c’est Humanitaire, pour moi, c’est le comble de la perfection.
B) Tant que c’est sur l’entretient du Terroir, pour moi, c’est le comble de la perfection.
C) Tant que c’est pour l’évolution de la Science, pour moi, c’est le comble de la perfection.
D) Tant que c’est pour assurer la Sécurité, pour moi, c’est le comble de la perfection.
E) Tant que c’est Politique, pour moi, c’est le comble de la perfection.

Votre priorité capitale et fondamentale en ce moment ?

A) Servir et aider mon prochain.
B) Trouver le bonheur et la joie en mon for intérieur.
C) Atteindre et surpasser l’apogée de mon Savoir.
D) Forger mon caractère déjà bien trempé.
E) Chercher et trouver la vérité en absolument tout.  

FACTION SOUHAITÉE : érudit.



SEE YOU ON THE OTHER SIDE

Pseudo : disturbed. Où as-tu donc connu le forum ? je sais pas. je sais plus. où suis-je et où vais-je ? Serait-il indiscret d'en savoir un peu plus sur toi ? je suis quiiiiii-diiii-hiiiiii ! Le forum, tu en penses quoi ? je le déteste toujours autant (y'en a marre de répondre à cette question xD). As-tu des demandes spéciales ? RAMSEY EST UN STAGIAIRE POUR DEVENIR UN MEMBRE DU CONSEIL. Il a besoin d'un mentor ce con Laughing Le règlement du fofo, tu l'as consulté ? Oui ?! Alors révèle nous donc son code top-secret ! c'est un secret  String



Dernière édition par Ramsey A. Dallas le Mar 26 Jan - 4:59, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Invité




MessageSujet: Re: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY Mar 26 Jan - 1:08

VILAINEEEEE!!!!!!!!!!!!!  Diaaahhh  Diaaahhh  Diaaahhh

COMME JE TE TROUVE SEXY Bave  Tu vas réussir à faire changer d'équipe Raven... ET Hendrix Gniah Laughing
J'ai déjà l'eau à la bouche avec cette personnalité de fou, JE VEUX LA SUITE Awesome  Et tu le sais peut-être pas, mais j'ai déjà une idée de lien Hola  ALORS TERMINE MOI CETTE FICHE QUE JE PUISSE T'HARCELER Lovee

Oh et... RE-RE-REBIENVENUE CHEZ TOI  Candid
Revenir en haut Aller en bas

avatar

one choice can transform you
Exekiel K. Hunter

❖ Date de naissance : 21/09/1992
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 4317
❖ Avatar : Gaspard Ulliel
❖ Crédits : Fuckedup Masterpiece (avatar + profil) ; tumblr (sign) & Disturbed (css)
❖ Multicomptes : Lee G. Flores
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente ans
❖ Profession : Berger sans mouton + Drugdealer sans le savoir + coursier aux sérums
❖ Faction : Amity.
❖ Forces & Faiblesses : Sa loyauté qui s'envase dans ses élans de stupidité.
❖ Philosophie : Innocence before guilt.
❖ Playlist : JASON WALKER - echo. VANCE JOY - riptide. ANGUS AND JULIA STONE - old friend.



MessageSujet: Re: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY Mar 26 Jan - 1:13

OOOOHHH BOOON SAAAAANG RAMSEY IS IN THE PLAAAAAAACE!!!! Lovee Lovee Lovee

Ce vava!! Bed Et ce pseudo! Bave LET ME DIE NOOOOW!!!!! Priceless Priceless
ET BIEN UN GROS RE-RE-RE-REBIENVENUE PARMI TES PETITS AMOURS D'OMAMIEEEEEENS!!! Welcome

J'ai vraiment hâte de lire l'histoire de ton sexy érudit!!! Heart on a plate Heart on a plate Heart on a plate
Et je suis déjà aux combles avec cette personnalité de FIOUUUU!!! Crazy Love Crazy Love Crazy Love

PS: Je crois peut-être avec une petite idée de lien aussi entre Lee et Ramsey et même Hendrix!! Hehe Hehe Je vous en touche quelques mots dès que possible!! Hola
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Invité




MessageSujet: Re: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY Mar 26 Jan - 1:15

UN TRIOOOO???? TU M'INTRIGUEEEEES What What
Revenir en haut Aller en bas

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY Mar 26 Jan - 1:57

OMG ! J'AI MÊME PAS VALIDÉ, MÊME PAS SA FICHETTE DE TERMINÉE, QUE DÉJÀ UN TRIP À TROUA S'ANNONCE ! Hahahahahahaha !! Ce qu'il me tarde de découvrir ce que tu nous réserves Exouille Priceless Et merci pour le petit mot de bienvenue Sasa

RAAAVEEEEEENNNNN !!!! entre deux malades, j'crois qu'il y a moyen de faire Laughing J'ai déjà de beaux projets pour nous ! *étale la peau d'ours près du feu de foyer.* Tu pourrais jouer de la guitare pendant que je fricote avec la gonzesse, please ? Hola MAIS NAH ! JE BLAGUE !! VIENS DANS MES BRAS ET MERCI POUR LE PETIT MOT DE BIENVENUE ! Duck

Et je m'y atèle à la rédac de l'histoire le plus vite possible, pour vous combler Welcome

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Exekiel K. Hunter

❖ Date de naissance : 21/09/1992
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 4317
❖ Avatar : Gaspard Ulliel
❖ Crédits : Fuckedup Masterpiece (avatar + profil) ; tumblr (sign) & Disturbed (css)
❖ Multicomptes : Lee G. Flores
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente ans
❖ Profession : Berger sans mouton + Drugdealer sans le savoir + coursier aux sérums
❖ Faction : Amity.
❖ Forces & Faiblesses : Sa loyauté qui s'envase dans ses élans de stupidité.
❖ Philosophie : Innocence before guilt.
❖ Playlist : JASON WALKER - echo. VANCE JOY - riptide. ANGUS AND JULIA STONE - old friend.



MessageSujet: Re: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY Mar 26 Jan - 4:14

Ramsey A. Dallas a écrit:
OMG ! J'AI MÊME PAS VALIDÉ, MÊME PAS SA FICHETTE DE TERMINÉE, QUE DÉJÀ UN TRIP À TROUA S'ANNONCE ! Hahahahahahaha !!
Et bien tu as terminé ta fichette, tu es validé ET MAINTENANT LE TRIP À TROIS EST À NOUUUUUUUUUUUS!!!! Feu Feu Feu

Je me suis littéralement décrocher la gueule à ma lecture!!! J'adooooore l'intro de ton histoire, ça donne tellement le ton du personnage, c'est tout simplement parfaiiit!! Heart on a plate Heart on a plate Une plume toute propre à ce nouveau perso PLUUUUS que prometteur!!! Awesome Et l'histoire de Ramsey, son diagnostique, son paternel qu'on a envie de frapper en pleine tronche avec une chaise, DAAAAAAAMN JE SUIS CONQUIIIISE, comme toujours!! Coeur Coeur Coeur

Bref, j'ai l'honneur de t'annoncer que tu es VALIDÉE!!!!! Welcome
test succeeded



Majorité de D pour


Érudit. Cervelle ambulante, vous aimez apprendre de nouvelles choses et vous essayez de comprendre tout ce qui vous tombe sous la main. Logique, vos décisions ne se reposeront jamais sur l’instinct et ou le cœur. Pour vous, le monde serait un meilleur endroit si tout le monde était instruit et enclin à vouloir apprendre. Aux yeux des autres, vous êtes d’un tempérament condescendant, mais également envieusement perspicace et brillant.

Maintenant que tu es validé, très cher membre de la communauté, nous t’invitons à venir consulter le répertoire des BOTTINS pour t’enregistré dans nos petits papiers. Dans un autre ordre d’idée, pour faciliter ton intégration, nous te conseillons de t’ouvrir une fichette de LIENS et de SUJETS. Pas de gêne à avoir avec nous, hésites pas à prendre les devants pour venir proposer tes IDÉES & DEMANDES si tu en as. Si tu as envie de te détendre et de partager un petit brin de ton joli toi-même, c’est ICI, et ENCORE ICI que les feux des projecteurs sont dressés. Parlant d’IRL, si tu veux en savoir plus sur le STAFF, c’est ICI que les masques retombent. Finalement, si tu veux être au courant de l'acutalité du forum, c'est que tu dois te rendre.

Une dernière petite chose : nous te souhaitons un agréable séjour parmi nous Heart on a plate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY Mar 26 Jan - 4:29

Amour Amour Amour Amour Amour Amour

Ça c'est de la validation rapide, mon Exouille ! Merci beaucoup pour les beaux compliments Priceless Ouais, les pères, sur OMAM, ce ne sont pas eux qui reportent les prix de l'année Laughing Trop hâte de RP avec toua Awesome

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Exekiel K. Hunter

❖ Date de naissance : 21/09/1992
❖ Barge depuis : 16/01/2013
❖ Messages : 4317
❖ Avatar : Gaspard Ulliel
❖ Crédits : Fuckedup Masterpiece (avatar + profil) ; tumblr (sign) & Disturbed (css)
❖ Multicomptes : Lee G. Flores
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente ans
❖ Profession : Berger sans mouton + Drugdealer sans le savoir + coursier aux sérums
❖ Faction : Amity.
❖ Forces & Faiblesses : Sa loyauté qui s'envase dans ses élans de stupidité.
❖ Philosophie : Innocence before guilt.
❖ Playlist : JASON WALKER - echo. VANCE JOY - riptide. ANGUS AND JULIA STONE - old friend.



MessageSujet: Re: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY Mar 26 Jan - 4:39

HAHAHHAHAHAH! Effectivement, avec les paternels qui se promènent sur OMAM, je crois qu'on est à l'aube de manquer de chaise!! lol! lol! lol! Va falloir que les clients du Harvest se tirent des buches!! lol! lol! lol!

PS: TON KIIIIIT!!! Bavee Bavee CETTE SIGN EST BEAUCOUP TROP SEXXXY POUR MA PETITE PERSONNE!!! Bed Bed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Arizona J. O'Malley

❖ Date de naissance : 14/11/1991
❖ Barge depuis : 07/09/2015
❖ Messages : 816
❖ Avatar : Jennifer Lawrence
❖ Crédits : Avat : Elegiah || Sign & Profil (Gifs & CSS) : Elegiah
❖ Multicomptes : Samuel A. Díaz
❖ image :
❖ Âge personnage : 26 Ans
❖ Profession : Bras droit des Érudits || Technicienne Informatique
❖ Faction : Erudite (divergente)
❖ Philosophie : Find what you love and let it kill you
❖ Playlist : Cosmic Love - FLORENCE AND THE MACHINE || Meet Me On the Equinox - DEATH CAB FOR CUTIE || A Shadow Fall on Me - GARY NUMAN || The Preacher - JAMIE N'COMMONS || Smokestacks - LAYLA || Animal - XOV || Too Dry To Cry - WILLIS EARL BEAL || Won't Win - FRACTURES



MessageSujet: Re: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY Mar 26 Jan - 19:32

Oh mon dieu xD Salamèche xD Ce new perso est juste énormissime xD J'ai hâte de le voir rendre les gens barge in rp !!! En tout cas, vous êtes horribles avec Nova, vous allez nous faire nous attacher à vos perso puis.. puis.. BIM!! Plus de perso'! Fire

Re-Bienvenue et see u soon in rp avec ton nouveau perso' totalement déjanté Priceless Puis merde, Ryan quoi Fiouf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Gray J. Wolfgang

❖ Date de naissance : 08/10/1989
❖ Barge depuis : 01/11/2015
❖ Messages : 5113
❖ Avatar : Brett Dalton
❖ Crédits : TF (vava) - Swanou (spoiler signa) - Alas (code signa)
❖ Multicomptes : Envy D. Carter & J. Ryder Storm - G.H. Nolan Wheeler & Gabriel A. Blackwood
❖ image :
❖ Âge personnage : 25 ans
❖ Profession : Bras droit des Sans Faction, membre actif de la résistance - Ex Barman au Harvest et rat de laboratoire pour le compte de Moira Rosenbach.
❖ Faction : Divergent, Factionless - Anciennement Amity - Origines Erudites
❖ Forces & Faiblesses : Tolérance face à la douleur - Techniques de combats à mains nues - Manipule plutôt bien les lames, il les préfère aux armes à feu - Sa plus grande faiblesse réside maintenant dans le fait que le Conseil connait sa Divergence - A des cauchemars récurrents sur son enfance - Garde un oeil constant sur ses aînés et les O'Malley.
❖ Philosophie : Season two l I'm gonna shoot you down. - Season one l Count only on yourself, otherwise you'll just die, victim of treason
❖ Playlist : HELLO ▲ Adele - HURRICANE ▲ 30 Seconds to mars - MONSTER ▲ Imagine Dragons - PARALYZED ▲ NF - THE SCIENTIST ▲ Coldplay - FADED ▲ Alan Walker - TRAIN WRECK ▲ James Arthur



MessageSujet: Re: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY Mar 26 Jan - 20:05

REBIENVENUUUUUUE Priceless

Je prendrai le temps de tout lire comme pour le super perso de Novachoute Bave je reviendrai donc commenter What a Face

Sasa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

one choice can transform you
Ramsey A. Dallas

❖ Date de naissance : 09/04/1990
❖ Barge depuis : 26/01/2016
❖ Messages : 844
❖ Avatar : Ryan Gosling.
❖ Crédits : lux aeterna (avatar), tumblr (gif profil) & disturbed (gif + img + css).
❖ Multicomptes : Salem L. O'Malley, Charlize E. Flores, Judas F. Valentyne & Ruben C. Dashawn.
❖ image :
❖ Âge personnage : Trente-et-un ans.
❖ Profession : Ex journaliste, recruté pour devenir membre du Conseil, présentement en stage à la tour Willis.
❖ Faction : Érudit. (Né Audacieux.)
❖ Forces & Faiblesses : Moi-même... tout simplement.
❖ Philosophie : Livin la vida loca.
❖ Playlist : DEPECHE MODE - shake the disease. THE BLACK KEYS - lonely boy. IAMX - walk with the noise. XYLØ - afterlife.



MessageSujet: Re: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY Mer 27 Jan - 19:02

Sasa Sasa Sasa

Merci beaucoup pour les petits mots de bienvenue les amours. J'espère que ce personnage vous inspirera des jolies aventures. Ouaip, le but étant de vous attacher, pour ensuite faire le deuil Diah Diah Diah Diah Diah Qui sait ce que l'avenir nous réserve Laughing

Je compte bien avoir des liens avec vous Priceless
PS : Ari, j'ai peut-être déjà un truc à te proposer !
Gray, je te souhaite bon courage pour lire mon pavé Laughing

À la belle paluche dans les environs Duck

_________________

Fire up the beast I got in my eyes
- Clearing my thoughts, eyes on the price -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


one choice can transform you
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY

Revenir en haut Aller en bas
 

« and all the other colors are leaving this body and mind behind. » - RAMSEY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Variante de Command & Colors
» Command and Colors Napoleonics
» [Reprise] Command & Colors Battlelust
» Flying Colors (GMT Games)
» Présentation Commands and Colors Napoleonics

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: damned if you do :: › Présentation :: Fiches validées-